Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Un consistoire extraordinaire sur l’œcuménisme

    Le pape réunira les cardinaux le 23 novembre pour faire le point sur les relations de l'Eglise catholique avec les autres Eglises chrétiennes, à la veille du "consistoire ordinaire" convoqué pour créer 23 nouveaux cardinaux, selon i-media : plusieurs cardinaux ont fait savoir qu'ils ont reçu une lettre de convocation pour deux séances de travail le 23 novembre. Le cardinal Walter Kasper, président du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens, devrait présenter un rapport sur les relations œcuméniques.

  • Le triste moral des ménages : mauvais signe pour Sarkozy

    Après avoir fortement chuté cet été, le « moral des ménages » a encore fléchi en octobre. L'indicateur de l’INSEE s'établit à –22 (moins 22), contre -21 en septembre.

    Parmi les soldes d'opinion, seul celui concernant les perspectives d'évolution du niveau de vie a légèrement « progressé », de –26 à –24…

    « Presque tous les sous-indices de l'enquête d'octobre enregistrent une baisse ou confirment la dégringolade du mois précédent », confirme Marc Touati du cabinet ACDEFI. Il souligne qu'il s'agit là « de la quatrième plus forte chute de moral enregistrée en si peu de temps après celles de la fin 1995, de l'année 2001 et de la fin 2002-début 2003 ».

    Les ménages ont été un peu plus pessimistes que le mois précédent sur leur situation financière personnelle future, et ils ont été de nouveau moins nombreux à juger opportun de faire des achats importants.

    « Ce n'est pas une bonne nouvelle », commente Alexander Law, du cabinet Xerfi, qui rappelle que ces dernières années, la consommation des ménages a été le moteur de la croissance française. « Tout converge vers une baisse de régime des dépenses en fin d'année 2007 et début 2008 ». Une analyse partagée par Mathieu Kaiser (BNP Paribas) pour qui la contribution de la consommation à la croissance devrait être moins forte à partir du 4e trimestre.

    De même, pour Nicolas Bouzou (Artérès) « la consommation des ménages n'est pas à l'abri d'un coup de mou au quatrième trimestre. Si tel était le cas, la croissance du PIB sur l'ensemble de l'exercice 2007 n'excéderait pas 1,7% ».

    « Dans un contexte de ralentissement généralisé et de hausse continue des prix du pétrole et de l'alimentation, les effets du paquet fiscal sur les dépenses des ménages devraient être, de fait, assez limités », considère Mathieu Kaiser. « Une fois passé l'effet d'annonce, les divers cadeaux fiscaux n'ont modifié en rien la perception qu'ont les Français de la situation économique actuelle et future », estime pour sa part Alexander Law.

    « L'effet Sarkozy du printemps dernier paraît vraiment très loin », résume Marc Touati.

  • L’homo sapiens « moderne » depuis 80.000 ans

    Un équipe de chercheurs maroco-britannique, étudiant une parure de coquillages percés et teints, datée d’il y a 82.500 ans, conclut que l’homo sapiens avait dès lors un « comportement moderne », parce que la parure implique que l’homo en question disposait d’un langage « très avancé », avait le sens de l’identité, avait une pensée symbolique, etc. Toutes choses que jusqu’ici on faisait remonter à 40.000 ans. Le CNRS, qui a participé aux recherches, confirme les conclusions.

    Un jour on découvrira que l’homme est un homme depuis qu’il y a des hommes...

  • Le veto de Lech Kaczynski

    Le président polonais Lech Kaczynski s’exprime pour la première fois depuis la victoire électorale des libéraux, dans une interview au quotidien Rzeczpospolita. Il évoque son droit de veto. Il annonce qu’il le fera jouer contre l’introduction d'un impôt à taux unique et contre des amendements à la loi de lutte contre la corruption. Il ajoute : « Je suis particulièrement préoccupé par les projets de la Plateforme civique de céder sur la Charte des droits fondamentaux. Elle est porteuse de menaces pour l’identité nationale et sur les biens abandonnés par les Allemands en Pologne. » Et il conclut : « J’espère que j’aurai recours au veto rarement, uniquement là où je le trouverai nécessaire pour défendre les intérêts de l’Etat. »

  • L’année Saint Paul

    L’Année paulinienne (annoncée par le pape le 29 juin dernier) s’ouvrira à Rome le 28 juin 2008 et se conclura le 29 juin 2009. C’est un jubilé qui vise à rappeler et célébrer le bimillénaire de saint Paul, dont on ne connaît exactement la date de naissance, entre les années 6 et 10.

