Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Pause

    Pendant trois bonnes semaines.

  • Et pan sur Baroin !

    Le chef économiste de la Banque centrale européenne, Jürgen Stark, s’en prend sévèrement à François Baroin dans un journal autrichien.

    Premièrement, en le citant, pour avoir annoncé de façon inconsidérée des rachats de dette espagnole et italienne par la BCE, alors que c’est à la BCE, qui est indépendante, de communiquer ou non sur ce qu’elle fait.

    Deuxièmement, sans le citer, pour avoir prétendu que le deuxième plan de renflouement de la Grèce, contrairement au premier, ne coûterait pas un sou aux contribuables. Ce plan, a dit Jürgen Stark (qui y est opposé) coûtera plus cher au contribuable que le premier.

    Addendum

    Et puis il a démissionné. Officiellement pour raison personnelle. En fait parce qu'il est en désaccord profond avec la dérive de la BCE.

  • Benoît XVI aux séminaristes

    Trois extraits de son homélie.

    Le corps lacéré et le sang versé du Christ, c’est-à-dire sa liberté offerte, sont devenus, par les signes eucharistiques, la nouvelle source de la liberté rachetée des hommes. En Lui, nous avons la promesse d’une rédemption définitive et la ferme espérance des biens à venir. Par le Christ, nous savons que nous ne sommes pas en train de marcher vers l’abîme, vers le silence du néant ou de la mort, mais que nous allons jusqu’à une terre promise, jusqu’à Celui qui est notre but en même temps que notre principe.

    (...) La sainteté de l’Église est avant tout la sainteté objective de la personne même du Christ, de son Évangile et de ses sacrements, la sainteté de la force d’en-haut qui l’anime et la stimule. Nous devons être saints pour éviter la contradiction entre le signe que nous sommes et la réalité que nous voulons signifier.

    (...) Appuyés sur son amour, ne vous laissez pas intimider par un environnement qui prétend exclure Dieu et dans lequel le pouvoir, l’avoir ou le plaire à peu de frais sont les critères principaux qui dirigent l’existence. Il peut se faire que vous soyez méprisés, comme il arrive d’ordinaire à ceux qui recherchent des buts plus élevés ou démasquent les idoles devant lesquelles nombreux sont aujourd’hui ceux qui se prosternent. C’est alors qu’une vie profondément enracinée dans le Christ se montrera réellement comme une nouveauté et attirera avec force ceux qui cherchent vraiment Dieu, la vérité et la justice.

     A la fin de cette homélie, le pape a annoncé qu’il déclarerait bientôt saint Jean d’Avila docteur de l’Eglise. La congrégation pour la cause des saints l’avait proposé le 3 mai dernier. Saint Jean d’Avila est déjà patron du clergé séculier espagnol. Il est le saint espagnol qui a le plus pâti de l’Inquisition. Il fut emprisonné pendant plusieurs mois sous l’accusation d’illuminisme, avant d’être acquitté à son procès. Puis son plus célèbre livre, Audi Filia, fut mis à l’index pour luthéranisme. La version remaniée ne parut qu’après sa mort. Cette persécution était due en partie au fait que saint Jean d’Avila était d’origine juive et que les « nouveaux catholiques » du sud de l’Espagne étaient suspectés d’être des convertis de façade.

  • Benoît XVI et l’université

    De nouveau un beau discours de Benoît XVI sur la mission de l’université.

    L’université a été et est encore appelée à être toujours la maison où se cherche la vérité propre de la personne humaine. Pour cette raison ce n’est pas par hasard que l’Église a promu l’institution universitaire, justement parce que la foi chrétienne nous parle du Christ comme le Logos par lequel tout a été fait (cf. Jn 1,3), et de l’être humain créé à l’image et à la ressemblance de Dieu. Cette bonne nouvelle découvre une rationalité dans tout le créé et regarde l’homme comme une créature qui participe et peut parvenir à reconnaître cette rationalité. L’université incarne, donc, un idéal qui ne doit pas perdre sa vertu ni à cause d’idéologies fermées au dialogue rationnel, ni par servilité envers une logique utilitaire de simple marché, qui voit l’homme comme un simple consommateur.

