Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Liturgie - Page 2

  • Conditor alme siderum

    L’hymne des vêpres au temps de l’Avent, traduction Lemaître de Sacy (ou plutôt adaptation en poésie française, mais c'était bien dans les Heures de Port Royal et dans divers bréviaires).

    Cónditor alme síderum,
    ætérna lux credéntium,
    Christe, redémptor ómnium,
    exáudi preces súpplicum.

    Toi qui formas au ciel ces lampes éternelles
    Qui parent la nuit de leurs feux,
    Jésus, divin sauveur, clair flambeau des fidèles,
    Entends nos humbles vœux.

    Qui cóndolens intéritu
    mortis períre sǽculum,
    salvásti mundum lánguidum,
    donans reis remédium.

    Voyant avec douleur la mortelle nature
    Esclave du roi des enfers
    Tu descends pour guérir sa profonde blessure,
    Et rompre tous ses fers.

    Vergénte mundi véspere,
    uti sponsus de thálamo,
    egréssus honestíssima
    Vírginis Matris cláusula.

    Dans le déclin des temps sur le couchant du monde
    Tu sors comme un nouvel époux
    De ce lit nuptial d'une vierge féconde
    Où tu te joins à nous.

    Cujus forti poténtiæ
    genu curvántur ómnia;
    cæléstia, terréstria
    nutu faténtur súbdita.

    Ce qu'en son vaste rond tout l'univers enserre
    Te révère comme son roi
    Et, du haut des cieux jusqu'au fond de la terre
    Tout fléchit devant toi.

    Te deprecámur, hágie,
    ventúre judex sǽculi,
    consérva nos in témpore
    hostis a telo pérfidi.

    Ô grand juge, ô soutien qui dans ton jour terrible
    Doit paraître au milieu des feux,
    Viens combattre dans nous par ton bras invincible
    Cet ange ténébreux.

    Laus, honor, virtus, glória
    Deo Patri, et Fílio,
    Sancto simul Paráclito,
    in sæculórum sǽcula. Amen.

    Gloire au Père éternel, au Fils, notre espérance,
    À l'Esprit, notre heureuse paix.
    Qu'ils règnent en ce jour qui jamais ne commence
    Et ne finit jamais.

    Par les moines de l'abbaye Saint-Benoît du Lac (Québec):
    podcast

  • Immaculée Conception

    Le 8 décembre 2013, Jacques Perrière mettait en commentaire de ma note :

    Magnifique antienne du Magnificat dans le bréviaire romain (Liber Usualis) : Hodie egressa est virga.
    Montée progressive des 3 "hodie" : tierce mineure, quarte, quinte.
    Deux jolies phrases mélodiques sur "contritum est ab ea" et l'alleluia final en quarte.

    Voici cette antienne

    Hodie egressa est virga de radice Jesse: Hodie sine ulla peccati labe concepta est Maria: hodie contritum est ab ea caput serpentis antiqui. Alleluia. 

    Aujourd’hui un rameau est sorti du tronc de Jessé : aujourd’hui Marie a été conçue sans aucune tache de péché : aujourd’hui a été brisée par elle la tête de l’ancien serpent. Alléluia.

    - dans deux belles interprétations du Studio de Giovanni Vanini, enregistrées dans le superbe monastère de Clairvaux à Milan ;

    - dans l’interprétation de la schola du séminaire des moines paulins à Cracovie, qui est « moderne », pouvant paraître quelque peu désinvolte, surtout pour des moines, et supprimant systématiquement les notes allongées, ce qui ne me paraît pas légitime ;

    - dans l’interprétation de la chapelle du palais impérial de Vienne, sur une partition qui est comme simplifiée (néanmoins remarquable), ce qui fait penser qu’il doit s’agir d’un de ces grands livres de lutrin du XIXe siècle.


    podcast

    chant_img.png

  • Saint Ambroise

    Dom Guéranger constate ce paradoxe que la liturgie byzantine est d’une particulière richesse d’expression concernant le père et évêque latin et romain qu’est saint Ambroise, et que la liturgie ambrosienne est d’une grande pauvreté sur son auteur. Il en extrait néanmoins les deux répons suivants. Le second est, comme on le voit tout de suite, une composition ecclésiastique. Le premier a comme verset un verset du psaume 88. Le répons est une forme rare d’Isaïe 66,2, qu’on trouve une fois chez saint Ambroise, et autrement dans l’orbite des moines de Lérins (notamment dans la règle dite de saint Macaire). C’est sans doute une traduction d’un texte grec, mais ce n’est pas celui de la Septante.

