Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Contre Bidon

    Le procureur de l’Ohio a intenté une action devant la cour fédérale du district sud de l’Etat contre l’annulation par le gouvernement Bidon des deux réglementations édictées par le gouvernement Trump en 2019 concernant le financement de l’avortement. Il a été rejoint par les procureurs de 11 autres Etats, ce qui en fait une affaire d’importance.

    Le financement public de l’avortement est interdit par la loi fédérale américaine. Néanmoins, jusqu’en 2019, il était largement pratiqué, car les avorteurs faisaient valoir qu’ils avaient d’autres activités, de soin ou de conseil, sans rapport avec l’avortement. Ces activités étaient donc subventionnées, mais comme le souligne le procureur de l’’Ohio « on ne peut pas suivre l’argent quand tout l’argent est jeté dans un pot et mélangé ». Trump avait donc exigé que les avortoirs des centres de « planification familiale » soient financièrement et physiquement séparés des lieux de soin et de conseil, et que les conseils ne concernent pas l’orientation vers l’avortoir.

    Ces deux réglementations ont été abrogées par le gouvernement Bidon. Le procureur de l’Ohio demande donc qu’on en revienne aux dispositions de Trump qui permettaient d’appliquer la loi : « la loi fédérale interdit le financement de l’avortement par les contribuables – et cette loi ne signifie rien si l’argent fédéral n’est pas séparé. »

  • Au Texas

    Le mois dernier les gazettes rapportaient qu’une femme du Colorado atteinte de polykystose rénale ne pouvait pas recevoir une greffe de rein parce qu’elle n’était pas "vaccinée". Elle fut donc rayée de la liste des transplantations. Depuis lors sa maladie s’est aggravée. On a appris alors qu’une autre femme du Colorado est dans la même situation.

    Une fondation du Texas spécialisée dans le don d’organes a décidé de financer le déplacement de ces personnes, de les loger gratuitement, avec leur famille, à Dallas, pour l’opération.

    Le bureau du gouverneur Greg Abbott a déclaré : « Ici au Texas, le vaccin est du libre choix et n’est jamais obligatoire. Quiconque se voit interdire une transplantation d’organe vitale est bienvenu ici au Texas, où les droits et les libertés sont toujours protégés. »

  • Jusqu’au-dessous de la lie

    Capture d’écran 2021-10-26 à 12.42.41.png

    François a nommé Jeffrey Sachs membre de l’Académie pontificale des sciences sociales. C’était déjà un scandale à répétition que ce personnage soit invité de façon récurrente au Vatican pour participer à diverses réunions, mais c’est un comble de le nommer membre d’une académie pontificale.

    Rappelons seulement que Jeffrey Sachs est un ardent militant de la contraception et de l’avortement, au nom du sauvetage de la planète, évidemment. Dans son livre de 2009 sur la « planète surpeuplée », il demandait que l’avortement soit partout légalisé pour éliminer les « enfants non voulus » quand la contraception a échoué, et pour « accélérer le déclin de la fertilité ». Il est l’un des principaux architectes des « objectifs du développement durable » de l’ONU, le 5e comprenant « l’accès de tous aux soins de santé sexuelle et procréative et faire en sorte que chacun puisse exercer ses droits en matière de procréation », le 3e étant… la vaccination, et le covid est une divine surprise : « Cette pandémie est bien plus qu’une crise sanitaire. Elle exige une réponse pangouvernementale et pansociétale. » On remarque que dans ce troisième objectif on retrouve aussi : « assurer l’accès de tous à des services de soins de santé sexuelle et procréative, y compris à des fins de planification familiale », ce qui a priori n’a aucun rapport avec les vaccins (sauf si les complotistes n'ont pas tout à fait tort)…

    En 2015, Jeffrey Sachs était organisateur associé et modérateur d’une conférence au Vatican sur le changement climatique. En 2017 il participait à un groupe de travail de l’Académie pontificale des sciences sociales sur la doctrine sociale de l’Eglise comme synonyme de « dévelopement durable ». En 2019 il était au synode sur l’Amazonie et à une conférence pour les jeunes sur les objectifs du développement durable. En 2020 il participait à une conférence en ligne du Vatican sur l’« économie d’un nouveau monde », et au lancement par le pape de son partenariat avec l’ONU pour l’éducation.

