Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Eglise - Page 2

  • Israël : les Eglises se rebiffent

    Les « chefs des Eglises de Jérusalem » publient une déclaration conjointe condamnant de nouvelles violations du Statu Quo qui régit les Lieux Saints, de la part des autorités israéliennes :

    Nous voyons dans ces actions une tentative systématique de saper l’intégrité de la Ville Sainte de Jérusalem ainsi que de la Terre Sainte et d’affaiblir la présence chrétienne.

    Voici le texte intégral de la déclaration, avec en exergue cette citation d’Isaïe :

    « Apprenez à faire le bien : recherchez le droit, mettez au pas l’oppresseur. »

    (Ce « mettez au pas l’oppresseur » sonne bien ici, mais c’est une interprétation moderne qui ne correspond ni à la Septante, ni à la Vulgate, ni à la majorité des Bibles protestantes, ni à la Bible du rabbinat français… ni au contexte : « Apprenez à faire le bien, recherchez la justice, assistez l’opprimé, faites droit à l’orphelin, défendez la veuve. »)

    Lire la suite

  • Il y a 50 ans

    Numériser 1.jpeg

    Numériser 2.jpeg

    Numériser 3.jpeg

    Il y a 50 ans, le dimanche 3 septembre 1967, Mgr Pierre Boussard, évêque de Vannes, consacrait l’autel et bénissait la chapelle de Notre Dame de Joie, accolée au château de Pontcalec.

    Pluméliau.jpeg

    Pluméliau2.jpeg

    (Notre Dame de Joie, correspondance de l'abbé Berto, Nouvelles Editions Latines)

    Enregistrer

    Enregistrer

  • Le cardinal Sarah répond au Père James Martin

    C’est ici.

    Passage central :

    Il ne faut pas regarder bien loin pour constater les conséquences malheureuses du rejet du plan de Dieu pour l’intimité et l’amour humain. La libération sexuelle que le monde promeut ne tient pas ses promesses.  Au contraire, la promiscuité est la cause de tant de souffrances inutiles, de cœurs brisés, de solitudes et du fait de considérer les autres comme des moyens de satisfaction sexuelle.  En tant que mère, l’Eglise cherche à protéger ses enfants du mal du péché, comme expression de sa charité pastorale.

    Dans son enseignement sur l’homosexualité, l’Eglise guide ceux qui la vivent en distinguant leurs identités de leurs attirances et de leurs actions. Tout d’abord il y a les personnes elles-mêmes qui sont bonnes en soi puisqu’elles sont enfants de Dieu.  Ensuite, il y a les attractions vers le même sexe, qui ne sont pas peccamineuses si elles ne sont pas voulues ni suivies mais qui contrastent toutefois avec la nature humaine.   Enfin, il y a les rapports de même sexe qui sont des péchés graves et qui nuisent au bien-être de ceux qui y prennent part.  Ceux qui s’identifient comme membres de la communauté LGBT méritent qu’on leur dise cette vérité dans la charité, tout particulièrement de la part des prêtres qui parlent au nom de l’Eglise sur un sujet aussi complexe et délicat.

  • Enfin une réaction

    Le Père James Martin, grand militant de la cause LGBT dans l’Eglise, par la grâce de François consulteur pour le Secrétariat de la communication du Vatican, devait être l’orateur principal du grand « gala d’investiture » des Chevaliers du Saint-Sépulcre le 20 octobre prochain à New York. De nombreux chevaliers ont protesté, et l’invitation au Père Martin a été annulée, bien qu’il ait des soutiens de poids dans l’ordre et à New York…

    Le grand maître actuel de l’ordre du Saint-Sépulcre est le cardinal Edwin O’Brien, très impliqué dans une affaire de réseau de sodomites quand il était recteur du séminaire de New York. Quant à l’archevêque de New York c’est le cardinal Dolan (grand prieur de l'ordre pour la "lieutenance de l'est") dont la sympathie envers la mouvance LGBT est ostensible, pour ne pas dire ostentatoire.

    Le Père Martin disait tout récemment au Bay Area Reporter (hebdomadaire LGBT de San Francisco) : « J’estime qu’environ 30 à 40% des prêtres sont gays, et s’ils le révélaient, leurs paroissiens verraient comme c’est normal d’être LGBT. Ce serait un encouragement aussi pour les laïcs catholiques LGBT eux-mêmes, car ils auraient quelqu’un qui comprenne ce qu’ils ont vécu, même si les situations sont différentes. » Le magazine ajoutait : « Il a dit qu’il préférait ne pas rendre publique sa propre sexualité. »

  • Au Pakistan

    Le Sénat du Pakistan a adopté le « Holly Coran Bill 2017 », projet de loi déjà voté par les députés, qui rend obligatoire l’enseignement du Coran aux enfants musulmans dans les écoles publiques. En sus de l’enseignement de l’islam qui est déjà obligatoire dans toutes les écoles privées ou publiques.

