Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Pause

    Je m’en vais pendant une bonne semaine. Oui, « déconnecté ».

    bled-panorama.jpg

    Tje na otok z valovami obdani,
    v današnjih dnevih božjo pot Marije;
    v dnu zad stojé snežnikov velikani,
    poljá, ki spred se sprósti, lepotije
    ti kaže Bléški grad na levi strani,
    na desni griček se za gričam skrije.
    Dežela kranjska nima lepšga kraja,
    ko je z okolšno ta, podoba raja.

    L’île au milieu du lac est le lieu, aujourd’hui,
    d’un pèlerinage à la Vierge Marie ;
    pareil à des géants, les névés au loin veillent,
    à gauche le château de Bled semble observer
    les fertiles prairies que dore le soleil,
    sur la droite un sommet cache un autre sommet.
    La Carniole n’a pas de plus belle région
    que ce paradis avec ses beaux environs.

    France Prešeren

    (5e strophe - sur 53 - du poème Le baptême – du chef païen Črtomir, vaincu par l'armée chrétienne, et converti par la belle Bogomila, fille du prêtre païen de la déesse Jiva qu'on adorait sur l'île, devenu prêtre catholique. Les derniers mots disent littéralement que ce paysage est « l’image du paradis ». C’est pourquoi je ne me lasse pas d’y aller – et de manger le gâteau de Bled sur la terrasse de la maison même du poète.)

  • Reconquête N° 327

    REC-327-1.jpg

    REC-327-2.jpg

    Reconquête

  • Aux Pays-Bas

    Le petit parti socialiste, la formation de gauche (genre Mélenchon) qui avait fait campagne pour le non à l’accord UE-Ukraine, avait proposé le vote d’une motion demandant le retrait « aussi vite que possible » de cet accord par le gouvernement.

    Il est intéressant de constater que – suite au référendum - cette motion présentée par un parti ultra-minoritaire a recueilli 71 voix, contre 75 (il y a 150 députés). Elle a donc été repoussée à une faible majorité, alors que la loi de ratification de l’accord avait été votée par 119 députés contre 31.

  • Double langage

    Jean-Claude Juncker, hier, devant le Conseil de l’Europe :

    « Une des raisons pour lesquelles les citoyens européens s’éloignent du projet européen est due au fait que nous interférons dans trop de domaines de leur vie privée et dans trop de domaines dans lesquels les États membres sont mieux placés pour agir.  Nous avons eu tort de réglementer à outrance et de trop interférer dans la vie de nos citoyens. »

    Mais le même Juncker n’envisage pas une seconde de modifier le traité qui rend ces agissements inéluctables (quand il ne les exige pas explicitement), et il n’a rien à objecter aux projets obsessionnels d’un nouveau traité qui supprime totalement les souverainetés nationales sur le plan économique et social, comme vient encore de le proposer Macron.

  • Hijab day

    Aujourd’hui c’est le « hijab day » à Sciences Po. Dans le cadre du « hijab day » mondial, lancé, non pas par des islamistes, mais par des dhimmis frénétiques.

    Ainsi voit-on les chaînes de télévision filmer avec complaisance ces pauvres filles affublées du voile islamique. Des libérales et des gauchistes qui, par volonté d’affirmer la « tolérance », font volontairement acte de soumission à une idéologie qui ne connaît aucune tolérance.

    Je suis prêt à cofinancer un voyage à ces oies de Sciences Po en Irak, où elles verront ce que signifie le voile islamique pour les étudiantes, et comment même les chrétiennes sont aujourd’hui obligées de porter ce signe de soumission à l’idéologie islamique.

    Mais je gage que ces oies sont si stupides qu’elles ne peuvent même pas comprendre pas de quoi il s’agit, et qu’en outre elles se moquent totalement de ce que subissent les chrétiennes dans les universités que l’oncle Sam a soumises à l’islam.

  • Ad cenam Agni providi

    L’hymne des vêpres au temps pascal, chanté par des maîtres de chœur, à Fontevraud, le 23 juillet 1989, sous la direction de Dom Le Feuvre.
    podcast

     Ad cenam Agni próvidi,
    Et stolis albis cándidi,
    Post tránsitum maris Rubri
    Christo canámus Príncipi.

