Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Paul Augustin cardinal Mayer

    Le cardinal Mayer est mort, à l'âge de 98 ans. Il avait été le premier président de la commission pontificale Ecclesia Dei (1988-1991), après avoir été préfet de la congrégation pour pour le culte divin et la discipline des sacrements.

    J'ai eu le bonheur de le rencontrer une fois. Il était resté un vrai moine bénédictin, d'une exquise simplicité et d'une chaleureuse bienveillance. Que le Seigneur l'accueille comme il le mérite.

  • Ce n’était pas un poisson d’avril. Quoique…

    Je n'avais pas fait écho à cette information parce qu'elle avait été publiée sur le site EUobserver le 1er avril (et seulement sur ce site) : l'Agence européenne des droits fondamentaux va lancer un processus de création et de mise en œuvre d'un « poème épique » de 80 minutes, accompagné de musique, de danse et d'éléments multimédia, sur la Charte des droits fondamentaux, afin de rendre celle-ci plus attrayante et accessible. L'œuvre doit être présentée en décembre, lors des festivités du 10e anniversaire de la Charte.

    EUobserver ajoutait que cela risquait d'attiser la colère des francophones, déjà excédés par l'avancée galopante de l'anglais dans les institutions européennes, puisque l'œuvre doit être en anglais. Mais pas exclusivement, répondait l'Agence, laissant ouverte la possibilité que le poème soit dans une autre langue officielle de l'UE...

    Un coup d'œil sur le site de l'Agence, qui apparemment ne pipait mot de cette initiative, m'avait confirmé dans l'idée qu'il s'agissait d'un poisson d'avril.

    Or voici que Viviane Reding, commissaire à la Justice, a écrit à l'Agence pour protester vivement contre cette initiative frivole qui outrepasse son mandat, et qui est une perte de temps et d'argent. « Le langage de la Charte est déjà clair et direct. Par conséquent je ne vois pas ce que l'on peut gagner avec cette initiative que vous avez en tête, pour promouvoir son accessibilité pour les citoyens. Je vois plutôt le risque que ce soit contre-productif, en sapant la dignité de la Charte ».

    Le porte-parole de l'Agence a répondu qu'elle abandonne le projet de poème épique, et qu'elle fera la promotion de la Charte auprès des citoyens dans l'optique du 10e anniversaire en élaborant quelque chose d'autre en coopération avec la Commission.

    Cela dit, c'est toujours uniquement sur le site EUobserver qu'on peut lire ces réactions. On ne peut donc pas exclure que le site relance ainsi son poisson d'avril. Mais, s'il en est ainsi, ça devient lourd...

  • Gag

    Le Conseil économique et social de L'ONU a élu hier l'Iran à la Commission de la condition de la femme (CSW), « par acclamation », pour un mandat de quatre ans à compter de 2011. L'ONU qualifie cette Commission de "principal organisme mondial d'élaboration des politiques" en matière des droits et des revendications des femmes, "dédié exclusivement à l'égalité entre les sexes et à la promotion des droits de la femme."

    Rappel : le code pénal iranien prévoit que la femme adultère est enterrée jusqu'à la taille et lapidée à mort. Quatre témoins masculins, ou trois hommes et deux femmes sont requis pour pouvoir condamner un violeur. Et un homme ou une femme dont on juge infondée la plainte pour viol est passible de 80 coups de fouet. De ce fait il n'y a quasiment pas de plaintes pour viol.

    Ce même jeudi, le chef de la police de Téhéran Hossien Sajedinia a averti que toutes les femmes arborant un bronzage par le soleil seront arrêtées et emprisonnées en raison de l'atteinte à l'esprit "de la loi islamique".

    (Via Bivouac-ID)

  • Le Conseil de l’Europe en pleine schizophrénie

    Il adopte coup sur coup une résolution résolument en faveur de la famille, et une résolution homofole posant en dogme l'idéologie du genre.

  • LE MRAP rejoint le combat de l’AGRIF !

    Communiqué de Bernard Antony, président de l'AGRIF

    Par communiqué du 27 avril 2010, le MRAP 66 annonce qu'il se porte aux côtés du jeune couple odieusement agressé dans le centre ville de Perpignan avec injures à caractère racial et menaces de mort, échappant in extremis au pire.

