Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Reconquête N° 317

    REC-317-1.jpg

    REC-317-Sommaire.jpg

    Reconquête

    70 boulevard Saint-Germain, 75005 Paris

    Téléphone 01 40 51 74 07

    Courriel chretientesolidarite.fr@gmail.com

  • Les Vrais Finlandais deuxièmes

    Aux élections du 19 avril en Finlande, le Centre est arrivé en tête et a remporté 49 sièges, devant, non pas les conservateurs qui étaient au pouvoir, mais les « Vrais Finlandais », le parti « populiste » et « europhobe », qui a 38 sièges. Les conservateurs en ont 37, et les sociaux-démocrates 34.

    On attend avec intérêt la constitution du gouvernement. Les Vrais Finlandais aimeraient que leur chef, Timo Soini, devienne ministre des Affaires étrangères. Moi aussi : ce pourrait être amusant…

  • Les dernières (bonnes) nouvelles de Viktor Orban

    Mardi dernier, répondant à des questions de journalistes concernant un horrible assassinat, Viktor Orban a déclaré tout à trac : « La question de la peine de mort devrait être examinée en Hongrie », car il est nécessaire de « dire clairement aux criminels que la Hongrie ne recule devant rien quand il s'agit de protéger ses citoyens ».

    Un porte-parole de l’UE a d’abord rappelé que « l'interdiction de la peine de mort est un des piliers des droits fondamentaux de l'UE ».

    Et ce matin Jean-Claude Juncker a déclaré : « La Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne interdit la peine de mort, et M. Orban devrait immédiatement dire clairement que ce n'est pas son intention, et si c'est son intention, il y aura une bataille. »

    De son côté, le commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, Nils Muižnieks, avait déjà déclaré : « L'idée de réintroduire la peine de mort, défendue par Viktor Orban, est incompatible avec les obligations de la Hongrie en vertu de la Convention européenne des droits de l’homme, et va à l'encontre des valeurs défendues par l'Europe. »

    Nils Muižnieks a également réagi à la « consultation nationale sur l'immigration et le terrorisme » prévue en Hongrie, qu'il a qualifiée de « preuve supplémentaire de la vision négative du gouvernement hongrois vis-à-vis des droits de l'homme » Car si « les consultations publiques sont bien sûr un aspect important d'une société démocratique », celle-là est « inacceptable », bien sûr, car elle pose les mauvaises questions et suggère les mauvaises réponses... Voici une traduction des 12 questions qui vont être posées aux 8 millions de citoyens hongrois :

    1 – On entend beaucoup parler de l’augmentation des actes de terrorisme. Quelle importance accordez-vous à ce développement du terrorisme ?

    2 – Selon vous, la Hongrie pourrait-elle devenir une cible d’attaques terroristes dans les années qui viennent ?

    3 - Selon certains, l’immigration, qui est mal gérée par Bruxelles, a un lien avec le développement du terrorisme. Etes-vous d’accord avec cette opinion ?

    4 – Saviez-vous que des immigrants économiques franchissent illégalement la frontière, et que récemment le nombre des immigrants a été multiplié par 20 en Hongrie ?

    5 – On entend de nombreuses opinions à propos de l’immigration. Selon certains, les immigrants économiques mettent en danger les emplois et moyens d’existence du peuple hongrois. Etes-vous d’accord avec ces opinions ?

    6 - Selon certains, la politique de Bruxelles concernant l’immigration et le terrorisme a échoué et une nouvelle approche est nécessaire pour gérer ces questions. Etes-vous d’accord avec cette opinion ?

    7 - Soutiendriez-vous des mesures plus restrictives du gouvernement hongrois s’opposant à la politique permissive de Bruxelles ?

    8 - Soutiendriez-vous le gouvernement hongrois s’il édicte de nouvelles lois plus restrictives sur la base desquelles ceux qui franchissent illégalement la frontière pourraient être mis en détention ?

    9 - Etes-vous d’accord que ceux qui franchissent illégalement la frontière devraient être renvoyés dans leurs pays dans les plus brefs délais ?

    10 - Etes-vous d’accord que, puisqu’il y a des migrants économiques en Hongrie, ils devraient subvenir eux-mêmes à leurs propres besoins ?

    11 - Etes-vous d’accord que le meilleur instrument possible pour combattre l’immigration est que l’Union européenne aide au développement de ces pays d’où viennent les migrants ?

    12 - Êtes-vous d’accord avec le gouvernement hongrois qu’au lieu de soutenir les immigrants il est nécessaire de soutenir les familles hongroises, et que nous avons besoin de plus de naissances ?