    Invités au repas de l’Agneau,
    revêtus de nos robes blanches,
    après avoir passé la mer rouge,
    chantons au Christ notre Chef.

    Cujus corpus sanctíssimum
    In ara crucis tórridum,
    Cruóre ejus róseo
    Gustándo vívimus Deo.

    En goûtant sa chair toute sainte
    brulée sur l’autel de la Croix,
    en goûtant le vin de son sang,
    nous vivons de la vie de Dieu.

    Protécti Paschæ véspere
    A devastánte Angelo,
    Erépti de duríssimo
    Pharaónis império.

    Protégés au soir de la Pâque
    contre l’Ange exterminateur,
    nous avons été arrachés
    au dur pouvoir de Pharaon.

    Jam pascha nostrum Christus est,
    Qui immolátus agnus est :
    Sinceritátis ázyma
    Caro eius obláta est.

    C’est le Christ qui est notre Pâque,
    qui est l’agneau immolé ;
    azyme de sincérité,
    c’est sa chair qui est livrée.

    O vere digna hóstia,
    Per quam fracta sunt tártara,
    Redémpta plebs captiváta,
    Réddita vitæ prǽmia.

    O victime vraiment digne
    brisant la porte des enfers :
    le peuple captif est racheté,
    les biens de la vie sont rendus.

    Consúrgit Christus túmulo,
    Victor redit de bárathro,
    Tyránnum trudens vínculo
    Et Paradísum réserans.

    Le Christ se lève de la tombe ;
    il revient de l’abîme en vainqueur,
    poussant le tyran enchaîné,
    rouvrant l’entrée du Paradis.

    Quǽsumus, Auctor ómnium,
    In hoc pascháli gáudio,
    Ab omni mortis ímpetu
    Tuum defénde pópulum.

    Nous vous prions, Auteur de toute chose,
    en cette joie pascale
    de tout assaut de la mort
    défendez votre peuple.

    Glória tibi Dómine,
    Qui surrexísti a mórtuis,
    Cum Patre et almo Spíritu,
    In sempitérna sǽcula. Amen.

    Gloire à Vous, Seigneur,
    ressuscité d’entre les morts ;
    avec le Père et l’Esprit bienfaisant,
    dans les siècles éternels.
    Ainsi soit-il.

  • Ils sont marrants

    Je reçois un courriel d’une association intitulée « Les Amis du Collectif pour un Festival Hellfest Respectueux de Tous », qui annonce le lancement d’une pétition « pour dire stop à la haine anti-chrétienne diffusée par certains groupes de métal intervenant dans le cadre de la programmation du festival Hellfest de Clisson ».

    Ces braves gens soulignent qu’ils ne veulent pas l’arrêt du festival mais « mais un choix plus éclairé dans la programmation », qui n’incite pas « ouvertement à la haine, à la violence et à l’anti-christianisme ».

    Je suis prêt à offrir à ces braves gens un dictionnaire où ils verront que « Hellfest » veut dire « fête de l’enfer ».

    Avant que je signe leur pétition, il faudra donc qu’ils m’expliquent comment l’enfer peut être « respectueux de tous », comment il pourrait arrêter d’inciter à la haine, et particulièrement à la haine antichrétienne.

    Vont-ils lancer aussi une pétition pour que le jihadisme soit pacifique et qu’il y ait un jihad respectueux de tous ?

  • Le 1050e anniversaire de la Pologne

    Ci-après ma traduction du discours d’Andrzej Duda, président de la République de Pologne, le 15 avril dernier, à l’occasion du 1050e anniversaire du baptême de Mieszko Ier, le premier souverain polonais. Discours prononcé lors d’une session extraordinaire du Parlement, tenue à Poznan, devant les parlementaires, le Premier ministre et le gouvernement, un légat apostolique, le nonce apostolique, le primat et les évêques, de nombreux prêtres, des représentants de Parlements étrangers, des ambassadeurs… Un discours qui montre qu’il y a encore une Europe catholique.

    n1305351569.jpg

    Le baptême de Mieszko Ier est l'événement le plus important de toute l'histoire de l'Etat polonais et de la nation polonaise. Je ne dis pas : ce fut, je dis : c’est, car la décision prise par notre premier souverain historique a prédéterminé tout l'avenir de notre pays. Notre héritage chrétien continue de façonner les destinées de la Pologne et de chacun d'entre nous, nous le peuple polonais, jusqu'à ce jour. C’est ce que Saint-Père Jean-Paul II avait en tête quand il a observé : « Sans le Christ, on ne peut pas comprendre l'histoire de la Pologne. »

