Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ils étaient neuf

L’université de Caroline du Nord à Charlotte avait organisé le 10 septembre une « conférence sur le privilège blanc ». Sujet crucial du moment, comme chacun sait, mobilisant tout le ban et l’arrière ban des militants contre la discrimination et tutti quanti.

L’université de Charlotte, c’est 30.000 étudiants. Mais il y avait en tout en pour tout neuf étudiants. 9. Dont deux étaient là seulement pour rendre compte de l’événement dans des journaux étudiants. Deux autres étaient venus parce qu’un professeur leur avait offert des points supplémentaires s’ils y allaient. Les cinq autres étaient des étudiants de droite, venus par curiosité voir de plus près ce qu’était cette curieuse idéologie.

La réunion était animée par deux « référents diversité » du campus qui outre le « privilège blanc » ont abordé la « masculinité toxique » et l’égalité LGBTQ… Ils ont notamment expliqué que si la « discrimination raciale » peut viser n’importe qui, le « racisme » proprement dit provient intrinsèquement et uniquement des Blancs en raison même de leur « blancheur ».

« Cette définition me donnait l’impression que j’avais tort juste en étant moi-même et en acceptant le corps avec lequel je suis née », a réagi l’une des étudiantes. C'est bien de quoi il s'agit.

Commentaires

  • "Deux autres étaient venus parce qu’un professeur leur avait offert des points supplémentaires s’ils y allaient."
    Un peu comme les élèves emmenés par leurs profs ou vivement invités pour défiler contre Le Pen ou "pour le climat."
    Quand ce ne sont pas des parents de gauche qui les y emmènent, c'est l'endoctrinement des profs ou de militants déguisés en élèves qui font régner une ambiance à laquelle il est mal vu de ne pas participer.
    A propos des organisateurs de ces festivités racistes, combien ne sont pas de confession chrétienne ?

  • Bien sûr, il n'y a pas de racisme noir, juif, arabe ou asiatique. C'est uniquement l'homme blanc, responsable de tous les maux de l'univers...

  • Simon,
    Il y a blanc et blanc, tous les blancs ne sont pas accusés systématiquement de racisme parce qu'ils sont blancs.
    Il y a des blancs qui ne sont jamais accusés d'un tel racisme et on en retrouve d'ailleurs une partie à entretenir cette propagande raciste dont ils viendront ensuite pleurnicher qu'elle finisse par toucher certains des leurs.
    C'est pour cela que je demandais par curiosité "combien parmi les organisateurs de cette conférence sont de confession chrétienne ?"
    Juste histoire de rendre à chacun ce qui lui appartient.
    Certains membres de la communauté afro américaine commencent à se rendre compte que cette victimisation permanente des noirs ne sert pas leurs intérêts, mais permet surtout à d'autres de diviser pour régner.
    Qui peut avoir intérêt à monter les communautés et minorités contre la majorité blanche et chrétienne ?
    On se le demande, ma bonne dame !

  • Ce nombre indique bien que les gens, le peuple ordinaire n'adhère pas à toutes les dingueries inventées par l'oligarchie gauchiste.

  • AF,
    Vous en doutiez ?
    Pour autant, que ce soit dans l'éduc' nat', l'édition accessible dans les grandes librairies, les médias et le paysage politique ordinaire, vous n'aurez que ce son de cloche, ou du moins le laisser passer comme normal, et donc le quidam moyen qui ne pousse pas le raisonnement plus loin ne pourra croire qu'il existe une autre vision de la réalité.
    C'est par ce conformisme que la censure s'exerce, ceux qui pensent autrement passent pour toutes ces insultes qui se terminent en isme et cette sélection bien pensante pour accéder au grand public.

Écrire un commentaire

Optionnel