Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • 12e dimanche après la Pentecôte

    Jéricho est la figure de ce monde où, chassé du paradis, c’est-à-dire de la Jérusalem céleste, Adam est descendu par la déchéance de sa prévarication, passant de la vie aux enfers. (…) Bien changé de l’Adam qui jouissait d’un bonheur sans trouble, dès qu’il se fut abaissé aux fautes du monde, il rencontra des larrons ; il ne les aurait pas rencontrés, s’il ne s’y était pas exposé en déviant du commandement céleste. Quels sont ces larrons, sinon les anges de la nuit et des ténèbres (…) ? Ils nous dépouillent d’abord des vêtements de grâce spirituelle que nous avons reçus, et c’est ainsi qu’ils ont coutume d’infliger des blessures : car si nous gardons intacts les vêtements que nous avons pris, nous ne pouvons sentir les coups des larrons. Prenez donc garde d’être d’abord dépouillé, comme Adam a d’abord été mis à nu, dépourvu de la protection du commandement céleste et dépouillé du vêtement de la foi : c’est ainsi qu’il a reçu la blessure mortelle à laquelle aurait succombé tout le genre humain, si le Samaritain n’était descendu pour guérir ses cruelles blessures.

    (…) Donc ce Samaritain qui descendait – « Qui est descendu du ciel, sinon celui qui est monté au ciel, le Fils de l’homme, qui est au ciel ? » - voyant cet homme à demi mort, que personne jusque-là n’avait pu guérir (comme celle qui avait un flux de sang et avait dépensé toute sa fortune en médecins), s’est approché de lui, c’est-à-dire en acceptant de souffrir avec nous s’est fait notre proche et, en nous faisant miséricorde, notre voisin. (…)

    Mais ce Samaritain n’avait pas le loisir de demeurer longtemps sur terre : il lui fallait retourner au lieu d’où il était descendu. Aussi le jour suivant – quel est cet autre jour ? Ne serait-ce pas celui de la résurrection du Seigneur, celui dont il est dit : Voici le jour que le Seigneur a fait ? – il tira deux deniers et les remit à l’hôtelier et il dit : prenez soin de lui. Qu’est-ce que ces deux deniers ? Peut-être les deux Testaments, qui portent empreinte sur eux l’effigie du Père éternel, et au prix desquels sont guéries nos blessures. (…)

    L’hôtelier donc, c’est celui qui a dit : « Le Christ m’a envoyé prêcher l’évangile. » Les hôteliers sont ceux auxquels il est dit : « Allez dans le monde entier, et prêchez l’évangile à toute créature » ; et « quiconque croira et recevra le baptême sera sauvé » : oui, sauvé de la mort, sauvé de la blessure qu’ont infligée les larrons. (…)

    Puis donc que nul n’est plus notre prochain que celui qui a guéri nos blessures, aimons-le comme Seigneur, aimons-le aussi comme proche : car rien n’est si proche que la tête pour les membres. Aimons aussi celui qui imite le Christ ; aimons celui qui compatit à l’indigence d’autrui de par l’unité du corps. Ce n’est pas la parenté qui rend proche, mais la miséricorde ; car la miséricorde est conforme à la nature : il n’est rien de si conforme à la nature que d’aider celui qui participe à notre nature.

    Extraits du traité de saint Ambroise sur l’Evangile de Luc, 7, 73-84, traduction Sources chrétiennes, Cerf.

  • La balle dans le pied

    Dans une lettre ouverte au président de la République, les interprofessions de la viande et des fruits et légumes demandent des « mesures exceptionnelles » pour les aider à faire face au boycott lancé par la Russie en représailles des sanctions de l’UE.

    « Les pertes estimées à ce jour pour nos filières françaises sont à court terme de plusieurs dizaines de millions d'euros et plusieurs centaines de millions d'euros sur le moyen terme », écrivent-elles, et« ces pertes vont conduire à des réductions d'activités fortes, voire des cessations d'activités d'entreprises avec leur cortège de suppression d'emplois. »

    Bruxelles a déjà annoncé une aide de 125 millions d'euros pour le secteur maraîcher et de près de 33 millions pour les pêches et les nectarines, et en annoncé une troisième pour le stockage de produits laitiers. Mais il n’y a pas encore eu d’aide française spécifique.

