Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La « débâcle » de l’objectivité

    La gauche a remporté les municipales à Milan, et conserve la mairie de Naples. Titre de l’agence Reuters :

    "La gauche gagne à Milan et Naples, débâcle pour Berlusconi".

    C’est à peu près comme si on titrait :

    La gauche gagne à Marseille et Lyon, débâcle pour Sarkozy.

  • Anvers : la moitié des élèves sont musulmans

    Dans les écoles primaires d’Anvers, les parents peuvent choisir entre les six religions reconnues ou la morale laïque. Cette année, 4.890 élèves sur 10.743 ont choisi l’islam. Soit 45,5%. Ce qui représente une augmentation de 12% par rapport à l’année scolaire 2007/2008.

    Le problème d’arithmétique du jour : en quelle année la charia sera-t-elle appliquée à Anvers ?

    (Via F.Desouche)

  • Une belle initiative de Mgr Sako

    Mgr Louis Sako, archevêque chaldéen de Kirkouk, a organisé ce matin une prière à Notre Dame pour la fin des violences en Irak.

    Il avait réuni dans sa cathédrale (où de nombreuses musulmanes viennent prier Marie) des représentants de l’islam sunnite et de l’islam chiite, des communautés arabe, kurde et turkmène, le vice-gouverneur, le maire, le chef de la police, le chef de l’armée, et des dirigeants des partis politiques. Il y avait aussi la famille du dernier chrétien assassiné à Kirkouk (en fait l’avant-dernier, car un autre a été tué hier). La cathédrale était pleine, de chrétiens et musulmans, sans distinction.

    Un diacre a chanté l’évangile de l’Annonciation, et un imam a chanté la sourate Maryam.

    Une prière à la Vierge Marie pour la paix et la sécurité a été lue par des femmes en arabe, kurde, turkmène et syriaque.

    A l’issue de la cérémonie, un imam chiite turkmène, un imam sunnite, un imam kurde et l’archevêque ont lâché des colombes.

    (NB. Je sais parfaitement que la sourate Maryam est antichrétienne, et a priori je suis hostile à ce genre de cérémonies. Je prie seulement mes lecteurs de réfléchir un peu avant de réagir. Je crois que Mgr Sako a marqué là un point important vis à vis des musulmans de Kirkouk.)

     
  • Nouvelle évangélisation, même mission

    Extrait du discours de Benoit XVI aux participants à la première assemblée générale du Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation :

    La crise que nous vivons porte avec elle les signes de l'exclusion de Dieu de la vie de la population, une indifférence générale à la foi chrétienne, allant jusqu'à la tentative de la marginaliser de la vie publique.

    Dans les dernières décennies, il était encore possible de trouver un sens général chrétien qui unifiait le sentiment commun de générations entières ayant grandi à l'ombre de la foi qui avait façonné la culture. Aujourd'hui malheureusement, on assiste à la tragédie de la fragmentation, qui ne permet plus d'avoir une référence unifiante; en outre, on voit souvent le phénomène de personnes qui souhaitent appartenir à l'Église, mais sont fortement influencées par une vision de la vie en contradiction avec la foi.

    Proclamer Jésus-Christ, l'unique Sauveur du monde, semble aujourd'hui plus complexe que dans le passé, mais notre tâche demeure la même qu'à l'aube de notre histoire. La mission n'a pas changé, de même que n'ont pas changé l'enthousiasme et le courage que montrèrent les Apôtres et les premiers disciples. Le Saint-Esprit qui les poussa à ouvrir les portes du Cénacle, faisant d'eux des évangélisateurs (cf. Actes 2:1-4), est le même Esprit qui anime l'Eglise d'aujourd'hui pour une annonce renouvelée d'espérance au peuple de notre temps.

