Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Eglise - Page 5

  • Le tweet atroce

    Screenshot-2017-12-1 Casina Pio IV on Twitter.png

    Ce tweet émane du compte Casina Pio IV, qui donne « des nouvelles de l’Académie pontificale des sciences et de l’Académie pontificale des sciences sociales ». Il donne aussi en permanence des nouvelles du pape, et a retwitté tout à l’heure un tweet d’Antonio Spadaro avec une photo qu’il doit trouver sympathique et qui montre le gros rire gras et vulgaire de François.

    Il dit à peu près ceci :

    Bravo Jerry : vous êtes un authentique dirigeant qui cherche le bien des personnes défendant la dignité et la liberté de chaque personne, et le bien de la planète menacée par l’activité humaine qui utilise les combustibles fossiles !

    C’est une réponse à un tweet de Jerry Brown faisant son autopromotion : « De la Californie au Vatican, de Bruxelles à Stuttgart, nous devons agir sur le climat. »

    Jerry Brown est gouverneur de Californie. Il était l’un des invités du fameux colloque ”Santé des gens, santé de la planète et notre responsabilité : le changement climatique, la pollution de l’air et la santé”, début novembre au Vatican. Un colloque où il n’y avait que des partisans de l’idéologie du changement climatique, puisque c’est l’idéologie officielle du Vatican. Il avait été remarqué pour avoir lancé qu’il fallait désormais soumettre les dirigeants à un « lavage de cerveau » pour qu’ils prennent les mesures qui s’imposent pour sauver la planète…

    Jerry Brown est aussi et d’abord un militant acharné de la culture de mort. Pendant sa campagne pour devenir gouverneur de Californie, en 2010, il avait déclaré : « J'ai lutté pour l'égalité des droits et contre les discriminations tout au long de ma carrière. J'ai également été un champion intransigeant du droit pour les femmes de choisir. Je continuerai à le faire si je suis élu gouverneur. » Le Planning familial faisait campagne pour lui, « LE véritable candidat pro-choix ».

    De fait, en 2013 il a signé une loi qui permet à des personnes qui ne sont pas médecins de pratiquer des avortements et abaisse le niveau sanitaire légal des avortoirs, indiquant que cette loi « soutient la santé et le bien-être des femmes ».

    En 2015 il a signé une loi qui oblige les centres pro-vie d’aide aux femmes enceintes de leur donner les adresses des avortoirs et de distribuer leur propagande.

    En 2016 il a signé une loi sanctionnant les journalistes qui publieraient des enquêtes sur le trafic de tissus fœtaux.

    Et en 2015 il a également signé la loi qui légalise le « suicide assisté » en Californie.

    Voilà à qui le Vatican dit : « Bravo Jerry : vous êtes un authentique dirigeant qui cherche le bien des personnes défendant la dignité et la liberté de chaque personne. »

    (Via LifeSite)

  • Téléthon

    Après le directeur diocésain de l’enseignement catholique de Mende, celui d’Avignon écrit aux chefs d’établissement pour leur demander de ne pas soutenir le Téléthon.

    Le curé de l’ensemble pastoral de Marguerittes dans le diocèse de Nîmes explique dans son bulletin paroissial la nocivité du Téléthon.

  • Rosaire irlandais

    Rosary-on-the-Coast-2017.jpg

    Inspirés par l’exemple polonais, de jeunes Irlandais avaient organisé un « Rosaire sur les côtes pour la vie et la foi », dimanche dernier. Ils avaient choisi ce jour parce que c’est la fête du Christ Roi dans l’actuel calendrier officiel, et que l’Irlande fut le premier pays à se consacrer au Christ Roi. Il s’agissait de prier pour le renouveau de la foi en Irlande, et aussi pour la vie, à l’approche du référendum qui l’an prochain (sauf miracle…) légalisera l’avortement.

    Ils eurent le soutien verbal de quatre évêques, dont un disant qu’il y participerait. (A comparer avec la Pologne où les évêques ont massivement soutenu l’initiative des laïcs.)

    Le résultat a néanmoins dépassé toutes les espérances. Les organisateurs souhaitaient modestement qu’il y ait 53 points de célébration du Rosaire (du nombre de grains du chapelet). Il y en a eu finalement 270 (en trichant un peu car un certain nombre n’étaient pas sur la côte). Et ils revendiquent 30.000 participants.

