Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Parent 1, parent 2: c’est l’UMP…

    2770505_st-maur_640x280.jpg

    A la mairie de Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne), on n’a pas attendu l’entrée en vigueur de la loi sur le prétendu mariage homosexuel. Dès maintenant, les formulaires d’inscription à la cantine, à la garderie et à l’accueil de loisirs ont « parent 1 » et « parent 2 ».

    L’affaire fait grand bruit dans une commune où la population n’est pas vraiment acquise à cette idéologie, et où la municipalité est… UMP.

    Patricia Denis-Ribeiro, maire adjointe à l’accueil de l’enfance, bafouille qu’on cherche depuis trois ans à modifier le formulaire à cause des familles recomposées (comme si la soi-disant famille recomposée empêchait l'enfant d'avoir un père et une mère)… Mais elle ne comprend pas (sic) ce qui s'est passé : « C’était un document qui était à l’étude, je ne sais pas pourquoi c’est celui-ci qui a été imprimé. J’ai peut-être signé trop vite. En tout cas, dès que j’ai été informée du malentendu, j’ai demandé à ce qu’on remette dans le circuit le formulaire initial. »

    Cela s’inscrit dans une guerre interne locale à l’UMP… et montre qu’on n’a pas besoin des socialistes pour marcher sur la tête.

  • Dieu bénisse les avorteurs…

    Barack Obama a participé au gala du Planning familial américain. Dans son allocution, il a fait l’éloge de cette organisation qui pratique 300.000 avortements par an, et il a conclu : « Dieu vous bénisse ! »

  • Le mur de la honte à Bethléem

    La commission spéciale d’appel d’Israël a approuvé le « nouveau » tracé du mur dans la vallée de Cremisan. Le mur séparant Israël des territoires palestiniens est déjà construit de part et d’autre des propriétés de la vallée de Cremisan. Il va notamment couper le village de Beit Jala de ses terres, dans cette vallée qui est le poumon de Bethléem, comme le soulignait l’Assemblée des chefs des Eglises catholiques de Terre Sainte en octobre dernier. Le mur va affecter la vie des deux couvents salésiens, et leur école primaire (qui accueille 450 enfants palestiniens) va être entourée du mur sur trois côtés, du côté palestinien, tandis que les terres seront du côté israélien…

    Mgr Somali, évêque auxiliaire de Jérusalem, souligne à Asianews qu’il n’y a aucune raison, du point de vue sécuritaire, de construire le mur selon ce tracé. (Sinon de le faire coïncider avec les parties déjà construites de part et d’autre en toute illégalité puisque la construction aurait dû être suspendue en attendant le verdict.)

    La Société Saint-Yves, qui représentait les chrétiens devant la justice israélienne, dénonce « l’injustice de cette mesure ».

  • 70 églises détruites au Nigeria

    Dans l’Etat de Benue (Bénoué), dans l’est du Nigeria, au moins 70 églises ont été récemment détruites par des jihadistes de Boko Haram ou des bergers Fulani, selon une note envoyée à l’agence Fides par Félix Apine, coordinateur de la Commission Justice, Développement et Paix du diocèse de Makurdi. 30 églises de la zone de Gwer occidental ont été incendiées ou complètement détruites, les fidèles ayant fui dans d’autres villages. 40 autres églises ont été rasées dans la zone de Guma. La destruction a concerné également un certain nombre d’écoles primaires et de collèges appartenant au diocèse.

    Une partie notable de ces destructions provient de la recrudescence des attaques des bergers musulmans d’ethnie Fulani contre les agriculteurs chrétiens d’ethnie Tiv.

  • Shanghai privé d’évêque

    Mgr Aloysius Jin Luxian, évêque de Shanghai, est mort samedi dernier à l’âge de 91 ans. Ses obsèques ont eu lieu hier, en présence de 60 prêtres et d’un millier de fidèles. Elles auraient dû être célébrées par son successeur Mgr Thaddeus Ma Daqin, mais celui-ci a été arrêté dès son ordination, le 7 juillet dernier, parce qu’il venait de déclarer qu’il quittait l’Association patriotique (l’Eglise officielle). D’abord interné au séminaire de Sheshan, Mgr Ma a disparu. Selon certaines rumeurs il aurait été envoyé à Pékin pour des « études »…

    Mgr Jin Luxian a passé au total 18 ans de sa vie en prison et 9 ans en résidence surveillée, avant de se rapprocher du régime et de devenir évêque officiel de Shanghai, sans mandat du pape. En 2005 il s’est réconcilié avec Rome. Il faisait donc partie de l’Eglise officielle tout en étant en communion avec Rome. Et ce devait être le cas de Mgr Ma, prêtre de l’Eglise officielle ordonné évêque avec mandat du pape. Mais après le coup d’éclat de Mgr Ma, les autorités de l’Eglise officielle l’ont privé de son titre d’évêque coadjuteur de Shanghai. Pour Rome, a rappelé Mgr Savio Hon, secrétaire de la congrégation pour l’évangélisation des peuples (et ami personnel de Mgr Jin Luxian), Mgr Thaddeus Ma Daqin est l’évêque de Shanghai.

