Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Islam - Page 2

  • Shéhérazade au Vatican

    J’avais vu le 8 mars sur le site du Vatican, au matin de la « Journée internationale de la femme », que venait d’être annoncée, la veille, la création par le Conseil pontifical pour la Culture d’un « conseil consultatif 100% féminin ». Je n’avais lu que le titre, et je n’avais pas l’intention d’en parler, considérant que ce genre de révérence mondaine à l’idéologie dominante ne méritait qu’un haussement d’épaules.

    Mais il y a un détail qui mérite d’être relevé : parmi ces femmes il y a une « théologienne musulmane » (sic), Shahrazad Houshmand.

    En cherchant un peu, on apprend que cette Shéhérazade (perse comme il se doit) est diplômée de théologie islamique de l’université de Téhéran et de théologie fondamentale chrétienne à la Faculté théologique pontificale de l’Italie méridionale. Et qu’elle enseigne les « études islamiques » à l’Université pontificale grégorienne.

    On apprend aussi que la Shéhérazade du cardinal Ravasi est une spécialiste de « christologie coranique ». Sic.

    Et sans doute aussi de mahométisme chrétien, non ?

  • Tous “déséquilibrés“ : une explication

    Il ne se passe de semaine sans qu’il y ait ici ou là de violentes agressions, de la part de personnages dont on nous dit immédiatement que ce sont des « déséquilibrés », et dont on apprend ensuite que ce sont – toujours – des musulmans venus d’ailleurs.

    C’en est au point que c’est à la limite du racisme : car la conclusion qui s’impose d’elle-même est que l’islam rend fou… Ce qui est pourtant contraire à l’idéologie officielle du vivre ensemble avec cette vénérable religion de paix et d’amour.

    L’histoire de Fahim nous donne une des explications possibles de ce phénomène.

    Fahim a attaqué et blessé sept personnes à la hache à la gare de Dusseldorf.

    L’acte d’un « déséquilibré », a immédiatement dit la police.

    Puis on a appris que le déséquilibré est un Kosovar, du nom de Fahim H. Arrivé en 2009 en Allemagne il avait obtenu un permis de séjour temporaire comme demandeur d’asile, mais l’asile lui a été refusé et il devait être expulsé. Mais en 2014 l’Office des migrations et des réfugiés a décrété que Fahim ne pouvait pas être expulsé, en application de la loi sur les étrangers qui interdit d’expulser une personne si cela peut avoir pour conséquence l’aggravation d’une affection médicale grave. Or l’expulsion de Fahim entraînerait une détérioration de son état mental. C’est pourquoi Fahim peut attaquer les gens à la hache : ça le défoule et c’est donc bon pour son état mental.

    Fahim, en arabe, ça veut dire : clairvoyant.

    Addendum. Comme le signale un commentaire, l'homme s'appelle Fatmir. Prénom qui est devenu Fahim dans la traduction de l'article allemand dans Fdesouche. Comme quoi on ne vérifie jamais assez (mais en même temps ça n'a aucune importance.)

  • Langues vivantes

    cours arabe.jpg

    J’avais vaguement entendu parler du projet de « la » ministre marocaine de l’Education nationale française de donner des cours d’arabe à l’école primaire. En me disant que c’était sans doute pour la progéniture de ses congénères. Mais voici que ça m’arrive dans la figure, dans un petit village du Centre Bretagne.

    Mon petit-fils est revenu chez lui avec un formulaire, dont « l’objet » est son « inscription à un enseignement optionnel de langue vivante étrangère dans le premier degré ».

    Langue vivante étrangère. Vous avez le choix entre… l’arabe, et le turc.

    On dirait qu’il y a comme une discrimination, non ? Ou alors l’anglais, l’allemand et l’espagnol sont devenus des langues mortes. Ou moins vivantes que celles de l’islam… Et pourquoi pas le breton, qui est pourtant une langue étrangère pour le ministère jacobin (islamo-jacobin) ?

    Et où vont-ils trouver des professeurs d’arabe et de turc par ici ? C’est le délire idéologique de fonctionnaires dhimmis qui veulent déjà intégrer nos enfants à l’oumma…

    Enregistrer

  • La femme selon Facebook

    Je découvre sur Novopress que Facebook célébrait hier ainsi la journée de la femme :

    cultural-moment-image_iwd.png

    Toutes les femmes sont voilées.

    Ma première réaction a été de penser que Novopress exagérait et que ce devait être une des illustrations de la journée de la femme sur Facebook. Mais non. C’est bien la seule.

    Facebook a donc parfaitement intégré, d’avance, la domination islamique mondiale…

  • Au Mali…

    aqmi-almourabitoune-ansardine-iyad-ag-ghaly-flm-amadoun-kouffa-jihadistes-jihadistes-terroristes-terrorisme.jpg

    Les chefs de trois importants groupes jihadistes du Sahel se sont réunis et ont fusionné.

    Il s’agit de Katiba Macina (section du Macina, appelé chez nous Front de libération du Macina, du nom de l’ancien empire Peul), de Ansar Dine, et de al-Mourabitoun. Le nom du nouveau groupe est Jamaat Nasr al-islam wal mouslimin : rassemblement de secours de l’islam et des musulmans. Il est dirigé par Iyad Ag Ghaly, le chef touareg de Ansar Dine.

    L’objectif semble être de resserrer les rangs d’al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) face aux avancées de l’Etat islamique.

    Dans la vidéo qui annonce cette nouvelle, Iyad Ag Ghaly (au milieu devant l’ordinateur) présente les chefs des organisations qui ont fusionné avec lui, de gauche à droite Amadou Kouffa, émir de la katiba Macina, Yahya Abou Hamam, émir d’Aqmi au Sahara, Al-Hassan Al-Ansari, vice-émir d’al-Mourabitoun, Abou Abdoul Rahman Senhadji, juge d’Aqmi.