    Lors du sommet européen extraordinaire du 23 avril, Viktor Orban a notamment déclaré : « Nous estimons que si on nous confie la tâche de légiférer sur la situation des réfugiés qui viennent en Hongrie, nous sommes en mesure de le faire. Le problème est que nous sommes liés par les règlements de l’UE, qui compromettent l’efficacité du traitement par la Hongrie du problème des migrations. »

    Lors du sommet du 16 janvier, il avait dit : « L’immigration économique est mauvaise pour l’Europe. Nous ne devrions pas la considérer comme utile, parce qu’elle est uniquement source de troubles et de danger pour les Européens. Elle devrait être stoppée, c’est l’opinion de la Hongrie. (…) Nous ne voulons pas intégrer de minorités dont la culture serait différente de la nôtre. Nous voulons que la Hongrie reste la Hongrie. »

    Et l’on rappellera qu’en octobre, le porte-parole du Parlement hongrois, László Kövér, avait déclaré que « si l'Union compte dicter le comportement des gouvernements nationaux, Bruxelles ressemblera au bout du compte à Moscou au temps de l’ère soviétique », et que si c’est la direction que prend l’UE « la Hongrie ferait peut-être mieux d'en sortir ».

  • L’Eglise et l’islam au Bénin

    L’agence Fides a profité de la visite ad limina des évêques du Bénin pour poser des questions à Mgr Pascal N’Koue, archevêque de Parakou et secrétaire général de la conférence épiscopale (et très bienveillant envers la liturgie traditionnelle). Extrait :

    L’Eglise au Bénin est pleine de vitalité, comme le démontre le grand nombre de baptisés. Nombreux sont ceux qui frappent à la porte de l’Eglise catholique pour y entrer. Nos salles de catéchisme sont pleines. Nous rendons grâce au Seigneur pour la vitalité de nos jeunes. Nous le remercions également pour les écoles catholiques qui continuent à s’ouvrir. Nous savons que différents cadres du Bénin se sont formés dans les écoles catholiques. Nous remercions le Seigneur pour l’unité ecclésiale. Il n’existe pas de différences entre le nord et le sud, comme cela a lieu dans d’autres pays. Nous sommes 10 évêques, 2 au nord et 8 au sud, mais nous n’avons pas de problèmes entre nous.

    Nous disposons en outre de nombreuses vocations. Le problème est de former un clergé qui soit à la hauteur des défis auxquels nous sommes confrontés. Parmi ceux-ci se trouve le relativisme éthique et spirituel. Il y a aussi l’infiltration d’un islam qui n’est plus l’islam traditionnel africain qui fait qu’au sein de la même famille peuvent coexister tranquillement des musulmans et des non musulmans. Ceci devient désormais plus difficile parce qu’il existe des groupes arabisés qui viennent de l’étranger, bien financés, qui, sous le couvert d’ONG et sous le prétexte d’aider les plus pauvres, commencent à introduire des discours toujours plus violents à l’encontre des chrétiens. Il s’agit d’un phénomène encore limité mais nous devons demeurer vigilants pour porter la flamme de l’amour, de la fraternité et de l’entente réciproque.

  • Hassaké assiégée

    Témoignage de Mgr Jacques Behnan Hindo, archevêque syro-catholique de Hassaké (de l’agence Fides, aujourd’hui) :

    Nous vivons actuellement un moment terrible. Pendant deux jours, les miliciens du Daesh ont attaqué Hassaké à partir de trois directions. Ils ont été repoussés par l’armée et les milices kurdes. Mais nous demeurons isolés, comme une île entourée par les djihadistes de toutes parts.

    Cette nuit nous avons appris que l’armée a bombardé la ville d’al-Shaddadi, place forte du Daesh sise à 60 km de Hassaké. On nous dit que les muezzin des mosquées demandaient aux gens d’aller donner leur sang pour sauver les nombreux blessés et, selon les informations en notre possession, il est presque certain que les 232 chrétiens assyriens que les jihadistes ont pris en otage lorsqu’ils ont attaqué les villages de la vallée du Khabour se trouvent retenus à al-Shaddadi.

  • François a viré Mgr Finn

    Le pape a « accepté la démission » de Mgr Robert Finn, évêque de Kansas City-Saint Joseph, en conformité avec le canon 401-2. Ce canon est celui qui dit qu’un évêque « est instamment prié de présenter la renonciation à cet office » s’il ne peut plus le remplir « convenablement ».

    Or Mgr Finn était un excellent évêque, qui remettait de l’ordre dans son diocèse et lui donnait une orientation plus… catholique, et qui était un intrépide militant de la culture de vie.

    Il y a donc eu contre lui une intense campagne menée par les progressistes et les médias, à commencer par le célèbre National Catholic Reporter, qui a ses bureaux dans le diocèse.

    L’affaire Ratigan leur permit de passer à la vitesse supérieure et de trouver l’argument décisif. En 2012, Mgr Finn fut condamné pour ne pas avoir dénoncé le P. Ratigan, lequel avait des centaines de photos dites pédopornographiques dans son ordinateur.

