Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Suisse

  • Suisse : des tests ADN pour les demandeurs d’asile…

    La proposition avait suscité un tollé… Mais le Conseil national, le Parlement suisse, a adopté mercredi, par 92 voix contre 85 —  contre l’avis du Conseil fédéral (le gouvernement) — la motion demandant que des tests ADN soient réalisés sur certains demandeurs d’asile.

    L’auteur de la motion, Christophe Darbellay, qui n’est pas de l’UDC mais du très centriste parti démocrate chrétien, a fait valoir que la criminalité étrangère a doublé depuis le printemps arabe et que les prélèvements permettraient de lutter efficacement contre le phénomène.

    « Sont notamment visés les jeunes requérants en provenance du Maroc, de Tunisie ou d'Algérie surreprésentés dans la statistique criminelle. », expliquent les médias. Et le chef de la police commente : « Ça va nous permettre de gagner du temps dès le premier délit. »

  • Le « populiste » Ueli Maurer président de la Suisse

    Le ministre suisse de la Défense, Ueli Maurer, ancien président confédéral de l’UDC, a été élu mercredi président de la Confédération suisse pour l’année 2013. La Radio-Télévision Suisse (RTS) francophone a titré : Le Zurichois Ueli Maurer amène l'aile dure de l'UDC à la présidence.

    Et cela pendant que les évêques étaient réunis pour leur assemblée, notamment pour prendre position sur une initiative populaire pilotée par l’UDC… qui n’arrête pas de les embêter… et qu’ils ont en horreur.

    Dans un communiqué, l’UDC félicite Ueli Maurer et se félicite que « grâce à Ueli Maurer, les électrices et électeurs favorables à l’indépendance, la neutralité et la démocratie directe sont représentés à la tête du pays ».

  • Les évêques suisses font une réponse de Normands…

    L’assemblée de la conférence des évêques suisses s’est penchée comme prévu sur la question de l’initiative populaire « Financer l’avortement est une affaire privée ». Les évêques étant très divisés sur la question, la conférence épiscopale a pondu un communiqué mi-chèvre mi-chou. Au lieu de soutenir à fond cette initiative lancée par des élus pro-vie, ils ergotent sur le fait que l’initiative n’est pas contre l’avortement, et que donc, si « les évêques jugent positif » que l’initiative « combatte la “normalité” institutionnalisée de l’avortement », « la discussion sur la manière de le financer ne suffit pas en vue d’une décision pour ou contre l’avortement », et qu’il faut « parvenir à un renversement d’opinion sur la question de l’avortement ». Ce qui est parler pour ne rien dire. Les évêques savent parfaitement qu’il est impossible, dix ans après la votation qui a légalisé l’avortement avec un score de plus de 72%, de revenir sur la loi. Ils savent parfaitement, en revanche, que selon l’enseignement de Jean-Paul II dans Evangelium vitæ, on doit soutenir toute proposition qui permette de revenir un peu en arrière si cette proposition est faite par des gens qui sont contre l’avortement.

    Ainsi, le site internet des magazines L’Express et L’impartial peut-il titrer : « IVG : les évêques ne prennent pas position ». Et voilà. Tandis que d’autres médias croient pouvoir laisser entendre que les évêques sont plutôt contre l’initiative, puisqu’ils ont interrogé le porte-parole de la conférence épiscopale, Mgr Markus Büchel, et que celui-ci est précisément l’évêque qui l’avait attaquée…

    Le comité d’initiative a tout simplement répondu :

    « Ce que veulent les évêques n'est malheureusement pas applicable politiquement, alors que l'initiative populaire veut libérer tous les Suisses de l'obligation de financer l'avortement. »

  • L’avortement et les évêques, en Suisse

    Mgr Markus Büchel, évêque de Saint-Gall et, à partir du 1er janvier prochain, président de la conférence épiscopale suisse, s’est prononcé contre l’initiative populaire « Financer l’avortement est une affaire privée - Alléger l'assurance-maladie en radiant les coûts de l'interruption de grossesse de l'assurance de base  », le 21 novembre, dans un quotidien suisse de langue allemande. Au motif que selon lui l’initiative ne réduira pas le nombre d’avortements mais sera un pas vers une médecine à deux vitesses : les riches pourront avorter, et pas les pauvres… Il a été aussitôt suivi par l’inénarrable abbé d’Einsiedeln, Mgr Werlen (qui n’est pas évêque mais fait partie de la conférence épiscopale) qui ose reprocher aux auteurs de l’initiative de ne pas remettre en cause l’avortement lui-même, alors qu’il sait parfaitement que pour le moment c’est impossible (l’avortement a été dépénalisé par une votation en 2002) et que l’initiative contre le remboursement de l’avortement par l’assurance maladie a été évidemment lancée par des militants pro-vie.

