Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chine

  • Les journalistes chinois vont devoir passer un examen de communisme

    Le mois prochain, tous les journalistes chinois vont devoir passer un examen idéologique. C’est une première, qui montre une volonté de verrouiller les médias, dont certains commençaient à croire qu’ils pouvaient ne pas se contenter de suivre aveuglément la ligne du parti.

    Il leur faudra d’abord acheter en librairie un manuel de 700 pages qui leur explique ce qu’est être journaliste. Un manuel à apprendre par cœur pour pouvoir passer l’examen. On y lit par exemple qu’il « n’est absolument pas permis de publier dans des reportages des commentaires qui contredisent la ligne du parti », ou : « La relation entre le parti et les médias et celle du dirigeant et du dirigé. »

    Il faudra passer l’examen avec succès pour pouvoir renouveler sa carte de presse.

    L’Administration générale de la Presse et des Publications a fait savoir que le but de l’examen et de la formation qui l’accompagne est d’« accroître la qualité globale des journalistes chinois et de les encourager à faire du socialisme le cœur de leur système de valeurs ».

    Le Quotidien de Pékin a décrit le combat du parti pour gagner les cœurs et les esprits de « lutte à mort »…

    Lien permanent Catégories : Dans le monde 1 commentaire

  • Chine : deux prêtres mis en prison

    Deux prêtres de l’Eglise « clandestine » ont été mis en prison début octobre à Baoding. Ils sont « coupables » d’avoir organisé des cours de catéchisme pour adultes. Quatre laïcs qui aidaient les prêtres ont été condamnés à 4.000 yuans chacun (400€), soit plus de deux mois de salaire d’ouvrier spécialisé.

    D’autre part, le pasteur Zhang Shaojie a également été arrêté, le 16 novembre. Plus exactement il a disparu après avoir été convoqué à un « entretien » avec la police. Zhang Shaojie appartient pourtant à l’Eglise protestante officielle, dite « Mouvement patriotique des trois autonomies ». Mais le pasteur aurait « irrité » les autorités en défendant ses fidèles contre des abus commis par des fonctionnaires.

    Lien permanent Catégories : Eglise 0 commentaire

  • Chine : un prêtre arrêté

    Le P. Song Wanjun, prêtre de l’Eglise clandestine, du diocèse de Xiwanzi, dans la province du Hebei, a été arrêté par dix policiers, le 7 août, alors qu’il conduisait une voiture. Il a été emmené dans un endroit inconnu.

    Le P. Song Wanjun, 39 ans, est prêtre depuis 11 ans.

    Nul ne sait ce qu’il deviendra. Ou bien il subira des pressions, voire des tortures, pour qu’il s’affilie à l’Association patriotique (l’Eglise officielle), soit il aura un procès et sera condamné à quelques années de prison, comme c’est arrivé ces dernières années à d’autres prêtres, soit il disparaîtra. Ainsi avait disparu Mgr Su Zhimin, évêque de Baoding, en 1997 ; en 2003 il avait été repéré dans un hôpital, puis il disparut définitivement ; et l’évêque de Yixian, Mgr Shi Enxiang, arrêté en 2001, n’a jamais été revu.

    Le Hebei est l’une des provinces où il y a le plus grand nombre de catholiques. Il y a 120 prêtres, officiels ou clandestins. Depuis des années le pouvoir fait la chasse aux clandestins pour les obliger à rejoindre l’Association patriotique.

     

    Lien permanent Catégories : Eglise 3 commentaires

  • Les irréductibles Chinois

    CINA_-_Donglu_Marian_shrine_ok.jpgQuelque 200 irréductibles catholiques ont participé dimanche à la procession en l’honneur de la Sainte Vierge dans le village de Donglu, près de Baoding, en Chine. Depuis le 1er mai, comme chaque année depuis 1996, le village était bloqué par la police, pour empêcher toute intrusion de pèlerins… Tout le mois de mai, les voies d’accès sont fermées par des barrages gardés jour et nuit par des policiers armés, et seuls les résidents peuvent entrer. Les autorités ont déployé davantage de banderoles rouges que d’habitude, avec des slogans en faveur de l’Eglise officielle et contre les maléfiques influences étrangères…

    C’est que Donglu est un haut lieu marial de l’Eglise clandestine, dans une région qui est catholique à près de 90%.

    tuongducme28.jpgDans ce village a eu lieu l’une des trois apparitions mariales recensées en Chine en l’année 1900 : l’année de la guerre des « Boxers ». Ces boxers, se repliant face à la coalition internationale, menaçaient Donglu. Le curé invoqua la Sainte Vierge, et on vit dans le ciel une belle dame lumineuse. Les Boxers tirèrent dessus puis prirent peur, et s’enfuirent, poursuivis par un cavalier qui était peut-être saint Michel.

    Une église fut construite pour commémorer l’événement, et une peinture de la Vierge à l’enfant fut réalisée, à partir d’un portrait de… l’impératrice Ci Xi (les vêtements de la Vierge sont ceux de l’impératrice).

    En 1932, Pie XI reconnut Donglu comme sanctuaire marial.