    ℟. Super quem requiescam, dicit Dominus, nisi super humilem et mansuetum, * Trementem verba mea ? ℣. Inveni David servum meum, oleo sancto meo unxi eum. * Trementem verba mea.

    Sur qui me reposerai-je, dit le Seigneur ? ce sera sur l’homme humble et doux, celui qui tremble à ma parole. J’ai trouvé David, mon serviteur; je l’ai oint de mon huile sainte, celui qui tremble à ma parole.

    ℟. Directus est vir inclytus, ut Arium destrueret : splendor Ecclesiae, claritas Vatum ; * Infulas dum gerit saeculi, acquisivit Paradisi. ℣. Dictum enim fuerat proficiscenti: Vade, age non ut Judex, sed ut Episcopus. * Infulas dum gerit saeculi, acquisivit Paradisi.

    Cet homme illustre a été suscité pour détruire Arius : il est la splendeur de l’Église, l’éclat du Pontificat; pendant qu’il ceint la mitre de la terre, il obtient celle du Paradis. On lui avait dit, lorsqu’il partait pour Milan : Va, agis non en Juge, mais en Évêque. Pendant qu’il ceint la mitre de la terre, il obtient celle du Paradis.

    3858OP6466-1.jpg

    Saint Ambroise, mosaïque de la basilique Saint-Ambroise de Milan (chapelle de saint Victor au ciel d'or), Ve siècle.

  • Saint Nicolas

    Tropaire de l’office byzantin, par le P. Nicodème Kabarnos.

    Κανόνα πίστεως καὶ εἰκόνα πραότητος, ἐγκρατείας διδάσκαλον, ἀνέδειξέ σε τῇ ποίμνῃ σου, ἡ τῶν πραγμάτων ἀλήθεια· διὰ τοῦτο ἐκτήσω τῇ ταπεινώσει τὰ ὑψηλά, τῇ πτωχείᾳ τὰ πλούσια. Πάτερ Ἱεράρχα Νικόλαε, πρέσβευε Χριστῷ τῷ Θεῷ, σωθῆναι τὰς ψυχὰς ἡμῶν.

    Règle de la foi et image de la douceur, maître de tempérance, t’a manifesté à ton troupeau la vérité de tes œuvres. C’est pourquoi tu as acquis par l’humilité les choses sublimes, par la pauvreté les richesses. Père hiérarque Nicolas, prie le Christ Dieu pour qu’il sauve nos âmes.

    (Traduction littérale pour suivre le mouvement du grec. Pour comprendre tout de suite la première phrase il faut la prendre à l’envers : la vérité de tes œuvres t’a manifesté à ton troupeau - tes brebis - comme la règle de la foi…)

  • Alma Redemptoris Mater

    L'antienne mariale de l'Avent (et de Noël avec une autre oraison), par les moines de Beuron, sous la direction du P. Maurus Pfaff :


    podcast

    Alma Redemptóris Mater, quæ pérvia cæli
    Porta manes, et stella maris, succúrre cadénti,
    Súrgere qui curat pópulo: tu quæ genuísti,
    Natúra miránte, tuum sanctum Genitórem
    Virgo prius ac postérius, Gabriélis ab ore
    Sumens illud Ave, peccatórum miserére.

    ℣. Ángelus Dómini nuntiávit Maríæ

    ℟. Et concépit de Spíritu Sancto.

    Oremus

    Grátiam tuam quáesumus, Dómine, méntibus nostris infúnde; ut qui, ángelo nuntiánte, Christi Fílii tui Incarnatiónem cognóvimus, per passiónem ejus et crucem, ad resurrectiónis glóriam perducámur. Per eúmdem Christum Dóminum nostrum.

    ℟. Amen.

    Sainte Mère du rédempteur, porte du ciel toujours ouverte, étoile de la mer, viens au secours du peuple qui tombe et qui cherche à se relever. Tu as enfanté, ô merveille, celui qui t’a créée. Tu demeures toujours vierge, accueille le salut de l’ange Gabriel et prends pitié de nous, pécheurs.

