Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Reconquête N° 329

    Rec.jpg

    Rec-somm.jpg

  • Commémoraison de saint Paul

    La messe de ce jour est la même que celle de la fête de la conversion de saint Paul, le 25 janvier, en dehors des lectures, et de l’alléluia, que voici par les moniales d’Argentan :

    Allelúia, allelúia. Sancte Paule Apóstole, prædicátor veritátis et doctor géntium, intercéde pro nobis. Allelúia.

    Saint Paul, Apôtre, prédicateur de la vérité et docteur des nations, intercédez pour nous.

     

    chant_img.jpg


    podcast

  • Ça n’a pas été long…

    L'indice FTSE-100 ("footsie") de la Bourse de Londres est revenu aujourd’hui au niveau où il était avant le référendum, et l’a même dépassé.

  • Les fadas

    Comme chacun le sait, le Brexit est le fait des bouseux archaïques et des salauds de pauvres, de toute la vieillerie inculte et moisie d’outre-Manche.

    Matteo Renzi a trouvé une idée géniale pour que les jeunes Britanniques instruits et modernes ne pâtissent pas des tares de leurs aînés : leur donner la citoyenneté européenne…

    « Si un étudiant britannique décide de passer deux, trois, quatre ans dans une université européenne, nous sommes en train d'étudier s'il serait possible de lui donner un passeport européen », dit-il, en faisant croire que son idée est partagée par les autres dirigeants de la gauche européenne, et même par Angela Merkel et François Hollande, puisqu’il dit en avoir parlé avec eux lors de leur rencontre à Berlin ; et la presse aux ordres conclut servilement que « les dirigeants de l’UE » envisagent de faire ce que préconise Renzi.

    Sauf que c’est une absurdité.

    C’est une absurdité en soi, de donner la citoyenneté de l’UE à un jeune sous prétexte qu’il fait ses études dans une université de l’UE.

    En outre cela impliquerait, selon les règles de la non-discrimination, qu’on donne la citoyenneté européenne non aux seuls Britanniques, mais à tous les étudiants venus du monde entier faire leurs études dans l’UE. Et même chez les eurofanatiques il n’y aura personne pour accepter cela.

  • Aux Pays-Bas

    Une motion de Geert Wilders, demandant au gouvernement de « tout mettre en œuvre pour organiser au plus tôt un référendum sur l’appartenance des Pays-Bas à l’UE » a été rejetée lundi soir par 124 voix contre 14. Ce qui n’est pas étonnant. L’information est que la motion existe et a été discutée.

    Dans le même temps, on apprend qu’une pétition réclamant ce même référendum a recueilli 56.710 signatures et a été remise au Parlement.

    Pour l’heure le gouvernement des Pays-Bas est aux prises avec le problème posé par le dernier référendum en date : celui sur l’accord UE-Ukraine. Alors que l’élite néerlandaise est fanatiquement européiste, le peuple néerlandais, contre toute attente, s’est servi de ce référendum a priori technique pour montrer son euroscepticisme. C’était le 6 avril, et la question n’est toujours pas réglée. Le gouvernement et l’UE se trouvent devant un problème insoluble. Car l’accord (en réalité un coup politique contre Poutine) qui était passé partout (y compris évidemment au Parlement néerlandais) comme une lettre à la poste, est entré en application avant même que tout le monde l’ait ratifié… Le Premier ministre Mark Rutte a déclaré hier : « Ou bien nous modifions le texte, ou bien nous trouvons une solution qui n’implique pas de modifier le texte. » En attendant, les Pays-Bas ne peuvent pas ratifier l’accord. Lequel est depuis longtemps mis en application, de façon parfaitement illégale, comme c’est de plus en plus souvent le cas dans cette UE où le droit ne sert plus qu’à légitimer les attaques contre les méchants eurosceptiques…

  • La Cour suprême continue…

    Au lendemain de sa décision concernant le Texas, la Cour suprême des Etats-Unis, continuant dans sa lancée meurtrière, a rejeté hier les appels du Wisconsin et du Mississippi contre des jugements invalidant des lois restreignant la possibilité d’avorter dans ces Etats. C’est hélas seulement logique : il s’agissait de lois qui obligeaient les avorteurs à avoir un « privilège d’admission » dans un hôpital, comme au Texas.

    Parmi les réactions je note celle de la sénatrice Tammy Baldwin du Wisconsin : la Cour suprême « réaffirme que les femmes du Wisconsin et du pays tout entier ont le droit constitutionnel de faire leurs propres choix en matière de santé ». Tuer son bébé c’est un choix de santé… Jusqu’à quand va-t-on appeler encore cela la civilisation ? (Ah, j’oubliais… Tammy Baldwin est la première sénatrice ouvertement homosexuelle…)

  • Ordinations

    La mauvaise nouvelle :

    Il n’y a eu que 79 ordinations diocésaines de nouveaux prêtres cette année. Entre zéro (le cas le plus fréquent) et 2 ou 3 par diocèse, exceptionnellement 4 (Luçon, Saint-Denis, Versailles). Le plus grand nombre (si l’on peut dire) est logiquement à Paris : 11 ordinations. Et l’on remarque 5 ordinations à Bordeaux. Mais à Marseille, la 2e ville de France, c’est 0, à Lyon c’est 2, Toulouse 3, Nice 2, Nantes 1, Strasbourg 0, Montpellier 1, Lille 1.