    China-OL-Donglu_01.jpgEn 1941, l’église fut détruite par un bombardement japonais. Elle ne sera reconstruite qu’en 1992 : c’est la plus grande église de tout le nord de la Chine.

    Le 23 mai 1995, plus de 30.000 fidèles de l’Eglise clandestine sont réunis à Donglu, avec quatre évêques et près de 100 prêtres. Pendant la prière d’ouverture de la cérémonie, puis pendant la consécration, on verra des signes dans le ciel : le soleil tournant de droite à gauche, des rayons de lumière de différentes couleurs, des apparitions de Notre Dame et de l’enfant Jésus… Les phénomènes durèrent une vingtaine de minutes. Le lendemain, la police intervint pour fermer les accès et renvoyer les pèlerins dans leurs cars. Mais quelque 100.000 fidèles réussirent à accéder au site pour la fête de Notre Dame auxiliatrice.

    L’année suivante, l’accès au sanctuaire était interdit, 5.000 policiers étaient déployés, avec 30 blindés et des hélicoptères, pour empêcher le pèlerinage.

    En 1900, l’apparition de la Vierge avait été accompagnée de nombreux miracles (surtout de guérisons). Les catholiques de Donglu affirment qu’il y a toujours des miracles.

    Lien permanent Catégories : Dans le monde, Eglise 0 commentaire

  • Eglise de Chine : les communistes verrouillent

    Les autorités chinoises ont promulgué un nouveau règlement sur les nominations d’évêques. Notamment, le diocèse qui a besoin d’un nouvel évêque doit désormais obtenir le double accord de la « Conférence épiscopale » et du Bureau des Affaires religieuses de Pékin pour entamer le processus qui mènera du choix du futur évêque à son ordination. Le nouveau texte précise aussi la manière dont doit être composé le comité diocésain chargé d’« élire » le futur évêque, ainsi que le mode de fonctionnement de celui-ci. Auparavant cela se réglait au niveau provincial, om l’on pouvait trouver des arrangements entre Eglise officielle et Eglise clandestine.

    Pour Anthony Lam Sui-ki, spécialiste de ces questions au Centre d’études du Saint-Esprit à Hongkong, ce nouveau règlement « constitue une régression dans la mesure où il bloque toute normalisation de la vie de l’Eglise en Chine ».

    (Eglises d’Asie)

     

    Lien permanent Catégories : Eglise 0 commentaire

  • Shanghai privé d’évêque

    Mgr Aloysius Jin Luxian, évêque de Shanghai, est mort samedi dernier à l’âge de 91 ans. Ses obsèques ont eu lieu hier, en présence de 60 prêtres et d’un millier de fidèles. Elles auraient dû être célébrées par son successeur Mgr Thaddeus Ma Daqin, mais celui-ci a été arrêté dès son ordination, le 7 juillet dernier, parce qu’il venait de déclarer qu’il quittait l’Association patriotique (l’Eglise officielle). D’abord interné au séminaire de Sheshan, Mgr Ma a disparu. Selon certaines rumeurs il aurait été envoyé à Pékin pour des « études »…

    Mgr Jin Luxian a passé au total 18 ans de sa vie en prison et 9 ans en résidence surveillée, avant de se rapprocher du régime et de devenir évêque officiel de Shanghai, sans mandat du pape. En 2005 il s’est réconcilié avec Rome. Il faisait donc partie de l’Eglise officielle tout en étant en communion avec Rome. Et ce devait être le cas de Mgr Ma, prêtre de l’Eglise officielle ordonné évêque avec mandat du pape. Mais après le coup d’éclat de Mgr Ma, les autorités de l’Eglise officielle l’ont privé de son titre d’évêque coadjuteur de Shanghai. Pour Rome, a rappelé Mgr Savio Hon, secrétaire de la congrégation pour l’évangélisation des peuples (et ami personnel de Mgr Jin Luxian), Mgr Thaddeus Ma Daqin est l’évêque de Shanghai.

    Mgr Jin Luxian avait fait le choix de l’Eglise officielle en se disant que le temps finirait par réconcilier les deux parties de l’Eglise en Chine…

    Lien permanent Catégories : Eglise 1 commentaire

  • En Chine

    Li Wenxi tient une librairie chrétienne à Pékin. En décembre dernier, il est allé à Taiyuan, la capitale du Shanxi, avec un stock de livres, pour aider les chrétiens locaux à ouvrir une librairie du même type. Juste après l’ouverture, des policiers sont arrivés et ont confisqué tous les livres. Quelques jours plus tard, ils ont téléphoné à Li Wenxi pour lui dire qu’ils allaient lui restituer les livres. Il s’est donc rendu au siège de la police… et depuis lors on n’a plus de nouvelles de lui. Sa femme Li Caihong a juste pu apprendre qu’il était inculpé de commerce illégal, et qu’il ne pouvait pas être libéré sous caution en raison de la gravité de son crime…

    C’est pourquoi Li Caihong a fini par faire connaître ces faits par internet. Son message a été répercuté plus de 4.000 fois, et a donné lieu à de très nombreux commentaires, dont celui-ci : « Shanxi est l’un des endroits où les chrétiens sont persécutés le plus durement. »

    Les autorités ont tenté de répliquer en publiant sur leur site internet un article où elles se félicitaient d’avoir lutté avec succès contre un groupe de chrétiens clandestins. Le site a été tellement inondé de commentaires virulents que le texte a été retiré…

    Mais ça fait plus de trois mois que l’on n’a aucune nouvelle de Li Wenxi.

