Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Antiracisme - Page 2

  • Censure allemande

    En vertu d’une loi de censure entrée en vigueur le 1er janvier, les réseaux sociaux ont obligation de supprimer sous 24 heures les messages à contenu pénalement punissable, sous peine de grosses amendes. C’est pourquoi Twitter et Facebook ont supprimé ce message de Beatrix von Storch, de l’AfD, à propos d’un message de la police pour la Saint-Sylvestre :

    « Que diable se passe-t-il dans ce pays ? Pourquoi la police publie-t-elle désormais ses messages officiels en arabe ? S'adresse-t-elle par ce biais aux hordes d'hommes barbares, musulmans et violeurs pour chercher à les amadouer ? »

    Le message a immédiatement provoqué des centaines de plaintes pour incitation à la haine, y compris de la part de la police…

    Beatrix von Storch a dénoncé des « méthodes dignes de la Stasi », et le co-président de l’AfD une législation liberticide.

    Nul doute que la montée de l’AfD, qui a déjà porté Beatrix von Storch (née duchesse d’Oldenburg) et 91 de ses amis au Bundestag en septembre dernier, va s’intensifier…

  • Chronique des cinglés

    Une soixantaine de « musiciens » et « universitaires » de Boston ont signé une lettre ouverte qui dénonce le fait que dans la saison de l’orchestre symphonique de la ville (l’un des meilleurs du monde), sur 73 pièces, « 72 sont écrites par des hommes blancs ».

    La « violoniste et compositrice » Shaw Pong Liu (beaucoup plus activiste dans les divers combats sociétaux que musicienne) en a rajouté une couche en écrivant au Boston Globe : « Dans une époque où le racisme est un sujet sensible au niveau local et national, le BSO est accroché à ses élites, les hommes blancs européens, face à une salle de concert dont le public ne ressemble pas au reste de la communauté dans laquelle ils évoluent. »

    La direction de l’orchestre de Boston aurait pu simplement rappeler deux évidences : la première est que la musique symphonique fait partie de la culture européenne et que jusqu’à présent il s’agit en effet de la culture de peuples blancs ; la seconde est qu’il n’existe pas de grands compositeurs femmes, et que les œuvres des compositrices ne peuvent donc avoir qu’une présence marginale.

    Mais non. Le conseil d’administration du BSO est à plat ventre devant le politiquement correct. Et il a répondu par une lettre de repentance de cinq pages, en pleurnichant que la requête était fondée, mais qu’il fallait juger d’après l’activité complète de l’orchestre, pas seulement ses concerts au Symphony Hall, et qu’alors on pouvait voir qu’un effort était fait quant aux compositrices, mais que de fait il restait tout à faire en ce qui concerne les compositeurs de couleur mais qu’on allait y remédier, et qu’on allait bien sûr recevoir les pétitionnaires…

  • Chronique des cinglés

    Alors qu’on annonçait d’éventuelles chutes de neige en Angleterre, l’université londonienne UCL avait envoyé ce message à ses étudiants :

    « Vous rêvez d’un campus blanc ? Nos campus seront ouverts et fonctionneront pleinement aujourd’hui, lundi 11 décembre, donc venez comme prévu. (Nous ne pouvons garantir la neige mais nous essaierons !) »

    Le tweet ayant été dénoncé comme offensant et raciste, l’université s’est platement excusée :

    « Nous avons très mal choisi nos mots hier, nous pensions à cette chanson : White Christmas. Nous sommes désolés et nous choisirons nos mots de façon plus prudente à l’avenir. »

    Le bon côté de la chose est l’avalanche de commentaires sur le compte Twitter de l’université, qui tous dénoncent le politiquement correct et ironisent sur la couleur que la neige devrait avoir. Quelqu’un dit qu’il s’est senti offensé par les excuses de l’université et somme l’université de s’excuser de ses excuses…

    Screenshot-2017-12-19 Londres accusée de racisme, une université s'excuse pour avoir parlé de campus blanc au sujet de la n[...].png

  • Mâles blancs

    Il y a un an et demi circulait à Yale une pétition exigeant la « décolonisation » des cours de littérature anglaise où l’on n’étudie que des auteurs hommes, blancs, et hétérosexuels :

