Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

François (pape) - Page 2

  • Le cardinal Müller

    LifeSiteNews a publié une grande interview du cardinal Gerhard Müller. On lira avec intérêt la traduction de Jeanne Smits, notamment dans ce qu’il interprète comme l’athéisme qui se répand dans l’Eglise.

    Et voici trois phrases qui ne passent pas inaperçues.

    Lorsque j'étais préfet de la Congrégation pour la foi (2012-2017) personne ne m'a rien dit de ce problème, très probablement parce qu'on aurait craint de ma part une réaction trop « rigide ».

    ...

    Amoris laetitia doit être absolument en accord avec la Révélation, et ce n'est pas à nous d’être en accord avec Amoris laetitia, du moins pas dans l'interprétation qui contredit, de manière hérétique, la Parole de Dieu. Et ce serait un abus de pouvoir que de sanctionner ceux qui insistent pour une interprétation orthodoxe de cette exhortation apostolique et de tous les documents magistériels pontificaux.

    ...

    Il est irritant de voir des personnes sans éducation théologique promues au rang d’évêques qui à leur tour, pensent devoir en remercier le pape au moyen d’une soumission puérile.

    Et cette réponse laconique et lapidaire à une longue question:

    Chacun peut réfléchir aux critères selon lesquels certains sont promus et protégés, tandis que d’autres sont combattus et éliminés.

  • Le cardinal Zen

    Le courageux cardinal Joseph Zen, 86 ans, est allé à Rome fin octobre pour porter au pape une nouvelle lettre, où il détaille les souffrances des catholiques de Chine depuis la signature de l’accord secret.

    C’est ce qu’il a révélé le 8 novembre à Ucanews : « Des prêtres clandestins ont crié vers moi. Ils m’ont dit que des représentants du pouvoir veulent les forcer à être ouverts, à rejoindre l’Association patriotique schismatique et obtenir ainsi un certificat de prêtre, en faisant valoir que le pape a signé un accord provisoire. »

    Comme l’accord n’est toujours pas public, les prêtres catholiques légitimes ne savent pas ce que le pape veut qu’ils fassent. « Certains ont fui, d’autres ont disparu parce qu’ils ne savaient pas quoi faire et qu’ils sont embêtés. L’accord n’a pas été révélé et ils ne savent pas si ce que disent les représentants du pouvoir est vrai ou non. »

    Le cardinal Zen évoque des confiscations de sommes d’argent, des harcèlements, des emprisonnements et même des exécutions. « Mais le Saint-Siège ne les soutient pas et les considère comme un problème, les évoquant comme ceux qui causent des problèmes et ne soutiennent pas l'unité. C'est ce qui leur fait le plus mal. »

    L’ingérence du gouvernement communiste chinois dans l'Église signifie que pour maintenir la foi entière l'Église doit rester clandestine. Cependant, fait partie de cette foi la reconnaissance du pontife régnant en tant que vicaire du Christ. « Notre dernière ligne est le pape. Nous ne pouvons pas l'attaquer. Si le pape a tort, j'espère qu'il reconnaîtra son erreur ; s'il ne la reconnaît pas, j'espère que le futur pape le fera. Mais à la fin, c'est toujours la décision finale du pape. Si vous ne suivez pas, alors il n'y a pas de principe, donc les frères de Chine continentale ne doivent pas se révolter. »

  • Ça continue…

    Dans son discours d’ouverture de la réunion des évêques américains, hier, le cardinal Daniel DiNardo a déclaré que, contrairement à ce qui était prévu, il n’y aurait pas de votes sur les mesures annoncées pour répondre au scandale des abus sexuels. Sur ordre de Rome.

    Le cardinal Blase Cupich, la voix de son maître, a précisé dans un communiqué que le Vatican avait demandé aux évêques américains de reporter leurs décisions en mars, après la réunion qui aura lieu en février à Rome.

    Le cardinal di Nardo a fait part ouvertement de sa déception.

