Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

immigration

  • « Maîtrise de l’immigration »

    Le gouvernement a déposé au Conseil d’Etat l’avant-projet de loi relatif à la « maîtrise de l’immigration », et en a donné l’exclusivité au Figaro...

    Comme prévu, il vise à durcir les règles du regroupement familial. Le membre de la famille qui veut venir en France devra faire évaluer dans son pays son niveau de connaissance de la langue française, et le contrat d’accueil et d’intégration, déjà obligatoire pour tout étranger désirant un premier titre de séjour, sera étendu aux autres membres de la famille.

    Ces dispositions sont tout au plus cosmétiques.

    Les candidats à l’immigration venant du Maghreb ou d’Afrique noire parlent souvent le français, parfois beaucoup mieux que nombre d’habitants de nos cités...

    Quant au « regroupement familial » proprement dit (en dehors des conjoints de « Français »), il ne représentait que 17.300 personnes en 2006, dont 9.000 adultes.

    Ce n’est donc pas une loi de « maîtrise de l’immigration », mais une série de mesurettes dont le résultat sera insignifiant.

  • Immigration : l’imposture Sarkozy

    Communiqué de Jean-Marie Le Pen 

    Le ministre de l’Immigration fixe un objectif de 2.500 bénéficiaires de l’aide au retour volontaire pour 2007. En 2006, quelque 2.000 clandestins avaient bénéficié de cette subvention. On en ajoute 500. Où est la « rupture » ?

    Le ministre rappelle aussi son objectif de 25.000 éloignements d’immigrés en situation irrégulière en 2007. C’était déjà, exactement, l’objectif de Nicolas Sarkozy pour 2006. Où est la « rupture » ?

    Pendant qu’on annonce ces objectifs dérisoires, les immigrés continuent d’arriver par centaines de milliers.

    La politique annoncée par M. Hortefeux est exactement la même que celle qu’a menée M. Sarkozy ces quatre dernières années. Il n’y aura aucun changement. Sauf si les électeurs se rendent compte qu’ils ont été floués et se rebiffent en votant pour les candidats du Front national qui, eux, veulent une rupture dans les faits, et non dans les discours.

  • Désinformation

    « Les louanges adressées par Jean-Marie Le Pen à la politique d’immigration suisse déplaisent à leur principal concepteur, Christoph Blocher » (...). Ainsi commence une longue dépêche de l’AFP, reproduisant divers propos du porte-parole de Christoph Blocher, Livio Zanolari, visant à faire passer Jean-Marie Le Pen pour un affabulateur et un menteur. Cela ne peut pas rester sans réponse.

    D’abord Jean-Marie Le Pen, lors de la conférence de presse à laquelle il est fait allusion, n’a pas adressé de « louanges » à la politique suisse. Il a fait le tour des politiques d’immigration de différents pays, et a constaté que le cas suisse était le plus proche du programme du Front national. Ce n’est pas tout à fait la même chose.

    « Christoph Blocher et Jean-Marie Le Pen n’ont pas les mêmes buts, ni les mêmes principes : Blocher fait une distinction nette entre légal et illégal », affirme M. Zanolari. Mais aucun homme politique français ne fait plus que Jean-Marie Le Pen la distinction entre ce qui est légal et ce qui est illégal en ce qui concerne l’immigration et la situation des immigrés. Et quand il propose un changement, c’est dans la loi, afin que soit même mieux précisé ce qui est légal et ce qui est illégal.

    M. Le Pen, poursuit l’AFP, « a affirmé à plusieurs reprises qu’il souhaiterait rencontrer le ministre suisse. Une envie qui n’est pas partagée, selon le porte-parole de M. Blocher : “Christoph Blocher n’a ni l’intention ni l’intérêt de rencontrer M. Le Pen“. »  En réalité, un journaliste a demandé à Jean-Marie Le Pen s’il souhaitait rencontrer M. Blocher, et il a répondu en inversant sciemment le propos : « Si M. Blocher souhaite me rencontrer, il peut m’écrire ou me téléphoner. »

    « Jean-Marie Le Pen veut reconduire directement à la frontière un étranger qui ne présente pas de documents d’identité. Il affirme que cela se passe de cette manière en Suisse, ce qui est faux. » C’est évidemment faux pour tout pays connaissant l’état de droit. Jean-Marie Le Pen demande simplement qu’on applique la législation actuelle sur le séjour des étrangers en situation irrégulière : en faisant la distinction entre ce qui est légal et ce qui est illégal...