    (Asianews)

    Lien permanent 1 commentaire

  • Ploutocratie communiste

    L’Assemblée nationale populaire de la Chine communiste, qui est réunie ces jours-ci, compte 31 membres dont la fortune personnelle est supérieure à 1 milliard de dollars. Le plus riche est Zong Qinghou, patron d’un groupe alimentaire : 12,5 milliards. La Conférence consultative politique du peuple chinois, elle aussi réunie ces jours-ci, compte 52 délégués milliardaires. Le plus riche est Li Ka-shing, de Hong Kong : 32 milliards de dollars.

    Ce qui fait 83 milliardaires en tout dans les deux instances représentatives suprêmes de la Chine communiste.

    Il n’y a pas de milliardaires dans les instances représentatives américaines. Le plus riche député du Congrès américain, Michael McCaul, a une fortune estimée à un petit demi-milliard de dollars…

    Lien permanent Catégories : Dans le monde 0 commentaire

  • D’autres évêques, en Chine…

    Le Congrès national du peuple chinois se réunit à partir d’aujourd’hui, et la Conférence consultative politique du peuple chinois est réunie depuis avant-hier.

    On constate que l’évêque de Shantou, Huang Bingzhang, ordonné illicitement et officiellement excommunié, fait désormais partie du Congrès (le Parlement).

    A la Conférence consultative, on note la présence de trois autres évêques illicitement ordonnés : Ma Yinglin, le président de la prétendue « Conférence des évêques chinois », Zhan Silu, le vice-président de la dite conférence, et Lei Shivin, vice-président de l’Association patriotique (c’est le nom officiel de l’Eglise inféodée au pouvoir), lui aussi excommunié.

    Dans le secteur « religions » de la Conférence consultative il y a cinq autres évêques, dont l’archevêque de Pékin qui s’y trouve pour la première fois.

    La « Conférence consultative politique du peuple chinois » est la représentation, sous la conduite du parti communiste, des huit partis démocratiques indépendants et autres organisations qui ont fait alliance avec le parti communiste (on ne rit pas). Son nouveau président est Yu Zhengsheng, membre permanent du bureau politique du parti et secrétaire du parti à Shanghai. Il remplace Jia Qinglin, qui avait reçu les participants à la 8e « Assemblée nationale des représentants catholiques », en décembre 2010. Il les avait exhortés à « défendre le principe de l’indépendance et de l’autogestion de l’Eglise » et à « résister à l’infiltration de forces étrangères ». Le Saint-Siège avait vivement réagi à cette réunion.

    Lien permanent Catégories : Dans le monde, Eglise 0 commentaire

  • Le cardinal Zen : Benoît XVI, le Saint-Siège et la Chine

    L’agence Asianews publie un texte fort intéressant du cardinal Joseph Zen, évêque émérite de Hong Kong, auteur des méditations du chemin de croix du pape en 2008, et qui n’est pas, comme on le sait, un adepte de la langue de bois. Voici une rapide traduction de ce texte.

    Benoît XVI est un grand pape, un homme amoureux de la vérité. Pour lui, Dieu est la vérité, et l’homme ne peut pas vivre sans la vérité. Malheureusement, aujourd’hui, la vérité n’est pas « à la mode », et ce qui domine réellement est ce que Benoît XVI a qualifié de « dictature du relativisme ». Mais il a toujours tenu la barre pour garder le cap selon la vérité. Cela est sa contribution à la culture mondiale, et aussi à la Chine. Il faut ajouter que ce pape a fait pour la Chine ce qu’il n’a fait pour aucun autre pays : à aucune autre Eglise particulière il n’a écrit une lettre spécifique, aucun pays n’a une commission spéciale issue des deux plus importants dicastères du Saint-Siège, d’une trentaine de membres, qui lui soit dédiée. Nous devons lui en être profondément reconnaissants.

    Mais, malheureusement, je dois ajouter que, souvent, il a été une voix isolée dans le désert. Je l’ai dit et je le répète : son travail a été ruiné par d’autres qui sont proches de lui, qui ne suivaient pas sa ligne. Je n’ai pas à juger les consciences : il est probable que ces conseillers pensaient que peut-être il n’en savait pas assez sur la situation, qu’il n’était pas en mesure de suivre la bonne stratégie. Quoi qu’il en soit, ces gens-là n’ont pas mis en œuvre ce que Benoît XVI avait établi comme lignes directrices pour l’Eglise en Chine.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Benoît XVI, Eglise 1 commentaire

  • Chine : un séminaire contraint de fermer

    Les évêques des huit diocèses « officiels » du Shanxi ont dû prendre la décision de fermer, au moins provisoirement, le grand séminaire de la région, au lendemain d’une réunion, le 6 janvier, où le Bureau des affaires religieuses a exigé la réintégration du P. Anthony Chang Tongxi comme recteur du séminaire.

