Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Islam - Page 3

  • Au Congo

    Lu sur Fides :

    « En cette Semaine Sainte, lorsque nous nous préparions à célébrer Pâques dans la sérénité, nous avons été surpris par les tirs d’armes à feu et par les massacres », écrit dans son message de Pâques Mgr Melchisédech Sikuli Paluku. L’évêque de Butembo-Beni dénonce le fait qu’au moins 11 personnes sont mortes dans le cadre d’une attaque perpétrée contre le village de Mayangose et dans les environs de la paroisse Saint-Gustave de Beni-Paida, dans le village de Sobiede. « Les assaillants ont tué par balles et à coups de machette au moins 11 personnes dont une dame de 80 ans et un enfant de 9. Les malfaiteurs ont enlevé un certain nombre de personnes et mis à sac les habitations. Jusqu’ici, cinq jeunes manquent à l’appel, ayant été enlevés par ces délinquants » affirme Mgr Sikuli Paluku. Les massacres ont eu lieu malgré la présence sur zone de postes de l’armée et de la MONUSCO (Mission de l’ONU en RDC), remarque l’évêque.

    Mgr Sikuli Paluku se demande comment il est possible que, sur le territoire de son diocèse aient lieu des massacres continuels, toujours attribués par les autorités locales à l’ADF, un groupe de miliciens d’origine ougandaise qui s’est établi depuis des années au Nord Kivu. « Qui sont ces présumés miliciens de l’ADF et qui sont leurs alliés dont le spectre est invisible après tant de mois d’opérations militaires, souvent conjointes, entre les FARDC et la MONUSCO afin de rétablir la paix et la sécurité dans la ville de Beni et ses alentours ? ».

    On répondra à ce brave évêque que les miliciens de l’ADF (« Forces démocratiques alliées »), qu’il appelle « délinquants » et « malfaiteurs », sont des guérilleros islamistes (ougandais) et que ça n’arrange pas la situation de vouloir le cacher.

    On ajoutera que leur activisme actuel n’est sans doute pas étranger au fait qu’a été annoncée début mars la composition du tribunal ougandais qui devrait enfin juger le chef de l’ADF, Jamil Mukulu, arrêté en 2015, et 34 de ses hommes de main.

  • Tradition républicaine

    A ceux qui demandent pourquoi Emmanuel Macron, dont le week-end pascal a été tellement médiatisé, n’a à aucun moment souhaité une bonne fête de Pâques aux Français, l’Elysée a répondu que ce n’était pas une tradition républicaine.

    En revanche c’est une célèbre et antique tradition républicaine de fêter la rupture du jeûne du ramadan.

    Screenshot-2018-4-5 Libération on Twitter.png

  • Orléans islamique

    Screenshot-2018-4-3 Fdesouche - Revue de presse nationale et internationale.png

    La liste des Etudiants musulmans de France (UOIF) a fait plus de 20% des voix aux élections étudiantes d’Orléans le 27 mars dernier.

    Certes, il y avait moins de 10% de votants. Mais c’est ceux qui votent qui décident.

  • Au Pakistan

    Quatre membres d’une famille chrétienne ont été tués par balles hier à Quetta au Pakistan. La famille circulait à bord d’un pousse-pousse quand des hommes en moto ont ouvert le feu. « C’était un acte de terrorisme », a déclaré un officier de police. L’Etat islamique a ensuite revendiqué l’attaque.

    On remarquera que les médias pakistanais évoquent la mort de 9 personnes dont 4 chrétiens, amalgamant le meurtre des chrétiens avec un règlement de comptes inter-musulman. L’un d’eux va même jusqu’à évoquer le « martyre » des musulmans après avoir noté que quatre chrétiens ont été « tués »…

  • Leah Sharibu

    Une centaine d’adolescentes (coupables d’aller à l’école) avaient été enlevées le 19 février dernier, par des islamistes de Boko Haram à Dapchi, dans le nord-est du Nigeria.