  • Mardi des Rogations

    Pour nous qui nous faisons gloire de la simplicité de notre foi, qui attendons tout de Dieu et rien de nous-mêmes, qui nous reconnaissons pécheurs et indignes de ses dons, nous implorerons, durant ces trois jours, le pain de sa pitié, et nous dirons avec la sainte Église : « Daignez donner et conserver les fruits de la terre : Seigneur, nous vous en supplions, exaucez-nous ! » Qu’il daigne exaucer cette fois encore le cri de notre détresse ! Dans un an nous reviendrons lui adresser la même demande. Marchant sous l’étendard de la croix, nous parcourrons encore les mêmes sentiers, faisant retentir les airs des mêmes Litanies, et notre confiance se fortifiera de plus en plus, à la pensée que, par toute la chrétienté, la sainte Église conduit ses enfants dans cette marche aussi solennelle qu’elle est suppliante. Depuis quatorze siècles, le Seigneur est accoutumé à recevoir les vœux de ses fidèles à cette époque de l’année ; nous ne voudrons plus désormais atténuer les hommages qui lui sont dus, et nous ferons nos efforts pour suppléer, par l’ardeur de nos prières, à l’indifférence et à la mollesse qui s’unissent trop souvent, pour faire disparaître de nos mœurs tant de signes de catholicité qui furent chers à nos pères.

    Dom Guéranger

    C’est aussi aujourd’hui la fête de la Bienheureuse Vierge Marie Reine, inventée par Pie XII en 1954.

  • L’Allemagne renonce à l’énergie nucléaire

    Le gouvernement allemand annonce que tous les réacteurs nucléaires seront fermés d’ici 2022.

    L’énergie nucléaire représente actuellement 23% de la consommation d’électricité en Allemagne.

    Le ministre de l’Environnement Norbert Röttgen voit dans cette décision « définitive » une grande opportunité pour la technologie allemande, et l’économie du pays : « Si nous pouvons gérer ce processus de manière intelligente, nous pourrons accroître la compétitivité de l’Allemagne », a-t-il récemment déclaré au Financial Times.

  • Le quart d’heure de célébrité

    A l'avenir tout le monde sera célèbre pendant quinze minutes, disait Andy Warhol. Et de nombreuses émissions de télévision sont là pour ça. Le problème est que le fugitivement célèbre ne décide pas de sa catégorie de célébrité, et qu’il en est parfois mécontent…

    Ainsi le président breton du club Dream Tuning croyait passer à la télé pour parler de sa passion, qu’il partage avec son fils, pour le tuning.

    Or l’émission était intitulée : "Au secours, mon mari est un macho".

    Et le monsieur n’est pas content. Et la dame non plus, d’ailleurs.

    C'est sur Ouest France.

  • Bravo

    Alors que la Russie a été condamnée en octobre dernier par la Cour européenne des droits de l’homme pour l’interdiction de la Gay Pride à Moscou les années précédentes, la mairie de Moscou a de nouveau interdit le défilé d’exhibition homosexuelle. Comme d’habitude, le (tout petit) groupuscule homosexualiste moscovite a quand même manifesté. Comme d’habitude, il s’est fait ramasser (sans ménagement) par la police : ils étaient 18, dont deux activistes américains et le Français Louis-Georges Tin (inventeur de la Journée mondiale contre l’homophobie, et auteur d’un livre où il explique que l’hétérosexualité est une construction culturelle de l’Occident chrétien).

  • Bémol

    Quand on parlera de l’île catholique de Malte, il faudra désormais mettre un sérieux bémol. Car ces 95% de catholiques ont voté à 53% contre une loi de l’Eglise qui est en fait un commandement de Dieu : que l’homme ne sépare pas ce que Dieu a uni.

    Il n’y a plus qu’aux Philippines que le divorce reste interdit (et… au Vatican).

  • Flop

    Ce fut un grand événement dans le petit monde tradi que le départ du chanoine Escher de l’Abbaye Saint Maurice pour Ecône, l’été dernier. Du côté de la Fraternité Saint Pie X, et surtout de ses adeptes, ce n’était que communiqués de victoire et cris de joie.

    Le chanoine Escher a quitté la Fraternité Saint Pie X, depuis au moins un mois. Et aussi la prêtrise…

    (Je découvre cela par le Forum catholique, qui fait référence à un article récent de Golias. Mais je constate que le Suisse romain l’avait déjà dit le 5 mai.)

