Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le Pakistan décentralise…

    Le Pakistan a supprimé le ministère fédéral pour les minorités religieuses, qui avait été créé en 2008 et confié à Shahbaz Bhatti.

    Certains parlent d’une deuxième mort de Shabahz Bhatti. En fait d’autres ministères fédéraux sont supprimés, plus importants du point de vue politique : l’alimentation et l’agriculture, la santé, l’environnement, le travail, le développement des femmes et le sport… On se demande plutôt s’il ne s’agit pas d’un sabordage du gouvernement central… Ou d’un recentrage sur les seules fonctions régaliennes, qui ne servent pas à grand-chose au Pakistan…

    En fait on entendait déjà davantage parler du ministre des minorités du Pendjab, Kamran Michael, que du ministre fédéral Akram Gill.

    On rappellera aussi que Paul Bhatti est « conseiller spécial » du Premier ministre pour les affaires des minorités religieuses, et que ce poste, qui semble maintenu, est plus important qu’un ministère fédéral qui n’avait plus aucun moyen.

  • Les prénoms français sont des prénoms chrétiens

    Marine Le Pen sur Youtube :

    "Le fait de donner un prénom français à ses enfants quand on a obtenu la nationalité française ou quand on est d'origine étrangère a été un des éléments qui a extrêmement bien fonctionné dans l'histoire de France pour que l'assimilation se fasse très rapidement, cela a été le cas pour les Italiens, les Portugais, les Espagnols, les Polonais, ils donnaient un prénom français à leurs enfants. C'est un moyen d'assimilation très très efficace, très très performant. Ce n'est plus le cas aujourd'hui : sous prétexte de conserver ou de montrer le lien avec la nationalité d'origine ou la culture d'origine, on donne aux enfants français des noms à consonance étrangère, je pense que ça leur rend la vie probablement plus compliquée, cela freine l'assimilation nécessaire, ça la retarde."

    C’est une façon comme une autre de montrer que ceux qui ne donnent pas des prénoms français le font parce qu’ils veulent donner des prénoms musulmans, et que les prénoms musulmans ne sont pas français. Parce que l’islam n’est pas français. Mais si les lobbies décryptent ainsi le discours, Marine Le Pen sera traitée de raciste…

  • Quelle honte !

    Luc Oursel est devenu aujourd’hui, comme prévu, président du directoire d’Areva,

    C’est donc un mâle blanc qui succède à Anne Lauvergeon. Et voilà Areva, à cause des humeurs de Sarkozy, qui replonge dans le racisme ordinaire…

  • C’est un européiste qui le dit…

    À quoi sert un ministre chargé des affaires européennes ? À rien. Strictement à rien. Nicolas Sarkozy vient d’en offrir une nouvelle fois la preuve en changeant pour la cinquième fois en quatre ans le titulaire d’un poste qui n’est plus qu’une variable d’ajustement des remaniements gouvernementaux.

    Jean Quatremer

  • Le vin de l’amour

    Superbe homélie de Benoît XVI pour la fête des saints Pierre et Paul, 60e anniversaire de son ordination sacerdotale.

    (…) La Parole de Jésus sur l’amitié se place dans le contexte du discours sur la vigne. Le Seigneur associe l’image de la vigne avec la tâche confiée aux disciples : « Je vous ai institués pour que vous alliez et que vous portiez du fruit et un fruit qui demeure » (Jn 15, 16). La première tâche donnée aux apôtres – aux amis - est de se mettre en route, de sortir de soi-même et d’aller vers les autres. Puissions-nous ici entendre ensemble la parole du Ressuscité adressée aux siens, avec laquelle Saint Matthieu termine son évangile : « Allez et enseignez à tous les peuples… » (cf. Mt 28, 19s). Le Seigneur nous exhorte à dépasser les limites du milieu dans lequel nous vivons, à porter l’Évangile dans le monde des autres, afin qu’il envahisse tout et qu’ainsi le monde s’ouvre au Royaume de Dieu. Cela peut nous rappeler que Dieu-même est sorti de Lui-même, Il a abandonné sa gloire pour nous chercher, pour nous donner sa lumière et son amour. Nous voulons suivre le Dieu qui se met en chemin, surpassant la paresse de rester repliés sur nous-mêmes, afin que Lui-même puisse entrer dans le monde.