    La tradition veut que le baptême du chef des Polanes eut lieu le samedi saint 14 avril 966. Et c’est alors, à ce moment-là, que la Pologne est née. Elle a émergé des eaux baptismales pour une nouvelle vie chrétienne. Elle est née pour le monde, sortant de l'ère préhistorique pour entrer dans l'arène de l'histoire européenne. Elle est également née pour elle-même : en tant que communauté nationale et politique, puisque l'adoption du rite latin du baptême a défini notre identité polonaise. Depuis lors nous avons commencé à penser et à parler de nous-mêmes en tant que « Nous, les Polonais ».

    Lire la suite

  • In diademate

    ℟. In diademate capitis Aaron magnificentia Domini sculpta erat: * Dum perficeretur opus Dei, alleluia, alleluia, alleluia.
    ℣. In veste enim poderis quam habebat, totus erat orbis terrarum, et parentum magnalia in quatuor ordinibus lapidum sculpta erant.
    ℟. Dum perficeretur opus Dei, alleluia, alleluia, alleluia.
    Glória…
    ℟. Dum perficeretur opus Dei, alleluia, alleluia, alleluia.

    Sur le diadème de la tête d’Aaron étaient sculptées les magnificences du Seigneur, tandis que s’accomplissait l’œuvre de Dieu, alléluia, alléluia, alléluia. Car en la longue robe qu’il portait se trouvait toute l’orbe de la terre, et les grandeurs des ancêtres étaient sculptées sur quatre rangs de pierres, tandis que s’accomplissait l’œuvre de Dieu, alléluia, alléluia, alléluia.

    Ce répons des matines figure parmi les répons de ces jours-ci qui sont centrés sur l’Apocalypse. Or il s’inspire du livre de la Sagesse (18,24), évoquant le jour où Aaron le grand prêtre intercéda dans le désert pour le peuple rebelle et arrêta le massacre que Dieu avait décidé pour le punir. Il est manifeste que ce verset, qui se trouve enfoui dans le long exposé des antithèses entre le sort des Egyptiens et celui des Hébreux, a été extrait de son contexte parce qu’il montre en Aaron la figure du Christ vrai grand prêtre intercédant pour le peuple, et que la figure ici décrite est proche de celle de ce « Fils d’homme vêtu d’une longue robe » qui apparaît à saint Jean dès le début de l’Apocalypse. On trouve dans les deux textes le même mot « poderes », directement repris du grec, qui veut dire « descendant jusqu’aux pieds ». Il s’agit de la robe représentant tout le cosmos. Quant au diadème, il renvoie aux « nombreux diadèmes » que porte dans l’Apocalypse le « Verbe de Dieu » sur son cheval blanc, où est « écrit son nom que personne ne connaît si ce n’est lui-même ».

  • Orban à la manœuvre

    Viktor Orban va faire le tour des capitales européennes pour promouvoir son plan intitulé « Schengen 2.0 » qui est sa contre-proposition à ce que souhaite imposer Bruxelles.

    Il a présenté son plan vendredi dernier à Lisbonne, à une réunion de l’International démocrate centriste. « Il est inacceptable, a-t-il dit, que quelqu’un à Bruxelles décide que les pays européens doivent résoudre leurs problèmes démographiques et économiques grâce à l’immigration. Certains pays dans l’UE souhaitent peut-être résoudre leurs problèmes de cette manière, mais d’autres non. »

    Parmi ces autres, la Hongrie, qui préfère résoudre le problème par une politique économique et familiale adaptée.

    « En d’autres termes, l’UE ne peut pas créer un système dans lequel elle laisse entrer les migrants et imposer ensuite des quotas obligatoires de réinstallation pour chaque État membre. »

    C’est pourquoi il est important d’organiser un référendum sur le système de quotas, car « maintenant, nous avons la proposition de Bruxelles sur la table, et la pression est énorme. […] Si nous n’arrêtons pas Bruxelles avec un référendum, ils nous imposeront […] des masses de population, avec qui nous ne souhaitons pas cohabiter ».