    En 2010, les évêques avaient choisi le P. Anthony Chang Tongxi  pour remplacer le recteur qui devenait évêque. Mais il apparut rapidement qu’il n’était pas à la hauteur, et qu’il se montrait trop proche des autorités communistes. L’année suivante, Mgr John Huo Cheng, l’évêque « officiel » du diocèse de Fenyang, président du conseil d’administration du séminaire, démettait de ses fonctions le P. Chang. Depuis lors c’était un bras de fer entre les évêques et le pouvoir. Il semble que la volonté des autorités communistes soit de fermer les séminaires des provinces pour ne garder que ceux de Pékin. On remarque qu’au grand séminaire de Seshan (qui est celui de Shangaï), où a été interné Mgr Ma Daqin depuis son coup d’éclat, les cours ont été suspendus sine die. Il y a quatre ans, deux autres séminaires avaient été fermés. Il n’en reste plus que six en activité en dehors des deux de Pékin.

    Davantage d’explications sur Eglises d’Asie.

     

    Lien permanent Catégories : Eglise 0 commentaire

  • Le nouveau code pénal chinois et les catholiques

    En Chine, et particulièrement dans le Hebei, prêtres et fidèles se sont mis à espérer après la mise en œuvre, le 1er janvier, du nouveau code pénal. Selon le nouveau texte, personne ne peut être obligé de s’incriminer soi-même, toute arrestation doit être fondée sur une preuve obtenue de façon légale, les parents du suspect doivent être informés des circonstances et du lieu de détention, et personne ne peut être détenu plus de six mois sans accusation.

    Il en résulte notamment que, si ces dispositions sont appliquées, tous les prêtres et évêques emprisonnés sans procès sans qu’on sache où ils sont, parfois depuis 15 ans, comme Mgr James Su Zhimin, doivent être libérés.

    Mais d’autres chrétiens ne partagent pas ces espoirs. Ils font remarquer que le pouvoir judiciaire dépend toujours du parti communiste, lequel a le dernier mot sur toute décision. Et qu’en 2004, déjà, un amendement à la Constitution stipulait « le respect et la protection des droits de l’homme », comme le nouveau code pénal…

    (Asianews)

    Lien permanent Catégories : Eglise 0 commentaire

  • Vous connaissez le frère jésuite Giuseppe Castiglione ?

    C’est ça :

    Castiglione_02-82ff7.jpg

    Castiglione-Emperor.jpg

    Giuseppe+Castiglione+-+The+Qianlong+Emperor+in+Court+Dress.jpg

    GiuseppeCastiglioneLangShining-Hunting-Journey-on-Horseback-c1740.jpg

    GiuseppeCastiglioneLangShining-Landscape-with-Horses-DateUnknown.jpg

    GiuseppeCastiglioneLangShining-Springs-Peaceful-Message-c1736.jpg

    Etonnant, non ?

    Là, il s’appelait Lang Shining, « homme des mers occidentales », et il fut (pendant 50 ans !) le peintre préféré des empereurs de la dynastie Qing. Un film va être réalisé sur sa vie par le studio de production télévisuel des Jésuites de Taipei (Taiwan) et il sera diffusé sur la chaîne de télévision d’Etat de la Chine communiste (CCTV) et d’autres chaînes de la Chine continentale. Les précédents documentaires tournés par le même studio, sur Paolo Xu Guangqi, disciple de Matteo Ricci, et sur le Père Adam Schall, avaient eu plus de 200 millions de téléspectateurs. « Les documentaires veulent donner une image véritable et aussi complète que possible des meilleurs exemples de l’activité missionnaire initiale des Jésuites en Chine. Nous pensons que ces productions sont parvenues à corriger et à améliorer la perception que la majorité des Chinois a de l’activité missionnaire catholique », déclare le Père Jerry Martinson S.J., vice-président du studio.

    Lien permanent Catégories : Dans le monde, Eglise 1 commentaire

  • Persécution dans le diocèse de Wuhan (Chine)

    Fin novembre, au cours d’une retraite, les prêtres du diocèse de Wuhan décidaient un remaniement des affectations des curés, car cela n’avait pas été fait depuis longtemps. Des prêtres reçurent aussitôt des avertissements d’autorités disant que la réunion était invalide et illégale.

    Lors d’une messe solennelle, le 30 novembre, le P. Shen Guoan, administrateur du diocèse, annonçait les transferts de curés. Des prêtres furent alors interrogés par des représentants du gouvernement, les mettant en garde contre tout changement.

    Néanmoins, le 8 décembre, les prêtres officialisaient les transferts et envoyaient des notifications aux autorités.