  • La curieuse attitude du pape envers l’Institut Pontifical de Musique Sacrée

    L’Institut Pontifical de Musique Sacrée fête son centenaire, par un important congrès. Il devait y avoir une audience du pape, et une lettre apostolique. Puis on a fait savoir qu’il n’y aurait pas d’audience, ni de lettre apostolique, mais seulement un message du pape. Lequel n’a même pas été rendu public par la salle de presse du Saint-Siège et n’a pas été cité par Radio Vatican…

    Sandro Magister se penche sur cette attitude insolite, et conclut :

    « Il est désormais évident que Benoît XVI, en sélectionnant de manière drastique ses engagements, a renoncé à agir et à prendre des décisions en ce qui concerne la musique sacrée.

    « Mais il est également trop clair, désormais, que ceux qui décident à sa place dans ce domaine – à la secrétairerie d’État comme à la préfecture de la maison pontificale ou ailleurs – agissent souvent de manière différente et parfois opposée à ce que pense le pape.

    « Une fois cet écart constaté, ce qui reste incompréhensible, c’est pourquoi le pape Benoît XVI le tolère.

    « Autrement dit, ce qui reste incompréhensible, c’est pourquoi il a décidé de renoncer à quelques décisions opérationnelles simples pour lesquelles il était et il est pleinement libre de son choix, dans un domaine comme celui-ci, qu’il considère comme tellement crucial et à propos duquel il a des idées tellement claires. Et pourquoi il a abandonné ces décisions à des hommes qui, au vu de ce qu’ils font, ne l’aident certainement pas dans son effort pour rendre de la lumière et de la "splendeur de la vérité", y compris musicale, à la liturgie catholique. »

  • Lundi des Rogations

    C’est encore à l’Apôtre saint Jacques le Mineur que la sainte Église emprunte l’Épître aujourd’hui ; et l’on ne saurait trop admirer l’à-propos que présentent les paroles de l’écrivain inspiré. L’une des fins de l’institution des Rogations est d’obtenir de la bonté de Dieu la température convenable pour les fruits de la terre, et saint Jacques nous montre, par l’exemple d’Élie, que la prière peut rendre le ciel serein, ou en faire descendre une pluie fécondante.

    Imitons la foi du prophète, et recommandons au Seigneur les moissons, qui ont tant besoin encore de sa bonté pour arriver à leur maturité, et pour échapper aux fléaux qui pourraient fondre sur elles. Un autre but des Rogations est d’obtenir la rémission des péchés. Si nous prions avec ferveur pour nos frères qui sont égarés, nous obtiendrons en leur faveur des miséricordes particulières. Nous ne connaîtrons peut-être pas en ce monde ceux que notre prière, unie à celle de la sainte Église, aura retirés de la voie du péché ; mais l’Apôtre nous apprend que notre charité recevra la plus précieuse récompense, l’effusion de la miséricorde de Dieu sur nous-mêmes. (…)

    Le choix des lectures de la sainte Écriture dans la Liturgie est un enseignement permanent et toujours à propos : on a dû le reconnaître jusqu’ici. En ces trois jours où il s’agit de fléchir le ciel offensé, rien n’était plus nécessaire que de faire bien comprendre aux chrétiens le pouvoir qu’exerce sur Dieu lui-même l’insistance dans la prière. Les Litanies qui ont été chantées dans le cours de la Procession nous offrent un modèle de cette sainte obstination dans la prière. Nous n’avons cessé de répéter : « Seigneur ! Ayez pitié ; délivrez-nous, Seigneur ! Nous vous en supplions, exaucez-nous ! » En ce moment la médiation de notre divin Agneau pascal offert sur l’autel se prépare, et dans peu d’instants il joindra à nos faibles vœux son entremise toujours efficace.

    Muni d’un tel gage, nous nous retirerons, assurés de n’avoir pas prié en vain. Prenons donc aussi la résolution de ne plus nous tenir éloignés de la sainte Église dans ses pratiques, et de préférer toujours la prière faite avec elle à toute autre que nous offririons à Dieu en notre particulier, dans les jours où cette Épouse du Sauveur, cette mère commune, veut bien nous convier à prendre part aux devoirs de supplication que, dans notre intérêt, elle rend à son céleste Époux.