  • Saint Evariste

    Du double témoignage de saint Irénée et du Catalogue libérien, Evariste fut le successeur de saint Clément sur le trône de saint Pierre. Entre 99 et 108 selon les dernières supputations. Il mourut martyr sous Trajan. On lui prête la décision d’avoir divisé Rome en paroisses, mais selon les historiens modernes cela ne fut réalisé que plus tard.

    Evariste est un nom grec, evarestos, qui veut dire plaisant, agréable, et même très plaisant et très agréable puisque arestos (c’est le nom, Aristus, qu’il a dans le Catalogue libérien) veut déjà dire plaisant, agréable, notion que renforce le préfixe ev-.

    On trouve le mot evarestos dans le livre de la Sagesse au chapitre 4 : « Celui qui est agréable à Dieu est aimé de lui ; et, s'il vivait au milieu des impies, il en a été retiré. Il a été enlevé, de peur que leur malice ne pervertît son intelligence, ou que la ruse ne trompât son âme. »

    On le trouve aussi (au pluriel) dans la seconde épître de saint Paul aux Corinthiens, au chapitre 5 : « Soit que nous demeurions dans ce corps, soit que nous en sortions, nous nous efforçons de lui être agréables (au Seigneur), car il nous faut tous comparaître devant le tribunal du Christ. »

    A noter aussi Romains 12,2 : « Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’entendement (grec noos, latin sensus) afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu : ce qui est bon (grec agathos, latin bona) et agréable (grec evareston, latin beneplacens) et parfait (grec teleion, latin perfecta). Ce que l’on peut mettre en rapport avec l’autre verset du livre de la Sagesse qui comporte également le mot evarestos pour désigner non pas quelqu’un mais son action : « Fais-la descendre (la sagesse) des cieux, qui sont ton sanctuaire ; envoie-la du trône de ta gloire, afin qu'elle soit avec moi, qu'elle travaille avec moi, et que je sache ce qui t'est agréable. »

  • Un exemple

    Le rédacteur en chef du quotidien de Melbourne The Age a viré un dessinateur, Michael Leunig, qui travaillait depuis vingt ans pour le journal. A cause de ce dessin :

    Capture d’écran 2021-10-25 à 17.45.29.png

    Le rédacteur en chef lui a dit qu’il était « déconnecté » des lecteurs… Michael Leunig, dont une douzaine de dessins avaient déjà été refusés cette année, a déclaré : « L'image de la place Tiananmen est souvent utilisée dans les dessins du monde entier comme une métaphore à la Charlie Chaplin d'une force écrasante face à l'innocent impuissant. À mon avis, c'est une vraie problématique qui mérite d'être soulevée dans la ville la plus verrouillée au monde. »

    Un autre dessin de lui :

    d6ritphuiaaojj_.jpg

    « ATTENTION : Ceci est une société inclusive et si nous pensons que vous parlez, pensez ou vous conduisez de façon non inclusive vous serez EXCLU. »

  • En Floride

    Capture d’écran 2021-10-25 à 16.22.17.png

    Le nouveau « surgeon general » (« médecin chef », directeur de la Santé) de Floride et secrétaire à la Santé s’appelle Joseph Ladapo (à droite sur la photo). Il est doublement diplômé de Harvard, comme docteur en médecine et docteur en politique de la santé. Il a été soigneusement choisi par le gouverneur, Ron DeSantis (à gauche sur la photo), opposant notoire à la dictature sanitaire. Joseph Ladapo a multiplié les articles "controversés" contre le confinement, contre l'obligation vaccinale, contre le port obligatoire du masque.

    Jeudi dernier lors d’une réunion publique il s’exprimait devant les caméras aux côtés du gouverneur. Il a demandé aux participants de « prendre un moment de recul par rapport à ce que vous entendez constamment à la télévision » : « Très brièvement, en ce qui concerne les données qui soutiennent l'utilisation du masque chez les enfants et l’obligation du masque pour les enfants, elles sont très faibles, et c'est un fait. Les données sur le port du masque obligatoire ne soutiennent aucun bénéfice clinique pour les enfants des écoles. Les données de la plus haute qualité ne fournissent aucune preuve de bénéfice. Et nous allons nous en tenir à cela. »

    En outre, a-t-il ajouté, « mettre un masque sur le visage de son enfant, cela relève de la décision des parents. Pas de la décision d'une école, ni d'un conseil scolaire, ni d'un gouverneur. Ce n'est la décision de personne d'autre que des parents, et les parents sont placés dans ces situations impossibles liées à la santé de leurs enfants » (à cause de l’obligation du masque, que de nombreux parents refusent) – mais en Floride le gouverneur DeSantis a interdit, par décret, toute obligation de masque pour les enfants.

