Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La campagne de Cóir

    poster_1.jpg

    Cóir, dont les deux principaux porte-parole sont Richard Greene et Brian Hickey, et qui est l'une des rares organisations de droite (sinon la seule) à faire campagne pour le non au second référendum en Irlande, a lancé un appel aux dons pour financer l'impression et la distribution d'un million de brochures et de 12.000 affiches. L'Irish Independant cite une lettre circulaire signée du Père John Brady, qui dit notamment : « Nous devons mener cette bataille contre un traité qui conduirait à un nouvel empire où les enfants à naître n'ont aucun droit et où Dieu lui-même est oublié. »

  • Au Japon, un score sans appel

    Les Japonais ont voté massivement hier en faveur de l'opposition centriste, après 54 ans de règne des conservateurs. Le Parti Démocrate du Japon devrait obtenir plus de 300 députés, et le Parti Libéral-Démocrate moins de 120.

    Le Premier ministre (catholique) Francisco Taro Aso (qui a démissionné ce matin de la présidence de son parti), va être remplacé par le chef du PDJ, Yukio Hatoyama, héritier richissime d'une dynastie d'hommes politiques japonais de premier plan, et d'industriels - il est le petit-fils du fondateur de Bridgestone (Aso étant plutôt héritier d'une dynastie industrielle, qui n'excluait pas la politique).

  • La conjonction du mariage et de la virginité

    Dans son allocution de l'Angélus, hier, Benoît XVI a évoqué sainte Monique et saint Augustin. Il a poursuivi :

    L'histoire du christianisme est constellée de très nombreux exemples de parents saints et d'authentiques familles chrétiennes, qui ont accompagné la vie de prêtres généreux et pasteurs de l'Eglise. Que l'on pense à saint Basile le Grand et Grégoire de Nazianze, appartenant tous deux à des familles de saints. Nous pensons, très proches de nous, aux époux Luigi Beltrame Quattrocchi et Maria Corsini, qui vécurent entre la fin du 19e siècle et la moitié du 20e siècle, béatifiés par mon vénéré prédécesseur Jean-Paul II en octobre 2001, en coïncidence avec les vingt ans de l'exhortation apostolique Familiaris consortio.

    Ce document, plus que d'illustrer la valeur du mariage et les devoirs de la famille, invite les époux à un engagement particulier sur le chemin de la sainteté en puisant la grâce et la force du sacrement du mariage qui les accompagne tout au long de leur existence (cf n. 56). Quand les époux se consacrent généreusement à l'éducation des enfants, les guidant et les orientant vers la découverte du dessein d'amour de Dieu, ils préparent ce terrain spirituel fertile où jaillissent et mûrissent les vocations au sacerdoce et à la vie consacrée. C'est ainsi que l'on découvre combien le mariage et la virginité sont intimement liés et s'éclairent mutuellement, à partir de leur enracinement commun dans l'amour sponsal du Christ.

  • Saint Raymond Nonnat

    Deus, qui in liberandis fidelibus tuis ab impiorum captivitate  beatum Raymundum Confessorem tuum mirabilem effecisti: ejus nobis intercessione concede; ut a peccatorum vinculis absoluti, quæ tibi sunt placita, liberis mentibus exsequamur. Per Dominum nostrum...

    Dieu, qui avez mis au cœur du bienheureux Raymond, votre confesseur, un zèle admirable pour arracher vos fidèles aux prisons des impies, délivrez-nous, par son intercession, des liens du péché, afin que nous puissions accomplir d'une âme libre ce qui vous est agréable. Par notre Seigneur...

    Raymond Nonnat est un saint du XIIIe siècle qui est doublement d'actualité.

  • 13e dimanche après la Pentecôte

    Saint Luc est le seul à rapporter cet épisode de la guérison de dix lépreux, dont un seul, un Samaritain, vient ensuite le remercier.