    Mgr Jin Luxian avait fait le choix de l’Eglise officielle en se disant que le temps finirait par réconcilier les deux parties de l’Eglise en Chine…

  • Sainte Catherine de Sienne

    Son rôle dans les développements de l'histoire de l'Église et même dans l'approfondissement doctrinal du message révélé a été reconnu d'une manière significative, jusqu'à l'attribution du titre de Docteur de l'Église.

    Née à Sienne en 1347, elle fut favorisée dès sa plus tendre enfance de grâces extraordinaires qui lui permirent d'accomplir, sur la voie spirituelle tracée par saint Dominique, un parcours rapide de perfection entre prière, austérité et œuvres de charité. Elle avait vingt ans quand le Christ lui manifesta sa prédilection à travers le symbole mystique de l'anneau nuptial. C'était le couronnement d'une intimité mûrie dans le secret et dans la contemplation, grâce à la constante permanence, bien que ce soit hors des murs d'un monastère, dans la demeure spirituelle qu'elle aimait appeler la « cellule intérieure ». Le silence de cette cellule, qui la rendait très docile aux divines inspirations, put bien vite s'allier à une activité apostolique qui a quelque chose d'extraordinaire. Beaucoup de personnes, même des clercs, se regroupèrent autour d'elle comme disciples, lui reconnaissant le don d'une maternité spirituelle. Ses lettres se répandirent à travers l'Italie et l'Europe elle-même. En effet, la jeune siennoise entra avec un regard sûr et des paroles de feu dans le vif des problèmes ecclésiaux et sociaux de son époque.

    Catherine s'engagea inlassablement pour la résolution des multiples conflits qui déchiraient la société de son temps. Son action pacificatrice atteignit des souverains européens comme Charles V de France, Charles de Durazzo, Élisabeth de Hongrie, Louis le Grand de Hongrie et de Pologne, Jeanne de Naples. Son intervention pour la réconciliation de Florence avec le Pape fut significative. Désignant « le Christ crucifié et la douce Marie » aux adversaires, elle montrait que, pour une société qui s'inspirait des valeurs chrétiennes, il ne pouvait jamais y avoir de motif de querelle tellement grave que l'on puisse préférer le recours à la raison des armes plutôt qu'aux armes de la raison.

    Mais Catherine savait bien que l'on ne pouvait aboutir efficacement à cette conclusion si les esprits n'avaient pas été formés auparavant par la vigueur même de l'Évangile. D'où l'urgence de la réforme des mœurs, qu'elle proposait à tous sans exception. Aux rois, elle rappelait qu'ils ne pouvaient gouverner comme si le royaume était leur « propriété »: bien conscients qu'ils auraient à rendre compte à Dieu de la gestion du pouvoir, ils devaient plutôt assumer la tâche d'y maintenir « la sainte et véritable justice », se faisant « pères des pauvres » (cf. Lettre n. 235 au Roi de France). L'exercice de la souveraineté ne pouvait en effet être séparé de celui de la charité, qui est l'âme à la fois de la vie personnelle et de la responsabilité politique (cf. Lettre n. 357 au Roi de Hongrie).

    C'est avec la même force que Catherine s'adressait aux ecclésiastiques de tout rang, pour leur demander la cohérence la plus stricte dans leur vie et dans leur ministère pastoral. Le ton libre, vigoureux, tranchant, avec lequel elle admoneste prêtres, évêques et cardinaux est impressionnant. Il fallait — disait-elle — déraciner dans le jardin de l'Église les plantes pourries et les remplacer par des « plantes nouvelles » fraîches et odorantes. Forte de son intimité avec le Christ, la sainte siennoise ne craignait pas d'indiquer avec franchise au Souverain Pontife lui-même, qu'elle aimait tendrement comme le « doux Christ sur la terre », la volonté de Dieu qui lui imposait d'en finir avec les hésitations dictées par la prudence terrestre et par les intérêts mondains, pour rentrer d'Avignon à Rome, près du tombeau de Pierre.