    Si le porte-parole de Christoph Blocher commente des propos qui n’ont pas été tenus par Jean-Marie Le Pen, en revanche il est muet sur ce qu’a vraiment dit Jean-Marie Le Pen concernant la Suisse. Pourquoi  ? Parce que ce qu’il a dit est le résumé exact de la politique suisse d’immigration, la politique de Christoph Blocher :

    ­ – Un étranger non-européen ne peut s’installer en Suisse s’il n’est pas recruté pour un poste de travail défini, il doit prouver sa qualification et apporter la preuve qu’aucun travailleur suisse ou européen n’a été trouvé pour l’occuper. (C’est la préférence nationale.)

    – L’asile est refusé à toute personne qui n’a pas de papiers d’identité. (La demande d’asile est rejetée si la personne qui la formule ne présente pas de pièces d’identité. Cela n’a rien à voir avec ce que M. Zanolari fait semblant d’avoir entendu sur les étrangers reconduits directement à la frontière.)

    – La nationalité suisse s’obtient principalement par la filiation. L’acquisition de nationalité est possible, mais elle suppose l’accord de la commune, au terme d’une procédure d’enquête sur l’impétrant, puis du canton, puis de l’Etat.

    Voilà ce qu’a dit Jean-Marie Le Pen. Voilà les propos qu’il faudrait discuter. Mais il n’y a rien à discuter, puisque c’est la teneur des lois suisses en vigueur. Alors on invente des propos contestables pour pouvoir les contester...

  • Immigration : la criminelle hypocrisie européenne

    Communiqué de Jean-Marie Le Pen

    A l’occasion de l’inauguration du nouveau siège de la prétendue « agence européenne de contrôle des frontières » (Frontex), son directeur adjoint Gil Arias avertit que l’immigration va s’aggraver et qu’il faut s’attendre à des entrées massives de clandestins.

    Il regrette que les Etats européens se reposent sur Frontex alors, dit-il, que c’est aux Etats concernés de surveiller leurs frontières.

    Telle est l’hypocrisie criminelle de la politique européenne. D’un côté on met en place une politique communautaire, avec Frontex, censé l’appliquer. Mais comme Frontex, avec ses 78 fonctionnaires, est évidemment incapable de surveiller les frontières extérieures de l’Union, on rejette la responsabilité sur les Etats, qu’on a préalablement dépouillés de tout moyen d’action.

    Eh bien prenons au mot M. Arias. Reprenons le contrôle de nos frontières, rétablissons une politique nationale qui puisse faire barrage aux torrents migratoires.

    Avec Jean-Marie Le Pen à la présidence de la République, c’est cette politique-là qui sera suivie avec détermination. La seule qui puisse sauvegarder une France française.

  • L’immigration illégale vole l’argent des nationaux

    « L’immigration illégale porte atteinte au salaire minimum, elle est injuste, elle sape le droit des travailleurs français, vole l’argent du contribuable en utilisant des allocations, des services publics fournis par les contribuables français pour les Français ». Il faut donc interdire « l’accès aux avantages de la France » à ceux qui entrent dans le pays illégalement.

    Qui a dit cela hier ? Jean-Marie Le Pen ?

    Non. Dans les citations, il faut lire en fait « britannique », et « Grande-Bretagne ». Elles sont du ministre britannique de l’Intérieur, le socialiste John Reid.

    On voit que lorsque John Reid dit cela pour la Grande-Bretagne, personne ne crie à la xénophobie, tandis que lorsque Jean-Marie Le Pen dit exactement la même chose pour la France, il suscite un tollé de toutes les bonnes consciences, de droite comme de gauche...

