Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Islam - Page 2

  • 28,5 %

    En ouverture d’une réunion de ministres des Affaires étrangères à Abidjan, le 10 juillet, Youssef Al-Othaimeen, secrétaire général de l’Organisation de la Coopération islamique (OCI) et ancien ministre saoudien, a déclaré que 28,5% des jeunes de 15 à 29 ans dans le monde vivent dans des pays de l’OCI, ce qui représente « des opportunités et des défis », parce que ces jeunes sont d’importantes « ressources pour leurs pays et pour le monde », mais qu’il faut combattre des défis comme « la privation économique, l’exclusion politique, la marginalisation sociale », et la désintégration des familles qui crée un terreau fertile pour les organisations extrémistes et terroristes qui recrutent des jeunes pour leurs « déplorables desseins » (sic). Dans un monde de « médias sociaux et d’interconnectivité mondiale », il y a besoin d’un « discours contre l’extrémisme violent ».

    Sic. Il faut un discours (« a narrative », littéralement un récit) contre l’extrémisme violent. Contre l’extrémisme non violent ce n’est pas la peine, semble-t-il.

    On ne nous dit pas si Youssef A. Al-Othaimeen a évoqué les dizaines de milliers de jeunes hommes musulmans qui ont commencé à quitter des pays de l’OCI pour s’installer en Europe occidentale. Mais sans nul doute ils représentent une opportunité pour que ces pays qui accueillent à bras ouverts les phalanges de l’islam deviennent des pays de l’OCI…

    7168533.jpg

  • Laïcards pour l’islam

    Le maire de Chevigny-Saint-Sauveur (Côte d’Or) a décidé de supprimer des cantines scolaires les « menus de substitution », en clair les menus musulmans.

    Les islamistes du « Collectif contre l’islamophobie en France » ont publié un texte vengeur, par lequel le maire est sommé de rétablir les menus musulmans. Ce texte est signé par tous les mouvements laïcards (le parti communiste les avait précédés en publiant son propre texte de défense de l’islamisation des écoles) :

    Ligue des Droits de l’Homme / Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples / ATTAC 21 / Amnesty International Dijon / Confédération Syndicale des Familles / FSU / Collectif contre l’Islamophobie en France / Libre Pensée / Solidaires 21/ARAC21/ Mouvement de la Paix/ UJFP/ FCPE

  • Provocation turque

    Vendredi dernier 23 juin, un imam a récité des passages du Coran depuis l’intérieur de Sainte-Sophie, et cela a été intégralement retransmis par la télévision.

    Depuis 2012 des « prières » sont récitées devant Sainte-Sophie, le 29 mai (date anniversaire de la prise de Constantinople), par ceux qui réclament que l’ancienne basilique redevienne une mosquée.

    Mais c’est la première fois depuis 1935 (quand Attaturk avait fait de la mosquée un musée) que le Coran y est récité.

  • Leur "tradition"

    L'imam de Falls Church, en Virginie, a recommandé au début du mois de pratiquer l'excision pour éviter « l'hypersexualité » chez les femmes. Puis il a fait marche arrière en « s'excusant devant celles et ceux qu'il a offensés ».

    Tariq Ramadan, dans une vidéo, a donné son opinion personnelle, qui est que l’on ne doit pas « promouvoir » l’excision parce que « d’abord ce n’est pas dans le Coran ». Et il a poursuivi en prenant la défense de l’imam et en justifiant les mutilations :

    Cela dit, je ne peux pas nier le fait que certains érudits musulmans au plus haut niveau de leur position institutionnelle soutiennent le fait que cela est possible que vous pouvez aller jusqu’à l’excision ou la mutilation, nous avons cela dans notre tradition et cela fait partie de la discussion interne que nous devons avoir. Donc, c’est plaire aux gens qui attaquent l’islam que de dire : « Oh non, non, non, ce n’est pas islamique. C’est illégal, ce n’est même pas fidèle à notre tradition. » Nous devons avoir une discussion interne… Donc, encore une fois, nous devons être sérieux. Personne ne peut dire que ça ne fait pas partie de notre tradition. C’est controversé, c’est discuté … vous devez prendre position, mais vous ne pouvez pas nier le fait que cela fait partie de notre tradition.

