Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Schizophrènes

    Le ministère tchèque du Travail a fait savoir hier que le nombre de travailleurs étrangers légaux en République tchèque avait baissé de 12.000 au cours du mois de janvier. Une première, due à la crise, et à l'aide donnée par l'Etat à ceux qui acceptent de partir.

    Le même jour, lors d'une conférence européenne qui s'est tenue à Prague, le ministre tchèque du Travail (au nom de la présidence de l'UE) a réaffirmé le dogme européen selon lequel il faut accroître l'immigration de travail : Malgré la crise, l'immigration garde son importance...

  • Au diable la légalité

    Au fond, ça ne sert à rien de ratifier le traité de Lisbonne. Puisqu'on a le texte, il n'y a qu'à l'appliquer... Et on va le faire, et on le fait déjà.

    C'est en substance ce qu'ont déclaré plusieurs hautes personnalités, hier, lors de la réunion de la Conférence des présidents des Parlements des 27, au Palais Bourbon (qui se termine aujourd'hui).

    Bernard Accoyer a demandé la « mise en œuvre anticipée » des dispositions du traité donnant soi-disant « de nouveaux pouvoirs aux Parlements nationaux ».

    Le Parlement italien a déjà adapté son règlement, « comme si le traité était déjà ratifié », a déclaré Gianfranco Fini.

    « Il faut anticiper pour être prêts avant même l'adoption du traité », a opiné le président de la Chambre des députés tchèque.

    Et pour l'élargissement, c'est la même chose. Il y avait là les présidents des Parlements croate, macédonien et turc, avec des délégations aussi nombreuses que celles des pays membres de l'UE...

  • Le Sabbat de l'éternité

    Commentaire de l'épître de ce jour par Dom Guéranger.

    Le Samedi est un jour plein de mystères : c'est le jour du repos de Dieu; c'est le symbole de la paix éternelle que nous goûterons au ciel après les labeurs de cette vie. L'Eglise aujourd'hui, en nous faisant lire ce passage d'Isaïe, veut nous apprendre à quelles conditions il nous sera donné de prendre part au Sabbat de l'éternité. Nous sommes à peine entrés dans la carrière de la pénitence que cette Mère tendre vient à nous, pleine de paroles consolatrices. Si nous remplissons de bonnes œuvres cette sainte Quarantaine durant laquelle sont suspendues les préoccupations du monde, la lumière de la grâce se lèvera du milieu même des ténèbres de notre âme. Cette âme trop longtemps obscurcie par le péché et par l'amour du monde et de nous-mêmes, deviendra éclatante comme les splendeurs du midi, la gloire du Christ ressuscité sera la nôtre ; et si nous sommes fidèles, la Pâque du temps nous introduira à la Pâque de l'éternité. Edifions donc ce qui en nous était désert, relevons les fondements, réparons les brèches ; retenons notre pied pour ne pas violer les saintes observances; ne suivons plus nos voies, ne recherchons plus nos volontés, contrairement à celles du Seigneur ; et il nous donnera un repos qui n'aura pas de fin, et il remplira notre âme de ses propres splendeurs.

     

    242552999.JPG

    Sur l'ordo du monastère Sainte-Madeleine du Barroux :

    Pro 1° anniversario obitus Rmi Domni Geraldi Calvet, fundatoris nostri, officia defunctorum (Mat., Ld. & Vesp.) recitantur immediate post officia diei. Mat. (unius Noct. tantum) concluduntur cum oratione post ultimum R Ms. Pro defuncto sacerdote (109*), in orat. (119*) "famulum tuum Geraldum abbatem".

    [Deus, qui inter apostolicos sacerdotes famulum tuum Geraldum abbatem sacerdotali fecisti dignitate vigere, præsta, quæsumus, ut eorum quoque perpetuo aggregetur consortio. Per Dominum...]