    On peut se demander pourquoi l’évêque de Saint-Gall réagit maintenant, alors que l’initiative a été validée par la chancellerie fédérale le 16 août de l’année dernière. Sans doute était-il interrogé sur l’avis de la Commission de la sécurité sociale et de la santé, qui a pris position contre l’initiative le 2 novembre dernier, comme l’avait fait le Conseil fédéral le 9 mai.

    On imagine que Mgr Büchel est surtout mécontent d’une initiative dont l’origine est encore l’UDC (comme pour les minarets, quand les évêques suisses avaient pris position contre l’UDC donc en faveur de l’islam). Cela dit, s’il y avait en effet 8 députés UDC dans le comité d’initiative, il y avait aussi 4 députés du parti démocrate chrétien, les 2 députés du parti évangélique, le député de l’Union démocratique fédérale, et même 2 députés du parti libéral-radical.

    Quoi qu’il en soit le débat est relancé. Et l’évêque de Coire, Mgr Huonder, le poil à gratter de la conférence épiscopale, et son auxiliaire Mgr Eleganti, ont aussitôt fait savoir qu’ils n’étaient pas d’accord avec Mgr Büchel, car actuellement, par l’assurance maladie obligatoire, chaque assuré participe obligatoirement au financement de l’avortement, ce qui est contraire à la liberté de conscience.

    Du coup, la conférence épiscopale va se saisir de la question, lors de son assemblée qui se tient du 3 au 5 décembre.

    Il n’en fallait pas plus pour ranimer les ardeurs des auteurs de l’initiative, qui mettent les évêques au pied du mur en leur demandant publiquement de soutenir le projet. Car un non, ou une absence de consigne, seraient « une reconnaissance personnelle de la poursuite du financement de crimes horribles »…

  • « La croix est un atout »

    kreuz-ist-trumpf-swiss-werbung-provoziert-muslime-125390340.jpg

    La nouvelle campagne de publicité de la compagnie nationale suisse de transport aérien ne passe pas inaperçue, avec son slogan : « Kreuz ist Trumpf ». Notamment des musulmans.

    En fait, la compagnie joue sur le double sens de l’expression qui, pour un joueur de cartes, veut dire : l’atout est à trèfle. Mais puisque la croix est le symbole de la compagnie, « Kreuz ist Trumpf » veut dire « La croix est un atout. »

    Les musulmans réagissent violemment sur Facebook et sur des forums comme Turkworld, et des articles ont été publiés dans la presse turque, où l’on souligne que cette nouvelle provocation vient juste après le film anti-islam.

    La compagnie pour sa part assure que la campagne ne porte aucun message religieux, et dit ses regrets si elle a pu offenser certaines personnes.

  • Suisse : l’antiracisme islamophile en échec

    Au moment de la campagne pour la votation contre les minarets, la Fondation contre le racisme et l'antisémitisme avait reproduit sur son site, sous le titre « Racisme verbal », des propos de Benjamin Kasper, président des Jeunes UDC de Thurgovie. Celui-ci avait déclaré dans un discours qu' « il était temps de mettre fin à l'extension de l'islam ». Il avait affirmé que « la culture suisse, dont le fondement est le christianisme, ne devrait pas se laisser supplanter par d'autres cultures », et qu’un signe symbolique comme l'interdiction des minarets constituait un moyen d'affirmer sa propre identité.

    Benjamin Kasper avait porté plainte. Le tribunal cantonal de Thurgovie lui avait donné raison. Le lobby antiraciste avait fait appel devant le Tribunal fédéral. Celui-ci a confirmé le jugement cantonal.

    « Celui qui se prononce, sans jugement de valeur, contre l'extension de l'islam en Suisse n'est pas raciste. (…) La seule mise en évidence d'une différence entre deux individus ou groupes ne constitue pas encore du racisme. Il n'y a racisme que lorsque la différence est utilisée en même temps pour dénigrer la victime et que la mise en exergue de la différence n'est en définitive qu'un moyen pour présenter la victime de manière négative et violer sa dignité. »

    Benjamin Kasper, poursuit le Tribunal fédéral, avait opposé le christianisme à l'islam, expliquant que sa religion était digne d'être protégée et défendue. Il n'en ressort ni une dévalorisation des disciples de l'islam, ni un rabaissement général des musulmans.