    L’ange du Seigneur apporta l’annonce à Marie,
    Et Elle conçut du Saint-Esprit

    Prions. Daigne, Seigneur, répandre ta grâce dans nos âmes, afin qu'ayant connu par la voix de l'Ange l'Incarnation de ton Fils Jésus Christ nous puissions parvenir par sa Passion et par sa Croix à la gloire de sa Résurrection. Amen.

  • Saint Pierre Chrysologue

    Extrait du sermon 144

    Ne crains pas Marie. Pourquoi ? Parce que tu as trouvé grâce. Ce n’est pas celui qui a trouvé la grâce qui craint, mais celui qui l’a perdue. Elle l’a trouvée, à n’en pas douter, en concevant la grâce du germe céleste, elle qui, en enfantant, n’a pas perdu les insignes de sa virginité.

    Ne crains pas Marie. Pourquoi craindrait-elle celle qui  a conçu la Sécurité des êtres, qui a enfanté la Joie des siècles ? La crainte n’a pas sa place quand c’est Dieu qui opère, non l’humanité; là où il est question de force, non de pudeur. Qu’a-t-elle à craindre celle qui a reçu Celui que craignent tous ceux qui inspirent la terreur ? Qu’a-t-elle donc à craindre celle qui a le Juge pour plaider sa cause, et pour témoin, l’intégrité de son innocence ?

    Ne crains pas, Marie. Tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Ce qui était au commencement auprès de Dieu, Dieu le Verbe, elle Le découvre dans son sein; et elle devient un grand temple de la Divinité, celle qui était un petit hospice de l’humanité; et Celui que la petitesse du corps humain ne contenait pas, la sublimité du sein virginal l’a reçu.

    Voici que tu concevras dans ton sein. Par respect pour la langue, il aurait suffi de dire: Tu concevras. Quel besoin y avait-il de préciser lourdement : Dans ton sein ? Pour que la conception soit perçue comme une chose réelle, non comme une image. Pour que le mot naissance soit pris dans toute la force du terme, et ne soit pas dissout dans une figure. Comme d’un Dieu vrai un vrai Dieu est né, d’une vraie conception naîtrait la vérité d’un corps humain. Dans la naissance du Christ, l’injustice, mes frères, est enlevée au corps humain, non la nature; c’est la faute qui est condamnée, la créature n’est pas détruite. C’est donc une hérésie de prétendre mensongèrement que le Christ a assumé un corps aérien : il n’aurait pas eu de chair, et  il aurait concerté une ruse en feignant d’être un homme.

    Tu concevras dans ton sein, et tu enfanteras un fils, et tu l’appelleras du nom de Jésus. Ce qui se dit en hébreu Jésus, en grec Sôtèr, se dit en latin Sauveur. C’est avec raison qu’a été sauvé tout ce qui appartenait à la vierge, puisqu’elle a engendré le Sauveur de tous.

    Et tu l’appelleras du nom de Jésus, parce que dans ce nom, toute la majesté de la déité est adorée. Tous ceux qui demeurent dans le ciel, tous les habitants de la terre, tous ceux qui sont retenus dans les profondeurs de l’enfer, fléchissent le genou à l’audition de ce nom, et adorent le Sauveur. Ecoute l’apôtre qui dit : Pour qu’au nom de Jésus, tout genou fléchisse dans les cieux, sur terre, et dans les enfers. Ce nom qui a donné la vue aux aveugles, la vie aux morts. Toute la vertu de ce nom a mis en fuite la puissance du démon sur les corps qu’il possédait. Et si le nom est si grand, que ne doit pas être sa puissance ? Mais qui est donc celui qui est appelé de ce nom ? Que l’ange le dise ! Et il sera appelé fils du Très-Haut.

    Vous voyez que ce que la vierge a conçu n’est pas un fœtus terrestre mais céleste. C’est la vierge qui a enfanté, mais c’est Dieu qui a accueilli le Fils. Donc celui qui discute de cette maternité à la façon d’un sophiste, ne fait qu’injurier un si grand Géniteur.

    Lundi de la première semaine de l’Avent. Antienne du Magnificat.