    Après la parole sur la mise en route, Jésus continue : portez du fruit, un fruit qui demeure ! Quel fruit attend-Il de nous ? Quel est le fruit qui demeure ? Eh bien, le fruit de la vigne est le raisin à partir duquel se prépare par la suite le vin. Arrêtons-nous un instant sur cette image. Pour que le bon raisin puisse mûrir, il faut non seulement du soleil mais encore de la pluie, le jour et la nuit. Pour que parvienne à maturité un vin de qualité, il faut le foulage, le temps nécessaire à la fermentation, le soin attentif qui sert au processus de la maturation. Le vin fin est caractérisé non seulement par sa douceur, mais aussi par la richesse de ses nuances, l’arôme varié qui s’est développé au cours du processus de maturation et de fermentation. N’est-ce pas déjà une image de la vie humaine, et selon un mode spécial, de notre vie de prêtre ? Nous avons besoin du soleil et de la pluie, de la sérénité et de la difficulté, des phases de purification et d’épreuve, comme aussi des temps de cheminement joyeux avec l’Évangile. Jetant un regard en arrière nous pouvons remercier Dieu pour les deux réalités : pour les difficultés et pour les joies, pour les heures sombres et les heures heureuses. Dans les deux cas nous reconnaissons la présence continuelle de son amour, qui toujours nous porte et nous soutient.

    Maintenant, nous devons cependant nous demander : de quelle sorte est le fruit que le Seigneur attend de nous ? Le vin est l’image de l’amour : celui-ci est le vrai fruit qui demeure, celui que Dieu veut de nous. N’oublions pas pourtant que dans l’Ancien Testament le vin qu’on attend du raisin de qualité est avant tout une image de la justice qui se développe dans une vie vécue selon la loi de Dieu ! Et nous ne disons pas qu’il s’agit d’une vision vétérotestamentaire et dépassée aujourd’hui : non, cela demeure toujours vrai. L’authentique contenu de la Loi, sa summa, est l’amour pour Dieu et le prochain. Ce double amour, cependant, n’est pas simplement quelque chose de doux. Il porte en lui la charge de la patience, de l’humilité, de la maturation dans la formation de notre volonté jusqu’à son assimilation à la volonté de Dieu, à la volonté de Jésus-Christ, l’Ami. Ainsi seulement, l’amour véritable se situe aussi dans le devenir vrai et juste de tout notre être, ainsi seulement il est un fruit mûr. Son exigence intrinsèque, la fidélité au Christ et à son Église, requiert toujours d’être réalisée aussi dans la souffrance. Ainsi vraiment grandit la véritable joie. Au fond, l’essence de l’amour, du vrai fruit, correspond à l’idée de se mettre en chemin, de marcher : l’amour signifie s’abandonner, se donner ; il porte en soi le signe de la croix. Dans ce contexte Grégoire-le-Grand a dit une fois : si vous tendez vers Dieu, veillez à ne pas le rejoindre seul (cf. H Ev 1,6,6 : PL 76, 1097s) - une parole qui doit nous être, à nous comme prêtres, intimement présente chaque jour. (…)

  • Daoudal Hebdo N° 132

    132.jpg

    Daoudal Hebdo N° 132

    Dans ce numéro

     Page 2
    A propos du « viol conjugal »

     Page 3
    Les cinglés criminels du genre

     Page 4 & 5
    La victoire de Geert Wilders est un véritable événement

     Page 6
    La mosquée de Béthune
    La grande mosquée de Vaulx-en-Velin

     Page 7
    En Egypte, les musulmans à l’attaque
    La disparition de Nancy et Christine, et la suite

     Page 8
    Petite contribution au débat
    Dimanche prochain…

    Daoudal Hebdo, BP 16023, 56160 Guémené-sur-Scorff

    abonnement un an 180 € (papier), 100 € (par courriel)
    Abonnement 6 mois noir et blanc : 70 €

    Spécimen gratuit sur simple demande

  • Commémoraison de saint Paul

    Egregie Doctor, Paule, mores instrue,
    Et nostra tecum pectora in cælum trahe ;
    Velata dum meridiem cernat fides,
    Et solis instar sola regnet caritas.

