Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Eglise - Page 3

  • Le cardinal Müller se lâche

    C’est l’un des paradoxes de ce calamiteux pontificat : c’est maintenant qu’il n’est plus aux commandes du dicastère de la foi que le cardinal Müller défend la foi (peut défendre la foi), et de façon incisive et sans concession. Manifestement irrité par la célébration de Luther qui envahit le champ catholique jusqu’au pape, il répond au secrétaire général de la conférence épiscopale italienne, Mgr Galantino (proche de François) qui a fait déborder le vase en qualifiant l’action de Luther d’« événement du Saint-Esprit ». Il est clair que, in fine, le cardinal Müller vise François lui-même.

    Extraits :

    Il y a une grande confusion aujourd’hui dans le discours sur Luther, et il faut dire clairement que du point de vue de la théologie dogmatique, du point de vue de la doctrine de l’Eglise, il n’y eut pas en réalité une réforme mais une révolution, c’est-à-dire un bouleversement total des fondements de la foi catholique. Il n’est pas réaliste de prétendre que son intention était de lutter contre certains abus relatifs aux indulgences, ou contre les péchés de l’Eglise de la Renaissance.

    Dans le livre écrit par Luther en 1520, De captivitate Babylonica ecclesiae, il semble tout à fait clair que Luther a tourné le dos à tous les principes de la foi catholique, de l’Ecriture Sainte, de la Tradition apostolique et du magistère du Pape et des Conciles, et de l’épiscopat. En ce sens, il a travesti le concept de développement homogène de la doctrine chrétienne, tel qu’on l’a explicité au Moyen Age, en venant jusqu’à nier le sacrement, signe efficace de la grâce qui s’y trouve ; il a remplacé cette efficacité objective des sacrements par une foi subjective. (…)

    Il est donc inacceptable d’affirmer que la réforme de Luther « était un événement du Saint-Esprit ». Au contraire, elle était dirigée contre le Saint-Esprit.

    Il n’est pas non plus exact d’affirmer que Luther avait au départ de bonnes intentions, en signifiant ainsi que c’était donc l’attitude rigide de l’Eglise qui l’avait poussé sur le mauvais chemin. Ce n’est pas vrai (…)

    Il n’est davantage exact que l’Eglise a refusé le dialogue (…).

    Dans la confusion actuelle qui touche un si grand nombre on en est arrivé à mettre la réalité sens dessus dessous : ils considèrent le pape comme infaillible lorsqu’il parle en privé, mais quand les papes de toute l’histoire ont proposé la foi catholique, ils disent que cela est faillible. (…)

    Une chose est le désir d’avoir de bonnes relations avec les chrétiens non-catholiques d’aujourd’hui, afin de se rapprocher d’une pleine communion avec la hiérarchie catholique, et aussi avec l’acceptation de la tradition apostolique selon la doctrine catholique, autre chose est de ne pas comprendre ou de falsifier ce qui s’est passé il y a cinq cents ans, et l’effet désastreux que cela a eu. (…)

    Il faut évidemment tout lire, en remerciant Jeanne Smits d’avoir traduit ce texte auquel on pourra désormais avoir recours sans modération.

  • Et vlan !

    François a envoyé une lettre ouverte au cardinal Sarah pour lui dire que son interprétation du motu proprio Magnum Principium, sur les traductions « liturgiques », était erronée. Il a explicitement demandé au journal italien La Nuova Bussola, qui avait publié la note du cardinal Sarah, de publier sa lettre in extenso.

    Dans cette lettre, in fine, François exige du cardinal Sarah qu’il envoie cette lettre à tous les sites qui ont publié « la note “commentaire” » « par erreur attribuée à votre personne ». Sic ! « Et à toutes les conférences épiscopales, membres et consultants de ce dicastère »…

    En bref, le cardinal Sarah, dans un texte dûment revêtu des sa signature (publié en français par L’Homme Nouveau), tentait de maintenir un contrôle des traductions « liturgiques » par Rome. Mais le pape a décidé qu’on devait laisser les conférences épiscopales traduire ou adapter comme bon leur semble (sauf pour les formules sacramentelles les plus sensibles).

