Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • 7e dimanche après la Pentecôte

    Les paroles de Jésus sur les faux prophètes renvoient à plusieurs textes de l’Ancien Testament. En ce qui concerne les fruits qui permettent de distinguer entre les arbres bons et les arbres mauvais, donc entre les vrais et les faux prophètes, il y a une allusion à la Genèse. Car le Seigneur Dieu avait planté dans le paradis « tout arbre beau à voir et doux à manger », et quand l’homme en fut chassé, Dieu lui dit que désormais pousseront « des épines et des ronces ».

    « Cueille-t-on sur des épines des raisins, et sur des ronces, des figues ? » Le paradoxe est que, d’un certain point de vue, nous avons réellement cueilli le raisin et la figue, c’est-à-dire l’Eglise symbolisée par ces fruits, sur les épines et les ronces du monde déchu…

    Et l’Eglise nous justifie et nous ramène au paradis, où se trouve l’arbre de vie, car « le fuit du juste est un arbre de vie », comme dit le livre des Proverbes.

  • L’Egypte salafiste

    Hier devait avoir lieu sur la place Tahrir, au Caire, une gigantesque manifestation unitaire, le "Vendredi de l'unité de toutes les forces politiques", dont l’organisation avait été de fait négociée par toutes les forces politiques.

    Résultat, il y a eu une gigantesque manifestation… entièrement prise en mains par les salafistes, au point que même des militants des Frères musulmans trouvaient que c’était un peu trop voyant. « L’Egypte est islamique », « Il n’y a pas d’autre dieu qu’Allah », « Etat islamique », etc.

    Une trentaine de groupes de la révolution (libéraux, laïques, etc.) ont quitté la place pour manifester leur désaccord. Les dirigeants des Frères musulmans ont déploré ces départs : « Les slogans salafistes ne devraient pas être une raison de se retirer. Chacun a le droit de s'exprimer », a déclaré l’un d’eux…

  • Retour du ministère de Shahbaz Bhatti

    Au Pakistan, le ministère fédéral des Minorités religieuses, qui avait été supprimé lors de la récente réorganisation gouvernementale, a été rétabli, sous la dénomination de « ministère de l’Harmonie nationale », et confié au catholique Akram Gill, qui avait brièvement succédé à Shabahz Bhatti (dont le frère Paul est toujours conseiller spécial du Premier ministre pour les minorités).

    Le ministère de l’Harmonie nationale est l’un des trois ministères fédéraux qui viennent d’être créés (avec celui des Ressources humaines et du Développement humain et, et celui de la Formation professionnelle et technique).

  • De la Sainte Vierge le samedi

    Benedicta et venerabilis es, Virgo Maria : quæ sine tactu pudoris inventa es Mater Salvatoris. V/. Virgo, Dei Genitrix, quem totus non capit orbis, in tua se clausit viscera factus homo.

    Vous êtes bénie et digne de vénération, Vierge Marie, qui avez été mère du Sauveur, sans que votre pureté ait subi d’atteinte. Vierge, Mère de Dieu, Celui que tout l’univers ne peut contenir, s’est enfermé dans votre sein en se faisant homme.

    (graduel de la messe)

  • Le chef militaire des rebelles libyens assassiné

    Le président du CNT Moustafa Abdeldjeïl a annoncé la mort du chef militaire de la rébellion, le général Abdel Fattah Younès.

    Selon Abdeldjeïl, Younès a été « abattu avec ses deux gardes du corps après sa convocation devant une commission judiciaire enquêtant sur des questions militaires ». On ne sait pas où, et les corps n’ont pas été retrouvés. On ne sait pas non plus pourquoi il était convoqué devant une commission judiciaire…

    Abdel Fattah Younès était un compagnon de Kadhafi, il était avec lui lors de sa prise du pouvoir en 1969. Il était le numéro 2 du régime, ministre de l’Intérieur. Il a rejoint la rébellion, manifestement pour en prendre le contrôle et se faire calife à la place du calife. Mais dans l’immédiat il s’était fait doubler par Moustafa Abdeldjeïl, le ministre de la Justice (celui qui avait monté l’affaire ignoble des infirmières bulgares, et qui est maintenant considéré comme l’autorité légitime libyenne par une trentaine d’Etats…).