  • Gag

    tramwayvenissieuxfds.png

    André Gérin, maire communiste de Vénissieux, dans la banlieue de Lyon, a signé jeudi dernier un arrêté qui interdit de caillasser le tramway dans sa ville...

    Parce que, avant le 19 février, c'était permis ?

    (LibéLyon, via François Desouche)

  • L’âge du mariage

    Suite à l'affaire de la petite Nojoud, 8 ans, qui a demandé et obtenu le divorce après avoir été forcée de se marier à un homme de 30 ans, le Yemen a fixé à 17 ans l'âge minimum du mariage.

    Le recteur de l'Université Al-Eman, le cheikh Abdul-Majid al-Zindani, et 16 autres personnalités, ont signé une fatwa dénonçant cette loi comme violant la charia, qui est le fondement des lois du pays selon la Constitution.

    Elle est en effet un affront au Prophète, qui prit pour femme une fille de 9 ans...

    (via bivaouac-id)

  • Profanateurs en jugement

    Les quatre profanateurs de chapelles et de calvaires qui avaient sévi en 2007 dans le Finistère ont comparu hier devant le tribunal correctionnel de Quimper. Il avaient notamment incendié la chapelle de la Croix de Loqueffret (XVIe siècle). Ils laissaient derrière eux l'inscription TABM.

    Ils avaient revendiqué leurs actes dans une lettre au Télégramme, à en-tête d'une fresque représentant un parchemin sur lequel étaient gravées ces initiales sanguinolentes : TABM, séparées, au milieu, par une croix inversée. La lettre disait notamment : « Nous, groupuscule extrémiste anti-ecclésiastique, ayant seulement frappé dans le Finistère-Sud pour le moment, rendons justice et ferons tomber les icônes symbolisant la faiblesse d'esprit »... Une cellule de 15 gendarmes avait été créée pour les retrouver. Ils avaient été rapidement interpellés.

    Ils ont répété à l'audience qu'ils voulaient montrer leur hostilité « à la toute puissante religion chrétienne qui a fait disparaître les cultes païens plus anciens ». Ils ont ajouté que désormais ils le feraient par des « moyens légaux »...
    Des peines allant de 9 mois de prison avec sursis à 3 ans dont 18 mois avec sursis (pour le principal accusé Benoît Hascoët) ont été requises.

    Le jugement a été mis en délibéré au 26 mars.

  • Bla bla bla interreligieux

    Le Comité mixte pour le dialogue entre catholiques et musulmans a tenu sa rencontre annuelle les 24 et 25 février au Vatican. Elle était co-présidée par le cardinal Jean-Louis Tauran, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, et cheikh Ali Abd al-Baqi Shahata, secrétaire général de l'Académie pour la recherche islamique d'Al-Azhar.

    Le Comité mixte a notamment déclaré :

    "Les livres scolaires devraient être mis à jour pour ne pas contenir de textes pouvant offenser les sentiments religieux d'autres croyants, ce qui arrive parfois à cause de fausses présentations de dogmes, valeurs ou histoire d'autres religions."
    Petite question : quand Allah, qui ne peut pas se tromper, dit par le Coran que les chrétiens sont des polythéistes qui adorent une Trinité composée de Dieu, de Jésus et de Marie, où « Dieu est le troisième de trois », que doit-on écrire dans les livres scolaires ?

  • Un évêque

    L'évêque de Scranton (Pennsylvanie), Mgr Joseph Martino, a fait savoir qu'il « désapprouvait absolument » l'invitation faite par l'Institut de la Diversité de la Misericordia University à un « fervent défenseur du mariage entre personnes de même sexe », dont les convictions « s'opposent de manière troublante à l'enseignement moral catholique ».

    Après la conférence du militant homosexuel, Mgr Martino a réitéré sa condamnation, et a demandé à l'université de supprimer son Institut de la Diversité, car « l'opposition frontale à l'enseignement catholique ne devrait jamais être exposé sous couvert de "diversité" » puisque, « en procédant de la sorte, on donne l'impression que ces points de vue sont acceptables ou que toute morale est relative ».

