Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Climat - Page 5

  • Vaclav Klaus est toujours là

    Dans une interview publiée sur le site internet de Fox News à l'occasion de la fin du sommet de Copehague, Vaclav Klaus déclare que le « réchauffement climatique » n'est pas une question scientifique mais une « nouvelle religion ».

    L'humanité, dit-il, ne doit pas se faire dicter comment elle doit vivre sur la base d'une « idéologie irrationnelle » produite par le politiquement correct. Le président tchèque affirme qu'après des années de recherches sur le sujet il en est venu à la conclusion que le « réchauffement climatique », en réalité, n'est pas une question de température, mais une idéologie, ou une nouvelle religion. Cette religion affirme que ce sont les hommes qui sont responsables du très léger réchauffement que l'on a constaté ces dernières années, et qu'ils doivent être punis pour cela. Or ce léger réchauffement est la conséquence de causes naturelles. C'est un phénomène périodique dans l'histoire de la terre. Le rôle de l'homme est minime, presque négligeable. Et l'inventivité humaine est capable de créer de nouvelles technologies qui affaiblissent l'impact de l'humanité sur l'environnement. Des mesures radicales telles que celles qui sont prônées à Copenhague ne sont pas nécessaires.

    Les personnalités politiques, les médias et la communauté du monde des affaires, ajoute-t-il, ont simplement compris que c'était pour eux un très bon sujet à reprendre. C'est une brillante idée pour échapper aux vraies réalités. On ne cherche pas à résoudre la crise mais on parle du monde en 2050, 2080, 2200... C'est un job parfait pour eux. Les électeurs ne les sanctionneront pas pour avoir fait un mauvais pronostic...

    (D'après l'agence de presse CTK)

  • Les lundis de Paul McCartney

    Paul McCartney était hier l'invité du Parlement européen. Il a expliqué que manger de la viande provoque plus de dommages au climat que toute autre activité. Mais oui : « L'industrie de l'élevage produit plus de gaz à effet de serre que tous les transports ensemble, avions, trains, voitures, camions. » En outre elle contribue à la déforestation, et gaspille l'eau : « Produire un steack requiert autant d'eau qu'une douche de quatre heures. » Sic.

    En conséquence, il demande aux Européens de ne pas manger de viande un jour par semaine. J'apprends par la même occasion qu'il a lancé en juin dernier une campagne « lundi sans viande ». Et c'est cette campagne qu'il est venu promouvoir au Parlement européen.

    Pourquoi le lundi ? On ne sait pas.

    En tout cas le président du Parlement européen, le Polonais (hélas) Jerzy Buzek, a appuyé McCartney: « La campagne du lundi sans viande est une bonne idée, peut-être pas pour tout le monde, et le changement doit avoir lieu pas à pas... L'impact de la surproduction de viande sur le climat est devenu évident. »

    Un jour sans viande ? L'Eglise connaît cela depuis toujours. C'est le vendredi, non par caprice ni par respect de quelconques billevesées, mais pour des raisons proprement religieuses.

    Paul McCartney et ses affidés végétariens auraient pu choisir le vendredi puisque ce jour était déjà traditionnellement un jour sans viande en Europe. Mais non. C'est une illustration parmi d'autres que l'idéologie écolo est une haine du christianisme.

  • Commission européenne

    Les portefeuille de la future Commission européenne ont été distribués aujourd'hui. La seule nouveauté est la création d'un commissaire... « chargé de la lutte contre le réchauffement climatique ». Bien sûr. L'heureuse élue est la Connie Hedegaard, qui est actuellement ministre du gouvernement danois « pour la conférence de l'ONU sur le changement climatique à Copenhague 2009 ». Sic.

  • Des experts du GIEC convaincus de bidouillage

    L'affaire fait grand bruit aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne. Pour l'heure, en français, en dehors des blogs, on n'a qu'une dépêche de l'Associated Press (hier à 18h43), qui tente de minimiser le scandale. En voici le premier paragraphe :

    « Des pirates informatiques ont réussi à entrer dans le serveur du respecté centre de recherches sur le climat (CRU) de l'université britannique d'East Anglia et mis en ligne des centaines de documents et courriels privés, alimentant le débat sur le degré d'influence humaine dans le réchauffement de la planète. »

    En réalité, parmi les centaines de courriels et de documents mis en ligne par les pirates, on découvre que les sommités du « réchauffement global », ceux du GIEC, disent clairement qu'ils bidouillent les données pour qu'elles correspondent à leurs prévisions, ils se donnent les uns aux autres des conseils pour que le bidonnage ne se voie pas, montent des cabales pour empêcher que les scientifiques qui ne sont pas de leur bord ne puissent pas publier leurs recherches dans les revues, et même pour virer les directeurs de revues qui osent accueillir des articles ne correspondant pas exactement à leurs fantasmes.

    Pour tout savoir on se reportera au blog Objectif Liberté et aux liens qu'il indique.

    Voici un exemple concret de bidouillage : un graphique sur le réchauffement entre 1000 et 2000 (d'après les cernes des arbres, apparemment). Le premier est celui qui donnait les vraies données. Le second est le graphique officiel (il faut regarder d'abord l'évolution dans la dernière période, c'est spectaculaire...).

    Image1.png
    Image10.png

  • Le Pôle Nord sans glace…

    Le Pôle Nord sera quasiment dépourvu de glace durant l'été d'ici une dizaine d'années, a prédit mercredi une équipe d'explorateurs britanniques.

    Lors d'une expédition de trois mois, l'équipe du Catlin Arctic Survey a mesuré les couches de neige et de glace dans la région arctique.