     

    Addendum

    Le CNT a ensuite expliqué que le général Younès a été abattu par les membres de l'escorte qui l'amenaient devant la commission. Il semble qu'il s'agisse d'islamistes...

  • La nouvelle Egypte

    Le Conseil d’Etat égyptien, sous la pression islamique, a retiré à Sayyed al-Qimni le prix d’Etat en sciences sociales qui lui avait été attribué en 2009 par le ministère de la Culture.

    Sayyed al-Qimni affirme ouvertement qu’il faut revoir le Coran, que le concept de jihad doit être rejeté, et qu’il faut faire repentance pour ce que les cavaliers d'Allah ont fait dans les pays qu'ils envahissaient.

    Cela lui vaut d’être accusé d’être hérétique, apostat, défenseur d’une laïcité infâme, et d’être menacé de mort.

    (via Novopress)

  • "Zone contrôlée par la charia"

    article20195470d076f6f0.jpg

    « Vous entrez dans une zone contrôlée par la charia. Sont interdits l’alcool, les jeux, la musique, la pornographie, la prostitution, le tabac, la drogue. La charia pour une société meilleure. »

    Le site Gates of Vienna avait évoqué il y a quelques semaines ces affichettes jaunes apposées dans des quartiers musulmans de Londres, se demandant s’il s’agissait vraiment d’affichettes islamiques ou d’une provocations de militants anti-islam. Aujourd’hui le doute n’est plus permis, car la campagne d’affichage est revendiquée par Anjem Choudary.

    (via F.Desouche)


  • Intention missionnaire

    L’intention missionnaire de Benoît XVI pour le mois d’août :

    "Pour que les chrétiens d'Occident, dociles à l'action du Saint-Esprit, retrouvent la fraîcheur et l'enthousiasme de leur foi"...

  • Sainte Marthe

    Les voies par lesquelles le Seigneur conduit les âmes sont très diverses ; l’une pourra être plus parfaite que l’autre, mais chacune a la sienne propre par quoi elle doit se sanctifier. La grâce ne violente pas la nature, mais la perfectionne ; aussi, quoique saint Jean nous dise que Jésus aimait Lazare, Marie et Marthe, les deux sœurs conservent toujours dans l’Évangile leur caractère respectif. Marie a plus de sensibilité ; dès lors, si elle est ordinairement plus adonnée au recueillement, elle est aussi la femme aux initiatives hardies et géniales, aux attitudes plus courageuses. Dilexit multum, et comme il n’a pas de mesure, ainsi l’amour ne connaît-il pas de difficultés.

    La vertu de Marthe est moins exceptionnelle et plus accessible. La sœur aînée de Lazare est une bonne ménagère, diligente, affectionnée et condescendante jusqu’à tolérer ce surplus de travail que lui vaut le caractère différent de Marie. Dans l’accomplissement de ses devoirs, elle regarde les choses surtout du côté pratique. Cependant le Sauveur l’aime beaucoup, parce que si Marie, insatiable, reçoit de lui l’aliment spirituel, Marthe, au contraire, est une tendre mère pour lui et pour ses disciples considérés, à Béthanie, comme faisant partie de la maison.

    Donc malgré la différence de caractère de Marie, de Marthe et de Lazare, Jésus les aimait tendrement parce que — et cela est toujours essentiel dans l’Église en une si grande variété de vocations — il était sincèrement aimé par eux en retour.