    Devant l'exaspération qui monte dans une population livrée à la sauvagerie de bandes incontrôlées, le MRAP, pour la première fois de son histoire, découvre l'existence du racisme anti-blanc avec 25 ans de retard sur l'AGRIF.

    Dès le 21 avril 2010, l'AGRIF, sollicitée en ce sens, a annoncé avoir bien évidemment accepté de prendre en charge la défense de ce jeune couple aujourd'hui défendu par son avocat de Perpignan.

    Bernard Antony s'est rendu à cette occasion à Perpignan le 26 avril pour conférer avec la famille et l'avocat.

    L'AGRIF note avec satisfaction que, par communiqué du 27 avril 2010, le MRAP 66 annonce vouloir rejoindre le combat contre le racisme anti-blanc dans cette affaire emblématique.

    L'AGRIF espère que ce communiqué du MRAP 66 ne soit pas une simple posture médiatique face à une agression qui a suscité une énorme indignation populaire, mais qu'elle soit au contraire et enfin annonciatrice d'une prise de conscience de la réalité quotidienne de plus en plus vécue par le peuple français.

  • Un peu de baume pour ses cinq ans

    Le bel hommage du président du Sénat italien à Benoît XVI pour ses cinq ans de pontificat.

    Et l'hommage aussi du président (communiste) de la République italienne, qui lui a offert un concert.

    Après le concert, le pape a salué la belle expérience du  conservatoire de Fiesole, auquel est attaché le Jeune Orchestre, et il a noté qu'aujourd'hui l'éducation "semble être de plus en plus difficile  et problématique. Parents et enseignants parlent souvent des obstacles  rencontrés dans la transmission des valeurs fondamentales et du juste comportement. L'école et la famille sont en difficulté... Si les jeunes ont  en commun le sens des grands idéaux, ils ont du mal à les vivre. On ne peut négliger ni leurs attentes ni leurs difficultés, ni les obstacles et les dangers qui les menacent. Ils sont attirés par les valeurs comme la  centralité et la dignité de la personne, la paix et la justice, la tolérance et la solidarité. Et dans la recherche de leur équilibre, ils recherchent, parfois confusément ou contradictoirement, la spiritualité et la transcendance. Or,  la musique est en mesure d'ouvrir les esprits et les coeurs à la dimension  spirituelle. Elle porte à s'élever et à s'ouvrir au bien et au beau absolu qui découlent de Dieu. La musique... est une invitation pour les croyants et  les personnes de bonne volonté à oeuvrer pour donner un avenir plein d'espérance à l'humanité. Jouer dans un orchestre y ajoute la dimension collective en obligeant à écouter l'autre. En ne jouant pas seul mais en participant à la fusion orchestrale des divers tons musicaux, dans la recherche de la meilleure expression, on forme une union artistique, professionnelle et humaine". (VIS)

  • Saint Léonard Murialdo et saint Joseph Benoît Cottolengo

    Benoît XVI a évoqué mercredi, dans sa catéchèse, ces deux saints prêtres italiens du XIXe siècle, qui ont tous deux servi les plus pauvres par amour de Dieu.

    Saint Léonard Murialdo
    Il se considéra toujours comme un homme touché par la grâce du Seigneur : c'est pourquoi il vécut le sentiment joyeux de la gratitude au Seigneur, la conscience sereine de sa propre limite, le désir ardent de pénitence, l'engagement constant et généreux de conversion. Il voyait toute son existence non seulement illuminée, guidée, soutenue par cet amour, mais continuellement plongée dans la miséricorde infinie de Dieu. Il écrivit dans son Testament spirituel : « Ta miséricorde m'enveloppe, ô Seigneur... Comme Dieu est toujours et partout, de même il est toujours et partout amour, il est toujours et partout miséricorde ». Se souvenant du moment de crise qu'il avait eu dans sa jeunesse, il notait : « Voici que le bon Dieu voulait faire resplendir encore sa bonté et sa générosité de manière tout à fait singulière. Non seulement il m'admit à nouveau dans son amitié, mais il m'appela à un choix de prédilection : il m'appela au sacerdoce, et ce à peine quelques mois après mon retour à lui ». Saint Léonard vécut donc sa vocation sacerdotale comme un don gratuit de la miséricorde de Dieu avec le sens de la reconnaissance, la joie et l'amour. Il écrivit encore : « Dieu m'a choisi ! Il m'a appelé, il m'a même forcé à l'honneur, à la gloire, au bonheur ineffable d'être son ministre, d'être 'un autre Christ'... Où étais-je lorsque tu m'as cherché, mon Dieu ? Au fond de l'abîme ! J'étais là, et c'est là que Dieu vint me chercher ; c'est là qu'il me fit entendre sa voix... ».