    Dans le même temps on apprend que le boycott commence à faire sentir ses effets en Russie, où les produits alimentaires européens commencent à se faire rares.

    La différence entre les deux situations est que, si l’UE « se tire une balle dans le pied » avec ses « mesures insensées », selon l’heureuse formule de Viktor Orban, les éventuelles privations en Russie ne feront que conforter le sentiment national russe et le soutien à Poutine, qui dépasse déjà les 80%. En outre la Russie pourra largement s’approvisionner ailleurs, ce qui sera à moyen terme une vraie catastrophe pour nous.

  • Mohammed, premier prénom masculin d’Oslo

    Le Bureau central des statistiques de Norvège constate que le prénom masculin le plus porté dans la capitale Oslo est désormais Mohammed : il y en a 4.801, devant Jan (4.667) et Per (4.155).

    Jorgen Ouren, du Bureau central des statistiques, déclare: "C'est très excitant."

    (The Local, via FDesouche)

  • Ils reviennent à Alqosh

    Quelque 500 familles des 1.200 familles chaldéennes d’Alqosh sont retournées chez elles cette semaine. Les alentours du village ont été repris aux jihadistes par les peshmergas et les milices chrétiennes à la faveur des frappes américaines.

    Pour le moment, les autres familles ont tellement peur de retourner à Alqosh qu’elles préfèrent continuer de vivre sous des tentes alors qu’il fait plus de 50 degrés à l’ombre, avec un seul repas par jour : les jihadistes ne sont qu’à 20 km.

    (Ne pas confondre avec la ville syro-catholique de Qaraqosh, toujours sous contrôle des jihadistes.)

  • Le bienheureux cardinal Schuster

    Ce jour est le 60e anniversaire de la mort du bienheureux cardinal Alfredo Ildefonso Schuster, qui fut archevêque de Milan de 1929 à sa mort en 1954, et qui est l’auteur du Liber Sacramentorum, que je cite souvent dans ma chronique liturgique.

    Pour ceux qui lisent l’anglais, le blog New Liturgical Movement publie à cette occasion un article sur le cardinal Schuster, et même ceux qui ne lisent pas l’anglais seront intéressés par les photos.

  • Un nouvel évêché grec-catholique en Roumanie

    Le cardinal Léonardo Sandri a présidé aujourd’hui dans la cathédrale Saint-Basile-le-Grand de Bucarest une Divine Liturgie au cours de laquelle a été installé le premier évêque de l’éparchie grecque-catholique de Bucarest, Mgr Mihai Frățilă.

    Ce nouveau diocèse, détaché de l’immense archidiocèse grec-catholique de Făgăraş et Alba-Iulia (le cœur de la Roumanie, presque entièrement orthodoxe) comprend la Grande et la Petite Valachie et la Dobruia, c’est-à-dire quasiment tout le sud du pays.

    L’éparchie Saint-Basile-le-Grand de Bucarest avait été créée en mai dernier, et Mgr Frățilă, évêque auxiliaire de Făgăraş et Alba-Iulia depuis 2007, réside à Bucarest depuis 2008.

    Le cardinal Sandri rendra visite demain au patriarche orthodoxe de Roumanie, avec lequel les relations sont qualifiées de « cordiales ».

    La (modeste) cathédrale Saint-Basile:

    800px-Dorobanti003.jpg

    Le premier évêque grec-catholique de Bucarest:

    445.jpg

  • Sainte Rose de Lima

    Intime avec Jésus et Marie, la pieuse fille vivait aussi dans une douce familiarité avec son Ange gardien. Tantôt il se montrait sous des traits aimables, pour prier ou converser avec elle, tantôt il se chargeait de ses messages et lui rendait d'utiles services.

    Il arriva une fois que Rose était renfermée dans son ermitage; sa mère, qui en avait la clef, suivant la convention faite entre elles deux, oubliait d'aller chercher sa fille, et il était minuit passé. Tout à coup Rose aperçoit par sa petite lucarne une forme légère venir de son côté. Elle comprit que c'était son bon Ange. La porte s'ouvrit, il fit signe à Rose de le suivre. L'un et l'autre traversèrent le jardin, arrivèrent à la maison, dont la porte s'ouvrit également, et l'aimable gardien de Rose ne la quitta que lorsqu'elle eut gagné sa chambre.

