Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Religion - Page 2

  • L’anarchie dans l’Eglise

    L’agence autrichienne Kath.net annonçait hier que selon ses sources au Vatican la Congrégation pour la doctrine de la foi avait donné raison aux sept évêques allemands qui l’avaient saisie pour contester le vote par la conférence épiscopale allemande de la possibilité de communier pour les conjoints protestants de fidèles catholiques.

    Bien entendu, Kath.net précisait que cette réponse, déjà envoyée aux évêques allemands, avait reçu l’approbation du pape. Le même pape qui n’avait pas eu du tout la même réponse à une luthérienne il n’y a pas si longtemps… mais on est habitué désormais à ce magistère à la fois si si et no no.

    Peu après, le célèbre vaticaniste américain Edward Pentin confirmait que selon ses sources la Congrégation pour la doctrine de la foi avait rejeté le document de la conférence épiscopale allemande, puis il précisait que selon ses sources le pape ne voulait pas que la lettre soit rendue publique…

    Aujourd’hui, la Conférence des évêques allemands a publié un communiqué indiquant que les informations sur le rejet de son document par le pape ou des dicastères sont fausses, mais aussi que le pape souhaitait s’entretenir du sujet avec le cardinal Marx et que celui-ci y était parfaitement disposé…

  • Le double jeu

    François a fait les gros titres avant Pâques avec ce que les journalistes ont pris pour une révélation : l’enfer n’existe pas.

    Comme on le sait, c’est ce que Scalfari fait dire au pape. Ce que ne disent pas les gazettes, c’est que c’est la quatrième fois que Scalfari fait dire cela au pape. C’est un martèlement qui annule le pitoyable faux démenti de la salle de presse du Vatican.

    Car c’est à la suite d’un nouvel entretien entre Scalfari et François que le propos a été publié. François sait que trois fois déjà Scalfari lui a fait dire que l’enfer n’existe pas. Il aurait pu éviter une quatrième fois en demandant formellement à Scalfari de ne pas aborder ce sujet. Il ne l’a pas fait. Au contraire il l’a encore évoqué, puisque le démenti ne le dément pas.

    Il semble donc désormais que François a publiquement parlé trois fois de l’enfer (essentiellement pour faire peur aux mafieux), et qu’il a laissé quatre fois Scalfari en parler pour nier l’enfer. A vrai dire ce qui me scandalise le plus n’est pas de nier l’enfer (après tout on peut nier nombre de représentations de l’enfer), mais de prétendre que des âmes pourraient disparaître, ce qui est une impossibilité absolue.

    Naturellement ce n’est ni François ni Scalfari qui a inventé cette absurdité, le cardinal Martini l’exposait déjà dans les mêmes termes :

    « Mon espoir que Dieu nous accueillera tous, qu'Il sera miséricordieux, est devenu de plus en plus fort... Par contre, c'est naturel, je ne peux pas imaginer comment Hitler ou un meurtrier qui a abusé d'enfants peuvent être auprès de Dieu. Je peux penser plus facilement que de telles personnes sont simplement annihilées. »

    Pour d’autres informations et commentaires, voir Benoît et moi.

    *

    Les propos de François selon Scalfari :

    21 septembre 2014 :

    « Le pape estime que, si l'âme d'une personne se referme sur elle-même et cesse de s'intéresser aux autres, cette âme ne libère plus aucune force et meurt. Elle meurt avant que meure le corps, comme âme, elle cesse d'exister. La doctrine traditionnelle enseignait que l'âme est immortelle. Si elle meurt dans le péché, elle en rendra compte après la mort du corps. Mais pour François, il n'en est évidemment pas ainsi. Il n'y a pas d'enfer, ni de purgatoire. »

    15 mars 2015 :

    « Si l'égoïsme devient excessif et étouffe l'amour pour les autres, il obscurcit l'étincelle divine qui est en lui, et s'auto-condamne. Qu'advient-il à cette âme éteinte? Sera-t-elle punie ? Et comment ? La réponse de François est nette et claire : il n'y a pas de punition, mais l'annulation de cette âme. Toutes les autres participent à la béatitude de vivre dans la présence du Père. Les âmes annulées ne prennent pas part à ce banquet, avec la mort du corps, leur parcours prend fin... »

    29 octobre 2017 :

    « Le pape François a aboli les lieux où devraient aller les âmes après la mort : Enfer, Purgatoire, Paradis. Pape François, je le répète, a aboli les lieux de l’éternelle résidence des âmes dans l’Au-delà. La thèse qu’il soutient est que les âmes dominées par le mal et qui ne se repentent pas cessent d’exister tandis que celles qui se sont rachetées du mal seront élevées à la béatitude en contemplant Dieu. C’est la thèse de François. »

    29 mars 2018 :

    « L’enfer n’existe pas, ce qui existe c’est la disparition des âmes pécheresses. Celles qui se repentent obtiennent le pardon de Dieu et prennent leur place parmi celles qui le contemplent, mais celles qui ne se repentent pas, et qui donc ne peuvent pas être pardonnées, disparaissent. »

  • La foi d’Arnaud Beltrame

    Extraits du texte du père Jean-Baptiste, chanoine de l'abbaye de Lagrasse, envoyé à l'évêque aux armées, lu à Saint Sulpice à Paris lors de la messe pour le colonel Beltrame :

    Vous savez sa belle carrière militaire. Mais, plus important que tout, il ne cachait à personne la joie que Dieu lui avait offerte en redécouvrant la foi catholique vers ses 33 ans, entraînant sa première communion et le sacrement de confirmation il y a neuf ans seulement. Nous parlions beaucoup de conjugalité, d'évangélisation, du diable ou autre. Il avait soif de savoir et de comprendre.