    Lorsque le cardinal Sarah avait demandé que la messe soit célébrée ad orientem, François avait réagi de façon très humiliante par un simple communiqué du « bureau de presse » du Vatican, indiquant que le propos était nul et non avenu. Cette fois, c’est par une lettre signée de sa main qu’il contredit ouvertement le préfet de la congrégation pour le culte divin. C’est comme si Jean-Paul II avait envoyé une lettre ouverte pour dénoncer les propos du cardinal Ratzinger critiquant la « catéchèse » française…

    Sur le plan « liturgique », tout cela n’a aucune importance, puisque de toute façon il y a longtemps que les évêques (comme pour la catéchèse) n’en font qu’à leur tête, et qu’ils ont poussé le vice jusqu’à fabriquer une « Bible de la liturgie » qu’ils ont mise sous copyright, montrant ainsi qu’il ne s’agit pas de la Bible mais d’une fantaisie de leur création, puisque ce serait un énorme scandale si des évêques vendaient la parole de Dieu.

    Quant au cardinal Sarah, on sait qu’il ne sera plus préfet de la congrégation pour le culte divin le 23 novembre 2019. Mais on se demande comment il va pouvoir le rester jusque-là…

    Voir sur Benoît et moi l’article de La Nuova Bussola et la vive réaction de Denis Crouan, qui n’est pas un « intégriste »… La présentation de l’affaire par la Pravda vaticanesque est ici.

    N.B. Ce 22 octobre, le cardinal Sarah était à Varsovie, au congrès Europa Christi (en français) :

  • Communion…

    On a déjà vu à plusieurs reprises que Amoris laetitia permet aux évêques de dire tout et le contraire de tout sur la « famille », à savoir les familles, divorcées, recomposées, de même sexe, etc.

    Surtout le contraire de la doctrine catholique, conformément à ce que veut François.

    Ces jours-ci on a une illustration saisissante de la contradiction interne qu’inflige François à l’Eglise, avec d’un côté un document des évêques d’Irlande, de l’autre côté un document des évêques de Pologne. Les deux pays qui étaient considérés naguère comme les deux pays les plus catholiques d’Europe. L’un ne l’est plus, l’autre l’est toujours.

    Les évêques d’Irlande font ouvertement la promotion de l’union homosexuelle, affirment que l’amour de Dieu entoure toutes les unions, et ne prononcent jamais le mot « péché ».

    Côté polonais, il suffira de citer cette phrase à propos des divorcés « remariés » :

    « Demeurer dans le péché d’adultère les empêche de recevoir l’absolution et de recevoir la Sainte Communion. »

    Deux petites remarques :

    — Malgré ses deux synodes, François n’avait pas réussi à imposer la reconnaissance des unions homosexuelles. Mais qu’importe. On fait comme si. Les évêques d’Irlande soulignent qu’il y a eu un référendum et que beaucoup de monde a voté, donc le « mariage de même sexe » est un acquis démocratique dont l’Eglise doit tenir compte ; et aux Etats-Unis il y a ouvertement des messes LGBT avec assentiment explicite de l’évêque.

    — C’est sur une question où l’accès à la communion eucharistique est en cause que François casse la communion dans l’Eglise. Et la cassure est chaque jour plus évidente. Le mot grec est schisme.

  • Pitoyable

    A l’occasion du 25e anniversaire de l’inscription de la cathédrale de Bourges au patrimoine de l'UNESCO a eu lieu un récital d’orgue constitué de transcriptions de chansons de Jacques Brel. Et sans doute pour ne pas choquer les non-catholiques l’autel était caché par un écran.

    Les chansons de Jacques Brel, quelle que soit leur qualité, n’ont pas leur place à l’église. Mais en outre il est absurde de les interpréter sans les paroles.