    Bill Donohue, le président de la Ligue catholique, défend avec ardeur Mgr Finn depuis le début. Il souligne que l’évêque avait sévi une première fois contre le prêtre, y compris sur le plan judiciaire, mais qu’alors il n’y avait pas eu de suites (il s’agissait de nombreuses photos d’enfants habillés, et d’une photo de nu). Et que le P. Ratigan, après une tentative de suicide, avait récidivé, avec des centaines de photos beaucoup plus explicites. Il souligne aussi que le prêtre n’a jamais touché un enfant, et qu’il n’y a d’ailleurs pas eu de plainte pour abus sexuel sur mineur. Et que, en bref, il n’y aurait pas eu d’affaire Ratigan si l’évêque avait fermé les yeux…

    Une fois de plus, le pape élimine un bon évêque en se servant d’un prétexte. On comparera avec, par exemple, la promotion de Mgr Barros

  • Les Franciscains de l’Immaculée

    Chez Benoît et moi, un bouleversant témoignage sur les Franciscains de l’Immaculée, avant qu’ils ne soient détruits par François, et qui est l’explication même de la volonté de les détruire dont a fait preuve le pape de la fausse pauvreté et de la fausse miséricorde.

  • Ce ne sont pas des "icônes"

    Après l’icône des martyrs égyptiens, circule sur la toile l’icône des martyrs éthiopiens.

    Ce ne sont pas des icônes, et il est nécessaire de le dire clairement, pour l’honneur de l’art iconographique qui est un art sacré.

    La première, vue sur un écran d’ordinateur, pouvait passer pour une icône. J’avais alors fait une recherche, dans le but de saluer cette initiative. Or j’avais fini par trouver une interview de l’artiste, Tony Rezk, lequel expliquait qu’il avait réalisé l’image par ordinateur. Or le processus d’écriture de l’icône, et son symbolisme, rendent impossible la réalisation d’une icône par ordinateur. Cela frise même le sacrilège.

    La connaissance des techniques de l’icône, et de l’art copte actuel, que manifeste Tony Rezk, peut induire en erreur. Mais ce n’est certainement pas le cas de la deuxième image, celle des 30 martyrs éthiopiens : on n’est plus du tout dans le domaine de l’icône, mais dans celui de la bande dessinée…

    21-martyrs1-640x480.jpg

    LibyaMartyriesIcon-1429752369.jpg

  • Grotesque

    « Comme je voudrais que les communautés paroissiales en prière, quand un pauvre entre dans l’église, se mettent à genoux en vénération, de la même manière que quand c’est le Seigneur qui entre ! »

    François, message vidéo à la Caritas du diocèse de Rome.

    Difficile d’aller plus loin dans la démagogie de bas étage. J’imagine le fou rire du clodo que je retrouvais chaque dimanche à Saint-Julien… le Pauvre… si je lui avais rapporté ce propos…

    C'est moins drôle si l'on se souvient que le prêtre qui profère ces propos n'esquisse jamais la moindre génuflexion quand il fait venir le Christ sur l'autel.

  • Déprimant

    Reprenant un de ses refrains préférés, François a exhorté les fidèles, mardi, à prendre le « risque » de se laisser bousculer par « la nouveauté » et « les surprises » de l'Esprit-Saint.

    Malheureusement, revenant d’un voyage qui m’a conduit notamment au sanctuaire de la Divine Miséricorde près de la tombe de sainte Faustine, je constate qu’en fait de surprise et de nouveauté le Saint-Siège et son chef (dont je n’ai aperçu en Pologne qu’une seule petite photo, car le pape là-bas, omniprésent, est toujours Jean-Paul II et c’est reposant) s’alignent de façon désormais caricaturale sur la pensée unique. Sur l’idéologie du monde.

    Ainsi y a-t-il eu mardi au Vatican une réunion sur le « changement climatique », non pas pour dénoncer la superstition du moment ou au moins ses excès, mais pour y participer plein pot. Avec le secrétaire général de l’ONU en personne, grand défenseur – notamment - du « droit à l’avortement », ainsi que le professeur Jeffrey Sachs, directeur de l’Institut de la Terre, idéologue extrémiste de la culture de mort et du genre, et le lobby mélangeur « Religions pour la paix », invité nommément par le Vatican. Le tout dans la perspective de la prochaine encyclique de François.

    Ban Ki-Moon a d’ailleurs exprimé son « impatience » à découvrir l’encyclique, dont il sait déjà qu’elle « permettra de transmettre au monde entier que la protection de l'environnement est un impératif moral urgent et un devoir sacré pour toutes les personnes de foi et les personnes de conscience ». Et il a « applaudi » le « leadership » du pape qui est « l’une des voix morales les plus passionnées du monde sur ces questions ».

    A savoir les questions climatiques, et aussi celles de la pauvreté et des migrations.

    Et sur le sujet de l’invasion de l’Europe par les masses musulmanes qui tentent de passer la Méditerranée par tous les moyens, les voix du Saint-Siège, galvanisées par l’engagement de François à Lampedusa, sont au diapason, non pas de l’ONU, mais du magistère européiste. « Tout chrétien doit être un prophète qui dénonce... Celui qui n’intervient pas sur cette question n’est pas chrétien ! », clame le cardinal Veglio, président du Conseil pontifical pour les migrants. Il faut absolument accueillir tous ceux qui se présentent et crier contre les méchants qui ne le veulent pas. D’ailleurs, « l’Europe a besoin de main-d’œuvre et dans l’histoire, les émigrés ont apporté un bien-être aux pays d’accueil et à leurs pays d’origine », déclare Mgr Silvano Tomasi, observateur permanent du Saint-Siège aux Nations Unies, ce qui est mot pour mot ce que dit Mgr Galantino, secrétaire général de la Conférence épiscopale italienne, mais aussi Sophia in’t Veld, idéologue fanatique de la culture de mort et frénétique lobbyiste LGBT au Parlement européen. Tandis que le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker dit benoîtement : « Il faut ouvrir les portes pour éviter que les gens entrent par les fenêtres. »