  • Saint Bernard

    Sa sollicitude à l’égard de la participation intime et vitale du chrétien à l’amour de Dieu en Jésus Christ n’apporte pas d’orientations nouvelles dans le statut scientifique de la théologie. Mais, de manière plus décidée que jamais, l’abbé de Clairvaux configure le théologien au contemplatif et au mystique. Seul Jésus – insiste Bernard face aux raisonnements dialectiques complexes de son temps – seul Jésus est "miel à la bouche, cantique à l’oreille, joie dans le cœur (mel in ore, in aure melos, in corde iubilum)". C’est précisément de là que vient le titre, que lui attribue la tradition, de Doctor mellifluus : sa louange de Jésus Christ, en effet, "coule comme le miel". Dans les batailles exténuantes entre nominalistes et réalistes - deux courants philosophiques de l’époque - dans ces batailles, l’Abbé de Clairvaux ne se lasse pas de répéter qu’il n’y a qu’un nom qui compte, celui de Jésus le Nazaréen. "Aride est toute nourriture de l’âme", confesse-t-il, "si elle n’est pas baignée de cette huile ; insipide, si elle n’est pas agrémentée de ce sel. Ce que tu écris n’a aucun goût pour moi, si je n’y ai pas lu Jésus". Et il conclut : "Lorsque tu discutes ou que tu parles, rien n’a de saveur pour moi, si je n’ai pas entendu résonner le nom de Jésus". En effet, pour Bernard, la véritable connaissance de Dieu consiste dans l’expérience personnelle et profonde de Jésus Christ et de son amour. Et cela, chers frères et sœurs, vaut pour chaque chrétien : la foi est avant tout une rencontre personnelle, intime avec Jésus, et doit faire l’expérience de sa proximité, de son amitié, de son amour, et ce n’est qu’ainsi que l’on apprend à le connaître toujours plus, à l’aimer et le suivre toujours plus. Que cela puisse advenir pour chacun de nous !

    Benoît XVI

  • Une délicate attention de Benoît XVI

    Lors de la cérémonie d’accueil du pape aux JMJ, c’est un diacre de l’ordinariat Notre-Dame de Walsingham, béni par le pape, qui a chanté l’évangile.

  • Pakistanaise catholique

    Elle est pakistanaise, elle s’appelle Arifa Alfred, elle a 27 ans, elle est catholique. En mai 2009 elle a été kidnappée par un musulman, qui l’a droguée, et lorsqu’elle s’est réveillée son ravisseur lui a dit qu’elle était devenue musulmane et qu’elle s’étai mariée avec lui. Arifa Alfred n’a jamais accepté cet état de fait, et elle a été séquestrée et battue par son « mari » jusqu’au 1er août dernier, où elle a réussi à s’enfuir. Mais désormais c’est toute la famille qui a dû s’enfuir pour échapper à la vengeance du ravisseur. Une plainte a été déposée, mais la police ne fera rien. L’inspecteur a déclaré qu’il était content que Arifa soit devenue musulmane…

    Mais la jeune femme déclare : « Je suis chrétienne et je suis toujours demeurée ferme dans ma foi chrétienne, continuant à prier dans mon cœur Jésus-Christ et la Bienheureuse Vierge Marie au cours de ces deux années de captivité afin d’obtenir la liberté. »

    (Fides)

  • Shahbaz Bhatti ne sera pas décoré

    Le président du Pakistan Asif Ali Zardari a publié une liste de 185 personnalités qui recevront une distinction du genre de la Légion d’honneur. On y trouve le nom de Salman Taseer, le gouverneur du Pendjab assassiné par les islamistes le 4 janvier, mais pas celui du ministre Shahbaz Bhatti, assassiné par  les islamistes le 2 mars. Le premier était musulman, le second catholique.

