Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Eglise - Page 2

  • C’est fait…

    Il aurait fallu un miracle pour que le « martyre » des moines de Tibhirine ne soit pas reconnu par François. Le miracle n’a pas eu lieu. Les voilà béatifiés.

    Hier, François a « autorisé la Congrégation pour les Causes des Saints à promulguer les décrets de béatification de Pierre Claverie, de l’ordre des frères prêcheurs, évêque d’Oran, et 18 compagnons, religieux et religieuses, tués en haine de la foi en Algérie entre 1994 et 1996 ».

    Parmi les 18 il y a les sept moines de Tibhirine, dont leur prieur Christian de Chergé, qui faisait sa lectio divina dans le Coran et qui avait transformé une salle du monastère (une grande salle à l’intérieur du monastère trappiste) en mosquée, ce qui ne l’empêchait pas de prier avec ses amis musulmans à la chapelle.

    En outre on ne sait toujours pas qui a tué les moines ni donc pourquoi. Vu les étroites relations des moines avec les soufis locaux, il n’est pas impossible qu’ils aient été tués non comme chrétiens mais comme mauvais musulmans syncrétistes…

    Quant à Mgr Claverie il était surnommé « l’évêque des musulmans », ce qui se passe de commentaires.

  • Subversion vaticane

    Ce n’est pas un site bergoglio-sceptique qui le dit, c’est Asianews, l’organe de l’Institut pontifical pour les missions étrangères :

    Le Vatican demande à des évêques légitimes de se retirer en faveur d’évêques illégitimes.

    Tel est le titre d’un long article publié hier.

    Il y est question de Mgr Peter Zhuang Jianjian, de Shantou, qui a été ordonné secrètement en 2006. Le Vatican lui demande de laisser la place à l’évêque officiel, Huang Bingzhang, qui est excommunié, et qui est en outre, depuis longtemps, député au Congrès national populaire…

    Mgr Peter Zhuang Jianjian a reçu une lettre en ce sens le 26 octobre. Il a refusé d’obéir. Le 18 décembre, il a été conduit à Pékin, pour rencontrer des fonctionnaires du gouvernement et des envoyés du Vatican. Le 20 décembre on l’a emmené au siège de l’Association patriotique catholique chinoise (nom de l’Eglise officielle) et de la soi-disant Conférence des évêques de Chine, dont il a rencontré le président, le vice-président et le secrétaire général, trois évêques dont deux ne sont pas reconnus par le Saint-Siège.

    Le lendemain il a été reçu par trois fonctionnaires de l’Administration d’Etat pour les Affaires religieuses, puis il a été conduit par un prêtre de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples dans un autre endroit pour rencontrer un évêque et trois prêtres venus du Vatican.

    L’évêque (sans doute Mgr Claudio Maria Celli) expliqua que le but de son voyage en Chine était de parvenir à une entente avec le gouvernement, et que pour cela il devait se retirer et laisser la place à Huang Bingzhang, mais qu’on lui permettait de donner trois noms de prêtres parmi lesquels l’évêque excommunié par Rome mais désormais nommé par Rome devrait choisir son vicaire général… C’en était trop pour Mgr Zhuang qui, selon un témoin, n’a pas pu retenir ses larmes d’être traité avec un tel mépris (il va de soi que la « consolation » qu’on lui donnait n’est qu’une insulte de plus : l’évêque une fois en poste peut révoquer son vicaire général comme il le veut).

    Puis la délégation du Vatican s’est rendue dans le Fujian, pour rencontrer Mgr Vincent Zhan Silu, l’un de sept évêques illicitement sacrés mais qui font l’objet de négociations pour être reconnus par Rome (c’est aussi le cas de Mgr Huang). La manœuvre est ici de faire de Mgr Zhan l’évêque de Mindong reconnu tant par Rome que par Pékin, ce qui suppose que l’évêque de l’Eglise clandestine, Mgr Joseph Guo Xijin, devienne le coadjuteur de l’évêque officiel contrôlé par l’Etat communiste…

    Au fait... vous connaissez l'intention de prière de François pour le mois de janvier ?

    « Prions pour que les chrétiens, ainsi que les autres minorités religieuses, puissent vivre leur foi en toute liberté dans les pays asiatiques. »

    Sic.

  • Ces ruraux chrétiens contre la vie...

    Le « Mouvement rural de jeunesse chrétienne » (MRJC) a publié vendredi un communiqué contre la Marche pour la Vie, dénonçant les « messages de culpabilisation, d’intolérance et de haine portés lors de cette marche », et défendant « le droit fondamental pour les femmes et les couples d’avoir recours à l’IVG ».