    Toute l'histoire sur americatho.

  • Inchoata jejunia

    Inchoata jejunia, quæsumus Domine, benigno favore prosequere, ut observantiam, quam corporaliter exhibemus, mentibus etiam sinceris exercere valeamus. Per Dominum nostrum Jesum Christum, Filium tuum, qui tecum vivit et regnat in unitate Spiritus Sancti Deus, per omnia sæcula sæculorum.

    Favorisez dans votre bonté, Seigneur, nous vous en supplions, les jeûnes dont nous avons commencé le cours, afin qu'accomplissant corporellement cette observance, nous puissions aussi la poursuivre d'un cœur sincère.

  • Chelles : après la mosquée, un complexe scolaire…

    Depuis novembre, expliquait hier l'édition Seine-et-Marne du Parisien, les responsables de la moquée de Chelles « courent les marchés et les salles de prière pour exposer leur plan : construire ex nihilo un établissement abritant des classes de primaire, de collège et de lycée ». « Nous avons reçu des réponses par milliers, avec des dons très variables, de l'euro symbolique à 5.000 €, indique Driss Ghinimi, le président de l'association gestionnaire de la mosquée. »

    « Nous avons deux possibilités de terrains, l'un public, l'autre privé », ajoute-t-il.

    Un terrain public pour une école privée islamique ?

    Julien Sanchez, responsable du Front national à Chelles et membre du comité central du FN, a aussitôt écrit à Jean-Paul Planchou (qui est aussi président du groupe PS au conseil général), une lettre ouverte par laquelle il lui demande de « répondre clairement à la question suivante : « Comptez-vous, pour la création du groupe scolaire en question, permettre l'accès au terrain public dont parlent les dirigeants de la mosquée au mépris de la Loi, oui ou non ? »

    « Sans réponse de votre part, ajoute-t-il, je me permettrai d'inviter la presse régionale mais aussi la presse nationale ainsi que la tête de liste FN aux élections européennes en Ile-de-France Jean-Michel DUBOIS à votre prochain Conseil Municipal (prévu le 27 mars) où je ne manquerai pas de me rendre accompagné de nombreux militants du Front National. »

  • Commission Balladur : du bon et du très mauvais

    Communiqué de Jean-Marie Le Pen

    Selon les fuites parues dans la presse, il semble que le comité Balladur ait tenu compte de plusieurs de nos propositions, notamment en ce qui concerne l'élection à la proportionnelle de « conseillers territoriaux » dont les premiers élus seraient les conseillers régionaux, et la fin de la « compétence générale » des régions et des départements qui permet un chevauchement inextricable des compétences.

    Nous en prenons acte.

    En revanche, la réduction du nombre des régions métropolitaines de 22 à 15, avec l'objectif avoué de créer des régions « de taille européenne », s'inscrit dans l'inadmissible plan de démantèlement des nations que les eurocrates poursuivent avec détermination.

    Ce n'est sans doute pas un hasard si le projet de la commission Balladur doit être remis au président de la République le 4 mars, la veille du « sommet européen des régions ».

    Mais l'Union européenne n'est légitime que si elle reconnaît le rôle premier, naturel et indispensable des nations, comme l'a fortement rappelé le président tchèque Vaclav Klaus l'autre jour à Bruxelles.

  • Réchauffement climatique

    D'après la plus importante compagnie d'assurances tchèque, Ceska pojistovna, plus de mille personnes ont déjà fait enregistrer de graves dommages causés par le froid, la neige et le gel, et le nombre continue d'augmenter. Les compagnies d'assurances ont déjà enregistré cinq fois plus de cas que l'an passé, et elles s'attendent à une forte augmentation des dommages dans la région du Plateau tchéco-morave, des Monts Orlické ou des Monts métallifères.