    Ces mesures montrent que l'essentiel de la glace présente dans la région étudiée s'est formée au cours de l'année écoulée et a une épaisseur de moins de deux mètres (180cm).

    Cette couche de glace est trop fine pour résister à la fonte estivale, a précisé mercredi Peter Wadhams, de l'Université de Cambridge.

    Durant trois mois, les explorateurs britanniques de l'expédition Catlin Arctic Survey ont parcouru à pied et à la nage une distance moyenne de 11km par jour pour effectuer ces mesures.

    Les conclusions de cette expédition sont rendues publiques à quelques semaines de la Conférence de l'ONU sur le climat qui se déroule du 7 au 18 décembre à Copenhague (Danemark).


    Ce que l'on vient de lire est une dépêche de l'Associated Press.

    Le site « Pensée unique » lui a déjà répondu il y a plusieurs mois, en montrant que les prétendues mesures du Catlin Arctic Survey étaient démenties par les mesures effectuées sérieusement, au même moment, par la mission Polar 5 de l'Alfred Wegener Institute.

    Lire la suite

  • La compétence planétaire de M. Sarkozy

    Communiqué de Jean-Marie Le Pen

    Lorsqu'il est à Bruxelles, M. Sarkozy parle en président perpétuel de l'Union européenne. Lorsqu'il s'exprime devant l'ONU, il « invente un monde nouveau ».

    Quand il parle aux Français, il justifie sa taxe carbone par le fait que selon lui « le carbone crée un trou dans la couche d'ozone », ce qui est une monumentale contre-vérité.

    Telle est la compétence de M. Sarkozy, ce qui correspond à sa compétence pour résoudre les problèmes de la France, qui s'aggravent pendant qu'il pérore.

    Pour les Français, le « monde nouveau » de M. Sarkozy, c'est une nouvelle taxe chaque semaine, l'insécurité galopante, la déferlante migratoire et le chômage. Les faits sont plus têtus que les envolées verbales.

  • Les grotesques de la secte climatique

    La SNCF va préciser à ses usagers l'impact en termes d'émissions de CO2 de chaque trajet en train lors de la réservation du billet, a annoncé mercredi son président Guillaume Pepy.

    "Dès le mois d'octobre, sur voyages-sncf.com, quand on réserve son billet, on pourra avoir calculé, individuellement, voyage par voyage, quel est l'impact en CO2 exact de chaque voyage en TGV ou en Teoz", a-t-il dit à des journalistes.

    (AFP)

  • L’imposture « arctique »

    Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon est allé au Spitzberg. Il s'est dit "extrêmement alarmé et surpris" du rythme de la fonte des glaces. "L'Arctique est l'endroit où le réchauffement climatique est le plus rapide au monde. On dirait qu'il agit au ralenti mais en réalité il se fait de plus en plus rapide. Beaucoup plus que prévu." Si les dirigeants internationaux échouent à "agir très vite, a-t-il dit, nous le regretterons amèrement pour l'avenir de l'humanité et du monde".

    "Des centaines de milliers de personnes vont mourir si nous n'agissons pas", a renchéri le ministre norvégien de l'Environnement, Erik Solheim.

    Et des scientifiques lui ont expliqué avoir constaté ces deux dernières années une soudaine et importante augmentation des émissions de méthane, l'un des gaz à effet de serre les plus agressifs et donc l'un des principaux responsables du réchauffement climatique.

    Le même jour, le WWF a présenté un document sur le "réchauffement de l'Arctique", qui est bien plus qu'un simple problème local, c'est un problème global". Selon le WWF, l'Arctique se réchauffe deux fois plus vite que la Terre dans son ensemble et si rien n'est fait, le niveau des océans aura monté d'environ 1,20 mètre en 2100, et les inondations des régions côtières, dues à la fonte des glaces, "affecteront plus d'un quart de la population mondiale". En outre, le réchauffement climatique libère dans la région polaire de grandes quantités de méthane, alors que ce gaz à effet de serre était jusqu'ici "emprisonné dans la glace". Cet effet contribue, à son tour, à l'accélération de la fonte des glaces arctiques.

    Tout cela est faux, en dehors de la réalité du réchauffement de l'Arctique. Mais l'Arctique a connu entre 1910 et 1940 un réchauffement plus rapide que celui que nous constatons depuis 1970. Il n'est pas dû à l'effet de serre anthropique, mais aux oscillations naturelles de la température de l'Océan Atlantique.

    La hausse du niveau des mers (entre 1 et 1,5 mm par an) n'est pas due à la fonte des glaciers mais à la hausse de la température de l'eau. Or depuis 2003 la température des océans est en légère baisse.
    Les glaces arctiques ne contiennent pas de méthane. (Le méthane se trouve dans le permafrost, qui a résisté à des réchauffements climatiques bien plus importants que celui que nous connaissons, si tant est que ce réchauffement existe.)

    Les preuves sont ici, et , entre autres.

    Non à la dictature de la fausse écologie, prétexte pour une dictature mondiale.

    De falsis œcologistis libera nos, Domine.

  • La planète bleue en danger

    Le président tchèque Vaclav Klaus a présenté hier son nouveau livre La planète bleue en danger. Il a souligné qu'il souhaitait éviter que « l'idée controversée d'un réchauffement climatique global et l'idée plus controversée encore d'une influence prépondérante de l'homme sur le climat global et la température globale soient utilisées abusivement pour justifier de nouvelles interventions radicales des Etats et des politiques dans la société humaine ».

    Il a ajouté sur le mode ironique que son livre était une petite contribution à la Conférence de Copenhague (qui doit se tenir en décembre).