    S. Joseph Benoît Cottolengo
    Il fut toujours prêt à suivre et à servir la divine Providence, jamais à l'interroger. Il disait : « Je suis un bon à rien et je ne sais même pas ce que je me fais. Mais la divine Providence sait certainement ce qu'elle veut. Il ne me reste qu'à la suivre. En avant in Domino ». Pour ses pauvres et les plus nécessiteux, il se définira toujours comme le « manœuvre de la divine Providence ».

  • Sainte Catherine de Sienne

    Le saint Ordre des Frères Prêcheurs, qui présentait hier une rose vermeille à Jésus ressuscité, lui offre aujourd'hui un lis éclatant de blancheur. Catherine de Sienne succède sur le Cycle à Pierre Martyr : touchante association qui forme l'un des plus riches épisodes du Temps pascal. Notre divin Roi a droit à tous les genres de tributs, en ces derniers moments de son séjour avec nous ; et puisque la nature terrestre n'offre en cette saison que fleurs et parfums, il est juste que le monde spirituel épanouisse à la gloire de l'auteur de la grâce ses plus nobles et ses plus odorantes productions.

    Qui oserait entreprendre de raconter les mérites de Catherine, d'énumérer seulement les titres de gloire dont son nom est entouré ? Entre les épouses de Jésus elle occupe un des premiers rangs. (...)

    Les communications divines ont commencé pour elle dès ses premières années, et l'extase est devenue son état presque habituel. Ses yeux ont souvent vu notre divin Ressuscité qui lui prodigue les caresses et les épreuves. Les plus hauts mystères sont descendus à sa portée, et une science qui n'a rien de la terre illumine son intelligence. Cette fille sans lettres dictera des écrits sublimes, où les vues les plus profondes sur la doctrine céleste sont exposées avec une précision et une éloquence surhumaines, avec un accent qui pénètre encore les âmes aujourd'hui.

    Mais le Ciel ne veut pas que tant de merveilles demeurent ensevelies dans un coin de l'Italie. Les saints sont les soutiens de l'Eglise; et si leur action est souvent mystérieuse et cachée, quelquefois aussi elle se révèle aux regards des hommes. On voit alors au grand jour les ressorts à l'aide desquels Dieu gouverne le monde. Il s'agissait, à la fin du XIV° siècle, de restituer à la ville sainte la présence du vicaire du Christ, tristement absent de son siège depuis plus de soixante ans. Une âme sainte pouvait, dans le secret de la face de Dieu, par ses mérites et ses prières, déterminer cette heureuse crise vers laquelle l'Eglise aspirait tout entière; le Seigneur voulut cette fois que tout se passât au grand jour. Au nom de Rome délaissée, au nom de son Epoux divin qui est aussi celui de l'Eglise, Catherine franchit les Alpes, et se présente au Pontife qui n'a jamais vu Rome et dont Rome ignore les traits. La Prophétesse lui intime avec respect le devoir qu'il doit remplir ; pour garantir la mission qu'elle exerce, elle lui révèle un secret dont lui seul a conscience. Grégoire XI est vaincu, et la Ville éternelle revoit enfin son pasteur et son père.

    Dom Guéranger

  • Mgr Pascal N'Koué

    Mgr Pascal N'Koué, évêque de Natitingou au Bénin, a accepté de répondre aux questions du Forum Catholique. Ce qui est en soi un événement. Mais surtout, ses propos sont extrêmement inétressants.

    C'est à lire ici, dans sa forme brute, ou , dans une mise en forme d'interview sur une seule page.

  • Le procès du Téléthon

    Relaxé en première instance, le Dr Doublier-Villette avait été condamné en appel. Son pourvoi en cassation vient d'être rejeté. Il a décidé de porter l'affaire devant la Cour européenne des droits de l'homme.

    Rappel de l'affaire ici.