    La bonne nouvelle :

    On remarque qu’il y a 6 ordinations dans le diocèse de Fréjus-Toulon, et… 7 dans le diocèse de Vannes (qui est la 110e ville de France).

    L’un des nouveaux prêtres de Vannes a tenu à célébrer une de ses premières messes dans la « forme extraordinaire » (l’un des nouveaux prêtres de Paris également).

  • Saints Pierre et Paul

    P1140942.JPG

    Chapelle de la Madeleine, Gressan, Vallée d’Aoste. Fresque attribué à Giacomina da Ivrea, XVe siècle, découverte (comme toutes celles de l’intérieur de l’église) en 1938 sous la chaux et le ciment.

    Hódie Simon Petrus ascéndit crucis patíbulum, allelúia : hódie claviculárius regni gaudens migrávit ad Christum : hódie Paulus Apóstolus, lumen orbis terræ, inclináto cápite, pro Christi nómine martýrio coronátus est, allelúia.

    Aujourd’hui Simon Pierre est monté sur le gibet de la croix, alléluia : aujourd’hui le porte-clefs du royaume s’en est allé joyeux vers le Christ : aujourd’hui l’Apôtre Paul, lumière de toute la terre, ayant incliné la tête, a reçu la couronne du martyre pour le nom du Christ, alléluia.

    Antienne du Magnificat. Chantée par les moines de Solesmes (avec des si bécarre) :
    podcast

  • Benoît XVI

    discours-benoit2_650.jpg

    Pour le 65e anniversaire de l’ordination sacerdotale de Benoît XVI, une réception a été organisée au Vatican. Le pape émérite a prononcé une brève allocution, qui n’était a priori qu’un simple remerciement, mais dont il a fait, naturellement, une grande et profonde leçon spirituelle. On en trouvera la vidéo, le texte italien, et la traduction française, chez Benoît et moi. Extrait :

    Il y a 65 ans, un confrère ordonné avec moi a décidé d'écrire sur l'image souvenir de sa première Messe, en plus de son nom et de la date, un mot en grec: "Eucharistoumen", convaincu qu'avec ce mot, dans ses multiples dimensions, est déjà dit tout ce que l'on peut dire à ce moment.

    "Eucharistoumen" dit un merci humain, merci à tous.

    Alors Benoît XVI remercie François, le cardinal Sodano et le cardinal Müller. Il poursuit :

    "Eucharistoumen": à ce moment-là l'ami Berger a voulu faire allusion non seulement à la dimension du merci humain, mais naturellement à la parole plus profonde qui se cache, qui apparaît dans la Liturgie, dans l'Écriture, dans les mots « gratias agens benedixit, fregit deditque ».

    "Eucharistoumen" nous renvoie à cette réalité de l'action de grâce, à cette nouvelle dimension que le Christ a donnée. Il a transformé en action de grâce, et ainsi en bénédiction, la croix, la souffrance, tout le mal du monde. Et ainsi fondamentalement, il a transsubstantié la vie et le monde et nous a donné et nous donne chaque jour le pain de la vraie vie, qui dépasse le monde grâce à la force de son amour.

    Enfin, nous voulons nous insérer dans ce "merci" du Seigneur, et ainsi recevoir réellement la nouveauté de la vie et aider à la transsubstantiation du monde: que ce soit un monde non de mort, mais de vie; un monde dans lequel l'amour a vaincu la mort.

  • Et vlan pour Juncker

    Propos de Witold Waszczykowski, ministre polonais des Affaires étrangères :

    D'ordinaire, en politique, en cas d'échec d'un projet politique, et ici, le projet politique est de préserver l'unité européenne, on doit changer les règles du jeu ou donner à d'autres personnalités politiques la possibilité d'améliorer ce projet…

    Nous nous demandons si la direction de la Commission européenne, qui voici quelques mois appelait les dirigeants politiques à cesser d'écouter leur électorat (1), a le droit de rester en fonction… A notre avis, elle ne l'a pas. De nouvelles personnalités politiques, de nouveaux commissaires doivent se charger de cette tâche, et avant toute chose, nous devons accorder de nouvelles prérogatives au Conseil européen, parce qu’il est composé de représentants politiques qui ont un mandat démocratique (2).

    (1) Jean-Claude Juncker, en mai dernier, dénonçant les dirigeants qui écoutent leur électorat au lieu de développer un sentiment commun européen.

    (2) Contrairement à la Commission européenne. (Mais dans le traité c’est bien la Commission qui est l’exécutif européen, pas le Conseil.)

  • Airbus et l’UE

    Puisque les européistes continuent leur bobard à propos d’Airbus, continuons à le dénoncer.

    Sans cesse ils disent aux eurosceptiques : vous parlez toujours de ce qui va mal, jamais de ce qui va bien, des grandes réussites de l’UE, par exemple Airbus.

    Mais Airbus n’a rien à voir avec l’UE. Comme quasiment tout ce qui va bien en Europe.

    Si l’on en voulait une nouvelle preuve, on l’aurait avec la réponse de Tom Enders, président exécutif d’Airbus, à propos de l’impact du Brexit sur le groupe, vu que c’est à Filton, Angleterre, que l’on planche notamment sur la structure des ailes, et que c’est à Broughton, Pays de Galles, qu’on assemble les ailes…

    « Le Royaume-Uni reste dans la famille tant qu'il reste compétitif. Nos collègues britanniques sont un partenaire indispensable et intégral d'Airbus. »

    Rien à voir avec le fait que ce pays soit ou non membre de l’UE. Airbus UK reste Airbus UK, dans Airbus Group. Rien ne change et il n’y a rien à changer.