  • L’immigration zapateriste

    David Fontey attire l’attention sur la récente décision du gouvernement Zapatero d’accueillir en Espagne 180.000 travailleurs en provenance de pays extra-européens, après avoir régularisé 750.000 clandestins. Il souligne que « nous devons être très attentifs à ce qui se passe de l'autre côté des Pyrénées : dans l'Europe sans frontières des accords de Schengen, cette mesure n'est pas sans conséquences pour la France ». Et il examine l’idéologie, le projet maçonnique, qui est en œuvre derrière l’immigrationnisme zapateriste. C’est à lire sur Vox Galliae.

  • Sarkoblabla

    Nicolas Sarkozy a tenu hier une conférence de presse sur l’immigration. On en a retenu premièrement qu’il proposait un ministère de l’Immigration, deuxièmement l’élaboration d’une traité international sur la question, troisièmement qu’il était vraiment très efficace contre l’immigration clandestine puisqu’il avait réalisé 24.000 reconduites à la frontière cette année.

    C'est repompage et pipeau.

    En ce qui concerne le ministère de l’Immigration, Jean-François Touzé fait remarquer dans son blog que Sarkozy « ne fait que reprendre un vieux projet du Front national ». De même, interrogée sur la question, Marine Le Pen a répondu que c’était un bon projet, « puisque c’est depuis longtemps celui du Front national ».

    « En appelant de ses vœux la constitution d’un grand chantier en vue d’un traité  international, il reprend à son compte la proposition que j’avais faite le mois dernier, à l’occasion de la Convention BBR , d’organiser à l’initiative de la France une conférence, dans un premier temps euro-africaine puis planétaire, sur les flux migratoires », constate d’autre part Jean-François Touzé.

     Et en se félicitant du triplement des reconduites à la frontière, Sarkozy « accélère le pas dans la course à l’échalote qu’il croit devoir mener contre Jean-Marie Le Pen ». Mais les Français voient bien que le chiffre de 24.000 est « d’autant plus dérisoire qu’ils pressentent l’énormité du nombre réel de clandestins présents sur le sol national et qu’ils n’ignorent pas que plus de 30% des expulsés sont des Roumains ne bénéficiant pas du même lobbying politique de la part de “associations“ que les ressortissants africains ». En outre les Roumains (et les Bulgares) seront membres de l’Union européenne à partir du 1er janvier, et les restrictions à la libre circulation ne dureront pas longtemps.
  • N’importe quoi

    C’est Libération qui a lancé la chose. Selon le moribond rothschildo-joffrinien, l’une des nouvelles affiches de la campagne de Jean-Marie Le Pen aurait provoqué des remous dans la « vieille garde » du Front national, et plus particulièrement chez les « derniers représentants de l’aile catholique traditionaliste encore présents dans les coursives du paquebot » (sic). Cette affiche est celle dont le personnage est une jeune femme, dont il est difficile de savoir si c’est une beurette ou une Française d’outre-mer, avec pour slogan : « Nationalité, assimilation, ascenseur social, laïcité… Droite, gauche, ils ont tout cassé ».

    Les agences de presse se sont emparées de « l’affaire », suite à la conférence de presse de Marine Le Pen, où elle a été longuement interrogée sur la question.

    C’est tout bonnement ahurissant de bêtise. Lorsqu’il a été élu député en 1956, Jean-Marie Le Pen avait pour suppléant un Antillais noir. Il a été le premier dirigeant politique à faire élire une Française d’origine algérienne dans un conseil régional, après avoir fait élire aussi Sid Ahmed Yayaoui. Pendant plusieurs années ses meetings s’ouvraient par la prestation d’une chanteuse d’origine malgache. Et faut-il évoquer de nouveau ces élus du Front national appelés Stéphane Durbec, Farid Smahi, Huguette Fatna, ces deux derniers étant membres du bureau politique ?

    Comment peut-on trouver incongru qu’une jeune femme d’origine nord-africaine ou antillaise ou réunionnaise soit porte-parole du Front national pour dénoncer l’échec de la politique d’intégration ?

    Sans doute les adversaires du Front national voient-ils avec dépit que leur mensonge massif sur le « racisme » de Le Pen est en train de voler en éclats, enfin, pour de bon. Et ils n’ont évidemment pas digéré que Dieudonné aille faire un tour aux BBR et dénonce ensuite la diabolisation dont Le Pen est victime.

