Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Et on appelle encore ça l’éducation nationale…

    Sans commentaire :

    Suite à l’intervention de l’ADFH et aux réactions de nombreux enseignants, le Ministère de l’Education Nationale a modifié le programme de la nouvelle spécialité « Droit et Grands Enjeux du Monde Contemporain » (DGEMC) en classe de terminale série littéraire.

    Le chapitre 2.5 de ce programme, intitulé « L’évolution de la famille », excluait au départ toute référence explicite aux familles homoparentales. L’ADFH s’en est alors vivement émue auprès de la Direction Générale de l’Enseignement Scolaire (DGESCO). Les experts de la DGESCO ont finalement accédé à notre demande, et intégré l’étude des familles homoparentales au programme de cet enseignement.

    La version définitive de ce programme, parue au Journal Officiel (arrêté du 12-7-2011 – J.O. du 20-9-2011), indique en effet désormais (chapitre 2.6) :

    « Après avoir constaté l’absence de définition de la famille, on montrera, par une analyse juridique et historique, qu’elle a profondément évolué et qu'elle est devenue multiforme (famille biologique, adoptive, monoparentale, homoparentale, recomposée, nucléaire, élargie) et on proposera aux élèves d'en rechercher une définition. »

    L’ADFH se félicite de la prise en compte des familles homoparentales dans ce programme éducatif, et rappelle qu’elles constituent aujourd’hui une réalité incontestable dans la pluralité des formes familiales existantes. Dans un contexte de vives polémiques et de pressions conservatrices liées à l’étude du genre dans les programmes de première, l’ADFH veillera à ce que le thème de l’homoparentalité soit traité de manière correcte et approfondie dans les manuels de DGEMC à paraître pour la rentrée 2012.

  • La Norvège prend le large

    Selon le dernier sondage, paru aujourd'hui dans Dagbladet, 72% des Norvégiens sont maintenant contre l’adhésion de leur pays à l’UE, et 12% y sont favorables…

     

  • Symbole de la révolution…

    photo2.jpg

    Le drapeau d’Al Qaïda (drapeau noir avec la Chahada et une pleine lune) flotte sur le palais de justice de Benghazi, d’où est partie la révolution libyenne.

    Photos et vidéo sur Bivouac-ID.

    Photos et article (en anglais) sur Vice.

  • « Sur le concept du visage du Fils de Dieu »…

    La pièce telle qu’elle a été jouée en Avignon, si j’en crois les comptes rendus de l’époque, était au mieux ambiguë (ou nihiliste), au pire blasphématoire.

    La pièce telle qu’elle est jouée à Paris, si j’en crois les comptes rendus de catholiques qui l’ont vue, est au pire ambiguë, au mieux profondément chrétienne.

    Si à la fin de la pièce le visage du Christ apparaît de nouveau, intact, il est difficile de ne pas voir que sa destruction est l’image de la Passion, suivie de la résurrection. Et le reste de la pièce, nonobstant l’obsession scatologique, est une parabole sentie de la condition humaine, car nous sommes en effet tous dans la merde, et nous tachons tout ce que nous touchons, sous le regard de Dieu, qui nous attend, qui attend même nos blasphèmes, ou nos doutes, mais qui est là, qui reste là, même quand nous avons tout démoli, et qui nous attend toujours.

     « Il n’a pas détourné sa face de moi, et quand j’ai crié vers lui il m’a exaucé. »

    Psaume 21, 6 (le psaume de la Passion, qui commence par "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné").

  • Ornaverunt faciem templi

    R. Ornaverunt faciem templi coronis aureis, et dedicaverunt altare Domino: * Et facta est laetitia magna in populo.
    V. In hymnis et confessionibus benedicebant Dominum.
    R. Et facta est laetitia magna in populo.

    Ils ornèrent le devant du Temple de couronnes d’or, et ils dédicacèrent l’autel au Seigneur. Et ce fut une grande joie dans le peuple : par des hymnes et des louanges ils bénissaient le Seigneur.

    (Répons des matines, résumé de Macchabées I, 4, 56-58)

  • Fête du Christ Roi

    Cette fête avait été instituée par Pie XI en 1925, dans le but explicite de combattre le laïcisme, cette « peste qui infecte la société humaine ». C’est une idée assez curieuse d’inventer une fête liturgique pour contrer une évolution idéologique et sociale. Et ambiguë, puisque Pie XI lui-même souligne, en instituant cette fête liturgique de la royauté sociale de Notre Seigneur,  que « cette royauté est principalement de nature spirituelle et se rapporte aux réalités spirituelles ».

