Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Europe - Page 8

  • La réponse d’Orbán

    b37df484-e1d4-11e8-ba90-3162eee99d70_web_scale_0.0333333_0.0333333__.jpg

    L'ultralibéral eurofanatique Guy Verhofstadt avait manifesté sa haine de Viktor Orbán en louant des véhicules avec des panneaux publicitaires diabolisant le Premier ministre hongrois : « D’abord il a pris notre argent, maintenant il veut détruire l’Europe. »

    Des panneaux payés par les contribuables européens, avait fait remarqué le Fidesz, le parti d’Orbán. Qui n’en est pas resté là. Il réplique en faisant circuler dans Bruxelles ses propres panneaux :

    « Des centaines de personnes sont mortes dans des attaques terroristes depuis 2015… mais Guy Verhofstadt dit : “Il n'y a pas de crise migratoire.” C'est dément ! »

    Screenshot_2018-11-29 Viktor Orban lance une nouvelle campagne d'affichage contre Guy Verhofstadt(1).jpg

  • Alerte !

    strasbourg-trump.png.jpg

    7949079_1ca9d99c-edbe-11e8-9859-ca5245dca8d1-1_1000x625.jpg

    Heureusement que la municipalité de Strasbourg est là pour nous alerter sur les vrais dangers. Aux élections européennes, il faut absolument voter. Pour contrer l’effroyable menace que fait peser Donald Trump…

    Est-ce qu’à Strasbourg on a interverti l’asile d’aliénés et l’hôtel de ville ?

  • Eurofolies

    Il est tellement heureux d’être ministre (cela se voit tellement sur sa figure et ça fait plaisir à voir) qu’il dit n’importe quoi plus souvent qu’à son tour. Bruno Le Maire a déclaré hier à la suite d’une réunion spéciale des ministres des Finances de l'Eurogroupe à Bruxelles :

    « Il y a un an, personne ne parlait de budget de la zone euro. Aujourd’hui, nous vous présentons une proposition franco-allemande qui pourrait très bien fonctionner. Et ça, c’est un bouleversement politique majeur. »

    Mais le « budget de la zone euro » est un serpent de mer bien connu et qui hante les méandres de Bruxelles depuis des années.

    En outre ce projet franco-allemand demeure très flou et non chiffré, et surtout il est rejeté par plusieurs pays de la zone euro avant même de prendre forme…

  • Trop affreux…

    5bee9ccc09fac2b8628b4567.png

    En Roumanie, le vice-président (social-démocrate) de la chambre des députés Florin Iordache, ancien ministre de la Justice, a défendu la réforme de la Justice mise en œuvre par le gouvernement. Et il a répondu aux critiques de Bruxelles :

    « Nous continuerons malgré l’opposition de la Commission européenne. Nous voulons être indépendants, nous voulons prendre les décisions conformément à notre Constitution et non pas à cause des pressions exercées par d’autres milieux. »

    Et il a redescendu les marches en faisant un double doigt d’honneur.

    Dans les milieux européistes on est tellement choqué par ce « geste obscène » que EUobserver a flouté les mains de Florin Iordache… C’est vrai que pour un eurocrate un tel geste est quasiment blasphématoire.

  • L’UE c’est ça

    eudssr-flagge.png

    Le gouvernement estonien n’a pas pu se mettre d’accord sur le pacte mondial sur les migrations que l’ONU veut imposer à tous les pays de la planète. Parce que le parti Pro Patria, qui est celui du ministre de la Justice, s’y oppose.

    L’Estonie est ainsi le septième Etat de l’UE qui ne signera pas le pacte (avec l’Autriche, la Hongrie, la Tchéquie, la Croatie, la Bulgarie, la Pologne, et ce n’est sans doute pas fini : il n’est même pas sûr que la Belgique le signe).

    Mais à Bruxelles on s’en moque. La porte-parole de Federica Mogherini a déclaré :

    « Les représentants des États réfractaires ne signeront pas le pacte, mais celui-ci sera adopté de toute façon, par consensus ou grâce à un vote. »

    On aimerait quand même savoir ce qu’est une adoption par consensus quand il y a des opposants… Mais on n’est pas à cela près dans le monde de Big Brother.