    Une autre fois, encore le soir, Rose fut prise d'une défaillance soudaine, dans son ermitage. Elle consulta son bon Ange, et la porte, fermée à clef, s'ouvrit à l'instant. Rose arriva pâle, presque évanouie, à la maison paternelle. Sa mère s'empresse, et ordonne à la servante d'aller vite acheter du chocolat, aliment regardé alors au Pérou comme un tonique souverain. « Ma mère, dit Rose, n'envoyez pas ; on va m'apporter ce remède de la maison de la Massa. — Mais, ma fille, reprit Marie de Flores, comment veux-tu qu'on devine que cela t'est nécessaire?» Elle parlait encore, quand quelqu'un frappa à la porte. C'était un domestique du questeur royal, lequel déposa sur la table une tasse pleine d'un chocolat tout préparé. « De la part de ma maîtresse, dit-il, j'apporte ceci à dona Rosa ». Marie de Flores ne revenait pas de surprise. « Cessez de vous étonner, ma mère, dit Rose, c'est une attention de mon Ange gardien ; il se charge souvent de mes commissions ».

    Abrégé de la vie de sainte Rose

  • Un député conservateur rejoint l’Ukip

    Douglas Carswell, député de Clacton, quitte le parti conservateur pour rejoindre l’Ukip, parce qu’il ne croit plus à la promesse de David Cameron de renégocier les liens entre le Royaume-Uni et l'UE s'il remporte le scrutin de l'an prochain.

    Ce n’est pas une nouvelle d’une importance capitale, même si elle montre que l’Ukip séduit de plus en plus dans les rangs conservateurs.

    Mais ce qui est notable est que Douglas Carswell démissionne aussi de son mandat de député. Les médias en parlent comme si cela allait de soi, parce que c’est sans doute le cas en Angleterre, mais vu de France ce respect de la démocratie est parfaitement insolite. Chez nous, un élu qui change de parti se cramponne à ses mandats…

    Il y aura donc une élection partielle à Clacton. A laquelle se présentera Douglas Carswell, pour l’Ukip. Et selon les observateurs il sera sans doute réélu. Auquel cas il deviendra le premier député Ukip aux Communes. Car le parti de Farage est arrivé en tête aux européennes mais n’a encore aucun député au Parlement national. Quoi qu’il en soit cette élection partielle relancera le débat sur le « Brexit », et donnera un avant-goût de la campagne pour les élections de l’an prochain…

  • La « menace » imaginaire qu’il est urgent de conjurer

    Un titre dans 20 minutes :

    Ukraine/Russie: «Les Etats-Unis et l’Europe font semblant de ne pas voir la menace»

    Quelle menace ? Celle de l’invasion de l’Ukraine... Comme si ce fantasme nous menaçait en quoi que ce soit.

    Mais le « spécialiste » qui tire la sonnette d’alarme, un certain Dominique Colas, professeur à Sciences Po, ose affirmer que la présence de soldats russes dans la partie russe de l’Ukraine c’est « une intervention russe qui est beaucoup plus grave que celle de 1968, en Tchécoslovaquie », parce que, « à l'époque, les deux Etats étaient liés par le Pacte de Varsovie ». Sic.

    Cette légitimation de l’invasion soviétique de la Tchécoslovaquie et de l’instauration de la terreur soviétique dans le pays (qui était si palpable encore dans les années 80, comme je peux en témoigner) est proprement ahurissante, et montre à quel point nos élites sont encore gangrenées par le communisme.

  • De nouveau, bravo à Robert Ménard

    La ville de Béziers engage un processus de jumelage avec Maaloula (1, 2), afin « de montrer que le sort des chrétiens d’Orient touche les Français ».

    Béziers.jpg

  • Belgique : l’euthanasie monte en flèche

    Le nombre des euthanasies en Belgique a augmenté de 55 % en deux ans, et a même quasiment doublé entre 2012 et 2013.

    Ce qui reste stable est la curieuse proportion de 20% du total pour les Wallons et 80% pour la Flandre.