    On ose à peine rappeler que l’armée française est allée au Mali pour éradiquer ces jihadistes…

  • Au Pakistan

    Mehswish .jpg

    Babar Masih et sa femme Ruqiya Bibi sont de très pauvres chrétiens pakistanais de Kamalpur (Faislabad) qui comme tant d’autres travaillent dans une briqueterie pour un salaire de misère (quand ils sont payés). Ils ont quatre enfants. Dont Mehswish, une fille de 15 ans (à gauche sur la photo). En octobre 2015, la femme d’un riche entrepreneur musulman a demandé à embaucher Mehswish comme femme de ménage. (En fait quasi esclave : un salaire mensuel de 5.000 roupies – 50 $ - pour 18 heures de travail par jour 7 jours sur 7). En septembre 2016 Mehswish s’est plainte de douleurs à l’abdomen : elle avait une appendicite. Ses parents ont voulu la garder à la maison jusqu’à ce qu’elle aille mieux. Ils ont été alors harcelés par la femme de l’entrepreneur, qui exigeait que la jeune fille reprenne son travail. Après diverses menaces, elle est venue fin novembre avec des policiers, accusant Mehswish d’avoir volé pour 16 millions de roupies (15.000$) de bijoux. C’est le coup classique. Mehswish et son père ont été conduits au poste de police, interrogés, et relâchés le lendemain. le 8 décembre, la femme de l’entrepreneur fit venir chez elle Mehswish et son père pour régler définitivement le problème, disait-elle. En fait elle avait fait venir la police pour arrêter les deux chrétiens. Le père a été emprisonné au poste de police, et la fille… chez son employeur. Jusqu’à ce que la commission Justice et Paix de l’épiscopat intervienne pour les libérer, contre caution provisoire.

    La prochaine audience aura lieu lundi.

    Shahid Anwar, le coordonnateur diocésain de Justice et la Paix, a déclaré à Asianews : « Très souvent, ce genre d'allégations est dirigé contre les domestiques chrétiens par les riches propriétaires parce qu'ils appartiennent à des minorités et à des groupes marginalisés. La plupart du temps, les accusations sont sans fondement. Les employeurs ne veulent pas que leurs employés se libèrent de leur servitude. La fille a été détenue dans la maison de Tariq et son père a été gardé derrière les barreaux pendant plusieurs jours sans procédure régulière. Cette famille est innocente et très pauvre. Nous leur fournissons une aide juridique et avons réussi à obtenir une caution provisoire de la Haute Cour de Lahore, mais nous espérons que le 6 mars, la caution sera confirmée. Nous défendons ces pauvres victimes et nous nous battrons jusqu'à ce que justice soit faite. »

  • Nettoyage

    Quelque 1.500 coptes ont fui al-Arich depuis le triple assassinat, car leur sécurité ne peut pas être garantie.

    Tel est le terrorisme en action. Le nord Sinaï est ainsi nettoyé de ses chrétiens.

    Le « pape » copte Tawadros s’insurge contre les médias qui appellent « immigrés » les réfugiés chrétiens. C’est un mot « erroné », dit-il, parce qu’il s’agit « seulement d’une crise passagère ».

    Le mot est erroné d’abord parce que ce sont des Egyptiens… Quant à la « crise passagère », on voit que depuis plusieurs années maintenant ce sont les islamistes qui gagnent du terrain (malgré les efforts réels du gouvernement).

  • En Irak

    Cross_erected_in_Telekuf_Tesqopa_Iraq_Credit_Patriarchate_of_Babylon_CNA.jpg

    Tesqopa, ou Tall Usquf (la colline de l’évêque) est un village chaldéen de 11.000 habitants (avant la guerre), à 28 km au nord de Mossoul, récemment libéré. Le 18 février dernier, le patriarche Raphaël Louis Sako y est allé pour célébrer la messe en l’église Saint-Georges nettoyée par les Français de SOS Chrétiens d’Orient. « C’est la première étincelle de lumière qui brille dans la plaine de Ninive depuis les ténèbres de l’Etat islamique », a-t-il dit.

    Après la messe il s’est rendu sur la colline où a été érigée une très grande croix. Il a béni la croix et a déclaré que cette croix « fait savoir au monde que ceci est notre terre, nous sommes nés ici et nous mourrons ici, nos ancêtres sont enterrés dans cette terre pure et nous allons rester pour les garder de toute notre force et pour les générations à venir ».

    Dans tous les villages libérés de la plaine de Ninive les chrétiens remettent des croix sur les églises et en mettent sur les maisons. Mais celle de Tesqopa est hors norme…

  • Encore un copte tué

    Un copte de 40 ans a été tué hier à al-Arich par une balle dans la tête alors qu’il était sur le toit de sa maison, puis sa maison a été incendiée.

    Le meurtre et l’incendie ont été immédiatement revendiqués par l’Etat islamique.

    C’est le 18 février que dans une vidéo publiée sur Telegram l’Etat islamique avait annoncé qu’il allait frapper la communauté chrétienne.

    Le 22, le corps d’un copte criblé de balles et celui de son fils brûlé vif avaient été retrouvés derrière une école d’al-Arich.

  • En Egypte

    Les corps de deux coptes ont été retrouvés hier derrière une école d’ al-Arich, le chef lieu du Nord-Sinaï. Saad Hana, 65 ans, avait été criblé de balles, et son fils, Medhat, 45 ans, brûlé vif.

    Cela porte à six le nombre de coptes tués dans le Sinaï ces dernières semaines.

    Ces derniers jours un message vidéo de l’Etat islamique annonçait de nouvelles attaques contre les chrétiens.