    Leva, Jerúsalem, óculos tuos, et vide poténtiam regis: ecce Salvátor venit sólvere te a vínculo

    Lève, Jérusalem, les yeux, et vois la puissance du Roi : voici que le Sauveur vient te délivrer de tes liens.

    par les moines de Triors
    podcast

  • 1er dimanche de l’Avent

    L’introït de ce dimanche étant le premier chant de l’année liturgique, son initiale était spécialement ornée dans les livres liturgiques. En voici quelques exemples.

    e-codices_csg-0376_083_large.jpg

    Graduel du XIe siècle, Saint-Gall

    e-codices_csg-0359_025_large.jpg

    Cantatorium de Saint-Gall, Xe siècle

    Graduale_cum_notiis_musicalibus_(280)__btv1b84262769.jpeg

    Graduel XIIe siècle Saint-Pierre de Corbie ? (BNF)

    Screenshot-2017-12-2 001v jpg (Image JPEG, 796 × 1200 pixels) - Redimensionnée (80%).png

    Graduel du XIIe siècle, codex 807 de la bibliothèque de l'université de Graz

    e-codices_csg-0339_033_large.jpg

    Graduel vers l'an 1000, Saint-Gall

    e-codices_bcj-0018_011_large.jpg

    Graduel prémontré du XIIe siècle (Porrentruy)

    hqdefault.jpg


    podcast

    Chœur de maîtres de chapelle sous la direction du chanoine Janneteau, 1983

    Screenshot-2017-12-2 Graduale , cum notiis musicalibus (280) .png

  • Sainte Bibiane

    En 1624 Urbain VIII décida de restaurer l’église Sainte-Bibiane de Rome. Il confia la réalisation au Bernin, dont ce fut la première commande pontificale (il avait 26 ans). Il refit l’église de fond en comble, et à cette occasion on découvrit les reliques de sainte Bibiane, avec celles de sa mère Dafrosa et de sa sœur Démétria, comme le disait la tradition depuis douze siècles…

    La décoration de l’église fut confiée à Pierre de Cortone. Il réalisa notamment les fresques du martyre de sainte Bibiane, qui furent sa première commande importante (il avait 27 ans). Les voici.

    Sainte Bibiane refuse de sacrifier aux idoles.

    Bibiane05.jpg

    Sainte Bibiane confesse sa foi avec vigueur devant le juge. Sa sœur Démétria tombe morte.

    Bibiane06.jpg

    Attachée à une colonne (qui se trouve à l’entrée de l’église), sainte Bibiane est frappée d’un fouet à balles de plomb jusqu’à ce que mort s’ensuive.

    Bibiane07.jpg

    Le prêtre Jean enterre sainte Bibiane auprès de sa sœur sainte Démétria et de leur mère sainte Dafrosa (qui avait été décapitée pour sa foi).

    Bibiane08.jpg

    Un peu plus tard, une noble romaine, Olympia (« Olympina », dit le tableau) fait élever une église en l’honneur des trois saintes. (Il s’agit ici manifestement de l’église reconstruite par le Bernin, mais ce n’est pas son portrait…)

    Bibiane09.jpg

  • Muro tuo inexpugnabili

    ℟. Muro tuo inexpugnábili circumcinge nos, Dómine, et armis tuæ poténtiæ prótege nos semper:
    * Líbera, Dómine, Deus Israël, clamántes ad te.
    ℣. Erue nos in mirabílibus tuis, et da glóriam nómini tuo.
    ℟. Líbera, Dómine, Deus Israël, clamántes ad te.

    Entoure-nous de ton mur inexpugnable, Seigneur, et protège-nous toujours par les armes de ta puissance. Libère, Seigneur Dieu d’Israël, ceux qui crient vers toi. Délivre-nous par tes merveilles, et donne la gloire à ton nom.

    Ce répons des matines fait partie des « répons des prophètes » qui ornent la liturgie en novembre, liturgie qui cette année déborde sur décembre. Le verset vient du livre de Daniel, 3, 43. Le texte du répons proprement dit a une saveur prophétique indéniable, et on jurerait l’avoir lu chez l’un des grands ou petits prophètes. Mais il ne se trouve nulle part…

    Curieusement, cette phrase se trouve aussi à la fin d’un répons qui commence par un verset du psaume 54. Répons qui se trouve dans l’antiphonaire grégorien mais qui n’a pas subsisté dans la liturgie romaine :