  • Décollation de saint Jean Baptiste

    Sveti-Jovan-Krstitelj-1.jpg

    Le 29 Août, mémoire de la décollation du vénérable chef du saint et glorieux prophète, précurseur et baptiste Jean.
    Une main criminelle par le fer enlève
    la tête de celui dont la main a touché
    au Jourdain la tête du Seigneur. Par le glaive
    le chef du Précurseur le vingt-neuf est tranché.
    Par les prières de ton Précurseur, Christ notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous. Amen.

    (Synaxaire de la liturgie byzantine)

  • Le cardinal Canizares

    Le cardinal Antonio Cañizares Llovera, que Benoît XVI avait fait préfet de la congrégation pour le culte divin, est nommé archevêque de Valence, sa patrie.

    Le tweet du directeur de La Vie donne une idée de la haine des progressistes pour tout ce qui ressemble de près ou de loin à la tradition :

    jpdenis.jpg

    On sait que le cardinal Cañizares souhaitait retourner en Espagne, et il est certainement heureux de se retrouver archevêque de son diocèse d’origine. La question est de savoir qui va le remplacer à la congrégation pour le culte divin. En sachant que le pire n’est jamais sûr…

    En attendant on remerciera le cardinal Cañizares pour le geste historique qu’il fit en célébrant la messe selon la forme extraordinaire du rite romain, le 3 novembre 2012, à l’occasion du « pèlerinage Summorum Pontificum », à la basilique Saint-Pierre de Rome.

    En rappelant qu’à un journaliste qui lui demandait le sens de cet acte il avait répondu : « C’est une manière de faire comprendre que l’usage du missel de 1962 est normal. »

    p1090883m.jpg

    p1090877i.jpg

  • Le pactole

    Ils s’appellent Martine Reicherts, Jacek Dominik, Ferdinando Nelli Feroci et Jyrki Katainen. Vous ne les connaissez pas et vous n’en entendrez sans doute jamais parler (sauf peut-être du dernier). Ce sont les commissaires européens par intérim, qui remplacent les commissaires devenus députés européens jusqu’à la mise en place de la prochaine Commission (dont devrait faire partie Jyrki Katainen). Le Spiegel attire l’attention sur le fait que pour quatre mois de « travail » (dont juillet-août), chacun d’entre eux va gagner… plus de 500.000 €. Et même nettement plus (non comprises les indemnités de retraite de… 860.000 €).

    Le décompte se fait ainsi :

    Traitement mensuel de base : entre 20.832 et 23.147 euros.

    Donc pendant quatre mois. A quoi s’ajoute l’équivalent de deux mois, d’entrée de jeu, pour frais d’installation, et, à la fin, d’un mois en plus, pour frais divers, soit en tout 62.000 €.

    A quoi s’ajoute une indemnité de résidence de 100.000 €.

    A quoi s’ajoute une indemnité de 40% du traitement de base payée pendant trois ans quand ils auront quitté la Commission, soit près de 300.000 €.

    A quoi s’ajoute un droit à la retraite de plus de 43.000 € par an qui leur seront versés pendant 20 ans lorsqu’ils auront 65 ans.

  • Voltaire revu et corrigé

    Ferney-Voltaire a aménagé un nouveau parc. Et pour faire culturel on a gravé une douzaine de plaques de bronze avec des citations du grand homme du pays. Plaques insérées dans les allées de béton.

    Mais la moitié d’entre elles sont défigurées par une faute grossière.

    « Il est plus doux qu’on ne pense de planter, de semer et de bâtir », devient incompréhensible en commençant par : « Il n’est plus doux… »

    « Rien ne se fait sans un peu d’enthousiasme » a oublié le « un » pour devenir : « sans peu d’enthousiasme ».

    Dans une autre citation c’est « là » qui a disparu et laisse un affreux « ai-ou-on » :

    « La patrie est où on vit heureux ».

    « Puissent tous les hommes se souvenir qu’ils sont fréres », lit-on ensuite.

    Et enfin :

    « Ni l’abstinance ni l’excès ne rendent un homme heureux ».

    DSC_0020ss.jpg

    Mais l’abstinence d’orthographe coûte cher au contribuable. Parce qu’il faudra évidemment tout refaire. (Sans compter qu’on avait aménagé un parc en oubliant de prévoir des bancs, des poubelles, et des toilettes...)