  • Affaire Siné : la jurisprudence variable du Juge Schir

    Communiqué de Bruno Gollnisch

    M. Sinet, alias Siné, « humoriste » d'extrême-gauche ayant passé sa vie à conchier les valeurs traditionnelles, notamment dans l'ordurier journal « Charlie-Hebdo », s'était permis des réflexions grasses et viles sur l'identité juive de la fiancée de Jean Sarkozy, fils de l'actuel Chef de l'Etat.

    Pousuivi par la LICRA, « ligue de vertu » professionnelle, il vient d'être relaxé par la Sixième chambre du Tribunal correctionnel de Lyon, que préside M. Fernand Schir.

    Ce dernier estime en l'espèce, paraît-il, que « la liberté d'expression l'emporte sur le respect des croyances surtout dans le style de la satire, un genre qui se situe dans l'exagération et l'outrance »

    Ce tribunal et ce magistrat avaient fait preuve de la même mansuétude envers l'imam Bouziane de Vénissieux justifiant les violences que, selon lui, les maris musulmans pouvaient s'autoriser contre leurs femmes.

    En revanche, ce tribunal et ce magistrat m'avaient très lourdement condamné pour avoir, en réponse à des questions de journalistes sur les camps de la deuxième guerre mondiale, estimé en substance que « ce débat, qui doit être libre, relève des historiens ».

    M. Schir avait en outre distribué sur mon dos, des dommages-intérêts considérables à des organisations qui n'y avaient aucun droit.

    Moralité : M. Schir, comme l'a relevé l'Avocat Général de Paris Philippe Bilger dans son livre consacré à la liberté d'expression [1], a une étrange conception de la liberté d'expression. Une chose est sûre : mieux vaut être devant lui un imam salafiste justifiant les violences faites aux femmes ou un plumitif stigmatisant l'identité juive de jeunes époux qu'un député européen s'exprimant de façon mesurée sur la liberté de recherche dans l'Histoire de l'Europe.

    P.S. Pour m'éviter l'inculpation d'outrage à magistrat, on voudra bien considérer que ce communiqué a été rédigé « dans le style de la satire, un genre qui se situe dans l'exagération et l'outrance »...et qui garantit, cela va de soi, l'impunité.

    [1] Le titre du livre est : « J'ai le droit de tout dire » (par antiphrase, sans doute). Editions du Rocher. M. Bilger, que je ne connais pas, y considère le jugement qui m'a frappé d'injuste et de politique, en termes très sévères à l'égard de M. Schir.

  • Benoît XVI invite au carême

    Benoît XVI invite à un carême à l'écoute de la Parole de Dieu, pour entrer dans la « victoire » du Christ sur le péché et la mort. Un programme de carême à l'école de saint Paul.

    Compte rendu de l'homélie du pape lors de la messe du mercredi des Cendres.

  • Daoudal Hebdo N° 24

    24.jpg
    Dans ce numéro

    Page 2
    Jean-Marie Le Pen et le conflit en Guadeloupe

    Pages 3 à 5
    La tempête Klaus à Bruxelles
    (texte intégral du discours)

    Page 6
    Lia, 12 ans, nous parle de l'avortement
    (texte intégral)

    Page 7
    Luxembourg : le référendum tombe à l'eau
    L'amendement Poletti retiré
    Le délire hygiéniste

    Page 8
    La liberté face aux loups
    Dimanche prochain...

  • Tu vas mourir

    Commentaire de l'épître de ce jour par Dom Guéranger.