    DT7bBijWkAAiKgv.jpeg

    Le directeur de la communication de la conférence des évêques de France, Vincent Neymon, a réagi en soulignant que ces propos sont « contraires à ce que dit l’Eglise » et en demandant que soit retiré ce communiqué « résultat de l’erreur d’une personne et du dysfonctionnement d’une organisation qui n’a pas vérifié » (sic).

    Le MRJC, tout en gardant son premier communiqué, en a publié un second, apportant « des précisions » « dans une volonté de dialogue ». Le couplet contre la Marche pour la Vie a été conservé tel quel. Le paragraphe sur l’avortement a été changé. Il dit que dans l’Eglise comme au MRJC « des personnes restent en questionnement face à l’IVG », et qu’on doit souhaiter « qu’un espace de dialogue se ré-ouvre au sein de l’Eglise sur l’IVG ».

    DT_jkgGXkAA-UrZ.jpeg

    Le directeur de la communication de la conférence des évêques de France, Vincent Neymon, a semble-t-il été satisfait, puisqu’il n’a pas réagi à ce nouveau communiqué…

    En fait le MRJC (je ne savais même pas que ça existait encore) est devenu un groupuscule subversif parmi tant d’autres. Le dernier tweet avant ceux contre la Marche pour la vie était un appel à une manifestation à Notre Dame des Landes pour « enraciner l’avenir » sur la « ZAD », autrement dit pour que les squatters gauchistes continuent de squatter illégalement les terres où ils se sont installés. Les tweets précédents rendaient compte de son Stage de Recherche sur l’Egalité, dont l’invitée vedette était Rokhaya Diallo (sic) : « La semaine dernière, la @Maison2Courcell a vibré au son des questions, réactions, indignations et rêves de cents jeunes réunis.e.s contre les inégalités ! » (Non, pas 100 militants du MRJC, évidemment : il y avait aussi des jeunes socialistes, des jeunes communistes, des jeunes écologistes… Et ils pourraient apprendre l’écriture inclusive avant de faire les malins et de se planter : au féminin pluriel ça fait « les jeunes réunises »…)

    On aurait pu penser que l’épiscopat ait pris ses distances avec un mouvement qui ne se dit même plus catholique (le compte Twitter dit seulement que c’est un « mouvement de jeunes ruraux, animé/géré par des jeunes »), et qui fait partie de cette mouvance gangrenée par le communisme depuis si longtemps, et devenue ultra-marginale. Mais non. Riposte catholique, qui avait attiré l’attention sur le communiqué contre la Marche pour la Vie, a fait savoir hier que le MRJC recevait 574.553 € de l’épiscopat. Plus d’un demi-million d’euros pour des activités et une propagande anticatholiques… Les comptes du MRJC font apparaître qu’il reçoit plus de 3 millions d’euros de subventions chaque année, dont plus d’un million de l’Etat, sans compter 355.000 € des collectivités territoriales, et près de 200.000 € de la Commission européenne…

    dudnkkkx0aatf4e-1.jpeg

    En outre, l’un des trois délégués de l’épiscopat au « pré-synode » sur les jeunes, à Rome en mars prochain, est un militant du MRJC...

  • A Saint-Pol de Léon

    Le blog Ar Gedour nous donne des nouvelles de la chapelle Saint-Joseph de Saint-Pol de Léon. La restauration de la chapelle se poursuit, il y a désormais trois messes (de saint Pie V) chaque semaine, un patronage vient d’ouvrir, la fréquentation de l’Abri du pèlerin est en hausse…

    Il y a quelques années cette chapelle était complètement abandonnée. Elle fut achetée par l’omniprésent Philippe Abjean, l’homme qui a relancé le Tro Breizh et qui a créé la Vallée des saints, et qui a fondé l’Œuvre Saint-Joseph, dite aussi « les ouvriers du Bon Dieu » pour acheter et restaurer les chapelles abandonnées.

    La chapelle Saint-Joseph n’a pas d’intérêt vue de l’extérieur, en dehors de son joli clocher… qui était celui du couvent des ursulines. Mais l’intérieur paraît agréable (photo de l’inauguration, avec Philippe Abjean).

    la-chapelle-saint-joseph-devrait-ouvrir-un-accueil-pour-les_2339444.jpeg

    clocher-saint-pol-de-léon.jpeg

    p2015_0614_055.jpeg

    La chapelle est desservie par la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre. C’était l’abbé Loïc Courtois depuis l’été 2016 ; depuis mai dernier lui a été adjoint l’abbé Nicolas Télisson.