  • Et c'est la rentré !

    8RYfdWq.jpg

  • « Deux Marocaines dans le gouvernement de Manuel Valls »

    C’est le titre de Bladi :

    Bladi.jpg

    On rappelle que Najat Vallaud-Belkacem est née à « Beni Chiker, dans la région rifaine ».

    Et l’on nous apprend que Myriam El Khomriest « elle aussi native du Maroc, à Rabat », mais qu’elle a passé son enfance à Tanger…

  • Un « gouvernement de clarté »

    François Hollande avait demandé à Manuel Valls de « composer un gouvernement de clarté ».

    Il a été exaucé.

    La nomination d’Emmanuel Macron à l’Economie et de Najat Belkacem à l’Education (mais si : « nationale » !) donne en effet une image précise, quasiment typologique, du socialisme actuel (de l’UMPS).

    A l’Economie, on met un employé de Rothschild, qui n’a jamais été élu mais était le conseiller économique du président de la République, celui qui lui disait comment faire pour ne pas se mettre mal avec Bruxelles : on ne nomme plus une personnalité politique à l’Economie, parce qu’on a totalement abandonné le domaine économique à Bruxelles et à l’euro-mondialisme (Macron participait bien sûr à la dernière réunion du groupe Bilderberg). Finies les gamineries démagogiques de Montebourg, on affiche franchement la véritable ligne.

    Et l’on poursuit le combat idéologique de la culture de mort, contre la vie, contre la famille, contre l’humanité elle-même, de façon emblématique, en nommant Najat Belkacem à l’Education « nationale » : une militante forcenée du « droit » à l’avortement et de l’idéologie du genre. Vincent Peillon, avec sa vieillerie laïcarde et jauressoïde de religion républicaine antichrétienne, est enfoncé. Désormais on a, à la tête du corps enseignant de notre pays, une figure de proue de la déséducation, de la destruction de toute éducation, de toute possibilité même d’éducation.

    On notera aussi que le nouveau ministre de la Culture, Fleur Pellerin, est exactement du même acabit : le domaine de la culture est confié à quelqu’un qui représente l’impossibilité radicale de toute culture.

    Et pour bien souligner la chose, ce sont deux femmes (puisque l’idéologie du genre n’a pas encore déconstruit le féminisme), une Marocaine et une Asiatique : histoire de rappeler que la « diversité » est elle-même idéologique.

     

    bbAALQW.jpg

  • Saint Augustin

    a1.jpg

    Portrait présumé de saint Augustin sur une fresque du Latran de 2,50 m de haut, découverte en 1900 sous la basilique, dans une salle de bibliothèque datant de saint Grégoire le Grand.

    Inscription figurant au bas de la fresque:
    DIVERSI DIVERSA PATRES SED HIC OMNIA DIXIT
    ROMANO ELOQVIO MYSTICA SENSA TONANS

    «Parmi les Pères certains ont dit ceci, d'autres cela, mais lui a tout dit, en faisant résonner dans la langue des Romains des significations cachées.»

    fresque-de-latran-c3a0-rome-ive-sic3a8cle-authentique-saint-augustin.jpg

  • Je vais me promener

    Et je reviens jeudi si Dieu veut.

    Je n’ai évidemment rien à dire sur le petit jeu de Meccano ou de Lego de Manuel Valls, qui ne vaut pas qu’on s’y attarde le moins du monde. D’autant que la pièce principale est Bercy, et que la politique économique de la France ne se fait pas à Bercy, mais à Francfort et à Bruxelles.

    Pendant ce temps-là les chrétiens de Syrie et d'Irak vivent le martyre, et le califat s'étend, dans l'indifférence largement revenue. Mais on a vu que le Qatar est bien bon d'avoir fait libérer l'autre otage américain...