  • Vigile des saints Pierre et Paul

    Bénédiction donnée au peuple avant la communion, dans le Missel dit gothique-gallican, en usage dans la Gaule narbonnaise sous domination wisigothe (citée et traduite dans l’Année liturgique)

    Deus, qui membris Ecclesiæ, velut gemellum lumen quo caveantur tenebras, fecisti Petri lacrymas, Pauli litteras, coruscare.
    ℟. Amen.

    Dieu, pour garder des ténèbres les membres de l’Église, vous avez fait briller comme deux lumières jumelles, et les larmes de Pierre, et les lettres de Paul.
    ℟. Amen.

    Hanc plebem placitus inspice : qui cœlos facis aperire Petro in clave, Paulo in dogmato.
    ℟. Amen.

    Regardez ce peuple bénignement, vous par qui Pierre avec ses clefs, vous par qui Paul avec sa foi, ouvrent les cieux.
    ℟. Amen.

    Ut præviantibus ducibus, illic grex possit accedere, quo pervenerunt pariter tam ille Pastor suspendio, quam iste Doctor per gladium in congresso. Per Dominum nostrum.
    ℟. Amen.

    Qu’à la suite des chefs, le troupeau parvienne où sont arrivés d’un même pas tous deux, et le Pasteur sur la croix, et le Docteur sous le glaive. Par Jésus-Christ notre Seigneur.
    ℟. Amen.

  • Quand un juge décide de la vie et de la mort des bébés

    La Cour suprême des Etats-Unis a jugé illégale la loi votée en 2013 au Texas qui oblige les avortoirs à respecter les mêmes normes que les cliniques chirurgicales, et oblige les avorteurs a être titulaires d’un « privilège d’admission » dans un hôpital proche.

    L’examen de cette loi par la Cour suprême, juste après la mort du juge pro-vie Antonin Scalia, avait fait apparaître qu’il y avait quatre juges (dont trois furies) pour l’invalidation, et trois juges qui considéraient que cette loi ne portait pas directement atteinte au « droit » à l’avortement. Restait un juge indécis, Anthony Kennedy, plutôt pro-vie mais pas toujours. Il s’est rangé du côté pro-mort.

    800px-Anthony_Kennedy_official_SCOTUS_portrait.jpgC’est donc ce juge, de son nom complet irlandais, hélas, Anthony McLeod Kennedy, qui se rend responsable de la suppression des freins à l’avortement au Texas.

    Hillary Clinton a immédiatement salué la décision de la Cour suprême, qui « est une victoire pour les femmes du Texas et à travers l’Amérique. L’avortement sûr doit être un droit – pas seulement sur le papier, mais dans la réalité. » Et le tweet est signé du H qui indique qu’il s’agit d’un tweet personnel et non d’un message rédigé par son équipe de campagne.

  • A Qaa

    Qaa2.jpg

    Quatre terroristes ont attaqué avant l’aube le village libanais de Qaa, tout près de la frontière syrienne, sur la route reliant la Bekaa à la ville syrienne de Qousseir.

    "Le premier assaillant a frappé à la porte de l'une des maisons, mais face à la méfiance des habitants, il a déclenché sa ceinture explosive. Alertés, les habitants se sont rassemblés sur les lieux, à une centaine de mètres de l'église Saint-Elie, et alors qu’ils commençaient à soigner les blessés deux autres kamikazes se sont fait exploser. Le quatrième a été poursuivi et tué avant de pouvoir se faire sauter.

    Au moins cinq habitants ont été tués, et 15 blessés.

    Qaa est un village majoritairement grec-catholique, avec un quartier sunnite.

    Ci-dessous le monument à Notre Dame :

    3088953.jpg

    Addendum. Dans la soirée, trois autres terroristes se sont fait exploser, un devant l'église, les deux autres devant la mairie. Tous trois sont morts, et parmi les habitants il n'y a eu que quelques blessés légers...

  • Fuite en avant

    Les européistes rivalisent d’idées pour répondre au Brexit en allant dans le sens inverse de ce que demandent les peuples. Même l’ineffable Macron y va de sa proposition d’un « traité refondateur » pour « une plus grande intégration du cœur de l’Europe ». D’une UE repliée sur les plus importants pays… Et voici Daniel Cohn-Bendit, proposant qu’aux élections européennes il y ait, outre les élections nationales, l’élection d’une quarantaine de députés sur des listes « transeuropéennes ». « C'est-à-dire que vous auriez une deuxième voie où vous votez pour les socialistes européens, les verts européens, les fascistes européens, les je-ne-sais-quoi européens. » Et les têtes de listes seraient les candidats à la présidence de la Commission européenne… Sauf que ce que Cohn-Bendit appelle les « fascistes », ce sont des patriotes qui n’ont aucune intention de concourir pour la présidence de la Commission.

    Norbert Hofer vient de déclarer quant à lui que si l’Union européenne prend dans les mois à venir des initiatives pour une plus grande intégration, l’Autriche organisera un référendum pour sortir de l’UE. Auxit, ou Öxit ? Quoi qu’il en soit la menace de Norbert Hofer n’est pas une plaisanterie. Le candidat du FPÖ à la présidentielle autrichienne, qui a obtenu que la Cour constitutionnelle examine les conditions d’une élection où il a perdu de 31.000 voix alors que de nombreuses irrégularités ont été commises, se souvient que l’an dernier une pétition a déjà obligé le Parlement à discuter de la question. Et le dernier sondage donne 53% d’Autrichiens favorables à l’UE. En 2014 ils étaient 75%...

