Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Culture de mort - Page 5

  • Encore un coup du lobby

    « Etienne Cardiles s'est marié à titre posthume, mardi soir à la mairie du XIVe arrondissement de Paris, avec Xavier Jugelé, le policier assassiné sur les Champs Élysées le 20 avril dernier, dont il était le compagnon. »

    Wikipedia sur le mariage posthume :

    Pour pouvoir être célébré, ce mariage exceptionnel (car contraire à plusieurs principes des conditions de forme du mariage, comme la comparution personnelle des époux lors de la célébration du mariage devant l'officier de l'état civil, et qu'il s'agit avant tout du mariage d'un vivant et d'un mort) doit être autorisé par le Président de la République pour des motifs graves (comme la grossesse de l'épouse survivante) et la preuve que la personne décédée avait l’intention de se marier.

  • Médecins de la mort

    Tandis que des médecins tuent des fœtus de sept mois au nom de l’IMG, d’autres médecins (voire les mêmes) font tout ce qu’ils peuvent pour sauver des prématurés de sept mois.

    De même, tandis que des médecins font des massages cardiaques pour sauver des vies, d’autres médecins (voire les mêmes) arrêtent le cœur de patients pour prélever leurs organes de façon optimale.

    Les Journées de l’Agence de la biomédecine ont eu lieu les 18 et 19 mai derniers à Paris. L’un des colloques portait sur le prélèvement d’organes selon le « programme Maastricht III », qui consiste à provoquer l’arrêt cardiaque du patient en supprimant les soins afin de prélever des organes dès le dernier battement.

    Cela se fait en France depuis 2014, aujourd’hui sur 9 sites. Et cette technique permet naturellement de prélever davantage d’organes, et de meilleure qualité, puisqu’on sait exactement quand on va tuer le donneur et que donc tout sera prêt à la seconde même…

    Il est sidérant de voir des médecins parler de tout cela comme s’il s’agissait de techniques parfaitement neutres. Mais le comble de la perversion est quand ils examinent l’une des conditions de « Maastricht III » : l’agonie ne doit pas avoir duré plus de trois heures. Il faut donc raccourcir l’agonie, et faire qu’elle se passe dans les meilleures conditions pour le patient afin que ses organes ne souffrent pas…

  • « Propagande »

    Les (deux) évêques de Malte ont récemment défrayé la chronique en endossant de façon spectaculaire l’interprétation d’Amoris Laetitia qui reconnaît, conformément à ce que veut François, la légitimité de l’adultère permanent si les « époux » sont « en paix avec Dieu »…

    Nouveau scandale maltais : les évêques dénoncent fermement un texte de catholiques qui, à l’approche des élections, demandent de ne pas voter pour ceux qui veulent légaliser les unions entre personnes de même sexe.

    Le texte, signé par une association intitulée « Catholiques maltais unis pour la foi », a été publié par le journal Malta Today. Quoique assurément dépourvu de toute onction ecclésiastique, c’est-à-dire de toute révérence à l’idéologie dominante, il n’est pas excessif et il est en plein accord avec la doctrine catholique d’avant François, notamment celle de saint Jean-Paul II qui est cité.

    Mais tout cela a changé. François avait concocté deux synodes pour que l’Eglise reconnaisse les unions entre personnes de même sexe et le « remariage » des divorcés. Il a réussi, au prix d’incroyables contorsions, à faire passer le deuxième point. Il n’a pas réussi à faire passer le premier, mais dans la pratique on doit faire comme si c’était le cas (et comme François et ses évêques affidés en donnent l’exemple). Donc il est insupportable que des gens qui se disent catholiques demandent de ne pas voter pour des candidats qui veulent légaliser Sodome :

    « L’archidiocèse de Malte déclare de façon catégorique que, tout en respectant le droit à la liberté d’expression de toute personne ou de toute autre entité (sic), il n’est en aucune manière impliqué dans la propagande (sic) des Catholiques Maltais Unis pour la Foi. L’archidiocèse de Malte transmet l’enseignement de l’Eglise sans avoir recours à tout autre nom (sic), et encourage chacun à remplir son devoir le 3 juin de façon responsable, comme souligné par les évêques de Malte et de Gozo dans leur lettre pastorale pour les élections législatives de 2017. »

    Lettre pastorale qui est l’insipide baratin habituel des évêques, où l’on trouve toutefois la demande du respect de la vie de la conception à la mort naturelle, mais aussi et surtout, de façon appuyée, le respect de l’autre…

    Les évêques de Malte sont d’autant plus énervés que ce sont les mêmes catholiques, bien sûr, qui ont contesté haut et fort leur acceptation de l’adultère permanent dans la paix de Dieu…

  • En Pologne

    Les députés polonais ont adopté mercredi à une large majorité le projet de loi qui stipule que la « pilule du lendemain » (EllaOne, en vente libre depuis 2015) ne pourra plus être délivrée qu’après un examen médical. Or pour être efficace elle doit être prise le plus tôt possible, même si elle peut agir en théorie jusqu’au cinquième jour.

    La nouvelle loi devrait être adoptée sans problème par le Sénat et signée (cet été) par le président de la République.

    Naturellement les lobbies de la culture de mort hurlent que les conservateurs s’en prennent aux droits des femmes et vont se rendre coupables d’un grand nombre d’avortements clandestins qui se solderont par la mort de nombreuses femmes…

  • Première asiatique

    La Cour constitutionnelle de Taïwan juge que la disposition du code civil affirmant qu'un contrat de mariage ne peut être conclu qu'entre un homme et une femme viole la Constitution garantissant la liberté de mariage et l'égalité entre les citoyens.