  • Saint Louis

    Les trois oraisons de la messe, commentées par le bienheureux cardinal Schuster

    Deus, qui beátum Ludovícum Confessórem tuum de terréno regno ad cæléstis regni glóriam transtulísti : eius, quǽsumus, méritis et intercessióne ; Regis regum Iesu Christi, Fílii tui, fácias nos esse consórtes : Qui tecum vivit et regnat…

    « Seigneur, qui avez fait passer du trône terrestre au trône céleste le bienheureux roi Louis ; par ses mérites et son intercession faites que nous aussi méritions d’avoir part à l’héritage du Christ Jésus, Roi des rois. » Aujourd’hui l’Église, dans cette première collecte, rappelle les fidèles au sens de cette dignité royale que, par notre incorporation au Christ Roi et Prêtre, nous avons obtenue dans le sacrement du Baptême. Si les chrétiens appartiennent tous à cette dynastie sacrée instituée par le Christ, — regale sacerdotium (1) — il convient qu’ils sachent se dominer et tiennent leurs passions assujetties. On attribue à saint Colomban une belle parole qui se rapporte à cette liberté royale que doit garder intacte le chrétien. A un roi tyran, ce saint abbé dit un jour : si aufers libertatem, aufers dignitatem (2).

    Præsta, quǽsumus, omnípotens Deus : ut, sicut beátus Ludovícus Conféssor tuus, spretis mundi oblectaméntis, soli Regi Christo placére stúduit ; ita eius orátio nos tibi reddat accéptos. Per eúndem Dóminum…

    « Comme le bienheureux confesseur Louis, ayant méprisé les délices du monde, s’efforça de plaire uniquement à Dieu ; ainsi nous vous demandons. Seigneur, que son intercession nous rende agréables à Vous. » Il n’est rien de plus vil que de transiger avec sa conscience pour ne pas déplaire aux hommes. Avec la meilleure bonne volonté, avec le tact et la prudence la plus circonspecte, il est impossible de contenter tout le monde. Saint Paul essaya de le faire, mais lui-même écrivit : Si adhuc hominibus placerem, Christi servus non essem (3). Le Psalmiste a un mot très fort contre ces lâches victimes du respect humain : disperdet ossa eorum qui hominibus placent, quoniam Deus sprevit eos (4).

    Deus, qui beátum Confessórem tuum Ludovícum mirificásti in terris, et gloriósum in cælis fecísti : eúndem, quǽsumus, Ecclésiæ tuæ constítue defensórem. Per Dóminum nostrum…

    « Seigneur, qui avez rendu illustre sur la terre, puis glorieux dans le ciel, le bienheureux confesseur Louis, établissez-le aussi défenseur de votre Église ». Le nombre est-il assez grand, de ceux qui évoquent avec passion les noms des souverains des anciennes dynasties françaises ? Et pourtant, le nom de saint Louis IX exprime encore, pour cette nation, tout un programme et un idéal de foi, de pureté, de valeur et d’honneur qui élève les lis de la vraie France catholique d’autant plus haut qu’est descendue davantage dans la fange la faction jacobine adverse, destructrice de sa propre patrie.

    (1) Sacerdoce royal.

    (2) Si tu enlèves la liberté, tu enlèves la dignité.

    (3) Si je plaisais encore aux hommes, je ne serais pas serviteur du Christ.

    (4) Dieu a brisé les os de ceux qui cherchent à plaire aux hommes, parce que Dieu les a méprisés.

  • 11e dimanche après la Pentecôte

    Quand Dieu, Créateur de toutes choses, a voulu guérir un sourd-muet, il lui mit les doigts dans les oreilles et il prit de la salive et lui toucha la langue. Pourquoi ? Que signifient les doigts du Rédempteur, sinon les dons du Saint-Esprit ? C’est pour cela que, ailleurs, après avoir chassé un démon, il dit : « Si c’est par le doigt de Dieu que je chasse les démons, le Royaume de Dieu est donc venu jusqu’à vous. » Un autre évangéliste exprime cette même parole ainsi : « Si c’est par l’Esprit de Dieu que je chasse les démons, le Royaume de Dieu est donc venu jusqu’à vous. » En mettant ces deux textes ensemble, on voit que l’Esprit est appelé doigt de Dieu. Donc, mettre les doigts dans les oreilles, c’est ouvrir à l’obéissance l’esprit du sourd par les dons du Saint-Esprit.

