Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Islam - Page 2

  • Au Nigeria

    Deux nouveaux massacres de chrétiens par des Peuls musulmans ont eu lieu le 24 avril dans l’Etat de Benue.

    En l’église Saint-Ignace du village de Mbalom était célébrée à 5h30 une messe de funérailles, avec de nombreux fidèles. Un groupe armé a fait irruption et a fait feu : 19 morts, dont les deux prêtres, et de nombreux blessés. Après avoir attaqué l’église, les « bergers djihadistes », comme dit l’évêché, ont pillé et rasé plus de 60 maisons et granges du village.

    La presse nigériane indique qu’au moins 35 autres personnes ont été tuées dans le cadre d’un assaut perpétré toujours le 24 avril dans le village de Tse Umenger. Selon des témoignages locaux, le massacre a été commis par au moins 50 bergers armés qui, aux alentours de 7h ont attaqué le village en le mettant à feu et à sang.

    L’Etat de Benue fait partie de ce qu’il est convenu d’appeler la « ceinture moyenne », partie centrale du Nigeria séparant le nord à majorité musulmane du sud en grande partie habité par des chrétiens.

  • Vatican II ?

    Je n’avais pas l’intention de lire la prose de Philippe Val « contre le nouvel antisémitisme », manifeste signé nous dit-on par plus de 250 « personnalités » de tout bord.

    Mais j’ai été sidéré par un passage du juste commentaire de Bernard Antony, relevant l’assertion absurde du manifeste sur la suppression « des incohérences de la Bible », concernant « l’antisémitisme catholique », par le concile Vatican II…

    Voici le texte :

    En conséquence, nous demandons que les versets du Coran appelant au meurtre et au châtiment des juifs, des chrétiens et des incroyants soient frappés d’obsolescence par les autorités théologiques, comme le furent les incohérences de la Bible et l’antisémitisme catholique aboli par Vatican II, afin qu’aucun croyant ne puisse s’appuyer sur un texte sacré pour commettre un crime.

    C’est ce que dit le texte corrigé, du moins, car sur le site du Parisien, ce qui est théoriquement le texte original (repris par nombre de publications) dit : « comme le furent les incohérences de la Bible et l’antisémite catholique aboli par Vatican II ». On se demande qui peut bien être cet antisémite qui a été heureusement aboli…

    Quoi qu’il en soit le texte est aussi aberrant avec « antisémitisme » qu’avec « antisémite ».

    Il est absurde d’énoncer que Vatican II aurait aboli l’antisémitisme catholique, pour la bonne raison qu’il n’y a jamais eu d’antisémitisme catholique au sens que l’on donne aujourd’hui au mot antisémitisme. Ce n’est pas Vatican II, c’est Pie XI qui a dit : « L’antisémitisme est inadmissible, spirituellement, nous sommes tous des sémites ».

    La phrase de Val étant ambiguë, on ne sait pas si c’est à Vatican II aussi que l’on doit que « les incohérences de la Bible » aient été « frappés d’obsolescence », ou si c’était avant ou après. De toute façon, aucune autorité catholique, avant ou pendant ou après Vatican II, n’a déclaré « obsolètes » des « incohérences de la Bible » en rapport avec un « antisémitisme catholique »…

    Personne ne peut être étonné qu’un Philippe Val écrive n’importe quoi sur l’Eglise. Mais ce qui est proprement hallucinant est qu’il y ait des catholiques pour signer son torchon. Pas seulement des catholiques sociologiques, mais des catholiques censés savoir de quoi ils parlent. Nommément, après une rapide lecture de la liste, Mgr Joseph Doré, ancien archevêque de Strasbourg, le Père Patrick Desbois, « directeur du Service national des évêques de France pour les relations avec le judaïsme et consulteur de la commission du Saint-Siège pour les relations religieuses avec le judaïsme », et Chantal Delsol…

  • Triste dimanche pour la France

    Le projet de loi « asile et immigration » a été adopté en première lecture hier soir par les députés.

    Il n’y avait aucune urgence justifiant de siéger un dimanche, d’autant que cette loi, comme les précédentes, ne changera strictement rien ni dans un sens ni dans l’autre : la France est ouverte à qui veut y entrer.

    Le fait de discuter et voter cette loi un dimanche a pour unique signification de montrer dans quel mépris les représentants du peuple français tiennent le dimanche. Ce qui est une régression majeure de la civilisation. Mais n’est pas sans signification pour les « migrants » existants et potentiels…

  • Une église maronite au Qatar

    Screenshot-2018-4-23 Google Maps.png

    Le patriarche maronite, le cardinal Bechara Raï, au terme d’une visite officielle au Qatar, a posé hier la première pierre d’une église maronite à Doha, qui portera le nom de saint Charbel.

    La première église construite à Doha (depuis le VIIe siècle) a été l’église catholique latine (Notre-Dame du Rosaire), sur un terrain offert par l’émir suite à l’établissement de relations diplomatiques avec le Saint-Siège (en 2002). Cette église a été consacrée en 2008. Quatre autres églises devaient être construites sur ce même très grand terrain du sud de la capitale. D’après la carte Google, il semble qu’il y en ait déjà davantage. L’église maronite ne faisait pas partie du projet initial, alors qu’il y a environ 30.000 Libanais maronites au Qatar.