    Mais, en raison de l’union hypostatique, « les hommes doivent obéir et se soumettre au pouvoir de cet Homme », dans tous les domaines, y compris de la vie civile, et c’est l’objet de la fête. Toutefois la liturgie de la fête ne s’y étend pas, et culmine dans l’annonce du royaume qui n’est pas de ce monde. Car le Christ, s’il doit régner, n’est pas venu instaurer la charia…

  • L’Afghanistan, dix ans après…

    Un attentat à la voiture piégée, à Kaboul (l’endroit le plus protégé d’Afghanistan), a fait 17 morts, dont 13 soldats américains.

    Et, dans le sud, deux autres soldats de l’OTAN ont été abattus par un homme sous uniforme de l’armée afghane.

  • Revoilà les Tchèques…

    Lors du congrès de son parti l’ODS, le week-end dernier, le Premier ministre tchèque Peter Necas s’est prononcé pour un référendum sur l’accession de son pays à l’eurozone. Il n’a pas oublié qu’en adhérant à l’UE la République tchèque s’est engagée à adopter l’euro, mais les conditions ont changé, dit-il, et l’entrée dans le mécanisme européen de stabilisation doit être décidée par les citoyens tchèques. Jan Zahradil, député tchèque au Parlement européen et président du groupe des conservateurs et réformistes, a expliqué : « Nous devons permettre aux non-membres de la zone euro – comme mon pays la République tchèque - de décider de nouveau s’ils veulent entrer. Lorsque nous avons signé notre traité d’adhésion, c’était à une union monétaire, non à une union de transferts ou une union d’obligations d’Etats. C’est la raison principale pour laquelle le Premier ministre tchèque souhaite organiser un référendum sur ce sujet. »

    Et Petr Necas a déclaré à Bruxelles, après le dernier sommet, à propos d’un nouveau traité européen : « Au cas où il y aurait un changement dans la loi fondamentale, qui aurait pour résultat un transfert de pouvoirs d’institutions nationales à des institutions européennes, mon gouvernement serait dans l’obligation de le ratifier par référendum. »

    Ces déclarations irritent profondément à Bruxelles, car chacun sait que tout référendum sur l’UE en République tchèque se solderait par un NON.

  • De la Sainte Vierge le samedi

    Beata Dei Genitrix Maria, Virgo perpetua, templum Domini, sacrarium Spiritus sancti: sola sine exemplo placuisti Domino nostro Jesu Christo: ora pro populo, interveni pro clero, intercede pro devoto femineo sexu.

    Sainte Marie Mère de Dieu, toujours Vierge, temple du Seigneur, sanctuaire du Saint-Esprit, vous seule, sans autre exemple, avez plu à notre Seigneur Jésus-Christ : priez pour le peuple, intervenez pour le clergé, intercédez pour les femmes pieuses.

    (antienne du Benedictus)

  • D’un prince l’autre

     

    Le roi Abdallah d’Arabie saoudite a désigné sans surprise le prince Nayef, vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur, prince héritier, en remplacement du prince Sultan, vice-Premier ministre et ministre de la Défense, mort vendredi dernier. Le nouvel héritier, 23e fils du fondateur de la dynastie et du pays, a 78 ans. Ministre de l’Intérieur depuis 1975 (il a remplacé son frère Fahd devenu roi), il est le gardien de la stricte dictature islamique.

    On note que le pouvoir est toujours verrouillé par les fils d’Abdalaziz ibn Saoud. Il faudra sans doute attendre la mort de l’avant-dernier pour qu’un petit-fils devienne prince héritier…

    On note aussi que Barack Obama a fait un éloge appuyé du prince disparu et a envoyé le vice-président Joe Biden, à la tête d’une impressionnante délégation civile et militaire, pour présenter les condoléances des Etats-Unis au roi de cette magnifique démocratie.

     

  • L’accord pour la zone euro : le diable, ou l’enfer ?

    Après la première réaction d’enthousiasme des marchés saluant l’accord sur le fonds de garantie de la zone euro, le doute saisit les spécialistes et les décideurs. Car on se rend compte que sous les décisions prises, il n’y a rien. En tout cas rien qui ait été expliqué. Ainsi on ne nous dit pas comment on fait passer le fonds de garantie de 440 milliards à 1.000 milliards sans qu’un seul pays augmente sa contribution (réponse partielle : la Chine, mais ce n’est ni très clair ni très satisfaisant…). Et l’on ne sait absolument pas ce que vont faire les banques censées abandonner volontairement – sic - 50% de leurs créances sur la Grèce…

    En arrivant à la réunion, le Premier ministre polonais Donal Tusk avait dit : « Tout le monde attend avec impatience les détails, mais ce n’est pas le diable qui est dans les détails, c’est l’enfer tout entier. » Et pour beaucoup d’observateurs c’est un bon résumé de l’accord qui a été conclu.