    En revanche, en qualifiant ces propos de « racisme verbal », la Fondation contre le racisme et l'antisémitisme a porté une atteinte civile illicite à l'honneur de Benjamin Kasper.

    (NB - On trouvera le texte de l'arrêt sur le site du Tribunal fédéral, mais seulement en allemand.)

  • L’euthanasie en Suisse

    Les électeurs du canton de Vaud ont rejeté la proposition d’Exit visant à obliger tous les établissements médico-sociaux subventionnés à accepter l'assistance au suicide demandée par un résident, sans aucun encadrement. Mais ils ont adopté à 60% la contre-proposition du gouvernement qui légalise la dite « aide au suicide » à la condition notamment qu'un médecin vérifie la capacité de discernement de la personne, que celle-ci souffre d'une maladie ou de séquelles d'accident graves et incurables et que des alternatives, telles que des soins palliatifs, aient été discutées avec elle.

  • Un échec relatif de l’UDC

    Aux élections suisses, l’UDC a obtenu 26,8% des voix, soit deux points de moins qu’en 2007, et 7 sièges de moins au Conseil national.

    C’est un échec dans la mesure où l’UDC espérait passer la barre des 30%, mais relatif, dans la mesure où l’UDC reste de loin le premier parti suisse, le deuxième étant le parti socialiste avec 18,9%.

    L’UDC paye d’autre part la scission de 2008, quand Eveline Widmer-Schlumpf s’était fait élire au gouvernement à la place de Christoph Blocher. Sa section avait été exclue de l’UDC, et elle avait créé le « parti bourgeois démocratique », qui vient de cartonner, pour un nouveau parti, en gagnant d’emblée 9 sièges.

  • « Contre l’immigration de masse » (en Suisse)

    L’UDC a lancé hier une nouvelle initiative populaire, « contre l’immigration de masse ».

    L'initiative exige que la Suisse puisse à nouveau gérer de manière autonome l'immigration d'étrangères et d'étrangers, ce qui passe par la fixation de plafonds et de contingents annuels pour les autorisations de séjour. Le texte de l'initiative stipule que toutes les catégories d'étrangers soient prises en compte, donc aussi les frontaliers et le domaine de l'asile.

    Il s'agit également d'inscrire dans la Constitution fédérale le principe selon lequel l'immigration est notamment possible si elle sert les intérêts économiques globaux de la Suisse alors que la priorité des Suissesses et des Suisses sur le marché du travail doit être garantie. Elle retient également quelques critères déterminants pour l'octroi d'un permis de séjour: l'immigrant doit faire état d'une offre d'emploi d'un employeur de Suisse; seules sont admises à immigrer les personnes qui peuvent et veulent réellement s'intégrer; l'immigrant doit disposer d'une base existentielle indépendante et suffisante.

    Enfin, le projet d'article constitutionnel veille à ce que les droits à un séjour durable, au regroupement familial et aux prestations sociales puissent être raisonnablement limités.

  • L’initiative « pour les familles »

    Une vraie rafale d’initiatives populaires, en Suisse, ces derniers jours, dues à l’UDC.

    Le 4 juillet, les 100.000 signatures étaient déposées pour l’initiative « Financer l’avortement est une affaire privée ».

    Le 7 juillet, les 100.000 signatures étaient déposées pour l’initiative visant à ce que le Conseil fédéral (le gouvernement de 7 membres) soit élu directement par le peuple, et non plus par les magouilles politiciennes du Parlement.

    Aujourd’hui, les 100.000 signatures ont été déposées pour une initiative « pour les familles », visant à ce que les parents qui gardent eux-mêmes leurs enfants bénéficient d'une déduction fiscale égale à celle accordée aux familles qui confient leurs enfants à des tiers (jusqu’à 10.000 francs – ben oui, en Suisse ils ont le franc…).

  • Interdiction des minarets en Suisse : la CEDH rejette les requêtes

    La Cour européenne des droits de l'homme a déclaré irrecevables les requêtes concernant l’interdiction de la construction de minarets en Suisse.

    La CEDH rappelle que pour qu’une requête soit recevable, le requérant doit pouvoir se dire concrètement victime d’une violation de la Convention : victime directe, ou indirecte, ou (exceptionnellement) potentielle.

    Or les requérants ne sont pas des victimes directes ou indirectes d’une violation des articles 9 (liberté de religion) ou 14 (interdiction de la discrimination) de la Convention, du fait de l’interdiction de construire des minarets.