    Pendant ce temps-là, les Australiens font la preuve que si l’on ne veut pas accueillir toute la misère du monde (et surtout les forces de destruction qui l’accompagnent), il suffit de prendre les mesures qui s’imposent. 303 bateaux de migrants en 2013, un seul en 2014, aucun en 2015. Tout simplement parce que le nouveau gouvernement a développé une grande campagne pour signifier que l’Australie n’accepterait plus aucun immigré clandestin, et a joint le geste à la parole. Il n’y a plus de bateaux, donc il n’y a plus de naufrages. Mais les Australiens sont très méchants…

    Australie.jpg

  • La miséricorde profanée

    « La miséricorde est une mystique des yeux ouverts qui met l'accent sur les graves problèmes de l'humanité: la recherche de la paix, de la justice, du dialogue œcuménique et interreligieux. »

    Cardinal Walter Kasper, lors de la dernière réunion du Cénacle des Amis de François, selon Giuseppe Rusconi.

  • Sainte Catherine de Sienne

    Alors cette âme, ivre d’amour, ne pouvait plus se contenir, et elle disait en présence de Dieu : O éternelle Miséricorde, qui couvrez toutes les fautes de vos créatures, je ne m’étonne plus si vous dites à ceux qui sortent du péché mortel et qui retournent à vous : Je ne me rappellerai pas vos offenses. O Miséricorde ineffable, je ne m’étonne plus si vous dites à ceux qui sortent du péché, puisque vous dites de ceux qui vous persécutent : Je veux que vous me priiez pour eux afin de pouvoir leur faire miséricorde.

    O Miséricorde, qui venez du Père, et qui gouvernez par votre puissance l’univers tout entier! O Dieu, c’est votre miséricorde qui nous a créés, qui nous a régénérés dans le sang de votre Fils ; c’est votre miséricorde qui nous conserve ; votre miséricorde a fait lutter votre Fils sur le bois de la croix. Oui, la mort a lutté contre la vie, la vie contre la mort. La vie a vaincu la mort du péché, et la mort du péché a ravi la vie corporelle de l’innocent Agneau. Qui est resté vaincu? la mort. Et quelle en fut la cause? votre miséricorde.

    Votre miséricorde donne la vie ; elle donne la lumière qui fait connaître votre clémence en toute créature, dans les justes et dans les pécheurs. Votre miséricorde brille au plus haut des cieux, dans vos saints ; et si je regarde sur la terre, votre miséricorde y abonde. Votre miséricorde luit même dans les ténèbres de l’enfer, car vous ne donnez pas aux damnés tous les tourments qu’ils méritent.

    Votre miséricorde adoucit votre justice ; par miséricorde, vous nous avez purifiés dans le sang de votre Fils ; par miséricorde, vous avez voulu habiter avec vos créatures à force d’amour. Ce n’était pas assez de vous incarner, vous avez voulu mourir ; ce n’était pas assez de mourir, vous avez voulu descendre aux enfers et délivrer les saints, pour accomplir en eux votre vérité et votre miséricorde. Votre bonté a promis de récompenser ceux qui vous servaient fidèlement, et vous êtes descendu aux limbes pour tirer de peine ceux qui vous avaient servi, et leur rendre le fruit de leurs travaux.

    Votre miséricorde vous a forcé à faire encore davantage pour l’homme : vous vous êtes donné en nourriture, afin que nous ayons un secours dans notre faiblesse, et que, malgré notre oublieuse ignorance, nous ne perdions pas le souvenir de vos bienfaits ; tous les jours vous vous offrez à l’homme dans le Sacrement de l’autel, dans le corps mystique de la sainte Église. Et qui a fait cela ? votre miséricorde. O Miséricorde, le cœur s’enflamme en pensant à vous ; de quelque côté que je me tourne, je ne trouve que miséricorde, O Père éternel, pardonnez à mon ignorance qui ose parler devant vous ; mais l’amour de votre miséricorde me servira d’excuse auprès de votre bonté.

    Dialogues, ch. 30

  • Pause

    Je m’en vais pendant une bonne semaine.

    Je vous laisse sur les dernières nouvelles des martyrs : une vidéo de l’Etat islamique montre l’égorgement d’au moins douze chrétiens éthiopiens, et l’assassinat par balles de 16 autres…

  • Deuxième dimanche après Pâques

    Allelúia, allelúia. Cognovérunt discípuli Dóminum Jesum in fractióne panis. Allelúia. Ego sum pastor bonus : et cognósco oves meas, et cognóscunt me meæ. Allelúia.

    Allelúia, allelúia. Les disciples reconnurent le Seigneur, Jésus à la fraction du pain. Allelúia. Je suis le bon pasteur et je connais mes brebis, et mes brebis me connaissent. Alléluia.

