Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Islam - Page 3

  • Résistance

    Titre du Monde

    Manchester.jpeg

    L’esprit de résistance, ça consiste à déposer des nounours, des fleurs et des bougies, et à condamner l’islamophobie et les amalgames.

    Le terroriste s’appelait Salman et il était d’origine libyenne mais ça n’a aucun rapport avec l’islam. Comme nous l’a appris notre ministre de l’Intérieur, c’était « quelqu'un de nationalité britannique, d'origine libyenne mais qui avait grandi en Grande-Bretagne et qui, tout d'un coup, après un voyage en Libye puis sans doute en Syrie, se radicalise et décide de commettre cet attentat ».

  • Mûrs pour la dhimmitude

    Titre du Huffington Post :

    Sevran.jpeg

    Après Sevran et La Chapelle-Pajol, les femmes n’ont-elles plus droit de cité dans nos quartiers populaires?

    On lit ensuite :

    Les femmes sont devenues les premières victimes de la montée du sexisme, de l'insécurité et du harcèlement de rue. À Paris le phénomène a pris une ampleur inédite.

    Tout l’article est de la même veine. On y parle d’une « situation d’un autre âge », de la façon dont on pourrait lutter contre cette « gangrène sexiste », contre les « tenants du machisme archaïque »…

    Mais il n’y a pas un mot sur le processus qui a conduit à cette situation. Pas la moindre allusion au fait que les quartiers « populaires » sont ceux d’autres peuples, et surtout d’une autre religion. D'une religion qui fait sa loi, qui s'appelle charia. Le mot « islam » est devenu tabou. Le « sexisme » est une calamité sans origine. Qu’en France des rues soient interdites aux femmes est une sorte de catastrophe naturelle du XXIe siècle.

    Si l’on s’astreint à écrire des articles entiers sur ce phénomène sans employer le mot islam (celui-là n’est pas le seul, loin de là, mais il a le titre le plus violemment mensonger), c’est qu’on est mûr pour la dhimmitude.

    Et pour enfoncer le clou, on nous prévient :

    Paris : harcèlement de rue, attention aux amalgames !

    Enregistrer

  • Avant qu’il ne soit trop tard

    Un millier de personnes a défilé le 15 mai dans les rues de Jayapura, la capitale de la province indonésienne de Papouasie, à l’appel de la « Guilde des Eglises ». Pour manifester leur inquiétude face à l’activisme croissant des mouvements islamistes dans une province à 83% chrétienne, et demander leur dissolution.

    Au premier rang il y avait l’évêque catholique Mgr Leo Laba Ladjar. Il a expliqué que si les organisations islamistes présentes en Papouasie n’ont pas encore fait parler d’elles, « nous voulons que les gens soient conscients de leur présence avant qu’il ne soit trop tard ».

    Les évêques de France (et d’Allemagne, et d’Italie, etc.) devraient inviter Mgr Ladjar…

  • Remplacement

    La municipalité du Havre (c’est-à-dire l’actuel Premier ministre) a donné à des islamistes le presbytère de la paroisse Saint-Jean Baptiste pour y installer une école musulmane.

    « La croix ornant l’édifice a d’ores et déjà été retirée et les travaux viennent tout juste de démarrer. »

  • Eurodictature

    La Commission européenne a prévenu hier que les pays qui n’auront pas accepté des demandeurs d’asile d’ici juin encourront une procédure de sanction.

    Beata Szydlo, Premier ministre de Pologne, a immédiatement répondu qu'il n'y a pour son pays « aucune possibilité de prendre des réfugiés. C'est la position du gouvernement. Nous disons très clairement : il n’y a aucun accord du gouvernement polonais pour se voir imposer de force des quotas de réfugiés ».