    On ne sait pas si le site de la FSSP dans le diocèse de Quimper n’a pas été mis à jour, ou – plutôt - a été mis à jour de façon… un peu rapide, mais on y lit que l’abbé Courtois « célèbre la messe chaque dimanche à 10h30 à Quimper, et à 10h00 à Saint-Pol de Léon ». Ou alors la bilocation est plus répandue qu’on ne le pense…

  • Et hop…

    Selon Gloria.tv, le Vatican, l’ordre trappiste et le diocèse d’Aix-la-Chapelle ont annoncé hier la fermeture de l’abbaye de Mariawald. Je ne vois pas encore de confirmation de cette nouvelle, mais Gloria.tv paraît bien informé. De plus, c’est hélas dans la logique des choses, et de l’occupant du Saint-Siège.

    En 2006 avait été élu père abbé de Mariawald dom Josef Vollberg. En 2008, il avait obtenu que soit appliqué à son monastère l’article 3 de Summorum Pontificum. Dans le cadre d’un retour non seulement à la liturgie traditionnelle cistercienne, mais à toute l’antique discipline des cisterciens dits de la stricte observance.

    Et l’on a assisté au même processus qui a conduit à la destruction des Franciscains de l’Immaculée. Quelques moines de la vieille garde post-conciliaire se sont révoltés parce que... c’était trop fatigant de se lever à 3 heures du matin… En 2016, le « père immédiat », Dom Bernardus Peeters, père abbé de Koningshoeven, fit une « visite régulière » en compagnie d’un autre père abbé, Dom Erik Varden, ce qui laissait entendre qu’il y avait un problème à régler. Le problème fut réglé par la démission de dom Josef Vollberg en octobre de la même année. Le mois suivant, dom Bernardus Peeters publiait un texte où il disait tout son amour de Mariawald, soulignait que dom Josef avait librement démissionné de lui-même sans être contraint par qui que ce soit... et disait plusieurs fois que son but était que Mariawald puisse continuer à vivre dans les meilleures conditions…

    On a beau être habitué à l’hypocrisie ecclésiastique, je reste effaré de voir comment un abbé cistercien peut parler comme un fonctionnaire de la curie romaine et affirmer tranquillement, à des moines, le contraire de la vérité.

    Mariawald était le seul monastère de trappistes hommes en Allemagne.

    Addendum 23 janvier

    L'information est confirmée par la Congrégation pour les instituts de vie consacrée. Dom Bernardus Peeters est devenu le commissaire pontifical chargé de la fermeture...

  • C’est encore pire

    Réponse de Paloma García Ovejero, porte-parole adjointe du Bureau de presse du Saint-Siège, interrogée sur la médaille de commandeur de l’ordre de saint Grégoire le Grand décernée à la militante de la culture de mort Lilianne Ploumen :

    « La décoration de l’Ordre Pontifical de saint Grégoire le Grand reçue par Mme Lilianne Ploumen, ancien ministre du Développement, en juin 2017 lors de la visite du couple royal néerlandais au Saint-Père, répond à la pratique diplomatique d’échange de décorations entre délégations à l’occasion des visites officielles de chefs d’Etat ou de gouvernement au Vatican. Par conséquent, ce n’est pas du tout un placet à la politique en faveur de l’avortement ou de la contraception que promeut Mme Ploumen. »

    Le journal Dagblad souligne que c’était « purement une affaire de protocole » et que Mme Ploumen était… l’un des dix membres de la délégation à recevoir cette décoration.

    De deux choses l’une.

    Ou bien ce n’est pas vrai, et l’on ajoute le mensonge à l’ignominie.

    Ou bien c’est vrai. Et alors c’est pire encore. Car cela veut dire qu’on décerne le titre de commandeur de l’Ordre de saint Grégoire le Grand à n’importe qui, sans le moindre examen de ce que fait ou dit le récipiendaire. De sorte que cette décoration, officiellement destinée à distinguer quelqu’un qui a rendu des services exceptionnels au Saint-Siège, est dévaluée et prostituée au point d’être distribuée à tous les membres des délégations, à des gens qui n’ont rien fait pour le Saint-Siège, ou qui œuvrent ouvertement contre la foi et la morale de l’Eglise, et contre l'Eglise elle-même. Et qu’on en fait un principe !

  • En Virginie, un record du monde

    L’église Sainte-Marie de la Vieille Ville d’Alexandria, dans le diocèse d’Arlington en Virginie, a été érigée ce 14 janvier en basilique mineure. Cette église est la plus ancienne de Virginie. Elle a été construite grâce à des fonds récoltés en 1788 par le colonel John Fitzgerald, ancien aide de camp de George Washington, et celui-ci donna personnellement l’équivalent de 1.200 $ actuels.