    Les deux versets de l’Alléluia ne sont reliés que par le mot connaître (cognoverunt, cognosco : cognoscere). Le Bon Pasteur connaît ses brebis et ses brebis le connaissent — les disciples d’Emmaüs reconnaissent le Seigneur à la fraction du pain. Cette association d’idées est d’abord difficile à comprendre ; puis nous méditons sur le mot connaître. Ce mot signifie plus que son sens littéral ; il veut dire comprendre, avoir confiance, aimer, vivre l’un pour l’autre. C’est là la meilleure explication. Le Christ veut dire : Je suis avec les miens dans l’union la plus étroite, je suis un avec les miens. Le modèle de cette union est l’unité de la sainte Trinité. Mais où cette union se réalise-t-elle d’une manière plus profonde et plus intime que dans la « fraction du pain », dans la sainte Eucharistie ? Cette pensée est la lumière qui éclaire toute la messe.

    Dom Pius Parsch

    Chant des bénédictines de Notre-Dame de l’Annonciation (Le Barroux)

  • C’est assimilé

    Suite à la découverte de 14 tombes profanées au cimetière de Wizernes, dans le Pas-de-Calais, le procureur a souligné qu’il n’y avait pas de carrés confessionnels dans ce cimetière.

    C’est-à-dire qu’il n’y a ni carré israélite ni carré musulman, et donc qu’il n’y a pas de motivations religieuses. Car il ne peut y avoir de motivation religieuse que si des tombes juives ou musulmanes sont dégradées. Alors il y a « racisme ». Mais les tombes chrétiennes ne peuvent pas être l’objet d’atteintes racistes, de même qu’il n’y a pas de racisme anti-blancs. D’ailleurs ce ne sont pas des tombes chrétiennes qui sont profanées quand on détruit des crucifix, ce sont des tombes municipales…

    Le commissaire de police de Saint-Omer a tellement assimilé la leçon qu’il fait du zèle. Il a inspecté chacune des tombes profanées, et il peut garantir :

    « Nous avons regardé les noms des tombes qui ont été abîmées, il ne s’agit ni de personnes de confession juive ni de personnes musulmanes. »

    Il est donc établi qu’il n’y a aucune motivation religieuse. Circulez, il n’y a rien à voir.

    Les chrétiens n'existent plus. C'est officiel.

    (Merci au Salon Beige.)

  • De la Sainte Vierge le samedi

    Dans son Année liturgique, dom Guéranger donne en ce jour une longue séquence figurant dans d’anciens missels allemands, sur les sept joies de Marie.

    Virgo templum Trinitatis,
    Deus summae bonitatis
    Et misericordiae,
    Qui tuae humilitatis
    Et dulcorem suavitatis
    Vidit et fragrantiae,
    De te nasci nuntiatur,
    Cum per Angelum mandatur
    Tibi salus gratiae ;
    Modum quaeris, demonstratur,
    Dum consentis, incarnatur
    Confestim Rex gloriae.

    O Vierge, temple de la Trinité, le Dieu de bonté et de miséricorde avant vu votre humilité, goûté les charmes de votre douceur et le parfum de votre pureté, vous envoie un message pour vous apprendre qu'il veut naître de vous. L'Ange vous apporte le salut de la grâce; vous demandez comment s'opérera la merveille; l'Ange vous l'explique; vous consentez, et aussitôt le Roi de gloire s'incarne en vous.

    Per hoc gaudium precamur
    Ut hunc Regem mereamur
    Habere propitium,
    Et ab eo protegamur,
    Protecti recipiamur
    In terra viventium.

    Par cette allégresse, nous vous en prions, rendez-nous propice ce grand Roi ; faites qu'il nous protège, et que sa protection nous introduise dans la terre des vivants.

    Lire la suite

  • A propos de Laurent Stefanini

    Dans un article de LifeSite News, Jeanne Smits affirme que Laurent Stefanini est non seulement un brillant diplomate mais un « fervent catholique », « peut-être même pas homosexuel », et elle se demande qui a créé cette agitation et pourquoi.

    De fait, une longue recherche sur internet ne permet pas de découvrir la moindre mention de l’homosexualité de Laurent Stefanini avant le début de ce mois, quand brusquement les médias ont dit que le Vatican refusait cet ambassadeur parce qu’il était homosexuel.

    Dont acte donc sur ce point : l’homme n’est pas un militant de l’homosexualité.

    Pour le reste, il me paraît très peu plausible que les médias aient tout à coup changé de cap pour tirer à boulets rouges sur François, l’idole mondiale du Qui suis-je pour juger, subitement devenu homophobe…

    Il ne me paraît pas niable que le Saint-Siège ne veut pas de Laurent Stefanini. Car plus de trois mois sans réponse c’est une très ferme réponse… Et le fait est qu’une fois de plus il n’y a plus d’ambassadeur de France (la France fille aînée de l’Eglise) près le Saint-Siège. Or la dernière fois c’était parce que Sarkozy voulait imposer un homosexuel (pacsé, lui).