    Les lépreux en appellent à « Iésou épistata ». C'est la seule fois que l'on rencontre cette expression dans les évangiles. C'est aussi la seule fois que le mot épistatès n'est pas prononcé par des disciples. Et ce mot, traduit en latin par præceptor, désigne le Christ seulement chez saint Luc.

    D'ordinaire on l'appelle en araméen rabbi, en grec didascale, en latin magister.

    Epistatès veut dire superviseur. Dans la démocratie athénienne, l'épistate est en quelque sorte le garde des Sceaux. C'est une personne revêtue de l'autorité. Saint Luc veut montrer que Jésus est beaucoup plus qu'un maître spirituel. Il a l'autorité divine : ici, il lui suffit de citer la Loi, le Lévitique, pour que les lépreux soient guéris.

  • Représentante de la France…

    Nicolas Sarkozy a nommé Valérie Hoffenberg, conseiller UMP de Paris, "représentante spéciale de la France pour la dimension économique, culturelle, commerciale, éducative et environnementale du processus de paix au Proche-Orient".

    Valérie Hoffenberg est directrice pour la France de l'American Jewish Comittee.

    S'il faut mettre un point sur les i, l'American Jewish Comittee est le plus important lobby sioniste américain.

  • Rasmussen en Turquie

    Le nouveau secrétaire général de l'OTAN Anders Fogh Rasmussen, était jeudi en Turquie.

    Bien entendu, il a dit tout le bien qu'il pensait de l'islam. Ce n'est pas une surprise, mais c'est tout de même curieux de voir tous les dirigeants du monde se précipiter en Turquie, pays laïque, pour dire du bien de l'islam...

    On retiendra surtout cette phrase :

    "Si l'Union européenne désire être un acteur mondial, le lieu d'une alliance des civilisations, alors la Turquie doit prendre sa place dans l'Union."

    Depuis quand l'OTAN s'occupe-t-elle de l'élargissement de l'Union européenne ?

  • Pas assez d’avortements à Paris

    Fatima Lalem, l'adjointe à la mairie de Paris chargée de l'égalité femmes-hommes, a présenté jeudi un plan d'action pour tenter de remédier à l'« offre de service défaillante » de la capitale en matière d'avortement.

    On a entendu une nouvelle litanie sur les difficultés des femmes à se faire avorter à Paris (alors que le taux d'avortement y est 5 points supérieur à la moyenne nationale).

    On retiendra le propos du Dr Michel Teboul, gynécologue à l'hôpital Broussais dont le centre IVG a fermé ce jeudi : « L'important, c'est de bien s'occuper des femmes qui ont recours à l'avortement et non de réduire à tout prix le nombre d'IVG ». Pour lui, s'il reste stable, c'est aussi « parce que les femmes ne se résignent plus à une grossesse indésirable, ce qui est positif ».

    Le Dr Michel Teboul mérite la palme de la culture de mort.

  • La planète bleue en danger

    Le président tchèque Vaclav Klaus a présenté hier son nouveau livre La planète bleue en danger. Il a souligné qu'il souhaitait éviter que « l'idée controversée d'un réchauffement climatique global et l'idée plus controversée encore d'une influence prépondérante de l'homme sur le climat global et la température globale soient utilisées abusivement pour justifier de nouvelles interventions radicales des Etats et des politiques dans la société humaine ».

    Il a ajouté sur le mode ironique que son livre était une petite contribution à la Conférence de Copenhague (qui doit se tenir en décembre).

  • Le nombre de catholiques remonte en République tchèque

    A un mois de la visite du pape en République tchèque, le Vatican informe qu'il y avait au 31 décembre 2008 3.290.00 baptisés catholiques dans ce pays, soit près d'un tiers de la population (10,38 millions d'habitants), qui est en léger mais continu déclin depuis 1995.

    Le nombre de membres de l'Eglise catholique était de 4 millions en 1991, et de 2,7 millions en 2001.

