Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Islam - Page 5

  • Contre “Jésus le Messie”

    Il a fallu attendre la dixième réunion du Forum Jésus le Messie (calqué sur l’arabe Iassou al-Massih : Jésus-Christ) pour que l’artillerie islamo-dhimmie se réveille et dénonce une immonde entreprise de conversion des musulmans par des chrétiens dont plusieurs – horreur – sont des musulmans convertis - à commencer par l’homme qui est à l’origine du Forum, notre ami Mohammed-Christophe Bilek (fondateur également de Notre Dame de Kabylie, et chroniqueur à Reconquête).

    Mais ce n’est pas un hasard si c’est la réunion de Lyon qui déclenché le tir de barrage islamo-chrétien : c’est la ville de Kamel Kabtane, recteur de la Grande Mosquée, sorte de pape de l’islam dit « modéré », grand ami et compagnon de prière du cardinal Barbarin ; et c’est la ville de Christian Delorme, pape du dialogue islamo-chrétien et du vivre ensemble en dhimmitude.

    Ainsi le « Père » Christian Delorme a-t-il osé déclarer :

    Ce Forum instrumentalise des convertis pour mener une irresponsable campagne de dénigrement de l'islam.

    Et le très doux et très modéré Kamel Kabtane :

    On a l’impression de revenir au temps des croisades.

    Car ces braves gens-là voudraient tout simplement interdire aux musulmans d’entendre parler du Christ et de se convertir (comme dans les pays musulmans) et de se former pour annoncer la Bonne Nouvelle à leurs anciens coreligionnaires…

  • Au Pakistan

    L’Assemblée nationale du Pakistan a adopté lundi une série d’amendements à sa législation pénale. Dans laquelle on trouve quelques petites choses en faveur des minorités, donc des chrétiens.

    Mentionnant explicitement les les minorités, la sanction pour celui qui « emploie délibérément des mots qui heurtent les sentiments religieux » est portée à trois ans de prison (contre un actuellement) et une amende de 500.000 roupies (elle n’était pas précisée jusqu’ici).

    Le mariage avec une fille qui n’a pas l’âge de se marier est puni d’une peine de prison qui ne peut être inférieure à cinq ans et une amende pouvant aller jusqu’à de un million de roupies. Ceci concerne d’abord les enlèvements de jeunes filles chrétiennes (ou hindoues) par des musulmans riches et influents bénis par les imams (puisque la jeune fille se « convertit » avant de se « marier »).

    Il est spécifié (c’est une première) que le lynchage par un groupe organisé ou une foule qui se fait justice elle-même est illégal. (Les victimes sont toujours des chrétiens, en général pour une rumeur de « blasphème ».)

    La sanction à l'encontre de quiconque donne de fausses informations à la police est portée de six mois maximum à sept ans au cas où l'infraction sur laquelle des renseignements ont été donnés est passible de la peine de mort et cinq ans si elle est punie d'emprisonnement à perpétuité. Ceci fait à l’évidence allusion aux accusations de blasphème portées contre les chrétiens (passibles de la peine de mort s’il s’agit de Mahomet ou de la perpétuité s’il s’agit du Coran). Ce serait donc une façon d’amender un peu les lois sur le blasphème sans le dire.

    Mais la loi doit encore être signée par le président…

  • Le lycée Averroès

    Le tribunal correctionnel de Nanterre a relaxé Soufiane Zitouni, poursuivi pour diffamation par le lycée musulman Averroès pour une chronique publiée dans Libération où il accusait le lycée de double-jeu : faisant semblant d’un côté d’être pleinement intégré dans la République mais distillant en même temps l’idéologie salafiste.

    Le tribunal estime que « le double langage et la confusion entre religieux et éducation, dénoncés par Soufiane Zitouni, sont constitués », dit l’avocat.

    Ben oui… c’est même constitutif de l’islam…

    Voir ce que je disais de l’affaire à l’époque.

  • L’Egypte change

    La Cour constitutionnelle égyptienne a déclaré inconstitutionnel un article de la loi sur l’Administration qui affirme que les salariés musulmans ont le droit de prendre un mois de congés payés pour effectuer le pèlerinage à La Mecque. Cet article, dit la Cour, est contraire à l’égalité des droits et des devoirs de tous les citoyens affirmée par la Constitution. La déclaration d’inconstitutionnalité fait explicitement référence à l’inégalité que la loi introduit entre les citoyens musulmans et les chrétiens, auxquels devrait être garantie une possibilité de congés payés analogue pour se rendre en pèlerinage à Jérusalem…

