Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Stupéfiante nullité

    Propos de Valérie Fourneyron, ministre des Sports, hier matin sur France 2 : « On a envie avec le Président de pouvoir aller voir différentes disciplines qu'il s'agisse de la boxe, qu'il s'agisse d'aller au judo pour voir notre porte-drapeau Laura Flessel… »

    Même moi qui ne m’intéresse pas au sport et n’y connais rien, je sais que Laura Flessel fait de l’escrime (sans doute parce qu’on en fit d’abord le porte-drapeau de la « diversité »).

  • Charia

    Un couple accuse d’avoir des enfants hors mariage a été lapidé à Aguelhok, dans le nord-est du Mali, par les islamistes d'Ansar Dine :

    « Ces deux personnes étaient mariées et avaient des relations extraconjugales. Nos hommes sur le terrain à Aguelhok ont appliqué la charia. Ils sont morts tout de suite [...] Nous n'avons pas à répondre à des questions portant sur l'application de la charia. »

    Merci BHL, merci Sarkozy, grâce auxquels Al Qaïda au Maghreb islamique et ses alliés ont pu se fournir en armes en Libye, soutenir puis éliminer les Touaregs du Mouvement national de libération de l'Azawad et prendre le contrôle du Sahel malien.

    Et là les grands principes, mêmes socialistes, sont muets.

  • Pitoyable

    Le cardinal André Vingt-Trois aurait envoyé une lettre aux évêques, semble-t-il, au titre, semble-t-il, de président de la CEF, pour leur proposer une prière nationale pour le 15 août. Tous ces conditionnels étant de mise puisque le texte, sans précision, sans indication de source, a été publié, pour l’heure, par le seul blog L’Evangile de la vie, et repris tel quel sur Le Salon Beige.

    Voici le texte de la lettre :

    « Compte tenu de la situation et des probables projets législatifs du gouvernement sur la famille, il me semble opportun de donner un signe national à l’occasion du 15 août qui rassemble des foules de catholiques à travers le pays. C’est pourquoi je vous propose une formule de prière des fidèles à utiliser lors des célébrations du 15 août 2012. L’unité de la formule devrait faire signe et on peut espérer que certains de nos fidèles seront sensibilisés, même parmi des parlementaires... Je vous serais donc reconnaissant de bien vouloir transmettre cette proposition à vos curés et de leur demander de l’utiliser en insistant sur l’impact d’une formule unique à l’échelon national. »

    Ce texte attire agréablement l’attention. D’abord parce qu’on perçoit une protestation contre les projets socialistes de mariage de paires et d’euthanasie, ensuite parce qu’il y a quelque chose de « national » pour le 15 août, alors que les évêques ont si longtemps gommé le fait que la Sainte Vierge est la sainte patronne de la France au titre de son Assomption, et que le 15 août est par conséquent la fête nationale de la Fille aînée de l’Eglise.

    Le choc est rude lorsqu’on lit la prière annoncée (et publiée par la CEF avec une introduction de Mgr Podvin). La première intention évoque… la crise économique. Sans la moindre allusion à la famille. La deuxième intention en appelle au « sens du bien commun » des gouvernants, pour qu’il « l’emporte sur les requêtes particulières ». Sic. On est censé comprendre : le droit au mariage homosexuel. La troisième intention concerne l’attente légitime des familles d’un soutien de la société. La quatrième parle des enfants et des jeunes que nous devons aider à trouver le chemin du bonheur et qui doivent pouvoir bénéficier de l’amour « d’un père et d’une mère ». On est censé y voir un refus du mariage des paires… Quant à la prière, elle dit ceci : « Par l'intercession de Notre-Dame, accorde-nous le courage de faire les choix nécessaires à une meilleure qualité de vie pour tous et à l'épanouissement de notre jeunesse grâce à des familles fortes et fidèles. »

    On ne voit vraiment pas en quoi cela pourrait sensibiliser les fidèles, et encore moins évidemment, les parlementaires. Ou « conscientiser l'opinion au-delà de la sphère pratiquante habituelle », comme dit Mgr Podvin dans une formule au doux parfum marxiste. Le ton patelin et l’indigence du propos le réservent strictement aux sacristies, ou à ce qu’il en reste.