  • Daoudal Hebdo N° 79

    79.jpg

    Dans ce numéro

    Page 2
    Le Canada s'oppose frontalement à la culture de mort
    Le Vatican et les cellules souches

    Page 3
    Le niqab de Nantes

    Page 4
    Hortefeux : n'importe quoi
    Miami : les affiches sont revenues

    Page 5
    La leçon d'un clash entre Bruxelles et l'Espagne

    Page 6
    L'affaire Aygül Özkan

    Page 7
    Vocations : la campagne du néant

    Page 8
    L'offertoire
    Dimanche prochain...

  • Saint Pierre de Vérone

    Le héros que la sainte Eglise députe aujourd'hui vers Jésus ressuscité, a combattu si vaillamment que le martyre a couronné jusqu'à son nom. Le peuple chrétien l'appelle saint Pierre Martyr, en sorte que son nom et sa victoire ne se séparent jamais. Immolé par un bras hérétique, il est le noble tribut que la chrétienté du XVIe siècle offrit au Rédempteur. Jamais triomphe ne recueillit de plus solennelles acclamations. Au siècle précédent, la palme cueillie par Thomas de Cantorbérv fut saluée avec transport par les peuples qui n'aimaient rien tant alors que la liberté de l'Eglise; celle de Pierre fut l'objet d'une ovation pareille. Rien ne surpasse l'enthousiame du grand Innocent IV, dans la Bulle pour la canonisation du martyr. « La foi chrétienne appuyée sur tant de prodiges, s'écrie-t-il, brille aujourd'hui d'un éclat nouveau. Voici qu'un nouvel athlète vient par son triomphe raviver nos allégresses. Les trophées de la victoire éclatent à nos regards, le sang répandu élève sa voix, la trompette du martyre retentit, la terre arrosée d'un sang généreux fait entendre son langage, la contrée qui a produit un si noble guerrier proclame sa gloire, et jusqu'au glaive parricide qui l'a immolé acclame sa victoire. Dans sa joie, l'Eglise-mère entonne au Seigneur un cantique nouveau, et le peuple chrétien va trouver matière à des chants d'allégresse qui n'avaient pas retenti encore. Un fruit délicieux cueilli dans le jardin de la foi vient d'être placé sur la table du Roi éternel. Une grappe choisie dans la vigne de l'Eglise a rempli de son suc généreux le calice royal ; la branche dont elle a été détachée par le fer était des plus adhérentes au cep divin. L'Ordre des Prêcheurs a produit une rose vermeille dont le parfum réjouit le Roi céleste. Une pierre choisie dans l'Eglise militante, taillée et polie par l'épreuve, a mérité sa place dans l'édifice du ciel. »

    (Dom Guéranger)

  • Petits arrangements entre amis

    Bruno Beschizza, commandant de police et secrétaire général de Synergie (2e syndicat policiers), avait été propulsé tête de liste UMP en Seine-Saint-Denis. Il a donc été élu au conseil régional d'Ile-de-France. Mais il ne pouvait pas rester commandant de police. Et il ne pouvait pas vivre décemment avec sa seule indemnité de conseiller régional. Alors Nicolas Sarkozy l'a nommé sous-préfet hors cadre : avec le salaire d'un sous-préfet, mais sans affectation...

  • Bruno Gollnisch saisit le Conseil d’Etat

    Lu sur NPI :

    Bruno Gollnisch a saisi hier le Conseil d'Etat pour contester les résultats des élections régionales en Rhône-Alpes après la découverte de plusieurs irrégularités.

    En effet, de très nombreux bulletins en faveur du Front National avaient été déclarés nuls  dans nombre de bureaux de vote où le mouvement frontiste n'avaient pas de scrutateurs. Après une opération de vérification des 70.000 bulletins classés « nuls »  menée par les élus FN dans tous les départements rhône-alpins, il a été découvert que le FN avait été lésé de plusieurs centaines de voix, alors qu'il ne lui en manquait que 42 sur toute la région, pour se voir attribuer un siège supplémentaire.  De plus, le maire de Vaux-en-Velin, un certain Bernard Genin, gauchiste bon teint, avait lancé entre les deux tours, en parfaite illégalité avec la Loi, un appel à voter pour les listes de gauche et à faire barrage au Front National, et ce sur le journal municipal tiré et distribué gratuitement à 20 000 exemplaires pour l'occasion.

  • Ces CRS qui ne veulent plus manger halal….