    Avec la même passion, Catherine s'employa à remédier aux divisions qui surgirent lors de l'élection du Pape qui suivit la mort de Grégoire XI: dans cette affaire aussi, elle fit appel une fois de plus, avec une ardeur passionnée, aux raisons indiscutables de la communion. C'était là l'idéal suprême qui avait inspiré toute sa vie, dépensée sans réserve au service de l'Église. C'est elle-même qui en témoignera devant ses fils spirituels sur son lit de mort: « Tenez pour certain, mes très chers, que j'ai donné ma vie pour la sainte Église » (Bienheureux Raymond de Capoue, Vie de sainte Catherine de Sienne, Livre III, chap. IV).

    Jean-Paul II

  • Le Conseil de l’Europe va se pencher sur la répression en France

    Question écrite de Luca Volontè, président du groupe PPE à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, le 25 avril 2013, au Comité des ministres du Conseil de l’Europe :

    Le mouvement social de défense de la famille et des droits des enfants qui anime actuellement la France, à l’occasion notamment de très grandes manifestations, fait l’objet d’une répression croissante et inquiétante, inacceptable de la part d’un Etat membre du Conseil de l’Europe. Cette répression est attestée par de nombreuses vidéos, photographies et témoignages.

    Ainsi, par exemple, lors de la manifestation du 24 mars 2013, de nombreuses personnes dont de très jeunes enfants, des femmes et des personnes âgées ont été violentées et gazées sans nécessité par les forces de l’ordre. Régulièrement, des passants dans la rue sont arrêtés et verbalisés seulement en raison du port d’un vêtement ou d’un insigne marqué à l’effigie du mouvement. Les témoignages affluent de personnes frappées par la police. Le 19 avril, un prêtre qui tentait de protéger un jeune a été jeté à terre, frappé, et mis en garde à vue. Le 14 avril, 67 jeunes gens qui participaient à une veillée pacifique (bougies, silence et chants) ont été arrêtés et placés en garde à vue.

    A l’inverse, des mouvements violents, tels que les « Femen », multiplient leurs agressions contre les manifestants et contre des lieux de culte dans une totale impunité."

    M. Volontè

    Demande au Comité des Ministres:

    Face à ces évènements, quelles mesures le Comité des Ministres entend prendre pour engager le Gouvernement français à mettre un terme à cette violence, pour enquêter sur les agressions réalisées par les « Femen » et pour empêcher qu’elles se renouvellent à l’avenir.

    Cette question écrite a été déposée le lendemain de la tenue d’un séminaire co-organisé par le Centre européen pour la loi et la justice (Grégor Puppinck) sur les nouvelles atteintes à la liberté de conscience causées en Europe par les lois relatives au mariage, à l’adoption homosexuelle et à la non-discrimination. Les intervenants y ont notamment dénoncé le climat croissant d’hostilité et d’intolérance à l’encontre du christianisme en Europe et des personnes attachées à la famille et à la morale naturelles. Cette hostilité se traduit notamment par une violence de plus en plus ouverte et tolérée, y compris par certains grands médias et partis politiques. Un diaporama de ces agressions et violences a été présenté. Plusieurs députés ont alors convenu de se saisir du sujet, d’où cette question écrite.

    (Via Le Salon Beige)

  • Le procès avorté du trafic d’organes au Kosovo

    Un tribunal monté par Eulex, la mission juridique européenne au Kosovo, a condamné cinq hommes pour leur implication dans un trafic d’organes. Mais les deux principaux accusés n’étaient pas là : le chef du réseau est un Israélien, et le médecin principal est un Turc, ils sont évidemment chez eux…

    On constate surtout que le procureur Jonathan Ratel avait demandé la comparution comme témoin de Dick Marty, et que le tribunal a refusé. Dick Marty est l’homme qui avait rédigé un rapport du Conseil de l’Europe sur le trafic d’organes au Kosovo pendant la guerre civile, qui impliquait nommément l’actuel Premier ministre du Kosovo Hashim Thaçi. Lequel est intouchable, de par la volonté de Bruxelles…

  • On attend la nouvelle pub Benetton…

    Dans les décombres de l’immeuble d’ateliers textiles qui s’est effondré au Bangladesh, on a (logiquement) retrouvé des vêtements de diverses marques occidentales, dont Benetton.

    On connaît le goût de Benetton pour les publicités scandaleuses et choquantes. C’en serait une toute trouvée que de montrer une chemise de la marque avec du sang bangladais dessus… D’une des semi-esclaves des marques occidentales, payées 30 € par mois…

    Mais ce n’est pas ce genre de scandale que Benetton aime exploiter…

  • L’Islande va reprendre le large ?

    Ce sont les deux principaux partis eurosceptiques qui ont remporté hier les élections en Islande, avec chacun 19 sièges. Le parti de l’indépendance ayant eu davantage de voix, c’est son président Bjarni Benediktsson qui devrait devenir Premier ministre.