    Un référendum évidemment dénoncé par la Commission européenne. Mais la Slovaquie a déjà engagé une action devant la Cour européenne de Justice contre la première répartition par quotas, la Pologne a rejeté ce plan, et le Premier ministre tchèque a déclaré hier que son pays porterait plainte s’il devait y avoir un système permanent, mais il pense que cela ne se fera pas car l’opposition sera trop importante.

  • Palliatifs ?

    Comme cela avait été annoncé, c’est bien Véronique Fournier qui a été nommée officiellement, le 15 avril, présidente du Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie, créé au début de l’année.

    Véronique Fournier est connue comme militante de l’euthanasie.

  • Miracle eucharistique en Pologne

    komunikat bpZbK.jpg

    L’évêque de Legnica, Mgr Zbigniew Kiernikowski, a annoncé par le communiqué ci-dessus, daté du 10 avril, la reconnaissance d’un miracle eucharistique dans l’église Saint-Hyacinthe de la ville.

    Le jour de Noël 2013, une hostie était tombée par terre au moment de la communion. Elle fut mise dans de l’eau, comme on le fait de plus en plus, afin qu’elle se dissolve. Mais au lieu de se dissoudre il apparut des taches rouges. Mgr Stefan Cichy, qui était alors l’évêque de Legnica, nomma une commission pour étudier le phénomène. Un fragment de l’hostie fut prélevé et envoyé au laboratoire de médecine légale. Lequel a conclu qu’il s’agissait d’un fragment de muscle strié « très similaire au myocarde avec des altérations qui apparaissent souvent pendant l’agonie ». L’analyse ADN a conclu qu’il s’agit de myocarde humain.

    En janvier dernier, le nouvel évêque, Mgr Kiernikowski, a envoyé ces conclusions à la congrégation pour la doctrine de la foi. Le miracle a été reconnu, et, conformément aux recommandations reçues de Rome, il a demandé au curé de la paroisse que soit aménagé un endroit approprié pour l’adoration de la « Relique ».

    Il conclut : « J’espère que cela servira à approfondir le culte de l’Eucharistie et aura un effet en profondeur sur la vie des gens qui se trouveront en face de la Relique. Nous voyons le Signe mystérieux comme un acte extraordinaire d’amour et de bonté de Dieu, qui vient vers hommes dans une suprême humiliation. »

    Zdjęcie 5.jpg

    Le fait que le miracle ait eu lieu à Legnica n’est pas indifférent. Cette ville en effet a une grande importance dans la mémoire polonaise. La bataille de Legnica, en 1241, est un événement crucial. L’armée du prince Piast Henri II fut anéantie par les Mongols et le prince tué, mais ce fut le coup d’arrêt des dévastations des Mongols dans la région. La mère d’Henri II était sainte Hedwige, la première grande sainte polonaise. Les Soviétiques, qui connaissaient eux aussi l’histoire, avaient installé à Legnica une importante garnison de l’Armée rouge, entièrement composée de soldats d’Asie centrale…

    Le fait que le miracle ait eu lieu dans cette église n’est pas anodin non plus. Cette église néo-gothique avait été construite en 1904-1905 et inaugurée en 1908, du temps où la Silésie était prussienne. Soulignant l’autorité prussienne, elle était une commande de l’empereur Guillaume II et elle avait pour nom « église du souvenir de l’empereur Frédéric III ». C’était donc une église protestante. En 1945 elle fut utilisée comme écurie par l’Armée rouge. Par la suite elle fut restaurée, mais sans affectation particulière. En 1972 elle fut érigée en église de la paroisse nouvellement créée de Saint-Hyacinthe, et depuis 2002 elle est le sanctuaire diocésain consacré à saint Hyacinthe, le premier dominicain polonais. C'est sans doute unique en Pologne qu'une ancienne église protestante soit devenue catholique depuis moins de 50 ans.

    10235958_kosciol-sw-jacka-legnica.jpg

  • Agni paschalis

    Séquence de Notker (840-912) de l’abbaye de Saint-Gall, pour le mardi de Pâques. Traduction de dom Guéranger. En raison de la vaste inversion poétique du début, destinée à commencer par l’expression « Agneau pascal », les deux premiers vers, qui forment la première « strophe », sont, pour nous autres, incompréhensibles tels quels. La construction selon l’ordre français des mots donnerait : Omnes christianae animae se prabeant dignas, moribus sinceris, esu potuque Agni paschalis. Que toutes les âmes chrétiennes se montrent dignes, par leurs mœurs pures, de manger et boire l’Agneau pascal.