  • Saint Ignace de Loyola

    Les manifestations de la dévotion dans le cours des siècles se ramènent à deux types que l’on peut appeler l’un, dévotion objective, et l’autre, subjective. La religion et la dévotion établissent un lien entre Dieu et sa créature. Selon que l’on insiste sur le côté humain ou le côté divin, la dévotion est subjective ou objective. On peut dire, d’une façon générale, que l’Orient aime plutôt la piété objective et plus passive, c’est-à-dire, qu’il se laisse conduire et porter par Dieu, le rôle de l’homme restant à l’arrière-plan. L’Occident est à la fois actif et subjectif. Il veut travailler avec sa volonté, il veut laisser la parole à l’homme, au service du Seigneur. Il faut que l’individu intervienne avec ses émotions. L’Église d’autrefois, pouvons-nous dire encore, aimait la piété objective, tandis qu’actuellement nos tendances vont de plus en plus au subjectivisme. Ignace de Loyola est un des porte-parole de cette piété mettant l’homme en valeur qui prévaut dans la vie intérieure de la plupart des chrétiens aujourd’hui. Assurément nous devons être reconnaissants à saint Ignace de nous montrer les énergies puissantes qui sommeillent en nous, de nous révéler des voies qui épurent et approfondissent notre vie intérieure. Reconnaissons pourtant que la piété liturgique suit d’autres sentiers ; elle insiste davantage sur l’élément divin, social, cultuel, créant ainsi un salutaire équilibre. L’objectif et le subjectif, la société et l’individu, l’activité et la passivité, la grâce et la volonté, tout cela réparti, équilibré et dosé comme il convient, constitue l’idéal vers lequel nous devons tendre. Saint Ignace le résume lui-même fort bien ainsi : « Dans toutes vos entreprises appuyez-vous sur Dieu, comme s’il devait, seul, tout accomplir sans vous ; et travaillez, néanmoins, avec autant de zèle que si tout le résultat dépendait uniquement de vous »

    Dom Pius Parsch

  • Pacs en Pologne : pas pour le moment…

    Le Parlement polonais a repoussé à une large majorité, le 24 juillet, une proposition de débat sur quatre projets de loi visant à instituer une « union civile entre partenaires non mariés ».

    Les libéraux de la Plateforme civique du Premier ministre Donald Tusk se sont opposés au débat sur ces projets, au motif qu'ils étaient « mal préparés ». Et ils ont annoncé des travaux sur leur propre projet de pacs.

    Mais le pouvoir n’est pas pressé. Selon une étude gouvernementale, 23% des Polonais accepteraient des unions civiles homosexuelles.

  • Les Indonésiens deviendraient chrétiens par millions…

    Lu sur Ajib :

    Selon l’organisation musulmane « The Mercy », chaque année 2 millions d’Indonésiens quitteraient l’islam pour devenir chrétiens. Un nombre qui préoccupe l’organisation qui a décidé de lancer une campagne de communication et de récolte de fonds afin de répondre à un certain nombre de besoins de la communauté musulmane d’Indonésie. Avec un tel taux de conversion, en 2035 les musulmans y seraient minoritaires.

    La campagne est très curieusement intitulée "Save Maryam":

     

    Save+Maryam+-+YouTube.png

     

     

  • La mission de Peillon

    Le ministre de l’Education Vincent Peillon a annoncé le 11 juillet, à la commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée nationale, la création d’une mission sur la morale laïque.

    On remarquera la différence entre le propos qu’il a tenu et la version officielle expurgée.

    Il a dit ceci :

    « Je demanderai la création d'une mission à la rentrée sur la morale laïque et la conception que nous devons diffuser d'une laïcité qui n'est jamais la simple tolérance, l'indifférence, la neutralité, mais comporte des valeurs qui doivent être inculquées. » (Les mots en gras étaient martelés.)

    Et le texte officiel dit ceci :

    « Je demanderai dès la rentrée que soit constituée une mission sur la morale laïque et sur la conception que nous devons diffuser d’une laïcité qui ne peut être la simple tolérance, l’indifférence ou la neutralité. »

    Donc, Vincent Peillon pense et dit que « la laïcité n’est JAMAIS la simple tolérance », la neutralité, mais il écrit seulement que la laïcité « ne peut être la simple tolérance ». Il pense et dit que la laïcité, ce sont des « valeurs » qui « doivent être INCULQUÉES », mais il ne l’écrit pas.