    Tant pis pour eux. Le Front national n’a jamais été raciste, pour la bonne raison que ce serait contraire à son intitulé, contraire au parcours personnel d’un certain nombre de membres de la « vieille garde », et contraire à la foi des « représentants de l’aile catholique traditionaliste ». Son but est de rassembler tous les Français, quelle que soit leur origine. Et c’est plus que jamais son but dans la campagne présidentielle.

    Et, comme l’a souligné Marine Le Pen, c’est encore plus d’actualité aujourd’hui qu’hier. Car « un certain nombre de Français d’origine immigrée sont conscients de cet échec et entendent obtenir des réponses, et pour beaucoup d’entre eux se tournent vers le candidat Jean-Marie Le Pen ».

    C’est le même FN qui dénonce régulièrement l’immigration, s’étonne l’AFP. Mais oui. Il dénonce la politique d’immigration suivie depuis trente ans, et il se trouve que de plus en plus de Français d’origine immigrée (voire même d’immigrés tout court) le rejoignent dans son analyse, précisément pour les raisons indiquées sur l’affiche. Ce n’est pourtant pas si difficile à comprendre…

  • L’immigration « stable »

    A l’issue de la réunion à Matignon du comité interministériel de contrôle de l’immigration, le gouvernement a annoncé que « l’immigration légale reste stable depuis deux ans », autour de 200.000 personnes par an, et même qu’il y a eu une baisse de 2,8% entre 2004 et 2005. L’ensemble des données statistiques sur 2005 et les trois premiers trimestres de 2006 montrent selon le gouvernement que « ces deux années sont caractérisées par l’amorce d’une véritable diminution de certains flux migratoires, au premier rang desquels l’asile, mais aussi, et dans une moindre mesure, le regroupement familial ». Grâce à qui ? Mais à Sarkozy, bien sûr.

    Dans un communiqué, Jean-Marie Le Pen a dénoncé « le mensonge permanent sur l’immigration » en provenance du tiers monde. « C’est une lamentable farce, souligne-t-il : l’immigration régulière est une goutte d’eau dans l’océan de l’immigration clandestine. Une stabilisation de ces entrées ne change rien au torrent migratoire. »

    On le voit clairement, par exemple avec les demandes d’asile. Elles sont en baisse, nous dit-on, et la France vient de perdre sa peu enviable première place mondiale des pays de demandes d’asile. Elle est passée deuxième derrière les Etats-Unis. Mais elle est encore devant le Royaume Uni, l’Allemagne et le Canada. Et s’il y a un peu moins de demandes, le nombre de personnes obtenant le statut de réfugié augmente…

    Le gouvernement se félicite aussi d’avoir « doublé » le nombre des reconduites à la frontière : leur nombre est passé de 10.000 à 20.000. Mais c’est dérisoire, quand Sarkozy lui-même évalue à 100.000 le nombre d’immigrants illégaux arrivant chaque année, évaluation évidemment sous-estimée (et l’on ne nous dit pas quelle proportion des expulsés revient aussitôt en France…). La dernière estimation en date du nombre total de clandestins est celle de Dominique de Villepin, quand il était ministre de l’Intérieur. Il n’avait pas craint d’affirmer que le nombre de clandestins se situait dans une fourchette de 200.000 à 400.000 personnes. Soit l’équivalent de deux à quatre ans d’immigration illégale selon ce que dit aujourd’hui Sarkozy : on se moque du monde.