    Elle donne deux ans au gouvernement pour se conformer à cette décision.

    Mais un projet de loi en ce sens a déjà été voté en première lecture au Parlement.

    Le vice-président catholique Philippe Chen Chien-jen, chevalier du Saint-Sépulcre et de l’Ordre de saint Grégoire le Grand, ne paraît pas s’en émouvoir (comme son pape).

  • La puissance du lobby

    Suite à un canular « jugé homophobe » (sic AFP) de l'animateur de C8 Cyril Hanouna, le CSA a reçu plus de 25.000 plaintes.

    Bien entendu Cyril Hanouna s’est répandu en excuses.

    Mais le CSA a ouvert une procédure de sanction à l'encontre de la chaîne.

    Et le nouveau ministre de l’anti-culture a déclaré :

    Aucun dérapage qu'il soit sexiste, raciste, antisémite ou homophobe ne doit passer, qu'il s'agisse de la télévision ou d'internet. La télévision se doit de refléter la société française dans toute sa diversité qu'il s'agisse des origines, des sexes et de l'orientation sexuelle notamment. Les associations, les téléspectateurs mais aussi la DILCRAH (Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT) ont fortement réagi et à juste titre. J'ai pris note des excuses de M. Hanouna, mais la procédure de sanction est lancée et doit se poursuivre.

    Le péché d’homophobie (supposée) ne peut pas être pardonné.

    D’autre part, plus d'une trentaine de marques ont décidé de ne plus faire de pub sur la chaîne. C’est en apprenant ce boycott que l’animateur a reconnu avoir « commis une erreur ».

  • Au Honduras

    Les tenants de la culture de mort du Honduras, appuyés par les lobbies internationaux, avaient cru trouver l’opportunité de modifier la loi sur l’avortement à la faveur d’une large révision de la Constitution du pays. Laquelle stipule : « L’avortement est le meurtre d’un être humain à n’importe quel moment de la grossesse ou pendant l’accouchement. Quiconque provoque intentionnellement un avortement sera puni. »

    Les militantes des « droits reproductifs » avaient réussi à réunir une commission de députés pour étudier la possibilité de dépénaliser l’avortement dans certains cas. Dans un premier temps, la commission a semblé s’orienter vers un amendement dépénalisant l’avortement pour raisons d’urgence médicale… Puis, le 3 mai, elle a abandonné toute velléité de recommander un quelconque changement de la législation sur ce sujet.

  • En Croatie

    La deuxième Marche pour la Vie organisée en Croatie a réuni aujourd'hui plus de 15.000 personnes à Zagreb.

    Zagreb1.jpeg

    Zagreb2.jpeg

    Zagreb3.jpeg

    La première Marche pour la Vie organisée à Split a rassemblé plusieurs milliers de personnes venues aussi des autres localités de la côte dalmate. Il y avait là notamment Meri Cetinić, très célèbre chanteuse (depuis les années 70), qui a déclaré : « J’ai consacré toute ma vie à la musique, à des milliers de concerts, et j’ai négligé ma famille. Cela me manque, et c’est pourquoi je suis la bonne personne pour vous parler ici, pour vous dire que nos enfants sont notre plus grand trésor. C’est toujours le bon moment pour avoir un enfant, il ne faut pas avoir peur d’une nouvelle vie. » (En réalité, en 1990, Meri Cetinić avait décidé de se consacrer à sa famille. Mais ce fut la guerre et elle mit sa notoriété au service du combat pour son pays, notamment par des tournées de concerts à l’étranger.)

    Split1.jpeg

    Split2.jpeg

    Split3.JPG

    Split4.jpeg

    A Split comme à Zagreb, il y a eu quelques contre-manifestants haineux, qui avaient affiché de jolies et avenantes banderoles comme celle-ci : « La Marche pour la Vie piétine les femmes ». Sic.

    slika3.jpg

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

  • Au Minnesota

    Fidèle à sa culture de mort, le gouverneur du Minnesota Mark Dayton a opposé son veto, le 10 mai, à deux lois pro-vie votées par les députés et les sénateurs de l’Etat.

    La proposition de loi 809 visait à interdire le financement public de l’avortement (plus d’un million de dollars par an) ; elle avait été votée tant par les démocrates que par les républicains. Le gouverneur l’a rejetée comme il l’avait déjà fait en 2011 et 2012.

    La proposition de loi 812 visait à ce que les avortoirs qui font 10 avortements ou davantage par mois aient une autorisation de la Commission de la santé. Le texte fut amendé de façon à ce que l’autorisation soit facilitée. Mais le gouverneur a néanmoins opposé son veto…

  • On peut tuer sa femme

    Jean Dilac, accusé d’avoir tué sa femme, a été condamné hier à deux ans de prison avec sursis. Une « peine symbolique », parce qu’il a tenu la promesse qu’ils s’étaient faite (selon lui) de « se donner la mort avant d’être complètement diminués ».

    Yvette souffrait d’une pathologie cardiaque et avait été victime d’une dépression. Donc, « pour l’empêcher de sombrer dans la déchéance », Jean lui a donné des médicaments mortels et l’a étouffée avec un oreiller…

    Les juges ont été « touchés » par ce geste et les arguments de Jean, qui a 93 ans et ne sombre pas du tout dans la déchéance. D’ailleurs Yvette n’est plus là pour tenir la promesse…