Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Gouvernement - Page 5

  • Par les fenêtres

    Sonia Imloul, pionnière de la « déradicalisation », qui avait été félicitée par Bernard Cazeneuve quand il était ministre de l'Intérieur, a été condamnée à 4 mois de prison avec sursis et 25 000 euros de dommages et intérêts pour détournement de subventions et travail dissimulé.

    Aujourd’hui tout le monde convient que la « déradicalisation » est une fumisterie. Le gouvernement jetait l’argent par les fenêtres. La première à passer devant la fenêtre et à ouvrir son tablier a été Sonia Imloul, qui avait aussi la faveur des médias dominants.

    C’est le gouvernement qui devrait être condamné pour dilapidation de fonds publics.

  • Langues vivantes

    cours arabe.jpg

    J’avais vaguement entendu parler du projet de « la » ministre marocaine de l’Education nationale française de donner des cours d’arabe à l’école primaire. En me disant que c’était sans doute pour la progéniture de ses congénères. Mais voici que ça m’arrive dans la figure, dans un petit village du Centre Bretagne.

    Mon petit-fils est revenu chez lui avec un formulaire, dont « l’objet » est son « inscription à un enseignement optionnel de langue vivante étrangère dans le premier degré ».

    Langue vivante étrangère. Vous avez le choix entre… l’arabe, et le turc.

    On dirait qu’il y a comme une discrimination, non ? Ou alors l’anglais, l’allemand et l’espagnol sont devenus des langues mortes. Ou moins vivantes que celles de l’islam… Et pourquoi pas le breton, qui est pourtant une langue étrangère pour le ministère jacobin (islamo-jacobin) ?

    Et où vont-ils trouver des professeurs d’arabe et de turc par ici ? C’est le délire idéologique de fonctionnaires dhimmis qui veulent déjà intégrer nos enfants à l’oumma…

    Enregistrer

  • L’euthanasie à la française devant le Conseil constitutionnel

    Le Conseil Constitutionnel a été saisi le 3 mars par le Conseil d’Etat d’une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) au sujet de la loi Claeys-Leonetti.

    L’Union nationale des associations de familles de traumatisés crâniens et de cérébro-lésés (UNAFTC) conteste le texte d’application, mais en fait la loi elle-même. Ce texte, dit l’association, va « à l'encontre de l'article 34 de la Constitution française, qui prévoit que la loi fixe les règles concernant les garanties fondamentales accordées aux citoyens pour l'exercice des libertés publiques ». Car la loi Leonetti-Claeys « confie au pouvoir réglementaire le soin de définir la procédure collégiale, sans garantir ni le caractère collégial de la décision de limitation ou d'arrêt des traitements d'un patient hors d'état d'exprimer sa volonté, ni l'exercice d'un recours suspensif contre une telle décision ».

    Il manque dans cette loi « des garanties légales aux exigences constitutionnelles de sauvegarde de la dignité de la personne humaine (Droit à la vie, article 2 de la Déclaration des droits de l'Homme et du citoyen) et du droit à un recours juridictionnel effectif (article 16 de la DDHC) ».

    Le Conseil constitutionnel devra se prononcer, également « à la demande du Conseil d'État, sur la sédation profonde et sur le lien entre obstination déraisonnable et arrêt de la nutrition et de l'hydratation artificielle ». Or c’est là que se situe précisément le caractère euthanasique de la loi (qui n’a pas été déclarée conforme à la Constitution puisqu’elle avait été votée à la quasi unanimité et donc n’avait pas été soumise au Conseil constitutionnel).

  • Une tartufferie du Parlement européen

    Sur demande du « parquet de Nanterre », le Parlement européen a voté la levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen, afin qu’elle puisse être condamnée par la « justice française » pour avoir publié sur Twitter des photos des abominations de l’Etat islamique…

    Voir la réaction de Bernard Antony.

  • Il prend les Français pour des imbéciles

    Stéphane Le Foll a tenu au salon de l’agriculture des propos qui sont une honte pour lui d’abord, mais aussi pour la France qui a un ministre capable de proférer de telles absurdités.

    Il a déclaré à propos de la sortie de la France de l’Union européenne :

    Que ceux qui pensent que c'est une solution réfléchissent bien. Il ne faut pas qu'ils viennent me voir après pour me dire qu'ils veulent exporter un peu plus. Si c'est ça la solution chacun devra prendre conscience que tout ce que nous exportions, on ne pourra plus l'exporter et qu'il faudra le consommer au niveau national.

    Et, très fier de sa trouvaille, il a pris un exemple concret, celui du lait :

    On en exporte entre 6 et 7 milliards (de litres). Si on ne les exporte plus, et qu'on veut garder la même production, il faudra que la consommation française augmente de 7 milliards de litres. Je conseille à tout le monde de prévoir le bol de lait tous les matins. Pour ceux qui boivent du thé avec un nuage de lait ça fera un cumulus voire un cumulonimbus.

    Parce que monsieur Le Foll voudrait nous faire croire que les Suisses boivent tout le lait qu’ils produisent et n’exportent pas de gruyère, ni d'emmental ni d'appenzeller...

    Et monsieur Le Foll voudrait nous faire croire que les Norvégiens mangent tous les saumons et les cabillauds qu’ils pêchent, alors qu’ils sont les plus grands exportateurs de poisson du monde… grâce à leur refus d’entrer dans l’Union européenne.

  • Délire d’entrave

    Le Parlement a définitivement adopté la proposition de loi visant à pénaliser l’entrave à IVG sur internet, comme dit l’information officielle.