    Avant d’être nommé par le gouverneur de Floride, le Dr Ladapo était professeur de médecine à Los Angeles. Il a suivi de près la situation en Californie, et il relève que le port du masque strictement obligatoire dans cet Etat à partir d’avril 2020 n’a pas empêché un retour de l’épidémie l’hiver suivant.

    « Nous devons prendre des décisions de politique sanitaire fondées sur des données et non sur la peur. Depuis la Californie, j'ai observé les différentes approches adoptées par les gouverneurs à travers le pays et j'ai été impressionné par les qualités de dirigeant et la détermination du gouverneur DeSantis à faire en sorte que les Floridiens aient toutes les possibilités de maintenir leur santé et leur bien-être tout en préservant leurs libertés en tant qu'Américains. C'est un privilège de rejoindre son équipe et de servir la population de Floride. »

    Inutile de dire que le Dr Ladapo et DeSantis font l’objet d’une violente campagne de dénigrement dans la grande presse et chez les démocrates.

    Mais le gouverneur tient bon. Et même, il a convoqué, vendredi, une session législative spéciale pour faire voter une loi protégeant les fonctionnaires fédéraux de Floride contre la perte de leur emploi en raison de l'obligation vaccinale.

    Et, hier, il a déclaré qu’il allait offrir une prime d’installation en Floride de 5.000 dollars aux policiers qui perdent leur emploi dans d’autres Etats parce qu’ils refusent l’injection.

  • Même pas honte…

    Il semble qu’aucune chaîne de télévision, tant privée que publique, ne montre la moindre image ni ne donne la moindre information, semaine après semaine, sur les manifestations du samedi contre le passe sanitaire et la dictature d’apartheid qu’il illustre.

    Pourtant ce que l’on voit de ces manifestations sur les réseaux sociaux est impressionnant. Il y a le nombre des manifestations, et le nombre des manifestants. Et il n’y a pas que cela. Il y a toute une série de petits événements qui devraient ravir les journalistes à l’affut du pittoresque. Beaucoup de manifestants font preuve d’imagination, et il y a même ici et là des saynètes dignes de professionnels du spectacle.

    Mais non. Les chaînes « d’information » et les bulletins « d’information » n’informent pas. Pas un peu : pas du tout.

    Il n’y a donc aucun rédacteur en chef qui se soucie de ce qu’implique son statut de journaliste. Aucun rédacteur en chef qui se dise qu’il n’est plus qu’un minable collabo.

    On n’a pas vu un seul journaliste démissionner en dénonçant cette dictature de la désinformation. On n’a pas vu un seul journaliste protester contre cet énorme mensonge par omission.

    Au contraire, ils continuent tous à répercuter, jour après jour, voire après heure, la propagande « sanitaire » de Big Brother. De façon massive, bétonnée, sans faille.

    Et ce sont les mêmes larves volontairement muselées qui osent critiquer des pays où selon la propagande gauchiste internationale il y aurait des atteintes à la liberté de la presse…

  • Saints Chrysanthe et Darie

    Comme tu leur exposais, saint Martyr, les mystères divins, une troupe de soldats voulut se joindre à toi, se libérant des fausses vénérations, et par le glaive ils s'offrirent en victimes immaculées à celui qui fut immolé pour nous comme brebis.

    Au milieu des fauves comme agneaux, victorieux Athlètes, vous avez prêché l'incarnation du Dieu qui s'est anéanti, et cela jusqu’au sang, et par vos peines vous avez mérité le sort des bienheureux.

    La cité de Rome invite en ce jour toute ville et tout pays à célébrer cette fête joyeusement, leur offrant comme banquet spirituel, saints Martyrs, vos exploits et vos luttes sacrées.

