Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Eglise - Page 4

  • Vatican LGBT

    Depuis quelques jours, le Vatican a un nouveau site internet, Vatican News, qui remplace donc l’ancien. Ce que je remarque est qu’on y trouve beaucoup moins d’informations que dans l’ancien (du coup il n’est quasiment plus question que de ce que dit et fait François).

    J’apprends par Life Site que ce site a été conçu par l’agence Accenture, qui est en pointe dans la propagande LGBT (elle a même reçu des prix pour cela, et sur son site il y a une page de propagande et une « bibliothèque » LGBT), à la demande de Mgr Dario Edoardo Vigano, préfet du Secrétariat pour la communication du Saint-Siège. Lequel Vigano est de fait très « LGBT-friendly » (c’est lui qui a embauché l’immonde jésuite James Martin qui affirme que l’Eglise a à apprendre sur l’amour de la part des sodomites) et participe régulièrement à une émission de radio, rubrique « Bonjour ! C’est François ! », d’un journaliste qui est en Italie « une icône du combat LGBT ».

    Life Site nous apprend aussi que le mandat de la Commission pour la protection des mineurs mise en place par François en 2013 a expiré le 19 décembre, sans que rien ne soit annoncé pour la proroger.

  • La mosquée de l’archevêque

    La grande mosquée de Florence va être construite sur un terrain qui appartient à l’archidiocèse de Florence. Un terrain dont le règlement d’urbanisme spécifiait qu’il devait servir à construire un édifice religieux…

    "Sollicité par la commune de Sesto Fiorentino, l’Archidiocèse de Florence, propriétaire du terrain, s’est rendu disposé à le céder à titre onéreux à la Communauté Musulmane de la Province de Florence afin qu’elle puisse y bâtir une mosquée au service des fidèles du territoire et un centre culturel islamique; en échange l’Archidiocèse obtiendra un terrain cédé par l’université de Florence."

    La session du terrain aura lieu vendredi 22 décembre, juste avant la fête de la Nativité du Seigneur…

    J’imagine la tête des évêques des pays à majorité musulmane en apprenant cette nouvelle…

    L’archevêque collabo de l’invasion islamique, qui vend à l’oumma une terre chrétienne, est le cardinal Giuseppe Betori.

  • Jeunes Turcs

    Screenshot-2017-12-20 WhatsApp Image 2017-12-15 at 22 14 14 jpeg (Image JPEG, 1296 × 972 pixels) - Redimensionnée (95%).png

    Les jeunes Turcs qu’on voit sur cette photo n’ont rien à voir avec le parti politique qui avait planifié le génocide arménien. Bien au contraire, ces jeunes Turcs-là sont des catholiques venus de l’islam. A Smyrne, aujourd’hui Izmir. Dans leur église Notre-Dame de Lourdes. Non seulement ils se sont convertis, mais ils veulent la messe traditionnelle. Celui qui a envoyé la photo au blog Rorate Caeli explique que depuis qu’il s’est converti il demande inlassablement la messe traditionnelle et prie à cette intention. Et il l’a eue, pour la première fois, vendredi dernier. « Nous avons célébré notre première messe Rorate. C’était une messe basse mais c’était quand même merveilleux. » Et l'on voit que ces Turcs respectent la tradition de la messe Rorate éclairée seulement par des cierges.

    Il dit aussi que le prêtre n’a pas tous les ornements requis mais qu’on fait ce qu’on peut. Il ajoute :

    « J’ai pensé que cette glorieuse messe, organisée par de jeunes Turcs convertis de l’islam, serait un rayon d’espérance dans ces jours sombres pour notre Eglise. »

    Screenshot-2017-12-20 WhatsApp Image 2017-12-15 at 21 09 01 jpeg (Image JPEG, 1600 × 1200 pixels) - Redimensionnée (77%).jpg

  • Causes des saints

    Le pape a autorisé la Congrégation pour les causes des saints à publier un décret reconnaissant

    - quatre miracles, dont un attribué à l’intercession du vénérable Jean-Baptiste Foulque, prêtre de Marseille, fondateur d’œuvres pour les orphelins, pour les jeunes filles, pour les domestiques sans famille, pour les personnes âgées, puis de l’hôpital Saint-Joseph en 1921 : l’abbé Jean-Baptiste Foulque sera donc sans doute béatifié cette année ;

    - le martyre du prêtre Teodoro Illera Del Olmo et de ses 15 compagnons, tués en haine de la Foi pendant la persécution communiste en Espagne en 1936-37 ;

    - les vertus héroïques de huit serviteurs de Dieu, dont le cardinal Stefan Wyszyński.

