Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Lundi de Pâques

    Allelúia, allelúia. Angelus Dómini descéndit de cælo : et accédens revólvit lápidem, et sedébat super eum.

    Alléluia, alléluia. Un Ange du Seigneur descendit du ciel et s’approchant il renversa la pierre et s’assit dessus.

    lundi Pâques.png

    Une pièce de plain chant pittoresque, avec l’ange qui descend (la gamme) et la pierre qui roule (en torculi), ce motif étant annoncé dès le jubilus, et repris à la fin.

    Au concert des maîtres de chœur du 29 juillet 1980 à Fontevraud, sous la direction du chanoine Jean Jeanneteau :


    podcast

    Cet ange du Seigneur, qui est présent deux fois dans cette messe (il est aussi à l’offertoire), et qui était déjà à la messe de la vigile, est l’unique personnage de toutes les antiennes du jour de Pâques (et dans le premier répons des matines) et donc de tous les offices du jour pendant cette semaine…

    29749736_1576941422354789_3514931141068886754_o.jpg

    Sur cette peinture de Théophane le Crétois (1527), dans le monastère Saint-Nicolas des Météores, on voit bien l’ange assis sur la pierre, mais on ne voit pas trop comment il aurait pu la rouler… Evidemment l’iconographe s’inscrit dans la plus pure tradition (du tombeau identique à la crèche de la nativité), y compris quant à l’intérieur : on y voit le Linceul (de Turin) et la coiffe (de Cahors).

    • L’évangile du jour est celui des pèlerins d’Emmaüs, en inclusion.

    • Et les pèlerins d’Emmaüs sont présents tout au long du temps pascal.

  • Pâques

    La liturgie pascale byzantine répète inlassablement, dans un enthousiasme extatique, le même tropaire :

    Χριστός Ανέστη εκ νεκρών,
    θανάτω θάνατον πατήσας
    και τοις εν τοις μνήμασιν, ζωήν χαρισάμενος.

    Christos anesti ek nekron,
    thanato thanaton patissas,
    ke tis en dis mnimassi zoïn kharissamenos.

    Al Massih.png

     

     

     

     

    Al Massihou qam min bayni’l-amouat,
    oua ouati’ al-maout bi’l-maout,
    oua ouahab al-hayata, lil-ladhina fi’l-qoubour.

    Le Christ est ressuscité des morts, par sa mort il a foulé aux pieds la mort, à ceux qui sont dans les tombeaux il a donné la vie.

    Voici le début de la divine liturgie de Pâques, hélas sans indication de lieu ni de date, ni surtout des chantres, avec des images désagréables, mais le chant est typique de la liturgie de l’Eglise grecque catholique melkite.

    Après la doxologie qui se conclut par Amen, le tropaire est chanté une première fois en grec. Ensuite :

    Premier verset du psaume 67 en arabe : Que Dieu se lève et que ses ennemis se dispersent, que ses adversaires fuient devant sa face.

    Tropaire de la Résurrection en arabe.

    Deuxième verset du psaume 67 : Comme se dissipe la fumée, qu’ils se dissipent, comme fond la cire devant le feu.

    Tropaire de la Résurrection en grec.

    Troisième verset du psaume 67 : Ils périssent, les impies, en face de Dieu, mais les justes jubilent devant la face de Dieu.

    Tropaire de la Résurrection en arabe.

    Quatrième verset du psaume 67 : Voici le jour que fit le Seigneur, pour nous allégresse et joie.

    Tropaire de la Résurrection en grec.

    Doxologie en arabe.

    Tropaire de la Résurrection en grec.

    *

    Pendant le temps pascal en Orient, pour se saluer on dit :

    - Le Christ est ressuscité !
    - Il est vraiment ressuscité !

    - Christos anesti !
    - Alithos anesti !

    - Al Massih qam !
    - Haqqan qam !

  • Samedi saint

    Le texte du troisième répons des matines (des « Ténèbres ») évoque la mort du Christ comme en parle Isaïe au début de son chapitre 57 (dans la version de la Septante). Le verset est pris quant à lui du chapitre 53.

    ℟. Ecce quómodo móritur justus, et nemo pércipit corde: et viri justi tollúntur, et nemo consíderat: a fácie iniquitátis sublátus est justus: * Et erit in pace memória ejus.
    . Tamquam agnus coram tondénte se obmútuit, et non apéruit os suum: de angústia et de judício sublátus est.
    ℟. Et erit in pace memória eius.
    ℟. Ecce quómodo móritur justus, et nemo pércipit corde: et viri justi tollúntur, et nemo consíderat: a fácie iniquitátis sublátus est justus: * Et erit in pace memória eius.

    Voilà comment meurt le juste, et personne ne le perçoit en son cœur : et les hommes justes sont emportés, et personne n’y fait attention : c’est à la face de l’iniquité que le juste a été emporté : et en paix sera sa mémoire. Comme un agneau devant ceux qui le tondent il s’est tu, et il n’a pas ouvert la bouche. il a été enlevé dans l’angoisse et le jugement.

    chant_img.png

    Par les maîtres de chœur réunis à Sénanque sous la direction du chanoine Jean Jeanneteau, le 26 juillet 1977. Chef-d’œuvre absolu.


    podcast

  • Vendredi saint

    La troisième partie (adoration de la croix, impropères, Crucem tuam, Pange lingua), à En-Calcat (1955).

    Le texte et la traduction sont ici.

    Screenshot_2019-04-16 Vendredi Saint.png

    Screenshot_2019-04-16 Vendredi Saint(1).png

    Screenshot_2019-04-16 Vendredi Saint(2).png

    La partition des impropères est ici.

    *

    « Al Yaoum » chez les grecs-catholiques melkites.