    Jean-Marie Le Pen souligne aussi : « Au moment même où la Chambre régionale des comptes montre que le Samu social de Paris est dans une situation catastrophique à cause de l’afflux de clandestins, tenter de faire croire aux Français que l’immigration est stabilisée relève de la provocation. »

    En effet, chacun a pu voir à la télévision ou lire dans les journaux que les comptes du Samu social sont plombés par l’hébergement en hôtel des clandestins, qui lui a coûté 24 millions d’euros en 2004, et 37 millions en 2006. A part ça, l’immigration reste stable…

  • Triste record

    Quelque 374 immigrés clandestins sont arrivés depuis vendredi aux Canaries. Cela porte le total à 30.259 depuis le début de l’année. Ce n’est pas seulement la première fois que le nombre de 30.000 est dépassé, c’est près du triple du précédent record (9.929 en 2002). Et l’année n’est pas terminée. Rappelons que si ces clandestins prennent la précaution élémentaire de voyager sans papiers, ils sont admis sur le continent, en Espagne, d’où ils peuvent ensuite aller où ils veulent dans l’Europe sans frontières. A moins de tomber sur Sarkozy, mais il semble qu’il ait autre chose à faire ces temps-ci.

    (Même scénario à Lampedusa, île italienne au milieu de la Méditerranée , où 110 clandestins viennent d’arriver, ce qui porte leur nombre à plus de 16.000 depuis de début de l’année.)

  • Sarkozy, les régularisations et le FN

    Le propos qui suit est de Valérie Pécresse, porte-parole de l’UMP, lors de l’émission « A l'air libre » sur Europe 1. C’était le 4 octobre dernier. Le Salon Beige en avait remarqué l’incongruité, et Vox Galliae en avait diffusé l’enregistrement sans commentaires. Le blog immigration-démographie l’a récemment repris et commenté. Il n’est pas inutile d’y revenir, en soulignant que Valérie Pécresse, malgré le « moi » initial, dit explicitement exprimer la position de Nicolas Sarkozy.

    « Moi, je comprends les partisans de la régularisation massive qui  disent "il faut donner des papiers à tous ceux qui sont sur le territoire français", je les comprends. Il y a un certain nombre de pays voisins qui ont fait ça, je pense ; mais je partage l'analyse de Nicolas Sarkozy, la société française est trop fragile, on a un Front national qui est à 15%, on a des élections présidentielles qui sont dans trois mois, la société française est fragile, elle est xénophobe, on a un taux de chômage de masse qui ne nous permet pas, qui ne nous permet pas... Il y a une très forte tendance, il y a une très très forte tendance... Non mais, à 15% de vote Front national, on ne peut pas nier qu'il y a une fragilité de la société française. »

    Ainsi, le seul motif de ne pas régulariser tout de suite les clandestins, c’est la présence du Front national. On voudrait bien le faire, mais on ne le peut pas, parce qu’il y a le Front national à 15%. Il faut donc se taire sur la question et attendre que Sarkozy soit élu. Après on pourra régulariser tout le monde. En adoptant un tel point de vue, on conclut forcément que ce n’est pas l’immigration qui fragilise la société française, mais… le Front national.

    Au passage, on note l’aveu sur le « chômage de masse », à un tel niveau que toute régularisation des clandestins serait perçue comme une provocation par les salauds de pauvres qui votent Front national ou seraient alors tentés de le faire.

    Le blog immigration-démographie décrypte ainsi la dernière phrase : « Ces salauds du FN, ils nous empêchent d'exaucer tous les voeux de nos amis immigrationnistes du MEDEF. C'est quand même dingue qu'il y ait encore un parti qui relaie les aspirations du peuple. Il va vraiment falloir tout faire pour qu'il n'ait pas ses signatures. »

  • Encore le DAL

    Le feuilleton du campement de Saint-Ouen n’est pas terminé. Les trois familles de « sans-papiers » qui avaient été évacuées de la place de la mairie sont revenues. Elles ne voulaient pas rester au centre de Vaujours qui est trop loin de Saint-Ouen, a expliqué le DAL. « Elles ont donc décidé de camper à nouveau devant la mairie et souhaitent obtenir un titre de séjour rapidement. » Peu après, la préfecture faisait savoir qu’elle était en train d’examiner les dossiers de ces trois familles...

    Dans le même temps, les activistes du DAL, accompagnés de quelques dizaines d'immigrés, envahissaient les locaux d’une société HLM de Neuilly (histoire d'embêter Sarkozy), « pour déposer une quarantaine de dossiers de familles récemment expulsées ». Une délégation a été reçue par le maire, et puis la police a fait sortir tout le monde. Le maire, Louis-Charles Bary, a constaté qu'il s'agissait d'une "manoeuvre de provocation tout à fait évidente", faisant remarquer que "quand nous avons proposé de prendre les noms et adresses des demandeurs de logements, ils ont décidé que ça ne rimait à rien et ont rompu les négociations"...

