Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le Christ Roi

    Le texte des « laudes regiae », louanges royales, dites aussi Acclamations carolingiennes, connaît de nombreuses versions. Voici celle que chantent les Bénédictines de Marie Reine des Apôtres, dans leur tout récent dixième disque.

    Christus vincit, Christus regnat, Christus imperat !
    Le Christ vainc, le Christ règne, le Christ commande !

    Exaudi Christe.
    Exauce nous, ô Christ.

    Beato summo pontifici et universali papae vita.
    Au bienheureux souverain pontife et pape de l’univers, vie.

    Salvator mundi,
    Tu illum adjuva.

    Sauveur du monde, viens à son aide.

    Sancte Petre,
    Tu illum adjuva.

    Saint Pierre, viens à son aide.

    Sancte Paule,
    Tu illum adjuva.

    Saint Paul, viens à son aide.

     

    Exaudi Christe.

    Regi excellentissimo a Deo coronato vita et victoria.
    Au très excellent roi couronné par Dieu, vie et victoire.

    Redemptor mundi,
    Tu illum adjuva.

    Rédempteur du monde, viens à son aide.

    Sancta Maria,
    Tu illum adjuva.

    Sainte Marie, viens à son aide.

    Sancte Michael,
    Tu illum adjuva.

    Saint Michel, viens à son aide.

     

    Christus vincit, Christus regnat, Christus imperat.

    Exaudi Christe.

    Episcopis et abbatibus et omnibus sibi commissis vita et concordia.
    Aux évêques et aux abbés et à tous ceux qui leur sont confiés, vie et concorde.

    Sancte Silvester,
    Tu illos adjuva.

    Saint Silvestre, viens à leur aide.

    Sancte Hilari,
    Tu illos adjuva.

    Saint Hilaire, viens à leur aide.

    Sancte Ambrosi,
    Tu illos adjuva.

    Saint Ambroise, viens à leur aide.

     

    Exaudi Christe.

    Omnibus principibus et cuncto exercitui Christianorum vita et victoria.
    A tous les princes et à toute l’armée des chrétiens, vie et victoire.

    Sancte Maurici,
    Tu illos adjuva.

    Saint Maurice, viens à leur aide.

    Sancte Martine,
    Tu illos adjuva

    Saint Martin, viens à leur aide.

    Sancte Dionysi,
    Tu illos adjuva.

    Saint Denis, viens à leur aide.

     

    Christus vincit, Christus regnat, Christus imperat !

    Rex regum.
    Roi des rois.

    Rex noster.
    Notre roi.

    Spes nostra.
    Notre espérance.

    Gloria nostra.
    Notre gloire.

    Misericordia nostra.
    Notre miséricorde.

    Auxilium nostrum.
    Notre aide.

    Fortitudino nostra.
    Notre force.

    Liberatio et redemptio nostra.
    Notre libération et notre rédemption.

    Exordia nostra.
    Notre origine.

    Victoria nostra invictissima.
    Notre victoire très invincible.

    Murus noster inexpugnabilis.
    Notre rempart inexpugnable.

    Defensio et exultatio nostra.
    Notre défense et notre exultation.

    Lux, via et vita nostra.
    Notre lumière, notre chemin et notre vie.

     

    Ipsi soli virtus, fortitudo et victoria in saecula saeculorum. Amen.
    A lui seul est la puissance, la force et la victoire dans les siècles des siècles.

    Ipsi soli honor, laus et jubilatio per infinita saecula saeculorum. Amen.
    A lui seul est l’honneur, la louange et la jubilation pour les infinis siècles des siècles.

    Ipsi soli imperium, laus et jubilatio per infinita saecula saeculorum. Amen.
    A lui seul est l’empire, la louange et la jubilation pour les infinis siècles des siècles.

    Christe audi nos. Christe exaudi nos.
    Kyrie eleison. Christe eleison. Kyrie eleison.

    Tempora bona veniant. Tempora bona veniant redemptis sanguine Christi !
    Que vienne le temps du bonheur, que vienne le temps du bonheur pour ceux qui sont rachetés par le sang du Christ.

    Feliciter ! Feliciter ! Feliciter !
    Avec bonheur !

    Pax Christi veniat ! Regnum Christi veniat ! Deo gratias. Amen.
    Que vienne la Paix du Christ ! Que vienne le règne du Christ ! Amen.

  • Un bon catholique

    ap21302448557113_wide-5370735e0eca63b3ce2670ed1e9694e94ef495f0-s1200.jpg

    Lorsqu’on a demandé à Jo Bidon si le sujet de l’avortement avait été abordé lors de son entretien d'une heure et quart avec le pape, il a répondu :

    — Non, il ne l’a pas été… Nous avons juste parlé du fait qu'il était heureux que je sois un bon catholique et que je devais continuer à recevoir la communion.

    No, it didn't… We just talked about the fact he was happy I was a good Catholic and I should keep receiving communion.