    « Le Vatican vient de faire une grave erreur, a tweeté John Gehring, directeur du programme Faith in Public Life. L’optique est terrible, car cela envoie un message, voulu ou non, que Rome ne veut pas reconnaître l’urgence du moment. » L’effet ne peut assurément qu’être dévastateur dans une Eglise et une opinion publique déjà traumatisées par les révélations sur l’ampleur ahurissante des divers scandales (abus sur mineurs, et lobbies d’invertis dans les diocèses - ce dernier sujet n'étant pas à l'ordre du jour de la réunion de février...).

    Mais le cardinal Cupich avait bien dit, en bon toutou de son maître, que « l’environnement et les migrants sont beaucoup plus importants » que les affaires d’abus sexuels, si tant est d’ailleurs qu’il y en ait eus…

    Mgr Viganò vient de leur écrire :

    Chers Frères Evêques aux Etats-Unis,

    Je vous écris pour vous rappeler le mandat sacré que vous avez reçu le jour de votre ordination épiscopale: conduire le troupeau au Christ. Méditez sur Proverbes 9:10: La crainte du Seigneur est le début de la sagesse! Ne vous comportez pas comme des moutons apeurés, mais comme des bergers courageux. N'ayez pas peur de vous lever et de faire ce qui est juste pour les victimes, pour les fidèles et pour votre propre salut. Le Seigneur rendra à chacun de nous selon nos actions et nos omissions.

    Je jeûne et prie pour vous.

    Carlo Maria Viganò
    Votre ancien nonce apostolique

  • Ça continue

    François a nommé secrétaire adjoint de la congrégation pour la doctrine de la foi Mgr Charles Scicluna, archevêque de Malte. Il a reçu sa récompense.

    Rappelons que les (deux) évêques de Malte ont été les premiers à déclarer ouvertement que Amoris laetitia permettait de donner la communion aux divorcés soi-disant remariés, dans un texte salué par l’Osservatore romano (et les prêtres de Malte ont l’obligation d’obtempérer) :

    « Si, au terme du processus de discernement, entrepris avec ‘’humilité, discrétion, amour de l’Église et de son enseignement, dans la recherche sincère de la volonté de Dieu et avec le désir de parvenir à y répondre de façon plus parfaite”, une personne séparée ou divorcée vivant une nouvelle relation en arrive, avec une conscience informée et éclairée, à comprendre et croire qu’il ou elle est en paix avec Dieu, il ou elle ne peut être exclu de la participation aux sacrements de réconciliation et de l’Eucharistie. »

  • Crève-cœur

    Face à la persécution qu’elles subissent de la part des évêques et de Rome, les Petites Sœurs de Marie Mère du Rédempteur n’ont pas d’autre choix que de demander à être relevées de leurs vœux.

    Il se confirme donc que tout ce qui est plus ou moins traditionnel dans l’Eglise latine doit disparaître, en dehors de la réserve d’Indiens des communautés Ecclesia Dei.

  • En Chine

    Dernières nouvelles de l’application de l’accord entre François et les autorités communistes chinoises.

    Quatre prêtres du diocèse de Zhangjiakou (Hebei) – en fait deux prêtres du diocèse catholique de Xiwanzi et deux prêtres du diocèse catholique de Xuanhua, regroupés dans le diocèse officiel de Zhangjiakou - ont été enlevés de leurs églises et consignés dans un hôtel où l’on tente de les convaincre de rejoindre l’Association patriotique (l’Eglise officielle, dont les statuts sont « irréconciliables » avec la doctrine catholique, comme le rappelait autrefois Benoît XVI).

    Depuis l’accord, les autorités ont lancé une campagne soulignant que l’Eglise de Chine est indépendante et que tous les prêtres doivent rejoindre ses institutions.

    Le 1er novembre, la croix du clocher de l’église de Shangcai (Henan) a été détruite, et la porte a été scellée.

    Asianews, qui rapporte ces faits, et qui est, rappelons-le, l’organe officiel de l’Institut pontifical romain pour les missions étrangères, conclut :

    « Beaucoup de catholiques clandestins, constatant le silence des médias sur leurs souffrances, se sentent abandonnés, oubliés, et même trahis. »

  • Synode

    Jeanne Smits a lu le document final du synode, en a traduit de nombreux passages et les commente. Pour ceux que ça intéresse, c’est ici.