    On constatera que la Commission européenne n’attend même pas le jugement de la Cour européenne de Justice pour proférer ses menaces. Car l’affaire est pendante depuis que la Hongrie et la Slovaquie ont porté plainte contre les quotas. Dans une démocratie, on attendrait le verdict de la Cour suprême…

  • Divergence

    Le 12 mai dernier, les archevêques syro-catholique et syro-orthodoxe de Mossoul et l’archevêque syro-orthodoxe de Bartellah ont signé un texte par lequel ils demandent la création d’une zone protégée réservée aux chrétiens dans la plaine de Ninive, à placer sous protection de l’ONU, et jouissant d’une autonomie administrative. Une revendication déjà formulée plusieurs fois par tel ou tel responsable chrétien depuis la prise de la plaine par l’Etat islamique.

    Dès le lendemain, l’Eglise chaldéenne a publié un communiqué pour souligner que cette prise de position ne reflète pas la position du patriarcat de Babylone des Chaldéens. Le communiqué renvoie à une déclaration récente du patriarche, S.B. Louis Raphaël I Sako, indiquant que la priorité est que les chrétiens puissent rentrer chez eux, et que l’urgence est donc de reconstruire les infrastructures. C’est seulement après la réinstallation des chrétiens qu’on pourra éventuellement envisager de demander la création de nouvelles unités administratives autonomes.

    En fait le patriarche chaldéen est depuis toujours opposé à un tel projet, qu’il appelait déjà le « piège » d’un « ghetto chrétien » quand il était archevêque de Kirkouk. L’Eglise chaldéenne considère qu’elle est l’Eglise d’Irak, de tout l’Irak, et de fait elle a des fidèles un peu partout dans le pays, même si ces dernières années la majorité a fui au Kurdistan ou à l’étranger (alors que les Eglises syro-catholique et syro-orthodoxe sont, en Irak, essentiellement présentes dans la plaine de Ninive).

  • Ex-chrétienté

    La mosquée du Mirail doit ouvrir ses portes d’ici fin 2017. Elle sera le plus grand lieu de culte à Toulouse, devant la cathédrale Saint-Étienne.

  • En Egypte

    Nabil Saber Fawzy était marié et père de deux enfants. Exerçant le métier de coiffeur, ce copte de 50 ans a été tué le 6 mai à al Arish, dans le nord du Sinaï au cours d’une attaque contre son échoppe menée par quatre hommes armés. La famille de l’homme faisait partie des centaines de chrétiens qui, au mois de février, avaient quitté al Arish, après la série d’assassinats de chrétiens par l’Etat islamique. Nabil Saber Fawzy était retourné chez lui depuis moins de deux semaines pour rouvrir son échoppe et reprendre le travail alors que son épouse et ses enfants étaient restés à Port Saïd. Le meurtre a été revendiqué par l’Etat islamique.

  • Les chrétiens se rebiffent

    La Commission pour la solidarité œcuménique de Lahore (catholiques, anglicans, presbytériens) s’indigne de récentes émissions télévisées, d’articles de presse et autres messages sur les réseaux sociaux diffusant le mépris pour les chrétiens du Pakistan et les humiliant. Elle a décidé de rédiger une lettre aux autorités gouvernementales et au propriétaire de la chaîne de télévision Dunyia TV, sur laquelle différents personnages publics, en leur qualité d’invités d’émissions, se sont livrés à plusieurs reprises à des commentaires et propos diffamatoires envers les chrétiens. Se trouve particulièrement visée la série télévisée Baji Irshad, dont la protagoniste est une chrétienne qui travaille comme femme de chambre dans la maison d’une riche famille musulmane.

    Les chrétiens du Pakistan, noyés dans un océan de plus en plus islamiste, sont plus courageux que nos évêques qui ne risquent rien.

  • Blasphème

    Zafar Bhatti, chrétien pakistanais faussement accusé de blasphème en 2012, a été condamné à la réclusion à perpétuité par un tribunal de Rawalpindi (qui s’est réuni dans la prison où il est incarcéré en raison des menaces de mort qui pèsent sur lui).

    Il avait été accusé d’avoir envoyé des textos contenant des outrages à l’islam.

    Normalement il aurait dû être condamné à mort, mais en raison de la faiblesse des « preuves » il est seulement condamné à la perpétuité…

    Ses avocats (qui sont menacés de mort) ont décidé de faire appel.