    On constate que les électeurs, rejetant la coalition de gauche, ramènent au pouvoir les partis qui ont mené le pays à la faillite…

    Ces deux partis sont par ailleurs opposés à l’adhésion de l’Islande à l’Union européenne. En cela ils sont incontestablement en phase avec les électeurs, puisque seulement 25% des Islandais sont favorables à l’entrée dans l’UE.

    Cela dit, les négociations sont assez avancées, puisque la moitié des chapitres ont été conclus. Mais celui sur la pêche, qui est le premier secteur économique de l’île, est au point mort.

  • L’Italie a un gouvernement (ou pas)

    Nommé président du Conseil par le président de la République Giorgio Napolitano, le numéro 2 du Parti démocrate, Enrico Letta, a constitué un gouvernement dit d’union nationale, avec comme vice-président du Conseil un proche de Berlusconi. Mais le président du groupe de Berlusconi à la Chambre des députés a déclaré que les PDL ne voterait pas la confiance si Letta n’annonçait pas l’abolition de la taxe appelée « impôt municipal unique » (qui doit rapporter 8 milliards d’euros), comme il s’est engagé à le faire…

    Novopress souligne que Letta, c’est toujours Bilderberg et Goldman Sachs. En septembre, il avait déclaré : « Aujourd’hui, Goldman Sachs reconnaît au Partito Democratico sa vocation européiste ainsi que l’autorité indispensable pour conduire une majorité de centre-gauche qui soit en état de gouverner l’Italie dans une des phases les plus dramatiques de son histoire. C’est un signal important. »

    Addendum

    Enrico Letta a annoncé la "suspension" de l'impôt municipal unique. Son gouvernement a donc obtenu la confiance des députés.

  • Même pas honte…

    Une fois encore, le président algérien Bouteflika est venu se faire soigner au Val de Grâce. Chez les ignobles colonialistes, chez ceux qui ont occupé son pays et opprimé son peuple pendant 130 ans…

    Le plus fort est que, selon les informations algériennes officielles, il ne s’agissait que d’« examens complémentaires », suite à un « accident ischémique transitoire sans séquelles », autrement dit un petit AVC sans gravité…

    Et il n’y a pas d’hôpital algérien qui puisse faire ces simples examens complémentaires ?

    Elle est belle, votre indépendance islamo-fellaghienne…

  • Saint Pierre de Vérone

    Ce saint Dominicain (+ 1252), martyr de la foi dans ses fonctions d’inquisiteur contre les hérétiques manichéens, fut très honoré au XVe siècle en Italie, où l’on compte un bon nombre d’autels et d’images en son honneur. L’introduction de sa fête dans le calendrier de l’Église universelle remonte à Sixte-Quint, saint Pie V l’ayant omise dans la nouvelle réforme du Bréviaire promulguée par lui. La messe est celle du Commun des Martyrs au temps pascal : Protexisti, mais les collectes sont propres. L’épître est celle du Commun des Martyrs hors du temps pascal ; elle a été choisie non seulement parce qu’elle traite de la résurrection du Christ, mais aussi parce que, décrivant la vie difficile, les persécutions et les peines supportées par Paul et par Timothée dans la diffusion de la foi chrétienne, elle trace aussi le programme de vie de tout véritable ouvrier évangélique. Quasi male operans. Voilà l’idée que le monde se fait de l’apôtre du Christ, et, sous cette imputation, il le condamne à mort. Paul observe toutefois qu’on ne peut enchaîner la parole de Dieu. Le martyre est une semence de nouveaux chrétiens, et pour un confesseur de la foi qui est mis à mort, surgissent cent autres qui continuent son œuvre.

    La foi est le trésor le plus précieux non seulement pour chaque âme en particulier, mais aussi pour les États et pour le monde en général. Dans les temps profondément religieux, tels que le moyen âge, l’hérésie était considérée comme un crime contre la foi et contre l’État et, après l’anathème de l’Église, elle était punie, par le juge laïque, des peines les plus graves du code criminel. Quiconque a connaissance des horreurs des guerres religieuses dues aux disciples de Luther en Allemagne, aux Calvinistes et aux Huguenots en France, ne pourra pas ne pas louer la prudente institution, par l’Église, de l’Inquisition, qui—sauf les déviations, dans un but politique, imposées parle gouvernement espagnol — devait, dans l’intention des papes, protéger l’unité religieuse et sociale de la chrétienté tout entière.