    Agni paschalis esu
    potuque dignas,

    Le jour est venu où le festin de l'Agneau pascal nous convie ;

    Moribus sinceris praebeant
    omnes se Christianae animae,
    Pro quibus se Deo hostias
    obtulit ipse summus Pontifex.
    Quarum frons in postis est modum,
    ejus illita
    sacrosancto cruore
    et tuta a clade canopica,

    Que les âmes chrétiennes se montrent dignes, par une vie pure, d'un tel mets et d'un tel breuvage. C'est pour elles que l'Agneau, Pontife souverain, s'est offert à Dieu. Comme les portes des Israélites, leur front est marqué de son sang. Ce sang divin les met à couvert du désastre qui fond sur l'Egypte,

    Qua[rum] crudeles hostes
    in mari Rubro sunt obruti.
    Renes constringant ad pudicitiam.
    Pedes tutentur adversus viperas.

    Lorsque ce cruel ennemi est submergé dans la mer Rouge. Que les fidèles aient la ceinture, symbole de pureté ; que leurs pieds soient chaussés contre la morsure des serpents ;

    Baculosque
    spiritales contra
    canes jugiter
    manu bajulent.
    Ut pascha Jesu
    mereantur sequi,
    quo de barathro,
    victor rediit.

    Qu'ils tiennent sans cesse à la main le bâton spirituel, pour repousser les chiens infernaux : Ainsi ils mériteront d'avoir part à la Pâque de Jésus, cette Pâque qui l'a vu remonter victorieux du tombeau.

    En redivivus
    mundus ornatibus
    Christo consurgens
    fideles admonet,

    La nature qui renaît plus brillante et plus belle au moment où ressuscite le Christ, apprend aux fidèles

    Post mortem melius
    cum eo victuros. Amen.

    De quelle vie supérieure ils doivent vivre avec lui, après avoir passé par la mort. Amen.

  • Weinen, Klagen, Sorgen, Zagen

    Ceux qui s'intéressent aux cantates de Bach trouveront ci-après l'article que j'ai écrit dans Daoudal Hebdo en 2010 sur les cantates que Jean-Sébastien Bach a composées pour ce dimanche.

    Lire la suite

  • 3e dimanche après Pâques

    Ce dimanche marque un tournant dans le temps pascal. La liturgie nous détourne déjà de la seule contemplation du Christ ressuscité pour nous tourner vers l’Ascension, la Pentecôte, et le temps de l’Eglise. Autrement dit le temps de notre pèlerinage sur terre, où nous sommes soumis pour "un peu" aux souffrances de la femme qui accouche.

    Aux matines la lecture est celle de l’Apocalypse. Les répons de Pâques ont disparu. Trois répons chantent le triomphe du Christ selon l’Apocalypse, le Christ ressuscité mais surtout celui qui vient à la fin du temps, à la fin des épreuves des hommes, trois autres répons montrent que ce choix de l’Apocalypse est surtout motivé par l’annonce du temps de l’Eglise, épouse du Christ.

    Voici ces trois répons. Le premier est celui qui reprend les termes de l’Apocalypse pour chanter la venue de l’épouse de l’Agneau, l’Eglise figurée par la Jérusalem céleste. Le deuxième chante l’Eglise qui est la vigne du Seigneur, selon les termes de l’Ecclésiastique. Le troisième chante l’amour du Christ pour son Eglise selon le Cantique des cantiques (les textes sont des versions plus anciennes que la Vulgate, ce qui montre l’antiquité de ces chants) :

    ℟. Locútus est ad me unus ex septem Angelis, dicens : Veni, osténdam tibi novam nuptam, sponsam Agni : * Et vidi Jerúsalem descendéntem de cælo, ornátam monílibus suis, allelúia, allelúia, allelúia. ℣. Et sústulit me in spíritu in montem magnum et altum. * Et vidi Jerúsalem descendéntem de cælo, ornátam monílibus suis, allelúia, allelúia, allelúia.