    AFP:

    Un tract, rédigé par une section locale d'Unité SGP police FO (premier syndicat de gardiens de la paix) et affiché dans une caserne de CRS à Rouen début avril, dénonce en termes très virulents le fait que de la viande halal ait figuré au menu des policiers.

    Nicolas Comte, secrétaire général de ce syndicat, s'est totalement démarqué de cette initiative "locale" qui n'est pas "la position de notre organisation profondément laïque et républicaine". [Sic : quand on est laïque et républicain on mange halal ?]

    Dans ce tract en date du 6 avril, parvenu mercredi à l'AFP et dont l'authenticité a été confirmée de source syndicale, le bureau local de ce syndicat écrit au commandant de la compagnie de CRS 31 basée à Rouen.

    Il lui signale que les CRS, de passage en région parisienne et cantonnés à Pondorly (Val-de-Marne), mangent de la viande halal au mess "et ceci à notre insu".

    Il lui demande de mettre fin "à des approvisionnements au rituel étranger à nos coutumes", selon une argumentation proche de celle de l'extrême droite et éloignée des écrits habituels de ce syndicat.

    "Il serait inutile de vous rappeler que tout musulman qui entre dans notre corporation se voit proposer un régime au regard des us et coutumes de sa religion", écrit ainsi le bureau local. "Ce qui ne veut pas dire, ajoute-t-il, que les catholiques de notre unité doivent +avaler+ toutes les couleuvres qu'on leur propose et que les athées ou agnostiques ne revêtiront pas la +burka+ (sic) après avoir digéré, avec beaucoup de mal, les indigences de nos gérants" du mess des CRS.

    Le tract ajoute que "manger halal, c'est payer l'impôt islamiste". Il ajoute : "Nous ne voulons pas être complices de cette déviance, et nous ne voulons plus manger Halal à l'avenir".

    Interrogé par l'AFP, le syndicat, par la voix de son porte-parole national Yannick Danio, avait jugé dans un premier temps ce tract "très indélicat".

    M. Danio a ajouté que son organisation "enquêtait" sur le "problème soulevé" par le tract à savoir que de la viande halal serait bien au menu de plusieurs compagnies de CRS "apparemment dans un souci d'économie".

  • Mesures pro-vie en Oklahoma

    Le Congrès de l'Oklahoma a adopté hier, contre l'avis du gouverneur, des lois qui obligent les femmes à écouter les battements de cœur du fœtus et à voir les images de ce dernier réalisées par échographie avant de pouvoir demander un avortement. Et cette échographie se fera par voie vaginale plutôt qu'abdominale car les médecins sont appelés à utiliser la méthode "qui montre l'embryon ou fœtus le plus nettement".

    Le prétendu « Centre pour les droits reproductifs » a immédiatement porté plainte, au motif que l'échographie par voie vaginale empiète "profondément sur la vie privée" des femmes et risque de "les détourner de l'avortement qui est un droit devant à tout pris être appliqué".

    On remarquera le titre de l'article du Figaro, de plus en plus militant de la culture de mort : « Le sévère retour en arrière d'un Etat américain ». L'article commence ainsi : « Nouvelle offensive de l'Amérique conservatrice contre l'avortement. » (Je ne suis pas allé plus loin.)

  • La culture de mort, c’est ça

    L'unique avorteur de l'hôpital de Nevers est parti à la retraite. On n'y pratique donc plus d'avortement. Les femmes qui souhaitent tuer leur bébé doivent aller à l'hôpital de Decize, à 35 km. La maternité de cet hôpital est fermée depuis le 28 février, parce que l'unique gynécologue-obstétricien est parti à la retraite. Mais on y trouve un avorteur...

    Cela dit, la situation devrait être temporaire, pour Nevers : les hôpitaux publics ont l'obligation de pratiquer des avortements. On va trouver un avorteur pour Nevers. Et il y en aura toujours un à Decize, où la maternité restera fermée.

    (via avortement-ivg)

  • Saint Paul de la Croix

    « A qui appartiennent ces campagnes ? dit-il un jour à son compagnon de route... A qui appartiennent ces campagnes? vous dis-je. Ah ! vous ne comprenez pas ?... Elles appartiennent à notre grand Dieu ! » Et, transporté d'amour, raconte son biographe, il vole en l'air jusqu'à une certaine distance.