  • De la Sainte Vierge le samedi

    Quid dicébas, o Adam ? Múlier quam dedísti mihi, dedit mihi de ligno, et comédi. Verba malítiæ sunt hæc, quibus magis áugeas quam déleas culpam. Verúmtamen Sapiéntia vicit malítiam. Rédditur nempe fémina pro fémina, prudens pro fátua, húmilis pro supérba ; quæ pro ligno mortis gustum tibi pórrigat vitæ, et pro venenóso cibo illo amaritúdinis, dulcédinem páriat fructus ætérni. Muta ergo iníquæ excusatiónis verbum in vocem gratiárum actiónis, et dic : Dómine, múlier quam dedísti mihi, dedit mihi de ligno vitæ, et comédi ; et dulce factum est super mel ori meo, quia in ipso vivificásti me. Ecce enim ad hoc missus est Angelus ad Vírginem. O admirándam et omni honóre digníssimam Vírginem ! O féminam singuláriter venerándam, super omnes féminas admirábilem, paréntum reparatrícem, posterórum vivificatrícem !

    Adam ! Que disais-tu ? « C’est la femme que tu as mise auprès de moi qui m’a donné de l’arbre, et j’ai mangé ! » Ce sont des paroles perfides. Par elles tu augmentes la faute plus que tu ne l’effaces. Cependant la Sagesse a vaincu la perfidie. Il fut donné femme pour femme ; la prudente pour la sotte ; l’humble pour l’orgueilleuse. Au lieu du bois de la mort, qu’elle t’offre le goût de la vie, et au lieu de cet aliment empoisonné d’amertume, qu’elle engendre la douceur du fruit éternel. Transforme donc la parole de malhonnête excuse en chant d’action de grâces, et dis : Seigneur, la femme que tu as mise auprès de moi m’a donné de l’arbre de vie, et j’ai mangé, et c’est devenu doux à mon palais plus que le miel, car par lui tu m’as rendu la vie. Voilà pourquoi l’ange fut envoyé à la Vierge ! O Vierge admirable, la plus digne de tout honneur ! O femme singulièrement vénérable, merveilleuse au-delà de toutes les femmes ; pour les parents, réparatrice ; pour les enfants, vivificatrice.

    Saint Bernard, A la louange de la Vierge Mère (homélies sur Missus est), 2.

    Les textes de saint Bernard sont truffés de citations de la Sainte Ecriture. Ici, en dehors de la Genèse et de saint Luc, on remarque tout de suite « super mel ori meo », qui vient du psaume 118, que suit « vivificasti me », du psaume 70. Et aussi « prudens pro fatua », claire allusion à la parabole des vierges sages et des vierges folles. On remarque moins « Sapiéntia vicit malítiam », tout en se disant que la façon d’amener cette expression ressemble à un emprunt. Il y a un sermon de saint Bernard qui commence par cette phrase, le 14e des sermons divers, et dans le premier paragraphe de ce sermon il y a une citation explicite du premier verset du chapitre 7 du livre de la Sagesse. Le dernier verset de ce chapitre dit : « Sapientiam autem non vincit malitia. » Or la méchanceté ne vainc pas la sagesse. Et même, semble dire saint Bernard, la sagesse vainc la méchanceté. Sapiéntia vicit malítiam. Il se pourrait, et même il est vraisemblable, que saint Bernard avait bel et bien Sapiéntia vicit malítiam dans son exemplaire de la Bible. On en a au moins un exemple : une Bible de l’abbaye de Saint-Thierry près de Reims (codex s. Theoderici ad Remos), datant environ de l’an 600, et retenue pour ses variantes par Pierre Sabatier dans son édition de la Vetus Latina (1732).

  • Les acharnés

    Le Parlement européen a saisi aujourd’hui la Cour de Justice de l’UE pour faire condamner… la Commission européenne. Parce que celle-ci n’a toujours pas appliqué le règlement européen sur la conditionnalité des versements au respect de l’état de droit.

    Le fameux règlement, adopté en janvier 2021, est très en retrait de ce que voulait le Parlement européen. Toutefois la Pologne et la Hongrie ont introduit un recours devant la Cour de Justice de l’UE pour le faire annuler. Et les autres Etats membres ont décidé d’attendre l’arrêt de la Cour pour agir.

    Mais si la Cour doit s’occuper de la plainte du Parlement, ça retardera d’autant son jugement sur le règlement de conditionnalité…

  • La dictature qui vient

    Le ministère britannique de la Santé a un « Bureau pour l'amélioration de la santé et contre les disparités ». Sic. Lequel a inventé un dispositif qui fonctionnera dès le 1er janvier prochain et qui dira aux heureux Britanniques combien de pas ils doivent faire et ce qu’ils doivent manger ou ne pas manger. Et cela en permanence, grâce à un bracelet connecté. Si l’utilisateur obéit aux injonctions du ministère, il gagne des points qui lui permettront d’avoir divers rabais.

    Non. Ce n’est hélas pas une blague. Et on imagine facilement la toute prochaine étape : celui qui n’obéira pas aura une punition. Et l’étape suivante : le bracelet sera obligatoire. Pour le bien de la population. Pour la santé de tous.

    Tous les détails chez Benoît et moi, donnés par le secrétaire d’Etat au doux nom de Sajid Javid (membre du gouvernement depuis 2012), qui entend supprimer toutes les "disparités" en matière de santé...