    Selon JSS News citant Le Figaro, le Saint-Siège aurait demandé à Laurent Stefanini, via le nonce apostolique, début février, de retirer sa candidature. Et le diplomate aurait alors écrit au pape pour lui dire « que cette nomination ne lui appartenait pas et qu’il n’avait pas davantage choisi son orientation sexuelle ».

    Si l’information est vraie, il y a manifestement un mensonge de la part de Stefanini. Car il n’est pas un pion dans les mains du gouvernement. Le poste d’ambassadeur près le Saint-Siège est un poste convoité, et bien évidemment on le demande. Et même si on ne le demandait pas, il reste que la personne pressentie a toute liberté de le refuser.

    Cela jette un trouble sur la proposition suivante. Et le fait d’aller à la messe tous les dimanches n’est en aucune manière, aujourd’hui, une garantie. Tous les militants homosexuels qui se disent catholiques vont à la messe. D’ailleurs aujourd’hui même je lis, à propos de la nomination de Marie-Laure Denès à la direction du Service Famille et Société de la CEF : « La coopération entre militants gays et lesbiens chrétiens avec leurs autorités a également permis la rédaction d’une prière universelle spécifique pour les offices du week-end précédent la journée contre l’homophobie. »

    Je ne crois pas que le refus de Stefanini n’ait rien à voir avec son homosexualité. Je crois que la Curie a imposé à François de ne pas agréer un ambassadeur de France homosexuel, parce que le scandale est assez énorme du protégé homosexuel de François au Vatican (Mgr Ricca) pour en rajouter… Il me semble. Affaire à suivre.

  • Au Bangladesh

    Le lundi de Pâques, le  prêtre qui célébrait la messe dans un village catholique de l’ethnie khasia au Bangladesh a entendu des grands cris. Les villageois étaient attaqués par une bande d’au moins 35 musulmans. Le prêtre a reçu de graves coups de couteau, et des menaces de mort. Les musulmans ont volé de l’argent, détruit des Bibles, des croix, des images pieuses, des instruments de musique, et aussi des habitations, et ils ont tué des oies et des poulets.

    Les assaillants agissaient sur ordre de Syed Ara Begum, un riche musulman, propriétaire d’une plantation de thé, qui veut faire partir les chrétiens pour agrandir son territoire (d’autant que les chrétiens produisent aussi du thé).

    L’affaire a été connue par Asianews grâce à l’appel lancé par Mgr Bejoy N. D'Cruze, l’évêque de Syleht : « C’est une communauté très pacifique, mais qui est souvent victime de la majorité Bengali. Nous voulons la justice et la sécurité pour nos prêtres et nos fidèles. Nous espérons que le gouvernement trouvera une solution pacifique et que notre peuple pourra vivre sans tensions. »

    Ces Khasia, originaires de l’Inde, se sont installés dans la région de Syleht il y a longtemps. Ils vivent et travaillent en toute légalité dans 108 villages répartis sur quatre paroisses catholiques.

  • Ils jettent les chrétiens à la mer

    La police italienne a arrêté 15 immigrés musulmans venus d’Afrique noire, dont le bateau pneumatique venant de Libye, contenant une centaine de personnes, avait accosté mercredi à Palerme.

    Ils sont inculpés d’homicide multiples aggravés « pour raison de haine religieuse » : ils sont soupçonnés d’avoir jeté à la mer 12 de leurs compagnons pour la seule raison qu’ils étaient chrétiens. Les témoignages et des photos confirment les faits.

    Voir le communiqué de Chrétienté Solidarité Persécutions.

  • Ecce dies celebris

    Ecce dies celebris!
    Lux succedit tenebris,
    Morti resurrectio.
    Laetis cedant tristia,
    Cum sit major gloria
    Quam prima confusio;
    Umbram fugat veritas,
    Vetustatem novitas,
    Luctum consolatio.

    Voici le jour glorieux : la lumière succède aux ténèbres, la résurrection à la mort. Que la joie fasse place à la tristesse ; car la gloire est plus grande que ne fut l'ignominie. L'ombre fuit devant la vérité, l'antique loi devant la nouvelle; la consolation a remplacé le deuil.

    Pascha novum colite;
    Quod praeit in capite,
    Membra sperent singula.
    Pascha novum Christus est,
    Quid pro nobis passus est,
    Agnus sine macula.

    Venez fêter la Pâque nouvelle; que les membres espèrent pour eux-mêmes la gloire qui déjà brille en leur chef. Notre nouvelle Pâque, c'est le Christ, lui qui souffrit pour nous, Agneau sans tache.

    Hosti qui nos circuit
    Praedam Christus eruit:
    Quod Samson praecinuit,
    Dum leonem lacerat.
    David, fortis viribus,
    A leonis unguibus
    Et ab ursi faucibus
    Gregem patris liberat.

    L'ennemi qui rôde autour de nous avait saisi sa proie; le Christ la lui arrache. C'est la victoire que figurait Samson, lorsqu'il déchira le lion furieux; et David, jeune et robuste, lorsqu'il sauva le troupeau de son père des griffes du lion et de la dent de l'ours.

    Qui in morte plures stravit,
    Samson, Christum figuravit,
    Cujus mors victoria.
    Samson dictus Sol eorum:
    Christus lux est electorum,
    Quos illustrat gratia.

