Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Eglise - Page 3

  • Une réaction

    Celle de Mgr David Konderla, évêque de Tulsa (Oklahoma) :

    CmKZliOWIAEPab0.jpg

    Je suis heureux que ce soit l'archevêque Viganò qui m'ait appelé pour me dire que j'avais été nommé quatrième évêque de Tulsa. Les allégations qu'il détaille sont une bonne occasion de commencer les enquêtes qui doivent être conduites pour rétablir la sainteté et la responsabilité dans la direction de l'Eglise.

    C’est maintenant le temps pour nous de redoubler de prières pour l'Eglise et pour les victimes de ces crimes.

    Saint Michel Archange, défends-nous dans le combat.

    Évêque David Konderla

    Konderla-statement.jpg

  • Le puzzle

    Rappel de quelques pièces du puzzle pour lequel Mgr Carlo Maria Viganò vient de livrer les dernières en date, qui sont des pièces majeures pour comprendre le dessin entier et qui confirment ce que l’on en voyait déjà.

    • Lorsque François tout juste élu paraît sur le balcon, c’est en compagnie du cardinal Danneels, naufrageur de l’Eglise en Belgique, membre éminent de la mafia de Saint-Gall et complètement déconsidéré comme protecteur d’un évêque coupable d’abus sexuels. Et le pape l'invitera au synode sur la famille. (La mafia de Saint-Gall est formée de progressistes et elle est liée à la mafia des invertis, le désormais célèbre McCarrick étant membre des deux, les deux ayant fait élire François.)
    • François décide d’habiter la maison Sainte-Marthe, qui est dirigée par Mgr Battista Ricca. L’homme est un inverti notoire qui a fait scandale dans deux nonciatures, particulièrement celle de Montevideo, où son amant faisait les quatre cents coups. C’était quasiment sous les fenêtres d’un certain Bergoglio archevêque de Buenos Aires (de l’autre côté du Rio de la Plata). Deux mois après son élection, François nomme Ricca prélat de l’IOR, la banque du Vatican. Le mois suivant, interrogé sur le personnage, il répond : « Qui suis-je pour juger ? », propos érigé en axe du pontificat de miséricorde.
    • Lors du premier synode sur la famille, François nomme les membres de la commission chargée de rédiger les rapports. Le rapport de mi-synode, écrit à l’avance, dit que l’Eglise « reconnaît que les homosexuels ont des dons à offrir à la communauté chrétienne ». Les deux synodes devaient produire des « avancées » sur ce thème et celui de l’accès des adultères à la communion. Echec sur le premier, demi-victoire sur le second.
    • François a détruit l’Institut Jean-Paul II pour les études sur le mariage et la famille, et l’a remplacé par un Institut théologique pour les sciences de la famille et du mariage, et il a viré tous les membres de l’Académie pontificale pour la vie, afin de les remplacer par des hommes à sa botte. Et il a nommé président des deux institutions Mgr Vincenzo Paglia, connu notamment pour avoir décoré sa cathédrale de Terni d’une immonde fresque « homoérotique » où il est lui-même figuré nu enlaçant un homme nu. Et aussi (entre autres) pour avoir demandé ouvertement la reconnaissance légale des « couples homosexuels ».
    • François a nommé Mgr Kevin Farrell préfet du nouveau grand dicastère pour les laïcs, la famille et la vie et l’a fait cardinal. Farrell était premier vicaire général de Washington quand le cardinal McCarrick était l’archevêque. C’est McCarrick qui l’a fait évêque, et ils ont vécu pendant six ans dans le même appartement. Farrell prétend qu’il est tombé des nues en apprenant les activités sexuelles de McCarrick, ce qui est tout bonnement impossible, car dans son entourage tout le monde savait que McCarrick, dit « Tonton Ted », avait pour spécialité de mettre de façon habituelle des séminaristes dans son li
    • François a reçu plusieurs fois, ostensiblement, des invertis. A l’un d’eux il aurait dit : «  Dieu t’a fait ainsi, Dieu t’aime ainsi. Le pape t’aime ainsi, et tu dois t’aimer toi-même et ne pas faire cas de ce qu’en disent les gens. » Il n’y a eu aucun démenti. Il a même reçu au Vatican, de façon ostentatoire, « un » transsexuel et « sa compagne ». A Washington, il avait reçu uniquement (du moins selon l'histoire officielle) un universitaire argentin inverti et son giton, et la vidéo du trio plaisantant et riant avait été complaisamment diffusée.
    • François a nommé le jésuite James Martin consulteur des services de communication du Vatican. Le P. James Martin, également invité à la Rencontre mondiale des familles de Dublin, est mondialement célèbre comme militant LGBT, et son livre de plaidoyer pour les invertis a reçu le soutien enthousiaste… du cardinal Farrell (ainsi que de Joseph Tobin, que François a fait cardinal et archevêque de Newark).
    • François a nié aussi longtemps qu'il a pu le scandale chilien, traitant de menteurs ceux qui accusaient son protégé l'évêque Barros: "Le jour où vous m’apportez une preuve contre l’évêque Barros, je vous parlerai. Il n’y a pas une seule preuve contre lui. Tout est calomnie. C’est clair ?" Jusqu'à ce que soit diffusée la preuve qu'il savait...