    Dom Guéranger

    C’est aussi, en France, la fête liturgique de sainte Jeanne d’Arc.

  • 5e dimanche après Pâques

    « Si vous demandez quelque chose à mon père en mon nom, il vous le donnera. »

    Demander au Père au nom du Christ : on a là ce qui sera le schéma de la grande majorité des oraisons de la liturgie. Toutes ces « collectes » sont des prières de demande, à Dieu le Père, par le Christ notre Seigneur. Saint Augustin fait remarquer qu’il faut demander au Père au nom de Jésus-Christ, et qu’il ne faut donc pas se tromper sur ce nom : sur sa signification. Car « celui qui pense de Jésus-Christ ce qui ne doit pas être pensé du Fils unique de Dieu ne demande pas en son nom, bien qu’il ne taise pas les lettres et les syllabes qui forment le nom de Jésus-Christ. » Le nom de Jésus Christ, c’est le vrai Dieu qui s’est fait vrai homme : il est le grand prêtre éternel, l’intercesseur appartenant aux deux natures, et c’est pour cette raison qu’il est le nom par lequel le Père donne ce qu’on lui demande.

  • En Egypte

    Le 19 mai dernier, des centaines de musulmans ont attaqué l’église copte Saint-Abraham, à Ain Chams, faubourg du sud-est du Caire, récemment rouverte par décision du Conseil militaire suprême.

    En conséquence, à l’issue d’une réunion avec les coptes, les autorités islamiques du quartier ont décrété… la fermeture de l’église et l’interdiction de toute cérémonie religieuse copte.

    Il est triste de voir le P. Boulad, pourtant conscient de la menace islamique, et qui en parle clairement à l'occasion, ajouter sa voix à ceux qui font croire à l’Occident que les troubles religieux en général, et celui-ci en particulier, sont le fait de provocateurs à la solde du clan Moubarak.

  • Un politicard parmi d’autres

    Le maire de Nice Christian Estrosi vient d’inaugurer un centre LGBT (« Lesbien Gay Bi Trans »). Le Centre, écrit-il, est « un espace d’accueil et d’informations, culturel et festif, au service de la population lesbienne, gaie, bi et trans ». Il apporte « aux personnes victimes de discriminations ou de harcèlement du type homophobie et transphobie » une assistance psychologique, une assistance juridique, et une assistance médicale.

    Christian Estrosi en profite pour rappeler que depuis 2008 les paires pacsées « peuvent célébrer à Nice la confirmation de leur engagement au cours d’une cérémonie présidée par un élu dans la salle des mariages ».

    Novopress souligne que « c’était en termes très véhéments que Christian Estrosi s’opposait naguère au PACS, dénonçant la pression des lobbies et exaltant le mariage et la famille traditionnelle ».

  • Saint Augustin de Cantorbéry

    Cette fête fut introduite dans le calendrier par Léon XIII, et, dans l’intention de ce grand Pontife, elle était comme un cri d’immense amour et un tendre appel de l’Église Mère à cette glorieuse île Britannique jadis si féconde en saints. Saint Augustin était un moine romain, et il fut envoyé en Angleterre par saint Grégoire le Grand, avec quarante de ses compagnons, pour convertir ce royaume à la foi. Le succès surpassa de beaucoup l’attente du Pape, car Dieu authentiqua la prédication d’Augustin par un si grand nombre de miracles qu’on semblait revenu au temps des Apôtres. Le roi de Kent, Ethelbert, accompagné des grands de sa cour, reçut le baptême des mains du Saint qui, un jour de Noël, baptisa dans un fleuve des milliers de personnes. A ceux qui étaient malades, les ondes baptismales donnèrent la santé du corps en même temps que celle de l’âme. Sur l’ordre de saint Grégoire, Augustin fut consacré premier évêque des Anglais par Virgile d’Arles. Revenu ensuite dans la Grande-Bretagne, il consacra des évêques pour d’autres sièges, et il établit sa chaire primatiale à Cantorbéry où il érigea aussi un célèbre monastère. Il mourut le 26 mai 609 et reçut immédiatement le culte des saints.