    Le pape devrait en présider l’ouverture et la clôture. Dans la basilique Saint-Paul hors les murs sera ouverte la porte de Saint-Paul. Il est prévu d’installer dans le narthex un brasier de petites flammes, entretenu par des moines qui devront l’allumer le matin et l’éteindre aux vêpres. Les pèlerins, pour alimenter cette flamme, auront la possibilité d’acheter des ampoules de cire liquide. Seront également mises à la disposition des fidèles de petites lampes qu’ils pourront apporter chez eux et, en l’allumant, établir un lien symbolique avec la flamme de la basilique.

    Tous les mardis et jeudis après-midi aura lieu une liturgie spéciale. Chaque pèlerin pourra passer par la Porte Saint-Paul, acheter l’huile pour le brasier, visiter l’intérieur de la basilique, prier sur la tombe et au pied de la chaîne du saint martyr, se confesser, communier, participer à la messe et à l’office des vêpres pour recevoir l’indulgence plénière.

    Le programme prévoit par ailleurs, le long de la nef gauche, l’aménagement d’un espace d’exposition illustrant notamment les voyages de saint Paul, les fouilles, les lettres de saint Paul, l’histoire de la basilique, etc.

    Sont également prévus des conférences, des rencontres, la mise en place d’un itinéraire paulinien dans Rome, et des... concerts. Le Dimanche de Pâques sera interprétée la symphonie n° 2, « Résurrection », de Gustav Mahler, dirigée par Zubin Mehta, et à l’ouverture de l’Année paulinienne, le Messie de Haendel (dans l’orchestration de Mozart) dirigé par Lorin Maazel.

    Deux sites internet vont être créés, dont un sur le site du Vatican (semblable à celui actuellement existant sur Sainte-Marie-Majeure).

    (cf. Zenit)

  • Le pape mélomane

    On sait que Benoît XVI est un grand amateur de musique classique et qu’il joue du piano. Plusieurs concerts ont déjà été donnés en son honneur. Samedi dernier, c’était l’Orchestre de la radio bavaroise, qui a interprété la 9e symphonie de Beethoven.

    A l’issue du concert, il a rappelé que ce même orchestre avait interprété la même œuvre lors de la chute du mur de Berlin, en modifiant les paroles de l’hymne à la joie, devenue Hymne à « la liberté, belle étincelle de Dieu ». Il a commenté : « Ils exprimèrent ainsi plus qu’un simple sentiment de ce moment historique : la vraie joie s’enracine dans cette liberté que Dieu seul peut donner - bien souvent à travers des périodes de vide et d’isolement intérieurs – (…). C’est là que brûle l’étincelle de l’Amour divin qui peut nous libérer de ce que nous sommes vraiment. »

    Il a ajouté, à propos de ce dernier mouvement : « Le sentiment bouleversant de joie, transformé ici en musique, n’est pas quelque chose de léger et de superficiel : c’est un sentiment obtenu avec beaucoup d’efforts, en dépassant le vide intérieur de celui qui, en raison de sa surdité, avait été relégué dans l’isolement (…). La solitude silencieuse avait toutefois enseigné à Beethoven une nouvelle manière d’écoute qui allait bien au-delà de la simple capacité d’expérimenter dans l’imagination le son des notes qui se lisent ou qui s’écrivent. ».