    Vincent Peillon, membre du Grand Orient de France, est l’auteur d’un livre intitulé "Une religion pour la république : la foi laïque de Ferdinand Buisson". Son propos est analogue à celui de René Viviani : « La neutralité de l'école fut toujours un mensonge; nous n'avons jamais eu d'autre dessein que de faire une université antireligieuse, de façon active, militante, belliqueuse. »

    On notera aussi ce propos, au début de son allocution du 11 juillet : « L’identité nationale française, pour autant qu’elle est républicaine – et c’est une spécificité de notre pays qui n’a pas, vous le savez, de religion civile –, s’est construite autour de l’école et même, d’une certaine façon, par son école. »

    Autrement dit, il n’y avait pas d’identité nationale française avant l’école laïque, et l’identité nationale française, c’est le laïcisme de combat.

    Nous revoilà 100 ans en arrière...

  • C’est le ramadan

    Donc les évêques rivalisent de dhimmitude. Si un chrétien d’Orient, vivant au fin fond d’un pays musulman, tombait sur ces textes, il se dirait que la France est un pays gouverné par le Hamas, voire par Al Qaïda.

    La palme est sans doute remportée, cette année, par Mgr Lacrampe, de Besançon, qui a chargé son délégué l’abbé Maurice Bez de souligner à l’adresse des musulmans que le ramadan est pour les catholiques « l’occasion de vous redire combien nous sommes unis à vous par la foi ». Sic. (Mais mon chrétien d’Orient se dit qu’à Besançon ils sont tombés sur la tête : raconter une telle absurdité à un islamiste, c’est s’exposer à de graves problèmes…)

    On notera aussi cette phrase très mystérieuse qui conclut le message de Mgr Papin, évêque de Nancy :

    « Vous demandant un Ramadan fructueux, je demande au Dieu créateur et miséricordieux de vous donner santé, sérénité et prospérité. »

    J’avoue ne pas comprendre ce que veut dire un évêque qui demande à des musulmans un Ramadan fructueux. Il demande aux musulmans que le Ramadan soit fructueux pour lui ? (Mon chrétien oriental se dit qu’il doit faire très très chaud en France et que ça provoque des problèmes dans la tête.)

    Mais il n’y a pas que les autorités religieuses. Il y a aussi les autorités civiles.

    Le ministre de l’Intérieur de la république laïque est un bon musulman et il le prouve :

    6a00d83451619c69e20167689f856b970b-800wi.jpg

    Le ministre des Affaires étrangères est lui aussi un bon musulman, et même meilleur que son collègue de l’Intérieur, car lui, il a invité les musulmans à partager l’iftar avec lui : au Quai d’Orsay (où l’on pratique donc le culte musulman). Il y avait là notamment les 57 ambassadeurs des Etats membres de l’OCI (« hormis la Syrie »), et Laurent Fabius a annoncé que le consul général de France à Jeddah (où se trouve le siège de l’OCI) sera désormais l’envoyé spécial du gouvernement français auprès de l’OCI, car « nous avons décidé de renforcer encore nos relations d’amitié et de coopération avec l’Organisation de la coopération islamique ».

    Le logo de l’OCI, c’est ça :

    1309818570.jpg

     

  • Bonne nouvelle pour les maronites de France

    Le pape Benoît XVI a érigé l'éparchie maronite de Notre-Dame du Liban de Paris, et nommé l'Abbé Nasser Gemayel premier évêque de cette éparchie.

    On est content pour les maronites. Les grecs-catholiques attendent eux aussi depuis longtemps d’avoir un évêque. Mais Mgr Lustiger voulait à toute force rester l’ordinaire des orientaux (en dehors des Ukrainiens et des Arméniens qui avaient déjà leurs évêques). La nomination d’un évêque maronite annonce peut-être le déblocage de ce blocage…

  • Bonne nouvelle à San Francisco

    Le pape Benoît XVI a nommé Mgr Salvatore Cordileone (Sauveur Cœur-de-lion) archevêque de San Francisco. Il est connu pour sa sympathie à l’égard de la « forme extraordinaire ».

  • Elie et Elisée

    Ils se tenaient tous deux au bord du Jourdain. Alors Elie prit son manteau, le roula et en frappa les eaux, qui se divisèrent en deux parties ; et ils passèrent tous deux à pied sec. Lorsqu'ils furent passés, Elie dit à Elisée : Demande-moi ce que tu veux que je fasse pour toi, avant que je te sois enlevé. Elisée lui répondit : Je te prie, que ton double esprit vienne sur moi. Elie lui dit : Tu demandes une chose difficile. Néanmoins, si tu me vois lorsque je serai enlevé d'auprès de toi, tu auras ce que tu as demandé ; mais si tu ne me vois pas, tu ne l'auras pas. Tandis qu'ils continuaient leur chemin, et qu'ils marchaient en s'entretenant, un char de feu et des chevaux de feu les séparèrent l'un de l'autre, et Elie monta au Ciel par un tourbillon. Et Elisée le voyait, et criait : Mon père, mon père, le char d'Israël et son aurige ! Ensuite il ne le vit plus. Et prenant ses vêtements, il les déchira en deux parties. Puis il releva le manteau d'Elie, qui était tombé pour lui. Et, revenant, il se tint au bord du Jourdain.