    C’est « indigne », dit l’évêque d’Islamabad, Mgr Anthony Rufin : « Il y a quelques jours, lors de la Journée des minorités, le président a souligné le principe de l’égalité des droits et mis en lumière le rôle joué par les minorités dans la croissance du Pakistan, et aujourd’hui, quand il est question d’honorer des personnes qui se battent pour les droits des minorités et donnent leur vie pour cette cause, il ignore Shahbaz Bhatti… »

  • Le maire de Montluçon est stupéfait…

    C’est en tout cas ce qu’il dit dans un communiqué : il a découvert « avec stupéfaction les déclarations de M. Lamachi » sur le minaret de la mosquée de la ville. Le projet « n’a jamais évoqué une mosquée avec un minaret de quinze mètres et appel à la prière ».

    Il précise :

    « A aucun endroit dans l’arrêté du permis de construire, le mot “minaret” n’est mentionné. Il y aura une surélévation qui vise à donner une unité architecturale qui corresponde à ce que voulait l’association. Mais je ne veux pas qu’on emploie le mot “minaret” ».

    Sic.

    Mais le dossier de l’architecte dit : « Le projet consistera à fermer l’auvent existant et à construire un minaret sur la façade principale ».

    Contacté par le quotidien La Montagne, qui avait reproduit les propos de M. Lamachi, le maire déclare :

    « Si on n’en avait pas parlé, personne n’aurait rien vu »…

  • Suivre l’évolution de la chasse aux sorcières (ça ne s’arrange pas)

    Le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) a annoncé son intention de porter plainte contre le commentateur sportif Jean-Michel Larqué suite à des propos tenus sur RMC le 12 août. Le BNVCA a d’ores et déjà saisi le CSA pour lui demander de « prendre les mesures qui s’imposent », car Jean-Michel Larqué est coupable « du délit de diffamation » et « de provocation à la discrimination » raciale.

    Après avoir constaté que la direction du club de football londonien Arsenal était « plutôt de confession juive », il avait dit que l’argent était « une chose importante » pour ces dirigeants, précisant qu’il s’agissait d’une réflexion de l’entraîneur de l’équipe, Arsène Wenger.

    Jean-Michel Larqué a présenté ses excuses sur Radio Communauté Juive.

    Addendum

    Le MRAP porte plainte "notamment pour incitation à la discrimination, à la haine et à la violence racistes".

  • L’affaire Bonnemaison : un coup de maître

    Jean Léonetti propose un grand débat public sur l’euthanasie après la présidentielle. Gaëtan Gorce est favorable à ce grand débat, mais avant la présidentielle. Tous deux soulignent que les agissements du médecin de Bayonne n’entrent pas dans le cadre de l’euthanasie légale telle qu’elle est pratiquée chez nos voisins.

    En bref, il faut un débat pour aboutir à une loi qui distingue bien l’euthanasie légale de l’euthanasie illégale…

  • Saint Jean Eudes

    Nous te saluons, Marie, Fille de Dieu le Père,
    Nous te saluons, Marie, Mère de Dieu le Fils,
    Nous te saluons, Marie, Épouse de l'Esprit Saint,
    Nous te saluons, Marie, Temple de la divinité,
    Nous te saluons, Marie, lis où resplendit la lumière immuable de la Trinité.
    Nous te saluons, Marie, Rose éclatante de la beauté du paradis,
    Nous te saluons, Marie, Vierge des vierges, Vierge fidèle, choisie pour mettre au monde et pour nourrir le Roi des cieux.
    Nous te saluons, Marie, Reine des martyrs, dont l'âme fut transpercée d'un glaive de douleur.
    Nous te saluons, Marie, Souveraine du monde, à qui tout pouvoir fut remis au ciel et sur la terre.
    Nous te saluons, Marie, Reine de nos cœurs, Mère bien-aimée, notre vie, notre bonheur, notre espérance.
    Nous te saluons, Marie, Mère aimable,
    Nous te saluons, Marie, Mère admirable,
    Nous te saluons, Marie, Mère des miséricordes,
    Nous te saluons, Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi,

    Tu es bénie parmi les femmes.
    Et béni soit Jésus, ton fils,
    Béni soit ton époux, saint Joseph,
    Béni soit ton père, saint Joachim,
    Bénie soit ta mère, sainte Anne,
    Béni soit ton fils, saint Jean,
    Béni soit ton ange, saint Gabriel,
    Béni soit le Père éternel, qui t'a choisie,
    Béni soit le Fils qui t'a aimée,
    Béni soit l'Esprit Saint qui t'a épousée,
    Bénis soient à jamais tous ceux qui te bénissent et qui t'aiment. Amen.