    Et d’expliquer : « Il me revient à l’esprit, dans ce contexte, une expression mystérieuse du prophète Isaïe qui, parlant d’une victoire de la vérité et du droit, disait : « En ce jour-là, les sourds entendront les paroles du livre [c’est-à-dire paroles uniquement écrites] et, délivrés de l’ombre et des ténèbres, les yeux des aveugles verront. » On parvient ainsi à une capacité de percevoir ce que reçoit en Dieu celui qui obtient de Dieu la grâce d’une libération extérieure et intérieure. »

    (information de Zenit)

  • L’Eglise catholique en Scandinavie

    Le pape Benoît XVI a nommé un Suisse, Mgr Pierre Bürcher, évêque de Reykjavik (Islande). Il était évêque auxiliaire de Lausanne, Genève et Fribourg, résidant à Lausanne, depuis 1994. Mgr Bürcher succède à Mgr Johannes Gijsen, d’origine néerlandaise, qui est arrivé à l’âge de la retraite. Il sera le deuxième évêque suisse de Scandinavie, avec l’évêque de Stockholm.

    Le nouvel évêque d’Islande entre dans la conférence des évêques de Scandinavie qui compte sept membres et regroupe le Danemark, la Finlande , l’Islande, la Norvège et la Suède. A l’exception de la Norvège , ces pays constituent chacun un seul diocèse catholique et les fidèles sont essentiellement des immigrés.

    Le diocèse de Reykjavik a près de 300.000 habitants dont moins de 10.000 catholiques. L’Islande est le pays du nord de l’Europe qui comprend proportionnellement le plus grand nombre de catholiques...

    (informations de Zenit)

  • Un cardinal climat-sceptique

    Le cardinal George Pell, archevêque de Sidney, s’insurge contre les délires du climatiquement correct, dans un texte dont voici de brefs extraits :

    « Je suis croyant en la conception catholique de la foi et de la morale. Je suis certainement sceptique sur les extravagantes allégations d'imminentes catastrophes climatiques causées par l'homme.

    Le débat scientifique n'est pas décidé par un consensus fluctuant, même s'il est endossé par l'opinion publique. Le changement climatique est probablement en cours depuis que la terre a un climat. (...)

    Dans les années 70, certains scientifiques ont prédit un nouvel âge de glace à cause du rafraichissement climatique. Aujourd'hui, d'autres scientifiques prédisent l'apocalypse à cause du réchauffement climatique. Il n'est pas irrespectueux envers la science et les scientifique de prendre cette dernière cause avec des pincettes. La méthode scientifique le requiert.

    Les incertitudes sur les changements climatiques abondent. (...)

    Il y a beaucoup de mesures qui sont bonnes pour l'environnement et que nous devons poursuivre. Mais nous avons besoin d'être capables de parler librement de cela et des incertitudes entourant le changement climatique. Invoquer l'autorité de quelques experts scientifiques pour clore le débat n'est bon ni pour la science, ni pour l'environnement, ni pour les peuples, ici ou dans les pays en développements, ni pour ceux de demain.

    Ma tâche en tant que leader chrétien est d'être en prise avec la réalité, de contribuer aux débats sur ces problèmes importants, d'ouvrir les esprits des gens et de dire quand l'empereur est nu ou presque. Les environnementalistes radicaux sont plus préoccupés de moraliser leurs propres priorités et de les imposer aux autres par la peur. Ils n'ont pas besoin des chefs de l'Eglise pour les aider en cela, même si c'est un moyen efficace de faire taire les témoins chrétiens.

    Les leaders de l'Eglise doivent en particulier être allergiques au non sens. »

    Le texte intégral est à lire chez Hermas.

    (via Le Salon Beige)

  • Turquie-Irak : l’escalade

    Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan accuse le « président de la région autonome du Kurdistan irakien », autrement dit le chef kurde Massoud Barzani et ses hommes, d’offrir un sanctuaire au PKK. « Ce qu’ils font là-bas s’appelle tout simplement un recel pour l’organisation terroriste », a-t-il dit. Alors qua Massoud Barzani avait demandé à traiter de la question avec Ankara, Erdogan réplique : « L’interlocuteur de la Turquie ne peut être Barzani, notre interlocuteur est le gouvernement de Bagdad. » Ce qui est logique, sauf que le gouvernement de Bagdad n’a aucun pouvoir au Kurdistan. Et il a ajouté : « Si des organisations terroristes s’infiltrent en Turquie, nous userons des droits découlant du droit international, et nous allons le faire. » L’armée turque est déjà massée à la frontière et bombarde au hasard le territoire irakien (cf. ma note sur un village chaldéen).

