Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Saint Pierre d’Alcantara

    Le soldat, ministre de leur vengeance, arrive donc la lance à la main, et la plonge avec force dans la poitrine nue du Sauveur. La croix fut ébranlée en l'air par la violence du coup, et du côté entr'ouvert du Sauveur, il sortit de l'eau et du sang qui guérissent les péchés du monde. Ô fleuve qui sors du paradis et qui arroses de tes eaux toute la surface de la terre ! Ô plaie du précieux côté du Sauveur, faite bien plus par son amour pour les hommes que par le fer de la lance cruelle ! Ô porte du ciel, entrée du paradis, lieu de rafraîchissement, tour inexpugnable, sanctuaire des justes, sépulture des pèlerins, nid des colombes simples, et lit fleuri de l'épouse des Cantiques ! Je te salue, plaie du précieux côté, qui t'imprimes dans les cœurs dévots, blessure qui blesses les âmes des justes, rose d'ineffable beauté, rubis d'inestimable valeur, entrée du cœur de Jésus-Christ, témoignage de son amour et gage de l'éternelle vie !

    Extrait de la deuxième série de méditations, pour le samedi, du Traité de l’Oraison et de la Méditation.

  • Saint Luc

    « J’ai décidé, moi aussi, après m’être informé soigneusement de tout, depuis les origines. » Luc insiste et répète que ce qu’il va écrire, il ne le tient pas des on-dit, mais qu’il s’est personnellement informé depuis les origines. Aussi, à juste titre, l’apôtre Paul fait son éloge en ces termes : « Luc, dont la louange en ce qui concerne l’évangile est répandue dans toutes les Églises » (2 Co 8, 18). On ne le dit d’aucun autre, mais on le rapporte au sujet de Luc.

    « J’ai décidé, moi aussi, après m’être informé soigneusement de tout, depuis les origines, d’en écrire pour toi l’exposé suivi, excellent Théophile. » On pourrait penser que c’est pour un personnage nommé Théophile qu’il a écrit l’évangile. Vous tous qui écoutez mon discours, si vous êtes des hommes vraiment aimés de Dieu, vous aussi, vous êtes également des « théophiles » et c’est pour vous que l’évangile est écrit. Si quelqu’un est « théophile », lui aussi est à la fois très bon et très fort, comme l’exprime de la manière plus nette le mot grec κράτιστος (kratistos). Aucun Théophile n’est faible et, de même qu’il est écrit du peuple d’Israël, à sa sortie d’Égypte, « qu’il n’y eut pas dans ses tribus d’homme faible » (Psaume 104), de même oserai-je dire : tout homme qui est théophile est fort ; il tient sa force et sa vigueur de Dieu et de sa Parole, il peut ainsi connaître « la vérité des paroles qui l’ont instruit », comprenant la parole de l’Évangile dans le Christ « à qui appartiennent la gloire et la puissance dans les siècles des siècles. Amen. »

    Fin de la première homélie d’Origène sur saint Luc, traduction des Sources chrétiennes. Nous n’avons plus le texte grec d’Origène. Le texte latin est la traduction réalisée par saint Jérôme. La note sur « kratistos » est évidemment de saint Jérôme, dont le texte est plus clair que la traduction française. Parce que, dans le texte latin de l’évangile, « kratistos » est traduit par « optime », puisqu’il s’agit de vanter non la force physique mais l’excellence morale et intellectuelle de Théophile. C’est ce mot « optime » que reprend saint Jérôme ensuite, et il aurait fallu garder « excellent » au lieu de mettre « très bon » : tout théophile (aimé de Dieu) est « excellent et fort » comme Théophile.

    La doxologie finale vient de la première épître de saint Pierre, et elle conclut toutes les homélies d’Origène sur saint Luc, comme une forte affirmation de la divinité du Christ. Puisque la gloire et la puissance appartiennent à Dieu, et que « la puissance (kratos) de Dieu n’est autre que le Christ Seigneur » (Origène, première homélie sur l’Exode).