    « Une année passée autour d’une table de séminaire où les apports littéraires des femmes, des gens de couleur et des homosexuels sont absents nuit activement à tous les étudiants, quelle que soit leur identité. Il est temps que la majeure anglaise décolonise – et non pas diversifie – ses cours. »

    Aujourd’hui, la directrice des programmes déclare :

    « Nous avons élaboré un programme d’études dont l’objectif est l’inclusion, qui s’inscrit dans les structures de ses exigences, et je suis très enthousiaste à l’idée de le mettre en œuvre et de le développer davantage. »

    En fait, il n’est pas sûr que le changement suffise aux pétitionnaires. En fait il a seulement été ajouté au deux séries de cours au choix une troisième qui est le dédoublement du cours sur la poésie anglaise, et une quatrième, un cours d’anglais comparé du monde, enseigné par Stephanie Newell, dont les recherches portent sur « la sphère publique en Afrique de l’Ouest coloniale et les questions de genre, de sexualité et de pouvoir telles qu’elles s’expriment à travers les cultures imprimées populaires ». Ce cours est donc censé répondre aux demandes de « décolonisation ». Mais on voit qu’il n’est pas obligatoire, et en outre on y trouve encore la référence à des mâles blancs hétérosexuels comme Daniel Defoe, John Millington Synge et James Joyce…

  • Les racisés entre eux

    Un article du Monde révèle que des « réunions non mixtes racisées » ont eu lieu à plusieurs reprises dans le cadre du bureau national de l’UNEF. « A en croire les unéfiens, le succès est tel qu’ils pensent généraliser cette pratique aux sections locales, sur la base du volontariat », ajoute le journal.

    Les « racisés » sont les non-blancs. Les « réunions non mixtes racisées » sont donc réservées aux non-blancs. Elles ont pour but d’évoquer les discriminations dont sont victimes les « racisés »… au sein de l’UNEF. (Il faudrait leur faire remarquer que cette orthographe est discriminante : il faut écrire « racisé.es ».)

    « Cela a permis de nous rendre compte, nous les dominants, de pratiques inconscientes qu’on devait changer », a déclaré au Monde un unéfien blanc donc non racisé.

    Et c’est bien la doctrine officielle de l’UNEF, désormais ouvertement raciste (comme elle l’avait déjà fait savoir en soutenant un festival réservé aux femmes noires).

    DA7c_eqXgAE9URM.jpg

  • Il faut que ce soit des “évangéliques”

    Le Conseil national des évangéliques de France (Cnef) a remis un rapport au Conseil des droits de l’homme de l’ONU sur la liberté de conscience en France.

    En 2018, ce sera le tour de la France, notamment, de faire l’objet d’un rapport du Conseil des droits de l’homme. Toute association peut lui fournir des éléments. Ce que fait donc le Cnef.

    Et il fait bien. On aurait aimé que ce fût la Conférence épiscopale. Mais nos évêques n’ont rien à redire sur la liberté de conscience en France…

    Ce sont donc ces protestants qui mettent le doigt sur les atteintes de l’Etat français aux droits de l’homme, aux droits du croyant, et ils suggèrent « 12 recommandations » dont voici les principales :

    - amender la loi Taubira pour permettre aux élus « de ne pas célébrer de mariages de couples de personnes de même sexe lorsque leurs convictions s’y opposent ».

    - ajouter une clause de conscience dans le Code de la santé publique, « notamment dans les domaines de la procréation et de la fin de vie », pour tous les personnels soignants.

    - « veiller à ce que les programmes de l’Éducation nationale […] respectent la liberté de pensée, de conscience et de religion des élèves et de leurs parents, notamment s’agissant de l’éducation à la sexualité et du fait religieux ».

    - exiger que la liberté religieuse, y compris celle de changer de religion, soit garantie pour les réfugiés et demandeurs d’asile. (Les évangéliques ont été en pointe pour dénoncer les pressions exercées sur les migrants qui veulent se convertir au christianisme – jusqu’à l’assassinant d’un Iranien à Grande-Synthe).

    - concernant le délit d’entrave numérique à l’avortement, faire en sorte « que la liberté d’expression et de communication soit garantie pour permettre la mise à disposition d’informations pluralistes sur ce sujet délicat ».