    Le 13 décembre, 15 prêtres étaient interpellés et emmenés dans une réunion où on leur fit savoir que le P. Shen était était démis de ses fonctions, ainsi que le P. Shu Zigeng, secrétaire général de l'Association patriotique et de la commission des cultes de la province. Et qu’un nouveau comité de gestion était mis en place, sous la direction du P. Cui Qingqi, qu’on avait fait revenir de Pékin où il suivait des études…

    Asianews rappelle que le gouvernement avait désigné le P. Shen Guoan comme évêque de Wuhan, en 2011, mais que le Saint-Siège n’avait pas donné son autorisation. Le P. Shen et les fidèles avaient alors refusé une ordination épiscopale illicite. Même chez les communistes, la vengeance est un plat qui se mange froid.

    Lien permanent Catégories : Eglise 0 commentaire

  • Provocation chinoise

    Après son coup d’éclat du 7 juillet, quand, tout juste ordonné évêque, il avait annoncé qu’il quittait l’Association patriotique, Mgr Ma Daqin avait été aussitôt assigné à résidence au grand séminaire de Sheshan, avec interdiction de porter ses ornements épiscopaux. Et les prêtres et religieuses avaient subi des cours de rééducation patriotique… Aujourd’hui, selon diverses sources concordantes, il a été révoqué de sa charge d’évêque auxiliaire de Shangaï par la Conférence (officielle) des évêques catholiques de Chine, et en outre suspendu de ministère presbytéral pour deux ans. C’est l’aboutissement de l’« enquête » qui avait été ouverte par les autorités de l’Eglise officielle dès le 11 juillet sur l’ordination épiscopale de Mgr Ma.

    Cette ordination avait reçu l’aval à la fois de Rome et de l’Eglise officielle. Mais le fait que Mgr Ma quitte l’Association patriotique a été un casus belli, d’autant que sa décision avait été accueillie par de longs applaudissements des évêques et prêtres présents…

    Sur le blog de Mgr Ma, le dernier texte est du 3 novembre.

    Lien permanent Catégories : Eglise 1 commentaire

  • Séances de rééducation à Shangaï

    Oui, le régime chinois est toujours communiste, marxiste-léniniste. En témoignent les intenses séances de rééducation « patriotique » auxquelles ont été soumis en septembre les quelque 80 prêtres et quelque 80 religieuses du diocèse de Shangaï.

    Divisés en trois groupes, ils ont dû subir des sessions de trois jours, à raison de 12 heures de « cours » par jour, sur leurs devoirs envers la nation, les réglementations religieuses, et les principes d’indépendance de l’Eglise chinoise. Ces cours étaient strictement obligatoires, sanctionnés par un examen oral, et écrit : les participants devaient rédiger un rapport sur ce qu’ils avaient appris.

    Il s’agissait d’une des mesures de rétorsion du gouvernement chinois après le coup d’éclat de Mgr Thaddeus Ma Daqin, ordonné le 7 juillet comme évêque auxiliaire « officiel », et qui annonça ce jour-là qu’il quittait l’Association patriotique (l’Eglise officielle). Depuis son ordination, on n’a pas revu Mgr Daquin qui observe, selon les autorités, un « temps de retraite »…

    (Eglises d'Asie, Asianews)

    Lien permanent Catégories : Eglise 1 commentaire

  • Evêques de Chine

    La réaction du Saint-Siège à l’ordination de Harbin ne s’est pas fait attendre : le Père Joseph Yue Fusheng, ordonné sans mandat pontifical et donc de manière illégitime, est automatiquement excommunié, « les Evêques qui ont pris part à l’ordination épiscopale illégitime et se sont exposés aux sanctions prévues par la loi de l’Eglise doivent référer au Saint-Siège de leur participation à la cérémonie religieuse ».

    Le communiqué poursuit :

    « L’ordination du Père Taddeus Ma Daqin intervenue samedi 7 juillet en tant qu’Evêque auxiliaire du Diocèse de Shanghai constitue en revanche un motif d’approbation et d’encouragement. »

    Mais Mgr Taddeus Ma Daqin a disparu depuis son ordination. A la fin de la cérémonie, il avait déclaré qu’il souhaitait se consacrer entièrement à son ministère épiscopal et que par conséquent il démissionnait de ses fonctions à l’Association patriotique (l’Eglise officielle). Ce qui avait déclenché de longs applaudissements… Au banquet qui a suivi, les trois tables réservées aux représentants du pouvoir sont restées vides. Le lendemain, dimanche, le nouvel évêque n’est pas venu célébrer la messe d’action de grâce. Certains prêtres ont reçu un SMS censé provenir de l’évêque, qui disait qu’il avait « besoin d’un temps de repos et de retraite personnelle ». Toute mention de son ordination a disparu des sites catholiques chinois…

    Addendum

    Les instances de l’Eglise officielle annoncent qu’elles ont ouvert une enquête sur l’ordination de Mgr Ma Daquin, « soupçonnée d’avoir gravement enfreint les règlements de la Conférence épiscopale de Chine à propos de l’élection et de l’ordination des évêques ».