    Au matin du 21 mars, leurs ravisseurs les ont ramenées à leur village, sans plus d’explications. Six d’entre elles manquent à l’appel : cinq sont vraisemblablement mortes. La sixième, Leah Sharibu, 15 ans, est la seule chrétienne. Elle n’est pas revenue parce qu’elle a refusé d’abjurer.

    « Ses amies ont dit qu’elles ont essayé de la convaincre mais elle a dit qu’elle ne se convertirait pas à l’islam. Boko Haram a déclaré que puisqu’elle ne se convertirait pas à l’islam, elle devrait rester. C’est ainsi qu’elles l’ont laissée. Elle est seule. »

    Son père a déclaré : « Je suis très triste, mais je jubile aussi, parce que ma fille n’a pas renié le Christ. »

  • Parole de ministre

    Du ministre hongrois des Affaires étrangères Peter Szijjarto :

    « La dernière attaque en France prouve qu’il existe un lien étroit entre immigration et terrorisme. La Hongrie dit que l’immigration n’est pas utile mais est un danger vital, c’est le devoir du gouvernement d’une nation de protéger ses citoyens. »

  • La charia à l’hôpital public

    Cela se passe à l’hôpital général de Vienne, capitale de l’Autriche. Là où Jean Sobieski était venu pour mettre la pâtée aux Ottomans et sauver l’Europe de l’islam. Mais ça c’était avant. Aujourd’hui l’islam règne, sans avoir fait la guerre.

    Chiara Salfenauer, 23 ans, est atteinte depuis cinq ans de sclérose en plaque. Elle fait partie d’un programme de recherche et est hospitalisée 24 heures par mois pour une perfusion. « Comme les effets secondaires peuvent mettre sa vie en danger, ma femme et moi accompagnons toujours notre fille à ce traitement », dit Robert Salfenauer.

    Mais, lundi dernier, le personnel de l’hôpital a déclaré aux parents qu’il y avait dans la même chambre que leur fille une femme entièrement voilée et que ce serait un problème si un homme entrait dans cette pièce. Par conséquent le père ne devait pas y aller.

    Quelque temps plus tard, le père décide d’y aller quand même. Surgit aussitôt un membre du personnel, lui enjoignant de ne pas aller plus loin que le premier lit. Le père acquiesce. La femme voilée ne pouvait rien voir puisqu’elle était derrière un paravent. Mais elle entend deux voix masculines et s’emporte : « Que faites-vous ici ? Disparaissez immédiatement ! Je ne veux pas qu’il y ait un homme ici, cela ne se peut pas, je ne le veux pas, quittez cette pièce immédiatement, c’est moi qui décide qui peut entrer ! »

    Les parents se retirent dans une salle d’attente, non sans protester de ce qui se passe. Alors arrive un médecin, flanqué d’un agent de sécurité, qui demande au couple de quitter l’hôpital immédiatement. Et Robert Salfenauer de se faire expulser manu militari, au motif qu’il troublait la paix de l’établissement.

    La paix islamique de l’hôpital de Vienne devenu dar al islam.

  • Horst Seehofer

    Président de la CSU depuis 2008, et président de la Bavière, qui vient d’être nommé ministre de l’Intérieur dans la nouvelle grande coalition de Merkel, Horst Seehofer est connu pour son ancrage à droite (CSU oblige, quand même), et ses critiques virulentes de la politique de Merkel concernant les « migrants ».

    Il a accepté le poste de ministre de l’Intérieur à condition qu’on y ajoute « et de la Patrie ».

    Et comme on pouvait s’en douter il n’a pas attendu longtemps pour montrer sa différence : deux jours. Le quotidien Bild a publié une interview du ministre et en a retiré ce propos pour en faire son gros titre : « L'islam n'appartient pas à l'Allemagne ! »

    Seehofer répond à une question à propos de ce qu’avait dit en 2010 le président fédéral : « L’islam aujourd’hui fait partie de l’Allemagne », phrase reprise plusieurs fois par Angela Merkel :

    Non. L'islam n'appartient pas à l'Allemagne. L'Allemagne est marquée par le christianisme. Le dimanche chômé, les jours fériés chrétiens et les rituels comme Pâques, la Pentecôte ou Noël en font partie. Mais les musulmans qui vivent chez nous appartiennent évidemment à l'Allemagne. Cela ne signifie naturellement pas que nous abandonnions pour de fausses considérations nos traditions et des usages typiquement de chez nous.