    « Mes frères, aimez Dieu! répète-t-il à tous ceux qu'il rencontre, aimez Dieu qui mérite tant d'être aimé ! N'entendez-vous pas les feuilles mêmes des arbres qui vous disent d'aimer Dieu ? O amour de Dieu ! ô amour de Dieu ! »

  • La fierté chrétienne en Irak

    CPS.SSG13.270410182637.photo00.photo.default-512x341.jpg

    Les chrétiens du nord de l'Irak ont choisi de défier les menaces des extrémistes en érigeant à Hamdaniya une grande statue du Christ rédempteur sur le modèle de celui qui se dresse sur le mont du Corcovado à Rio de Janeiro.

    Elle fait certes piètre figure à côté de la monumentale sculpture de 38 mètres qui domine la baie de la deuxième ville du Brésil, mais avec ses quelque quatre mètres de haut -piédestal compris-, la statue est devenue le lieu le plus visité de Hamdaniya, la plus grande localité chrétienne du nord.

    "Il ne s'agit pas de laisser une trace de notre présence dans cette région car nous n'avons pas l'intention de partir. En érigeant une statue de Jésus les bras ouverts, nous voulons lancer un message de paix et de coexistence à tous les Irakiens", affirme Bachar Girgis Habbache, 48 ans, coordinateur pour les affaires chrétiennes de la ville. "Nous avons toujours tenté de vivre de manière pacifique avec tous, même ceux qui nous ont menacés", ajoute-t-il.

    "Il s'agit d'une oeuvre minime comparée à tout ce que les chrétiens ont fait pour l'Irak depuis des siècles et si cette statue est amovible, l'histoire des chrétiens dans ce pays ne peut pas être effacée. Nous sommes dépositaires d'une longue histoire et sommes loyaux à notre pays", ajoute cet homme qui est chargé par l'Eglise de la préservation des monuments religieux.

    Lire la suite

  • La Suède ouvre la voie à l’euthanasie

    Le Bureau national pour la santé et le bien-être, organe officiel de gestion de la politique de santé en Suède, a autorisé hier les médecins à répondre aux demandes de patients souhaitant interrompre leurs traitements vitaux. Dans un communiqué, le Bureau indique ainsi qu' "un patient qui souhaite interrompre un traitement a le droit de le faire. La seule condition est qu'il ou elle comprenne l'information que lui fournit le médecin et mesure les conséquences de sa décision". Cette décision fait suite à "la requête d'une femme lourdement handicapée qui réclamait le droit de mourir". Elle répond à une lettre, publiée par la presse suédoise, d'une femme de 32 ans, atteinte d'une paralysie totale et dépendant d'un appareil respiratoire depuis ses 6 ans, qui demandait que cet appareil soit débranché.

    (Gènéthique)

  • Le politiquement correct dans toute sa splendeur américaine

    Un taliban assoiffé va trouver un commerçant juif, et il lui demande de l'eau. Mais l'autre veut lui vendre une cravate. Le ton monte, et face à la colère du taliban, le commerçant juif lui dit d'aller au restaurant qui se trouve au coin de la rue, où il pourra acheter de l'eau. Le taliban y va, et bientôt il revient, hors de lui : « Ton frère me dit que je dois avoir une cravate pour entrer dans le restaurant ! »

    Si cette blague juive avait été racontée par un juif, tout le monde l'aurait trouvée amusante. Mais elle a été reprise par le général James Jones, conseiller de Barack Obama pour la sécurité nationale. Et là, c'est un scandale.

    La Ligue anti-diffamation a protesté. Et le général s'est excusé : "Je regrette cette plaisanterie faite en introduction de mon discours et je demande pardon à quiconque s'est senti blessé."

    La blague a été supprimée de la transcription du discours diffusée par la Maison Blanche.

  • Rideau de fumée

    Cinq islamistes présumés ont été interpellés tôt mardi matin, dans les Bouches du Rhône, le Morbihan, en Seine-Saint-Denis et en Essonne. Ils sont soupçonnés d'avoir participé à de nombreux échanges, sur des sites internet, dans le cadre de "forums radicaux", en faisant l'apologie du jihad auquel ils appelaient également à participer.

    C'est le Coran qui fait l'apologie du jihad et appelle à y participer (ou plutôt en fait une obligation pour tout croyant).

    Le Coran est-il interdit ? Non. Alors ces interpellations ne sont que du vent politico-médiatique.