    Lien permanent Catégories : Eglise 0 commentaire

  • Un effet de la politique de l’enfant unique

    La police chinoise a mis au jour un gigantesque trafic d’enfants. L’opération a mobilisé plus de 10.000 policiers dans 15 provinces. Il y a eu 802 arrestations dans les cliniques et les hôpitaux : les femmes enceintes se voyaient promettre une grosse somme d’argent si elles vendaient leur enfant. D’autre part des enfants de plus de deux ans étaient vendus aux enchères (des enfants nés en contravention avec la règle de l’enfant unique). Les médecins gagnaient 700 € par enfant vendu. C’est un « consortium » que les enquêteurs ont découvert, avec des ramifications en Chine et à l’étranger.

    Lien permanent Catégories : Culture de mort, Dans le monde 0 commentaire

  • Harbin: l’ordination a eu lieu

    Le P. Joseph Yue Fusheng a été sacré évêque de Harbin ce matin contre la volonté du pape. La cérémonie était présidée par Mgr Johan Fang Xinyao, président national de l’Association patriotique (l’Eglise officielle). Il y avait quatre évêques co-consécrateurs, tous quatre en communion avec Rome et « réquisitionnés » par le pouvoir. L’administrateur apostolique de Harbin, qui avait été « invité à dîner », a été relâché aussitôt après l’ordination.

    Lien permanent Catégories : Eglise 0 commentaire

  • Le Vatican « barbare et irrationnel », selon la Chine communiste

    En Chine, l’Administration d’Etat des Affaires religieuses (nouveau nom du Bureau des Affaires religieuses) a publié une note en réponse à la note du Saint-Siège concernant le projet d’ordination épiscopale illicite de Harbin.

    L’organisme officiel chinois juge la note du Saint-Siège « outrangeante », « choquante », « pleine de menaces », « barbare et irrationnelle » et il accuse Rome « d’étouffer la liberté » : le Vatican « par son interférence et ses allégations, restreint la liberté, et par son intolérance sape le sain développement de l’Eglise catholique en Chine, ce qui n’est d’aucun bénéfice pour l’Eglise universelle. »

    Le candidat à l’épiscopat, le P. Joseph Yue Fusheng, est « d’une foi fervente, moralement irréprochable et honnête », ajoute l’Administration d’Etat des Affaires religieuses, c’est-à-dire le régime communiste chinois athée, qui souligne que les évêques choisis par le Parti selon la méthode « d’auto-élection et auto-ordination » (sic), sont « les égaux de tous les autres évêques du monde », sont « légitimes », et dispensent des sacrements « valides ». Se disant toujours ouvert au dialogue avec Rome, l’Administration annonce qu’elle poursuivra cette politique…

    Dans la perspective de l’ordination (qui doit avoir lieu demain), de nombreux prêtres du diocèses ont pris la fuite et se sont cachés, pour ne pas être obligés d’y assister. Mais l’administrateur apostolique nommé par le pape à la fin de l’année dernière, le P. Joseph Zhao Hongchun, a été quant à lui « invité à dîner », hier mercredi, par des responsables gouvernementaux. Dans la soirée, il a téléphoné à son assistant pour lui dire qu’il ne pouvait pas rentrer dans l’immédiat parce que les fonctionnaires du bureau des affaires religieuses avaient besoin de parler avec lui et que « la conversation allait durer plusieurs jours »…

    En bref il est mis à l’ombre pour l’empêcher de tenter quelque chose contre l’ordination. Tandis que six évêques en union avec Rome ont également disparu, mais eux ont vraisemblablement été réquisitionnés pour participer de force à l’ordination…

    Et la cathédrale est un no man’s land sous contrôle de la police.

    (AsiaNews 1, 2, 3)

    Lien permanent Catégories : Dans le monde, Eglise 0 commentaire

  • Le gros malaise de la nouvelle ordination chinoise

    Hier, le P. Methodius Qu Ailin a été sacré évêque en la cathédrale de l’Immaculée Conception à Changsha, capitale de la province du Hunan, pour le service de ce diocèse, vacant depuis 10 ans.

    Mgr Qu Ailin est directeur adjoint de la branche du Hunan de l’Association patriotique des catholiques chinois (nom de l’Eglise officielle), et membre de la conférence consultative politique du peuple de la ville de Hengyang. Il devient néanmoins pleinement évêque catholique, étant ordonné avec mandat du pape.

    Sauf que pour Rome il est évêque de Changsha, l’un des quatre diocèses du Hunan, alors que pour l’Eglise officielle chinoise il est évêque de l’unique diocèse du Hunan.

    Mais le plus grave n’est pas là. L’évêque consécrateur principal était l’évêque de Pékin, Mgr Joseph Li Shan, dont le statut est douteux depuis qu’il a participé à une ordination épiscopale illicite. En outre, il y avait à la cérémonie Mgr Liu Xinhong, un évêque excommunié en 2006 pour s’être fait sacrer sans mandat pontifical.