    C’est pourquoi la répression de la propagande hérétique par les soins de l’Inquisition était considérée vraiment comme un Sanctum Officium, puisque, sauvegardant le plus grand bien que possèdent les peuples, c’est-à-dire la foi, elle éloignait des États ces germes de haine, de révolutions et de guerres, qui, si souvent, naissent de différends religieux.

    Bienheureux cardinal Schuster

  • 4e dimanche après Pâques

    La venue du Saint-Esprit, annoncée aujourd’hui à la messe, rend absolue et irréductible l’antithèse entre l’Église et l’esprit mondain. Le Paraclet constitue l’Église une, lui donnant un identique vouloir, une identique foi, une identique vie surnaturelle en Jésus-Christ, tandis que le monde s’endurcit de plus en plus dans son péché. La Pentecôte est donc la glorification suprême de Jésus et de son corps mystique et c’est en ce sens que l’Esprit Saint convainc le monde de déicide, prononce sur le démon l’irrévocable condamnation et rend justice au Sauveur, le prêchant comme le Fils unique de Dieu, assis dans le ciel à la droite du Père.

    Bienheureux cardinal Schuster

  • Mgr François Borgia Hong Yong-ho

    Alors que la tension est extrêmement vive entre les deux Corées, les évêques de Corée du Sud ont décidé, lors de leur assemblée plénière, de demander à la Congrégation pour la cause des saints l’ouverture du procès en béatification de Mgr François Borgia Hong Yong-ho et de ses 80 compagnons, martyrs du régime de Kim Il-sung.

    Mgr Hong, né en 1906, ordonné prêtre en 1933, fut nommé vicaire apostolique de Pyongyang et sacré évêque en 1944. En 1962, pour protester contre les persécutions qui avaient commencé dès l’instauration du régime de Kim Il-sung en 1948, Jean XXIII fit du vicariat de Pyongyang un diocèse à part entière, avec comme premier évêque Mgr François Borgia Hong Yong-ho. C’était le 10 mars 1962. Depuis ce jour-là on n’a plus eu de nouvelles de Mgr Hong.

    Jusqu’ici, Rome a toujours déclaré qu’on ne pouvait pas exclure que l’évêque soit toujours vivant, dans un goulag local. Aujourd’hui il aurait 106 ans… Et il est toujours officiellement évêque de Pyongyang dans les registres de l’Eglise, car il n’est pas officiellement mort et il n’a pas été remplacé.

    Le christianisme, comme le bouddhisme, a été éradiqué en Corée du Nord. Toute autre religion que le culte du dictateur est prohibée.

    Le totalitarisme antireligieux s’accompagne d’une atroce hypocrisie : il y a très officiellement une église catholique à Pyongyang, avec une réunion de prière hebdomadaire (devant le portrait de Kim Il-sung). Mais il n’y a aucun prêtre. En Corée du Nord, il y a très officiellement, dûment enregistrés, 10.000 bouddhistes, 10.000 protestants, et 3.000 catholiques. Les catholiques sont adhérents de l’« Association des catholiques de Corée du Nord ». Rome n’a jamais accepté de recevoir les dirigeants de cette association, qui ne sont même pas des collabos schismatiques comme en Chine, mais purement et simplement des représentants du pouvoir.

    En 2007 a été ouvert le procès en béatification de Mgr Boniface Sauer et de ses 35 compagnons. Mgr Sauer, bénédictin allemand, était arrivé en Corée en 1909. Il fonda un séminaire, fut nommé vicaire apostolique, puis il fonda un monastère dont il devint abbé. C’est lui qui sacra évêque Mgr Hong. En 1949 le monastère fut fermé et détruit. Mgr Sauer mourut l’année suivante des suites de son incarcération.

  • De Paglia en Lombardi via Marini…

    Depuis l’élection de François, on a eu les propos de Mgr Paglia. Puis tout récemment ceux de Mgr Piero Marini :

    « Il est nécessaire de reconnaître les unions des personnes de même sexe ; il y a beaucoup de couples qui souffrent parce que leurs droits civils ne sont pas reconnus. Ce que l'on ne peut pas reconnaître, c'est que ces couples soient mariés. »

    Et mercredi ceux du P. Lombardi :

    « Le père Lombardi a déclaré qu'“il est bon pour un enfant de savoir qu'il a un père et une mère”; il faut “clairement mettre en évidence que le mariage entre un homme et une femme est une institution spécifique et fondamentale dans l'histoire de l'humanité. Cela ne signifie pas que l'on peut reconnaître d'une certaine manière d'autres formes d'union entre deux personnes”. »

    Tandis que John Allen insiste :

    « Ceux qui sont partisans de désamorcer la guerre culturelle du mariage gay se sont sentis encouragés à s'exprimer en faveur des unions civiles, sachant que le Cardinal Jorge Mario Bergoglio avait adopté une ligne similaire quand il était archevêque de Buenos Aires en Argentine. »