    Et que veut dire : « Il prit de la salive et lui toucha la langue » ? Pour nous, la salive de la bouche du Rédempteur c’est la sagesse reçue par le discours divin. En effet, la salive découle de la tête dans la bouche. Ainsi, quand le Rédempteur qui est lui-même la Sagesse, touche notre langue, du coup, il la forme aux paroles de la prédication.

    « Il leva les yeux vers le ciel, et il gémit. » Non qu’il eût besoin de gémir, lui qui donnait ce qu’il demandait. Mais c’était pour nous apprendre à gémir vers celui qui siège au ciel, car nos oreilles doivent s’ouvrir par les dons du Saint-Esprit ; et la langue doit se délier en vue de la prédication par la salive de la bouche, c’est-à-dire par la science de la divine parole.

    « Et au même moment il lui dit : Effétha, c’est-à-dire : Ouvre-toi, ses oreilles s’ouvrirent, et du coup fut dénoué le lien de sa langue. » Notons ici que les mots « ouvre-toi » sont en fonction des oreilles bouchées. Mais dès que les oreilles du cœur sont ouvertes à l’obéissance, il s’en suit tout naturellement que le lien de la langue est dénoué pour dire aux autres d’accomplir les bonnes actions qu’on a soi-même accomplies. Alors on ajoute à bon droit : « Il parlait normalement. » Car celui qui pratique d’abord l’obéissance parle ensuite normalement pour exhorter les autres à exécuter ce qu’ils doivent faire.

    Saint Grégoire le Grand, homélies sur Ezéchiel, 10

  • Le califat au Nigeria

    Boko Haram a pris le contrôle de la ville de Gwoza, dans l’Etat de Borno, au nord-est du Nigeria. En juin dernier, au prix de quelques massacres, Boko Haram avait déjà pris des villages, et la majorité des faubourgs de Gwoza. Mais cette fois les islamistes contrôlent la ville elle-même, et c’est une grande ville, de près de 300.000 habitants.

    Ce que l’on voyait arriver se précise : Boko Haram, qui a l’ambition de créer un califat au Nigeria, et qui a immédiatement apporté son soutien au califat d’Abou Bakr al-Bagdadi en Syrie et en Irak, est en train, comme l’Etat islamique, de se constituer lui aussi un territoire.

  • Signe des temps

    Le mois prochain il n’y aura plus de curé à Sartène, sous-préfecture de Corse-du-Sud. Sans doute pour la première fois depuis la création de la ville. Le curé qui s’en va est un Polonais. L’évêque, Mgr de Germay, fait valoir qu’il n’a pas de prêtre disponible, et que ça ne va pas s’arranger puisqu’il n’y a qu’un seul séminariste corse, qui d’ailleurs est libanais…

    On remarquera à ce propos, une fois de plus, que les Corses n’ont pas encore assimilé la laïcité républicaine. Lors de la visite de l’évêque, le dimanche 3 août, c’est le maire de Sartène, avec ses adjoints, qui a symboliquement barricadé l’église, avant de prendre à partie Mgr de Germay de façon plutôt virile…

  • Saint Philippe Béniti

    Philippe Béniti ou Bénizi eut pour patrie Florence, et sortait de la noble maison de Bénizi, établie dans cette ville. Ses parents, qui avaient une grande pitié, eurent un soin extrême de bien élever leur fils. La grâce seconda leurs vues, et le jeune Philippe, après avoir préservé son âme de la corruption du monde, s'établit solidement dans la crainte de Dieu. Lorsqu'il eut achevé son cours d'humanité dans sa patrie, il vint à Paris pour y étudier la médecine, et ce fut par un motif de charité qu'il voulut s'appliquer à cette science. Galien, tout païen qu'il était, en lui détaillant les effets merveilleux de la nature, le portait continuellement à s'élever vers Dieu, qui en est l'auteur, à le bénir et à l'adorer. De Paris, ses parents le firent venir à Padoue; il y continua les mêmes études et y prit le grade de docteur.

