Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Islam - Page 5

  • Parole de ministre

    Du ministre hongrois des Affaires étrangères Peter Szijjarto :

    « La dernière attaque en France prouve qu’il existe un lien étroit entre immigration et terrorisme. La Hongrie dit que l’immigration n’est pas utile mais est un danger vital, c’est le devoir du gouvernement d’une nation de protéger ses citoyens. »

  • La charia à l’hôpital public

    Cela se passe à l’hôpital général de Vienne, capitale de l’Autriche. Là où Jean Sobieski était venu pour mettre la pâtée aux Ottomans et sauver l’Europe de l’islam. Mais ça c’était avant. Aujourd’hui l’islam règne, sans avoir fait la guerre.

    Chiara Salfenauer, 23 ans, est atteinte depuis cinq ans de sclérose en plaque. Elle fait partie d’un programme de recherche et est hospitalisée 24 heures par mois pour une perfusion. « Comme les effets secondaires peuvent mettre sa vie en danger, ma femme et moi accompagnons toujours notre fille à ce traitement », dit Robert Salfenauer.

    Mais, lundi dernier, le personnel de l’hôpital a déclaré aux parents qu’il y avait dans la même chambre que leur fille une femme entièrement voilée et que ce serait un problème si un homme entrait dans cette pièce. Par conséquent le père ne devait pas y aller.

    Quelque temps plus tard, le père décide d’y aller quand même. Surgit aussitôt un membre du personnel, lui enjoignant de ne pas aller plus loin que le premier lit. Le père acquiesce. La femme voilée ne pouvait rien voir puisqu’elle était derrière un paravent. Mais elle entend deux voix masculines et s’emporte : « Que faites-vous ici ? Disparaissez immédiatement ! Je ne veux pas qu’il y ait un homme ici, cela ne se peut pas, je ne le veux pas, quittez cette pièce immédiatement, c’est moi qui décide qui peut entrer ! »

    Les parents se retirent dans une salle d’attente, non sans protester de ce qui se passe. Alors arrive un médecin, flanqué d’un agent de sécurité, qui demande au couple de quitter l’hôpital immédiatement. Et Robert Salfenauer de se faire expulser manu militari, au motif qu’il troublait la paix de l’établissement.

    La paix islamique de l’hôpital de Vienne devenu dar al islam.

  • Horst Seehofer

    Président de la CSU depuis 2008, et président de la Bavière, qui vient d’être nommé ministre de l’Intérieur dans la nouvelle grande coalition de Merkel, Horst Seehofer est connu pour son ancrage à droite (CSU oblige, quand même), et ses critiques virulentes de la politique de Merkel concernant les « migrants ».

    Il a accepté le poste de ministre de l’Intérieur à condition qu’on y ajoute « et de la Patrie ».

    Et comme on pouvait s’en douter il n’a pas attendu longtemps pour montrer sa différence : deux jours. Le quotidien Bild a publié une interview du ministre et en a retiré ce propos pour en faire son gros titre : « L'islam n'appartient pas à l'Allemagne ! »

    Seehofer répond à une question à propos de ce qu’avait dit en 2010 le président fédéral : « L’islam aujourd’hui fait partie de l’Allemagne », phrase reprise plusieurs fois par Angela Merkel :

    Non. L'islam n'appartient pas à l'Allemagne. L'Allemagne est marquée par le christianisme. Le dimanche chômé, les jours fériés chrétiens et les rituels comme Pâques, la Pentecôte ou Noël en font partie. Mais les musulmans qui vivent chez nous appartiennent évidemment à l'Allemagne. Cela ne signifie naturellement pas que nous abandonnions pour de fausses considérations nos traditions et des usages typiquement de chez nous.

    De quoi faire hurler dans les rangs du SPD, et même dans les rangs de la CDU fidèles à Angela Merkel.

    Celle-ci vient de réitérer sa position, via un porte-parole :

    Il y a aujourd'hui quatre millions de musulmans qui vivent en Allemagne et qui y pratiquent leur religion, ces musulmans appartiennent à l'Allemagne, tout comme leur religion, l'islam.

    L’aveuglement sur cette "religion" est donc toujours complet. Peut-être Horst Seehofer pourra-t-il lui ouvrir les yeux ?

    En attendant l’AfD proteste que Seehofer a repris textuellement un de ses slogans (ce qui est vrai: Der Islam gehört nicht zu Deutschland !), et certains pensent qu’il a parlé ainsi pour couper l’herbe sous le pied de l’AfD (aujourd’hui premier parti d’opposition), dans la perspective des élections en Bavière en octobre prochain.

    Après la provocation du SPD voici donc la provocation de Seehofer. Dans un gouvernement qui a trois jours d’existence…

    On s’intéressera surtout à ce que fera le Bavarois comme ministre de l’Intérieur, donc de l’immigration.