    Intellectuellement brillant, il a suivi une préparation au mariage exigeante avec un sérieux qui force mon admiration. Marielle et lui venaient chaque mois à des rencontres de couples à Narbonne ou à l'abbaye de Lagrasse.

    Sa déclaration d'intention pour le mariage catholique que je devais célébrer le 9 juin prochain près de Vannes est admirable. Marielle ne souhaite pas que soit rendue publique cette lettre ultime. Sachez que ce texte écrit seulement quatre jours avant sa mort héroïque, prouve son adhésion inconditionnelle et fervente à toute la foi catholique et à sa tradition, qu'il y prie en particulier Notre Dame avec gratitude, qu'il demande l'aide de saint Michel et prend saint Joseph pour modèle.

    Bénissant sa maison le 16 décembre dernier, j'avais été frappé de la décoration manifestant sa foi et sa passion pour l'histoire et la gendarmerie. Mais plus encore, par le fait qu'il avait réservé une pièce pour en faire un oratoire.

    Le colonel Beltrame était convaincu qu'on ne peut pas lutter contre une idéologie uniquement avec des armes et des ordinateurs. On ne peut la vaincre durablement qu'avec des convictions spirituelles.

  • Ecosse anticatholique

    Traduction d’un article de Life Site :

    Un membre du Parlement écossais demande que soit fait davantage pour protéger les catholiques, après qu'un rapport a révélé qu'ils sont le plus touchés par les délits et crimes de haine motivés par la religion en Écosse.

    Les catholiques ne représentent que 15% de la population écossaise, mais subissent 57% des crimes et délits motivés par la religion.

    Lire la suite

  • Macron le laïcard

    La femme d’Arnaud Beltrame a déclaré : « On ne peut comprendre son sacrifice si on le sépare de sa foi personnelle. C'est le geste d'un gendarme et le geste d'un chrétien. Pour lui les deux sont liés, on ne peut pas séparer l'un de l'autre. »

    On ne peut pas ? Mais si. Il y en a un qui peut. Celui qui peut tout : Emmanuel Macron. Il a prononcé un grand discours sur l’engagement, les valeurs, le sacrifice, le don de soi, etc., tout ce qui caractérisait l’héroïsme du colonel Beltrame. Mais ça lui aurait arraché la gueule de dire un mot, un seul mot, de sa foi. A peine a-t-il prononcé le mot de « prières », vers la fin, mais là aussi c’était en respectant le laïcisme athée, car c’était pour dire à la famille qu’Arnaud Beltrame continuerait « à vivre en vous, par vous, dans votre souvenir, vos prières ». Sic.

    En revanche Macron s’est improvisé de nouveau spécialiste de l’islam, en affirmant notamment que la mort de l’assassin serait «pour longtemps la honte de sa famille, des siens et de ses coreligionnaires ». Par exemple ceux qui célèbrent son acte dans les cités ? En soulignant qu’il a imité le beau modèle qui allait vers ses ennemis en leur disant « Je suis venu à vous avec l’égorgement », et mis en application le Coran qui demande de « frapper au cou » les mécréants ?

  • Jeunes anthropologues

    Je ne sais pas combien de jeunes savent ce que veut dire le mot « anthropologique », mais Pierre Woitiez, modérateur des réunions pré-synodales à Rome ces jours-ci, affirme « d’emblée » (sic) que « les jeunes » (sic) attendent de l’Eglise une « formation anthropologique ».

    On aurait pu espérer que certains jeunes demandent à l’Eglise de leur parler de la foi, des sacrements, de l’amour de Dieu et de la vie éternelle. Mais non. Pierre Woitiez insiste : « Dans un monde qui bouge, les jeunes attendent de l’Église une formation anthropologique, plus que catéchétique. »

    La catéchèse avait remplacé le catéchisme. Maintenant la formation anthropologique remplace la catéchèse. Ça fait encore plus moderne et sérieux. Et enfin on évacue les bondieuseries. Dans un monde figé, tétanisé par la religion, on donnait une instruction religieuse. Dans un monde qui bouge, un monde enfin vivant, on doit « élargir le concept de vocation religieuse à la vocation de vie tout court »…

    La formation anthropologique, cela consiste donc à « se construire humainement ». Parce que sans cette formation vous ne pouvez pas vous construire humainement. Soit vous restez une bête, soit vous restez en pièces détachées. Je demanderai à sainte Bernadette et à sainte Germaine de Pibrac ce qu’elles en pensent.