    Sit Trinitati sempiterna gloria,
    Honor, potestas atque jubilatio,
    In unitate, quæ gubernat omnia,
    Per universa sæculorum sæcula.
    Amen.

    Paul, docteur éminent, forme nos mœurs,
    attire nos cœurs jusqu’au ciel à ta suite ;
    et quand la foi ne découvre le midi qu’au travers d’un voile,
    que la charité, tel le soleil, soit seule à régner.

    A la Trinité, gloire éternelle,
    honneur, puissance et jubilation
    qui, dans son unité, gouverne toutes choses,
    pendant tous les siècles des siècles. Amen.

    (Hymne des matines)

  • Saints Pierre et Paul

    « Et vous, qui dites-vous que je suis ? » Lecteur intelligent, fais attention, d’après la suite et le texte du discours, que les Apôtres ne sont point du tout appelés des hommes, mais des dieux ; car c’est après avoir dit : « Quel est celui que les hommes disent être le Fils de l’homme ? » qu’il ajouta ceci : « Et vous, qui dites-vous que je suis ? » Pendant que les autres, parce qu’ils sont des hommes, pensent de moi des choses tout humaines, vous qui êtes des dieux, qui croyez-vous que je suis ? Pierre, au nom de tous les Apôtres, fait cette profession de foi : « Tu es le Christ, Fils du Dieu vivant ». Il dit Dieu vivant, à la différence de ces dieux qui passent pour des dieux, mais qui sont morts. « Jésus, répondant, lui dit : Tu es heureux, Simon Bar-Jona ». Il paie de retour le témoignage que l’Apôtre a rendu de lui. Pierre avait dit : « Tu es le Christ, Fils du Dieu vivant ». La confession de la vérité fut récompensée. « Tu es heureux, Simon Bar-Jona ». Pourquoi ? « Car ce n’est ni la chair ni le sang qui t’ont révélé ceci, mais mon Père ». Ce que la chair et le sang n’ont pu révéler, la grâce du Saint-Esprit l’a révélé. C’est donc par suite de sa profession de foi, qu’il reçoit un nom où se trouve exprimée la révélation du Saint-Esprit, et qu’il mérite même d’être appelé fils de cet Esprit ; car Bar-Jona se traduit dans notre langue par fils de la colombe.

    Saint Jérôme

  • Le pape sur Twitter

    Premier message d’un pape sur Twitter :

    « Dear Friends, I just launched News.va. Praised be our Lord Jesus Christ! With my prayers and blessings, Benedictus XVI. »

    « Cari amici, ho appena lanciato News.va. Sia lodato Nostro Signore Signore Gesù Cristo. Con le mie preghiere e benedizioni. Benedetto XVI. »

    News.va, annoncé pour le 29 juin, est en effet opérationnel dès ce soir, premières vêpres de la fête des saints Pierre et Paul, qui marque aussi les 60 ans de sacerdoce de Joseph Ratzinger.

    Pour le moment, le portail n’est qu’en anglais et en italien…

  • « Le niveau des prix varie du simple au triple selon les États membres de l’UE27 »

    Tel est le titre d’un communiqué d’Eurostat sur les prix à la consommation dans les 27 pays de l’UE en 2010. Ils vont du simple au triple, c’est-à-dire, pour une moyenne de 100, de 51 en Bulgarie à 143 au Danemark.

    Et l’on s’étonne que la monnaie unique pose des problèmes.

  • Gag islandais (démocratique et européen)

    La conférence ministérielle d’adhésion de l’Islande à l’Union européenne s’est ouverte hier à Bruxelles.