    ℟. Praecipita, Domine, omnes operarios iniquitatis et divide linguis eorum, quoniam vidi iniquitatem et contradictionem adversus sanctam civitatem tuam Jerusalem ; * muro tuo inexpugnabili circumcinge nos, Domine Deus noster. ℣.Tu autem in nobis es Domine et nomen tuum super nos invocatum est super nos, ne derelinquas nos. * Muro…

     Renverse, Seigneur, tous les artisans d'iniquité et divise leurs langues, car j’ai vu l’iniquité, et la contradiction contre ta sainte cité Jérusalem ; de ton mur inexpugnable entoure-nous, Seigneur notre Dieu. Or toi Seigneur tu es en nous et ton nom est invoqué sur nous, ne nous abandonne pas.

    La phrase du répons jusqu'à l'astérisque, c'est aussi l'antienne de Magnificat le samedi avant le 3e dimanche de novembre.

    On trouve encore la même expression dans des rituels d’exorcisme :

    Muro tuo inexpugnabili domum istam circumcinge.

    Entoure cette maison de ton mur inexpugnable.

  • Saint André

    Screenshot-2017-11-29 XIII A 14, Knihovna Národního muzea.png

    Début d’une séquence du XIe siècle sur saint André, dans un Graduel bavarois du XVe siècle conservé à Prague. En voici le texte intégral, avec la traduction de dom Guéranger.

    Sacrosancta hodiernae festivitatis praeconia
    Digna laude universa categorizet Ecclesia.
    Mitissimi sanctorum sanctissima extollendo merita,

    Elle est sainte et sacrée, la gloire de la fête qu’on célèbre en ce jour. Que toute l’Église fasse entendre un chant digne du sujet. Qu’elle exalte les mérites très saints du Saint le plus débonnaire, de l’Apôtre André, en qui reluit une merveilleuse grâce.

    Hic accepto a Johanne Baptista quod venisset qui tolleret peccata;
    Mox ejus intrans habitacula, audiebat eloquia.
    Inventoque fratre suo Barjona: Invenimus ait ovans, Messiam.
    Et duxit eum ad dulcifluam Salvatoris praesentiam,

    Il apprend de Jean-Baptiste que celui-là était venu qui enlevait les péchés. Bientôt il entra dans la demeure du Messie, et écouta ses paroles. Et rencontrant son frère Barjona : Nous avons trouvé le Messie, dit-il plein de joie; et il le mena à la très douce présence du Sauveur.

    Hunc perscrutantem maria, Christi vocavit clementia.
    Artem piscandi commutans dignitate apostolica.

    André parcourait les mers, quand l’appela la clémence du Christ ; pour échanger l’art de pêcheur contre la dignité de l’Apostolat.

    Hujus animam post clara festi Paschalis gaudia,
    Sancti Spiritus praeclara perlustravit potentia;
    Ad praedicandum populis paenitentiam, et Dei Patris per Filium clementiam.

    Son âme, après les joyeuses jubilations de la Pâque, fut illuminée par la puissance glorieuse de l’Esprit Saint ; pour prêcher aux peuples la pénitence et la clémence du Père, manifestée par le Fils.

    Gratulare ergo tanto patre, Achaia;
    Illustrata ejus salutari doctrina;
    Honorata multimoda signorum frequentia.

    Réjouis-toi d’un si noble Père, ô Achaïe ! Éclairée par sa doctrine salutaire, illustrée par l’abondance variée de ses prodiges.

    Et tu gemens plora, trux carnifex Aegea.
    Tu lues inferna et mors tenet aeterna.
    Sed Andream felicia per Crucem manent gaudia.

    Et toi, gémis et pleure, Égée, cruel bourreau ! A toi, l’infection infernale et l’éternelle mort. Pour André, la Croix lui prépare des joies pleines de bonheur.

    Jam Regem tuum spectas, jam in ejus conspectu, Andrea stas.
    Odorem suavitatis jam adspiras, quem divini amoris aroma dat.
    Sis ergo nobis inclyta dulcedo, spirans intima coelestis vitae balsama. Amen.

    Déjà tu contemples ton Roi, André! déjà tu apparais debout devant lui. Déjà tu aspires l’odeur des parfums qu’exhale l’arôme du divin amour. Sois donc aussi pour nous une merveilleuse suavité, qui répande au fond des cœurs les senteurs balsamiques de la céleste vie. Amen.