    Samson immolant par sa mort ses nombreux ennemis, présageait encore le Christ, dont la mort a été la victoire; Samson, dont le nom exprime le Soleil, rappelle le Christ, lumière des élus que sa grâce illumine.

    Jam de Crucis sacro vecte
    Botrus fluit in dilectae
    Penetral ecclesiae.
    Jam, calcato torculari,
    Musto gaudent ebriari
    Gentium primitiae.

    Sous le pressoir sacré de la croix, la grappe s'épanche dans le sein de l'Eglise bien-aimée; exprimé par la violence, le vin coule, et sa liqueur plonge dans une joyeuse ivresse les prémices de la gentilité.

    Saccus scissus et pertusus
    In regales transit usus:
    Saccus fit soccus gratiae,
    Caro victrix miseriae.

    Le sac lacéré par tant de blessures devient un ornement royal : cette chair qui a vaincu la souffrance est transformée en une parure de gloire.

    Quia regem peremerunt,
    Dei regnum perdiderunt:
    Sed non deletur penitus
    Cain, in signum positus.

    Pour avoir immolé le roi, le juif a perdu le royaume ; nouveau Caïn, il est exposé en exemple, et le signe dont il est marqué ne s’effacera pas.

    Reprobatus et abjectus
    Lapis iste, nunc electus,
    In tropaeum stat erectus,
    Et in caput anguli.
    Culpam delens, non naturam,
    Novam creat creaturam,
    Tenens in se ligaturam
    Utriusque populi.

    La pierre qu'il a rejetée et réprouvée est maintenant la pierre élue ; posée à la tête de l'angle, elle y brille comme un trophée. Par elle le péché est ôté, mais non la nature ; elle donne à l'homme un nouvel être, et réunis par elle, les deux peuples n'en forment plus qu'un seul.

    Capiti sit gloria,
    Membrisque concordia! Amen.

    Donc soit gloire au Chef, et concorde entre les membres ! Amen.

    - Séquence d'Adam de Saint-Victor, traduction dom Guéranger -

  • Un événement à Cagliari

    Le jeune prêtre sarde diocésain don Michele Piras, ordonné samedi par l’archevêque de Cagliari Mgr Miglio, a voulu célébrer sa première messe selon la « forme extraordinaire ». Et ce fut, dimanche, une grand-messe très solennelle de saint Pie V, en la cathédrale de Cagliari, pour la première fois depuis la nouvelle messe. En présence notamment du cardinal Luigi de Magistris. La célébration a été entièrement organisée par le clergé sarde.

  • Le Christ invisible

    Près de 250 tombes ont été profanées dans le cimetière de Castres. Des dizaines de crucifix ont été jetés à terre, une statue de la Sainte Vierge a été arrachée, « le symbole de la croix était spécialement visé », selon le maire.

    Le procureur adjoint déclare n’avoir vu « pour l’instant aucune connotation à caractère religieux ou racial ».

    Parce que lorsqu’il n’y a pas d’élément anti-musulman ou antisémite (or le carré juif a été épargné) ce n’est ni religieux ni racial. C’est du vandalisme sans connotation…

    Un exemple de plus que pour les autorités tout est permis contre les chrétiens et contre la religion chrétienne : les atteintes n’en sont pas, tout simplement. C’est pire que dans certains pays musulmans.

    Addendum

    Un suspect de 21 ans a été arrêté.

    "L'homme répète en boucle des prières musulmanes, il bave, son état a été déclaré incompatible avec une garde à vue", déclare le procureur adjoint.

    Il se confirme donc qu'il n'y a rien de religieux. Puisque c'est un fou. Pas d'amalgame.

  • « La cosiddetta teoria del “gender” »

    Hier on disait partout que lors de l’audience générale, dans les quelques mots qu’il a prononcés et qui n’ont décidément plus rien à voir avec une catéchèse, François avait dénoncé la « théorie du genre ».

    De fait, le site du Vatican authentifie la chose. Le pape a dénoncé « la cosiddetta teoria del “gender” », « la soi-disant théorie du gender ».

    Ce serait sympa que quelqu’un lui fasse remarquer discrètement que l’Eglise ne dénonce pas des « théories », qui n’ont que le statut provisoire de théories pouvant être contrées par d’autres théories, mais une idéologie qui tend à s’imposer comme la nouvelle vérité sur l’homme. Et que l’Eglise dénonce cette idéologie depuis 20 ans, et que dans le Lexique des termes ambigus et controversés sur la famille publié il y a dix ans par le Conseil pontifical pour la famille on ne trouve pas l’expression « soi-disant théorie du gender », mais cinq fois l’expression « idéologie du genre » dans la seule introduction du seul premier article sur le sujet.

    Le pape ajoute que cette soi-disant théorie du gender serait un « pas en arrière ». Peut-être oui, s’il s’agit d’une théorie. Mais l’idéologie du genre est quant à elle, non pas un pas en arrière, mais une négation de l’être humain : l’ultime subversion. C’est tout autre chose.