    On apprend à cette occasion, par le blog Rorate Caeli, qu’il y a une messe Summorum Pontificum mensuelle dans cette église. Et que la messe traditionnelle a droit de cité (plus ou moins étendu) dans 15 des 70 paroisses du diocèse, ce qui est le record du monde (et il n’y en avait aucune en 2006).

    Comme Rorate Caeli, on ne peut que souhaiter que cette messe devienne rapidement hebdomadaire, puis quotidienne….

  • Dérive allemande

    Mgr Franz-Josef Bode, vice-président de la Conférence épiscopale allemande, revient à la charge sur la nécessaire discussion en vue d’une « bénédiction » pour les « couples homosexuels ».

    Il avait déjà abordé la question en 2015. Il proposait alors des « bénédictions privées », en même temps qu’il considérait que les divorcés « remariés » « correspondaient peut-être mieux que dans leur première relation à l’Alliance de Dieu avec les hommes ». L’Eglise, disait-il, doit tenir compte des réalités de la vie des gens, et même considérer ces réalités comme une source de la Révélation, à côté de l’Ecriture et de la Tradition. Sic.

    La nouvelle sortie de Franz-Josef Bode (impossible de continuer à lui donner le titre de monseigneur) suit celle de Reinhard Marx (le président des évêques, grand ami et conseiller de François) qui a récemment demandé que l’Eglise en finisse avec son « rigorisme aveugle » et repense son enseignement sur les relations sexuelles, y compris soi-disant « irrégulières », y compris homosexuelles.

    Franz-Josef Bode souligne donc à nouveau qu’il faut prendre en compte les situations concrètes, et affirme comme Marx que l’Eglise doit reconsidérer sa position sur les relations homosexuelles actives : « Nous devons réfléchir à la question afin d'évaluer de manière différenciée une relation entre deux personnes homosexuelles. N'y a-t-il pas là tant de positif, de bon, de juste, de sorte que nous devions être plus justes ? Comment leur rendons-nous justice ? Comment les accompagnons-nous pastoralement et liturgiquement ? »

    La vraie question est : jusqu’à quand les catholiques allemands vont-ils entretenir ces personnages et leur permettre de vivre une vie de nabab pour dire le contraire de ce que dit l’Eglise catholique ?

  • En Erythrée

    Le Père Mussie Zerai, de l’archéparchie d’Asmara, déclare à l’agence Fides : « En Erythrée, le régime a commencé à persécuter les confessions religieuses et en particulier l’Eglise catholique. L’objectif est clair : chercher d’empêcher l’influence sur la société, non pas en interdisant le culte mais les activités sociales. Depuis 1995 est en vigueur dans le pays une loi selon laquelle l’Etat concentre entre ses mains l’ensemble des activités sociales. Ces dernières ne peuvent donc être menées par des institutions privées et pas même religieuses. Jusqu’ici, la norme a été appliquée de manière légère et n’a pas sérieusement attaqué le réseau de services offerts par les chrétiens et les musulmans. Cependant, on a noté une accélération au cours de ces derniers mois. »

    Le régime a notamment décrété la fermeture de cinq cliniques catholiques. « A Xonora, par exemple, a été fermé le seul dispensaire en fonction qui était géré par des catholiques. A Dekemhare et à Mendefera, les autorités ont interdit l’activité des centres médicaux catholiques en affirmant qu’ils faisaient double emploi avec ceux de l’Etat. En réalité, les structures publiques ne fonctionnent pas. Elles ne disposent pas de médicaments, ne peuvent opérer par manque d’appareillages adaptés et souvent elles sont même privées d’énergie électrique. »

    L’Erythrée est depuis son indépendance en 1993 une sorte de camp de concentration dirigé par le « Front populaire pour la démocratie et la justice », parti unique d’Issayas Afeworki, « président » de la République et du gouvernement depuis l’indépendance sans nouvelles élections depuis lors.

    L’Eglise catholique érythréenne est la plus récente des Eglises catholiques orientales. Elle a été créée en janvier 2015, regroupant les trois diocèses érythréens de l’Eglise catholique éthiopienne (de rite copte éthiopien). L’éparchie d’Asmara est donc devenue archéparchie, et l’archevêque est devenu métropolite. Ci-dessous une photo de prêtres érythréens et éthiopiens, avec l’actuel métropolite d’Erytrée Menghesteab Tesfamariam, en blanc avec une couronne (il était déjà éparque d’Asmara), lors d’une ordination diaconale au Collège pontifical éthiopien à Rome en 2009:

    z75.jpeg

  • Dérive sans fin

    Le père Maurizio Chiodi, nommé par François à l’Académie pontificale dite pour la vie, justifie la contraception artificielle, au nom d’Amoris laetitia. Au moment même du cinquantenaire d’Humanae vitae.

    C’est à lire sous la plume de Jeanne Smits.