Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Islam - Page 3

  • Au Bangladesh

    Deux manifestations ont eu lieu à Dacca fin janvier contre la modification de manuels scolaires, et le ton monte. Les professeurs, les intellectuels et les membres des minorités ont en effet découvert que les manuels, censés être « laïques », ont été révisés dans un sens plus islamique qu’ils ne l’étaient déjà. Ce qui est le plus visible est la suppression de 17 textes non musulmans. Le gouvernement se défend d’avoir cédé aux pressions et a nommé une commission d’enquête… Mais la suppression de ces 17 textes-là était précisément une revendication des islamistes de Hefazat-e-Islam… Et ce n’est pas la seule modification. Par exemple, un récit de voyage a remplacé une visite dans le nord de l’Inde, à majorité hindou, par un voyage sur le Nil. Les vêtements traditionnels d’une fillette ont été redessinés dans une version islamique…

    Dans un pays où les chrétiens ne constituent guère plus de 0,5 % de la population, l’Eglise catholique du Bangladesh se sent particulièrement concernée puisqu’elle occupe une place importante dans le système éducatif. A la tête de plus de 300 établissements, elle prend en charge quelque 100.000 élèves, non chrétiens pour la plupart.

  • Au Pakistan

    Le groupe taliban pakistanais Jamaat-ul-Ahrar (assemblée des hommes libres), qui a revendiqué l’attentat de Pâques 2016 (70 morts dont de nombreuses familles chrétiennes) et tout récemment un attentat suicide devant le parlement de Lahore pendant une manifestation de pharmaciens (13 morts) a mis en ligne une vidéo où il annonce le lancement de l’« opération Ghazi » contre tous ceux qui « se promeuvent eux-mêmes comme des concurrents de la Nabuwat (ministère du “Prophète”) et ceux qui sont impliqués dans le blasphème concernant le “Prophète” ». Ce sont les Ahmadis qui sont ici visés.

    En ce qui concerne les autres minorités religieuses, elles seront épargnées à condition qu’elles se gardent de toute accointance avec le gouvernement : « Les églises, les temples hindous, les temples sikhs et tous lieux de culte des non-musulmans ne sont pas inclus dans nos cibles à moins qu’ils soient utilisés par nos ennemis », à savoir le gouvernement pakistanais et les militaires responsables de la prise de la Mosquée Rouge en 2007, opération au cours de laquelle fut tué le chef islamiste Abdul Rachid Ghazi.

    Saeeda Deep, fondatrice de l’ONG pakistanaise Institut de la paix et des études laïques, explique :

    Les églises et édifices analogues sont des cibles faciles par rapport aux bâtiments gouvernementaux qui sont hautement sécurisés. Les terroristes savent qu’ils auront le soutien des gens s’ils attaquent les minorités religieuses. La chose la plus importante est qu’ils sont seulement entraînés pour tuer et trouver une justification.

  • Fillon et l’islam

    François Fillon à la grande mosquée de Saint-Denis de la Réunion :

    Je suis croyant et je me bats pour toutes les religions. Je défends la liberté religieuse et donc l’islam.

    Il a dit aussi qu’il souhaitait que les musulmans manifestent leur colère non seulement contre les terroristes, mais aussi « contre ceux qui déforment le message de l’islam ».

    Là ça devenait intéressant et on allait s’instruire. Quel est donc le vrai message de l’islam ? Hélas, Fillon ne l’a pas dit…

    On remarquera aussi que lors de cette visite, Houssen Amode, le président du Conseil régional du culte musulman, a souligné que les musulmans sont « atterrés par le qualificatif d'islamique accolé au terrorisme » puisque « ça n'a rien à voir avec l'islam », tandis que le très modéré président de la mosquée (qui aime beaucoup Tariq Ramadan), Iqbal Ingar, a souligné que les critiques de l’islam par de pseudo-intellectuele deviennent insupportables et que « ça risque de pousser les modérés vers les radicaux »…

    Il y aurait donc des musulmans modérés qui deviennent radicaux mais qui n’ont rien à voir avec le terrorisme puisque celui-ci n’a rien à voir avec l’islam...