    Vous êtes montés vers la gloire sans fin, Chrysanthe et Darie; en présence du Verbe tout-puissant, portant couronne, tous les deux, vous intercédez pour nous qui vous disons bienheureux.

    Matines byzantines, ode 9.

    Ci-dessous une page du ménologe du XIVe siècle conservé à la Bibliothèque bodléienne (Oxford) : 17 mars saint Alexis, 18 mars saint Cyrille de Jérusalem, 19 mars saints Chrysanthe et Darie (enterrés vivants), 20 mars les martyrs de la laure de saint Sabbas.

    00297-1.jpg

    00300.jpg

  • 22e dimanche après la Pentecôte

    Ego clamávi, quóniam exaudísti me, Deus : inclína aurem tuam et exáudi verba mea.

    J’ai crié vers vous, ô Dieu, parce que vous m’avez exaucé ; inclinez votre oreille vers moi et écoutez mes paroles.

    Capture d’écran 2021-10-23 à 14.43.54.png

    L’antienne dit que je crie vers Dieu, mais la mélodie, à peine a-t-elle monté deux degrés qu’elle descend presque tout en bas du mode. « Je crie, parce que tu m’exauces », mais je dois le faire humblement, et d’autant plus humblement que je viens de te recevoir en moi ; et quoniam reprend les notes de ego. Mais déjà sur exaudisti la mélodie monte tout en haut, au-dessus de l’amplitude du mode. Et la deuxième phrase s’installe sur ces hauteurs du cri, montant une tierce au-dessus de la plus haute note du mode : je ne peux pas m’empêcher de crier : alors « incline ton oreille, et exauce », exauce verba mea, ma demande, celle que je formule dans cette humilité que j’avais au début…

  • Saint Antoine-Marie Claret

    92281405.jpg

    Mosaïque à Saint-Pierre de Rome.

    Ordonné prêtre en 1835, et voulant devenir missionnaire en Extrême Orient, Antoni Maria Claret i Clarà se rend à Rome à la congrégation de Propaganda fide. Mais le préfet est en vacances. Il tombe sur un jésuite qui le convainc de devenir… jésuite. Mais au bout de quatre mois il tombe malade et il est renvoyé dans sa Catalogne natale. Où il est nommé curé d’un village près de Vich. Peu après son arrivée, il prêche pour l’Assomption une… mission, qui a un tel succès qu’il est demandé partout, et que son évêque le suspend de ses obligations paroissiales. Il parcourt toute la Catalogne pieds nus, prêchant sans cesse. Il fonde une maison d’édition qui va publier près de 3 millions de livres, 2 millions de brochures et plus de 4 millions de dépliants. En 1849 il fonde, au séminaire de Vich, la Congrégation des Missionnaires Fils du Cœur Immaculé de Marie, qui seront ensuite appelés clarétains. En 1850 Pie IX le nomme archevêque de Santiago de Cuba. Il s’efforce de reconstruire une Eglise en ruines, s’attirant les inimitiés des esclavagistes qui le traitent de révolutionnaire et des autonomistes qui ne veulent pas d’un Espagnol. Il échappe à plusieurs attentats. En 1857 la reine Isabelle II le fait venir pour être son confesseur et l’éducateur de ses enfants. La révolution de 1868 contraignit la reine à l’exil en France, et Antoine-Marie Claret la suivit. En 1869 il se rendit à Rome pour le jubilé sacerdotal de Pie IX, puis il resta pour la préparation de Vatican I, et participa au concile. A l’issue duquel, très malade, il décida d’aller finir ses jours à Prades, où s’étaient réfugiés les clarétains expulsés de leurs six maisons d’Espagne. L’ambassadeur d’Espagne demanda aussitôt son arrestation. Le gouvernement français le fit savoir à l’évêque de Perpignan, qui avertit Mgr Claret, lequel alla se cacher au monastère cistercien de Fontfroide où il mourut quelques semaines plus tard.

    Je tenais à cette précision sur les derniers mois de saint Antoine-Marie Claret, car on voit (presque) partout sur internet, sur des sites très pieux bien sûr, que le prélat « se retira au monastère de Fontfroide », comme si c’était une mûre et libre décision… et sans qu’il y ait la moindre allusion à la persécution.