Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Eglise - Page 3

  • Toujours pire

    L’instrumentum laboris du synode amazonien est un texte new age panthéiste qui ne cherche même pas à apparaître chrétien.

    Il va devenir difficile de faire pire.

    Mais aussi de continuer à se dire fidèle de l’Eglise de Rome. (Voir aussi ce texte sur les séminaires.)

  • Une nomination

    Screenshot_2019-06-18 La jesuitina María Luisa Berzosa, consultora de la Secretaría General del Sínodo de Obispos.png

    François a nommé quatre femmes consulteurs (consulteuses ? consultatrices ?) du secrétariat général du synode des évêques. Parmi elles la « jésuitine » María Luisa Berzosa González, qui avait déjà participé au synode pour les jeunes.

    Il va de soi que François sait qui elle est. Et ce qu’elle pense. Et que c’est en connaissance de cause qu’il l’a nommée.

    Sœur Berzosa dit dans une interview à Crux qu’il faut pour les femmes « plus de visibilité, plus de places de direction, des postes de responsabilité, une plus grande présence dans la prise de décision » dans l’Eglise. Il « reste beaucoup à faire (…) mais je suis optimiste, je ne perds jamais espoir et je veux croire que si nous continuons à faire de petits pas dans la bonne direction, même s'ils semblent insignifiants, nous allons de l'avant, sans nous arrêter ».

    On croirait entendre François. Seulement François, du moins en public, s’arrête là. Sœur Berzosa va jusqu’au bout du raisonnement. Quand on lui demande si « le sacerdoce devrait également être ouvert aux femmes » elle répond : « Personnellement, telle qu’est actuellement la structure, je ne souhaite pas que ce soit le cas. Les choses doivent changer. Mais je pense que si des étapes sont franchies, des processus sont créés, des responsabilités sont assumées, [l’ordination des femmes] peut être au bout de ce processus, sans bruit, comme une progression naturelle. »

    Et cette religieuse qui a donc, par un deuxième petit pas, un poste de responsabilité à Rome, dit tout tranquillement qu’au bout du processus il y a l’ordination des femmes…

  • Une prière pour l’abbé Ireneusz Bakalarczyk

    Screenshot_2019-06-17 New Liturgical Movement.jpg

    C’était lundi il y a une semaine. Le lundi de Pentecôte. L’abbé Ireneusz Bakalarczyk, notaire de l’archidiocèse de Wrocław et desservant de la forme extraordinaire du rite romain, se rendait pour la messe de 7 heures en l’église Sainte Marie sur le Sable de Wrocław (église gothique sur une île de l’Oder), quand il fut sauvagement poignardé à la poitrine et à l’abdomen par un individu qui a été rapidement interpellé. Après avoir subi une délicate opération, le prêtre est hors de danger et en convalescence.

    L’agresseur a déclaré qu’il voulait s’en prendre à un homme en soutane pour venger les victimes d’abus sexuels commis par des prêtres.

    Le site New Liturgical Movement avait présenté des photos de la messe de la Pentecôte en l’église Sainte Marie sur le Sable. Puis s’est aperçu que le prêtre qui était sur les photos est celui qui s’est fait agresser.

    Screenshot_2019-06-17 New Liturgical Movement(1).jpg

    Screenshot_2019-06-17 Iglesia_de_la_Virgen_María,_Breslavia,_Polonia,_2017-12-20,_DD_17-19_HDR jpg (Image JPEG, 4663 × 7437[...].png

     

  • La messe interdite

    cq5dam.thumbnail.cropped.750.422.jpegD8vT25yXsBgYamw.jpeg

    Le grand maître de ce qui se dit encore l’Ordre de Malte vient d’interdire la messe traditionnelle :

    « J’ai donc décidé, en tant que garant suprême de la cohésion et de la communion de l’Ordre de saint Jean de Jérusalem dont la Providence m’a fait Grand Maître [euh… non, c’est pas la Providence, c’est l’évêque actuel de Rome] que désormais toutes les cérémonies liturgiques dans notre Ordre doivent être accomplies selon le rite ordinaire de l’Eglise (rite de Paul VI) et non le rite extraordinaire (rite Tridentin). Cette décision s’applique à toutes les célébrations liturgiques officielles, comme les investitures, les messes de nos pèlerinages, les messes commémoratives, aussi bien que les fêtes et solennités de notre ordre. »