    Bienheureux cardinal Schuster

  • Daoudal Hebdo N° 136

    N°136 - Semaine 30.jpg

    Daoudal Hebdo N° 136

    Dans ce numéro

     Page 2
    « Le gène ou la confusion des idéologues fous »
    Le divorce à Malte

     Pages 3 & 4
    Il faut améliorer l’offre d’avortement…

     Pages 5 & 6
    Le Conseil d’Etat aide à l’islamisation de la France

     Page 7
    La nouvelle démocratie égyptienne

     Page 8
    Les psaumes
    Dimanche prochain…

    Daoudal Hebdo, BP 16023, 56160 Guémené-sur-Scorff

    abonnement un an 180 € (papier), 100 € (par courriel)
    Abonnement 6 mois noir et blanc : 70 €

    Spécimen gratuit sur simple demande

  • Saints Nazaire et Celse, martyrs, Victor, pape et martyr et Innocent Ier, pape

    Saint Innocent Ier (402-417), qui prit une part si énergique à la défense de saint Jean Chrysostome persécuté, fut chargé du pontificat romain en des temps très calamiteux, alors qu’Alaric assiégeait et saccageait cette Ville éternelle qui s’était jadis assujetti le monde.

    Pour sauver son peuple romain fatigué du long siège, le Pape accepta d’aller comme ambassadeur à Ravenne où résidait alors l’empereur Honorius. Par cet éloignement de la capitale, le Seigneur voulut certainement épargner au saint Pontife les horreurs du massacre ; car tandis qu’Innocent était à Ravenne, envoyé par le Sénat romain pour amener l’empereur Honorius à se mettre d’accord avec le roi des Goths, la capitale du monde fut prise et dévastée par les barbares. Orose a comparé Innocent au juste Lot que Dieu fit sortir de Sodome avant que la ville fût enveloppée d’un déluge de feu. Dans l’histoire de la liturgie, une lettre d’Innocent Ier à Decentius, évêque de Gubbio, est restée célèbre. Ce dernier l’avait interrogé sur différentes questions relatives aux diptyques, au baiser de paix et au sacrum fermentum, qu’en ce temps les évêques faisaient distribuer dans les paroisses de leurs cités épiscopales.

    Saint Innocent mourut le 12 mars 417 et fut enseveli près de son prédécesseur Anastase, dans le cimetière de Pontien, ad ursum pileatum. Les itinéraires le mentionnent tous en ce lieu, d’où Serge II transporta ses reliques au Titre d’Equitius.

    Bienheureux cardinal Schuster

  • Un ministre hors la loi

    Nora Berra, secrétaire d’Etat à la Santé, se prononce, dans Libération, pour la création d’un statut de « coparent ». Elle explique :

    "Ma préoccupation, ce sont les enfants. La question n'est plus de savoir si on accepte l'homoparentalité. On ne peut pas faire un déni de réalité."

    La question est de savoir si un ministre est censé ou non respecter la loi. La loi française ne reconnaît pas la prétendue homoparentalité. Il n’y a donc pas à l’accepter ou à ne pas l’accepter, elle n’existe pas.

    Et créer un statut de coparent pour contourner la loi est une pure hypocrisie.

  • Libye : on attaque les pâtes

    Mgr Martinelli, Vicaire apostolique de Tripoli : « Voici quelques jours, des avions de l’OTAN ont frappé un dépôt alimentaire aux environs immédiats de Tripoli, dépôt qui contenait de l’huile, des pâtes, de la sauce tomate. Un fleuve d’huile se répandait hors du dépôt détruit. Je sais qu’ils ont également frappé un centre social. Mais à quel titre peut-on bombarder un centre alimentaire ? »

    En 1998, les Américains avaient bien bombardé une usine pharmaceutique au Soudan, en disant que c’était une usine d’armes de destruction massive. Allez savoir ce que Kadhafi est capable de faire avec des pâtes à la sauce tomate…

  • Le rapporteur de l’ONU s’insurge

    Le Rapporteur spécial de l’Onu sur la liberté des cultes, Heiner Bielefeldt, déclare :

    « La façon dont certains commentateurs publics ont immédiatement associé ces assassinats de masse vendredi dernier en Norvège avec un fondamentalisme chrétien est très révélateur et un exemple de la puissance des préjugés et leur capacité à préserver les préjugés. Par respect pour les victimes et leurs familles ils auraient dû s’abstenir de tirer des conclusions sur de pures spéculations. »

    Euh… non. En fait, le Rapporteur dénonce le fait que certains aient associé les assassinats « avec le terrorisme islamiste ». Que l’on ait ensuite évoqué mensongèrement et avec insistance un fondamentalisme chrétien ne l’émeut pas du tout.