  • Benoît XVI et l’immigration

    Recevant le nouvel ambassadeur de Belgique auprès du Saint-Siège, le pape Benoît XVI a notamment déclaré : « Aujourd’hui l’accueil d’immigrés de plus en plus nombreux et la multiplication sur un même sol de communautés différentes par leur culture d’origine ou leur religion rendent absolument nécessaire, dans nos sociétés, le dialogue entre les cultures et entre les religions ». Il convient d’accueillir les immigrés d’une manière « qui respecte toujours leur dignité », a-t-il ajouté, en précisant : « Pour cela, il importe de mettre en œuvre une politique d’immigration qui sache concilier les intérêts propres du pays d’accueil et le nécessaire développement des pays les moins favorisés. »

  • Fin du camp de Saint-Ouen

    La police a évacué ce matin les trois familles d’immigrés en situation irrégulière qui campaient depuis le 5 octobre devant la mairie de Saint-Ouen, et qui refusaient obstinément les solutions de relogement offertes par la préfecture. Elles faisaient partie d’un groupe de 30 familles « sans papiers » expulsées d’un immeuble où doivent être construits des logements sociaux. La plupart d’entre elles avaient accepté le relogement que la République française offrait à ces étrangers qui n’ont aucun titre à séjourner sur le territoire. Quatre avaient refusé, au motif que Vaujours, dans le même département, est « trop loin » de Saint-Ouen. L’une d’elles avait fini par trouver que c’était quand même mieux que de camper devant la mairie. « Selon le DAL », les trois familles « ont refusé »  de suivre les travailleurs sociaux du foyer de Vaujours après le démantèlement de leur campement…

  • L’intégration… à l’islam

    Un exemple parmi d’autres : les subventions accordées par le Fonds de cohésion sociale de la région Lorraine.

     

    Lors de la commission permanente du 20 octobre a été votée une subvention de 1.500 euros à l’Association communautaire Maroc-Lorraine de Vandoeuvre-lès-Nancy, pour l’organisation de trois soupes de rupture du ramadan, dont l’objectif est de « permettre aux familles démunies de participer à la vie associative ». En clair, comme le souligne Françoise Grolet, représentant le Front national à la commission permanente, il s’agit de capter les populations les plus influençables de par leur précarité, au profit de la propagation de l’islam dans la région. Seul le Front national a voté contre. Françoise Grolet a dénoncé ce « détournement d’argent public au seul profit de l’accélération de l’islamisation de la Lorraine  », tandis que la soupe au lard est interdite…

     

    La commission permanente a voté d’autre part pas moins de quatre subventions (pour un total de plus de 10.000 euros) à l’ATMF (Association des Travailleurs Maghrébins de France), pour des projets intitulés « ateliers pour les femmes », « activités pour les jeunes », « médiation sociale »…

    L’objectif affiché par l’ATMF sur son site est d’« organiser la communauté maghrébine et au-delà, dans un cadre associatif propice à l’émergence d’une citoyenneté active ». Cette association, faisant, selon les dires de l’exécutif socialiste, un magnifique travail d’intégration par l’action sociale en profondeur, est au contraire, commente Françoise Grolet, le vecteur de tous les combats communautaristes et immigrationnistes. « Son engagement va des prises de position contre la loi sur le voile à l’école aux appels à pétition contre « l’immigration jetable » ou à manifestation pour les squatters de Cachan, jusqu’aux prises de position politiques contre les gouvernements du Maroc et de Tunisie… Grâce à la manne de l’argent public, l’ATMF étend son emprise sur les populations immigrées par des actions tous azimuts (cours de couture, soutien scolaire, permanences sociales, etc.) ;  le  quadrillage des banlieues par ce type d’associations signifie à chaque fois un recul de la souveraineté française. »

     