    (II Rois 2, lecture des matines)

    Elie, figure du Christ, passe le Jourdain (baptême) pour aller chez les païens. Il monte au ciel en laissant à Elisée les sacrements : son manteau, avec lequel il va à son tour diviser le Jourdain, avant de faire de nombreux miracles annonciateurs de ceux de l’Evangile. Le Christ par le feu du Saint Esprit est à la fois le char d’Israël et son aurige car l’Eglise est son corps mais il est la tête de l’Eglise.

  • Je m'en vais

    A l'université d'été du Centre Charlier et de Chrétienté Solidarité.

  • Le salaire d’Ibrahimovic

    Le musulman bosniaque de nationalité suédoise acheté par le PSG va gagner 14 millions d’euros par an.

    La porte-parole marocaine du gouvernement français, Najat Belkacem, a rappelé que les sportifs n’échapperaient pas à la tranche d’impôt de 75%. Elle a ajouté : « Entre nous, je crois que le revenu touché par le joueur que vous évoquez a choqué beaucoup de gens, donc il me paraît naturel qu'il puisse contribuer à l'effort collectif. »

    Mme Belkacem n’a pas bien suivi l’affaire. Le Qatarien Nasser Al-Khelaïfi, président du PSG, a promis à Zlatan Ibrahimovic un salaire de 14 millions « net d’impôts ». Donc il n’a pas à s’occuper d’en verser 75% dans le panier percé de Bercy.

    Sans doute les avocats du PSG ont-ils une combine pour que le salaire d’Ibrahimovic échappe en partie au fisc. Sinon, le vrai salaire (brut) du tapeur de ballons (compte tenu des 75%), est de 89 millions d’euros, selon les calculs du magazine Challenges.

    Ibrahimovitch.jpg

    Sur le bras du footballeur, son nom en arabe. Du moins en caractères arabes, qui donnent ibrahimofikh alors que ça se prononce ibrahimovitch. En arabe, ce serait… ben Ibrahim : بن إبراهيم

     

    410px-Nasser_Ghanem_Al_Kholaifi_and_Leonardo.jpg

    Le président du PSG (à gauche), accompagné de l'entraîneur (brésilien) du club.

  • Glaciation

    La déclaration du chapitre général de la Fraternité sacerdotale Saint Pie X est sans surprise. On y retrouve l’habituel discours stéréotypé. Le paragraphe suivant, dans sa précision, est caractéristique :

    « Pour toutes les nouveautés du Concile Vatican II qui restent entachées d’erreurs et pour les réformes qui en sont issues, la Fraternité ne peut que continuer à s’en tenir aux affirmations et enseignements du Magistère constant de l’Eglise ; elle trouve son guide dans ce Magistère ininterrompu qui, par son acte d’enseignement, transmet le dépôt révélé en parfaite harmonie avec tout ce que l’Eglise entière a toujours cru, en tout lieu. »

    Or ce que la FSSPX appelle le « Magistère constant », « ininterrompu », ce sont quelques encycliques entre Pie IX et Pie XI, donc sur 100 ans.

    On constate aussi que si ce magistère est (toujours aujourd’hui) « ininterrompu », il s’en suit que le magistère de Rome n’est plus le magistère de l’Eglise catholique (puisqu’à Rome règnent les erreurs du concile), et que ce magistère subsiste en dehors de Rome, dont le magistère n’est plus celui de l’Eglise catholique…

    On est toujours à la limite du sédévacantisme, sans jamais tirer une conclusion claire du problème posé.

     

  • Saint Vincent de Paul

    Il y a une messe de saint Vincent de Paul dans le propre de France, dans le supplément « pour certains lieux » depuis 1962.