  • La tombe de saint Philippe ?

    Une équipe d'archéologues dirigée par l'Italien Francesco d'Andria affirme avoir trouvé la tombe de l’apôtre saint Philippe, à Hiérapolis (aujourd’hui Pamukkala, en Turquie), où il avait été crucifié selon la tradition.

    La tombe, qui n’a pas encore été ouverte, a été découverte dans les décombres d’une église récemment mise au jour.

  • Saint Pantaléon

    Les byzantins fêtent en ce même jour « le saint et grand martyr Panteleimon » :

    Il naquit à Nicomédie d’un père païen et d’une mère chrétienne. Il fut instruit dans la foi par saint Hermolaüs, dont les byzantins font mémoire le 26 juillet (la fête de la « Dormition de sainte Anne » est le 25). Devenu médecin, il soignait les corps et les âmes, et il montrait une telle compassion qu’on changea son nom de Pantaléon en Panteleimon (tout-compatissant). Un jour il rendit la vue à un aveugle, et en même temps lui ouvrit les yeux du cœur. Comme les autorités persécutrices des chrétiens lui demandaient qui l’avait guéri, il dit que c’était Panteleimon, lequel eut aussitôt la tête tranchée. C’était le 27 juillet 305.

  • "Fondamentalisme"

    Stamhuset1a.jpg

    den-norske-frimurerorden-logo-2.png

     

    La Grande Loge de Norvège.

     

    136701-oslo-norway-utoeya-massacre-new-breivik-photos-manifesto.jpg

    La couverture du « manifeste » d’Anders Behring Breivik.

    Point commun : le fantasme sur les Templiers. Qui relève du fondamentalisme… maçonnique.

  • « Contre l’immigration de masse » (en Suisse)

    L’UDC a lancé hier une nouvelle initiative populaire, « contre l’immigration de masse ».

    L'initiative exige que la Suisse puisse à nouveau gérer de manière autonome l'immigration d'étrangères et d'étrangers, ce qui passe par la fixation de plafonds et de contingents annuels pour les autorisations de séjour. Le texte de l'initiative stipule que toutes les catégories d'étrangers soient prises en compte, donc aussi les frontaliers et le domaine de l'asile.

    Il s'agit également d'inscrire dans la Constitution fédérale le principe selon lequel l'immigration est notamment possible si elle sert les intérêts économiques globaux de la Suisse alors que la priorité des Suissesses et des Suisses sur le marché du travail doit être garantie. Elle retient également quelques critères déterminants pour l'octroi d'un permis de séjour: l'immigrant doit faire état d'une offre d'emploi d'un employeur de Suisse; seules sont admises à immigrer les personnes qui peuvent et veulent réellement s'intégrer; l'immigrant doit disposer d'une base existentielle indépendante et suffisante.

    Enfin, le projet d'article constitutionnel veille à ce que les droits à un séjour durable, au regroupement familial et aux prestations sociales puissent être raisonnablement limités.

  • L’avortement est un soin comme un autre

    Un rapport de l’association des centres de régulation des naissances de l'assistance publique-hôpitaux de Paris et de l'association nationale des directeurs d'action sociale et de santé des conseils généraux déplore que "l’IVG demeure une activité à part dans le système de santé, tant par son système de financement, que par le dispositif spécifique mis en place pour son suivi", alors que "l’IVG est une activité de soins au même titre qu’une autre, à réintégrer dans un contexte de prévention".