    Les Islandais ne veulent pas de cette adhésion. Tous les sondages indiquent une forte majorité d’opposants. Mais qu’importe les Islandais…

    Le gouvernement islandais entend obtenir que l’Islande soit autorisée à gérer sa pêche en toute indépendance... Or la pêche est une politique commune de l’UE depuis 1983. Ou bien on fait une (énorme) exception pour l’Islande, après avoir promis qu’il n’y aurait plus d’exemptions au traité européen, ce qui suscitera une levée de bouclier des pays où la pêche est importante ; ou bien l’Islande se range au régime commun, et le référendum prévu à la fin des négociations se soldera par un gigantesque non.

    En attendant,  on ouvre quatre chapitres de négociations dès cette semaine. La fuite en avant…

  • On ne rigole(ra) pas avec les barbus et le niqab

    2r7o5f7.jpg

    Naguib Sawiris, le magnat des télécoms égyptien, qui est copte, avait mis sur twitter l’image de Mickey en islamiste barbu, et de Minnie en niqab, pour attirer l’attention sur le risque d’un pouvoir islamiste en Egypten (« Mickey et Minnie après… »). L’image, qui s’est répandue sur internet, a suscité un tollé en Egypte. Plusieurs avocats ont porté plainte pour insulte envers l’islam. Naguib Sawiris s’est excusé auprès de tous ceux qui n’ont pas pris cela pour une plaisanterie… Et l’image a été supprimée.

  • Chez les coptes de Haute-Egypte (ça ne s’arrange pas)

    Quelque 200 musulmans ont incendié huit maisons de coptes samedi matin à Awlad Khalaf. Ils accusent la communauté copte de vouloir transformer en église un bâtiment en cours de construction (comme cela se fait souvent, puisque les autorisations ne viennent jamais).

    D’autre part, le nombre de jeunes filles coptes qui se font enlever par des musulmans est en augmentation depuis la « révolution ».

    Deux adolescentes ont ainsi été enlevées à Minya le 12 juin. La police les a retrouvées grâce au fameux tatouage des coptes (ils ont tous une croix tatouée sur la face interne du poignet) : car si les jeunes filles, affublées d’un niqab, ne pouvaient pas montrer leurs visages, elles pouvaient montrer leurs poignets…

    Les musulmans ont fait valoir que ces jeunes filles avaient fui leurs familles pour se convertir à l’islam. Mais Al Azhar et le Conseil de la Fatwa ont rejeté cette revendication, rappelant que selon la loi un chrétien doit être majeur pour embrasser l’islam.

    Les adolescentes ont été placées dans un hôpital psychiatrique en attendant la fin de l’enquête…

    (Asianews)

  • Vigile des saints Pierre et Paul

    Mihi autem nimis honorati sunt amici tui, Deus : nimis confortatus est principatus eorum.

    O Dieu, que vos amis sont singulièrement honorés à mes yeux ! Leur empire s’est extraordinairement affermi.

    (Antienne de l'offertoire, psaume 138)

  • Martyrs du communisme et du nazisme, suite sans fin

    Le Saint-Père a autorisé ce jour la promulgation de décrets reconnaisant le martyre

    - du serviteur de Dieu Salvio Huix Miralpeix, évêque espagnol, tué en haine de la foi à Lerida le 5 août 1936.

    - du serviteur de Dieu Carl Lampert, prêtre autrichien, condamné à mort par la cour martiale du Reich le 8 septembre 1944 et tué en haine de la foi le 13 novembre 1944 à Halle

    - de la servante de Dieu Josefa Martínez Pérez, religieuse espagnole, et ses douze compagnes Filles de la Charité, tuées en haine de la foi à Valence en 1936.

    D’autre part, Le pape a reconnu un miracle attribué à l’intercession du P. Jean-Joseph Lataste. C’est la dernière étape avant la béatification du fondateur des Dominicaines de Béthanie.

  • Aymeric Chauprade a gagné

    Après sa dénonciation par Le Point, Aymeric Chauprade avait été chassé du Collège inter-armées de défense par le ministre Hervé Morin (et il était subitement devenu interdit d’antenne par les médias aux ordres).