    La commission permanente a également voté une subvention de 14.000 euros à Radio Caraïb, pour la réalisation d’émissions sur « l’égalité des chances ». Sans doute pour fêter l’anniversaire des émeutes, que Radio Caraïb appelle « colères urbaines »…

  • C’est la nationalité française qui est « discriminatoire »

    Le Gisti (lobby de soutien aux travailleurs immigrés), la Ligue des droits de l’homme et le MRAP ont annoncé en fin de matinée que la Halde (haute autorité de lutte contre les discriminations) avait jugé « discriminatoire » l’article 44 de la loi budgétaire du 22 mars1924, toujours en vigueur, qui réserve le bénéfice de la carte famille nombreuse aux citoyens français. Le délibéré de la Halde date en fait du 18 septembre, et l’on ne sait pourquoi il n’est divulgué qu’aujourd’hui. Quoi qu’il en soit, le gouvernement a aussitôt réagi à cette information, en annonçant qu’il allait étendre le bénéfice de la carte aux étrangers en situation régulière, en faisant voter un amendement dans le projet de loi de « protection de l’enfance » qui doit être venir au parlement le mois prochain.

    Dans un communiqué, Jean-Marie Le Pen remarque cette étonnante promptitude, et souligne : « Ce ne sont donc plus le gouvernement et le parlement qui décident des lois, mais des comités anonymes et non élus. » Il ajoute : « Nul doute que dans un avenir proche la Halde décide qu’il est “discriminatoire“ de refuser la carte de famille nombreuse aux clandestins, dont sait qu’ils bénéficient déjà d’une protection spéciale s’ils ont des enfants scolarisés. »

    « En réalité, conclut-il, ce n’est pas la carte de ceci ou de cela qui est “discriminatoire“ ; c’est la nationalité française. A quand son abolition ? »

  • Vive l’Aveyron !

    Un peu partout en France les lobbies immigrationnistes organisent, avec la complicité des mairies, des « votations citoyennes » censées montrer que les Français sont majoritairement favorables au droit de vote des étrangers. Chaque fois ces lobbies crient victoire : comme ce sont seulement les quelques activistes de la chose qui vont voter, le oui l’emporte très largement. Nul ne se préoccupe des taux de participation dérisoires. L’essentiel est de pouvoir clamer que « les habitants » sont à 70 ou 80 % favorables au droit de vote des étrangers. Mais c’était déjà ainsi aux débuts de la « démocratie » : pendant la révolution française, les votes se faisaient avec une participation de 10 %.

    On n’imaginait même pas qu’un tel scrutin puisse produire un autre résultat. Or voici qu’à Villefranche-de-Rouergue, le non l’a emporté avec près de 60 % des voix !

    La « votation citoyenne » était organisée par la Ligue des droits de l’homme. Il y a eu 447 voix contre le droit de vote des étrangers, et 306 pour.

    Le président local de la Ligue des droits de l’homme a dit sa « surprise »  devant le… nombre inattendu des votants. « Il a même fallu imprimer des bulletins supplémentaires en catastrophe », dit-il. On est pourtant en droit de supposer que la Ligue des droits de l’homme avait fait imprimer plus de 306 bulletins oui, pour un scrutin dans une ville de 13 000 habitants… Ce sont des bulletins non qu’il a fallu imprimer en catastrophe…

    Cela montre qu’il est stupide de laisser l’extrême gauche se livrer partout à cette manipulation : il suffit que quelques centaines de personnes aient le courage de se déplacer pour que la propagande immigrationniste s’écroule.

    Cela dit, le responsable local de la Ligue des droits de l’homme ne se démonte pas. Sans faire la moindre allusion au fait que le non a gagné, il déclare : « Si d’ici là la loi ne passe pas, nous referons une votation citoyenne en 2007. »

    Car telle est la conception de la démocratie qu’ont ces gens-là. Les citoyens votent contre le droit de vote aux étrangers, cela ne change rien au fait qu’il faut une loi imposant le droit de vote des étrangers. Et si la loi ne passe pas, on refera le référendum. Jusqu’à ce que le oui l’emporte ou que la loi soit votée.