    En soi ce n’est pas étonnant dans une « république islamique », d’autant que la loi ne fait que compléter l’application de l’article 31 §2 de la Constitution : « l’Etat œuvre à rendre obligatoires les enseignements du sacré Coran et de l’islam ».

    Mais c’est un signe supplémentaire de l’islamisation croissante du pays. On notera l’exquise langue de bois du projet de loi : « Il faut faire comprendre le message divin, en assurer la diffusion au sein de la société, encourager la paix et la tranquillité, promouvoir les valeurs humaines suprêmes de vérité, d’honnêteté d’intégrité, de construction du caractère, de tolérance et de compréhension des autres. »

    En théorie la loi ne s’applique pas aux enfants non musulmans. Mais un enseignement obligatoire suppose qu’il est sanctionné par un système de notes et de points. Or rien n’est prévu pour les enfants non musulmans : « Cette loi pourra avoir un impact négatif sur les élèves non musulmans, en ce que nombreux sont ceux qui pourraient être contraints à suivre ces leçons s’il n’existe pas d’autre choix, afin de ne pas perdre de points et d’être ainsi désavantagés en termes de résultats scolaires », remarque Me Nasir Saeed, avocat chrétien et Directeur de l’ONG CLAAS.

    D’autre part, cette loi va compliquer le travail des écoles chrétiennes, souligne auprès de l’agence Fides le P. Inayat Bernard, recteur du Petit Séminaire Sainte Marie de Lahore :

    « Au sein des écoles chrétiennes, nous avons de nombreux enseignants musulmans, attendu que 70% des élèves qui les fréquentent sont de religion islamique. Maintenant, vient s’y ajouter l’étude spécifique du coran, qui sera enseigné en langue arabe. Cela signifiera devoir trouver et embaucher d’autres enseignants et ceci ne sera pas facile pour les instituts chrétiens. En outre, vu la présence de différentes écoles de pensée au sein de l’islam, des conflits pourront intervenir à l’intérieur du monde sunnite en vue de l’attribution et du choix des enseignants, pour ne pas parler de l’effet que cela peut avoir sur les élèves chiites. En somme, la mesure sera probablement porteuse de fortes conflictualités. »

    Il ajoute :

    «  En ce qui concerne la vie ordinaire des chrétiens, je ne crois pas que des problèmes particuliers viendront à se créer. Ceci est notre condition : nous vivons dans une république islamique. »

  • A Wangcun

    Alors que de nombreux fidèles restaient sur place, hier, pour protéger l’église, des nervis aux ordres des autorités se sont mis à les agresser violemment, certains criant « Tuez d’abord les prêtres ! ». Plusieurs personnes ont été blessées, et plusieurs voitures détruites. Et les voies d’accès ont été bloquées par la police afin que d’autres catholiques ne puissent pas venir. L’évêque de Changzhi, Mgr Peter Ding Lingbin, est allé voir les autorités locales pour leur demander fermement d’arrêter les violences et de prendre des mesures pour indemniser les blessés et ceux qui ont perdu leur véhicule. L’évêque dit ouvertement qu’il s’agit de répression religieuse et de discrimination contre les catholiques. Ce matin, dans son sermon, il a dénoncé la volte-face des autorités qui avaient rendu l’église aux catholiques avant de vouloir la démolir, et les violences de la veille.

    Des centaines de catholiques, avec cinq ou six prêtres, sont restés près de l’église toute la nuit, et continuent de monter la garde. Les engins de démolition sont restés sur place…

    NB 1 - L’église de Wangcun et son terrain avaient été nationalisés par Mao. Selon la loi de Deng Xiaoping dans les années 1980, les propriétés religieuses devaient être rendues à leurs propriétaires. Ce qui fut fait à Wangcu en… 2012. Mais l’an dernier les autorités ont décidé de faire de cet endroit un jardin public. Certains pensent qu’après avoir détruit l’église les autorités ont en fait l’intention de vendre le terrain, qui vaut une fortune en raison de son emplacement près de l’aéroport de Changzhi.

    Chinois.jpeg

    NB 2 – Mgr Peter Ding Lingbin a reçu la consécration épiscopale en octobre dernier, avec l’accord des autorités communistes et de Rome. Il est membre de l’Eglise officielle mais l’archevêque de Pékin qui l’a consacré, et les six évêques co-consécrateurs, étaient tous en communion avec Rome. La lettre du soi-disant « Conseil des évêques de Chine » fut lue publiquement, celle du pape seulement devant les prêtres…

  • Bravo

    China_church_Changzhi.jpg

    21151116_1860180757331442_930037599_n.jpg

    Des centaines de catholiques ont réussi ce matin à empêcher la démolition de leur église à Wangcun, dans la province de Shanxi.