    Addendum

    Norbert Hofer fait sans doute allusion au texte commun de Jean-Marc Ayrault et son homologue allemand Frank-Walter Steinmeier, dont on parle beaucoup aujourd’hui mais qui est daté du 24 juin sur le site du ministère allemand des Affaires étrangères. Dans ce document en... anglais, les deux ministres en appellent, comme l’a résumé la télévision polonaise, à la constitution d’un super Etat européen.

  • Tout et le contraire

    Gunther Krichbaum, président CDU de la commission des Affaires européennes du Bundestag, déclare que l’UE va toujours compter 28 pays car l’Ecosse va voter son indépendance, et « Il faudra répondre rapidement à une demande d'adhésion d'un pays ami de l'UE ».

    Ce sont les mêmes politiciens de la CDU (etc.) qui, lors du référendum de 2014, expliquaient que l’Ecosse ne devait surtout pas accéder à l’indépendance si elle voulait continuer à faire partie de l’UE, car si elle devenait indépendante ce serait un nouvel Etat qui devrait faire acte de candidature et que c’est un processus extrêmement long, à supposer déjà que tous les autres Etats-membres soient d’accord pour sa candidature…

  • Dans le genre…

    576c16d2c361885d6a8b456e.jpg

    Steffen Königer est un élu AfD au parlement du Brandebourg. On discutait d’un projet de loi pour améliorer « l'acceptation de la diversité des genres et des sexes » et lutter « contre l'homophobie et la transphobie ». Afin de s’assurer qu’il échapperait à toute accusation de discrimination sur un sujet aussi sensible, il a tenu à saluer tous les « genres » avant de donner l’avis de son parti. Mais oui, même les Prussiens peuvent avoir le sens de l’humour. Voici la retranscription de son allocution, selon le sous-titrage de la vidéo que l’on peut voir ici.

    — Cher Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, chers homosexuels, chères lesbiennes, chers androgynes, chers bigenres, chères female-to-males, chers male-to-females, chers genres variables, chers genderqueers, chers intersexuels, chers genres neutres, chers asexuels, chers non-binaires, chers pangenders et pansexuels, chers trans masculins et hommes trans, chères trans féminines et femmes trans, chers transhumains, chers trans avec *, chères trans*féminines et femmes*trans, chers trans*masculins et hommes*trans, chères personnes transsexuelles, chères inter*féminines, chers inter*masculins,

    Le président : Pourriez-vous passer au vif du sujet ?

    — Désolé, monsieur le Président, je n’ai pas encore terminé mon introduction. Chers inter*hommes, chères inter*femmes, chers inter*humains, chers intergenres, chers intersexuels, chers dual genders, chers hermaphrodites, cher troisième genre bispirituel, cher quatrième genre, chères femmes XY, chers travestis, chers cross genders, chers zero genders, et, bien sûr, bienvenue à tous les autres genres, chère madame monsieur (au choix) Nonnemacher, chère madame monsieur (au choix) Baader, chère madame monsieur (au choix) Mus, le parti AfD rejette votre proposition. Merci.

  • François tel qu’en lui-même

    Interrogé dans l’avion qui le ramenait d’Arménie sur les homosexuels et ce qu’en dit le cardinal Marx, François, après avoir dûment répété son « Qui suis-je pour juger ? », a ajouté :

    Je crois que l’Eglise doit présenter des excuses, non seulement – comme l’a dit ce cardinal marxiste (sic) – à cette personne qui est gay, qu’elle a offensée, mais elle doit présenter des excuses aussi aux pauvres, aux femmes et aux enfants exploités dans le travail, elle doit présenter des excuses pour avoir béni tant d’armes…

    François n’a jamais entendu parler des innombrables prêtres, religieux et religieuses qui ont voué leur vie à aider les pauvres et les exploités (et à soigner les malades du sida, par exemple). Son propos est une fois de plus une terrible insulte, et une nouvelle insulte envers l’Eglise, mais, puisqu’il ne sait pas…

    Quant à sa tendresse particulière pour les homosexuels, on lira ceci qui est éclairant.

    D’autre part, il a réaffirmé qu’il allait mettre en place une commission pour étudier la question des diaconesses… tout en disant que les journalistes avaient mal rapporté ses propos. Mais les journalistes avaient seulement dit qu’il allait mettre en place une commission… et en avaient tiré les conséquences obvies. Si l’on met en place une commission sur un sujet qui ne le nécessite en aucune façon, c’est évidemment qu’on veut modifier la donne.

  • Jam lucis orto sidere

    hymne.jpg

    L’hymne de prime (identique tous les jours), avec la traduction du Révérend Père Louis Gladu, OMI, rédacteur en chef de L’Ami du Foyer, parue en 1913 à Québec. On appréciera particulièrement « Pour qu’ils ne s’enivrent point au flot des vanités »… Sans se moquer, car dans l’ensemble c’est assez réussi.

    En 2009 j’avais donné la traduction de Pierre Corneille.