    C’est ainsi que ces « votations citoyennes » sont doublement contraires au concept de citoyenneté, qui implique d’une part le respect des prérogatives attachées à la nationalité française, et d’autre part qu’on se plie à la majorité exprimée.

  • Ça c’est Sarkozy

    Les quelque 90 clandestins réunis par RESF, la Ligue des droits de l’homme, la Cimade et autres lobbies devant la mairie de Toulouse ont déjà été relogés. Par l’Etat. Ils avaient vocation à être reconduits à la frontière, disait la préfecture. On voit ce qu’il en est. Et cette vocation va s’évanouir, car bien entendu ils seront régularisés, « au cas par cas », selon la formule consacrée.

    C’est un conseiller municipal Vert qui avait ouvert la porte d’un bâtiment communal pour y faire pénétrer les clandestins qui venaient de passer la nuit sur la place du Capitole. Il se mettait dans l’illégalité pour aider des illégaux. Mais il serait inutile de stigmatiser ce conseiller municipal. L’exemple vient de haut. De la préfecture. Du ministère de l’Intérieur. De Sarkozy.

    Non seulement les clandestins qui ont vocation à être reconduits à la frontière ne sont pas reconduits à la frontière, mais on leur donne des chambres d’hôtel. L’Etat finance le logement en hôtel de gens qui sont hors la loi. L’Etat, c’est-à-dire chacun d’entre nous. De notre poche.

    On précise que c’est seulement jusqu’au 2 novembre. Mais que se passera-t-il le 2 novembre ? Rien. C’est le début de la « trêve hivernale », pendant laquelle toute expulsion est interdite.

    Comme le souligne Jean-Marie Le Pen dans un communiqué, « on voit à Toulouse, une fois de plus, la véritable politique de Nicolas Sarkozy en matière d’immigration » : « Le ministre de l’Intérieur donne raison aux groupuscules d’extrême gauche qui manipulent les clandestins. Et il fait savoir à tous les candidats à l’immigration illégale qu’en France il suffit de manifester pour obtenir un logement et espérer une régularisation. »
  • Louis Aliot sur Toulouse

    Dans un communiqué intitulé « Clandestins : que les élus de gauche paient ! », le secrétaire général du Front national dénonce l’opération de défense d’immigrés « sans-abri » montée à Toulouse. Constatant que « les associations et les élus de gauche contestent les lois républicaines d’une manière scandaleuse », il ajoute : « Le FN demande aux élus de gauche d’engager leur solidarité personnelle en partageant leurs indemnités avec ces familles ou mieux encore de mettre à disposition leurs résidences secondaires pour héberger ces personnes en difficulté. Ce n’est pas aux travailleurs français et aux contribuables de payer les conséquences de la désastreuse politique d’immigration menée par la gauche et par la droite depuis plus de vingt ans ! »

  • Un recours de SOS Racisme

    SOS Racisme a déposé un « référé suspension » devant le Conseil d’Etat pour demander en urgence la suspension de l’arrêté créant le fichier « Eloi » (non pas comme le saint ministre de Dagobert, mais comme éloignement) censé favoriser la lutte contre l’immigration clandestine.

    Ce fichier comporte l’identité, le sexe, la nationalité, la filiation, les langues parlées, la photo d’identité, les surnoms, le document d’identité et la situation professionnelle des étrangers en situation irrégulière. Les données seront accessibles pendant trois ans après la reconduite effective à la frontière aux agents des services centraux du ministère de l’Intérieur, aux agents préfectoraux et aux services de police et de gendarmerie.

    On ne voit pas ce que cela pourrait avoir de « raciste ». Mais on n’en est plus là. SOS Racisme ne veut pas de ce fichier, au motif qu‘il « sera inéluctablement à l’origine d’une suspicion, d’une part envers les personnes dont les noms y seront mentionnés, d’autre part de la part de ceux qui pourraient craindre d’y figurer ».

    Vous avez bien lu. Il est inadmissible qu’un clandestin, connu comme tel, revenant en France, puisse être « suspecté » d’être clandestin, ou qu’un autre clandestin, qui a échappé au fichier, puisse craindre d’y figurer.

    L’antiracisme franchit un pas de plus dans la subversion antinationale.