  • Saint Simon et saint Jude

    A Jude Thaddée a été attribuée la paternité de l'une des Lettres du Nouveau Testament, qui sont appelées "catholiques" car adressées non pas à une Eglise locale déterminée, mais à un cercle très vaste de destinataires. Celle-ci est en  effet  adressée  "aux appelés, bien-aimés de Dieu le Père et réservés pour Jésus Christ" (v. 1). La préoccupation centrale de cet écrit est de mettre en garde les chrétiens contre tous ceux qui prennent le prétexte de la grâce de Dieu pour excuser leur débauche et pour égarer leurs autres frères avec des enseignements inacceptables, en introduisant des divisions au sein de l'Eglise "dans leurs chimères" (v. 8), c'est ainsi que Jude définit leurs doctrines et leurs idées particulières. Il les compare même aux anges déchus et, utilisant des termes forts, dit qu'"ils sont partis sur le chemin de Caïn" (v. 11). En outre, il les taxe sans hésitation de "nuages sans eau emportés par le vent; arbres de fin d'automne sans fruits, deux fois morts, déracinés; flots sauvages de la mer, crachant l'écume de leur propre honte; astres errants, pour lesquels est réservée à jamais l'obscurité des ténèbres" (vv. 12-13).

    Aujourd'hui, nous ne sommes peut-être plus habitués à utiliser un langage aussi polémique qui, toutefois, nous dit quelque chose d'important. Au milieu de toutes les tentations qui existent, avec tous les courants de la vie moderne, nous devons conserver l'identité de notre foi. Certes, la voie de l'indulgence et du dialogue, que le Concile Vatican II a entreprise avec succès, doit assurément être poursuivie avec une ferme constance. Mais cette voie du dialogue, si nécessaire, ne doit pas faire oublier le devoir de repenser et de souligner toujours avec tout autant de force les lignes maîtresses et incontournables de notre identité chrétienne. D'autre part, il faut bien garder à l'esprit que notre identité demande la force, la clarté et le courage face aux contradictions du monde dans lequel nous vivons. C'est pourquoi le texte de la lettre se poursuit ainsi:  "Mais vous, mes bien-aimés, - il s'adresse à nous tous - que votre foi très sainte soit le fondement de la construction que vous êtes vous-mêmes. Priez dans l'Esprit Saint, maintenez-vous dans l'amour de Dieu, attendant la miséricorde de notre Seigneur Jésus Christ en vue de la vie éternelle. Ceux qui sont hésitants, prenez-les en pitié..." (vv. 20-22). La Lettre se conclut sur ces très belles paroles:  "Gloire à Dieu, qui a le pouvoir de vous préserver de la chute et de vous rendre irréprochables et pleins d'allégresse, pour comparaître devant sa gloire:  au Dieu unique, notre Sauveur, par notre Seigneur Jésus Christ, gloire, majesté, force et puissance, avant tous les siècles, maintenant et pour tous les siècles. Amen" (vv. 24-25).

    Benoît XVI, 11 octobre 2006

  • La grande mosquée de Gaudin recalée

    Le permis de construire de la (très) grande mosquée de Marseille a été annulé par le tribunal administratif, essentiellement pour une raison d’insuffisance de parking (c’est le motif qui marche le mieux, il faut le faire savoir). La première pierre avait été posée en grandes pompes islamo-républicaines le 19 mai 2010. Et c’est le 22 novembre 2007 (bien 2007) que Jean-Claude Gaudin avait solennellement remis les clefs de la grande mosquée au président de l’association chargée du projet, Nordine Cheikh.

  • Les « Articles de San José » pour la vie

    Les députés européens Anna Záborská (Slovaquie) et Alojz Peterle (Slovénie) ont lancé officiellement en Europe les « Articles de San José » mercredi au Parlement européen, lors d’une conférence de presse dont ne parle que Présent. En dehors du seul site de l’Eglise de Flandre, si l'on en croit Google.