  • Sinistre crèche

    La crèche de Noël du Vatican est sinistre, à l’image de l’occupant des lieux. Ainsi l’a voulue François : une crèche napolitaine qui mette en scène les œuvres de miséricorde. Il y a donc un cadavre qu’on met au tombeau, un homme nu qu’il faut vêtir, un homme blessé qu’il faut soigner… Tout est dispersé, tout est vide, il n’y a aucune âme. Telle est la miséricorde officielle de ce temps. De la froideur d’une idéologie sans incarnation.

    Screenshot-2017-12-16 10 12 2017 Natale 2017 - Presepe e albero a piazza San Pietro - Città del Vaticano ( Roma ) - YouTube.png

    Screenshot-2017-12-16 10 12 2017 Natale 2017 - Presepe e albero a piazza San Pietro - Città del Vaticano ( Roma ) - YouTube(1).jpg

    Screenshot-2017-12-16 10 12 2017 Natale 2017 - Presepe e albero a piazza San Pietro - Città del Vaticano ( Roma ) - YouTube(2).jpg

    Screenshot-2017-12-16 10 12 2017 Natale 2017 - Presepe e albero a piazza San Pietro - Città del Vaticano ( Roma ) - YouTube(3).jpg

    Screenshot-2017-12-16 10 12 2017 Natale 2017 - Presepe e albero a piazza San Pietro - Città del Vaticano ( Roma ) - YouTube(4).jpg

    Screenshot-2017-12-16 10 12 2017 Natale 2017 - Presepe e albero a piazza San Pietro - Città del Vaticano ( Roma ) - YouTube(1).png

     

    Screenshot-2017-12-16 10 12 2017 Natale 2017 - Presepe e albero a piazza San Pietro - Città del Vaticano ( Roma ) - YouTube(6).jpg

    Screenshot-2017-12-16 10 12 2017 Natale 2017 - Presepe e albero a piazza San Pietro - Città del Vaticano ( Roma ) - YouTube(7).jpg

    Screenshot-2017-12-16 10 12 2017 Natale 2017 - Presepe e albero a piazza San Pietro - Città del Vaticano ( Roma ) - YouTube(8).jpg

  • Une chapelle sauvée

    4083573956.jpg

    La chapelle Saint-Yves de Vannes – oui, ce bijou jésuite du XVIIe siècle - risquait fort d’être détruite au lieu d’être restaurée. Elle est aujourd’hui sauvée, grâce au don d’un million d’euros d’un couple vannetais qui allait là à la messe tous les dimanches avant sa fermeture il y a… 26 ans. Il s’agit de l’ancien patron de des Transports Nivès.

    Une souscription publique va être lancée pour trouver l’autre million qui manque, et un appel d’offre pour les travaux sera à l’ordre du jour du prochain conseil municipal.

  • Papes

    big304418a84512b320a1.jpg

    Et si dans quelques décennies la légende de cette photo (trouvée ici - bien sûr) était : « Le pape Benoît XVI avec son successeur, peu avant le conclave » ?

    Ben quoi, on peut toujours rêver…

  • La cathédrale de Homs

    Utilisée comme caserne et profanée pendant trois ans par les milices islamiques en Syrie, et partiellement détruite, la cathédrale grecque melkite catholique de Homs a été reconsacrée le vendredi 1er décembre par le patriarche S.B Youssef Absi, en compagnie de l’archevêque de Homs, Hama et Yabroud Mgr Jean Abdou Arbach, et de nombreux dignitaires ecclésiastiques.

    Les travaux de reconstruction ont été soutenus par l’Aide à l’Eglise en Détresse, l'Œuvre d'Orient et SOS chrétiens d'Orient. Car sur place on ne fait pas de discrimination entre ceux qui aident.

    Le problème est qu’avant la guerre il y avait 270 familles grecques-melkites catholiques à Homs et qu’il n’y en a plus que 70 (selon ce que disait l’archevêque en septembre).

    24463047_10155815044412457_1060743847_o.jpg

    DP8ot81XUAATORO-1.jpg

  • La mesquinerie ecclésiastique

    La Nef – Communiqué de presse
    Le 8 décembre 2017

    Veuillez trouver en pièce jointe le nouveau programme de notre soirée sur les chrétiens d’Orient, le 12 décembre prochain. Nous avons dû le modifier et cela mérite quelques explications. Le diocèse de Paris nous a fait savoir que, n’ayant pas été informé de cette soirée, il s’interrogeait sur le caractère quelque peu provocant de faire intervenir un évêque français, Mgr Dominique Rey, dans un lieu dépendant indirectement du diocèse, le lycée Saint-Jean de Passy, en même temps qu’un représentant de l’association SOS Chrétiens d’Orient contre laquelle Mgr Pascal Gollnisch, vicaire général de l’Ordinariat des catholiques des Eglises orientales en France et directeur général de l’Œuvre d’Orient, avait mis les évêques français en garde lors de leur dernière Assemblée plénière à Lourdes en novembre dernier.