    - concernant « l’homophobie », « redéfinir plus clairement les délits d’expression afin qu’ils ne reposent pas sur une perception subjective de la supposée “victime” mais sur des faits objectifs », et « préserver le pluralisme des opinions et de leur expression publique ».

    Le Cnef déplore d’autre part que « plus aucun ministre du culte ou théologien » ne siège au sein du Comité consultatif national d’éthique (CCNE) depuis l’an dernier.

    « Nous espérons un rappel à l’ordre de l’ONU envers la France, pour que la liberté de conscience, d’expression et de culte soit réellement respectée », dit Romain Choisnet, directeur de la communication du Cnef.

  • Une nouvelle avancée dans la dictature du genre

    Le 4 août dernier est entré en vigueur un décret daté de la veille, qui renforce la répression de tout propos privé ayant un caractère de « provocation, diffamation et injure non publiques à caractère raciste, sexiste, homophobe ou handiphobe », et « élargit ces infractions aux cas où elles sont commises en raison de l’identité de genre de la victime »

    Et pour parachever le grotesque, on précise bien que le décret « substitue à la notion de race, qui n’est pas applicable aux êtres humains, celle de “prétendue race” comme cela a été fait dans les dispositions législatives du code pénal par la loi du 27 janvier 2017 ».

    Il est donc désormais interdit de dire du mal de la prétendue race des hommes qui se prétendent femmes et vice versa.

    Lire la suite

  • Une avancée de la dictature de la pensée unique

    La Licra pavoise :

    Et dans un communiqué son président Alain Jakubowicz salue « une avancée historique dans la lutte contre le racisme » : « le message adressé à nos concitoyens est clair : la République Française proclame que désormais les noms des racistes, des antisémites, des négationnistes, des homophobes n’a rien à faire sur un bulletin de vote ».

    De quoi s’agit-il ?

    De la fameuse loi de moralisation de la vie politique (on ne rit pas). Macron avait promis que les candidats devraient avoir un casier judiciaire vierge de toute condamnation pour manquement à la probité (sous-entendu financière).

    Le gouvernement y avait renoncé pour raison de possible inconstitutionnalité. En commission la mesure a été rétablie. Mais les députés sont revenus au texte initial, prévoyant toutefois qu’il faut aussi avoir été condamné à une « peine complémentaire » en cas de manquement à la probité.

    Et les députés LREM ont ajouté un amendement étendant les « manquements à la probité » aux « faits de discrimination, injure ou diffamation publique, provocation à la haine raciale, sexiste ou à raison de l’orientation sexuelle ».

    Ainsi on ne pourra plus être candidat aux élections si l’on a été condamné pour avoir critiqué l’immigration ou les pratiques sexuelles déviantes. Toutefois il faudra aussi avoir écopé d’une peine complémentaire. Laquelle est souvent, dans ces cas-là… l’inégibilité.

    Donc, en pratique, ça ne change pas grand chose. Mais il sera désormais inscrit dans la loi que les méchants phobes (y compris les islamophobes, que la Licra oublie...) ne peuvent pas être élus.

  • Délire sans fin

    Les bustes des professeurs Henry Maudsley et Frederick Mott, fondateurs de l’institut de psychiatrie du King’s College de Londres, vont être enlevés du hall d’entrée et remplacés par un « mur de la diversité ».

    Il se trouve en effet que sir Henry Maudsley et sir Frederick Mott sont deux hommes blancs, donc « intimidants pour les minorités ethniques », au point que leur présence obsédante dans le hall (conjointement avec quelques tableaux représentant également des mâles blancs, qui vont également être enlevés) crée un climat « aliénant » auquel il est urgent de mettre fin. Dixit le doyen, « Patrick Leman, MA, PhD, FBPsS ».

    Quand les psys deviennent fous…

    It+s+2017_01fa78_6332912.jpg

  • Nouveau succès de l’AGRIF

    La cour d’appel de Rouen vient d’ordonner la mise en examen de deux personnes qui avaient refusé un poste à un jeune homme au motif de son « profil de catholique militant ».

    Le juge d’instruction, sur réquisition du Parquet, avait rendu une ordonnance de non-lieu, mais l’AGRIF est intervenue à la demande de ce jeune homme, et la cour d’appel lui a donné raison en considérant qu’il existait des charges suffisantes démontrant une discrimination en raison de la religion catholique.