    Vendredi saint en Corse.

    Un répons ambrosien.

  • Jeudi saint

    Dóminus Jesus, postquam cœnávit cum discípulis suis, lavit pedes eórum, et ait illis : Scitis, quid fécerim vobis ego, Dóminus et Magíster ? Exemplum dedi vobis, ut et vos ita faciátis.

    Le Seigneur Jésus, après la cène avec ses disciples, leur lava les pieds et leur dit : Savez-vous ce que je viens de faire, moi qui suis votre Seigneur et votre Maître ? Je vous ai donné l’exemple, afin que vous fassiez de même.

    L’antienne de communion évoque le lavement des pieds, établissant ainsi directement le lien entre l’institution de l’eucharistie et le « Mandatum ».

    C’est d’abord un récit, orné comme il se doit sur Dominus Jesus, puis sur le mot important du jour : coenavit. Le chant devient très solennel quand c’est Jésus qui s’exprime, et souligne qu’il est le Seigneur et le Maître.

    Screenshot_2019-04-15 GregoBase - Dominus Jesus.png

    La voici d’abord par les Cantores in Ecclesia, chœur fondé dans les années 80 à Portland, Oregon, par Dean Applegate, « pleinement dédié à la préservation et à la promotion du chant grégorien et de la polyphonie sacrée en contexte liturgique dans la messe latine de l’Eglise catholique », en résidence à l’église Saint-Etienne de Portland.

    Puis par les moines de Ligugé (1958), avec les quatre premiers versets du psaume 22 (Dominus regit me et nihil mihi deerit).


    podcast

    Puis par les moines de Montserrat, dans une version légèrement différente, avec le psaume 150 (Laudate Dominum in sanctis ejus).


    podcast

  • Brexit

    Screenshot_2019-04-17 Brexit Party led by Nigel Farage on course for shock win in EU elections, poll finds.png

    Nigel Farage avait dit qu’il lancerait un nouveau parti si le Brexit était retardé (et s’il risquait donc d’y avoir des élections européennes). Il a lancé son « Parti du Brexit » vendredi dernier. Le sondage Yougov publié aujourd’hui le met en tête des intentions de vote, à… 27%, devant les travaillistes (22%) et les conservateurs (15%). Nigel Farage siphonne son ancien parti, l’Ukip, qui tombe à 7% alors qu’il était à 14 auparavant.

    L’Ukip avait remporté les dernières européennes avec 26,6% des voix. On constate que pour l’heure si on ajoute les intentions de vote de l’Ukip et du parti du Brexit on arrive à 34%. (Sachant aussi que 12% des Britanniques favorables au Brexit ont l’intention de voter pour les conservateurs.)

    Les européistes ne vont pas apprécier…

  • Nés vivants et dépecés

    Les députés de Caroline du Nord ont voté lundi (65 contre 46) une proposition de loi sénatoriale imposant aux médecins et infirmières de soigner les bébés nés vivants après un avortement tardif, comme tout nouveau-né, sous peine de sanctions pénales. Les sénateurs ont voté le texte hier (28-19). Mais un porte-parole du gouverneur (démocrate) a laissé entendre que celui-ci ne la signerait pas : « Cette législation inutile criminaliserait les médecins pour une pratique qui n'existe tout simplement pas. » Sic.

    Deux textes similaires sont actuellement discutés par les parlementaires du Texas. Le texte sénatorial a été adopté la semaine dernière par 21 sénateurs contre 10, le texte des députés hier par 93 contre… 1 (et 50 abstentions).

    Contrairement à ce que prétend le porte-parole du gouverneur de Caroline du Nord, c’est une pratique qui existe, ou en tout cas qui existait lorsque le Center for Medical Progress avait diffusé des vidéos montrant que le Planning familial faisait commerce de membres et de tissus de bébés avortés, et dans certains cas prélevés sur des fœtus nés vivants. Le scandale avait conduit à la création de deux commissions d’enquête du Congrès des Etats-Unis, qui avaient confirmé les choses. Quelques poursuites judiciaires avaient été lancées, dont une contre un médecin spécialiste des « avortements tardifs » et soupçonné d’avoir tué des bébés nés vivants.

  • En Egyte

    Le Parlement égyptien a approuvé hier à une très large majorité un amendement à la Constitution permettant au maréchal président Abdel Fattah al-Sissi de rester au pouvoir jusqu'en… 2030.

    Le nouvel article 140 permet ainsi de faire passer le deuxième mandat de Sissi, réélu l’an dernier, de quatre à six ans, portant ainsi son terme à 2024. Et il pourra se représenter en 2024 pour un mandat de six ans.

    Nombre de « défenseurs des droits de l’homme » (en Occident) crient leur indignation.

    Mais c’est ce qui peut arriver de mieux à l’Egypte. Et particulièrement aux coptes.

    Ce que confirmera sans aucun doute le référendum qui va être organisé.

  • En Inde

    La Haute Cour de Bombay a ordonné aux territoires de Dadra et Nagar et de Daman et Diu de rétablir le vendredi saint comme jour férié.

    Il s’agit de deux fois deux petits territoires de la côte ouest, anciennes colonies portugaises, où les autorités avaient fait du vendredi saint un jour férié seulement optionnel.

    Mgr Mascarenhas, le secrétaire de la conférence épiscopale indienne, explique que la décision des autorités de ces territoires créait un dangereux précédent, qui pouvait inciter d’autres Etats de l’Inde à prendre la même décision. « Le droit de professer sa foi en Inde a été réaffirmé. Le contraire aurait été impensable, dans un pays fondé sur la nature laïque de l’Etat. »

    Euh… Vous ne pourriez pas venir en France expliquer tout cela à notre classe politique ?