    Cette messe commence par un introït dont l’antienne est tirée d’un des derniers versets du psaume 131, et qui convient magnifiquement à cette fête :

    « Pauperes Sion saturabo panibus : sacerdotes ejus induam salutari, et Sancti ejus exsultatione exsultabunt. »

    « Les pauvres de Sion, je les rassasierai de pains ; ses prêtres, je les vêtirai de salut, et ses saints exulteront d’exultation. »

    Le verset de psaume est, comme c’est la tradition (hélas oubliée à partir du XVIIIe siècle, ou même avant), le premier verset du psaume dont est tirée l’antienne :

    « Memento, Domine, David : et omnis mansuetudinis ejus. »

    « Souviens-toi, Seigneur, de David, et de toute sa mansuétude. »

    En fait, c’est bien tout le psaume qui s’applique à saint Vincent de Paul, qui dans ses pérégrinations cherche la présence de Dieu, notamment dans les pauvres.

    A priori il n’existe aucune autre messe avec cet introït. Pourtant, j’ai trouvé par Google un « Office du matin et du soir pour tous les dimanches et fêtes de l’année », réédité en 1826 à Amiens avec quelques messes, dont une, curieusement, de « saint Charles » (manifestement Borromée), dont l’introït est également tiré du psaume 131, l’antienne omettant « exsultatione » et ajoutant la toute fin du psaume :

    « Pauperes Sion saturabo panibus : sacerdotes ejus induam salutari, et sancti ejus exsultabunt. Super ipsum efflorebit sanctificatio mea. » Sur lui fleurira ma sanctification.

  • L’Islande vers l’UE à reculons

    Selon le quotidien économique allemand Handelsblatt, l’Islande devrait retirer sa candidature à l’Union européenne au début de l’année prochaine. Au cours de la campagne pour l’élection présidentielle qui s’est déroulée le 30 juin dernier, tant le président sortant, Olafur Ragnar Grimsson, qui a été réélu, que sa principale concurrente, Thora Arnorsdottir, ont fait campagne contre l’adhésion à l’UE. Cette dernière a déclaré : « Qui voudrait réserver une chambre dans un hôtel en flammes ? »

  • Revenir à la monnaie commune

    Jürgen Koppelin, le porte-parole du parti libéral (FDP) pour le budget au Parlement allemand, propose dans une interview à l’ARD que l’Allemagne et les autres membres de l’eurozone reviennent à leur monnaie nationale sur le plan domestique tout en gardant l’euro comme monnaie commerciale commune.

    Si on nous avait dit, avant la crise de l’euro, qu’une personnalité politique allemande proposerait tranquillement la fin de l’euro, tout le monde se serait esclaffé. Aujourd’hui, dans le flot de déclarations iconoclastes sur l’euro, ça n’attire même pas l’attention…

  • En Libye

    L’Alliance des forces nationales de Mahmoud Jibril a obtenu 39 des 80 sièges attribués au scrutin de liste, et le parti de la Justice et de la Reconstruction, c’est-à-dire les Frères musulmans, 17 sièges. Les noms des 120 députés élus au scrutin uninominal ont été également publiés. Nul ne sait ce que sera la majorité. Mais on sait qu’elle sera fatalement islamiste.

    Il est amusant de voir les gazettes se féliciter du coup d’arrêt à l’islamisme (en raison du faible score des Frères musulmans, qui est seulement dans la logique de la situation libyenne), et de la victoire (très relative pour le moment) des « libéraux »… tout en devant signaler que les dits libéraux ne se reconnaissent pas du tout dans cette étiquette…

  • L’avortement pré-signé

    Une enquête officielle britannique confirme ce que révélait le Telegraph au début de l’année : la falsification des formulaires requis pour l’avortement est une pratique courante. Selon la loi il faut les signatures de deux médecins attestant que la femme veut avorter et que son cas fait partie de ceux prévus par la loi. En fait on trouve un peu partout des formulaires pré-signés, voire même avec des signatures photocopiées.

    Jeanne Smits rappelle que l’avortement est alors illégal. Mais on peut parier qu’aucune mesure réelle ne sera prise, comme en France après les révélations sur les illégalités du Planning familial.

    Parce qu’au dessus de l’illégalité il y a le droit imprescriptible à l’avortement. De la dépénalisation on est passé au droit, et aujourd’hui au « droit fondamental » de la femme. Tout ce qui limite ce droit fondamental ne peut être que vile tracasserie bureaucratique, qu’il est légitime de contourner.

    Je ne vois pas ce qu’un gouvernement qui proclame le « droit fondamental » des femmes à l’avortement peut changer à la situation.