    Le rejeton de la famille Dalla Torre del Tempio di Sanguinetto, devenu valet de François, ose se référer au paragraphe 3 de Summorum Pontificum pour imposer son arbitraire (celui de son maître). S’il avait seulement lu une fois le texte, il saurait que Benoît XVI ne parle pas du « rite ordinaire » ni du « rite extraordinaire » ni du « rite de Paul VI » ni du « rite Tridentin », mais de deux formes de l’unique rite romain. Précisément en vue de garantir la cohésion et la communion…

    Rappel

    L'Ordre de Malte avant le coup d'Etat de François (23 juin 2016):

    4084279003.jpg

    L'Ordre de Malte après le coup d'Etat de François (23 juin 2017) :

    3441457809.jpg

  • Quelques rappels opportuns

    Par le cardinal Raymond Burke, le cardinal Janis Pujats, les évêques Tomash Peta, Jan Pawel Lenga et Athanasius Schneider.

    C’est ici.

    Avec une note explicative.

  • Euh… François ?

    Screenshot_2019-06-10 Tianjin, an official priest and an underground priest remember Msgr Stefano Li Side.jpg

    Mgr Etienne Li Side, évêque de Tianjin, est mort samedi à l’âge de 92 ans.

    L’Eglise officielle a refusé que ses funérailles aient lieu à la cathédrale de Tianjin, ni d’ailleurs dans aucune autre église. Des prêtres (on voit aussi sur la photo des religieuses de la congrégation qu’il avait fondée) ont seulement pu avoir un moment de prière dans le salon funéraire où le corps avait été placé.

    Les amis de François refusent des funérailles catholiques à un évêque catholique… Et François ne dit rien. Ce doit être dans l’accord secret, sans doute.

    La première fois que Mgr Li Side fut arrêté, c’était en… 1958. Il était prêtre à la cathédrale de Tianjin. Relâché en 1962, il retourne à la cathédrale, et l’année suivante il est de nouveau arrêté. Il restera dans un camp jusqu’en 1982. Il revient à la cathédrale, et il est alors consacré évêque secrètement. En 1989, ayant participé à une réunion d’évêques, de prêtres et de fidèles qui demandaient plus de liberté religieuse, il est de nouveau arrêté. Il est libéré en 1991. Mais l’année suivante il est envoyé en résidence surveillée dans un village perdu dans les montagnes. Il y est resté 27 ans, jusqu’à sa mort. Les autorités communistes pensaient qu’il serait vite oublié, mais au contraire de plus en plus de personnes allaient le voir. Le gouvernement l’avait remplacé par un évêque qui avait été clandestin (ordonné par Mgr Li Side), et qui avait fini par rejoindre l’Eglise officielle. Il est mort en 2006. Et c’est depuis lors que de nombreux prêtres (y compris la majorité des prêtres de l’Eglise officielle) allaient voir Mgr Li Side, qu’ils considéraient comme leur évêque (ce qu’il était), particulièrement pour la messe chrismale…

  • La messe de Louis XIV interdite

    A Saint-Germain-en-Laye, les catholiques qui souhaitaient avoir la messe traditionnelle se sont toujours heurtés à un refus du clergé soutenu par l’évêché : il n’y a pas de prêtre disponible, il n’y a pas d’église disponible. Un mur de béton.

    Or voici que l’église Saint-Louis de Port-Marly, haut lieu de la messe traditionnelle, a dû fermer pour d’importants travaux. Les messes ont alors été célébrées en la chapelle des Franciscaines… de Saint-Germain-en-Laye. Cette chapelle dont précisément on disait qu’elle n’était pas disponible.

    Aujourd’hui les travaux s’achèvent à Port-Marly. Les chapelains ont fait savoir qu’ils étaient disponibles pour continuer d’assurer le culte à la chapelle de Saint-Germain-en-Laye. Ce qui répondrait au vœu de nombreux fidèles de la ville et en même temps désengorgerait l’église de Port-Marly.