    (La république tchèque est peut-être le pays le plus athée du monde, avec près de 40% se déclarant athées - 60% sans religion. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, les protestants sont très peu nombreux : moins de 150.000, et les hussites 100.000.)

  • Décollation de saint Jean Baptiste

    Præcéssor almus grátiæ
    et veritátis ángelus,
    lucérna Christi et pérpetis
    evangelísta lúminis,

    Saint précurseur de la grâce,
    ange de la vérité,
    flambeau du Christ
    et messager de la lumière éternelle.

    Prophetíæ præcónia,
    quæ voce, vita et áctibus
    cantáverat, hæc ástruit
    mortis sacræ signáculo.

    L'annonce prophétique que chantait sa voix,
    sa vie et ses actions,
    il l'a confirmée
    par le sceau d'une sainte mort.


    Nam nascitúrum sæculis,
    nascéndo quem prævénerat,
    sed et datórem próprii
    monstráverat baptísmatis,

    Car celui qui allait naître pour le monde
    celui qu'il avait précédé par sa naissance
    et désigné comme l'initiateur
    d'un nouveau baptême.


    Huiúsce mortem innóxiam,
    qua vita mundo est réddita,
    signat sui præságio
    Baptísta martyr sánguinis.

    Le Baptiste martyr en préfigure
    la mort innocente qui rendit
    la vie au monde,
    par le signe de son sang.


    Præsta, Pater piíssime,
    sequi Ioánnis sémitas,
    metámus ut pleníssime
    ætérna Christi múnera. Amen.

    Donne-nous, Père très bon,
    de suivre le chemin de Jean,
    afin de récolter en toute plénitude
    les dons éternels du Christ.

    (Saint Bède, hymne des vêpres dans la Liturgia Horarum)

  • Une première mosquée au Danemark

    Le conseil municipal de Copenhague a donné son feu vert jeudi soir à la construction de la première mosquée au Danemark.

    La mosquée sera construite par la communauté chiite de la capitale danoise sur quelque 2.000 m2 sur le site d'une fabrique de machines désaffectée, dans le quartier populaire du nord-ouest de Copenhague.

    Elle sera surmontée d'une coupole bleue culminant à 24 mètres et de deux minarets de 32 mètres.

    "Par cette décision, nous espérons que cette mosquée contribuera activement à montrer que Copenhague est une ville multiple" a déclaré à l'AFP Klaus Bondam, maire-adjoint chargé des services techniques et de l'environnement.

    Il a rappelé que Copenhague avait déjà "une synagogue, une église russe et qu'il est naturel qu'elle ait aussi une mosquée", d'autant qu'elle abrite une bonne partie des 200.000 musulmans du royaume scandinave (3% de la population).

    Comme s'il y avait un rapport entre une synagogue, une église russe et une mosquée... Et surtout il oublie de préciser que les chiites représentent entre 10 et 15% des musulmans résidant au Danemark...

  • En Uruguay, l'adoption par les homosexuels

    Les députés uruguayens ont voté jeudi par 40 voix sur 53 un projet de loi visant à autoriser l'adoption par les couples homosexuels. Le texte doit encore passer en seconde lecture au Sénat (qui l'avait adopté en première lecture). L'Uruguay devrait ainsi devenir le premier pays d'Amérique latine à autoriser l'adoption par les paires homosexuelles, après avoir été le premier l'an dernier à promulguer une union civile similaire au Pacs français.

    On se souvient qu'en revanche le président Tabare Vasaquez avait mis son veto, l'an dernier, à la loi sur l'avortement (qui avait été proposée par son propre parti).

  • La ville d'Oslo autorise le "burkini" dans ses piscines

    La ville d'Oslo a décidé d'autoriser le port dans les piscines municipales du "burkini", le maillot de bain islamique.