    Pour l’heure, la doctrine de l’Eglise est toujours celle-ci :

    « L'Église enseigne que le respect envers les personnes homosexuelles ne peut en aucune façon conduire à l'approbation du comportement homosexuel ou à la reconnaissance juridique des unions homosexuelles. Le bien commun exige que les lois reconnaissent, favorisent et protègent l'union matrimoniale comme base de la famille, cellule primordiale de la société. Reconnaître légalement les unions homosexuelles ou les assimiler au mariage, signifierait non seulement approuver un comportement déviant, et par conséquent en faire un modèle dans la société actuelle, mais aussi masquer des valeurs fondamentales qui appartiennent au patrimoine commun de l'humanité. L'Église ne peut pas ne pas défendre de telles valeurs pour le bien des hommes et de toute la société. »

    En conséquence :

    « Lorsqu'on est confronté à la reconnaissance juridique des unions homosexuelles, ou au fait d'assimiler juridiquement les unions homosexuelles au mariage, leur donnant accès aux droits qui sont propres à ce dernier, on doit s'y opposer de manière claire et incisive. »

    Cette doctrine a été sans cesse affirmée et réaffirmée par Jean-Paul II et Benoît XVI depuis le début des reconnaissances légales d’unions homosexuelles. Si elle venait à être modifiée, il faudrait que l’on nous donne d’autres arguments que ceux de la lutte contre l’homophobie…

  • Saint Pierre Canisius

    C'est bien une caractéristique de saint Pierre Canisius: savoir composer harmonieusement la fidélité aux principes dogmatiques avec le respect dû à chaque personne. Saint Canisius a fait la distinction entre l'apostasie consciente, coupable, de la foi, et la perte de la foi non coupable, du fait des circonstances. Et il a déclaré, à l'égard de Rome, que la plupart des Allemands passés au protestantisme étaient sans faute. A un moment historique de fortes oppositions confessionnelles, il évitait — c'est quelque chose d'extraordinaire — l'âpreté et la rhétorique de la colère — quelque chose de rare comme je l'ai dit en ces temps de débats entre chrétiens, — et il visait uniquement à la présentation des racines spirituelles et à la revitalisation de la foi dans l'Eglise. C'est à cela que servit la connaissance vaste et profonde qu'il avait des Ecritures Saintes et des Pères de l'Eglise: cette même connaissance sur laquelle s'appuya sa relation personnelle avec Dieu et l'austère spiritualité qui lui venait de la devotio moderna et de la mystique rhénane.

    Benoît XVI

  • Bravo Poutine, une fois encore

    Faisant valoir les « traditions culturelles et les normes éthiques » de la Russie, Vladimir Poutine vient de déclarer à la Douma qu’il faut prendre des mesures pour préserver les enfants russes de l’adoption par des homosexuels. « J'estime que nous sommes en droit d'introduire des changements (dans la législation russe actuelle). Nous devons réagir à ce qui se passe autour de nous », a-t-il dit, sans citer la France. Mais c’est évidemment au vote de la loi Taubira qu’il réagit.

    Fin février, le délégué du ministère russe des Affaires étrangères pour les droits de l'enfant, Konstantin Dolgov, dénonçait la situation du petit Egor Chatabalov, adopté par une Américaine qui avait caché qu’elle vivait avec une autre femme : une situation « inacceptable et nuisible à sa santé psychologique ». Dès le mois de décembre 2012, la Douma avait adopté une loi interdisant toute adoption d’enfants russes par des Américains, après plusieurs drames mortels, dont celui d’un de ces enfants mort après avoir été abandonné dans une voiture au soleil.

    Le 2 avril, les Izvestia faisaient savoir que Vladimir Poutine avait demandé au gouvernement et à la Cour suprême de préparer des changements sur la législation de l’adoption : le chargé aux droits des enfants, Pavel Astakhov, avait fait part de son inquiétude quant au sort des enfants russes adoptés par des homosexuel(le)s, et promis de faire tout son possible pour que les orphelins russes ne se retrouvent que dans des familles traditionnelles. Ekaterina Lakhova, auteur de la loi de décembre 2012, proposait de revoir l’accord d’adoption entre la Russie et la France, et soulignait que le président russe fait tout pour que les orphelins russes soient confiés à des familles dans lesquelles ils recevront les valeurs d’éducation traditionnelles ; elle commentait : « Le président a raison de porter son attention sur cet aspect de l’adoption. L’enfant doit avoir une mère et un père, et non pas deux mamans et deux papas. Mais on ne peut considérer que l’interdiction de l’adoption d’enfants dans des familles monoparentales entrera en vigueur rapidement, c’est un long processus. »