    Ce jour était aussi la veille celui de la fête de la Médaille miraculeuse, et les organisateurs avaient eu la très remarquable idée de demander aux participants d’apporter des médailles et de les enterrer sur la côte : l’Irlande est donc désormais entourée de médailles miraculeuses.

  • Miracle en Lozère

    De Midi Libre via Gènéthique :

    A quelques semaines de la nouvelle édition du Téléthon, les chefs d’établissement de l’enseignement catholique de Lozère ont reçu un courrier de la direction de l’enseignement diocésain. Celle-ci souhaite rappeler « la réflexion menée en novembre dernier, mettant en lumière les graves problèmes éthique qui empêchent l’Enseignement catholique de s’engager dans cette action ». De fait, « l’aventure du Téléthon est liée aux cellules souches qui sont un grand espoir pour la médecine régénérative », mais parmi ces cellules, les cellules souches embryonnaires et fœtales humaines « supposent des embryons ou des fœtus provenant des techniques de procréation médicalement assistée ou d’avortements ».

    La direction diocésaine « exhorte les directeurs à être particulièrement attentifs à engager [leurs] établissements dans des actions solidaires cohérentes avec la conception chrétienne de l’homme et respectueuse de celle-ci ».

    Parmi les causes à soutenir, le document indique nommément : le Secours catholique, l’Œuvre d’Orient, les fondations Abbé Pierre ou Jérôme Lejeune, ATD Quart-monde, l’Aide à l’église en détresse.

  • C’est le rôle du pape ?

    Selon le cardinal Patrick D'Rozario, archevêque de Dacca, la visite de François au Bangladesh est « une opportunité de célébrer l’harmonie entre les religions ».

    Selon le Père Kamal Corraya, délégué des évêques du Bangladesh à la communication pour le voyage pontifical, « la visite du Saint-Père constitue l’occasion pour montrer au monde la richesse du Bangladesh, où des communautés différentes de par leur confession religieuse et leurs traditions sociales et culturelles parviennent à coexister ».

    Et merde, à la fin !

    Le Verbe de Dieu s’est fait chair pour célébrer l’harmonie entre les religions ? Il a été crucifié pour la coexistence entre les communautés religieuses ?

    Et la vérité on s’en fout ?

    La vérité sur Dieu ?

    Et même la triste vérité sur le Bangladesh. Le Bangladesh n’est pas « riche », il est l’un des pays les plus pauvres du monde. Parce que c’est un pays dominé par l’islam, et que ce n’est pas une richesse que les minorités ethniques dont certaines sont christianisées soient sous la menace de mort permanente de l’islam.

    Je sais parfaitement qu’un responsable chrétien doit être extrêmement prudent dans un pays musulman gangrené par l’islamisme. Mais être extrêmement prudent n’implique pas de dire n’importe quoi.

    Qu'on souhaite établir autant d'harmonie sociale que possible, oui, tant que l'on voudra, mais pas l'harmonie entre les religions, comme si elles étaient toutes sur une même partition et qu'on ait besoin de toutes pour faire un accord parfait...

  • Blasphème tranquille

    borgloon-abomination.png

    eb7a7-4.jpg

    Une vache crucifiée. Dans une chapelle non désacralisée, en Belgique. L’œuvre est intitulée « The holy cow ». La vache sacrée.

    L’artiste s’appelle Tom Herck.

    « Il a cloué une vraie vache sur une croix, l’a trempée dans du silicone et de la peinture blanche, et a accroché la forme au-dessus d’un gigantesque bain rempli de lait. »

    Il y a eu une manifestation d’une… « quinzaine de personnes venues de toute la Flandre » pour protester contre le blasphème.

    Du coup l’évêché, se disant « surpris par l’exposition » (sic), s’est fendu d’un communiqué :

    Après consultation, nous souhaitons toujours collaborer à des projets artistiques dans une église et nous pouvons certainement apprécier l’humour. Mais une vache sur une croix est aller un pas trop loin. Le sens d’un symbole si profond tel que la croix ne peut pas être détourné. Sinon, cela risque d’être blessant ou ridicule.

    La vache est toujours là, témoignage sans doute ridicule de l’apostasie de ce clergé.