    C’est-à-dire qu’une poigné de députés a voté, à main levée (on ne saura jamais combien : 10, 20, 25 ?), un texte qui porte gravement atteinte à la liberté d’expression, sur un sujet qui met en jeu la vie humaine. Dans le « pays des droits de l’homme ».

    Après les deux votes du Sénat, « les députés » ont donc rétabli le texte initial que les sénateurs (socialistes !) avaient deux fois tenté d’amender.

    L’opposition qui s’est si mollement opposée va quand même déférer le texte devant le Conseil constitutionnel. Si celui-ci ne le condamne pas, on saura qu’il n’y a plus de Constitution en France.

    *

    Il s’agit de pénaliser les sites qui donnent de fausses informations sur l’avortement ? Et si on commençait par celui du gouvernement ? Alliance VITA a déposé ce jour une requête devant le tribunal administratif de Paris contre le ministère de la Santé concernant les informations inexactes ou non objectives qui figurent sur le site officiel dédié à l’IVG. Le recours concerne particulièrement une vidéo intitulée : « Y a-t-il des conséquences psychologiques après une IVG ? », dans laquelle un gynécologue affirme « qu’il n’y a pas de séquelle à long terme psychologique de l’avortement ». Cette affirmation va à l’encontre du rapport de l’IGAS de 2010, qui souligne le manque d’étude objective sur les conséquences de l’IVG qui « demeure un événement souvent difficile à vivre sur le plan psychologique. » Le déni de toute séquelle à long terme consécutive à un tel événement, souligne Alliance VITA, est susceptible de tromper les femmes, non seulement lorsqu’elles hésitent, mais aussi lorsqu’elles ressentent ce type de souffrance longtemps après une IVG.

  • Délire d’entrave

    Le Sénat a adopté hier en nouvelle lecture la version du texte sur le « délit d’entrave à l’IVG » qu’il avait réécrit en première lecture.

    Texte donc toujours incompatible avec celui qu’a voté l’Assemblée nationale. Laquelle aura le dernier mot. En attendant, espérons-le, que cette loi ouvertement liberticide soit déclarée anticonstitutionnelle, puisqu’elle l’est de façon évidente (c'est pourquoi les socialistes du Sénat l'avaient assez habilement maquillée).

  • Le Marocain

    Il y avait déjà trois Marocaines qui avaient un maroquin dans le gouvernement socialiste de la France. Depuis samedi il y a un Marocain, qui n’a pas de maroquin, mais qui est depuis samedi dernier le porte-parole du parti socialiste. Français. Mais bien sûr Karim Bouamrane est français. Aussi.

  • Des maires et le mariage

    Trente maires de France du Collectif pour l’enfance, qui ne veulent pas marier des personnes de même sexe, vont déposer vendredi un recours devant le comité des droits de l’homme de l’ONU.

    Cette procédure vise à « faire constater l'atteinte à la liberté de conscience des élus », quand la déclaration universelle des droits de l'Homme garantit ce droit pour tout individu, explique Me Claire de la Hougue.

    Une procédure, portée par 146 élus, est déjà en cours devant la Cour européenne des droits de l’homme.

  • L’entrave numérique vue d’Italie

    Le député italien Gian Luigi Gigli, professeur de neurologie et président du Mouvement pour la Vie, s’en prend de façon virulente, dans une tribune publiée par l’Avvenire, à la proposition de loi française sur le « délit d’entrave numérique » à l’avortement.

    Pour permettre aux Italiens de « comprendre la portée de cette loi liberticide qui met en cause les fondements mêmes de l'État libéral, et en particulier la liberté d’expression », il explique :

    Si une loi semblable passait en Italie, nous devrions fermer ‘SOS Vie’, la structure ouverte 24 sur 24, 365 jours par an, qui écoute les femmes en difficulté à travers un numéro vert et sur Internet ». Mais surtout, ajoute-t-il, « les 12 000 bébés nés grâce aux options proposées par le ‘Mouvement pour la Vie‘ ne seraient jamais nés ». Par ailleurs, « nous devrions aussi fermer les 350 autres ‘Centres d’Aide à la Vie’ qui travaillent sur le territoire national, puisque les encouragements incitant à garder le bébé pourraient être qualifiés de pression psychologique et moral.

    Gian Luigi Gigli constate ainsi qu’en France, « la voix de quiconque » ayant « une vision différente de celle de l’Etat » est « réduite au silence », ainsi que « celle de quiconque proposerait une alternative à l’avortement aux femmes enceintes en difficulté ». Il assure que cette proposition de loi crée « un précédent dangereux, et pour la liberté d’internet, et pour la liberté de conscience » : « Il est clair que les principes démocratiques sont réduits à la pensée unique d'un Etat totalitaire ».

    Enfin, Gian Luigi Gigli dénonce « l’humiliation » faite aux femmes : « En plus de la liberté démocratique, la liberté même des femmes qui comptent avorter est humiliée, puisque l’accès aux informations est la base d’un choix pleinement libre et éclairé. En effet, en vertu de la nouvelle proposition de loi, on souhaite interdire aux femmes désirant s’informer sur l’Ivg l'accès à toute information autre que celle compatible avec le relativisme moral de l'Etat laïque, imitant ainsi la désinformation de l’époque soviétique. »

    Et de conclure : « Si nous ne voulons pas que, tôt ou tard, cette graine prenne racine en Italie, il est temps que la protestation de ceux qui aiment la liberté se lève. »

    (Gènéthique)