    Un des sept Anges me parla, disant : Viens, je te montrerai la nouvelle épousée, l’épouse de l’Agneau. Et je vis Jérusalem qui descendait du ciel, ornée de ses colliers, alléluia, alléluia, alléluia. Et il me transporta en esprit sur une montagne grande et haute. Et je vis Jérusalem qui descendait du ciel, ornée de ses colliers, alléluia, alléluia, alléluia.

    ℟. Ego sicut vitis fructificávi suavitátem odóris, allelúia : * Transíte ad me, omnes qui concupíscitis me, et a generatiónibus meis adimplémini, allelúia, allelúia. ℣. In me omnis grátia viæ et veritátis : in me omnes spes vitæ et virtútis. * Transíte ad me, omnes qui concupíscitis me, et a generatiónibus meis adimplémini, allelúia, allelúia.

    Moi, comme une vigne, j’ai produit des fruits d’une odeur suave, alléluia. Venez à moi, vous tous qui me désirez avec ardeur, et remplissez-vous de mes régénérations, alléluia, alléluia. En moi est toute la grâce de la voie et de la vérité : en moi toute l’espérance de la vie et de la vertu. Venez à moi, vous tous qui me désirez avec ardeur, et remplissez-vous de mes régénérations, alléluia, alléluia.

    ℟. Véniens a Líbano quam pulchra facta est, allelúia : * Et odor vestimentórum eius super ómnia arómata, allelúia, allelúia. ℣. Favus distíllans lábia ejus, mel et lac sub lingua eius. * Et odor vestimentórum eius super ómnia arómata, allelúia, allelúia. Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. * Et odor vestimentórum ejus super ómnia arómata, allelúia, allelúia.

    Qu’elle a été faite belle cette épouse, venant du Liban, alléluia. L’odeur de ses vêtements est au-dessus de tous les aromates, alléluia, alléluia. Un rayon de miel distille de ses lèvres, le miel et le lait sont sous sa langue. L’odeur de ses vêtements est au-dessus de tous les aromates, alléluia, alléluia. Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit. L’odeur de ses vêtements est au-dessus de tous les aromates, alléluia, alléluia.

  • De la Sainte Vierge le samedi

    Porta hæc clausa erit, et non aperiétur. Pulchre quidam portam clausam, per quam solus Dóminus Deus Israël ingréditur, et dux cui porta clausa est, Maríam Vírginem intélligunt, quæ et ante partum et post partum virgo permánsit. Etenim témpore, quo Angelus loquebátur: Spíritus Sanctus véniet super te, et virtus Altíssimi obumbrábit te: quod autem nascétur ex te Sanctum, vocábitur Fílius Dei; et quando natus est, virgo permánsit ætérna; ad confundéndos eos, qui arbitrántur eam post nativitátem Salvatóris habuísse de Ioseph fílios, ex occasióne fratrum eius, qui vocántur in Evangélio.

    Cette porte sera fermée, et on ne l’ouvrira point. Il y en a qui par cette porte fermée, par laquelle il n’y a que le Seigneur Dieu d’Israël qui entre, sans même qu’elle s’ouvre pour lui faire passage, entendent fort bien la Vierge Marie, qui étant vierge avant que d’enfanter Jésus-Christ, est encore demeurée vierge après l’avoir enfanté. Car elle était vierge non seulement lorsque l’ange lui disait : "Le Saint-Esprit surviendra en vous, et la vertu du Très-Haut vous couvrira de son ombre, c’est pourquoi le fruit saint qui naîtra de vous sera appelé le Fils de Dieu." Mais elle est aussi demeurée vierge pour toujours, même après la naissance de celui qui lui avait été annoncé. Ce qui s’est fait pour confondre ceux qui s’imaginent qu’après la naissance du Sauveur elle a eu des enfants de Joseph, parce qu’il y a des personnes que l’Evangile appelle les frères de Jésus-Christ.

    Saint Jérôme, commentaire d’Ezéchiel, lecture des matines, traduction du Breviarium benedictinum (1725)

  • Ça continue…

    Le Parlement polonais a définitivement adopté hier une loi qui vise à empêcher la spéculation foncière et l’achat de terres agricoles par les étrangers pendant cinq ans.