    (…)

    Nous ne saurions nous séparer aujourd’hui de saint Augustin sans évoquer la scène suggestive et impressionnante de son premier atterrissage en Angleterre. Tandis que les Barbares mettaient sens dessus dessous l’Italie, brûlaient les églises et massacraient les évêques, Grégoire le Grand décide un coup audacieux. Il envoie ses pacifiques troupes conquérantes dans la lointaine Bretagne, là où les Césars eux-mêmes n’avaient jamais pu établir solidement les aigles romaines. Le groupe psalmodiant des quarante moines missionnaires pose donc, courageux, le pied sur le sol anglais, et en prenant possession au nom de l’Église catholique, il se met en ordre de procession. Le pieux cortège est précédé d’une croix d’argent et d’une image du Divin Sauveur suivies par Augustin et les moines, qui chantent cette belle prière romaine de la procession des Robigalia : Deprecamur te, Domine, in omni misericordia tua, ut auferatur furor tuus et ira tua a civitate ista et de domo sancta tua, quia peccavimus tibi.

    Y eut-il jamais conquête plus pacifique que celle-là ?

    Bienheureux cardinal Schuster

  • Ça ne lui coûte pas cher

    Au G8 de Deauville, Nicolas Sarkozy a promis une aide de 40 milliards de dollars à la Tunisie et à l’Egypte « révolutionnaires ».

    Et « au titre de la France, ce sera un milliard d'euros pour l'Egypte et pour la Tunisie ».

    Les Frères musulmans doivent être très contents.

  • Chrétiens du Pakistan

    Dans la région de Faisalabad (celle de Shahbaz et Paul Bhatti), les deux filles d’un chrétien ont été kidnappées par un riche entrepreneur musulman qui les a forcées à se marier avec lui et à se convertir à l’islam. La police refuse d’ouvrir une enquête, parce que le musulman est une personne respectée et que les accusations contre lui ne peuvent être que fausses : les deux jeunes filles ont fui parce que leur père est un alcoolique qui abusait d’elles… (Ce qui est formellement démenti par ceux qui connaissent la famille.)

    Ce genre d’histoire est hélas devenu banal au Pakistan, remarque le P. John William, prêtre du diocèse, parce que les autorités sont des marionnettes dans les mains des extrémistes. (Il y a seulement quelques jours, une élève infirmière a subi le même sort.)

    D’autre part, une chrétienne de 29 ans a été droguée et violée par des collègues musulmans. Elle a osé porter plainte. Mais la police couvre les violeurs.

    Autre fait de la violence ordinaire : des musulmans ont profané et détruit un cimetière chrétien à Chak Jhumra. Utilisant un tracteur, ils ont labouré les tombes, détruisant les cercueils et dispersant les os à la surface. La police a refusé d’ouvrir une enquête. Mais un musulman a porté plainte contre les chrétiens, affirmant qu’il est le vrai propriétaire du terrain.

  • Le pass contraception en Rhône-Alpes

    IMF_MOYEN_WEB_CHEMIN_1064_1204882116.jpgLe conseil régional Rhône-Alpes a voté à son tour, hier, le pass contraception. Il sera intégré à la carte « M’RA ! » (sic) distribuée aux jeunes de 16 à 25 ans et allonge donc la liste des « bons plans »…

    Le groupe Front national fait remarquer que la majorité des élus du groupe UDC (union de la droite et du centre : UMP, etc.) a voté avec la gauche : 19 ont voté pour le pass contraception, 18 contre.

  • Saint Bède le Vénérable

    Numquam torpebat otio, numquam a studio cessabat ; semper legit, semper scripsit, semper docuit, semper oravit, sciens quod amator scientiae salutaris vitia carnis facile superaret.

    Jamais il ne s’engourdissait dans l’oisiveté, jamais il ne cessait d’étudier. Il lut toujours, il écrivit toujours, il enseigna toujours, il pria toujours, sachant que celui qui aime la science du salut l’emporterait facilement sur les vices de la chair.