  • Stratégie

    mail-1050x600.png

    Bien sûr. La femme voilée de noir qui était venue au conseil régional de Dijon, après avoir clamé « Ils ont détruit ma vie » (la photo prise précisément après l’intervention de Julien Odoul montre le degré de traumatisme), porte plainte.

    Deux plaintes. Une pour « violences commises en réunion par personnes dépositaires de l'autorité publique sur mineur et majeur à caractère racial ». Sic. Une autre pour « provocation publique à la haine raciale par des élus ». Re-sic.

    Derrière Fatima il y a bien sûr le célèbre « Collectif contre l’islamophobie en France ».

    Le pire est qu’il risque d’y avoir des juges pour donner suite à ce délire. Tant qu’on peut condamner les fachos…

    Pourtant, alors qu’on a toujours stigmatisé le Front national comme n’étant pas « républicain », c’est Fatima qui clame : « Aujourd’hui, j’ai une opinion négative de ce qu’on appelle la République. » La justice de la République va-t-elle donner raison à quelqu’un qui a une opinion négative de la République ?

    En tout cas, ces plaintes apportent la preuve que le foulard est bel et bien l’étendard de l’islam. C’est pourquoi le sien est noir : c’est l’étendard des islamistes, auquel il ne manque que le logo de l’Etat islamique.

    Cela dit, je suis toujours d’accord avec ce que disait Jean-Marie Le Pen : il ne faut pas interdire le voile, parce que ça permet de voir la progression de l’islamisation au lieu de vouloir la cacher. Par exemple à Dijon…

  • Pauvre type

    On pourrait croire qu’il est nazi, d’autant qu’il est biologiste, mais il est seulement une de ces nullités en surpopulation au Palais Bourbon. Il s’appelle Philippe Vigier. A la tribune de l’Assemblée, il a martelé, dans un discours écrit : « Il faut traquer, oui je dis "traquer", les embryons porteurs d’anomalies chromosomiques. »

    Cette profession de foi d’un eugénisme radical a tout de même suscité quelques réactions, signe que la société n’est pas encore complètement mûre pour un eugénisme d’Etat digne du troisième Reich. Philippe Vigier s’est fendu d’un petit mot d’excuse envers certains, mais d’autres, notamment des « porteurs d’anomalies chromosomiques », attendent toujours.

    Si l’on creuse un peu, il est vraisemblable que le nègre de Philippe Vigier a simplement trouvé malin de reprendre au compte de son patron une expression trouvée chez les défenseurs des handicapés, de ceux qui précisément depuis des mois se battaient contre un nouveau projet de « traque », disaient-ils, des embryons porteurs d’anomalies chromosomiques dans le projet de loi dit par antiphrase de bioéthique.

    Il est significatif que le député ait proclamé, avec un accent de conviction qu’il ne peut pas avoir, cette horreur qui lui paraissait naturelle.

    Si je me permets d’évoquer l’absence de convictions du personnage, ce n’est pas par procès d’intention. On peut déjà constater qu’il est « président » du groupe « Libertés et Territoires » (sic) : un groupe de 19 députés plus ou moins membres ou dissidents de 6 partis, du centre et de gauche, et de Pè a Corsica qui représente 3 partis… Mais surtout ce député, qui vient de voter la loi dite de bioéthique (bien qu’on ait abandonné le renforcement de la traque des embryons), faisait campagne il y a deux ans contre le projet de « PMA pour toutes », et avec cette conviction qu’il affiche dans la traque des embryons : « Je suis fermement opposé à cette évolution que je combattrai. »

    Souvent l’élu du peuple varie… (Toujours dans le même sens, celui du vent dominant.)

