Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Culture de mort - Page 5

  • Mike Pence

    Traduction de l’allocution de Mike Pence à la Marche pour la Vie de Washington.

    Merci Karen et Charlotte, et merci à tous. De la part du président Donald Trump, de ma femme Karen, et de ma fille Charlotte, je vous souhaite à tous la bienvenue à Washington DC pour la 44e Marche annuelle pour la vie. C'est un bon jour. C'est le meilleur jour que j'ai jamais vu pour la Marche pour la vie, à bien des égards.

    Je suis profondément ému de me présenter devant vous aujourd'hui. Je suis profondément ému d'être le premier vice-président des États-Unis à avoir le privilège d'assister à cet événement historique.

    Il y a plus de 240 ans, nos fondateurs ont écrit des mots qui ont eu un écho à travers les âges.

    Ils ont déclaré que ces vérités sont des évidences que nous sommes tous dotés par notre Créateur de certains droits inaliénables, et que parmi eux se trouvent la vie, la liberté et la poursuite du bonheur.

    Il y a 44 ans, notre Cour suprême a tourné le dos au premier de ces idéaux intemporels.

    Mais aujourd'hui, en trois générations, grâce à vous tous, et aux milliers de personnes qui sont avec nous dans des marches comme celle-ci dans toute la nation, la vie est à nouveau gagnante en Amérique.

    Cela est évident dans l'élection de majorités pro-vie, et au Congrès des États-Unis d'Amérique. Mais c'est plus qu’évident dans l'élection historique d'un président qui représente une Amérique plus forte, une Amérique plus prospère, un président qui, je le dis avec fierté, défend le droit à la vie - le président Donald Trump .

    Le président Trump m'a demandé d’être avec vous aujourd'hui. Il m'a demandé de vous remercier pour votre soutien, votre engagement pour la vie, et pour votre compassion pour les femmes et les enfants d'Amérique.

    Il y a une semaine, aujourd'hui, sur les marches du Capitole, nous avons assisté à l’investiture du 45e président des États-Unis. Je peux vous dire d'emblée que notre président est un homme aux larges épaules avec un grand cœur. Sa vision, son énergie, son optimisme sont illimités et je sais qu'il va rendre sa grandeur à l'Amérique.

    Dès son premier jour de fonction il a tenu ses promesses au peuple américain.

    J'aime dire que là-bas au 1600 Pennsylvanie Ave. [adresse de la Maison Blanche], nous sommes dans une entreprise de tenue des promesses.

    C'est pourquoi lundi, le président Trump a rétabli la politique de Mexico pour empêcher l'aide à l’étranger de financer des organisations qui font la promotion ou qui pratiquent des avortements dans le monde.

    C'est pourquoi ce gouvernement travaillera avec le Congrès pour mettre fin au financement par les contribuables de l'avortement et des fournisseurs d'avortement, et nous allons consacrer ces ressources aux services de santé pour les femmes à travers l'Amérique.

    Et c'est pourquoi la semaine prochaine, le président Donald Trump annoncera la nomination à la Cour suprême d’un juge qui soutiendra les libertés données par Dieu et consacrées dans notre Constitution, dans la tradition de feu le grand juge Antonin Scalia.

    Vous voyez, la vie gagne en Amérique. Et aujourd'hui est une célébration de ce progrès que nous avons accompli pour cette cause. Vous savez, depuis longtemps je crois qu'une société peut être jugée par la façon dont nous prenons soin de ses membres les plus vulnérables, les personnes âgées, les infirmes, les handicapés et les enfants à naître.

    Nous sommes arrivés à un moment historique dans la cause de la vie. Et nous devons vivre ce moment avec respect et compassion pour chaque Américain.

    La vie est gagnante en Amérique pour de nombreuses raisons.

    La vie est gagnante à travers les progrès constants de la science qui éclaire de plus en plus, chaque jour, quand commence la vie. La vie est gagnante grâce à la générosité de millions de familles adoptives qui ouvrent leurs cœurs et leurs foyers aux enfants dans le besoin. La vie est gagnante grâce à la compassion des soignants et des bénévoles dans les centres d’aide aux femmes enceintes et les organisations confessionnelles qui s’occupent des femmes dans les villes à travers ce pays.

    Et la vie est gagnante à travers les conseils discrets entre mères et filles, grands-mères et petites-filles, entre amis autour des tables de cuisine, autour d’un café dans les campus universitaires. La vérité est dite. La compassion surmonte la commodité. Et l'espoir vainc le désespoir.

    En un mot, la vie est gagnante en Amérique grâce à vous tous.