    La suite est ici (merci à Anne11):

  • Une autre ville pro-vie

    La ville de Mason, dans l’Ohio (30.000 habitants) a adopté une ordonnance faisant de la commune un « sanctuaire pour les enfants à naître ». Toute personne qui pratiquerait un avortement ou aiderait à le commettre en fournissant des substances abortives serait punie d’un an de prison et de 2.500 $ d’amende. Il n’y a pas d’avortoir à Mason, mais mieux vaut prévenir…

    Mason est la deuxième ville de l’Ohio après Lebanon à prendre cette initiative. La troisième devrait être, prochainement, London.

    Ce processus est accompagné et aidé par une organisation intitulée Sanctuary Cities for the Unborn. Sur son site on peut voir que Mason est la 41e commune des Etats-Unis à être devenue « sanctuaire pour l’enfant à naître ». La première avait été Waskom, en juin 2019.

  • Tua est potentia

    ℟.  Tua est poténtia, tuum regnum, Dómine: tu es super omnes gentes: * Da pacem, Dómine, in diébus nostris.
    . Creátor ómnium, Deus, terríbilis et fortis, justus et miséricors.
    ℟.  Da pacem, Dómine, in diébus nostris.
    . Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
    ℟.  Da pacem, Dómine, in diébus nostris.

    A toi est la puissance, à toi la royauté, Seigneur ; c’est toi qui es au-dessus de toutes les nations : Donne la paix, Seigneur, en nos jours. Créateur de tout, ô Dieu, terrible et fort, juste et miséricordieux, donne la paix, Seigneur, en nos jours.

    Ce répons des matines n’est pas une citation littérale de l’Ecriture. Le verset quant à lui est le début de la prière de Néhémie au début du deuxième livre des Macchabées.

    Voici ce répons mis en musique par Mark Emerson Donnelly et chanté par les Bénédictines de Marie Reine des apôtres. C’est l’occasion de saluer la sortie, mardi dernier, du… dixième CD de ces religieuses, en l’honneur du Christ Roi.

    La musique de Mark Emerson Donnelly est un peu trop un plagiat de la Renaissance. Cela dit c’est très bien fait, et le compositeur est par ailleurs un actif militant pro-vie (et anti-masque). Le motet a été spécialement composé pour ce disque.

    Les Bénédictines de Marie Reine des apôtres ont été érigées en abbaye en 2018. C’est une abbaye bénédictine entièrement traditionnelle, d’une quarantaine de religieuses dont l’âge moyen est d’une trentaine d’années (et la majorité d'entre elles ont eu l'école à la maison). La mère abbesse en 2018 avait 40 ans et avant d’entrer au prieuré en 2003 elle était cor anglais à l’orchestre symphonique de Columbus. C’est elle qui est à l’origine des enregistrements.

    La communauté a été fondée en 1985 par une personnalité exceptionnelle, Sœur Wilhelmina, qui était depuis 50 ans religieuse des Sœurs oblates de la Providence, un institut de religieuses noires dédiée à l’éducation des jeunes filles noires. L’institut avait été fondé par Mère Mary Elizabeth Lange (la première mère supérieure de couleur aux Etats-Unis), et un prêtre français de Saint-Sulpice, Jacques Nicholas Joubert de la Muraille. Or les Bénédictines de Marie Reine des apôtres ont été également fondées sous les auspices d’un prêtre français, l’abbé Arnaud Devillers, de la Fraternité Saint-Pierre. Elles ont édifié leur monastère à Gower, Missouri, financé par la vente de leurs disques, qui cartonne aux Etats-Unis. (Tous les CD sont "at Ephesus", parce que leur communauté était d'abord le "prieuré Notre-Dame d'Ephèse" et qu'elles se réfèrent toujours à la vie cachée de Marie à Ephèse.)

  • Stéphane Ravier

    A l'instant, au Sénat:

  • Vaclav Klaus !

    L’ancien président tchèque Vaclav Klaus est toujours là, et toujours aussi pertinent (et impertinent). Il vient de publier un excellent texte en défense de la Pologne. Extraits :

    La Cour constitutionnelle polonaise a jugé que certaines parties des traités de l’UE « ne sont pas compatibles avec la Constitution de la République de Pologne » et a ajouté que la Constitution polonaise primait sur les lois européennes. Ce n’est peut-être pas une déclaration populaire à Bruxelles, mais c’est l’opinion d’un organe constitutionnel légitime d’un État membre de l’UE et personne n’a le droit de lui manquer de respect. Pas même un fonctionnaire de la Commission européenne comme Mme von der Leyen.

    Mme von der Leyen proclame que la Commission européenne doit protéger les citoyens de l’Union et entend le faire. Nous sommes nous aussi citoyens d’un État membre de l’UE, mais nous ne nous sentons pas menacés par la décision de la Cour constitutionnelle polonaise. Personne n’a à nous en protéger. Au contraire, nous ressentons le besoin de nous « protéger » de l’affaiblissement de la souveraineté des États membres de l’UE.

    Il est de notre devoir, à nous Tchèques, dans notre propre intérêt, de soutenir les Polonais dans cette affaire.