    Cette église, construite au début du XXe siècle, avait besoin de restaurations. En août 2012, les autorités avaient décidé de donner l’église et le terrain environnant aux catholiques, afin qu’ils restaurent le bâtiment à leurs frais. Il y a quelques mois, les fidèles, ayant réuni l’argent nécessaire, avaient pu commencer les travaux. Et voilà que le comité de district du parti communiste, il y a quelques semaines, a décidé que tout devait être rasé pour laisser la place à un « jardin public qui enrichira la vie du peuple ».

    Mais les fidèles se sont mobilisés pour empêcher la démolition. Ce matin, ils attendaient l’engin qui devait détruire l’église et se sont interposés. Les autorités ont suspendu le processus…

    (On peut voir deux brèves vidéos sur AsiaNews, qui a publié les photos ci-dessus.)

  • La pastorale à la François…

    « Nous, Salésiens de Don Bosco (SDB) de l’Inspectorat de Philippines du Nord, sommes profondément attristés par la vague d’exécutions sommaires qui a eu lieu récemment. Etant en première ligne dans le ministère de la pastorale des jeunes dans le monde et dans l’Eglise, notre tristesse se transforme en alarme vu qu’il est inquiétant et indéniable de constater que nombre de ceux qui ont récemment été tués sont des jeunes vulnérables, tués par ceux qui ont prêté serment de fidélité à la loi dans le cadre de leur mission, laquelle consiste à protéger le bien commun et ces mêmes jeunes… ».

    Ainsi débute une déclaration du Père Anthony Paul Bicomong, supérieur des Salésiens en question.

    De quoi s’agit-il ? Mais oui, des trafiquants de drogue, dont Duterte a décidé qu’ils devaient être abattus s’ils refusaient de se rendre. C’est ce que les Salésiens appellent des « jeunes vulnérables » : les trafiquants qui résistent à la police. Pas ceux à qui ils vendent leur poison.

  • Eglise bretonne

    Eglise-St-Jacques-02-1024x682.jpg

    1200x768_eglise-implantee-quartier-morinais-saint-jacques-lande.jpg

    IMG_20170306_132143660.jpg

    Ceci est, comme dit Perepiscopus, la « première église bretonne du XXIe siècle ». Hélas.

    Œuvre de Álvaro Joaquim de Melo Siza Vieira (en résumé Alvaro Siza), qui « fait partie des grandes figures de l'architecture contemporaine », affirme Wikipedia, elle est édifiée à Saint Jacques de la Lande, dans la banlieue sud de Rennes.

    Comme on n’a pas davantage peur du ridicule que de l’horreur, ce silo de béton, sans croix ni clocher (bien sûr), est prétentieusement appelé Anastasis, Résurrection en grec, comme la basilique de Jérusalem édifiée au-dessus du Saint-Sépulcre. Ce qui est une insulte aux Byzantins.

    L’archevêque de Rennes ose dire que ce blockhaus anonyme est « le symbole de la lumière, de la pureté et de la Résurrection, un repère de sens attendu dans la société contemporaine ».

    Tiens, voilà l’Anastasis, la vraie (que nous avons toujours appelée basilique du Saint-Sépulcre) :

    Leglise-Saint-Sepulcre-Jerusalem_1_1400_525.jpg

    stsepulcre1.jpg

  • Le cardinal Parolin en Russie

    Communiqué de la salle de presse du Vatican :

    Le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État du Vatican, se rendra en visite dans la Fédération russe, sur l’invitation des autorités du pays, du 21 au 24 août 2017. Il sera accompagné par Mgr Visvaldas Kulbokas, conseiller de nonciature, officiel de la Section pour les Relations avec les États de la Secrétairerie d’État.

    Le but de la visite est de rencontrer les plus hautes autorités civiles et les dirigeants de l’Église orthodoxe russe. Ce sera aussi l’occasion de manifester la proximité spirituelle du pape à la communauté catholique locale.

    Au cours des divers entretiens, outre les thèmes relatifs aux questions d’intérêt bilatéral, figurent les questions concernant la situation internationale et, en particulier, la recherche de solutions pacifiques aux conflits en cours, avec une attention principale aux aspects de caractère humanitaire.

    Le programme de lundi 21 août prévoit une réunion du cardinal avec les évêques catholiques du pays et, en soirée, la messe dans la cathédrale de l’Immaculée Conception de Moscou, suivie d’un moment convivial avec les représentants du clergé et des laïcs. Le même jour est prévu un entretien avec le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du Département pour les Relations étrangères du Patriarcat de Moscou.

    La journée du mardi 22 août sera consacrée à une session de travail avec le ministre des Affaires étrangères Sergey Lavrov et, dans l’après-midi, à la visite au patriarche Cyrille de Moscou.
    Mercredi 23 août, le Secrétaire d’État se rendra à Sochi pour une rencontre avec le président Vladimir Poutine.

    Le cardinal Parolin rentrera à Rome dans la matinée du jeudi 24 août.