    Cela a été un « grand moment de la vie de la cathédrale », a dit l’archevêque, Mgr Maillard…

    Le même Mgr Maillard a été interrogé par le journal local. Pour lui, l’inscription à l’UNESCO est une « reconnaissance de ce monument d’une manière officielle, qui classe notre cathédrale dans les grands monuments officiels »… Quand on lui demande quelle est la fonction de la cathédrale, il répond que « c’est un lieu où le diocèse se rassemble dans les grands événements de l’histoire de l’Eglise et de la société ». Et aussi que « l’été, pour les concerts d’orgue, la cathédrale est presque remplie chaque dimanche ».

    Il faut croire qu’elle n’est donc pas remplie pour la messe. Mais Mgr Maillard ne parle pas de la messe. Il ne dit même pas que la cathédrale est l’église mère des églises du diocèse, qu’elle est le lieu où se trouve la cathèdre de l’évêque, la chaire d’où il enseigne avec son autorité apostolique.

    Sans doute a-t-il trop peur de blesser le vivre ensemble…

  • Ambassade

    ct-callista-gingrich-vatican-ambassador-20170718.jpg

    Le Sénat américain a confirmé la nomination de Callista Gingrich comme ambassadeur des Etats-Unis près le Saint-Siège, par 70 voix contre 23. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce n’est pas un bon score pour une nomination d’ambassadeur. Certains (démocrates) n’acceptent pas que Trump fasse ambassadeur quelqu’un qui n’a jamais eu de mission diplomatique.

    En réalité, Callista Gingrich (51 ans) est surtout la femme de Newt Gingrich (74 ans), ancien président de la Chambre des représentants (et avant cela artisan de la reconquête républicaine sous Clinton), dirigeant républicain de premier plan, soutien (tardif) de Donald Trump aux dernières élections.

    Retour d’ascenseur, donc. Mais on notera que cette confirmation a eu lieu le 16 octobre, jour de l’anniversaire de l’élection de Jean-Paul II. Or Callista Gingrich, directrice, conjointement avec son mari, de la société de production cinématographique Gingrich Productions, a produit un important documentaire sur la première visite de Jean-Paul II dans son pays.

    Certains lui reprochent d’avoir eu une liaison de six ans avec Newt Gingrich avant de se marier avec lui (qui était marié avec sa deuxième femme…). Mais c’est sous son influence qu’il s’est converti au catholicisme en 2009.

    Callista Gingrich, qui était son assistante parlementaire, faisait partie du chœur de la basilique du sanctuaire national de l’Immaculée Conception à Washington. Et Gingrich y allait pour l’accompagner et l’entendre. Cela a « créé un environnement où peu à peu j’ai réfléchi et évolué sur la question de la foi », dit-il. Ajoutant que la visite de Benoît XVI en 2008 a été pour lui le « moment de la confirmation ». Lors des vêpres célébrées par le pape à la basilique, alors que Callista chantait, il s’est dit : « Voilà à quoi j’appartiens. »

    9days__58358.1403022080.1280.1280.jpg

  • Consécration de l’Afghanistan…

    Screenshot-2017-10-14 AFGHANISTAN Afghanistan, 'the heart of martyred Asia', consecrated to Our Lady of Fatima.png

    Vendredi 13 octobre, jour du 100e anniversaire de la dernière apparition de Fatima, l’Afghanistan a été consacré au Cœur immaculé de Marie, à Kaboul, par le P. Giovanni Scalese.

    Il y a une seule église catholique en Afghanistan, c’est la chapelle de l’ambassade d’Italie.

    Le P. Scalese est le « supérieur » de la « mission sui juris » d’Afghanistan, érigée en 2002 (il est supérieur de lui-même et de quelques religieuses).

    Il s’agit bien du même Père Scalese dont les billets sur son blog ne sont pas tendres pour François, c’est le moins qu’on puisse dire (voir les nombreuses traductions sur Benoît et moi).

    C’est sans doute pourquoi François l’a envoyé en Afghanistan, dans une chapelle invisible d'un pays où il n'y a aucun catholique autochtone.