    Pour ma part j’en retiendrai cette phrase merveilleuse :

    Il s'agit de mettre l'accent sur l'écoute empathique, l'accompagnement et le discernement, selon les lignes indiquées par le magistère récent.

    Et j’en resterai là. Moi je suis vieux et j’en reste au « magistère ancien ». Celui qui va de saint Pierre à Benoît XVI en passant notamment par Jean-Paul II dont la théologie du corps est absente de ce document. Le magistère qui conformément à son nom  enseigne autre chose que l’écoute...

    Certains s’inquiètent de ce que ce document va faire partie du « magistère ordinaire ».

    Mais je ne m’inquiète plus de ce genre d’absurdités depuis octobre 2017 : quand François a officiellement propulsé « magistère ordinaire » le texte ouvertement hétérodoxe des évêques de la région de Buenos Aires sur Amoris laetitia.

    Il est vraisemblable que l’exhortation apostolique qui va suivre inquiète davantage encore ceux qui prêtent encore attention au « magistère récent »...

  • L’accord François-Pékin en acte…

    L’évêque de Lanzhou, Mgr Joseh Han Zhihai, a été « élu » président de l’Association patriotique (l’Eglise officielle) locale au cours de la réunion des représentants de l’Association patriotique à Lanzhou les 29 et 30 septembre derniers. Mgr Han était jusqu’ici un évêque clandestin. Mais selon les fidèles qui le connaissent il faisait des pieds et des mains depuis longtemps pour être reconnu par les autorités.

    Après son élection, Mgr Han Zhihai a fait un discours, soulignant que l’Eglise de Lanzhou « doit adhérer aux principes d’indépendance et d’autonomie », « aimer la patrie et l’Eglise », « acceptant consciemment comme guide le parti communiste chinois », « exerçant des activités religieuses selon la loi ».

    Le 23 septembre, au lendemain de l’annonce de l’accord, l’Association patriotique des catholiques de Chine et le Conseil des évêques de Chine avaient publié un communiqué indiquant : « L’Eglise catholique chinoise continuera de fonctionner de manière indépendante. Nous aimons le pays et l’Eglise, nous ferons avancer le principe d’indépendance et le concept de sinisation de la religion tout en restant sur la voie qui mène à la société socialiste. »

  • Drôle d’époque…

    Quoi qu’on pense par ailleurs de Mgr Romero, il est certain qu’il n’est pas mort martyr de la foi, puisqu’il a été assassiné par des catholiques pour des raisons politiques. Et pourtant le voilà saint martyr…

    Quoi qu’on pense par ailleurs de Paul VI, il est certain qu’il a fait preuve d’impiété, d’injustice et de cruauté envers de nombreux prêtres et fidèles en imposant son ersatz liturgique à la place de la liturgie romaine. Et pourtant le voilà saint pape…

    Mieux vaut en rire, sans doute. Mais je ne voudrais pas être à la place de ceux qui ont charge d’âmes et sont censés devoir expliquer l’inexplicable…

  • Enfin…

    Le pape a « accepté la renonciation au gouvernement pastoral de l’archidiocèse de Washington présentée par l’Eminentissime Cardinal Donald W. Wuerl ».

    Le successeur de McCarrick à Washington, qui prétend ne rien savoir de ce que faisait celui-ci avec les séminaristes, est lui-même accusé d’avoir couvert de nombreux abus sexuels sur mineurs quand il était évêque de Pittsburg.

    Contrairement à ceux qui se font virer le jour de leurs 75 ans, le cardinal Wuerl restait en place (il va avoir 78 ans). Mais la justice américaine a obligé le pape à donner le clap de fin…

    Sans doute doit-il aussi abandonner la présidence de la Papal Foundation.

    Mais c’est sans problème pour François : le numéro 2 de la fondation est sa créature le cardinal Cupich…