    Je vous exhorte donc à continuer. Mais comme il est écrit: «Que votre douceur soit évidente pour tous.» Que ce mouvement soit connu pour l'amour, pas pour la colère. Que ce mouvement soit connu pour la compassion, pas pour la confrontation. Quand il s'agit de questions de cœur, il n'y a rien de plus fort que la douceur.

    Je crois que nous continuerons à gagner les cœurs et les esprits de la génération montante si nos cœurs se brisent d'abord pour les jeunes mères et leurs enfants à naître et si chacun de nous faisons tout ce que nous pouvons pour les rencontrer où elles sont, avec générosité, sans jugement.

    Pour guérir notre pays et rétablir une culture de la vie, nous devons continuer à être un mouvement qui embrasse tout le monde, qui s'occupe de tous et qui montre le respect de la dignité et de la valeur de chaque personne.

    Sur le mur du Mémorial de Jefferson sont inscrits les mots de notre troisième président, qui nous a conseillé, il y a si longtemps, de nous rappeler que Dieu nous a donné la vie et nous a donné la liberté.

    Au nom du Président des États-Unis et de ma petite famille, nous vous remercions pour votre engagement pour la vie. Nous vous remercions de votre compassion. Nous vous remercions pour votre amour pour les femmes et les enfants de l'Amérique.

    Et soyez sûrs, soyez sûrs, qu’à vos côtés, nous ne nous lasserons pas, nous ne nous reposerons pas jusqu'à ce que nous ayons restauré une culture de la vie en Amérique pour nous-mêmes et pour notre postérité. Merci et que Dieu vous bénisse.

    Et que Dieu bénisse les États-Unis d'Amérique.

  • Cochons humains

    Des chercheurs ont pour la première fois créé des embryons chimères contenant des cellules souches humaines et porcines, selon une étude publiée hier dans la revue américaine Cell.

    La justification de cette horreur est bien entendu médicale : il s’agit à terme de développer des organes humains dans des animaux afin de les greffer à des personnes malades… (« Mais nous en sommes encore loin », reconnaît le principal auteur.)

    Une expérience récente a déjà permis de faire développer un pancréas, un cœur et des yeux de rats dans des embryons de souris.

  • Délit d’entrave

    Les députés ont adopté de nouveau, hier, la proposition de loi interdisant de dire la vérité sur l’avortement.

    Voici le texte intégral de l’annonce sur le site de l’Assemblée nationale, à la fin de la retranscription des débats :

    (La proposition de loi est adoptée.)

    C’est tout. On ne saura pas par quel mode de scrutin, ni combien de députés… J’ai lu six articles sur le sujet, aucun ne donne de précision. Telle est la démocratie quand elle prend une mesure liberticide.

    Puisque le texte avait été modifié du tout au tout par le Sénat, et que la commission paritaire mixte ne pouvait pas trouver un texte commun, il a fallu revenir devant l’Assemblée. Et maintenant il faut retourner devant le Sénat. On voit que la « procédure d’urgence » (car il n’y avait rien de plus urgent) commence à prendre du temps…

  • Elle l’a dit

    Marion Maréchal Le Pen, à l’Assemblée nationale, dans le débat sur l’extension du délit d’entrave à IVG :

    Vous avez devant vous un 'accident' qui se vit bien et qui préfère aujourd'hui être devant vous, à vous dire vos vérités, plutôt que d'avoir été avortée. (…) La réalité c'est que vous êtes des féministes ringardes. Les dinosaures politiques d'un temps 'soixante-huitard' révolu (...) Vous êtes la honte du combat des femmes (...), complètement à côté de la plaque.

    On peut ajouter que c’est Jean-Marie qui avait fermement insisté pour qu’elle ne soit pas avortée et qui avait remporté la partie.

  • Les fanatiques de la culture de mort

    Suite au décret de Donald Trump interdisant le financement des ONG internationales pourvoyeuses d’avortements, Lilianne Ploumen, ministre néerlandaise de la Coopération, annonce qu’elle prend l’initiative d'un fonds international (à hauteur de 600 millions de dollars) pour offrir aux femmes des pays en voie de développement un accès à la contraception et à l’avortement.

    Lilianne Ploumen dit qu’elle est d’ores et déjà en pourparlers avec « 15 à 20 pays », sans dire lesquels. Elle précise en revanche que le fond soutiendra les programmes de contraception et d’avortement du Fonds des Nations Unies pour la population, de la Fédération internationale du Planning familial et de Marie Stopes International.

    Elle cite ce dernier lobby selon lequel la mesure décidée par Donald Trump provoquera 6,5 millions de grossesses non désirées, 2,1 millions d’avortements à risque, et la mort de 21.700 mères. Sic. (On appréciera la précision...)