  • Le Shahbaz Bhatti Memorial Trust

    Le 11 août a été célébré au Pakistan la « Journée des minorités », qui avait été instituée par le ministre martyr Shahbaz Bhatti. A cette occasion, le président du Pakistan Asif Ali Zardari a reçu Paul Bhatti et d’autres représentants de minorités, et il a officiellement inauguré le « Shahbaz Bhatti Memorial Trust », organisation caritative créée par Paul Bhatti au lendemain de l’assassinat de son frère.

    Le président Zardari a souligné que son gouvernement s’était engagé à défendre l’égalité des droits pour les non-musulmans, telle qu’elle est consacrée dans la Constitution et fut proclamée par Ali Jinnah, le fondateur du Pakistan, dans son discours à l’Assemblée constituante en août 1947.

    Le Premier ministre Yusuf Raza Gilani a ajouté : « C'est notre obligation morale, religieuse et sociale, afin de renforcer le lien d'amour et de promouvoir la culture de la tolérance dans le pays. »

    Malheureusement il n’y a guère de rapport entre ce qui se dit dans les palais de la république et ce qui se passe dans la rue… Le 14 août était la fête de l’indépendance. Un chrétien, Ashfaq Munawar, a été agressé et blessé par six musulmans qui lui reprochaient de fêter l’indépendance alors qu’il n’est pas musulman. « Convertis-toi à l’islam si tu veux participer à la fête ! », lui disaient-ils en le frappant.

    (Asianews)

  • Le chrétien est un ruminant

    Extrait de la catéchèse de Benoît XVI hier :

    A notre époque, nous sommes absorbés par de nombreuses activités et occupations, préoccupations et problèmes ; on tend souvent à remplir les espaces de la journée, sans avoir un moment pour s’arrêter et réfléchir et nourrir sa vie spirituelle, le contact avec Dieu. Marie nous enseigne qu’il est nécessaire de trouver dans nos journées, avec toutes nos activités, des moments pour nous recueillir en silence et méditer sur ce que le Seigneur veut nous enseigner, sur la façon dont il est présent et agit dans le monde et dans notre vie : être capables de s’arrêter un moment et de méditer. Saint Augustin compare la méditation des mystères de Dieu à l’assimilation de la nourriture et utilise un verbe qui revient dans toute la tradition chrétienne : « ruminer » ; c’est-à-dire que les mystères de Dieu doivent constamment résonner en nous afin qu’ils deviennent familiers, qu’ils orientent notre vie, qu’ils nous nourrissent comme cela a lieu avec la nourriture nécessaire pour nous alimenter. Et saint Bonaventure, en se référant aux paroles de l’Ecriture Sainte, dit qu’elles « doivent toujours être ruminées pour pouvoir être goûtées en y appliquant ardemment notre esprit » (Coll. In Hex, ed. Quaracchi 1934, p. 218). Méditer signifie donc créer en nous une situation de recueillement, de silence intérieur, pour réfléchir, assimiler les mystères de notre foi et ce que Dieu opère en nous ; et pas seulement les choses qui vont et viennent. Nous pouvons « ruminer » de diverses façons, en prenant, par exemple, un bref passage de l’Ecriture Sainte, en particulier les Evangiles, les Actes des Apôtres, les Lettres des apôtres, ou encore une page d’un auteur de spiritualité qui nous rapproche des réalités de Dieu, et les rend plus présentes de nos jours, en se faisant pourquoi pas conseiller par un confesseur ou par un directeur spirituel, lire et réfléchir sur ce que l’on a lu, en s’y arrêtant, en nous efforçant de le comprendre, de comprendre ce que cela nous dit, ce que cela dit aujourd’hui, d’ouvrir notre âme à ce que le Seigneur veut nous dire et nous enseigner. Le chapelet est lui aussi une prière de méditation : en répétant le Je vous salue Marie, nous sommes invités à repenser et à réfléchir sur le Mystère que nous avons proclamé. Mais nous pouvons également nous arrêter sur une expérience spirituelle intense, sur des paroles qui nous ont marqués en participant à l’Eucharistie du dimanche. Vous voyez donc qu’il existe de nombreuses façons de méditer et ainsi, de prendre contact avec Dieu, de nous approcher de Dieu et, de cette façon, d’être en chemin vers le Paradis.