    Mais il réussit quand même à faire parler de lui…

    La consécration de l'Afghanistan « cœur de l'Asie martyre » au Cœur immaculé de Marie a eu lieu à 18h locales après le rosaire et la messe. Il y avait là notamment l’aumônier catholique de la base de l’OTAN (un dominicain tchèque) et quelques militaires, le premier conseiller de l’ambassade d’Italie, les sœurs de la mission, et quelques fidèles venus des ambassades et autres institutions internationales.

  • Amoris Laetitia vue par un psychiatre

    Voici une traduction des principaux passages d’un article de Rick Fitzgibbons, psychiatre, directeur de l’Institut de thérapie conjugale de Philadelphie, sur le problème crucial que pose Amoris Laetitia et le fait que ce texte devienne la charte du nouvel Institut pontifical.

    Lire la suite

  • Dallas : ils sont plus de 1000 à la messe traditionnelle

    La paroisse de la Fraternité Saint-Pierre à Dallas, Mater Dei, a lancé une campagne pour récolter des fonds afin de construire une église. Depuis 1991 (c’était le premier apostolat de la FSSP en Amérique du Nord), la communauté a déjà déménagé deux fois en raison de sa croissance, mais sa troisième chapelle est encore trop petite. Malgré les désormais quatre messes chaque dimanche, célébrées par le curé et ses trois vicaires. Quatre messes qui totalisent en moyenne 1.100 fidèles. Une cinquième messe est prévue…

    La Fraternité Saint-Pierre a l’intention de construire une église de 900 places assises, pour un coût de 4,5 millions de dollars. L’objectif est de récolter la moitié de cette somme, car la politique du diocèse est de lancer les travaux quand il a la moitié des fonds nécessaires.

  • A Fatima

    Vendredi, pour la clôture du centenaire des apparitions de Fatima, sera donné en la basilique un concert, par le chœur et l’orchestre Gulbenkian de Lisbonne, sous la direction de Joana Carneiro.

    Au programme, notamment, la création de The sun danced (le soleil a dansé) de James MacMillan, qui est le plus grand compositeur de sa génération, et authentiquement catholique.

    Il décrit ainsi cette œuvre (qui dure 15 minutes) :

    « La première de The sun danced aura lieu à la basilique de Fatima exactement 100 ans après le miracle du soleil. Les événements miraculeux ont rendu célèbre dans le monde entier cette petite ville portugaise anonyme, et ont donné lieu à un incroyable phénomène spirituel qui se poursuit. Les textes sont pris des apparitions de l’Ange et de la Vierge ainsi que de propos avérés de personnes de la foule présente au Miracle du soleil. L’œuvre est écrite en trois langues – latin, anglais et portugais – et comprend également des textes d’hymnes associées à Fatima – Sanctissimae Trinitatis et Ave Theotokos. »

  • L’Eglise syro-malabare s’agrandit

    Le pape a érigé deux nouvelles éparchies syro-malabares (en Inde), avec nomination de leur premier évêque :

    — l’éparchie de Hosur, avec comme premier évêque Sebastian (Jobby) Pozholiparampil, qui était jusqu’ici vicaire patriarcal de l’éparchie de Irinjalakuda. L’éparchie de Hosur est le nord de l’Etat du Tamil Nadu. Il y a quelque 50.000 fidèles syro-malabars à Chennai, et 15.000 à Chingleput, Dharmapuri, Vellore et Pondichéry. La cathédrale est la toute récente église Saint-Antoine de Noothenchery.

    — l’éparchie de Shamshabad, avec comme premier évêque Mgr Raphael Thattil, jusqu’ici évêque auxiliaire de Trichur. L’éparchie de Shamshabad couvre… tout le territoire de l’Inde en dehors des éparchies déjà constituées. Le siège de Shamshabad se trouve à 50 km de Hyderabad, dans l’Etat de Telangana, où vivent 500 familles syro-malabares. En attendant la construction de la cathédrale, l’église Saint-Alphonse de Kukatpally sera la pro-cathédrale.