  • Une provocation d’Omar el-Béchir

    Après plusieurs semaines de combats sporadiques, l’armée soudanaise a pris samedi la ville d’Abyei, à la frontière entre le Nord et le Sud-Soudan, en violation des accords de paix de 2005. Les habitants ont fui vers le Sud. L’ONU parle de 30.000 à 40.000 déplacés (d’Abyei mais plus encore d’Agok). La communauté internationale a condamné le coup de force et exigé le retrait des troupes du Nord. Le dictateur soudanais Omar el-Béchir a affirmé qu’Abyei était une terre soudanaise du Nord et que ses troupes y resteraient.

    Au moment du référendum au Sud-Soudan, la population d'Abyei devait choisir également par référendum son rattachement au Nord ou au Sud. Mais le scrutin a été annulé, à cause de l’impossibilité de savoir qui est d’Abyei ou non, car c’est une région où il y a beaucoup de nomades.

    Le président du Sud-Soudan, Salva Kiir, a lui aussi demandé au gouvernement de Khartoum de retirer ses troupes de la région d'Abyei, mais a exclu de faire usage de la force. « Nous ne referons pas la guerre, cela ne se produira pas », a-t-il déclaré. Les autorités du Sud-Soudan ne veulent pas que cette provocation d’Omar el-Béchir puisse reporter la proclamation de l’indépendance, le 9 juillet prochain (alors que par ailleurs les négociations entre les deux parties se déroulent normalement).

  • L’UPM a un secrétaire général…

    Youssef Amrani, secrétaire général du ministère marocain des Affaires étrangères, a été nommé hier secrétaire général de l’Union pour la Méditerranée. Il remplace le Jordanien Ahmed Massa'deh, qui avait démissionné en... janvier.

    Alain Juppé a salué « très chaleureusement » cette nomination, et s’est fendu d’un communiqué pour dire notamment : « Nous comptons sur M. Amrani pour mettre en oeuvre des projets de coopération à même d’accompagner les réformes et les mouvements à l’œuvre au Sud de la Méditerranée. »

    Mais l’UPM a fait la preuve, tout particulièrement ces derniers mois, qu’elle n’a aucune existence.

    A priori, Nicolas Sarkozy en est toujours l’un des deux co-présidents, alors qu’il ne devait plus l’être à partir de 2009. Mais il n’a plus de co-président depuis que son ami Moubarak a des soucis…

  • Les violations de la liberté religieuse… en Espagne

    Le président de l’Association civile des avocats chrétiens (AEAC), Polonia Castellanos, a présenté le 16 mai aux Haut Commissariat des Nations Unies pour les droits de l’homme, à Genève, un rapport sur les atteintes à la liberté religieuse en Espagne.

    L'AEAC dénonce le gouvernement Zapatero pour « violations réitérées, persistantes et manifestes des droits humains liés à la liberté de religion ou de croyance en Espagne ». Il en dénombre 153 depuis 2004.

    L’association demande à l’ONU d’enquêter sur ces faits et de sanctionner le gouvernement espagnol en cas de responsabilité prouvée.

  • Tel est le monde où nous vivons

    Selon une étude de Kantar Média publiée par Stratégies, l’affaire DSK est l’événement qui a été le plus présent dans les médias depuis 2000.

    Défini en 2000, L’UBM est l’unité de bruit médiatique. Entre le 15 et le 22 mai, l’affaire DSK a généré 13 .761 UBM, ce qui est le record absolu. Le tsunami au Japon a représenté moins de 3.000 UBM, l’élection d’Obama 7.000.

    Mais les échos que l’on trouve de cette étude n’évoquent pas les attentats du 11 septembre 2001. L’affaire DSK plus médiatisée que le 11 septembre ? Peut-être bien.

  • « Droite populaire »

    Brigitte Barère, député-maire de Montauban, membre de la « Droite populaire », a suscité un tollé en disant : « et pourquoi pas des unions avec des animaux ? » à propos d’une proposition de loi socialiste sur le mariage homosexuel.

    Elle s’est excusée et a assuré qu’elle était « favorable à tous types de relations sexuelles entre adultes consentants ».