    « Reste pour la Cour à examiner s’ils peuvent se prétendre victimes potentielles. Or, elle constate que les requérants n’ont pas soutenu qu’ils pourraient envisager dans un avenir proche la construction d’une mosquée pourvue d’un minaret. Ils n’ont donc pas rendu vraisemblable que la disposition constitutionnelle en question puisse leur être appliquée. La simple éventualité que cela puisse être le cas dans un avenir plus ou moins lointain n’est pas, aux yeux de la Cour, suffisante. Par conséquent, ces requêtes ayant uniquement pour but de contester une disposition constitutionnelle applicable de manière générale en Suisse, la Cour considère que les requérants n’ont pas apporté la preuve de circonstances tout à fait exceptionnelles susceptibles de leur conférer la qualité de victimes potentielles. »

    La CEDH ajoute qu’on la saisit de façon abusive, car « les juridictions suisses seraient en mesure d’examiner la compatibilité avec la Convention d’un éventuel refus d’autoriser la construction d’un minaret ».

  • « Financer l’avortement est une affaire privée »

    Dans le n°75 de Daoudal Hebdo (avril 2010), j’avais longuement rendu compte du lancement de l’initiative populaire suisse « Financer l’avortement est une affaire privée », lancée essentiellement par l’UDC.

    Elle suit son cours : le 4 juillet, les 100.000 signatures nécessaires (111.000, en fait) ont été déposées à la Chancellerie fédérale.

  • Le droit à l’avortement et l’islamisation

    Un groupe de députés suisses a lancé l’année dernière une initiative visant à supprimer le financement public de l’avortement. Je l’avais largement évoquée dans le numéro 75 de Daoudal Hebdo. Au cœur de cette initiative, on retrouve Oskar Freysinger. Nouvelles de France vient de l’interroger à ce propos. Il révèle que Christine Tasin lui a envoyé un courriel pour lui dire qu’elle n’était pas d’accord (évidemment) avec cette initiative. Oskar Freysinger lui a répondu : « Bats-toi pour que les 250.000 gamins qui sont avortés chaque année puissent naître et là tu le gagneras, ton combat contre l’islamisation. »

  • Les Zurichois en faveur du commerce du suicide…

    Deux propositions visant à limiter voire interdire complètement l'aide au suicide ont été rejetées dimanche par les électeurs du canton de Zurich en Suisse.

    La première initiative, baptisée "Non au tourisme de la mort", entendait interdire l'aide au suicide à toutes les personnes ne résidant pas dans le canton de Zurich depuis une année au moins. Elle a été rejetée par près de 80% des suffrages. La seconde, qui voulait une interdiction de l'aide au suicide dans tout le pays, a été rejetée par 85% des votants.

    C’est à Zurich que sont les immondes commerçants du suicide, Dignitas et Exit.

  • Suisse : des succès de l’UDC

    Dimanche dernier, l'UDC a obtenu quelques succès spectaculaires aux élections communales dans les cantons de Vaud et de Genève. Dans les parlements communaux vaudois, l'UDC a remporté plus de cent sièges supplémentaires. Dans le canton de Genève, elle a réussi à faire son entrée dans quatre parlements communaux supplémentaires en gagnant au total cinq mandats de plus.

  • Minarets : la Suisse bloque la procédure de la CEDH

    La petite chambre de la Cour européenne des droits de l’homme, saisie d’une plainte de musulmans suisses contre la votation sur les minarets, veut se dessaisir de l’affaire au profit de la grande chambre.

    La Suisse s’y oppose, considérant qu’il n’y a aucune raison que l’affaire soit jugée par la grande chambre.

    C’est la première fois que la Suisse utilise ce « droit de veto ».

    « Nous attendons maintenant une réponse de la CEDH sur la suite de la procédure », a déclaré le porte-parole de l’Office fédéral de la Justice.

    (via Bivouac-ID)

  • Stéphane Lathion, spécialiste de l’islam

    Dans le quotidien suisse 20 minutes, le 18 février :

    C'est le congrès religieux le plus controversé depuis longtemps, en Suisse. Samedi, au Palais des Congrès, l'incontournable Nicolas Blancho et ses amis du Conseil central islamique suisse (CCIS) attendent mille personnes. (…)Stéphane Lathion, président du Groupe de Recherche sur l'Islam en Suisse, analyse le buzz qui entoure la rencontre. «Nicolas Blancho est une blague depuis près de deux ans, juge l'expert. Il ne représente que lui-même et ses copains, soit pas grand-monde.» Pour lui, le Biennois bénéficie avant tout d'une couverture médiatique en décalage total avec son importance dans le paysage musulman en Suisse.