    (via Gènéthique)

  • Sainte Anne

    Sic fingit tabernaculum Deo, ainsi elle crée un tabernacle à Dieu : c’était la devise que portaient, autour de l’image d’Anne instruisant Marie, les jetons de l’ancienne corporation des ébénistes et des menuisiers, qui, regardant la confection des tabernacles de nos églises où Dieu daigne habiter comme son œuvre la plus haute, avait pris sainte Anne pour patronne et modèle auguste. Heureux âge que celui où ce que l’on aime à nommer la naïve simplicité de nos pères, atteignait si avant dans l’intelligence pratique des mystères que la stupide infatuation de leurs fils se fait gloire d’ignorer !

    Dom Guéranger

  • Le divorce à Malte

    Les députés de Malte ont adopté définitivement, en seconde lecture, le projet de loi sur le divorce. De façon plus massive encore qu’en première lecture : 52 voix pour, onze contre et cinq abstentions. (Le 13 juillet, c’était 44 pour, 13 contre – dont le Premier ministre - et 12 abstentions.) Des amendements ont dû endormir la conscience de quelques députés…

    La loi entrera en vigueur en octobre prochain après la signature du président.

  • La science, toujours la science…

    De nombreux témoignages, en différents endroits de Bretagne, ont fait état d’une grosse explosion, mardi dernier peu après 5h 15. Il s’avère qu’il s’agit d’un météorite qui a explosé. Une course de vitesse s’est engagée entre les chasseurs de météorites et les scientifiques pour trouver les débris. Cette compétition « nous hérisse car leur intérêt n'est en rien scientifique », dit la responsable du planétarium de l'Espace des Sciences. Et alors ? Pourquoi l'intérêt pour les météorites devrait-il être exclusivement scientifique ?

  • Les Américains continuent de financer les talibans

    Le Washington Post fait état d’une enquête militaire américaine qui a mis en évidence qu’une bonne partie des fonds américains destinés à convoyer le ravitaillement des troupes américaines aboutit dans la poche des talibans, via un « labyrinthe » de sous-traitants et de négociateurs.

    Les enquêteurs ont ainsi pu suivre, par exemple, le cheminement de 7,4 millions de dollars versés à l’une des huit compagnies de transport travaillant pour l’armée américaine. Cette compagnie sous-traite à une compagnie qui sous-traite, etc., le dernier sous-traitant faisant des dépôts sur le compte du commandant de la police nationale afghane. Ces versements sont faits en échange de la garantie que les convois pourront circuler sans encombre. L’enquête a montré 27 retraits de ce compte, pour un total de 3,3 millions de dollars, au profit des talibans, sous forme d’argent, mais aussi d’explosifs et d’armes.

  • Terrorisme maçonnique

    Voici le curieux communiqué de Ivar A. Skar, grand maître de l’Ordre norvégien des francs-maçons (Grande Loge de Norvège), auquel appartenait Anders Behring Breivik jusqu’au 24 juillet (il était maître à la loge de saint Jean Saint-Olaf aux trois colonnes) :

     Je suis consterné par les horribles atrocités qui ont été commises dans le quartier du gouvernement et à l’île d’Utoya.

    Nous sommes en deuil et pleins de compassion pour ceux qui ont été touchés et pour leurs proches.

    Il est apparu dans les médias que l’accusé était membre de l’Ordre norvégien des francs-maçons.

    Il a été maintenant exclu – l’exclusion prend effet immédiatement.

    L’exclusion reflète le fait que les actes qu’il est accusé d’avoir commis, et les valeurs qui semblent les avoir motivés, sont totalement incompatibles avec ce que nous défendons en tant qu’Ordre.

    Nous construisons notre activité sur les valeurs chrétiennes et humanistes et nous voulons que nos membres contribuent à la promotion de la charité, de la paix et de la bonté parmi les gens.

    La police, bien sûr, recevra toute l’aide et l’information que nous pourrons lui donner pour contribuer à l’enquête.