  • Les derniers chrétiens de Somalie

    Il y a depuis 2010 en Somalie une Mission de l’Union européenne chargée de former des soldats somaliens censés renforcer (?) le gouvernement (?) et les institutions (?) de ce cloaque. Le contingent italien a un aumônier, le P. Stefano Tollu, qui a réussi à entrer très discrètement en contact avec un catholique autochtone. Il raconte à l’agence Fides son entrevue avec ce Somalien qu’il appelle « Mosè » :

    Il s’agit d’un chrétien ayant grandi pendant le Protectorat italien puis au sein de la Somalie indépendante encore très liée à notre pays. Nombreux le considèrent comme le porte-parole des catholiques somaliens. Il qualifie quant à lui sa communauté comme étant en voie d’extinction. Mosè m’a raconté que certains de ceux qui sont nés dans les années 1990 sont devenus intolérants et ne comprennent pas leurs anciens qui professent le christianisme. Dès lors les personnes âgées fuient et s’éloignent de leurs enfants et de leurs petits-enfants.

    Mosè a montré au prêtre italien une liste de chrétiens morts récemment, certains de mort naturelle et d’autres de mort violente. « Je lui ai promis de me souvenir d’eux lorsque je célèbre la Messe – déclare l’aumônier en rappelant que, comme le lui a indiqué le chrétien somalien – certains ont été tués par les enfants de leurs enfants ». « La violence se trouve à l’intérieur même des maisons et nous qui sommes demeurés peu nombreux, nous risquons notre vie tous les jours » lui a déclaré Mosè.

  • Au Pakistan

    A la suite d’une émeute islamique, Patras Masih, accusé de « blasphème », s’est livré à la police. Les 800 familles chrétiennes du village, craignant les violences islamiques, se sont enfuies.

    Patras Masih a été remis à la police fédérale (FIA). Celle-ci a également convoqué son cousin, Sajid Masih, 24 ans, à son quartier général. La police a indiqué que pendant l’interrogatoire Sajid Masih a voulu s’enfuir et a sauté par la fenêtre, du… 4e étage, et qu’il se trouve à l’hôpital dans un état grave. Mais Sajid Masih a pu faire savoir que les policiers ont voulu le forcer à avoir un « rapport sexuel » avec son cousin et que pour éviter cette infamie il a préféré sauter par la fenêtre.

    Le ministre chrétien Kamran Michael (aujourd’hui ministre des… Statistiques après avoir été jusqu’à l’an dernier ministre des Droits de l’homme) a contacté le directeur général de la FIA, lui demandant une enquête. La direction a promis une enquête permettant de traduire les coupables devant la justice, et a placé une garde à l’hôpital pour prévenir toute agression ou rétorsion.

  • Chronique des cinglés

    49710EFD00000578-5418129-image-a-23_1519226837786.jpeg

    Des musulmans du groupe Darsgah Jihad-o-Shahada ont déclenché une émeute à Hyderabad, en Inde, et ont brûlé en public des couches Pampers blasphématoires.

    Puis ils ont porté plainte au commissariat de police, montrant l’objet, non du délit, mais du crime. Et l’on voit que le policier est fier d’avoir enregistré cette plainte « contre la compagnie Pampers pour avoir imprimé le nom du Prophète et avoir blessé les sentiments de la communauté musulmane », qui demande que soit mis fin à la vente et à la distribution de ces couches, et que soient arrêtés et punis les fabricants…

    Ce qui est en cause est le dessin d’un chat. Si l’on prend l’œil gauche du chat et son museau, cela dessine le nom de Mahomet en arabe, disent-ils…

    mohamedcat1.jpeg

  • Au Pakistan

    Quelque 800 familles, en fait toute la population chrétienne de Dhir, près de Shahdara (banlieue de Lahore), ont fui après l’arrestation de Patras Masih accusé de blasphème envers Mahomet, par peur d’un lynchage musulman. Les rues sont désertes, les maisons cadenassées.

    « Nous protégeons des voleurs les maisons des chrétiens. Le coupable a été arrêté et l’affaire est résolue. Nous demandons aux chefs de la communauté qu’ils fassent revenir ses membres », dit le chef des policiers en faction.

    Mais ce n’est pas si simple. D’autant que plusieurs « chefs de la communauté » chrétienne clament l’innocence de Patras Masih, comme le jeune homme lui-même. Ils soulignent que les jeunes chrétiens analphabètes ne savent pas se servir des réseaux sociaux sur leurs Smartphones, et qu’ils peuvent être facilement piégés. Ils en profitent pour demander aux jeunes d’effacer immédiatement tout contenu suspect qui leur arrive. En l’occurrence, on a trouvé sur le Smartphone de Patras Masih une photo qui montre, nous dit-on, une personne sur le tombeau de Mahomet à Médine…

  • Radicalisés

    Le préfet Gilles Clavreul a rendu hier son rapport sur l'état de la laïcité en France, qui lui avait été demandé par le ministère de l'Intérieur, sur proposition de l'Observatoire de la laïcité.