    "Certains expriment le besoin de se couvrir. Nous estimons qu'il est important que la majorité des gens qui vivent dans cette ville puissent se baigner et utiliser les piscines", a déclaré le responsable des questions sportives de la municipalité.

    Selon un nouveau règlement municipal cité par la radio, "les nageurs qui se couvrent le corps, pour des raisons religieuses ou culturelles, doivent se laver et utiliser des vêtements de bain propres avant d'utiliser saunas et piscines".

    Un petit pas de plus dans l'islamisation de la Norvège, qui fera « jurisprudence » ailleurs en Europe sous la pression des musulmans.

  • Le président portugais contre le “mariage” homo

    Le président du Portugal Aníbal Cavaco Silva a décidé lundi de ne pas promulguer la loi qui voulait mettre au même niveau l'union de deux personnes du même sexe et le mariage entre un homme et une femme.

    Le président, rapporte l'agence portugaise « Ecclesia », a mis en garde sur « le risque d'une tendance à égaliser deux réalités différentes », le mariage et les unions de fait, qui revient en fin de compte à créer deux types de mariage, ou transforme les unions de fait en 'para mariage', en un 'proto mariage' ou 'mariage de deuxième ordre'.

    Le président portugais est un économiste de centre-droit réputé conservateur sur les questions de morale, mais en 2007 il avait promulgué la loi légalisant l'avortement, alors qu'il aurait pu arguer du fait qu'il n'y avait eu moins de 50% de participation au référendum pour opposer son veto.

  • Erdogan et les chrétiens

    Le double visage de la Turquie, le double visage de la diplomatie vaticane, et l'opinion de Joseph Ratzinger sur l'intégration de la Turquie à l'Union européenne en 2004 : « C'est un fait que l'Empire ottoman a toujours été en opposition à l'Europe. Bien que Kemal Atatürk ait bâti une Turquie laïque dans les années 20, elle reste le noyau de l'ancien Empire ottoman. Elle est donc très différente de l'Europe, qui est aussi un ensemble d'États laïcs, mais avec des bases chrétiennes, même si l'on tente injustement de le nier. Par conséquent, l'entrée de la Turquie dans l'UE serait antihistorique. »

    A lire sous la plume de Sandro Magister.

  • Edward Green persiste et signe

    Lors de la polémique sur le pape et le préservatif, on avait cité des textes d'Edward Green, anthropologue et directeur de l'Aids Prevention Research Project de la Harvard School of Pubblic Health and Center for Population and Developement Studies. Il est intervenu le 25 août au Meeting de Rimini sur le thème « Le Sida, un problème culturel ». Et il a dit :

    « La proximité des commentaires du pape avec les découvertes scientifiques les plus récentes m'a touché. » En effet, « il n'y a aucune preuve que les préservatifs aient une quelconque efficacité dans la réduction à grande échelle du Hiv, en particulier en cas d'épidémies très étendues, comme en Afrique ».

    La suite sur Zenit.

  • Les miracles de Lourdes

    La dernière « guérison inexpliquée » en date, celle d'Antonietta Raco, dont le témoignage est particulièrement émouvant : « En entrant dans l'eau j'ai été aidée par trois « dames », deux d'entre elles se sont ensuite éloignées, une autre a continué de m'aider, mais alors qu'elle était affairée, j'ai senti la présence de quelqu'un d'autre qui me soutenait le cou, j'ai essayé de me retourner, mais il n'y avait personne ; j'ai ressenti une grande douleur dans les jambes, puis un soulagement ; c'est à ce moment-là que j'ai entendu, sur ma gauche, une voix féminine très belle, suave, tendre, légère. Je n'ai jamais rien entendu de semblable. Le seul fait de l'entendre me soulageait physiquement. Elle me disait : « N'aie pas peur, n'aie pas peur ! ». Mais je tremblais, j'avais tellement peur, également parce que j'étais la seule à entendre cette voix ».

    Le dernier miracle reconnu officiellement : la guérison d'Anna Santaniello.