  • Saint Armel

    Saint Armel est inscrit au calendrier le 16 août, car c’est en ce jour qu’il naquit au ciel, et qu’il fut longtemps célébré. Mais Léon XIII ayant institué la fête de saint Joachim le 16 août, et comme le 17 c’est saint Hyacinthe, saint Armel est fêté, dans les diocèses qui le fêtent, le 18.

    Saint Armel était un de ces ermites gallois venus en Bretagne aux VIe siècle. Accostant dans le Léon, il fonda un monastère qui est devenu Plouarzel (en breton Armel se dit Arzel).

    Par la suite il passa six ans à la cour du roi Childebert. Puis il s’établit semble-t-il dans le pays de Rennes, au lieu appelé aujourd’hui Saint-Armel-des-Bochaux. Il maîtrisa un dragon avec son étole et le précipita dans la Seiche. On trouve la même histoire à Ploërmel, où l’on affirme que c’est en ce lieu que s’établit et mourut saint Armel, comme l’indique le nom de la ville : plou Armel.

  • Le pardon de l’évêque

    J’ai lu hier, aussi ahuri que l’a été Jeanne Smits, cette « information » :

    Exceptionnellement pour cette édition des JMJ l'archevêque de Madrid a décidé d'accorder le pardon aux femmes qui ont avortées (sic) et qui le regrettent.

    Jeanne Smits a trouvé l’explication et nous la donne.

  • JMJ : oui, la foi est possible

    Extrait de l’allocution du cardinal Stanislas Rylko, président du Conseil pontifical pour les laïcs, au début de la messe d’ouverture de la Journée mondiale de la Jeunesse 2011, hier soir à Madrid.

    Aujourd’hui malheureusement, dans notre monde qui si souvent refuse Dieu et vit comme s’Il n’était pas là, beaucoup se demandent : la foi est-elle encore possible?...

    Très chers jeunes! Vous êtes venus ici, à Madrid, des endroits les plus retirés de la planète, pour dire à voix haute au monde entier - et en particulier à cette Europe qui montre les signes d’un profond désarroi - votre "oui" convaincu! "Oui", la foi est possible! Plus encore, c’est même une aventure merveilleuse qui nous permet de découvrir toute la grandeur et la beauté de notre vie... Parce que Dieu, qui s’est révélé sous le visage du Christ, ne diminue pas l’homme, mais il l’exalte de façon démesurée, au-delà de toute imagination! ... Ces jours-ci, nous voulons crier avec les Apôtres au Seigneur: "Augmente notre foi!" (Lc 17,5)... Nous voulons aussi prier avec Saint Anselme: Seigneur, «enseigne-moi à Te chercher, montre-toi à qui Te cherche, car je ne puis Te chercher si Tu ne m’enseignes, ni Te trouver si Tu ne te montres» (Proslogion 1,1).

  • Saint Hyacinthe

    Cet illustre fils de la Pologne était chanoine de Cracovie quand la prédication et les miracles de saint Dominique le décidèrent à abandonner le siècle, et il reçut l’habit des Frères Prêcheurs à Rome, des mains du saint Fondateur lui-même. En 1218, durant les premiers mois de son noviciat, il résida sur l’Aventin, dans le couvent annexé au Titre de Sabine ; plus tard, revenu dans sa patrie, il propagea merveilleusement son Ordre, pour lequel il fonda les couvents de Frisak, de Cracovie, de Prague, de Wratislau et de Dantzig. Il ressuscita plusieurs morts, passa des fleuves à pied sec et rendit la vue à des aveugles. Quand il mourut, le 16 août 1257, un cadavre revint à la vie. Clément VIII canonisa saint Hyacinthe en 1594.

    Les Bollandistes ont publié divers récits de miracles opérés par ce thaumaturge, et il y est question, entre autres, d’une vingtaine, au moins, de morts rappelés à la vie par son intercession.