    Pour la suite, notamment sur la mafia épiscopale gay des Etats-Unis, lire le texte de Mgr Carlo Maria Viganò.

  • Une réaction

    Celle de l’évêque de Tyler, Texas, Mgr Joseph Strickland :

    strickland.jpg

    Chers prêtres, diacres, religieux et tous les saints fidèles du diocèse de Tyler,

    Une lettre (voir ci-dessous) de Mgr Vigano, ancien nonce aux États-Unis, soulève de graves allégations et appelle à la démission de nombreux prélats de haut rang, dont le pape François.

    Soyons clairs, ce sont seulement des allégations, mais en tant que votre pasteur, je les trouve crédibles. De ce fait, la réponse doit être une enquête approfondie comme celle qui est menée chaque fois que des allégations sont jugées crédibles. Je n'ai pas le pouvoir de lancer une telle enquête, mais je prêterai ma voix de toutes les manières nécessaires pour demander cette enquête et que ses conclusions demandent des comptes à tous ceux qui seront jugés coupables, même aux plus hauts niveaux de l'Église.

    Alors que cela se déroule, j'exhorte tous les membres du diocèse de Tyler à prier avec ferveur pour la Sainte Église et à demander l'intercession de notre Sainte Mère. Nous sommes le troupeau de Jésus-Christ. Il est le Seigneur de son Église et son Saint-Esprit nous guidera à travers ces ténèbres.

    Dieu Tout-Puissant Père, Fils et Esprit aie pitié de ton Eglise et purifie-la dans le feu de ton amour.

    Bienheureuse Vierge Marie, priez pour nous
    Tous les saints papes et évêques du ciel, priez pour nous
    Tous les saints hommes et femmes, priez pour nous

    Je demande à tous les prêtres d’inclure cet avis dans les messes le 26 août et de l’afficher immédiatement sur leurs sites Web et autres médias sociaux.

    Mgr Joseph E. Strickland
    Évêque de Tyler

  • La bombe

    vigano_foto.jpg

    Enfin un prélat met les pieds dans le plat, pour de bon, et dit tout ce qu’il sait sur l’affaire McCarrick et sur la mafia ecclésiastique des invertis et prédateurs sexuels en Amérique et au Vatican. C’est Mgr Carlo Maria Viganò, ancien nonce apostolique (de 2011 à 2016) aux Etats-Unis. Et il demande la démission des responsables, y compris de François qui est englué jusqu’au cou dans ces affaires, comme on pouvait s’en douter par de nombreux indices.

    Le nom de Mgr Viganò devint connu lors des Vatican leaks, car l’une de premières révélations de ces fuites fut une lettre de l’archevêque se plaignant d’avoir été envoyé aux Etats-Unis parce qu’il se battait contre la corruption au Vatican alors qu’il était secrétaire général du gouvernorat. « On » lui avait donné une belle promotion pour qu’il ne mette plus son nez dans ces affaires, selon le principe « promoveatur ut amoveatur » (qu’il soit promu pour qu’on s’en débarrasse). Dans les westerns on dit : « They shot the sheriff » (ce fut d’ailleurs le titre d’un article du blog MondayVatican). Mais Viganò aux Etats-Unis est tombé sur des affaires bien pires que celles dont il s’occupait au Vatican. Et il a cherché à combattre l’immonde corruption qu’il découvrait. Mais il s’est heurté à des puissances qui d’abord avaient l’appui de ceux qui l’avaient exilé, puis du pape en personne…

    J’avais l’intention de citer quelques paragraphes du texte de Mgr Viganò. Mais je ne le ferai pas. Il faut lire intégralement ce réquisitoire implacable de 11 pages. On le trouvera dans son texte original italien ici, et en traduction française .

  • APOSTASIE

    chasubles_450.jpg

    Voici les ornements « liturgiques » qui seront portés par les prêtres, les évêques et le pape, lors de la Rencontre mondiale des familles en Irlande.

    On nous dit que le symbole sur les chasubles est celui de la Sainte Trinité, inspiré du triskel celtique (et l'on tartine sur la famille « vivante icône » de la Sainte Trinité, comme l'a dit cinq fois le Saint-Père dans Amoris laetitia...).