    Et voici cette hymne, en son chant le plus simple des féries (comme aujourd’hui), par les moines d’En-Calcat :
    podcast

  • 6e dimanche après la Pentecôte

    L’évangile est celui de la seconde multiplication des pains. La révélation aux païens, venus des quatre coins du monde (ils sont 4.000) et auxquels on distribue 7 pains. Et il restera 7 corbeilles. Si 12 est le nombre d’Israël, 7 est le nombre cosmique de la création, donc de l’ensemble du monde, spécifiquement du monde païen. Depuis la Genèse qui évoque 70 nations jusqu’aux apôtres qui instituent 7 diacres pour le service des tables des païens convertis.

    Ceux-là « viennent de loin », souligne Jésus. Formule qui réveille des souvenirs. « Nous venons d’une terre lointaine », disent les Gabaonites à Josué (et Josué c’est le même mot que Jésus). Les Gabaonites mentent pour avoir la vie sauve. Ceux qui viennent entendre Jésus viennent pour avoir la vie éternelle. Et il y a la grande fresque messianique, épiphanique, du chapitre 60 d’Isaïe : « Lève les yeux autour de toi, et vois tes enfants rassemblés ; tous tes fils sont venus de loin… », selon le grec, et selon la Vulgate : « Lève les yeux autour de toi et vois : tous ceux-là se sont rassemblés, ils sont venus à toi, tes fils viendront de loin… »

    Et puis il y a saint Paul qui dit aux Ephésiens : « Maintenant, dans le Christ Jésus, vous qui jadis étiez loin, vous avez été faits près dans le sang du Christ. (…) Et il est venu annoncer la paix, à vous qui étiez loin, et la paix à ceux qui étaient près; car c'est par lui que nous avons accès les uns et les autres dans un même Esprit auprès du Père. »

    Il y a trois jours (trois jours, le triduum pascal de la rédemption) qu’ils restent auprès de moi, dit Jésus de ceux-là qui viennent de loin. Et il leur annonce l’évangile de la paix (« evangelizavit pacem », dit saint Paul), la paix de l’unité de ceux qui sont loin et de ceux qui sont près, par le sacrement de la communion et de la paix, l’eucharistie.

  • Travaux pratiques pour étudiants : la dissection d’un cerveau de fœtus

    Un comité d’enquête sur la vie de l’enfant a été créé par la commission de la Chambre des représentants des Etats-Unis pour l’énergie et le commerce. Son rôle est de recueillir des informations sur les pratiques médicales et commerciales organisant la collecte et la vente de tissus de fœtus avortés. Il vient d’envoyer au procureur général du Nouveau-Mexique un dossier hallucinant, de près de 300 pages, sur un employé anonyme de l’université du Nouveau-Mexique qui s’est procuré plus de 39 fois par an depuis 2010 des morceaux de fœtus dans un avortoir d’Albuquerque. Le document manuscrit de 290 pages détaille les morceaux commandés au fil des mois : poumons, moelle, cœur, rétine, foie, reins, etc. Parfois on apprend que le fœtus a été tué parce qu’il avait un pied bot, ou une trisomie.

    Il y a aussi mention d’un foetus avorté à 30 semaines et demie, et conservé « intact ».

    Et il y a la mention précise d’une commande d’un cerveau intact de troisième trimestre de grossesse pour dissection au cours d’une session étudiante d’été. Le programme de l’université mentionnait bien, en effet, parmi les activités prévues, la « dissection de divers échantillons »…

    Mais il n’est pas certain qu’il y ait quoi que ce soit d’illégal dans toutes ces horreurs… Ce qui montre le degré de barbarie auquel on est descendu.

  • Trémel

    Eglise en flamme - 21 juin 2016.jpg

    La belle église Notre Dame de la Merci de Trémel, près de Morlaix (mais dans les Côtes d’Armor), édifiée autour de 1500, a été victime d’un incendie (dont on ne connaît pas encore la cause) le 21 juin. Il ne reste que les murs. Le site infobretagne permet de voir ce qui disparaît tout à coup du patrimoine. Il s’agit surtout des sablières et des poutres engueulées. Et aussi de la voûte de bois qui était joliment décorée, et du chemin de croix de Xavier de Langlais, témoignage de l’art breton de l’entre-deux guerres. Les plus belles statues quant à elles n’étaient plus dans l’église (et les vitraux, qui ont tous explosé, étaient sans intérêt).

    Mais il faut refaire la charpente et le toit et cela est hors de prix pour une commune de 400 habitants.

    Le président de Lannion Trégor Communauté, Joël Le Jeune, propose aux communes du Trégor de verser 1€ par habitant pour aider à la restauration de l’église : 100.000 Trégorois, 100.000€.

    De son côté le blog Ar Gedour appelle aux dons, en liaison avec l’Association de sauvegarde de l’église de Trémel, qui avait été créée dans le but de collecter des fonds pour restaurer l’église…

    chemin-de-croix-tremel.jpg

  • La divergence et l’impasse

    Jaroslaw Kaczynski, président du PiS, le parti au pouvoir en Pologne, a tenu une conférence de presse sur le Brexit. Pour déplorer le vote britannique, mais aussi pour affirmer que la réponse au Brexit doit être une réforme de l’UE qui serait une nouvelle offre aux Britanniques, à travers un nouveau traité.

    « Nous avons besoin d’un nouveau traité européen, nous avons besoin d’une réaction positive, au lieu de nous obstiner dans la même direction en continuant dans le même chemin qui a conduit à la crise. »

    Il faut clarifier la prise de décision, qui ne doit plus être « arbitraire », il faut redéfinir le concept de subsidiarité, il faut augmenter le nombre des domaines où la décision doit être prise à l’unanimité… Car l’UE est toujours composée d’Etats nations…

    Le Premier ministre Beata Szydlo a souligné que la Pologne est en train d’élaborer des propositions sur ce qui doit changer : « Le but de la Pologne est de construire une UE forte, unie, de nations souveraines ».