  • Jaurès et Buisson, le grand retour (de la religion républicaine)

    Claude Bartolone, sans doute sous l’influence du grand prêtre Peillon :

    « La République a besoin de rites. La démocratie, c'est une véritable religion, elle a besoin de rites pour être reconnue et acceptée. »

    (Via le Salon Beige)

  • Reconquête N° 297

    REC-297-web-1.jpg

    REC-297-sommaire.jpg

    Reconquête n° 297

  • La Colombie garde le mariage

    La proposition de loi sur le « mariage » homosexuel en Colombie a été rejetée au Sénat par 51 voix contre 17. Elle ne sera pas transmise à l’Assemblée.

  • Triple record absolu

    Il y a désormais plus de 3,2 millions de demandeurs d’emploi officiels de catégorie A.

    Il y a près de 5 millions de demandeurs d’emploi toutes catégories.

    Dont 2 millions de chômeurs longue durée.

  • Parachever le génocide des trisomiques

    Le Comité consultatif national d'éthique approuve le dépistage prénatal de la trisomie 21 par simple prélèvement sanguin sur la mère.

    Pour le CCNE, c’est un progrès.

    C’est en effet un progrès de la culture de mort.

  • Comme une valse

    Premier temps. Un « jeune » tire à la kalachnikov dans la rue et tue trois personnes. Il dit agir pour Al Qaïda.

    Deuxième temps. Le jeune homme est connu pour son passé psychiatrique et souffre de troubles psychologiques. Al Qaïda est effacé.

    Troisième temps. Le jeune homme ne souffre d’aucune maladie mentale. On découvre qu’il est théoriquement sous contrôle judiciaire depuis un an. Et Al Qaida a définitivement disparu.

  • Mgr Vincenzo “la Gaffe” Paglia ?

    Mgr Paglia, postulateur de la cause de Mgr Romero, déclare qu’après en avoir parlé au pape la cause est enfin « débloquée ». Mais voici que le co-postulateur de la cause Mgr Delgado (l’homme qui avait rapporté que Mgr Bergoglio lui avait dit que s’il devenait pape la première chose qu’il ferait serait de béatifier Romero…) fait savoir qu’il serait très inopportun de procéder dans l’immédiat à cette béatification, parce qu’elle serait instrumentalisée dans la perspective des élections au Salvador…

    Paolo Rodari écrit que des évêques italiens ont demandé au pape de trouver une solution pour les divorcés remariés, et que François, recevant en audience Mgr Paglia, président du Conseil pontifical pour la Famille (à la même audience que celle dont il est question ci-dessus) lui a demandé de préparer un texte sur la question. Réplique immédiate du Conseil pontifical pour la Famille : la doctrine de l’Eglise sur la question est bien connue et il n’y a aucun texte en préparation. Il paraît que ce très ferme communiqué est de la plume du secrétaire du Conseil pontifical, Mgr Jean Laffitte.

    Sur l’épisode précédent, voir ici (et les suites 1, 2, 3, 4).

    Le problème est que ces gaffes sont autant de ballons d’essai, que Mgr Paglia se sent à l’évidence fondé à lancer…

  • Qu’est-ce qu’on se marre…

    20130410cnsbr15210-e1365647708626.jpg

    La photo, c’est Patti Smith avec François, le 10 avril place Saint-Pierre. Patti Smith, c’était « la marraine du mouvement punk », dans les années 70. Symbole de toutes les transgressions. Entre 1980 et 1995 elle avait disparu. Puis elle est revenue en force, toujours fidèle à elle-même, si l’on peut dire. A la dernière fête de l’Humanité, elle scandait le nom des Pussy Riot. Mercredi soir, elle donnait un concert dans la cathédrale de Bourges, qui se termina par une "standing ovation" sur son immortel chef-d’œuvre « Pissing in a river »…

    (Benoît et moi)