  • Padre Pio

    Couv-HS3031.jpegLe nouveau hors série de L’Homme nouveau est consacré au Padre Pio, pour le 50e anniversaire de sa bienheureuse mort. C’est un superbe album, dans une belle mise en pages, avec une iconographie somptueuse. Il y a certes des redites dans les textes, mais cela est dû au fait que plusieurs articles thématiques, fatalement, se recoupent. Les amateurs d’art regretteront qu’il manque des légendes indiquant ce qu’est tel ou tel tableau. Il aurait été bon surtout qu’il y ait la mention du Père Rupnik sur l’une ou l’autre des mosaïques reproduites, parce que la crypte de l’église de San Giovanni Rotundo et le couloir qui y conduit sont une gigantesque cascade de mosaïques du P. Rupnik, et parce qu’on a là un rare exemple de véritable art sacré contemporain (nonobstant le fait que le P Rupnik soit par ailleurs l’un des 11 appelés à la rescousse pour célébrer la théologie de François – c’est une autre question…)

    J’ai lu ce hors série avec d’autant plus d’intérêt que je ne connaissais à peu près rien de Padre Pio, hormis qu’il était stigmatisé et qu’il avait été lourdement persécuté par la hiérarchie ecclésiastique. Mais il ne figurait pas parmi mes priorités. Ce qui m’apparaît maintenant est qu’il a clôturé un temps qui avait commencé avec saint François d’Assise. Le temps du dolorisme dans l’Eglise latine, ouvert et fermé par les deux seuls hommes stigmatisés reconnus par l’Eglise, le second étant un disciple du premier.

    Lire la suite

  • Les évêques à plat ventre devant les imams et les rabbins

    Dans un communiqué véritablement ahurissant, les évêques d’Europe prennent fait et cause pour les juifs et les musulmans qui dénoncent le projet du Parlement islandais d’interdire spécifiquement la circoncision.

    C’est un communiqué commun du Conseil des conférences épiscopales d’Europe et de la « Conférence des Eglises européennes » (dont ne fait pas partie l’Eglise catholique).

    Le titre en est :

    Les chrétiens, les juifs et les musulmans inquiets par le projet islandais sur la circoncision.

    Le texte justifie la circoncision et prévient les Islandais que s’ils mettent leur menace à exécution ils donneront de leur pays une « image xénophobe », et que « dans un climat d'antisémitisme croissant et d'islamophobie, cela pourrait encourager de telles tendances ailleurs, augmentant ainsi la pression sur des communautés souvent déjà vulnérables »…

    Il y aurait bien des commentaires à faire de ce long texte, dont je donne la traduction ci-après (il n'est même pas publié en français), mais l’essentiel est qu’on n’y trouve pas un seul mot de doctrine chrétienne. Pas un seul mot sur l’enseignement de l’Eglise catholique (sinon un propos inepte du cardinal Bagnasco prétendant que selon l’Eglise les parents peuvent faire ce qu’ils veulent de leurs enfants selon leur religion…).

    Et l’on parle de la « circoncision légale », alors qu’elle ne l’est pas, et que c’est sous le couvert hypocrite d’une nécessité médicale inexistante que les juifs la pratiquent.

    Il n’y aura donc pas un seul évêque pour rappeler que le Christ a aboli la circoncision ?

    Il n’y aura donc pas un seul évêque pour rappeler que la circoncision est interdite par le droit français et international grâce aux bienfaits du christianisme parce que c’est une mutilation (avec la circonstance aggravante qu’elle blesse une personne qui ne peut pas donner son consentement) ?

    Pas un seul évêque ?

    Pas un seul ?

    Lire la suite

  • Toujours pas…

    8 mars.jpeg

    Selon CNews-Matin, le Christ est mort le dimanche de Pâques et ressuscité à la Pentecôte.

    En 2012, quand il s’appelait Direct Matin, il disait :

    2012.jpeg

    On remarquera qu’avec le temps ça empire. Car en 2012 on précisait quand même dans le texte que c’était le lundi qui était devenu férié, alors qu’aujourd’hui on voudrait nous faire croire que c’est le dimanche… En 2012 il y avait deux erreurs, en 2018 il y en a quatre. On ne félicitera pas le stagiaire (ou le journaliste confirmé ?) qui a cru raccourcir opportunément l’article de 2012 (il n’y en a pas eu entre 2013 et 2017).

    Addendum 9 mars

    CNews-Matin a publié ce matin un erratum. On suppose qu'il vaut aussi pour 2012, avec 6 ans de retard. Il reste que l'erreur des dimanches fériés n'est pas rectifiée. Or c'est la première "information" (fake news...)  de l'articulet. Encore un effort...

    erratum.jpeg

  • Ça devient étouffant

    image3_3_645_430_55.jpeg

    Après la crèche LGBT de la place Saint-Pierre, à Noël dernier, saluée comme telle par le lobby, voici le timbre que publie le Saint-Siège pour Pâques.

    timbre.jpeg