  • Brexit

    Cinq ministres, dont celui du Brexit et son secrétaire d'Etat, ont démissionné après la publication du projet d’accord conclu hier entre le gouvernement britannique et l’UE sur le Brexit.

    Celui qui est le plus explicite (après un très rapide tour d’horizon) est Shailesh Vara, l’ex-ministre pour l’Irlande du Nord.

    Le texte (de 585 pages…), dit-il , nous laisse « à mi-chemin, sans date limite pour déterminer quand nous serons enfin une nation souveraine. Cet accord ne permet pas au Royaume-Uni d'être un pays souverain, indépendant ». Parce qu’il prévoit en dernier recours le maintien du Royaume-Uni dans une union douanière avec l'UE et un alignement réglementaire plus poussé pour l'Irlande du Nord (pour éviter une frontière dure avec la République d’Irlande), si aucun accord définitif n’est conclu à l'issue de la période de transition : « Nous serons bloqués indéfiniment dans un arrangement douanier, liés par des règles déterminées par l'UE au sujet desquelles nous n'aurons pas notre mot à dire. Pire, nous ne serons pas libres de quitter cet arrangement douanier unilatéralement si nous le souhaitons. »

    Shailesh Vara est né en Ouganda de parents indiens… Comme quoi ce ne sont pas toujours les « de souche » qui sont les plus sourcilleux quant à l’indépendance nationale…

  • En Autriche

    Le sénat a validé le 8 novembre la loi la loi votée par les députés autrichiens le 24 octobre, qui dispose qu’à partir du 1er janvier prochain les allocations familiales des salariés étrangers dont les enfants sont restés dans leur pays seront calculées en fonction du niveau de vie dans ce pays. Ce qui est logique. Mais c’est une première. Et surtout c’est contraire au droit de l’Union européenne…

  • Deux tristes nouvelles

    Pour les européistes de EUobserver :

    - En Italie, Matteo Salvini a obtenu un vote de confiance de 163 voix contre 59 au Sénat sur le décret qui va permettre aux autorités italiennes d’expulser les demandeurs d’asile condamnés en justice.

    - La police hongroise a classé sans suite l’enquête ouverte sur une éventuelle utilisation frauduleuse d’aides de l’UE par la famille de Viktor Orban.

  • "Une vraie armée européenne"

    Excellente réponse de Philippe Migault à Emmanuel Macron sur la nouvelle incantation à la formation d’une armée européenne :

    En chute libre dans les sondages, conscient de son impopularité, qu’il affecte d’assumer avec l’air résolu d’un Churchill n’ayant rien d’autre à offrir que du sang, de la sueur et des larmes, le président de la République fait feu de tout bois pour reprendre la main vis-à-vis de son opinion publique. Avec les éternelles grosses ficelles du mauvais communiquant politique. Celle du président chef de guerre, qu’il a réendossé hier en prônant la constitution d’«une vraie armée européenne», étant sans doute la plus mauvaise qu’il puisse endosser. (…) Totalement ignorant du monde des armées, dénué de toute culture stratégique, il n’a aucune appétence pour le sujet, ne s’intéressant à ce dernier qu’à des fins strictement politiciennes. Ses déclarations d’hier en attestent.

    Explication.

  • Encore un trans

    Euractiv nous présente

    Volt, le mouvement transnational qui rêve de conquérir l’Europe

    C’est un très long article qui fait la promotion du mouvement en question. Il s’agit d’un de jeunes (?) Européens qui répètent tous les poncifs du vieil européisme et de l’idéologie dominante comme avec un pipotron.

    Je le signale parce que Euractiv nous le présente comme un mouvement d’avenir qui va s’imposer et qui entend avoir son groupe au Parlement européen après les prochaines élections. (Pour le moment Volt a participé à une élection, à Bruxelles, obtenant 1,5% des voix.)

    Or il y a quelque temps Euractiv avait déjà présenté un mouvement « citoyen » de ce genre, qui allait donner une impulsion vitale à l’UE… et qui est déjà oublié…