    Bienheureux cardinal Schuster

  • En Irak

    L’église syriaque orthodoxe Saint-Ephrem de Kirkouk a été très endommagée la nuit dernière par une bombe qui n’a pas fait de victime.

    Lundi, une série d’attentats a fait 74 morts dans tout le pays. Les victimes sont notamment des membres de milices sunnites anti-al Qaïda ou des policiers. Mais l’attaque la plus meurtrière (40 morts) a eu lieu dans une rue passante de Kout.

    C’était le jour le plus sanglant depuis le 10 mai 2010.

  • Un minaret à Montluçon. Avec le muezzin électrique

    Une mosquée est en construction à Montluçon. Elle aura un minaret quand il y aura l’argent pour le construire.

    « Dans la mesure où la mosquée qui vient d'être construite à Guéret a un minaret, il est normal que Montluçon, ville plus grande, en ait un aussi », dit le président de l'association As Salam.

    « La tour mesurera 15 mètres. Elle est destinée à l'appel à la prière du vendredi, mais le volume sera limité », dit-il aussi. Donc la municipalité a accepté qu’il y ait l’appel du muezzin par haut-parleur.

    Sur les plans du permis de construire, le minaret fait 10 mètres. Mais on ne va pas chipoter pour cinq mètres de plus.

    (La Montagne)

  • Rue Myrha

    Il y a une semaine, Claude Guéant avait annoncé qu’une solution avait été trouvée pour les musulmans qui prient dans la rue Myrha à Paris : des locaux de 2.000 m2, appartenant au ministère de la Défense, aménagés pour en faire une mosquée provisoire (et l’on voit en effet toute une série de sanitaires neufs pour les ablutions). Selon Claude Guéant, les responsables musulmans avaient vu les lieux et en étaient satisfaits.

    Patatras. Le recteur de la mosquée Khaled Ibn El Walid de la rue Myrha déclare : « Ce sont des locaux indignes d’un musulman et de son culte. La sacralité du lieu n’y est pas respectée. » L’orientation n’est pas bonne, ce sont d’anciens ateliers de réparation, le plafond est trop haut, etc. Bref, « cette proposition s’apparente à du «mépris et à de l’humiliation des musulmans. C’est le sentiment ressenti par l’ensemble de la délégation qui s’est rendue samedi sur les lieux, d’où le rejet catégorique de cette proposition».

    Donc on continuera de prier dans la rue Myrha, où la sacralité du lieu est sans doute respectée…

  • Saint Joachim

    Alleluia, alleluia. O Jóachim, sanctæ conjux Annæ, pater almæ Virginis, hic famulis ferto salutis opem. Alleluia.

    Alléluia, alléluia. O Joachim, saint époux d’Anne, père de la Vierge nourricière, aidez ici-bas au salut de vos serviteurs ! Alléluia.

  • Assomption

    Ni le tombeau ni la mort n'ont eu pouvoir sur la Mère de Dieu, infatigable à la supplication, inébranlable espoir dans ses intercessions. Puisqu'elle est la Mère de Dieu, Il l'a transférée à la vie, Celui qui repose dans son sein toujours virginal.


    podcast

    (Kondakion de la fête de la Dormition de la Mère de Dieu, chanté par le P. Maximos Fahmé, à la fin du CD de la Paraclisis.)

  • 9e dimanche après la Pentecôte

    Jésus pleure sur Jérusalem, parce qu’il voit ce qui va se passer : la ville sainte, qui n’a pas voulu reconnaître son Seigneur, sera « renversée à terre » par ses ennemis, avec ses enfants au milieu d’elle, et ils ne laisseront pas pierre sur pierre.

    C’est ce qui est arrivé un peu moins de 40 après, en 70, quand Titus a pris et détruit la ville après un horrible siège : « Tes ennemis t’environneront de tranchées, où ils t’enfermeront et te serreront de toutes parts », avait annoncé Jésus, reprenant les mots des anciens prophètes, qui allaient alors se réaliser dans leur terrible plénitude.