    Hier, l'Eglise nous remettait devant les yeux la certitude de la mort. Nous mourrons : la parole de Dieu y est engagée, et il ne saurait venir dans l'esprit à un homme raisonnable que sa personne puisse être l'objet d'une exception. Mais si le fait de notre mort est indubitable , le jour auquel il nous faudra mourir n'est pas moins déterminé. Dieu juge à propos de nous le cacher, dans les motifs de sa sagesse ; c'est à nous de vivre de manière à n'être pas surpris. Ce soir, peut-être, on viendra nous dire comme à Ezechias: « Donne ordre aux affaires de ta maison; car tu vas mourir». Nous devons vivre dans cette attente ; et si Dieu nous accordait une prolongation de vie comme au saint Roi de Juda, il faudrait toujours en venir tôt ou tard à cette heure suprême, passé laquelle il n'y a plus de temps, mais l'éternité. En nous faisant ainsi sonder la vanité de notre existence, l'Eglise veut nous fortifier contre les séductions du présent, afin que nous soyons tout entiers à cette œuvre de régénération, pour laquelle elle nous prépare depuis bientôt trois semaines. Combien de chrétiens ont reçu hier la cendre sur la tête, et qui ne verront pas ici-bas les joies pascales ! La cendre a été pour eux une prédiction de ce qui doit leur arriver, avant un mois peut-être. Ils n'ont cependant pas entendu la sentence en d'autres termes que ceux qu'on a prononcés sur nous-mêmes. Ne sommes-nous pas du nombre de ces victimes vouées à une mort si prochaine ? Qui de nous oserait affirmer le contraire ? Dans cette incertitude, acceptons avec reconnaissance la parole du Sauveur qui est descendu du ciel pour nous dire : Faites pénitence ; car le Royaume de Dieu est proche.

  • Une nouvelle régularisation massive au cas par cas

    C'est aux Mureaux. Depuis le début du mois, quelque 400 clandestins occupent la maison de quartier Gérard Philippe.

    Une douzaine de clandestins sont d'ores et déjà régularisés par la préfecture des Yvelines. Selon Le Parisien, « tous les acteurs, sous-préfecture comprise, s'accordent à dire que ce mouvement, contrairement à d'autres, a été exemplaire. »
    Car il est « exemplaire » d'occuper un bâtiment municipal...

    Mais, comme dit leur porte-parole Moussa Diallo : « Nous sommes heureux d'avoir montré que, dans ces quartiers réputés sensibles, nous n'avons pas été l'étincelle qui met le feu aux poudres. »

    Double raison de régulariser ces bons clandestins acteurs de la paix civile...

    (d'après Le Parisien Yvelines, via Novopress)

  • Les méthodes de RESF

    Le préfet des Hauts-de-Seine Patrick Strzoda proteste contre le harcèlement dont il est victime, par courriel, de la part des militants de RESF.

    Ceux-ci, comme à leur habitude, ont envoyé au préfet une multitude de courriels pour lui demander d'annuler l'arrêté de reconduite à la frontière d'un clandestin chinois.

    Au point que cela a bloqué son système. Le préfet, qui dit qu'il «n'a rien contre RESF, et qu'il est prêt au dialogue », a fait savoir que des «dysfonctionnements» ont « interrompu » son réseau, l'«empêchant d'accéder au dossier de l'intéressé» et que «tant que ses collaborateurs et lui feront l'objet de harcèlements bureautiques, il refusera systématiquement et par principe de réexaminer un dossier d'éloignement».

    (d'après Le Parisien, via François Desouche)

  • Le Sénat tchèque reporte le débat sur le traité de Lisbonne

    Le Sénat tchèque pourrait débattre du traité de Lisbonne lors de sa session de mai (et non en mars ou en avril), déclare son président Premysl Sobotka.

    Le Sénat veut en effet que soit d'abord voté par les deux chambres le texte stipulant qu'aucune compétence nationale ne peut être transférée à l'UE sans le consentement du Parlement. (Ce texte sera un amendement à celui qui fixe les règles de procédure des deux chambres.) Les députés doivent le voter lors de la session qui débute le 17 mars.

    Premysl Sobotka pense que les sénateurs adopteront le traité, mais que la République tchèque n'a pas de raison d'accélérer le processus de ratification, car les Allemands et les Polonais ne l'ont toujours pas achevé...