  • L’école des bombes

    Le directeur de l’école islamique de Bima, en Indonésie, secouée par l’explosion d’une bombe le 12 juillet, a été arrêté. Deux autres personnes ont été interpellées. Au cours de leurs investigations, les policiers ont trouvé 26 bombes prêtes à l’emploi.

    Le gouverneur de la province déclare que l’école de Bima n’est pas une école islamique. Car, dit-il : « Tout ce que nous y avons trouvé, ce sont des armes. La structure se fait passer pour une école islamique seulement pour attirer les résidents musulmans. »

    Lesquels résidents musulmans y vont en sachant ce qu’ils vont y faire…

  • Saint Jacques

    A l’extrémité nord de la péninsule ibérique, sur le tombeau où la piété de deux disciples avait jadis comme à la dérobée ramené son corps, près de huit siècles avaient passé, qui pour les habitants des cieux sont moins qu’un jour. Durant ce temps, la terre de son héritage, si rapidement parcourue naguère, avait vu les Barbares ariens succéder aux Romains idolâtres, puis le Croissant ramener plus profonde la nuit un moment dissipée. Un jour, au-dessus des ronces recouvrant le monument oublié, ont étincelé des lueurs, appelant l’attention sur ce lieu qui ne sera plus connu désormais que sous le nom de champ des étoiles. Mais soudain quelles clameurs retentissent, descendant des montagnes, ébranlant les échos des vallées profondes ? Quel est le chef inconnu ramenant au combat, contre une armée immense, la petite troupe épuisée que le plus vaillant héroïsme n’a pu la veille sauver d’une défaite ? Prompt comme l’éclair, brandissant d’une main son blanc étendard à la croix rouge, il fond haut l’épée sur l’ennemi éperdu, dont soixante-dix mille cadavres teignent de leur sang les pieds de son cheval de bataille. Salut au chef de la guerre sainte dont tant de fois cette Année liturgique a rappelé le souvenir ! Saint Jacques ! Saint Jacques ! Espagne, en avant ! C’est la rentrée en scène du pêcheur galiléen, que l’Homme-Dieu appela autrefois de la barque où il raccommodait ses filets ; c’est la réapparition de l’aîné des fils du tonnerre, libre enfin de lancer la foudre sur les Samaritains nouveaux qui prétendent honorer l’unité de Dieu en ne voyant qu’un prophète dans son Christ. Désormais Jacques sera pour l’Espagne chrétienne la torche ardente qu’avait vue le Prophète, le feu qui dévore à droite et à gauche les nations enserrant la cité sainte, jusqu’à ce qu’elle ait retrouvé ses anciennes limites, et soit habitée au même lieu qu’autrefois par ses fils.

    Et quand, après six siècles et demi que la mémorable lutte doit durer encore, ses porte-enseigne, les rois Catholiques, auront rejeté par delà les flots les restes de la tourbe infidèle qui n’aurait jamais dû les franchir, le vaillant chef des armées des Espagnes déposera sa brillante armure, le tueur de Maures redeviendra le messager de la foi. Montant sur sa barque de pêcheur d’hommes et groupant autour d’elle les flottes intrépides des Christophe Colomb, des Vasco de Gama, des Albuquerque, il les guidera sur les mers inconnues à la recherche de rivages où jusque-là n’ait point été porté le nom du Seigneur. Pour sa part de contribution aux travaux des douze, Jacques amènera de l’Occident, de l’Orient, du Midi, des mondes nouveaux qui renouvelleront la stupeur de Pierre à la vue de telles prises. Et celui dont on avait pu croire, au temps du troisième Hérode, l’apostolat brisé dans sa fleur avant d’avoir donné ses fruits, pourra dire lui aussi : « Je ne m’estime point inférieur aux plus grands des Apôtres ; car, par la grâce de Dieu, j’ai travaillé plus qu’eux tous. »

    Dom Guéranger

  • 6e dimanche après la Pentecôte

    Dans son commentaire de la multiplication des pains, saint Ambroise nous dit d’emblée que Jésus « distribue l’aliment de la grâce céleste ». Il le fait après avoir guéri de son flux de sang la femme qui figure l’Eglise, dit saint Ambroise qui commente l’évangile de saint Luc. Mais l’évangile de ce dimanche est celui de saint Marc, et ce qui vient d’avoir lieu est la guérison de la fille d’une païenne (universalité du salut), et celle d’un sourd-muet : « Epphata », dit-il, après mis avoir ses doigts dans les oreilles de l’infirme et avoir mis de la salive sur sa langue : nous sommes clairement dans le domaine du sacrement.