    On y apprend que « l'affirmation identitaire progresse dans certains territoires, rendant difficile la pédagogie de la laïcité et le partage des valeurs républicaines ».

    En effet, c’est très mal d’être identitaire, on le savait déjà. Mais encore ?

    Eh bien il y a des agglomérations qui présentent « des phénomènes de radicalisation anciens » avec « un communautarisme fort et un prosélytisme religieux virulent ».

    Il ne va pas dire de quelle religion il s’agit ?

    Mais si : ces manifestations « identitaires » sont « le fait, dans la grande majorité des cas, d’un islam rigoriste voire radical, mais concernent également catholiques intégristes, mouvements évangéliques et juifs orthodoxes ».

    Et toc.

    Cela dit, on ne peut pas reprocher au préfet laïcard de parler comme le pape…

  • Gag islamique

    L’Université d’al-Azhar est aujourd’hui, comme chacun le sait, en faveur d’un Etat « moderne et démocratique ». Et pour donner une preuve de sa propre évolution « moderne et démocratique », son numéro 2, le cheikh Abbas Shuman, déclare que l’université islamique n’exclut pas d’ouvrir les portes de ses facultés « civiles »… aux coptes.

    A condition bien sûr qu’ils remplissent les conditions d’admission.

    Parmi les épreuves de l’examen d’entrée, il y a la récitation par cœur d’une partie du Coran…

    La déclaration d’Abbas Shuman n’est évidemment qu’un attrape-nigaud à destination des journalistes occidentaux, comme toutes les déclarations de ce genre faites par les dirigeants d’Al-Azhar. (C’est aussi chaque fois une marque verbale d’allégeance au pouvoir égyptien.)

    Dans le cas présent, il se trouve que le même Abbas Shuman avait évoqué la question il y a un peu moins d’un an. Le député Mohammed Abu Hamed avait alors annoncé son intention de présenter une proposition de loi visant à permettre aux chrétiens de fréquenter les cours d’Al-Azhar et d’en obtenir les diplômes. Le propos avait fait polémique, et Abbas Shuman avait fait remarquer que les cours donnés par l’université n’étaient « pas adaptés aux chrétiens » puisque pour y être admis il faut connaître de manière approfondie et mémoriser de larges sections du Coran…

    Quant au doyen de la faculté d’études islamiques, il avait déclaré que la proposition n’était qu’une inutile provocation, dans la mesure où l’éventuelle entrée d’un étudiant chrétien présupposerait de sa part une familiarité avec le Coran de facto impraticable de la part de ceux qui n’appartiennent pas à la communauté islamique…

    N.B. Mohammed Abu Hamed fut un actif participant de la première heure de la « révolution du 25 janvier » qui renversa Moubarak. Il fut alors l’un des fondateurs du « parti des Egyptiens libres », fut élu député et devint président de son groupe parlementaire. Il est toujours membre de ce parti, tout en étant porte-parole du Front des partisans de Sissi… qui a restauré le système Moubarak après l’épisode de dictature islamique installée grâce à la… démocratie.

  • Cinq chrétiennes tuées au Daguestan

    Screenshot-2018-2-19 Свято-Георгиевский_храм_г _Кизляр jpg (Image JPEG, 800 × 533 pixels).png

    A la fin de la messe, hier, à l’église orthodoxe russe Saint-Georges de Kizliar, au Daguestan, un homme barbu a couru vers les fidèles qui sortaient en criant Allah Akbar et en tirant avec une carabine de chasse. Quatre femmes ont été tuées sur le coup, une autre est morte à l’hôpital. L’assaillant a été abattu par la police. Il était sûr qu’il y aurait du monde ; c’était le « dimanche gras », clôture de la semaine de ce que nous appelons le carnaval.

    L’attentat a été aussitôt revendiqué par l’Etat islamique :

    « Mettant sa confiance en Allah, un des zélés soldats de l’islam, Khalil al-Daghestani (qu’Allah l’accueille), a attaqué le temple chrétien de Georges dans la ville de Kisliar au Daguestan. Il a visé les croisés avec son fusil, en tuant 5 et blessant 4 autres, et à Allah appartient tout honneur, et à Son Messager, et aux croyants, mais les hypocrites ne savent pas, et toute louange est due à Allah. »

    Il n’y a guère qu’environ 3,2% de chrétiens au Daguestan (2,4% d’orthodoxes russes), contre près de 83% de musulmans, mais près de la moitié des habitants de Kisliar sont russes, donc au moins sociologiquement orthodoxes.