  • L’islam et la famille

    En janvier dernier, le président al-Sissi avait annoncé un projet de loi permettant de limiter la pratique du divorce verbal, qui permet au musulman de répudier sa femme verbalement et sans témoin (ou, de plus en plus, par SMS…). Le président s’alarme en effet du nombre des divorces en Egypte : aujourd’hui 40% des mariages sont rompus dans les cinq ans. Il a demandé le 24 janvier au grand imam d’al-Azhar ce qu’il en pensait, et celui-ci s’est dit d’accord pour qu’une loi rende le divorce légal seulement s’il est fait en présence d’un maazoun, imam spécialisé dans les mariages et les divorces. Ce qui est précisément l’objet du projet de loi. Mais le « conseil des anciens » d’al-Azhar, le 5 février, a rejeté ce projet et confirmé la validité du divorce verbal, pratique qui remplit les conditions posées par la loi islamique et introduite dès l’époque du prophète Mahomet… Le conseil des anciens appelle toutefois les hommes qui répudient leur épouse par le biais d’une simple déclaration orale à communiquer le divorce en question aux autorités compétentes, afin, dit-il, que soient protégés les droits de la femme et des enfants prévus par la loi islamique…

  • Au Pakistan

    Les 115 musulmans inculpés pour avoir incendié quelque 150 maisons de chrétiens et deux églises dans un faubourg chrétien de Lahore en 2013 (en réaction à un soi-disant « blasphème ») ont tous été acquittés.

    Malgré les témoignages de plusieurs ONG chrétiennes qui étaient sur place, dont Caritas. Malgré les photos et les vidéos où l’on voyait distinctement les visages des émeutiers.

    Mais aucun coupable de pogroms antichrétiens n’a été condamné au Pakistan jusqu’ici. Les juges ne sont pas des kamikazes…

  • Tahrir al-Cham

    C3achoxWIAAr1An.jpg

    Ce logo est celui de Tahrir al-Cham ("libération de la Syrie"), un nouveau bloc jihadiste rassemblant cinq groupes qui fusionnent.

    Ces cinq groupes sont Fatah al-Cham (ex-Front al-Nosra), Liwa al-Haq, Ansar al-Dine, Jaich al-Sounna et Noureddine al-Zinki.

    Le premier était la branche officielle d’Al-Qaïda en Syrie jusqu’à l’an dernier. Les deux derniers sont des groupes de rebelles étiquetés « modérés ». Le dernier a d’ailleurs été armé par la CIA. Le 19 janvier dernier, ses positions ont été bombardées… par les Américains, pour les dissuader de se rapprocher de Fatah al-Cham. Et les voilà aujourd’hui dans la même organisation…

    Ce regroupement fait suite à celui qui s’est produit le 25 janvier, quand divers groupes ont annoncé leur fusion au sein d’Ahrar al-Cham, qui demeure la plus importante force jihadiste en Syrie.

  • Inch’Allah Hamon !

    Tel est le cri de joie des islamistes, qui avaient mobilisé pour cette victoire (victoire très relative toutefois au vu des sondages, mais ils sont déjà prêts à reporter leurs voix sur Macron…).

    (La participation a été en hausse de 90% à Trappes par rapport au premier tour de la primaire.)

  • Au Pakistan

    Les sénateurs pakistanais ont entamé un débat sur une éventuelle modification des lois sur le blasphème. On donnera le nom de l’héroïque sénateur (musulman) à l’origine de ce débat : Farhatullah Baber. Car il risque sa vie.

    C’est la quatrième tentative de débattre de cette législation introduite sous la dictature du général Zia en 1982 et 1986.

    La première avait été celle de Benazir Bhutto, arrivée au pouvoir en 1988. Mais une fatwa la condamnant à mort avait eu raison de ses velléités…

    La deuxième avait été celle d’un parlementaire zoroastrien, en 2007. Sa proposition de loi avait été immédiatement rejetée par le ministre des Affaires parlementaires au motif constitutionnel qu’aucune loi ne peut contredire la charia.

    La troisième avait été celle de Sherry Rehman, en 2010. Elle fut menacée de mort et retira sa proposition de loi. L’année suivante, deux militants du changement de la loi, le gouverneur du Pendjab, Salman Taseer, et le ministre catholique des minorités, Shahbaz Bhatti, étaient assassinés.

    On ne sait jusqu’où ira l’examen cette fois-ci. Un recours a été déposé devant la Haute Cour de Lahore, pour lui demander d’interrompre le débat, parce que « le Parlement ne peut faire une loi contraire aux principes islamiques ».

  • Le Real Madrid apostasie

    Le Real Madrid a décidé à son tour (après le FC Barcelone) de supprimer la croix de son logo. Cela fait partie de l’accord conclu avec une société des Emirats arabes unis, Marka, sur la vente des produits dérivés dans les Emirats, en Arabie saoudite, au Qatar, au Koweït, à Bharein et Oman.

    La croix avait déjà été enlevée du logo sur la carte bleue émise avec la Banque nationale d’Abou Dhabi.

    « Nous devons être sensibles envers les autres parties du Golfe qui sont très sensibles aux produits portant la croix », a déclaré le vice-président de Marka, Khaled al-Mheiri. Comme chacun sait, les islamistes sont d'une hyper-sensibilité...

    Les chrétiens persécutés apprécieront. Les martyrs de la Reconquista aussi.