    Il faut donc être guéri (du péché) pour recevoir l’aliment de la grâce céleste. Et ceux qui le reçoivent ne sont pas ceux qui restent dans l’oisiveté ou cherchent les honneurs dans la cité, souligne saint Ambroise, mais ceux qui suivent le Christ dans le désert.

  • C’est une coutume en Ardèche

    Une jeune fille avait été kidnappée en plein jour à Privas, devant des témoins qui n’ont rien pu faire. La police a lancé un appel à témoins au niveau national. La jeune fille a été retrouvée à Toulouse. Sa mère était déjà allée dire à la police qu’il s’agissait d’un enlèvement traditionnel : la coutume tchétchène veut que le fiancée fasse semblant d’enlever sa promise. La jeune fille a confirmé que c’était bien cela.

    Il est urgent que la police apprenne à connaître les (nouvelles) coutumes locales.

  • Portrait en pied d’un fondamentaliste chrétien proche de l’extrême droite

    article-2017709-0D1F33FB00000578-704_306x512.jpg

     Anders Behring Breivik, auteur (présumé, puisque vous insistez) de la fusillade et de l’attentat qui ont fait 91 morts à Oslo hier.

  • Saint Apollinaire

    Ravenne était, à l’origine, siège suffragant de Rome. Au temps de saint Pierre Chrysologue, on lui reconnut enfin les honneurs métropolitains. Quelques archevêques allèrent encore plus loin : ils tentèrent de se soustraire à l’obédience du pape, et de faire sentir davantage au clergé leur propre omnipotence ; ils le chargèrent d’impôts et prétendirent même que leurs évêques suffragants, ayant laissé leurs sièges, feraient fonction d’hebdomadiers dans la basilique de Saint-Apollinaire, comme les évêques suburbicaires le faisaient au Latran.

    La messe a été rédigée à Rome sous l’impression de ces excès. Le « pape » de Ravenne voulait savoir qui des deux était le plus grand, lui ou le successeur de Céphas.

    Rome répond dans les lectures de la messe, rappelant d’abord aux habitants de Ravenne que leur grand évêque Apollinaire était — selon la tradition alors courante — un disciple de Pierre. Ensuite elle fera parler le Maître lui-même, qui, dans sa Ire Épître, V, 1-11, recommande aux pasteurs de l’Église d’avoir horreur de l’esprit de domination sur le clergé et de l’insolent orgueil, qui trop souvent distingue le pouvoir laïc ; Dieu, en effet, résiste aux superbes qui lui dérobent la gloire, et il donne au contraire sa grâce aux humbles qui lui rapportent tout.

    Cette leçon d’humilité, mise sur les lèvres du Maître de saint Apollinaire et adressée à son orgueilleux successeur, continue dans la péricope évangélique, déjà notée dans la liste de Würzbourg (Luc., XXII, 24-30). Les Apôtres, à la dernière Cène, se querellent pour savoir qui, entre eux, est le plus grand ; et Jésus répond que cette soif d’ambition et de despotisme exercé sur autrui est propre seulement au pouvoir civil, car, dans la hiérarchie chrétienne, c’est tout l’opposé qui doit se produire. Celui qui est chef est tel pour le service commun : il est donc le serviteur de tous, comme le Fils de l’homme est venu pour servir et pour donner sa vie pour le salut d’un grand nombre.

    Bienheureux cardinal Schuster