    Ce discours est exactement à l’opposé de celui que l’on entend en France. Tous les dirigeants demandent, éventuellement avec l’appui d’un nouveau traité, qu’on renforce l’UE, qu’on réponde au Royaume Uni par plus d’Europe, et particulièrement qu’on s’occupe de construire une zone euro unifiée, entre les pays qui veulent continuer l’intégration. C’est-à-dire entre dirigeants qui veulent continuer dans la voie de la désastreuse utopie, contre les peuples.

    La divergence est donc en train se creuser entre ces deux groupes de pays. Et elle conduit à une impasse.

    Car nos dirigeants sont dans la légitimité des traités. Le traité de Maastricht impose une « citoyenneté européenne » supérieure à celle des nations, une monnaie unique à TOUS les Etats de l’UE, et une marche forcée vers toujours plus d’intégration. Et quand ils veulent un nouveau traité c’est pour le souligner encore davantage.

    Je me demande si Jaroslaw Kaczynski se rend compte à quel point il va contre le traité européen quand il dit qu’il est contre une tentative de la Pologne de rejoindre l’eurozone pour combattre le Brexit, parce que adopter l’euro conduirait à appauvrir les gens si le pays entrait avec un zloty faible, et briserait les exportations s’il entrait avec un zloty fort…

    On va forcément vers un clash majeur.

  • La charge de l’Académie de médecine contre le genre

    Note d’information de l’Académie nationale de médecine, juin 2016.

    Titre :

    Parité en santé : la recherche scientifique et la médecine ne peuvent plus ignorer les différences biologiques entre les sexes.

    Premier paragraphe :

    Les hommes et les femmes ne sont pas égaux devant la maladie et doivent donc être traités différemment. Plusieurs pays européens ont déjà adapté en conséquence leur recherche scientifique et leurs stratégies thérapeutiques, prenant ainsi au moins dix ans d'avance par rapport à la France, où sous prétexte de parité, on évite de reconnaître les différences entre les hommes et les femmes, au mépris des évidences scientifiques et de l'intérêt même de la santé des femmes... et des hommes.

    La primauté donnée au genre sur les réalités du sexe risque de créer une injustice de plus, dont il est du devoir des scientifiques et des médecins de prendre conscience pour alerter et agir.

    Comment peut-on accepter un tel discours sexiste ? Comment l’Académie de médecine peut-elle échapper à des poursuites pour discrimination ? Comment peut-elle échapper à l’opprobre politico-médiatique en s’inscrivant ainsi en faux contre l’idéologie obligatoire ?

    C’est vrai qu’il y a un petit paragraphe où l’on fait révérence devant l’idéologie en évoquant le « formatage socio-culturel » du genre et les « stéréotypes difficiles à éradiquer même s’ils sont erronés », mais il n’a aucune incidence sur le propos.

    En fait, comme on ne peut pas scientifiquement répliquer à l’Académie de médecine, on fait comme s’il ne s’était rien passé. Et on continue comme devant, au mépris de la santé…

  • Dans l’Eglise de Corée

    Le 18 juin dernier, quelque 60 réfugiés nord-coréens ont été baptisés à la paroisse catholique de Banpo 4-dong, à Séoul. Le cardinal Andrew Yeom Soo-jong, archevêque de Séoul, leur a fait parvenir un message de bienvenue, accompagné d’un chapelet pour chacun.

    A cette occasion, Eglises d’Asie nous apprend que le diocèse de Chuncheon forme des prêtres pour la Corée du Nord. Déjà, le territoire du diocèse de Chuncheon, au nord-est de la Corée du Sud, a une grande partie de son territoire en Corée du Nord, mais en outre l’évêque de Chuncheon est administrateur apostolique du diocèse de Hamhung, qui couvre tout le nord-est de la Corée du Nord. Il y a quelques semaines, les deux diocèses (à savoir Mgr Lucas Kim Woon-hoe et Mgr Lucas Kim Woon-hoe) ont signé un accord, aux termes duquel des séminaristes vont être ordonnés prêtres pour le diocèse de Chuncheon mais incardinés dans le diocèse de Hamhung.

    L’archidiocèse de Séoul, dont l’archevêque est aussi administrateur apostolique du diocèse de Pyongyang, forme également des prêtres pour le territoire nord-coréen. En février dernier, le premier prêtre formellement incardiné dans le diocèse de Pyongyang a ainsi été ordonné à Séoul.

    Naturellement, aucun prêtre ne peut pénétrer sur le territoire nord-coréen. Mais l’Eglise de Corée du Sud veut être prête pour le jour où il y aura la moindre brèche, ou l’écroulement du régime démentiel de Pyonyang.

    (Personne ne sait combien il peut rester de catholiques en Corée du Nord. Officiellement il y en 3.000 : ce sont les membres de l’ « Association catholique coréenne », qui « pratiquent librement leur foi » et ont une église à Pyongyang, sauf qu’il n’y a pas de prêtre. Selon l’ONU il resterait 800 catholiques. Selon certains il y aurait 300.000 chrétiens, mais personne n’en sait rien.)