    (Merci à Jean-Pierre Snyers et à Gégé.)

  • Ils sont de plus en plus ignobles

    Mais on ne voit pas pourquoi ils s’en priveraient, puisqu’ils ont le pouvoir, et la bénédiction de tous, y compris de ce qui ose encore s’appeler Eglise catholique.

    Le lobby LGBTI du Lot-et-Garonne s’intitule « Ecce homo ». Sic. Par un jeu de mots répugnant, les invertis de ce département blasphèment la Passion du Christ, sans que cela trouble qui que soit, apparemment.

    Ce lobby, qui dit exister depuis 21 ans, a organisé sa première manifestation à Agen le 17 mai dernier. Un « collectif » s’est alors formé pour organiser un vrai « Festival des fiertés » en 2018.

    Avant la « Marche des fiertés » des sexualités déviantes, le 3 juin, il y aura une exposition « La Transidentité », à partir du 17 mai, à la… chapelle du Martrou.

    Le 17 mai : « Vernissage de l’exposition “La Transidentité” à la Chapelle du Martrou.

    Du 17 mai au 3 juin : Exposition “La Transidentité” / débats-conférences à la Chapelle du Martrou.

    1er juin : lecture de textes et débats à la Chapelle du Martrou.

    Dans le programme du « festival », il y a donc trois fois la mention « chapelle du Martrou », comme lieu principal de la fête des invertis.

    Sur le site de la paroisse Sainte-Foy d’Agen, il y a une page sur la chapelle du Martrou (on y voit les peintures restaurées et le maître autel), avec l’agenda des activités de ce « lieu ouvert à la vie culturelle de la ville ». Un lieu culturel « appréciable et très apprécié, où se déroulent, tout au long de l’année, des concerts, des conférences, des expositions, des spectacles de danse ». Qui permet « d’avoir une relation très suivie et très fructueuse avec tous les autres organes culturels de la ville », et « de contribuer ainsi la vie culturelle locale en y apportant un caractère particulier dû à son histoire et sa sacralité ».

    Sic. Sa sacralité.

    Et pour de plus amples renseignements, il faut s’adresser à la… paroisse Sainte-Foy : 05 53 66 37 27.

    (Je prierai les tradis férus de juridisme de m’épargner la réflexion : c’est pas grave puisque la chapelle est désacralisée, comme je l’ai vu ailleurs dans un autre contexte.)

    Merci à Osem.

  • Pourriture

    Le diocèse de Rodez (que dirige le sinistre évêque Fonlupt) envoie les enfants des classes de 4e des collèges « catholiques » à un « spectacle-débat » de propagande de l’idéologie du genre.

    Lorsque Riposte catholique a lancé l’alerte, le 13 novembre, des parents d’élèves se sont inquiétés. Au point que les spectacles ont été annulés. A la grande fureur du lobby LGBTQI+ etc., qui a joué de ses accointances médiatiques… et a eu gain de cause auprès des lopettes de l’évêché. Les responsables de l’enseignement soi-disant catholique ont assisté à une représentation, et ils ont trouvé que c’était très bien. Donc les enfants devront subir le lavage de cerveau.

    La pièce « X, Y et moi ? » était au programme du « Festival des fiertés 2017 » de Toulouse, autour de la gay pride locale. Dans le livret du festival on pouvait lire que c’était « un spectacle qui déconstruit les genres et fait vaciller les certitudes ».

    Difficile d’être plus explicite…

    Le « spectacle » ayant été également au programme de la « saison culturelle » de la MJC de Rodez (et de là dans les écoles du département), on lit dans le programme qu’il s’agit de montrer qu’être homme ou femme ne doit pas correspondre à une « normativité » mais au « choix d’endosser tel ou tel, comme un rôle ».

    Eh bien, pour la soi-disant « direction diocésaine de l’enseignement catholique Aveyron et Lot », la représentation est « de qualité et invite à réfléchir sur l’égalité et la complémentarité hommes/femmes » et le débat « permet de s’éclairer mutuellement et participe au discernement ».