    De quoi faire hurler dans les rangs du SPD, et même dans les rangs de la CDU fidèles à Angela Merkel.

    Celle-ci vient de réitérer sa position, via un porte-parole :

    Il y a aujourd'hui quatre millions de musulmans qui vivent en Allemagne et qui y pratiquent leur religion, ces musulmans appartiennent à l'Allemagne, tout comme leur religion, l'islam.

    L’aveuglement sur cette "religion" est donc toujours complet. Peut-être Horst Seehofer pourra-t-il lui ouvrir les yeux ?

    En attendant l’AfD proteste que Seehofer a repris textuellement un de ses slogans (ce qui est vrai: Der Islam gehört nicht zu Deutschland !), et certains pensent qu’il a parlé ainsi pour couper l’herbe sous le pied de l’AfD (aujourd’hui premier parti d’opposition), dans la perspective des élections en Bavière en octobre prochain.

    Après la provocation du SPD voici donc la provocation de Seehofer. Dans un gouvernement qui a trois jours d’existence…

    On s’intéressera surtout à ce que fera le Bavarois comme ministre de l’Intérieur, donc de l’immigration.

  • Les derniers chrétiens de Somalie

    Il y a depuis 2010 en Somalie une Mission de l’Union européenne chargée de former des soldats somaliens censés renforcer (?) le gouvernement (?) et les institutions (?) de ce cloaque. Le contingent italien a un aumônier, le P. Stefano Tollu, qui a réussi à entrer très discrètement en contact avec un catholique autochtone. Il raconte à l’agence Fides son entrevue avec ce Somalien qu’il appelle « Mosè » :

    Il s’agit d’un chrétien ayant grandi pendant le Protectorat italien puis au sein de la Somalie indépendante encore très liée à notre pays. Nombreux le considèrent comme le porte-parole des catholiques somaliens. Il qualifie quant à lui sa communauté comme étant en voie d’extinction. Mosè m’a raconté que certains de ceux qui sont nés dans les années 1990 sont devenus intolérants et ne comprennent pas leurs anciens qui professent le christianisme. Dès lors les personnes âgées fuient et s’éloignent de leurs enfants et de leurs petits-enfants.

    Mosè a montré au prêtre italien une liste de chrétiens morts récemment, certains de mort naturelle et d’autres de mort violente. « Je lui ai promis de me souvenir d’eux lorsque je célèbre la Messe – déclare l’aumônier en rappelant que, comme le lui a indiqué le chrétien somalien – certains ont été tués par les enfants de leurs enfants ». « La violence se trouve à l’intérieur même des maisons et nous qui sommes demeurés peu nombreux, nous risquons notre vie tous les jours » lui a déclaré Mosè.

  • Au Pakistan

    A la suite d’une émeute islamique, Patras Masih, accusé de « blasphème », s’est livré à la police. Les 800 familles chrétiennes du village, craignant les violences islamiques, se sont enfuies.

    Patras Masih a été remis à la police fédérale (FIA). Celle-ci a également convoqué son cousin, Sajid Masih, 24 ans, à son quartier général. La police a indiqué que pendant l’interrogatoire Sajid Masih a voulu s’enfuir et a sauté par la fenêtre, du… 4e étage, et qu’il se trouve à l’hôpital dans un état grave. Mais Sajid Masih a pu faire savoir que les policiers ont voulu le forcer à avoir un « rapport sexuel » avec son cousin et que pour éviter cette infamie il a préféré sauter par la fenêtre.

    Le ministre chrétien Kamran Michael (aujourd’hui ministre des… Statistiques après avoir été jusqu’à l’an dernier ministre des Droits de l’homme) a contacté le directeur général de la FIA, lui demandant une enquête. La direction a promis une enquête permettant de traduire les coupables devant la justice, et a placé une garde à l’hôpital pour prévenir toute agression ou rétorsion.