    Il ne faut pas exposer un de nos leaders qui sert la communauté depuis plus de trente ans. Il faut nous lever pour défendre nos opinions, et avant de réagir de manière précipitée sur quelconque sujet, nous devons avoir une discussion interne. (...) Il ne faut pas laisser les autres décider pour nous quelles sont nos priorités. Nous devons dire avec dignité et confiance : c'est à nous de décider, pas aux islamophobes ni aux racistes.

    Car la loi est raciste, et défendre l’intégrité corporelle de la femme c’est de l’islamophobie…

  • Et maintenant la crise d’angoisse

    On ne compte plus les « déséquilibrés » qui passent à l’attaque en criant Allahou Akbar.

    A Lausanne, un Sahraoui « avait entraîné l’évacuation du métro M2 à la station Bessières, à Lausanne, en criant comme certains djihadistes avant une attaque ».

    Le procureur a expliqué que cet homme est « sujet aux crises d’angoisse et n’a pas voulu faire peur aux passagers : il en appelait ainsi à Dieu car il craint qu’on intente (?) à sa vie ». Sic.

    Il a donc été relâché.

  • Président dhimmi

    Et d’une ignorance criminelle :

  • Une église détruite en Algérie

    église.jpg

    Le 9 juin dernier, une église a été détruite à coups de pelleteuse à Sidi Moussa, à 25 km d’Alger.

    La municipalité avait classé l’édifice en catégorie rouge, donc devant être détruit parce que menaçant ruine.

    Le maire et le conseil municipal ont assisté à la scène, et annoncé qu’à la place de ce vestige de la présence française seront érigées une mosquée et une école coranique…

  • Roi dhimmi

    roi.jpeg

    A Bruxelles le premier prénom donné aux garçons, depuis plusieurs années, est Mahomet. Logiquement, le roi des Belges vénère la religion de Mahomet.

    RTL.be :

    « Le roi Philippe a rompu le jeûne dans une famille musulmane de Gand lundi soir. Notre souverain a respecté la tradition en mangeant d’abord des dattes et du lait, puis en partageant un repas fait de plats marocains. »

  • Un autre

    Si le propos du vice-président polonais du Parlement européen Ryszard Czarnecki sur les migrants et les attentats vous a plu, voici celui du ministre polonais de l’Intérieur, Mariusz Błaszczak. La Pologne n’est pas menacée, dit-il, parce que « nous ne sommes pas engagés dans une politique multiculturelle ou dans le politiquement correct ». « Le gouvernement polonais actuel a changé la politique du [précédent gouvernement], qui était basée sur une porte ouverte aux réfugiés. De cette façon, toutes ces erreurs qui ont abouti à des événements tragiques dans l’ouest de l’Europe n’ont pas affecté la Pologne. »

    On sait que la Tchéquie, qui a accueilli 12 « réfugiés » dans le cadre du plan européen de relocalisation, a fait savoir qu’elle n’en accueillerait pas un de plus. La Pologne n’en a accueilli aucun, et le président Andrzej Duda a rappelé hier qu’elle n’en accepterait pas, quelles que soient les menaces de la Commission européenne. Il a ajouté que si Bruxelles continuait d’insister il organiserait un référendum. Et pour Mariusz Błaszczak les menaces que font peser les migrants sont « bien pires » que celles de Bruxelles.

  • Pas d’amalgame (suite sans fin)

    L’homme qui a agressé un policier avec un marteau devant Notre-Dame de Paris en criant « C’est pour la Syrie » est un étudiant de 40 ans (sic), Farid Ikken, né en Algérie.

    Il s’est revendiqué « soldat du califat », et l’on a retrouvé chez lui (à Cergy) une vidéo où il prête allégeance à l’Etat islamique.

    Mais cela n’a rien à voir avec l’islam, comme le confirme son « directeur de thèse » (à Metz) : le Farid qu’il connaît depuis 2013 est « aux antipodes de tout ce qu’on décrit », il « défend les valeurs de la démocratie ».

    Le pape, conformément à la nouvelle doctrine soulignant que s’il n’y avait pas de fabricants d’armes il n’y aurait ni guerres ni attentats, a fermement condamné les « maîtres de forge » qui fabriquent encore des marteaux. Et en disant « maîtres de forge » en français du XIXe siècle il dénonçait en même temps le sort effroyable du prolétariat exploité par les capitalistes. Car telle est la réalité aussi paradigmatique que périphérique.