    C’est doublement faux.

    Il s’agit d’un symbole clairement païen et non celtique.

    D’abord le triskel n’a jamais été le symbole de la Sainte Trinité. Quand saint Patrick a voulu expliquer la Trinité, il a choisi le petit trèfle irlandais, le shamrock, et non le triskel qu’on pouvait voir dessiné sur de très anciennes tombes païennes.

    triskele-symbol-spiral.png

    Ensuite le triskel est devenu un ornement décoratif, d’ailleurs beaucoup plus utilisé en Bretagne qu’en Irlande.

    En outre l’ornement des chasubles n’est en rien un triskel, où il n'y a jamais de « bulbes », surtout à l’intérieur.

    Korea-Buk-01.jpg

    Sam_Taeguk.jpgDongdae-mun_Taegeuks.jpg

    C’est à l’évidence un sam-taeguk, symbole du chamanisme coréen utilisé aussi dans le taoïsme. Il fut choisi comme premières armoiries de la Corée et il est toujours utilisé par les nationalistes coréens.

    Samtaegeuki_Flag.JPG

    Samtaegeuk_banner.JPG

    A l’origine il s’agit du symbolisme yin et yang auquel on a ajouté un troisième élément, les trois étant ainsi le ciel, la terre et l’homme.

    Il a été repris par l’hindouisme comme illustration des trois gunas (les trois éléments primordiaux dont l’interaction produit la création), associés à Vishnou, Brahma et Shiva.

    Je ne sais pas si je fais toujours partie de cette Eglise, mais ce qui est sûr est que je n’ai pas la même religion que ces gens-là.

    Et l’on risque fort de voir bien pire lors du synode sur l’Amazonie…

    P.S. Quand bien même on ferait d'un symbole chamanique un symbole de la Trinité et qu'on ferait croire que c'est un triskel (à l'envers), il resterait que cela ne conviendrait pas à une chasuble liturgique. La chasuble symbolise le fait que le prêtre agit in persona Christi, et elle ne peut donc comporter qu'un symbole du Christ.

    Et l'on ne manipule pas les symboles impunément.

  • Reims

    Le pape a accepté la renonciation de Mgr Thierry Jordan, qui n’aura 75 ans que le 31 août, et a nommé archevêque de Reims Mgr Eric de Moulins-Beaufort, jusqu’ici évêque auxiliaire de Paris.

    Je suppose que c’est sans intérêt, mais peut-être que je me trompe.

  • Un scandale parmi les scandales

    Alors qu’a éclaté le scandale du rapport de la justice de Pennsylvanie sur quelque 300 prêtres prédateurs sexuels (et tout ce qu’on peut imaginer autour, comme des prêtres élaborant des images pédopornographiques avec des images pieuses), ce qui implique de nombreux évêques – le cardinal Wuerl serait cité 200 fois dans le rapport, après le scandale McCarrick (le cardinal qui se faisait appeler “Tonton Ted” par ses amants et ses victimes) qui n’a certainement pas fini de faire des vagues en raison des nécessaires complicités au niveau épiscopal, on découvre que lors de la Rencontre mondiale des familles va se produire devant le pape et 75.000 fidèles un chanteur vedette irlandais qui s’était prononcé ouvertement pour le oui au « mariage » entre personnes de même sexe lors du référendum. Ce chanteur (de mélasse), Daniel O’Donnell, est réputé avoir vendu plus de 10 millions de disques. Il est évident que sa prise de position publique, répercutée par tous les médias, avait eu une influence sur les citoyens. Et il va se faire applaudir par le pape…

    Mais on sait aussi que l’invité vedette de la Rencontre est James Martin, un prêtre jésuite dont la principale occupation est de promouvoir les droits LGBT dans l’Eglise (et François l’a fait consultant au service communication du Saint-Siège).

    Tandis que nulle part dans les si nombreuses réunions de cette Rencontre des familles il n’est question de l’avortement…

    Mais qui suis-je pour juger ?

  • Sinisation

    Tous les diocèses de l’Eglise officielle de Chine (dont le nom officiel est Association patriotique des catholiques chinois) doivent soumettre d’ici la fin du mois un plan quinquennal sur ce qu’ils compte faire pour accomplir la sinisation de l’Eglise sur tous les plans : architecture, décoration, liturgie, théologie, relecture de l’histoire, conformément aux consignes du grand président Xi Jinping.

    Contrairement à ce que vous pourriez croire, c’est très facile. Car l’Association patriotique a envoyé aux diocèses un document de 15 pages qu’il suffit de recopier.

    Cela commence naturellement par un acte de soumission au parti communiste, et l’adhésion au socialisme « selon les caractéristiques chinoises ».