    Et cette cérémonie était en tout point celle d’une ordination « patriotique », soigneusement conçue ainsi par le régime, avec présence de nombreux dignitaires dont le vice-président de l’Association patriotique venu délivrer le message du « Front uni » et du bureau gouvernemental des Affaires religieuses. Le nouvel évêque a juré d’aider le clergé et les fidèles à « respecter les lois de la nation, sauvegarder l’unité nationale, l’unité et la stabilité sociales, promouvoir le développement économique du Hunan, la prospérité culturelle et l’harmonie sociale »…

    Cette très particulière ambiance explique que s’il y avait 6 évêques et plus de 25 prêtres, il n’y avait que 200 fidèles, pour un diocèse qui compte 80.000 catholiques…

    Lien permanent Catégories : Eglise 0 commentaire

  • Chine : la dictature communiste se renforce

    Le ministère chinois de la Justice a publié le nouveau serment que devront désormais prononcer les avocats.

    « Je veux devenir avocat de la République populaire de Chine, et je m’engage à remplir la mission sacrée d'un travailleur du droit du socialisme aux caractéristiques chinoises, à être loyal envers la patrie, à être loyal envers le peuple, à soutenir la direction du Parti communiste, à soutenir le système socialiste, à protéger la Constitution et l'autorité de la loi. »

    C’est la première fois qu’il est demandé aux avocats de soutenir le parti communiste.

    L’objectif est d’en finir avec les avocats militants de la dissidence. Nombre d’entre eux ont été menacés ou emprisonnés en 2011.

    Jusqu’à la fin des années 90, la justice était aux ordres du parti. Mais depuis lors des avocats ont commencé à faire appel de jugements, en se fondant simplement sur la loi, et à défendre gratuitement des dissidents. Et le mouvement s’est étendu, notamment grâce à l’exemple donné par certains d’entre eux. Au premier chef Gao Zhisheng, qui était considéré comme l’un des dix meilleurs avocats chinois. Après sa conversion au christianisme, il a décidé d’aider les membres de groupes sociaux ou religieux persécutés. Il a été arrêté à maintes reprises depuis 2006, et il a été de nouveau condamné en décembre dernier à trois ans de prison.

    On connaît aussi Chen Guangcheng, « l’avocat aux pieds nus », aujourd’hui assigné à résidence après avoir purgé une peine de quatre ans de prison. Il a surtout défendu les femmes forcées à être stérilisées ou à avorter.

    Lien permanent Catégories : Dans le monde 0 commentaire

  • L’Eglise en Chine

    La volée de bois vert envoyée par le cardinal Zen à la Communauté de Sant’Egidio et à Communion et Libération (via “30 jours”) permet de mieux comprendre ce qui se passe en Chine… et au Vatican concernant la Chine. A lire sur Chiesa.

     

    Lien permanent Catégories : Eglise 2 commentaires

  • Hu Jintao et les « forces internationales hostiles »

    Les gazettes nous rapportent que le président chinois Hu Jintao, dans le journal du comité central du parti communiste (qui s’appelle Qiu Shi : A la recherche de la vérité…), s’en prend aux « forces internationales hostiles » qui « redoublent d’efforts » pour « occidentaliser » et « diviser » les Chinois dans les « domaines idéologiques et culturels », et où il appelle à prendre conscience de la « gravité » de la menace et à « prendre des mesures fortes » pour les contrecarrer.

    Les gazettes omettent de nous signaler que cet article est en réalité une partie jusqu’ici non publiée du discours de Hu Jintao devant le comité central, en octobre dernier, et qui était d’abord une charge contre le christianisme. Car quand il demande de combattre les « infiltrations culturelles » occidentales, il s’agit du christianisme, vu par les dirigeants chinois comme l’essence même de la culture occidentale.

    C’est également en référence à cette partie du discours que le même journal A la recherche de la vérité avait publié en décembre un violent article de Zhu Weiqun, vice-président du Département de Travail du Front uni, contre les membres du parti qui adoptent des « superstitions religieuses », rappelant fermement que lorsqu’on est communiste on ne croit en rien d’autre qu’en l’idéologie communiste, et que le parti doit lutter contre les superstitions.

    Lien permanent Catégories : Dans le monde 0 commentaire

  • Le cardinal Zen et l’école (et la Chine)

    Le cardinal Joseph Zen Ze-kiun, évêque émérite de Hong Kong, a entamé hier un jeûne de trois jours, pour « souligner la mauvaise décision de la Cour suprême, qui est une grande injustice pour l’Eglise et le territoire de Hong Kong et qui menace de détruire le système d’éducation de Hong Kong, considéré comme le meilleur de la région. »

    La Cour suprême a rejeté le recours de l’Eglise sur l’inconstitutionnalité de la loi sur l’éducation de 2004. L’Eglise avait déjà perdu en première instance en 2005, puis en appel en 2010.

    Cette loi prévoit la disparition des conseils d’administration des écoles privées sous contrat d’association avec l’Etat, dont les membres sont nommés par le diocèse ou les congrégations religieuses. Ces conseils doivent être remplacés par un "comité de gestion intégré", qui doit comprendre des représentants des enseignants, des parents d'élèves et des anciens élèves, de manière à ce que l'ensemble de ces groupes représente au minimum 40 % des sièges. Et le comité de gestion sera indépendant des organes de tutelle (en l’occurrence de l’Eglise).