    Aux dernières nouvelles, le « directeur diocésain de l’enseignement catholique Aveyron Lot », Claude Bauquis, n’aurait pas encore discerné s’il est un homme ou une femme (à cause de son prénom qui n’est pas "genré", bien sûr). En attendant, on lui conseillera, s’il ne veut pas définitivement passer pour un réactionnaire fasciste, d’écrire comme les auteurs de la pièce en écriture inclusive et de signer : « direct·eur·rice »…

  • Jean-Paul II

    «C'est alors que Wojtyla change de ton et de voix et, me faisant partager l'une de ses visions nocturnes, il me dit: "Rappelle-le à ceux que tu rencontreras dans l'Église du troisième millénaire. Je vois l'Église affligée d'une plaie mortelle. Plus profonde, plus douloureuse que celles de ce millénaire" - se référant à celles du communisme et du totalitarisme nazi -. "Elle se nomme l'islamisme. Ils envahiront l'Europe. J'ai vu les hordes venir de l'Occident vers l'Orient", et il me fait une par une la description des pays: du Maroc à la Libye en passant par l'Egypte, et ainsi de suite jusqu'à la partie orientale. Le Saint-Père ajoute: "Ils envahiront l'Europe, l'Europe sera une cave, vieilles reliques, pénombre, toiles d'araignée. Souvenirs familiaux. Vous, Eglise du troisième millénaire, vous devrez contenir l'invasion. Mais pas avec des armes, les armes ne suffiront pas, avec votre foi vécue intégralement"».

    Le propos est de Mgr Mauro Longhi, rapporté par La nuova Bussola quotidiana.

    Don Mauro, qui est aujourd’hui à l’Opus Dei de Milan, accompagna souvent Jean-Paul II à la montagne, entre 1985 et 1995 (avant de devenir prêtre et d’intégrer la Curie), et il recueillit nombre de confidences du pape. Il n’y a pas de raison de mettre en doute ce qu’il dit. La question qui se pose tout de même est de savoir pourquoi maintenant. En effet Don Mauro donne des conférences sur Jean-Paul II intime depuis la mort du pape. Est-ce qu’il avait déjà parlé de cette vision mais que personne ne l’avait relevée ? Ou est-ce qu’il en parle seulement maintenant parce qu’il n’avait pas osé jusqu’ici mais que la situation montre que Jean-Paul II avait raison ?

    Quoi qu’il en soit on lira avec intérêt la traduction de l’article intégral chez Benoît et moi.

  • En Californie

    L’archidiocèse de San Francisco a pris des dispositions pour « conseiller » un diacre ouvertement « gay » et réglementer ses activités « publiques ». Il y a longtemps que ce diacre est ouvertement homosexualiste, par ses articles dans le magazine LGBT local qui est aussi le plus ancien et le plus connu des Etats-Unis (Bay Area Reporter), par sa participation à la gay pride, et par son activité pastorale. Ainsi, en mai dernier, était-il l’animateur d’un « atelier » intitulé « Les dons des LGBTQ pour l’Eglise institutionnelle », au « Centre de vie spirituelle ignacienne » de la paroisse Sainte-Agnès de Haight-Ashbury. Dernière phrase de sa présentation : « Il est fier d’être un catholique gay et ne voit pas de contradictions dans cette identité, seulement des opportunités pour que le Saint-Esprit l’aide à devenir une personne plus aimante, plus compatissante, et plus sainte. » L’archidiocèse a donc décidé que toutes ses activités publiques devaient désormais être soumises à autorisation. Mais pour ses articles dans Bay Area Reporter, on ne peut rien, parce qu’il ne les signe pas en tant que diacre de l’Eglise catholique…

    L’école San Dominico de San Anselmo n’est plus catholique. Ainsi en ont décidé les… religieuses qui l’administrent, les Sœurs Dominicaines de Saint Raphaël. Elles avaient déjà défrayé la chronique l’été dernier en retirant la majorité des statues ornant le campus, au motif que c’était « perturbant » pour les personnes d’autres religions que de tomber sur une statue de saint François ou saint Dominique en arrivant à l’école. Désormais, l’école n’est plus catholique et ne dépend donc plus de l’archidiocèse, et elle va pouvoir plus que jamais délivrer un enseignement « inclusif ». Voici ces religieuses, qui se disent toujours dominicaines… (A priori on a l’impression d’autre chose… et c’est la bonne nouvelle…)

    Screenshot-2017-11-17 Who We Are Dominican Sisters of San Rafael.png