  • De ore prudentis

    De ore.jpg

    De ore 2.jpg

    . De ore prudéntis procédit mel, alléluia : dulcédo mellis est sub língua eius, alléluia : * Favus distíllans lábia eius, allelúia, allelúia.
    . Sapiéntia requiéscit in corde eius, et prudéntia in sermóne oris illíus.
    . Favus distíllans lábia ejus, allelúia, allelúia.

    De la bouche du sage sort du miel, alléluia ; la douceur du miel est sous sa langue, alléluia : de ses lèvres dégoutte un rayon de miel. La sagesse repose en son cœur, et la prudence dans la parole de sa bouche ; de ses lèvres dégoutte un rayon de miel.

    Ce répons du temps pascal, qui s’applique soit au Ressuscité (comme en ce jour), soit à un saint, donne l’impression, comme la plupart, d’être pris d’un livre de la Bible, sans qu’on puisse a priori déterminer lequel… On en est tellement persuadé que saint Pierre Damien cite ce texte dans une lettre en disant : « Comme il est écrit. » Mais les éditeurs ne donnent pas la référence. Car il n’y en a pas, même si le répons pourrait en effet provenir de la Sainte Ecriture. En fait il en provient, mais en faisant la synthèse de diverses expressions dispersées. Dont deux se trouvent au verset 11 du chapitre 4 du Cantique des cantiques : « favus distillans labia », mais il s’agit des lèvres de l’Epouse, et non du « Sage » ; et l’on trouve du miel et du lait « sous la langue »… de l’Epouse.

  • La charia en Indonésie

    L’Indonésie, qui est le plus grand pays musulman du monde, et dont l’islam était qualifié de modéré jusqu’à ces dernières années, est en théorie un Etat laïque. Mais la charia ne cesse de progresser (elle est même officiellement appliquée dans l’Etat d’Aceh).

    Un nouvel indice de la progression de l’islamisme sur tout le territoire : à partir de demain 16 avril toute vente de boisson alcoolisée sera interdite dans les boutiques, les échoppes et les centres commerciaux, en application d’une loi votée le 16 janvier dernier (et qui n’a donc pas été mise au placard…).

    Comme les boissons alcoolisées traditionnelles et occidentales sont répandues, y compris chez les musulmans, on considère que le gouvernement va se priver de l’équivalent de 460 millions de dollars de rentrées. Ce qui devrait être compensé, selon les autorités, par une hausse de la taxe sur les boissons alcoolisées dans les bars, les restaurants et les hôtels, où leur consommation reste permise.

  • Un nouveau progrès de la confusion

    Le Centre européen d'enseignement et de recherche en éthique (CEERE) de l'université de Strasbourg proposera, à la rentrée prochaine, dans le cadre du master « Ethique et sociétés », une spécialisation en « droit de l’animal » et en « éthique animale ».

    Ces aberrations sont donc proposées aux « personnes qui souhaitent suivre une spécialisation animale » (sic) au sein de ce master.Puisqu’on bafoue impunément les droits fondamentaux des humains (à commencer par le droit à la vie), on va inventer des droits des animaux…

  • L’avortement en Espagne

    Le gouvernement espagnol a décidé de faire voter un texte qui imposera aux mineures d’avoir l’autorisation de leurs parents pour avorter.

    L’association Droit de vivre demande aux parlementaires de ne pas voter « un texte qui avalise le maintien de la loi » socialiste de 2010, et qui « concrétise la trahison de la promesse de Rajoy ».

  • Dhimmitude plein pot

    Le Conseil de Paris a décidé hier de faire passer le loyer annuel des locaux occupés par le CFCM de 30.583,14 € à… 100 €. En outre, 90% de la dette du CFCM, 49.216  €, lui est remise gracieusement.

    La loi de 1905 est évidemment respectée, puisque, comme chacun sait, le Conseil français du culte musulman n’a rien à voir avec le culte musulman (pas d'amalgame, s'il vous plaît).

  • Alep martyre

    La guerre s’est intensifiée à Alep… à l’approche de la Pâque orthodoxe (12 avril). Dans la nuit du jeudi au vendredi saints et le vendredi saint, les quartiers chrétiens ont été bombardés comme jamais auparavant. Il y a eu au moins 20 morts, dont aussi deux catholiques salésiens de 21 et 17 ans et leur mère.

  • Laïcité tchèque

    Le mercredi de Pâques il y a eu une "prière pour l’Europe" au Vatican, à l’occasion du 660e anniversaire du couronnement comme empereur des Romains du roi de Bohême Charles IV.

    Sur le moment je n’ai pas fait attention à cette information, craignant en outre de découvrir que cet anniversaire fût l’occasion d’une petite cérémonie européiste au Vatican.

    Puis je suis allé y voir de plus près. Pour découvrir en fait que la cérémonie, présidée par l’archevêque émérite de Prague, le cardinal Miroslav Vlk, était de l’initiative de l’ambassade tchèque près le Saint-Siège. Et qu’il s’agissait de célébrer les racines chrétiennes de l’Europe sans lesquelles rien de bon ne peut pousser. Sans dérive européiste, parce que ce n’est pas le genre des Tchèques…