  • TF1 règle la crise belge

    Belgique.jpeg

    Il suffit de mettre les Wallons en Flandre et les Flamands en Wallonie...

    (Vu chez Jean Quatremer)

  • Le Canada s’oppose frontalement à la culture de mort

    Le Canada présidera le prochain sommet du G8, qui doit concrétiser les orientations du précédent sommet sur la santé des mères dans les pays en voie de développement.

    On sait ce que cela signifie : la « santé reproductive », qui inclut le droit à l'avortement, et son financement.

    Mais le gouvernement canadien dit non : l'avortement ne sera pas inclus dans le plan du G8 sur la santé des mères dans les pays en développement.

    Il s'oppose ainsi frontalement à la pensée unique, et particulièrement aux Etats-Unis qui, par la voix de Hillary Clinton, avait rappelé que la « santé reproductive inclut la contraception, la planification familiale ainsi que l'accès légal et sécuritaire à l'avortement ».

    Certes, le gouvernement canadien accepte de financer la contraception. Mais c'est un événement considérable qu'il s'oppose au dogme avorteur de la « santé reproductive ».

    (Radio Canada, via e-deo)

  • Saint Pierre Canisius

    Le catéchisme de saint Pierre Canisius, qui fut très célèbre au XVIIe siècle, reste fort étonnant, non seulement par la qualité de ses définitions, mais par l'incroyable abondance, ordonnée, des « témoignages de l'Ecriture et de la Tradition » par lesquels il les appuie. On reste confondu, notamment, par la connaissance qu'il avait des pères de l'Eglise.

    Voici un petit exemple :

    Lire la suite

  • Une grande mosquée à Vannes

    La ville de Vannes propose un terrain communal de 1.500 m2 pour la construction d'une grande mosquée, dans le cadre d'un bail emphytéotique de 50 ans, moyennant un loyer annuel de 4.000 €.

    Selon cette information de Ouest France, Le projet de construction serait conduit par l'Association socioculturelle et sportive de Vannes (sic).

    (Via l'Observatoire de l'islamisation)

  • Google aussi peut être condamné

    Google a été condamné en appel à une amende de 8.500 dollars par un tribunal brésilien pour un message diffamatoire posté sur son réseau social Orkut et qualifiant un prêtre de "pédophile".

    Un tribunal de l'Etat de Minas Gerais a statué en faveur du plaignant, un prêtre de 54 ans. Il a rejeté l'argument de Google selon lequel l'entreprise américaine n'était pas responsable de ce que les utilisateurs postent sur le réseau social Orkut.

    Le tribunal a ainsi confirmé le verdict prononcé en première instance.

    Le prêtre avait porté plainte en 2008 après la publication sur Orkut d'un message anonyme l'appelant "le pédophile, le voleur qui a un amant".

    "En fournissant des espaces sur les réseaux sociaux, sur lesquels les utilisateurs peuvent poster sans aucune vérification préalable n'importe quel genre de message, (y compris) des contenus offensants et injurieux, et dans de nombreux cas sans origine connue, (Google) assume le risque de causer du tort", a déclaré le juge Alvimar de Avila.

  • Elle n’a pas attendu longtemps…

    Alors qu'elle vient d'être nommée ministre dans le Land de Basse-Saxe (elle entrera demain en fonction), Aygül Özkan (musulmane de l'Union chrétienne-démocrate...) déclare dans un hebdomadaire : "Les symboles chrétiens n'ont pas leur place dans les écoles publiques."

    "Les symboles religieux, en particulier la croix, sont considérés par l'exécutif régional comme le signe d'une éducation empreinte de tolérance, sur fond de valeurs chrétiennes", a réagi le ministre-président de Basse-Saxe, Christian Wulff, qui est le premier responsable de l'ascension politique d'Aygül Özkan...

  • Défendre la « laïcité libanaise » ?

    L'Associated Press nous apprenait hier que « Des milliers de Libanais défilent pour défendre la laïcité ».

    Il faudra que l'agence se renseigne : il n'existe pas de laïcité au Liban, où tout, au contraire, est régi selon les communautés religieuses.

    Reuters donnait la bonne information :

    « Manifestation à Beyrouth en faveur de la laïcité » (c'est-à-dire pour l'instauration de la laïcité - ce qui est le type même de la fausse bonne idée pour résoudre les problèmes).