    Et saint Grégoire le Grand souligne qu’en effet il n’est pas resté pierre sur pierre de l’ancienne Jérusalem, car si la nouvelle ville a été construite « en dehors de la porte, là où le Seigneur fut crucifié, c’est que la Jérusalem antérieure a été renversée de fond en comble, comme il est dit ».

  • Première gay pride à Prague

    C’est aujourd’hui. Avec l'autorisation et les encouragements du maire de la capitale tchèque, de l'ODS. Vaclav Klaus (qui fut cofondateur de l'ODS) a déclaré que l'homosexualité "ne mérite pas nécessairement une apothéose".

    Les jeunes chrétiens-démocrates et d’autres groupes ont organisé de leur côté une marche pour la famille.

  • L’avis du pape sur l'âge de la retraite

    « Le pape m'a regardé et m'a demandé mon âge, et quand je lui ai dit que j'ai 89 ans, il a répondu que, compte tenu de ma forme, j'avais encore beaucoup de travail devant moi. »

    (Benoît et moi)

  • De la Sainte Vierge le samedi


    podcast

    Secours des chrétiens toujours exaucée, Médiatrice permanente auprès du Créateur, ne méprise pas les voix suppliantes des pécheurs; empresse-toi de nous secourir, nous qui te crions avec confiance: Hâte-toi d'intercéder, empresse-toi de sauver, ô Mère de Dieu, protectrice inlassable de ceux qui t'honorent.

    Kathisme de la Paraclisis

  • « Nous n’avons jamais adhéré à une telle union »

    Richard Sulik, président du Parlement slovaque, à propos du mécanisme de renflouement des pays défaillants de la zone euro auquel tout le monde doit participer :

    « C’est comme l’Union soviétique. Mais nous n’avons jamais adhéré à une telle union. Personne, avant notre référendum d’adhésion, ne nous a dit que la Slovaquie devrait payer des miliards et des milliards pour les retraites des Grecs et je ne sais quoi des Italiens. »

    D'autant que c'est contraire au traité de Lisbonne.

    Les Slovaques sont les plus critiques parce qu’il y a une dizaine d’années ils ont surmonté une grave crise financière (qui leur a couté 12 points de PIB) sans l’aide de personne.

  • Un maire qui résiste

    Une association de musulmans de Saint-Gratien (Val-d’Oise) avait demandé une grande salle municipale pour le ramadan. La mairie avait refusé. L’association avait saisi le tribunal administratif. Celui-ci vient de décider que le refus de la mairie est « manifestement illégal et porte une atteinte grave aux libertés de réunion et de culte qui sont des libertés fondamentales ». Et il enjoint à la commune de louer une salle à l’association.

    La mairie a répondu que tous les locaux de la commune sont fermés en juillet-août et que personne ne peut donc les louer…

    (Le Parisien)

  • Sainte Claire

    Le monastère de Saint-Damien, où Claire vécut et mourut, représente aujourd’hui encore le palais royal de madonna paupertade. Mais, pour mieux assurer ce trésor, la fille spirituelle du Poverello voulut obtenir d’Innocent IV un diplôme de parfaite pauvreté ; aussi, tandis que d’autres sollicitaient du Pontife romain des honneurs, des privilèges et des biens, Claire ambitionna au contraire, pour elle et pour ses sœurs, le privilège de suivre la parfaite pauvreté du Christ.

    Sainte Claire nous enseigne aussi la dévotion à l’Eucharistie. Dans l’extrême dénuement de sa pauvreté, elle conservait le Très Saint Sacrement dans une custode d’argent, placée dans une pyxide en ivoire. Quand, sous Frédéric II, les Sarrasins assiégèrent Assise et assaillirent même le monastère de Saint-Damien, la Sainte, malade alors, ayant vu que tout secours humain était inutile, demanda celui de Dieu. Elle se fit transporter à la porte de clôture, et de là elle éleva, tel un bouclier, la pyxide eucharistique pour défendre ses religieuses contre les infidèles. A cette vue les ennemis prirent immédiatement la fuite, comme si, de ce vase sacré, fût sortie une vertu qui les repoussait de ce lieu.

    Bienheureux cardinal Schuster