    Les Articles de San José avaient été lancés à l’ONU le 6 octobre lors d’une conférence de presse parrainée par la Mission d’observation permanente du Saint-Siège auprès des Nations Unies. Il y a même un communiqué de l’ONU.

    Il s’agit de contrer les pressions de nombreuses ONG et institutions internationales, particulièrement le Comité de l’ONU pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes (CEDAW) pour tenter d’imposer l’avortement comme un droit.

  • Il n’y a pas de révolution au Kazakhstan…

    L’ancien Premier ministre travailliste britannique Tony Blair a été embauché comme conseiller économique par le président du Kazakhstan Noursoultan Nazarbaïev. Celui-ci dirigeait déjà le pays du temps de l'URSS, et il a été réélu en avril dernier avec 95,55% des voix. Tous les députés du Kazakhstan appartiennent au parti de Noursoultan Nazarbaïev.

    Le salaire consenti par le dictateur musulman ex-soviétique au grand démocrate catholique de gauche Tony Blair devrait dépasser les 9 millions d’euros par an.

  • Le droit de vote des immigrés

    Le groupe PS du Sénat a inscrit dans sa niche parlementaire une proposition de loi visant à donner le droit de vote aux immigrés aux élections municipales. Elle sera examinée en séance le 8 décembre.

    Une proposition de loi identique avait été adoptée par l’Assemblée nationale de gauche le 3 mai 2000. Mais elle n’avait pas été inscrite à l’ordre du jour du Sénat de droite.

    Le 8 décembre elle sera sans doute votée par le Sénat de gauche. Mais elle ne sera pas inscrite à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale de droite.

    Jusqu’à ce qu’elle redevienne de gauche…

  • Les pervers

    Le pass contraception fait flop dans les collèges, nous apprend Le Monde, qui poursuit :

    Lors de la Journée mondiale de la contraception, le 26 septembre dernier, le Planning familial a déclaré que le "manque d’informations, les difficultés d’accès, les coûts et les idées reçues restent des freins majeurs à la maîtrise de la fécondité" et que "la sexualité, dans notre société, est toujours taboue". Certains voudraient que les enfants soient informés de ces questions dès l'école primaire.



    Traduction :

    Dès l’école primaire il faut commencer à les exciter sexuellement pour qu’ils aient besoin de recourir au pass contraception le plus tôt possible et le plus nombreux possible.

    Car en outre :

    En 20 ans, l’âge moyen du premier rapport en France n’a pas évolué, étant de 17.6 pour les filles et de 17.2 pour les garçons. 

Suite à un rapport sur la contraception des moins de 18 ans remis en mai 2011, la députée Bérengère Poletti s'était prononcée pour un accès anonyme et gratuit en France. Une proposition de loi sera déposée en novembre.

    Car il faut absolument qu’ils copulent plus jeunes. Pour utiliser le pass contraception…

  • Un tribunal bêtement anticlérical

    La soi-disant « Libre Pensée » triomphe parce que le tribunal de Coutances, nous explique-t-elle, a donné raison à un homme qui voulait voir son nom effacé du registre des baptêmes. L’évêque de Coutances est sommé d’effacer le nom de cet homme, au nom du respect de la vie privée.

    « Le fait d’avoir été baptisé par l’Église catholique est un évènement intime constituant une information personnelle sur un individu... dès lors cet évènement relève de la protection de l’article 9 du Code Civil. (…) L’existence d’une mention de ce baptême sur un registre accessible à des personnes tierces à l’individu concerné (...) constitue en soi une divulgation de ce fait qui porte par conséquent atteinte à la vie privée de l’intéressé. »

    Ce jugement est proprement absurde. D’abord le baptême n’est pas privé, c’est un acte public. Ensuite, le registre des baptêmes est quant à lui inaccessible non seulement à des personnes tierces (hors le curé), mais même à la personne concernée, qui ne peut obtenir qu’un « certificat de baptême », et non un extrait d’acte de baptême ou un copie de l’acte de baptême. Enfin, il est invraisemblable que la justice permette ainsi de trafiquer des documents, de falsifier des archives.

    L’évêché de Coutances fait appel.

  • "Où est Dieu ?"

    Les deux typologies de la violence aujourd’hui : « le terrorisme motivé religieusement », et celle des « ennemis de la religion » et de « l’absence de Dieu ». Intervention de Benoît XVI à Assise.

  • "Le royaume de paix dont le Christ est roi"

    Homélie de Benoît XVI lors de l'audience générale transformée en liturgie de la parole, en préparation au pèlerinage d'Assise, hier à Rome.