    Mais il n’en est pas question. Et pour être bien sûr que la messe traditionnelle ne reste pas dans la ville de Louis XIV, on confie la chapelle des Franciscaines… aux Ukrainiens. Sic.

  • Consentement présumé

    C’est la première fois que je vois quelqu’un remarquer que le « consentement présumé » n’est pas du tout un consentement. Ce sont les évêques suisses, que l’on a vu souvent beaucoup moins bien inspirés, qui le soulignent, à propos du projet « Pour sauver des vies en favorisant le don d'organes » actuellement en discussion.

    Ce texte introduit la notion désormais bien connue de « consentement présumé » au don d’organes dans le but de « faciliter les dons » et de « réduire les listes d’attente ».

    Les évêques s’opposent à cette proposition, a déclaré hier Mgr Felix Gmür, président de la Conférence épiscopale, parce que « un don présuppose le caractère expressément volontaire du donneur » : le consentement présumé « est contraire au principe de consentement explicite de la personne concernée ». Les évêques estiment que le don d’organes peut être considéré comme un acte d’amour, mais « qu'il ne peut en découler aucune obligation morale. Celui qui ne veut pas transmettre ses organes, tissus ou cellules ne peut en aucun cas être condamné moralement. »

     

  • Catho-Sodome USA

    newark_sodomy_mass_645_835_75.jpg

    La paroisse Notre-Dame de Grâce de Hoboken, New Jersey, accueillera le 30 juin sa deuxième messe Pride « en soutien de nos frères et sœurs LGBT ». Les sites Out in New Jersey et NJ.com publient l’invitation à assister à cette messe et à rejoindre ensuite la gay pride « mondiale » de New York.

    David_Haas_pride_song_640_1136_75.jpg

    L’auteur de chansonnettes « liturgiques » David Haas, dont plusieurs sont paraît-il très célèbres outre-Atlantique, a composé un cantique pour le « mois des fiertés ». Le texte est repris d’un psaume (du moins de la « traduction » et « adaptation » anglaise d’un psaume), dont le sens est détourné de façon blasphématoire : « Je te louerai, Dieu, tu m’as brodé. Pour tous ces mystères je te remercie. Tu as créé toutes les parties de moi, tu m’as fait merveilleux, tu m’as fait merveilleux. » David Haas ajoutait qu’il fournirait la partition gratuitement à qui la lui demanderait pendant le « mois des fiertés ». Puis il a supprimé ce post. Puis il a mis les remerciements du P. James Martin renvoyant à un enregistrement du « cantique », par David Haas lui-même, sur Youtube…

    Screenshot_2019-06-07 University of St Thomas Catholic University Houston, Tx.png

    Soyez fièrement vous-même...

    L’université catholique Saint-Thomas de Houston (Texas) a depuis peu une « Organisation pour la diversité et l’inclusion », ouvertement destinée à promouvoir des initiatives LGBT. Le syndicat des étudiants (Student Government Association) lui a alloué une subvention de 1.500$, précisant que c’était pour promouvoir des initiatives LGBT.

  • Un évêque

    bishop-paprocki.jpg

    Mgr Thomas Paprocki, évêque de Springfield, capitale de l’Illinois, qu’on a déjà croisé ici et , a publié un décret interdisant la communion aux présidents de la chambre des députés et du sénat de l'Etat, suite au vote de la loi qui garantit le « droit » à l’avortement jusqu’à la naissance :

    Conformément au canon 915 du code de droit canonique... Le président du Sénat de l'Illinois, John Cullerton, et le président de la Chambre, Michael J. Madigan, qui ont facilité l'adoption de la loi sur l'avortement de 2017 (projet de loi de la Chambre 40), ainsi que de la loi sur la santé reproductive de 2019 (projet de loi du Sénat 25) ne doivent pas être admis à la Sainte Communion dans le diocèse de Springfield dans l’Illinois parce qu’ils persistent obstinément à promouvoir le crime abominable et le très grave péché d’avortement, comme le prouve l’influence qu’ils ont exercée par leur rôle de dirigeants et leurs votes répétés, et leur soutien public inconditionnel sur une longue période à des droits à l'avortement.