    Il est évident que cette soirée ayant été prévue bien avant l’Assemblée plénière de Lourdes, il ne pouvait y avoir de volonté provocatrice de notre part, notre seul objectif étant d’aider les chrétiens d’Orient en contribuant à mieux informer le public parisien sur leur situation. Dans un souci d’apaisement, et après avoir eu l’accord de toutes les parties concernées, nous avons décidé de maintenir cette soirée en retirant la participation de SOS Chrétiens d’Orient : nous tenons à rendre ici hommage aux responsables de cette association qui ont immédiatement proposé de se retirer pour ne pas risquer d’empêcher cette soirée, les chrétiens d’Orient ne devant pas être les victimes de nos querelles franco-françaises.

    Catholiques soucieux de servir l’Eglise, nous sommes heureux que cette solution ait reçu l’accord de tous et notamment des responsables concernés de l’Eglise à Paris, mais nous estimons que cette affaire doit être l’occasion de chercher à résoudre le problème de fond qui est ainsi soulevé, il y va de la justice la plus élémentaire. Est-il normal qu’une association comme SOS Chrétiens d’Orient soit sévèrement attaquée devant tous les évêques français sans qu’aucun de ses responsables n’ait eu l’occasion de présenter sa défense et de se justifier de ces accusations ? Quel visage offrons-nous quand nous mettons sur la place publique de telles divisions, alors que nos frères d’Orient attendent tant de nous et que personne n’est de trop pour leur venir en aide ?

    Que de cette affaire puisse surgir au moins davantage d’unité et de paix pour le service et le rayonnement de l’Eglise. Conformément à l’Evangile (cf. Mt 18, 15-17), puissions-nous retrouver le chemin du dialogue et de la conciliation.

    Christophe Geffroy
    Directeur de La Nef

    LaNef-programme.jpg

  • Pas culturel ?

    L'Assemblée nationale du Nicaragua a retiré le projet de loi de reconnaissance du caractère de « patrimoine national » aux célébrations en l’honneur de l’Immaculée Conception, sur demande des évêques du pays.

    Le gouvernement sandiniste… mais ils ont bien changé… y compris le président Ortega, voulait que soit déclaré « patrimoine historique et culturel de la nation » l’ensemble des célébrations autour de l’Immaculée Conception (sainte patronne du pays) : neuvaine, fête de la « Griteria », fête de la Vierge du Trône d’El Viejo à Chinandega, Solennité de l’Immaculée Conception.

    « Ce serait triste qu’une tradition religieuse se réduise à une expression de culture », a déclaré Mgr Silvio Fonseca, vicaire épiscopal chargé de la famille, de la vie et de l’enfance à l’archidiocèse de Managua. Le Cardinal Leopoldo Brenes, archevêque de Managua, a souligné que la fête en l’honneur de l’Immaculée Conception est une fête de l’Eglise catholique, qui appartient au monde entier et non pas à un pays.

    On voit que si ces évêques étaient les nôtres, quiconque argumenterait sur le caractère « culturel » des crèches de Noël pour les faire accepter dans l’espace public se ferait vertement taper sur les doigts.

    La position de cet épiscopat paraît du reste plutôt extrémiste. Car, qu’on le veuille ou non, il y a bien un côté culturel aux fêtes de l’Immaculée Conception au Nicaragua. Culturel et national. La Griteria est une fête spécifiquement nicaraguayenne, et assez importante pour que la page de wikipedia qui lui est consacrée soit très fournie (ici en espagnol, ici en traduction automatique).

    Depuis Vatican II il y a comme une peur panique chez les évêques d’apparaître comme les tenants d’une religion d’Etat. Et ils deviennent les premiers militants de la séparation entre la culture et la religion en croyant militer pour la séparation entre l’Eglise et l’Etat. Alors que dans les deux cas c’est la « distinction » qui s’impose, distinction qui permet toutes les harmonisations et les reconnaissances réciproques. Il serait plutôt valorisant pour l’Eglise (et bon pour la transmission de la foi) que l’Etat reconnaisse officiellement un grand événement religieux (et national) comme un grand événement culturel (et national). Surtout, pourrait-on dire, quand le gouvernement est composé d’anciens guerilleros marxistes (et cela quels que soient les éventuels sous-entendus politiciens)...