  • Les « chiffres » du « chômage »

    Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à l’ANPE a baissé de 1,4% en septembre pour atteindre 1,94 millions. Christine Lagarde se félicite de la « poursuite de la baisse du chômage » qui « s’est confirmée au troisième trimestre ».

    Le taux de chômage au sens du BIT (le seul qui ait un sens au niveau international) sera communiqué le 12 novembre. On se souvient que selon le rapport IGF-IGAS la baisse du chômage est surestimée d’environ 20%.

    L’OFCE pointe « les dangers » de « ne commenter tous les mois que l’évolution des demandes d’emploi en fin de mois, au risque de l’identifier à celle du chômage, sans attendre le chiffre (désormais) trimestriel du BIT ». En l’absence de ce chiffre, « le citoyen se focalise sur les statistiques de l’ANPE qui donnent une mauvaise image du chômage », car elles sont « toujours susceptibles de connaître une évolution biaisée par des changements dans la gestion des demandeurs d’emploi ». Comme c’est joliment dit...

  • Kouchner économiste

    Après Bangkok, Bernard Kouchner est à Pékin. Interrogé par un journaliste chinois sur les défis posés par la Chine dans l’économie mondiale, il a répondu que la France et l’Union européenne étaient prêtes « à relever ce défi », et il a rappelé son credo mondialiste : « L’émulation est bonne, nous ne sommes pas de ceux qui craignons (sic) la globalisation, c’est une période d’adaptation et notre pays y fera face, même si nous considérons que le yuan est un peu surévalué. Nous espérons que cet ajustement se fera. »

    Le problème, sur le plan monétaire (puisque c’est le seul que voit Kouchner, qui se moque des droits de l’homme et du dumping social ou environnemental) n’est évidemment pas que le yuan soit trop fort, mais qu’il soit au contraire maintenu par les autorités chinoises à un niveau artificiellement bas (dumping monétaire).

    Cette bourde majeure, qui n’est manifestement pas un lapsus, montre que les tenants de l’idéologie mondialiste se moquent des réalités. Ce qui importe est que l’idéologie se répande et règne sur toutes les relations internationales. « L’émulation est bonne », quels que soient les procédés utilisés (travail forcé, droits des travailleurs inexistants, capitalisme sauvage, dumpings en tout genre, pollution maximale, etc.) et quelles que soient les conséquences d’une « émulation » déloyale et inhumaine sur l’économie et les emplois du pays que je suis censé représenter...

  • Rue de la banque : nouvelle évacuation...

    La police et la gendarmerie ont une nouvelle fois évacué, ce matin, les « mal logés » qui campaient rue de la Banque.. .

    Le DAL avait programmé une nouvelle « nuit solidaire » ce soir.

  • Vigile de la Toussaint

    Considérez toutes choses avec soin : comment II monte avec les Apôtres et descend vers les foules. Comment en effet la foule verrait-elle le Christ, sinon en bas ? Elle ne le suit pas sur les hauteurs, elle ne s'élève pas aux sommets. Aussi bien, dès qu'il descend, II trouve des infirmes : car les infirmes ne peuvent être sur les hauteurs. Matthieu lui aussi nous apprend que les malades ont été guéris dans la plaine : car chacun a été guéri, de façon que, ses forces progressant peu à peu, il puisse gravir la montagne ; aussi guérit-iI dans la plaine, c'est-à-dire qu'il soustrait au désordre, qu'il écarte la disgrâce de l'aveuglement. Il est descendu vers nos blessures, afin de nous faire, par son intimité et son commerce, participer à sa nature céleste.