  • Sans appel

    Après le décret Trump interdisant temporairement l’entrée aux Etats-Unis des ressortissants de sept pays musulmans, et la condamnation vive et unanime de ce décret par les dirigeants et l’intelligentsia de l’UE et des pays européens dominants, Chatham House, qui est « l’Institut royal des affaires internationales », a voulu savoir ce qu’en pensaient les citoyens européens :

    « Nous appuyant sur un nouveau sondage, et unique, de Chatham House auprès de plus de 10.000 personnes de 10 Etats européens, nous pouvons donner un éclairage nouveau sur ce que les gens pensent des migrations en provenance de pays musulmans. Nos résultats sont frappants et donnent à réfléchir. Ils indiquent que l'opposition à toute migration supplémentaire en provenance des Etats majoritairement musulmans n'est en aucun cas limitée à l'électorat de Trump aux États-Unis, mais est assez répandue. »

    C’est le moins qu’on puisse dire :

    Chatham.jpg

    Etes-vous d’accord avec cette affirmation : « Toute nouvelle immigration de pays majoritairement musulmans doit être stoppée » ?

    En bleu : oui. En vert : sans opinion. En rouge : non.

    Un bel exemple du fossé, du gouffre, entre gouvernants et gouvernés…

    Enregistrer

  • Contre “Jésus le Messie”

    Il a fallu attendre la dixième réunion du Forum Jésus le Messie (calqué sur l’arabe Iassou al-Massih : Jésus-Christ) pour que l’artillerie islamo-dhimmie se réveille et dénonce une immonde entreprise de conversion des musulmans par des chrétiens dont plusieurs – horreur – sont des musulmans convertis - à commencer par l’homme qui est à l’origine du Forum, notre ami Mohammed-Christophe Bilek (fondateur également de Notre Dame de Kabylie, et chroniqueur à Reconquête).

    Mais ce n’est pas un hasard si c’est la réunion de Lyon qui déclenché le tir de barrage islamo-chrétien : c’est la ville de Kamel Kabtane, recteur de la Grande Mosquée, sorte de pape de l’islam dit « modéré », grand ami et compagnon de prière du cardinal Barbarin ; et c’est la ville de Christian Delorme, pape du dialogue islamo-chrétien et du vivre ensemble en dhimmitude.

    Ainsi le « Père » Christian Delorme a-t-il osé déclarer :

    Ce Forum instrumentalise des convertis pour mener une irresponsable campagne de dénigrement de l'islam.

    Et le très doux et très modéré Kamel Kabtane :

    On a l’impression de revenir au temps des croisades.

    Car ces braves gens-là voudraient tout simplement interdire aux musulmans d’entendre parler du Christ et de se convertir (comme dans les pays musulmans) et de se former pour annoncer la Bonne Nouvelle à leurs anciens coreligionnaires…

  • Au Pakistan

    L’Assemblée nationale du Pakistan a adopté lundi une série d’amendements à sa législation pénale. Dans laquelle on trouve quelques petites choses en faveur des minorités, donc des chrétiens.

    Mentionnant explicitement les les minorités, la sanction pour celui qui « emploie délibérément des mots qui heurtent les sentiments religieux » est portée à trois ans de prison (contre un actuellement) et une amende de 500.000 roupies (elle n’était pas précisée jusqu’ici).

    Le mariage avec une fille qui n’a pas l’âge de se marier est puni d’une peine de prison qui ne peut être inférieure à cinq ans et une amende pouvant aller jusqu’à de un million de roupies. Ceci concerne d’abord les enlèvements de jeunes filles chrétiennes (ou hindoues) par des musulmans riches et influents bénis par les imams (puisque la jeune fille se « convertit » avant de se « marier »).