    Dans le quotidien suisse 20 minutes, le 20 février :

    Succès, triomphe, gros coup... «Le plus grand événement islamique jamais organisé en Suisse», comme l'avait vendu son organisateur, Nicolas Blancho ( photo ), a tenu toutes ses promesses, samedi. Alors qu'un millier de visiteurs était attendu, c'est le double qui s'est rendu au Palais des Congrès de Bienne, transformé pour l'occasion en Mecque helvétique de l'islam rigoriste.

  • L’immigration clandestine via le Tessin

    Les garde-frontières suisses constatent une « augmentation exponentielle » du nombre des immigrés clandestins passant d’Italie en Suisse par le Tessin. Et une augmentation parallèle du trafic de stupéfiants, particulièrement de cocaïne…

  • Suisse : l’UE s’énerve

    Le conseil des ministres des Affaires étrangères de l’UE s’est réuni lundi et a publié ses rituelles « Conclusions » sur les relations de l’UE avec les pays de l’AELE. Le chapitre qui attire l’attention est celui sur la Suisse. L’UE n’avait jamais été aussi sévère, et en filigrane on voit bien qu’elle n’admet vraiment plus que ce pays « au cœur de l’Europe » ne fasse partie de l’Union.

    Les griefs sont ainsi résumés dans le préambule :

    « La Suisse n'étant pas membre de l'Espace économique européen, elle a choisi d'adopter une démarche sectorielle en ce qui concerne ses accords dans la perspective d'un rapprochement éventuel, à long terme, avec l'Union européenne. Tout en respectant pleinement la souveraineté et les choix de la Suisse, le Conseil a estimé que si le système actuel d'accords bilatéraux a bien fonctionné par le passé, le défi des années à venir consistera à sortir de ce système complexe, qui est source d'insécurité juridique, devient difficile à gérer et qui a manifestement atteint ses limites. Afin que les futures relations s'établissent sur une base solide, il sera nécessaire de trouver des solutions acceptables par les deux parties sur un certain nombre de questions horizontales, énumérées ci-après. »

    Cette approche sectorielle, lit-on après, « s'est traduite au fil des années par un ensemble très complexe d'accords multiples » (il y en a 120). Mais, en outre, la Suisse ne fait rien pour intégrer à ces accords le « nouvel acquis de l’UE, y compris la jurisprudence de la Cour de justice », d’où il « résulte une insécurité juridique pour les autorités, les opérateurs et les citoyens ». Pire encore : « le Conseil est préoccupé par l'application incohérente de certains accords et par le fait que la Suisse introduit des mesures et des pratiques législatives ultérieures incompatibles avec ceux-ci, en particulier l'accord sur la libre circulation des personnes ».

    En outre, « le Conseil demeure très préoccupé par certains régimes cantonaux d'imposition des sociétés en Suisse, qui créent une distorsion inacceptable de la concurrence ».

    Enfin, « le Conseil réaffirme sa conclusion de 2008 selon laquelle, lorsqu'il évaluera l'équilibre des intérêts au moment de conclure de nouveaux accords, il aura à l'esprit la nécessité de garantir des progrès parallèles dans tous les domaines de coopération, notamment ceux qui posent des difficultés aux citoyens et aux entreprises de l'UE »…

    La réaction des autorités suisses a été brève : « Les accords bilatéraux existants fonctionnent globalement bien. » Autrement dit, cause toujours… En ce qui concerne les régimes fiscaux cantonaux, elle rappelle qu’elle a « proposé des solutions constructives », mais qu’elles ont été « rejetées par au moins un Etat membre de l'UE »…

    Le 19 août dernier, le Conseil fédéral suisse (le gouvernement) a réaffirmé avec force que l’approche bilatérale sectorielle demeurait la seule possible, et appelé l’UE à respecter sa souveraineté : « Les procédures de décision constitutionnelles de la Suisse doivent être respectées. La Suisse exclut en particulier une reprise automatique des nouveaux développements du droit de l'UE dans les domaines régis par les accords. »

  • Les islamistes suisses lancent une initiative populaire…

    Le prétendu « Conseil central islamique suisse » (que préside l’islamiste Nicolas Blancho) annonce le lancement d'une initiative populaire visant à abolir l'interdiction des minarets.

    Bonne chance…