    Le mois suivant, le tribunal administratif de Paris, en référé, suspendait la décision du ministre.

    Sur le fond, cette fois, le tribunal administratif de Paris condamne l’Etat et annule la décision d’Hervé Morin.

  • Le « mariage » homosexuel à New York

    Vendredi soir, le Sénat de l’Etat de New York a voté, par 33 voix contre 29, la loi sur le mariage des paires homosexuelles. Le texte avait déjà été adopté par l’Assemblée de l’Etat, à majorité démocrate. Le Sénat est à majorité républicaine. Mais quatre sénateurs républicains (dont deux catholiques) ont voté avec les démocrates. Et la loi a été aussitôt promulguée par le gouverneur démocrate (et catholique) Andrew Cuomo.

    Non seulement l’Etat de New York est le troisième Etat le plus peuplé des Etats-Unis, mais contrairement à d’autres il n’exige pas d’obligation de résidence pour le mariage : il devrait donc attirer de nombreuses paires qui ne peuvent pas se « marier » dans leur Etat.

    La Gay Pride de New York, dimanche, était le défilé de la victoire…

     

  • Chez les coptes

    Des centaines de salafistes ont attaqué l’église Saint-Georges de Bani-Ahmed (dans l’archidiocèse de Minya, Haute-Egypte), jeudi dernier. Ils ont assiégé l’église pendant cinq heures avant que l’armée intervienne pour délivrer le prêtre qui se trouvait à l’intérieur, et le conduire… en dehors du village.

    Cette église avait déjà été attaquée le 23 mars : les salafistes avaient interrompu la restauration du bâtiment et obtenu l’expulsion du prêtre. Or le prêtre était revenu…

  • Un exemple anti-motu proprio flamboyant

    C’est celui du cardinal José Policarpo, patriarche de Lisbonne. Je le découvre sur le blog Rorate cæli, via le Forum catholique. Lisbonne est une des rares capitales européennes où il n’existe aucune messe selon le motu proprio de Benoît XVI, et cela parce que l’archevêque ne veut pas qu’il y en ait, et le dit ouvertement, et veille à ce que l’interdit soit respecté.

    Ainsi a-t-il publié un texte ahurissant, le 14 septembre 2007 (une semaine après la mise en application du motu proprio), dont je n’avais jamais entendu parler. Dans ce long texte adressé « à tous les prêtres qui exercent leur ministère dans le patriarcat de Lisbonne », il décrète notamment que la messe selon la forme extraordinaire du rite romain ne doit pas être célébrée le dimanche, que toute messe célébrée selon le motu proprio (donc un jour de semaine) doit être approuvée par lui-même, qu’elle doit être chantée correctement en grégorien ou ne pas être célébrée, et qu’elle doit être chantée face au peuple… Et tout cela est « une expression de notre communion obéissante avec le Saint-Père ». Sic.

  • L’ambassadeur met les pieds dans le plat

    Lors de la remise des insignes de « juste parmi les nations » à la congrégation du P. Gaetano Piccini qui avait sauvé des juifs, l’ambassadeur d’Israël près le Saint-Siège, Mordechai Levy, a souligné que cela n’avait été possible que grâce à l’action de Pie XII : « Ce serait une erreur de penser que l’aide apportée aux juifs pendant la guerre à Rome est venue des couvents et des instituts religieux comme si c’était de leur initiative, sans le soutien du Vatican… La volonté vaticane de sauver les juifs est un fait… Ce serait une erreur de dire que l'Eglise catholique, le Vatican et le pape lui-même se sont opposés à des actions pour sauver les juifs. C’est le contraire qui est vrai. »

    Le propos a suscité un tollé. Dans un premier temps, Mordechai Levy a affirmé qu’il ne retirait rien de ses propos. Puis il a cédé. Il a publié un communiqué disant que ses commentaires s'inscrivaient dans un "contexte historique plus large". "Mais comme ce contexte fait encore l'objet d'une recherche actuelle et future, formuler mon jugement historiquement personnel était prématuré"...

    Prématuré ? Mais leur jugement à eux, il était encore bien plus « prématuré »…