    Il est spécifié (c’est une première) que le lynchage par un groupe organisé ou une foule qui se fait justice elle-même est illégal. (Les victimes sont toujours des chrétiens, en général pour une rumeur de « blasphème ».)

    La sanction à l'encontre de quiconque donne de fausses informations à la police est portée de six mois maximum à sept ans au cas où l'infraction sur laquelle des renseignements ont été donnés est passible de la peine de mort et cinq ans si elle est punie d'emprisonnement à perpétuité. Ceci fait à l’évidence allusion aux accusations de blasphème portées contre les chrétiens (passibles de la peine de mort s’il s’agit de Mahomet ou de la perpétuité s’il s’agit du Coran). Ce serait donc une façon d’amender un peu les lois sur le blasphème sans le dire.

    Mais la loi doit encore être signée par le président…

  • Le lycée Averroès

    Le tribunal correctionnel de Nanterre a relaxé Soufiane Zitouni, poursuivi pour diffamation par le lycée musulman Averroès pour une chronique publiée dans Libération où il accusait le lycée de double-jeu : faisant semblant d’un côté d’être pleinement intégré dans la République mais distillant en même temps l’idéologie salafiste.

    Le tribunal estime que « le double langage et la confusion entre religieux et éducation, dénoncés par Soufiane Zitouni, sont constitués », dit l’avocat.

    Ben oui… c’est même constitutif de l’islam…

    Voir ce que je disais de l’affaire à l’époque.

  • L’Egypte change

    La Cour constitutionnelle égyptienne a déclaré inconstitutionnel un article de la loi sur l’Administration qui affirme que les salariés musulmans ont le droit de prendre un mois de congés payés pour effectuer le pèlerinage à La Mecque. Cet article, dit la Cour, est contraire à l’égalité des droits et des devoirs de tous les citoyens affirmée par la Constitution. La déclaration d’inconstitutionnalité fait explicitement référence à l’inégalité que la loi introduit entre les citoyens musulmans et les chrétiens, auxquels devrait être garantie une possibilité de congés payés analogue pour se rendre en pèlerinage à Jérusalem…

  • L’islam et la famille

    En janvier dernier, le président al-Sissi avait annoncé un projet de loi permettant de limiter la pratique du divorce verbal, qui permet au musulman de répudier sa femme verbalement et sans témoin (ou, de plus en plus, par SMS…). Le président s’alarme en effet du nombre des divorces en Egypte : aujourd’hui 40% des mariages sont rompus dans les cinq ans. Il a demandé le 24 janvier au grand imam d’al-Azhar ce qu’il en pensait, et celui-ci s’est dit d’accord pour qu’une loi rende le divorce légal seulement s’il est fait en présence d’un maazoun, imam spécialisé dans les mariages et les divorces. Ce qui est précisément l’objet du projet de loi. Mais le « conseil des anciens » d’al-Azhar, le 5 février, a rejeté ce projet et confirmé la validité du divorce verbal, pratique qui remplit les conditions posées par la loi islamique et introduite dès l’époque du prophète Mahomet… Le conseil des anciens appelle toutefois les hommes qui répudient leur épouse par le biais d’une simple déclaration orale à communiquer le divorce en question aux autorités compétentes, afin, dit-il, que soient protégés les droits de la femme et des enfants prévus par la loi islamique…

  • Au Pakistan

    Les 115 musulmans inculpés pour avoir incendié quelque 150 maisons de chrétiens et deux églises dans un faubourg chrétien de Lahore en 2013 (en réaction à un soi-disant « blasphème ») ont tous été acquittés.

    Malgré les témoignages de plusieurs ONG chrétiennes qui étaient sur place, dont Caritas. Malgré les photos et les vidéos où l’on voyait distinctement les visages des émeutiers.

    Mais aucun coupable de pogroms antichrétiens n’a été condamné au Pakistan jusqu’ici. Les juges ne sont pas des kamikazes…