    « Bienheureux vous les pauvres, parce que le Royaume de Dieu est à vous… »

    Saint Luc n'a noté que quatre béatitudes du Seigneur, saint Matthieu huit ; mais dans les huit il y a les quatre, et dans les quatre les huit. L'un s'est attaché aux quatre, comme aux vertus cardinales ; l'autre a, dans huit, maintenu le nombre mystique : car beaucoup de psaumes sont intitulés : pour l'octave ; et il vous est prescrit de faire les parts pour huit, peut-être les bénédictions. De même, en effet, que l'octave est l'accomplissement de notre espérance, l'octave est aussi la somme des vertus.

    (Saint Ambroise, sur saint Luc, 6, 12-23)

  • Rue de la Banque : les riverains en ont marre

    Des riverains de la rue de la Banque , où se trouve le siège du DAL et où campent des « mal logés » depuis plus de trois semaines, se sont constitués en collectif, et ont fait part de leur ras le bol et de leur « colère » au préfet de police :

    « Les riverains, résidents, commerçants et visiteurs de ce secteur souffrent des perturbations engendrées par une situation intolérable (nuisances nocturnes et journalières, insalubrité, insécurité). Nous exigeons que l’espace public soit rendu à son usage normal et à la libre circulation de tous. »

  • Parrainages : Balladur veut étouffer le FN !

    Communiqué de Stéphane Durbec

    Lors de chaque élection Présidentielle la  transparence et la responsabilité caractérisent  le système actuel de parrainage des Maires en faveur des candidats. D’où les pressions, des Parlementaires, Présidents de Conseils Généraux, des  Présidents des Conseil Régionaux sur le vivier potentiel des 36 695 maires dont les deux tiers dirigent des communes de moins de 500 habitants !

    90 % des parrainages que Jean-Marie Le Pen a recueillis respectivement en 2002 et 2007  proviennent de ces élus sans étiquettes, divers droite ou divers gauche ! Incontestablement moins sensibles aux consignes des états-majors parisiens puisqu’ils n’en relèvent pas.

    Le Comité a imaginé une nouvelle formule visant à « démocratiser l’exercice » par un élargissement sensible du nombre de « parrains » et l’intervention d’un vote à bulletins secrets à une date déterminée. C’est à dire substituer au système actuel  de parrainage une présélection des candidats par un collège de 100 000 élus…

    Cette proposition semble contraire à la Constitution puisqu’elle établit un suffrage indirect et censitaire. Or la réforme voulue par le Président de la République en 1962 repose sur un suffrage universel direct ! Ce qui revient à dire que l’intervention secrète et clandestine de milliers d’élus  risque d’entraîner un étouffement pernicieux de notre mouvement qui se verrait ainsi broyé par la machine politique omnipotente et omniprésente de l’UMPS.

    La formule la plus intelligente c’est  l’anonymat des parrainages. On ne change rien au système actuel, on rajoute un seul  mot : les signatures des maires seront anonymes  et placées sous le contrôle d’une commission de 9 magistrats issus des plus hautes juridictions qui vérifieront  la validité d’un seul parrainage par élu local pour un candidat à la Présidence de la République.

    Proposition soutenue par Jean-Marie Le Pen depuis 2002 !

  • Giscard : le traité a été rédigé de façon à éviter un référendum

    Dans une tribune que publie The Independant, Valéry Giscard d’Estaing répète que la différence entre le traité dit simplifié et la Constitution européenne est « d’approche plus que de contenu », que « les propositions originelles sont pratiquement inchangées » et sont simplement dispersées dans les anciens traités sous forme d’amendements.

    Il ajoute : « Pourquoi ce changement subtil ? Avant tout pour éloigner toute menace de référendum en évitant de recourir à une quelconque forme de vocabulaire constitutionnel. »

    La presse britannique s’est aussitôt emparée de ces déclarations. « Quelle arnaque ! » titre le Sun. « Maintenant nous savons, et cela vient de la meilleure autorité sur le sujet, que les quelques changements n’étaient pas purement symboliques, mais établis dans le but délibéré de nous déposséder de notre vote », écrit le Daily Mail, qui s’adresse ainsi au Premier ministre : « C’est à vous de voir, M. Brown. Serez-vous de mèche avec cet affront fait à la démocratie ? Ou donnerez-vous maintenant au peuple son mot à dire ? »