    On remarque que dans ce texte on lit les mots “Jésus-Christ” une fois, “Parti communiste” 5 fois, “Association patriotique”… 15 fois.

  • Benoît XVI a encore frappé…

    Selon le rabbin Walter Homolka, recteur du collège Abraham Geiger de Potsdam, Benoît XVI encourage « un nouvel antisémitisme sur des bases chrétiennes » ; pour le Grand Rabbin de Vienne Arie Folger, il est « problématique » que le précédent pape insiste sur une approche christologique de l'Ancien Testament. Mais chez les « catholiques » aussi on s’insurge : Michael Bohnke, professeur de théologie systématique à l'Université de Wuppertal, déclare : « Après Auschwitz, je ne me serais jamais attendu à lire quelque chose de semblable de la part d'un théologien allemand. »

    Diantre. De quoi s’agit-il ? D’un article de Joseph Ratzinger-Benoît XVI paru dans le dernier numéro de Communio (en allemand). Dont on n’aurait peut-être jamais entendu parler sans la polémique qu’il suscite.

    Un article qui paraît fort intéressant par ce qu’en révèlent les deux journalistes italiens dont Benoît et moi donne la traduction.

    Joseph Ratzinger-Benoît XVI revient sur l’apparent changement de doctrine de l’Eglise vis à vis du judaïsme depuis Vatican II. Alors qu’auparavant on parlait volontiers de substitution de l’Ancienne Alliance par la Nouvelle Alliance, l’Eglise étant le Nouvel Israël qu’elle a donc remplacé, on insiste aujourd’hui sur le fait que les dons de Dieu sont sans repentance, ce qui implique que la Première Alliance est toujours valide et qu’il n’y a donc pas de « substitution ».

    Ce thème a donné lieu à d’interminables discussions, qui m’ont toujours paru sans objet réel, car si les conclusions ultimes que l’on tire des deux positions sont contradictoires, ces positions ne le sont pas dans leur essence. Mais j’étais bien incapable de dire pourquoi.

    Joseph Ratzinger-Benoît XVI donne la réponse : les dons de Dieu sont en effet sans repentance, donc quand il offre une Alliance c’est pour toujours, mais ce sont les hommes qui ne sont pas fidèles à l’Alliance et qui la rompent, comme on le voit souvent dans l’Ancien Testament. Jésus est venu rétablir l’Alliance : « Le rétablissement de l'Alliance du Sinaï dans la Nouvelle Alliance dans le Sang de Jésus - c'est-à-dire dans Son amour qui vainc la mort - confère à l'Alliance une forme nouvelle et à jamais valide. »

    « Donc, en fait, il n'y a pas vraiment de "substitution", mais un cheminement qui conduit enfin à une seule réalité, avec la nécessaire disparition du sacrifice des animaux [de l'Ancienne Alliance] qui est remplacé ("substitution") par l'Eucharistie. »

    « L'alliance du Sinaï était déjà dans son essence une promesse, une approche vers le définitif et le concluant. Après toutes les destructions, c'est l'amour de Dieu qui atteint même la mort de son Fils, et qui est par elle-même la Nouvelle Alliance. »

    On comprend que les juifs ne soient pas contents, puisqu’on leur avait fait croire que les chrétiens reconnaissaient la permanence de l’Alliance de Moïse en ce sens qu’ils n’avaient pas à reconnaître le Christ, mais de quel droit s’immiscent-ils dans un débat théologique catholique ? Ils devraient déjà nous expliquer comment ils peuvent se dire fidèles à l’Alliance alors qu’ils n’ont plus, depuis 2.000 ans, les sacrifices qui constituent une partie capitale et essentielle de la Torah…

  • En Chine

    Deux prêtres catholiques non officiels qui desservaient la paroisse de Maijiqu Ganquan dans le diocèse de Tianshui ont été renvoyés dans leurs villes d’origine pour avoir… organisé un camp d’été pour les jeunes de la paroisse l’an dernier. Ce qui était toléré ne l’est plus selon les nouvelles règles. Le comité municipal pour les Affaires religieuses et ethniques de Tianshui a envoyé une lettre à l’administration locale de l’Eglise officielle, constatant que celle-ci n’avait aucun représentant dans cette paroisse et qu’elle devait donc en nommer, « afin de renforcer la gestion des affaires religieuses conformément à la loi sur les Affaires religieuses ».

    La paroisse de Maijiqu Ganquan était l’une de deux seules paroisses « clandestines » du diocèse de Tianshui. L’église, construite en 1921, se trouve sur un terrain de 7.000 mètres carrés comprenant également des bâtiments paroissiaux et des maisons. Le tout vient donc de passer subrepticement sous la coupe de la soi-disant Association patriotique des catholiques chinois…

    On attend le commentaire de François…