    Cette loi, qui entrera en application le 30 avril, prolonge les dispositions de la période de transition accordées à la Pologne quand elle a rejoint l’UE. Dispositions qui sont censées devenir caduques, et non pas être prorogées…

    Pour les européistes, il est clair qu’une fois de plus les Polonais refusent de respecter les règles européennes et qu’il va falloir sévir. Le site EUobserver a publié dès hier après-midi un grand article pour dénoncer la loi. Et le député PS Pierre-Yves le Borgn’ a saisi d’urgence le gouvernement français pour qu’il dénonce cette loi (au nom des "agriculteurs" français installés en Pologne et discriminés par les méchants Polonais).

  • Islam, sanglant islam…

    Anti-Islam-BIllboard_1460403830685_1535581_ver1-1.0.png

    islam2.jpg

    « Islam, sanglant islam, condamné par sa propre doctrine. »

    Cette affiche trône le long de l’autoroute A14 près de Saint-Augustin en Floride, et elle fait polémique. Des habitants veulent qu’elles soient enlevée, et, clamant leur dhimmitude, ils ont lancé une pétition qui a recueilli quelque 32.000 signatures dans le monde (dont seulement 4.480 en Floride) au moment où j’écris.

    Une chaîne locale a contacté la firme propriétaire du panneau. Réponse : le panneau a été loué par un particulier et il s’agit de liberté d’expression.

    Les autorités du comté, contactées à leur tour, ont répondu par cette déclaration :

    En réponse à des préoccupations dans la population, le Comté de Saint-Jean a enquêté sur le panneau d'affichage situé sur l’A1A et Seashore Avenue et a conclu qu’il est en conformité avec toutes les réglementations nationales et locales concernant la signalisation. Bien que son message puisse être offensant pour certains membres de la population, il est protégé par le premier amendement à la Constitution des Etats-Unis, ce qui exclut que le Comté prenne des mesures.

    Quand même il y a des jours où on aime les Américains…

  • Enfin viré

    Le directeur du bureau de presse de l’épiscopat américain, Tony Spence, qui était en poste depuis 2004, a été limogé à cause de ses messages sur twitter qui dénoncent en permanence les lois votées dans les Etats pour garantir la liberté d’expression (et de commerce, et de service) de ceux qui refusent de reconnaître le « mariage » homosexuel. Selon Tony Spence ce sont des lois « discriminatoires » et « stupides ». Il a également dénoncé une loi interdisant aux hommes soi-disant transgenre d’aller dans les toilettes des femmes, et défendu le « droit » des homosexuels à l’adoption.

    Dès 2007, Mgr Burke, alors archevêque de Saint-Louis, avait protesté contre la présentation par le bureau de presse du film « La boussole d’or » comme étant « entièrement en harmonie avec la doctrine catholique » alors que le livre dont le film est tiré est férocement anticatholique.

    En 2009, Mgr Burke, préfet du Tribunal suprême de la signature apostolique, déclarait que les évêques devaient revoir ce service et lui donner une nouvelle direction.

    Il aura fallu attendre 2016, et les provocations devenues permanentes de Tony Spence, pour qu’il soit enfin viré.

  • Israël et les chrétiens

    Propos de S.B. Fouad Twal, patriarche de Jérusalem des Latins, dans son intervention prononcée le 14 avril à Rome à l’Université pontificale de la Sainte Croix, sur la condition actuelle des chrétiens en Terre Sainte :

    C’est la première fois qu’une minorité chrétienne se trouve à vivre au sein d’un Etat juif avec toutes les conséquences liées au fait d’être une minorité. Et il s’agit du premier cas dans l’histoire où une majorité juive dispose d’un Etat. Mais cette majorité continue à se comporter, et surtout à se défendre, comme si elle était en réalité une minorité, avec la tentation de vivre comme un Etat théocratique, inspiré par la Bible et non pas comme un Etat laïque.

    Même s’il se proclame Etat laïque et démocratique, il se comporte actuellement en réalité toujours davantage comme un régime militaire confessionnel juif.

    En Israël, l’Eglise se meut sur un terrain en majorité arabo-palestinien, se trouvant confrontée aux musulmans et aux défis du monde juif qui, s’il représente pour partie le monde de nos racines de foi, de l’autre représente politiquement l’occupant, celui qui détient le pouvoir.