  • Le combat de Jacob avec Dieu

    Hier c’était déjà la quatrième catéchèse de Benoît XVI sur le thème de la prière. Nous pouvons ainsi prendre connaissance, chapitre après chapitre, de ce qui sera à coup sûr un grand livre du pape. Très bref extrait de la catéchèse d’hier sur le combat de Jacob avec Dieu :

    Le texte biblique nous parle de la longue nuit de la recherche de Dieu, de la lutte pour en connaître le nom et en voir le visage ; c’est la nuit de la prière qui avec ténacité et persévérance demande à Dieu la bénédiction et un nouveau nom, une nouvelle réalité fruit de conversion et de pardon.

  • Daoudal Hebdo N° 127

    127.jpg

    Daoudal Hebdo N° 127

     

    Dans ce numéro

     Page 2
    Le retour de l’absinthe ?

     Pages 3 & 4
    Où en est l’agrégation d’histoire…

     Pages 5 & 6
    La guerre laïciste d’une « plateforme » du Parlement européen

     Page 7
    L’affront du Saint-Siège à l’UE

     Page 8
    La théologie du corps
    Dimanche prochain…

    Daoudal Hebdo, BP 16023, 56160 Guémené-sur-Scorff

    abonnement un an 180 € (papier), 100 € (par courriel)
    Abonnement 6 mois noir et blanc : 70 €

    Spécimen gratuit sur simple demande

  • Saint Philippe Neri

    Le saint, aimable et toujours joyeux (1515-1595), l’un des apôtres de Rome, est une des plus belles figures de saint du XVIe siècle. L’amour de Dieu, un amour brûlant qui se communiquait, à leur insu, à ceux qui l’approchaient, forme le trait caractéristique de sa vie. Dans sa vingt-neuvième année, (dans l’octave de la Pentecôte), le feu de l’amour divin enflamma tellement son cœur qu’il fit sauter deux de ses côtes. Cette déchirure ne se guérit jamais et, ainsi, le saint put vivre pendant cinquante ans dans l’ardeur d’un amour qui appartenait déjà plus au ciel qu’à la terre. La tâche de sa vie fut de procurer, pendant un apostolat de cinquante ans à Rome, un renouvellement de la vie religieuse. Il réussit heureusement dans cette tâche. Il eut le mérite de restaurer la pratique de la communion fréquente, qui était tombée en désuétude à Rome et dans toute la chrétienté. C’est ce qui lui mérita de devenir un des saints protecteurs de Rome et l’un des saints les plus populaires. Saint Philippe aimait beaucoup la jeunesse, qui se pressait autour de lui. Ce fut un confesseur très recherché. Il voulut continuer l’efficacité de sa vie sainte en fondant la Congrégation de l’Oratoire. Le but de cette société de prêtres réunis sans vœux est de développer la piété dans le peuple.

    Dom Pius Parsch

  • Encore un qui se plaint que la fête de l’enfer soit antichrétienne…

    On a eu la pétition de ceux qui disent que les groupes antichrétiens n’ont pas leur place à la fête de l’enfer…

    Cette fois c’est un prêtre de Clisson, que cite le Salon Beige. Il ne s’oppose pas à un spectacle de « musique métal », « même si l’appellation de fête de l’enfer ne nous fait pas plaisir », mais aux provocations antichrétiennes.

    Il pourrait se demander si une fête de l’enfer n’est pas, en soi, forcément, une provocation antichrétienne.

  • En Inde, on avorte de plus en plus les filles

    Un nombre croissant de familles indiennes qui ont une fille décident d’avorter lorsque des examens révèlent qu'elles vont avoir une autre fille, selon une étude publiée hier par la revue médicale "Lancet".

    Le recul du nombre de filles est plus important dans les familles les plus riches et instruites. L'étude souligne que la loi de 1996 interdisant de révéler le sexe du fœtus n'est pas réellement appliquée. Le nombre d'avortements sélectifs au détriment des filles est estimé entre quatre et 12 millions entre 1980 et 2010.

    Selon les derniers chiffres du recensement indien, publiés en mars, le pays compte 914 filles de moins de six ans pour 1.000 garçons. Il y a dix ans, le ratio était de 927 pour 1.000.