  • Saints Clet et Marcellin, papes et martyrs

    Priez pour nous, saints Pontifes, et jetez un regard paternel sur l’Église de la terre qui fut si agitée en vos temps, et qui est si loin de jouir du calme en ceux où nous vivons. Le culte des idoles a reparu, et si elles ne sont pas aujourd’hui de pierre ou de métal, la violence de ceux qui les adorent n’est pas moindre que celle dont étaient animés les païens des premiers siècles. Les dieux et les déesses devant lesquels on veut voir le monde entier se prosterner, on les appelle Liberté, Progrès, Civilisation moderne. Pour établir le culte de ces nouvelles divinités, on décrète la persécution contre ceux qui refusent de les adorer, on renverse la constitution chrétienne des États, on altère les principes de l’éducation de l’enfance, on rompt l’équilibre des éléments sociaux, et un grand nombre de fidèles sont entraînés par l’attrait de ces nouveautés funestes. Préservez-nous de cette séduction, bienheureux martyrs ! Ce n’est pas en vain que Jésus a souffert ici-bas et qu’il est ressuscité d’entre les morts. Sa royauté était à ce prix ; mais nul n’échappe à son sceptre souverain. C’est afin de lui obéir que nous ne voulons d’autre Liberté que celle qu’il a fondée par son Évangile, d’autre Progrès que celui qui s’accomplit dans la voie qu’il a tracée, d’autre Civilisation que celle qui résulte de l’accomplissement des devoirs qu’il a établis entre les hommes. C’est lui qui a créé l’humanité, qui en a posé les lois et les conditions ; c’est lui qui l’a rachetée et rétablie sur ses bases. Devant lui seul nous fléchissons le genou ; ne permettez pas, bienheureux martyrs, que jamais nous ayons le malheur de nous abaisser devant les rêves de l’orgueil humain, quand bien même ceux qui les exploitent auraient la force matérielle à leur service.

    Dom Guéranger

  • Saint Marc

    Saint_marc2.jpg

    Icône d’Isaac Fanous

    Marc n'est pas poète comme Jean, n'écrit pas un grec élégant comme Matthieu, n'est pas un Hellène comme Luc. Il commet des fautes de grec, des sémitismes et, curieusement, des latinismes. Il est prosaïque et tout ce que contient son Evangile est ou pourrait être appuyé par le témoignage d'une ou plusieurs personnes. Il a le côté terre-à-terre, pourrait-on dire, qui est comme fait exprès pour faciliter à l'homme d'aujourd'hui l'accès à l'ensemble des Evangiles.

    L'Evangile selon Saint Marc est, de l'avis des savants, le premier en date. Marc est le créateur du genre littéraire et aussi le premier qui a employé le mot d'Evangile, non seulement pour la prédication - cela se faisait déjà depuis une vingtaine ou une trentaine d'années - mais aussi pour le récit écrit de la Passion, de ce qui la précéda, et de la Résurrection, récit contenant aussi les enseignements de notre Sauveur.

    La Passion occupe quarante pour cent du texte de Saint Marc et seulement vingt pour cent du texte de Saint Luc. Saint Marc se consacre surtout à la narration, surtout à la vie du Christ, à Sa personne. Ce sont les deux autres synoptiques, Matthieu et Luc, qui nous transmettent la majeure partie des enseignements du Christ.

    Marc s'attache à Sa présence immédiate. A travers son texte, d'une brièveté, d'une simplicité extrêmes, mais génial d'expressivité, nous percevrons le Christ, nous vivons auprès de lui.

    C' est pourquoi j'ose affirmer que, dans le monde moderne, désemparé, déchristianisé, irréligieux, Marc est la porte d'accès aux Evangiles. Il est le modeste introducteur à la personne et au message du Christ. (…)

    il nous transmet le Christ. Il nous Le donne à lire et à aimer, comme s'il nous Le donnait, corps et sang, en Eucharistie. Il L'a donné, pour ainsi dire, à Matthieu et à Luc, comme on donne l'Eucharistie dans la bouche du communiant ; et par eux, il nous L'a donné encore une fois à tous.

    Son animal symbolique est le lion ailé: le courage et l'élévation. Il réunit l'Afrique et l'Europe : depuis, Alexandrie s'appelle toujours "le siège de Saint Marc" - cathedra Marci - et comme il fonda l'Eglise d'Aquilée, lorsque les Huns d'Attila détruisirent en 452 Aquilée, les habitants se sauvèrent dans la lagune et fondèrent Venise, dédiée et consacrée à ce Juif au nom romain et qui écrit comme quelque génial reporter du Time Magazine.

    Marc est le plus grand reporter depuis l'Antiquité. Même au millénaire qui vient, il rendra cet humble et inestimable service: nous mettre immédiatement en présence du Christ.

    Petru Dumitriu

  • Encore un bébé dans un congélateur

    A Moirans, dans l’Isère. La mère est assistante maternelle…


    Addendum

    Je n'avais pas osé le dire tout de suite, mais c'est confirmé (avant le procès, commme ça on gagne du temps) : il s'agit d'une "bonne mère de famille" qui a fait un "déni de grossesse".

  • C’est ça la politique…

    Le député-maire UMP de Nice Christian Estrosi, qui a voté contre le projet de loi, serait néanmoins « ravi de célébrer le premier mariage gay ».