  • Etats-Unis : une (double) première à la Marche pour la Vie

    Demain vendredi, entre le décret interdisant le financement des ONG internationales pratiquant l’avortement et l’annonce du nouveau juge pro-vie à la Cour suprême, aura lieu la 44e Marche pour la Vie à Washington.

    Pour la première fois, la Maison Blanche aura un représentant officiel, qui prendra la parole : Kellyanne Conway, qui est l’un des trois « counselors to the President » (membres dirigeants du bureau exécutif du président). Kellyanne Conway était présidente du comité politique de Ted Cruz et fut engagée comme gestionnaire de la campagne de Donald Trump dès que Ted Cruz abandonna la partie. Elle aime dire que nous sommes à l’ère de l’échographie et que nous savons ce qu’est la vie quand nous en voyons une.

    Addendum

    On apprend que le vice-président Mike Pence participera également à la Marche pour la Vie et prendra la parole. Là c'est une première véritablement historique.

    (Le porte-parole de la Maison Blanche a laissé entendre que Donald Trump enverrait un message par téléphone. Mais Ronald Reagan et George W. Bush l'avaient déjà fait.)

  • Interdire le financement public de l’avortement

    Les députés américains ont adopté hier par 238 voix contre 183 une proposition de loi de Chris Smith intitulée « Pas de financement de l’avortement par le contribuable ».

    Ce texte interdit tout financement public de l’avortement. En fait, il rend permanent l’amendement Hyde qui devait être voté tous les ans. Et il supprime aussi tout financement public des programmes de l’Obamacare comportant une aide à l’avortement (en attendant la suppression prévue de l’Obamacare).

    La Maison Blanche a réagi en disant que « le gouvernement soutient » cette proposition de loi que « si elle est présentée au président telle qu’elle est formulée il la signera ». Mais il faut encore qu’elle passe au Sénat.

  • Cour suprême

    Donald Trump a déclaré qu’il annoncera la semaine prochaine son choix pour remplacer le regretté Antonin Scalia à la Cour suprême :

    « Je prendrai ma décision cette semaine, nous l'annoncerons la semaine prochaine, nous avons des candidats exceptionnels et nous choisirons un juge de la Cour suprême vraiment extraordinaire. »

    Ce qui m’inquiète est que la vieille et malade Ruth Bader Ginsburg n’ait pas eu de crise cardiaque après l’élection de Trump, elle qui « se refusait à imaginer ce que ce pays deviendrait si Donald Trump était président ». Finalement elle veut voir ce qu’il deviendra avant de mourir… Mais il faudrait que Trump nomme deux juges pour que la Cour suprême devienne le suprême instrument pro-vie, pro-famille, etc.

  • Trump pro-vie

    C23uaiNUkAEekaK.jpg

    Donald Trump a signé aujourd’hui, au lendemain du 44e anniversaire de l’arrêt Roe contre Wade qui avait légalisé l’avortement, un décret interdisant le financement par des fonds fédéraux d'ONG internationales qui soutiennent l'avortement. Au premier rang : la fédération internationale du Planning familial.

    De sorte que l’avortement ne sera plus une exportation américaine, comme soulignent les militants pro-vie, qui saluent cette première décision.

    Cette interdiction, dite « Politique de Mexico » (parce qu'elle avait été annoncée lors de la conférence de l'ONU sur la population tenue dans cette ville), avait été décrétée par Ronald Reagan en 1984. Elle avait été supprimée par Bill Cinton en 1993, rétablie par George W. Bush en 2001, puis de nouveau supprimée par Barak Obama en 2009.

    Donald Trump a signé ce jour deux autres décrets : l’un qui retire les Etats-Unis du Partenariat Trans-Pacifique (ce qui signe l’arrêt de mort de cet accord de libre échange négocié pendant des années par Obama), l’autre qui gèle les embauches dans tous les organismes fédéraux à l’exception des armées.

    D’autre part, rencontrant des chefs d’entreprises, Donald Trump a déclaré qu’il allait supprimer 75% des réglementations, peut-être davantage, tout en prenant soin de la protection sociale et environnementale.

    Enregistrer

  • Trois parents

    En Ukraine, un enfant est né le 5 janvier dernier des suites d’une FIV à trois parents. Il s’agit de la deuxième naissance annoncée suite à de telles manipulations génétiques, après un petit garçon né au Mexique au mois d’avril 2016.

    La clinique Nadiya à Kiev a utilisé la technique, non pas même pour éviter une maladie mitochondriale, mais simplement pour contourner l’infertilité du couple. Une deuxième naissance est attendue début mars.