    Il s’agit bien entendu d’une ingérence du gouvernement chinois qui a décidé de mettre la main sur les écoles privées de Hong Kong (tant catholiques que protestantes ou bouddhistes) qui font l’essentiel de l’enseignement sur le territoire.

    L’arrêt de la Cour suprême coïncide étrangement avec une campagne sur internet concernant des dons importants reçus par le cardinal Zen ces dernières années. On parle de l’équivalent de 300.000 euros par an, qui viendraient de l’homme d’affaires Jimmy Lai, devenu catholique, et connu comme militant de la démocratie à Hong Kong et en Chine. « On » soupçonne donc le cardinal Zen d’avoir mis une partie de cet argent dans sa poche… ou de l’utiliser pour soutenir la contestation du gouvernement chinois. Dans une conférence de presse, le cardinal Zen a détaillé l’utilisation de l’argent : soutien à la scolarité d’étudiants chinois, aide aux évêques chinois, soutien aux diocèses confrontés à des catastrophes naturelles, traduction de documents de l’Eglise. « Si j’avais utilisé cet argent pour moi-même, j’aurais acheté une voiture de luxe et engagé un chauffeur. Mais j’utilise toujours ma vieille voiture que je conduis moi-même… »

    Lien permanent Catégories : Eglise 1 commentaire

  • Prêtres en Chine

    Hier, on a appris qu’un prêtre de l’Eglise catholique clandestine chinoise, Joseph Chen Hailong, ordonné il y a deux ans dans le diocèse de Xuanhua (Hebei), qui avait été arrêté le 9 avril, a été libéré. Pendant au moins deux mois il a été mis à l’isolement total, sans presque de nourriture, pour le contraindre à adhérer à l’Association patriotique (l’Eglise officielle). Apparemment en vain.

    Aujourd’hui, on a appris que 4 prêtres du diocèse de Heze (Shangong) ont été arrêtés, le 3 août. Il s’agit des PP. Wang Chengli, Zhao Wuji, Fr Li Xianyang, et Sun Guichun. Ils ont été mis à l’isolement sans nourriture et sans boisson pendant 36 heures, à la suite de quoi on leur a demandé d’adhérer à l’Association patriotique. Comme ils ont refusé, les autorités cherchent des prétextes, au besoin en intimidant les fidèles, pour les faire passer en justice.

    Lien permanent Catégories : Eglise 0 commentaire

  • Nouvelle provocation chinoise contre Rome

    Une nouvelle ordination illégitime d’évêque a eu lieu hier en Chine. Cette fois, pas moins de huit évêques légitimes participaient à l’ordination, dont les quatre qui avaient été enlevés par le régime quelques jours auparavant pour être sûr qu’ils seraient présents. Il manquait un 9e évêque, Mgr Pei Junmin : les prêtres du diocèse avaient décidé d’occuper la cathédrale jour et nuit, pour garder l’évêque. Les autorités ont laissé tomber.

    C’est la 2e ordination illégitime cette année, la 3e depuis l’an dernier. L’Association patriotique a annoncé son intention de sacrer 40 évêques…

    Lien permanent Catégories : Eglise 0 commentaire

  • La situation de l’Eglise en Chine

    Le 10 juillet, un prêtre chinois a été consacré évêque de Taizhou, en Chine populaire. Non seulement il est reconnu par Rome et par le gouvernement chinois, mais ses quatre co-consécrateurs étaient des évêques reconnus par Rome et par le gouvernement chinois. Il y a eu une autre consécration de ce type le 15 juillet. En fait, il y en a déjà eu quatre autres cette année, et l'intronisation d'un évêque qui n'était pas reconnu jusque-là par le gouvernement. Que se passe-t-il en Chine ? Les interprétations sont divergentes. Sandro Magister fait le point.

    Lien permanent Catégories : Eglise 0 commentaire

  • Du nouveau en Chine

    La salle de presse du Saint-Siège confirme que, samedi dernier, l'Abbé Antoine Xu Jiwei (75 ans, 25 ans de sacerdoce) a été consacré évêque de Taizhou (Chine populaire), diocèse dont il était l'administrateur depuis 1999. Le Saint-Siège le destinait à ce siège et récemment le gouvernement chinois a approuvé cette consécration.

    La cérémonie, à laquelle a pris part un millier de fidèles, a été présidée par Mgr Joseph Li Mingsu, évêque de Qingdao, assisté de Mgr Joseph Zhao Fengchang, évêque de Liaocheng, de Mgr Joseph Xu Honggen, évêque de Suzhou, et de Mgr Joseph Han Yingjin, évêque de Sanyuan, tous en communion avec le Siège apostolique et reconnus par le gouvernement.

    Le diocèse était vacant depuis 1962.

    (VIS)

    Lien permanent Catégories : Eglise 0 commentaire

  • Chine : le trouble jeu du cardinal Bertone

    Un très intéressant article de Sandro Magister. A lire en pensant à nos martyrs qui ont refusé la constitution civile du clergé.

    Lien permanent Catégories : Eglise 0 commentaire