    2000px-Dioceses_of_Korea-en.jpg

  • Saint Guillaume de Verceil

    Saint Guillaume de Verceil bâtit son monastère sur le mont Virgile, nom qu’il modifia en « Monte Vergine », mont de la Vierge. Dans le musée du monastère on peut voir cette peinture, dite « Madone de saint Guillaume ». Elle est indubitablement de son époque (début du XIIe siècle), et elle fut la première image de la Madone vénérée à Montevergine. (Cliquer sur la deuxième photo pour l'agrandir.)

    montevergine1.jpg

    montevergine1bis.jpg

    L’icône qui se trouve aujourd’hui dans la chapelle de la Vierge est également ancienne, car elle se trouve au monastère depuis la fin du XIIIe siècle. Elle pourrait être l’œuvre de Pietro Cavallini ou de Montano d’Arezzo, mais elle a été plusieurs fois retouchée.

    montevergine2.jpg

    Il y a aussi à Montevergine ce curieux crucifix, dit « crucifix décloué », à la fois crucifix et déposition de croix, qui date du XIIIe siècle, et qui pourrait être provençal.

    crucifix.jpg

  • Ils osent tout…

    Nicolas Sarkozy demande un nouveau traité européen, parce qu’il faut une « refondation profonde ».

    C’est Nicolas Sarkozy qui a signé et qui a fait adopter le traité de Lisbonne, en nous expliquant que c’était une merveille. Et aujourd’hui il faut le mettre au panier, alors qu’il n’est même pas encore complètement entré en vigueur (la règle de la double majorité ne sera obligatoire qu’après mars 2017).

    « La lucidité commande de dire que ce sentiment de rejet est partagé par beaucoup de Français et beaucoup d'autres Européens. Ce qu'a dit le peuple britannique, d'autres peuples en Europe peuvent le dire. Nous ne pouvons, nous ne devons l'ignorer », dit Sarkozy.

    Et alors ? Eh bien alors le nouveau traité « montrera aux peuples de notre continent que l'Europe est décidée à reprendre son destin en main ». L’Europe. L’ectoplasme dictatorial européen. Pas la France.

    De même, François Hollande a dit qu’il fallait écouter ce qu’on dit les Britanniques, et qu’en conséquence il faut… davantage d’Europe, davantage « d’harmonisation fiscale et sociale », un « renforcement de la zone euro et de sa gouvernance démocratique ».

    La dernière expression, en forme de pied de nez, est la preuve, non seulement qu’il se fiche des citoyens, mais qu’il leur crache à la gueule. Comme Sarkozy.

  • Le pendu dépendu

    pendaison-judas_650.jpg

    L’énigme du chapiteau de Vézelay est peut-être résolue. Grâce au commentaire absurde et hétérodoxe de François, inspiré par le théologien hérétique Drewermann. Comme quoi le diable porte pierre…

    L’hypothèse d’une lectrice de Benoît et moi est en effet fort séduisante. Elle suggère qu’il s’agit de l’anecdote du « pendu dépendu », miracle de saint Jacques raconté dans le Codex calixtinus.

    On lira ci-après la traduction du récit de ce miracle. On aurait donc à gauche le méchant aubergiste, et à droite le pèlerin allemand portant son fils dépendu qui vient de lui parler alors qu’il est mort depuis un mois.

    « Du point de vue de l’histoire du pèlerinage, cela est passionnant. Un miracle de 1090 se trouve illustré vers 1135 (achèvement de la nef) : cela est extrêmement récent. L’emplacement du chapiteau n’est pas dû au hasard : premier pilier de la nef à droite en entrant par le grand portail pour accueillir les pèlerins. »

    S’il en est ainsi ce serait la première représentation de ce miracle, assez souvent illustré (voir la carte ici), mais pas avant le XIVe siècle semble-t-il. D’autre part le chapiteau aurait été sculpté un peu avant que le miracle soit collationné dans le Codex calixtinus (vers 1150).