  • Saint Augustin

    Je vous glorifie, Seigneur du ciel et de la terre, et vous rends hommage des prémices de ma vie et de mon enfance dont je n'ai point souvenir. Mais vous avez permis à l'homme de conjecturer ce qu'il fut par ce qu'il voit en autrui, et de croire beaucoup de lui sur la foi de simples femmes. Déjà j'étais alors, et je vivais; et déjà, sur le seuil de l'enfance, je cherchais des signes pour manifester mes sentiments.

    Et de qui un tel animal peut-il être, sinon de vous, Seigneur? et qui serait donc l'artisan de lui-même? Est-il autre source d'où être et vivre découle en nous, sinon votre toute-puissance, ô Seigneur, pour qui être et vivre est tout un, parce que l'Etre par excellence et la souveraine vie, c'est vous-même; car vous êtes le Très-Haut, et vous ne changez pas; et le jour d'aujourd'hui ne passe point pour vous, et pourtant il passe en vous, parce qu'en vous toutes choses sont, et rien ne trouverait passage si votre main ne contenait tout. Et comme vos années ne manquent point, vos années, c'est aujourd'hui. Et combien de nos jours, et des jours de nos pères ont passé par votre aujourd'hui et en ont reçu leur être et leur durée; et d'autres passeront encore, qui recevront de lui leur mesure d'existence. Mais vous, vous êtes le même; ce n'est pas demain, ce n'est pas hier, c'est aujourd'hui que vous ferez, c'est aujourd'hui que vous avez fait.

    Que m'importe si tel ne comprend pas? Qu'il se réjouisse, celui-là même, en disant J'ignore. Oui, qu'il se réjouisse; qu'il préfère vous trouver en ne trouvant pas, à ne vous trouver pas en trouvant.

    Confessions, ch. 6, 10.

  • Traité de Lisbonne : les quatre lois allemandes

    Ce n'est pas une loi que le Parlement allemand va voter, suite aux exigences de la Cour constitutionnelle pour la ratification du traité de Lisbonne, ce sont quatre lois, qui ont été examinées hier et doivent être votées par le Bundestag le 8 septembre, par le Bundesrat le 18.

    La plus importante est la loi qui édicte les droits du Parlement en cas de modification du traité (selon la procédure de révision simplifiée), d'extension des compétences de l'UE (selon la clause de flexibilité), de nouvelles procédures de vote (selon la clause passerelle). Avant toute négociation de ce type à Bruxelles, le gouvernement doit demander l'approbation du Parlement, sous la forme d'une loi. En l'absence de cette loi, le gouvernement doit refuser d'accepter toute modification. Il ne peut agir en dehors de ce mandat que pour d'importantes raisons de politique étrangère, et à condition de se justifier de façon approfondie devant le Parlement.

    Deux autres lois précisent les modalités de la coopération entre le gouvernement fédéral et les deux chambres du Parlement. Elles exigent que le gouvernement notifie au Parlement, aussi tôt que possible, les initiatives législatives de l'UE, et prévoient que le droit du Parlement de donner son opinion sur ces actes législatifs sera renforcé.

    La dernière loi permet la mise en application de l'amendement constitutionnel (déjà adopté par le Parlement) qui permettra aux deux chambres de déposer des plaintes constitutionnelles si elles considèrent que les actes législatifs de l'UE sont en contradiction avec le principe de subsidiarité.

    On attend les réactions des eurocrates...

    Logiquement, elles devraient être vives, car ces lois sont en contradiction avec la construction européenne telle que la conçoit le traité de Lisbonne.

    Mais il est probable qu'il n'y aura pas de réactions. Du moins pas au niveau de l'affront qui est fait aux institutions européennes. Car l'essentiel est que l'Allemagne ratifie le traité. On veillera ensuite à ce que ces lois restent lettre morte, en espérant que la Cour constitutionnelle retourne à sa léthargie...