  • Traité : Fabius pour une non-participation au vote

    Laurent Fabius déclare sur France Inter que si les Français ne sont pas consultés par référendum sur le traité européen ce sera un déni de démocratie, et qu’en conséquence il refusera de participer au vote. Il ajoute : « C’est la solution la plus logique qui permettrait de rassembler les socialistes. »

    La gauche du PS préconise en général de « boycotter le vote au Parlement », et François Hollande n’aurait pas fermé la porte à l’hypothèse d’une non-participation. La décision doit être prise par le bureau national le 6 novembre.

    Il est peu probable que la non-participation soit décidée. Mais si c’était le cas, Sarkozy pourrait bien ne pas avoir la majorité des trois cinquièmes nécessaire au Congrès. C’est ce qu’avait fait remarquer Jean-Luc Mélenchon dès le 22 juin.

  • Kouchner n’a rien à dire sur les zozos

    L’AFP étant en manque de déclarations de Bernard Kouchner sur l’affaire de l’Arche de Zoé et des rapports entre la France et le Tchad, un journaliste de l’agence s’est décidé à lui poser une question à ce sujet, alors qu’il se trouve à Bangkok.

    En bref, le ministre a répondu : « Ce n’est pas ma vision de l’humanitaire que l’on puisse agir sans règle concernant l’élémentaire dans un pays qui n’est pas le nôtre, et ce n’est pas non plus ma conception de l’humanitaire que d’attaquer le gouvernement pour de mauvaises raisons. » Sic (je retranscris fidèlement les mots donnés par l’AFP). Il a ajouté : « Les organisations non gouvernementales ne sont pas gouvernementales et, heureusement, elles sont libres, parfois malheureusement aussi. » Et réciproquement, bien sûr.

    Un salmigondis qui veut dire à peu près : Circulez, il n’y a rien à voir. Du reste c’est ce qu’il a conclu : « J’en dirai plus lorsque je connaîtrai les détails du dossier qu’en fait je possède un peu mais pas suffisamment. »

    Et hop. Que Rama Yade se débrouille comme elle peut, « ma priorité est la Birmanie  »...

    Si cette tentative d’interview a un sens, c’est de montrer que Bernard Kouchner est réellement embarrassé par ses brouillons disciples en ingérence humanitaire...

  • Autodafé islamique à Paris

    Dans la nuit du 13 au 14 octobre, la vitrine de la librairie protestante La Maison de la Bible , boulevard Saint-Michel à Paris, a été fracassée. Il n’y a pas eu vol, ni d’autres déprédations, à l’exception d’un livre de la devanture qui a été déchiré en mille morceaux. Un seul livre. Il s’agit de “Jésus et Mahomet“, de Mark Gabriel, un livre critique sur l’islam. Mark Gabriel est le pseudonyme d’un ancien professeur de théologie coranique de l’université Al-Azhar du Caire, qui a quitté ses fonctions et a dû s’exiler. Les médias sont restés absolument silencieux sur cet acte de vandalisme et cette atteinte à la liberté d’expression. On ne se demande pas pourquoi, bien sûr. Pour plus de précisions, voir l’Observatoire de l’islamisation.

  • 4.000 immigrés expulsés

    4.000 travailleurs immigrés vont être expulsés, à la suite des grèves et des actes de vandalisme qu’ils ont commis, a annoncé un responsable du ministère du Travail, qui a ajouté : « Les ouvriers ne veulent pas travailler et nous n’allons pas les y obliger. »

    Cela se passe à Dubai.

    Addendum. Il n'y aura pas, finalement, d'expulsion massive:"La police garantit le retour à leur travail des ouvriers qui ont participé à la grève sans s'impliquer dans des actes d'agression, après leur engagement à ne plus agir de cette manière pour défendre leurs revendications. En revanche, les ouvriers qui ne veulent pas reprendre le travail seront expulsés car la demande à l'origine de leur grève est contraire à la loi", a déclaré le chef de la police.