    L’initiative a un sens diplomatique évident, alors que le Qatar et l’Arabie saoudite (dont on connaît le rôle de premier plan au Liban) sont à couteaux tirés…

  • Au Pakistan

    Des hommes sur deux motos ont ouvert le feu sur des chrétiens qui sortaient de l’office, hier matin, devant l’église des Adventistes du 7e jour à Issa Nagri, dans la banlieue de Quetta au Balouchistan (Issa Nagri veut dire village chrétien : village de Jésus mais Jésus selon le Coran…). Cinq personnes ont été criblées de balles. Deux d’entre elles sont mortes avant d’arriver à l’hôpital.

    C’est la troisième attaque meurtrière de chrétiens à Quetta depuis décembre (la deuxième ce mois-ci), alors que jusqu’ici le Balouchistan ne faisait pas parler de lui.

    L’attaque a aussitôt été revendiquée par l’Etat islamique.

  • En Indonésie

    Les autorités islamistes d’Aceh ont décidé hier que les bastonnades de la charia ne se feront plus en public, mais seulement dans les prisons.

    C’était un spectacle très couru dans la province que les bastonnades qui punissaient toutes sortes de délits. On y venait en famille et on filmait avec les portables.

    C’est cette médiatisation des châtiments sur les réseaux sociaux qui ont conduit les autorités à prendre cette mesure : « C’est pour étouffer l’islamophobie », a déclaré le gouverneur : « Nous ne voulons pas que l’islamophobie interfère avec les affaires étrangères de l’Indonésie » (ce dont le président indonésien s’était plaint). C’est aussi parce que Mahomet n’avait pas prévu Youtube : « Le prisonnier est puni une fois, mais si c’est enregistré sur vidéo et téléchargé sur YouTube, il est puni à vie avec ces images. »

    Mais tout le monde n’est pas d’accord, et certains mouvements avertissent que « cela conduira à davantage de violations de la charia »…

  • Gribouille criminel

    Lors de son interview sur TF1, Emmanuel Macron a promis qu'il serait « intraitable » contre « l'islam radical ». Il a déclaré qu’il qu’il voulait que le financement étranger de l’islam soit « transparent », et qu’il allait prendre des « décisions conjointes » avec le prince héritier d’Arabie saoudite.

    Bref, contre l’islam radical on va s’appuyer sur le pays de l’islam radical. Celui dont précisément le prince héritier a rappelé tout récemment qu’il avait répandu l’islam radical dans tout l’Occident… à la demande des Occidentaux.

    Et pour aller jusqu’au bout de l’absurde, Macron a dit à propos de l’islamisme terroriste :

    « Ce fondamentalisme-là, cet islam radical, cet islamisme, ce n'est pas l'islam. »

    Comme disait Gribouille, l’eau de la rivière ce n’est pas de l’eau de pluie.

  • Au Congo

    Lu sur Fides :

    « En cette Semaine Sainte, lorsque nous nous préparions à célébrer Pâques dans la sérénité, nous avons été surpris par les tirs d’armes à feu et par les massacres », écrit dans son message de Pâques Mgr Melchisédech Sikuli Paluku. L’évêque de Butembo-Beni dénonce le fait qu’au moins 11 personnes sont mortes dans le cadre d’une attaque perpétrée contre le village de Mayangose et dans les environs de la paroisse Saint-Gustave de Beni-Paida, dans le village de Sobiede. « Les assaillants ont tué par balles et à coups de machette au moins 11 personnes dont une dame de 80 ans et un enfant de 9. Les malfaiteurs ont enlevé un certain nombre de personnes et mis à sac les habitations. Jusqu’ici, cinq jeunes manquent à l’appel, ayant été enlevés par ces délinquants » affirme Mgr Sikuli Paluku. Les massacres ont eu lieu malgré la présence sur zone de postes de l’armée et de la MONUSCO (Mission de l’ONU en RDC), remarque l’évêque.

    Mgr Sikuli Paluku se demande comment il est possible que, sur le territoire de son diocèse aient lieu des massacres continuels, toujours attribués par les autorités locales à l’ADF, un groupe de miliciens d’origine ougandaise qui s’est établi depuis des années au Nord Kivu. « Qui sont ces présumés miliciens de l’ADF et qui sont leurs alliés dont le spectre est invisible après tant de mois d’opérations militaires, souvent conjointes, entre les FARDC et la MONUSCO afin de rétablir la paix et la sécurité dans la ville de Beni et ses alentours ? ».

    On répondra à ce brave évêque que les miliciens de l’ADF (« Forces démocratiques alliées »), qu’il appelle « délinquants » et « malfaiteurs », sont des guérilleros islamistes (ougandais) et que ça n’arrange pas la situation de vouloir le cacher.

    On ajoutera que leur activisme actuel n’est sans doute pas étranger au fait qu’a été annoncée début mars la composition du tribunal ougandais qui devrait enfin juger le chef de l’ADF, Jamil Mukulu, arrêté en 2015, et 34 de ses hommes de main.

  • Tradition républicaine

    A ceux qui demandent pourquoi Emmanuel Macron, dont le week-end pascal a été tellement médiatisé, n’a à aucun moment souhaité une bonne fête de Pâques aux Français, l’Elysée a répondu que ce n’était pas une tradition républicaine.

    En revanche c’est une célèbre et antique tradition républicaine de fêter la rupture du jeûne du ramadan.

    Screenshot-2018-4-5 Libération on Twitter.png

  • Orléans islamique

    Screenshot-2018-4-3 Fdesouche - Revue de presse nationale et internationale.png

    La liste des Etudiants musulmans de France (UOIF) a fait plus de 20% des voix aux élections étudiantes d’Orléans le 27 mars dernier.

    Certes, il y avait moins de 10% de votants. Mais c’est ceux qui votent qui décident.