  • Sainte Marguerite-Marie

    Screenshot_2019-10-16 Recueil des écrits de la vénérable Mère Marguerite-Marie.png

    Screenshot_2019-10-16 Recueil des écrits de la vénérable Mère Marguerite-Marie(3).png

    Screenshot_2019-10-16 Recueil des écrits de la vénérable Mère Marguerite-Marie(4).png

    Screenshot_2019-10-16 Recueil des écrits de la vénérable Mère Marguerite-Marie(5).png

    Screenshot_2019-10-16 Recueil des écrits de la vénérable Mère Marguerite-Marie(6).png

  • Les blancs sont cruels

    Il n’y a pas que l’infanticide en Amazonie. Il y a aussi l’euthanasie. Qu’il faut respecter comme il faut respecter la coutume de confier le nouveau-né qui a un défaut ou un jumeau à Mère Terre. Car la culture amazonienne est un tout, une harmonie parfaite « entre générations, avec la nature, dans le dialogue avec les esprits », comme le dit si bien l’Instrumentum laboris du synode (n.75).

    Mgr Félix Adriano Ciocca Vasino est l’évêque de São Félix do Araguaia. Samedi dernier, il a déclaré, imperturbable :

    « Mes indios me disent que les blancs sont cruels parce qu’ils laissent vivre les vieux qui ne sont plus autosuffisants. Et qu’ainsi ils contraignent l’esprit des vieux à rester enchaîné à leur corps. Et leur esprit, ainsi enchaîné, ne peut pas répandre ses bénéfices sur le reste de la famille ».

  • Leur République

    Le maire Vert de Grenoble a annoncé hier matin sur BFM et RMC (à l’émission vedette de Bourdin) que pour voter aux prochaines municipales il suffira d’avoir « une adresse à Grenoble » et que « l'élection sera ouverte à tous les résidents, quel que soit leur statut. »

    Autrement dit les immigrés clandestins, et d’ailleurs plus généralement tous ceux qui n’ont pas le droit de vote, pourront voter.

    J’ai beau chercher, je ne vois toujours aucune réaction de responsables politiques face à ce maire qui se vante de violer la loi et les règles de la démocratie.

  • C’est une obsession

    Le traditionnel concert de Noël du Vatican se tiendra samedi 14 décembre en salle Paul VI, et aura pour thème «Faisons réseau pour l’Amazonie», en écho au synode dédié à la même question.

    Sauf qu’on ne voit pas du tout en quoi cette enfilade de chansons de pizzeria (dans le meilleur des cas) a un rapport avec l’Amazonie. Ou avec l’Eglise, d’ailleurs.

  • Sainte Hedwige

    Deus, qui beatam Hedwigem a sæculi pompa ad humilem tuæ Crucis sequelam toto corde transire docuisti : concéde ; ut ejus meritis et exemplo discamus perituras mundi calcare delicias, et in amplexu tuæ Crucis omnia nobis adversantia superare : Qui vivis et regnas…

    O Dieu, de qui la bienheureuse Hedwige apprit à passer généreusement du sein des pompes du siècle en l’humble voie de votre croix ; faites que, par ses mérites et à son exemple, nous apprenions à fouler aux pieds les délices périssables du monde et à surmonter, en embrassant votre croix, tout ce qui nous est contraire.

    Le monastère cistercien de Trzebnica où vécut sainte Hedwige, devenu sanctuaire de sainte Hedwige, avec son tombeau.

    32355.jpg

    beautiful-church.jpg

    kaplica-sw-jadwigi-slaskiej-w-trzebnicy-fot-mmazurkiewicz.jpeg

    z21789154Q,Sanktuarium-sw--Jadwigi-w-Trzebnicy.jpg

    Bien que le monastère soit baroque, il reste un tympan roman, où l’on voit David, Bethsabée et Salomon.

    z21789170Q.jpg

    Portal_zachodni_Dawidowy_Trzebnica_372970.jpg

    Portal_zachodni_Dawidowy_Trzebnica_372972.jpg

    *

  • Ils n’ont pas honte…

    Quand la fanfare royale saoudienne interprète l’hymne russe. Incroyable mais vrai.