    *

    Le pendu dépendu

    Il est bon de transmettre à la postérité le souvenir de certains Allemands qui, en l’an 1090 de l’incarnation de notre Seigneur, se rendant en pèlerins sur le tombeau de saint Jacques, arrivèrent dans la ville de Toulouse avec beaucoup de moyens et se logèrent chez un riche aubergiste. Ce méchant, qui simulait sous un extérieur avenant la douceur d’un agneau, les accueillit avec sollicitude et, sous couvert d’hospitalité, les incita traîtreusement à s’enivrer en leur servant diverses boissons. Ô, avarice aveugle, ô, mauvais esprit enclin au mal ! Tandis que les pèlerins dormaient d’un sommeil encore alourdi par l’ivresse, l’hôte malhonnête, poussé par l’esprit de cupidité, cacha en secret dans l’un des sacs des dormeurs une coupe d’argent, afin de les convaincre de vol et de s’approprier ensuite leur pécule. Le lendemain, lorsqu’ils furent partis après le chant du coq, cet hôte inique les poursuivit avec une troupe armée, vociférant : « Rendez-moi, rendez-moi l’argent que vous m’avez dérobé ! » Ceux-ci lui répondirent : « Si tu trouves quelque chose sur l’un d’entre nous, tu n’auras qu’à le faire condamner. »
    On les fouilla, trouva la coupe dans le sac de l’un et, confisquant injustement les biens du père et du fils, on les traduisit tous les deux en justice. Le juge cependant, avec une certaine indulgence, ordonna de libérer l’un et de conduire l’autre au supplice. Ô entrailles de miséricorde ! Le père, voulant libérer son fils, se rendit au supplice, tandis que le fils, au contraire, estimait injuste que son père perdît la vie pour son fils et que c’était au fils de subir la peine à la place de son père. Ô vénérable joute de bonté ! Finalement le fils est pendu à sa propre demande pour que son père soit libéré. Quant au père, il poursuit son chemin jusqu’à Saint-Jacques dans les pleurs et l’affliction. Après avoir été sur le vénérable tombeau de l’apôtre, le père prit le chemin du retour et, alors que trente-six jours s’étaient écoulés, fit un détour pour voir le corps de son fils encore pendu. Pleurant, gémissant et se plaignant à fendre le cœur, il disait : « Malheureux que je suis de t’avoir engendré ! Comment puis-je continuer à vivre en te voyant pendu ! » Comme tes œuvres sont magnifiques, Seigneur ! Le fils pendu console le père, lui disant : « Ne t’afflige pas, père très aimant, de mon châtiment, car ce n’en est pas un. Mais réjouis-toi plutôt, car ma vie est plus suave maintenant qu’elle ne l’a été dans toute mon existence passée. En effet, saint Jacques, me soutenant de ses mains, me réconforte avec plein de douceurs. » Entendant cela, le père se rendit en hâte à la ville et rassembla le peuple pour qu’il soit témoin d’un tel miracle de Dieu. Venant et voyant que le pendu vivait encore après un tel laps de temps, les assistants comprirent que l’insatiable cupidité de l’aubergiste était à l’origine de cette accusation et que sa victime devait son salut à la miséricorde divine. Cela a été fait totalement par le Seigneur et c’est admirable à nos yeux. Ils descendirent alors le pendu de son gibet en grand honneur. Quant à l’aubergiste, comme il avait démérité, un jugement unanime le condamna à mort et il fut pendu sur-le-champ. C’est pourquoi quiconque porte le nom de chrétien doit veiller très attentivement à ne pas tromper ses clients ni ses proches, de cette manière ni en quelque façon. Qu’il s’attache au contraire à témoigner aux pèlerins une bienveillance charitable et obligeante, afin de mériter la récompense de la gloire éternelle que Dieu leur donnera.

    Trad. B. Gicquel, La légende de Compostelle, Paris, Tallandier, 2003, p. 478

  • Fantastic !

    Que pensez-vous du Brexit ? « Je pense que ça va être génial. Je pense que c’est fantastique : les Britanniques reprennent le contrôle de leur pays. » Telle a été la réponse de Donald Trump sortant d’un hélicoptère pour inaugurer son golf international en Ecosse.

    Donc près de 52% des votants ont dit non à l’UE, et la participation a été de 72%.

    J’avoue que je n’y croyais plus, et je n’ai pas honte, puisque même Nigel Farage n’y croyait plus non plus.

    Les fabricants du monstre européen avaient inséré dans le traité de Lisbonne un article 50 sur la possibilité de quitter l’UE, parce qu’on leur avait dit que ce n’était pas démocratique qu’on soit obligé de rester dans l’UE, mais ils étaient absolument persuadés que personne n’envisagerait jamais de recourir à cet article…

    Il est amusant de voir toutes ces personnalités qui continuent d’annoncer l’apocalypse comme si la campagne continuait… Et les bourses chutent, mais c’est totalement artificiel. Les chefs d’entreprises interrogés par Les Echos ne sont nullement inquiets, et le PDG d’EDF affirme que le Brexit n’aura aucun impact sur la stratégie de l’entreprise ou de sa filiale britannique : « Notre stratégie d'entreprise n'est pas liée à l'appartenance politique de la Grande-Bretagne à l'Union européenne, donc nous n'avons pas de raison de changer cette politique. »

    Le vote britannique est évidemment un choc majeur dans l’histoire de la « construction » européenne. On peut dire qu’une nouvelle page s’ouvre. Pour la première fois, alors qu’elle ne cessait de s’agrandir, l’UE rétrécit, et en perdant un de ses trois plus grands pays. Et comme bien évidemment le Royaume-Uni ne va pas sombrer mais va continuer à prospérer (comme la Suisse ou la Norvège), les pressions « populistes » vont être de plus en plus fortes pour que de semblables référendums aient lieu ailleurs. D’abord sans doute aux Pays-Bas, où le parti de Geert Wilders est aujourd’hui en tête des sondages, et au Danemark, qui n’est que nominalement membre de l’UE, puis en Finlande, puis… en France.

  • Nativité de saint Jean Baptiste

    Introït de la messe

    De ventre matris meæ vocávit me Dóminus nómine meo : et pósuit os meum ut gládium acútum : sub teguménto manus suæ protéxit me, et pósuit me quasi sagíttam eléctam.

    Bonum est confitéri Dómino : et psállere nómini tuo, Altíssime.

    Dès le sein de ma mère, le Seigneur m’a appelé par mon nom : Il a rendu ma bouche semblable à un glaive acéré, il m’a protégé à l’ombre de sa main, il a fait de moi comme une flèche choisie. (Isaïe 49)
    Il est bon de louer le Seigneur : et de célébrer votre nom, ô Très-Haut. (Psaume 91)

    Le voici par les moines de Solesmes.

    in_de_ventre_matris_meae.gif


    podcast

    sbb00000128_00109.jpg

    Abbaye Saint Emmeram, Ratisbonne, vers l’an 1000.

     

    e-codices_fmb-cb-0074_110r_large.jpg

    Bodmer.jpg

    Codex Bodmer 74, Sainte Cécile du Trastevere, 1071.