    De retour à Florence, il prit quelque temps pour délibérer sur le genre de vie qu'il devait embrasser, et pria le ciel avec ferveur de lui faire connaître la route qu'il devait suivre pour accomplir parfaitement la volonté divine. Il y avait quinze ans que l'ordre des serviteurs de la vierge Marie, autrement appelés Servites, avait été institué. Leur supérieur, Bonfiglio Monaldi, à la prière de quelques personnes de piété, fonda près d'une des portes de Florence un petit couvent avec une chapelle dédiée sous le titre d'Annonciation de la sainte Vierge. Philippe Béniti étant entré dans cette chapelle pour y entendre la messe, le jeudi de la semaine de Pâques, fut singulièrement frappé à la lecture de ces paroles de l'épître, adressées par l'Esprit Saint au diacre Philippe : Avancez et approchez-vous de ce chariot. Comme il portait le nom de Philippe, il s'appliqua ce texte de l'Ecriture, et il crut que c'était une invitation que lui faisait le Saint-Esprit de se mettre sous la protection de la Mère de Dieu dans le nouvel ordre.

    La nuit suivante, il eut un songe mystérieux, où il s'imaginait être dans un vaste désert rempli de précipices, de rochers, d'épines, de pièges et de serpents venimeux, en sorte qu'il ne voyait pas le moyen d'échapper à tant de dangers. Pendant qu'il était dans la crainte et la consternation, il crut voir la sainte Vierge qui l'invitait à entrer dans le nouvel ordre, comme dans un lieu de refuge. Le lendemain matin, il réfléchit sérieusement à ce qui lui était arrivé. Il reconnut sans peine que cet affreux désert était le monde, et qu'il fallait une vigilance extrême et une grâce extraordinaire pour en éviter les écueils. Il se persuada donc que Dieu l'appelait dans l'ordre des Servites et qu'il lui offrait la protection de la sainte Vierge, comme un asile assuré. Il alla trouver le bienheureux père Bonfiglio, qui lui donna l'habit dans la petite chapelle où il avait entendu la messe. Il demanda par humilité à être reçu en qualité de frère convers. Ayant fait sa profession le 8 septembre 1233, il fut envoyé, par son supérieur au mont Senario, pour y être occupé aux divers travaux de la campagne. Il les offrit à Dieu en esprit de pénitence et y joignit le recueillement le plus parfait. Lorsqu'il était libre, il se renfermait dans une petite grotte située derrière l'église, pour y vaquer à l'exercice de la prière. Les délices célestes qu'il y goûtait lui faisaient souvent oublier le soin de son propre corps.

    Il cachait avec grand soin son savoir et ses talents, qui cependant à la fin furent découverts. Ceux qui conversaient avec lui admiraient sa prudence toute céleste et la lumière avec laquelle il parlait des matières spirituelles. Etant au couvent qui avait été depuis peu fondé à Sienne, il eut à s'expliquer sur certains points controversés, en présence de plusieurs personnes très éclairées; il le fit avec tant d'habileté, que ceux qui l'entendirent en furent frappés d'admiration. On engagea les supérieurs à tirer cette lumière de dessous le boisseau, pour la placer sur le chandelier. Ceux-ci obtinrent une dispense du Pape pour lui faire recevoir les saints ordres; mais il ne consentit à ce changement d'état que par obéissance. Peu de temps après, on le fit définiteur et assistant du général; il devint lui-même général en 1267. Après la mort du pape Clément IV, les cardinaux assemblés à Viterbe jetaient les yeux sur lui pour l'élever à la papauté. Dès qu'il fut instruit de leur dessein, il se retira dans les montagnes, avec un religieux de son ordre, et y resta caché jusqu'à l'élection de saint Grégoire X. Sa retraite lui fut d'autant plus agréable, qu'elle lui fournit l'occasion de redoubler ses austérités et de se livrer uniquement à la contemplation. Il ne vivait que d'herbes desséchées et ne buvait que de l'eau d'une fontaine qui est connue aujourd'hui sous le nom de Bain de saint Philippe et située sur une montagne appelée Montagnat.

    Il quitta son désert, brûlant d'un nouveau zèle pour allumer dans les cœurs le feu de l'amour divin. Ayant prêché en plusieurs endroits de l'Italie, il nomma un vicaire pour gouverner son ordre en sa place, puis il partit avec deux de ses religieux pour faire une mission qui devait avoir une grande étendue. Il prêcha avec un succès incroyable à Avignon, à Toulouse, à Paris, et dans d'autres grandes villes de France; la Flandre, la Frise, la Saxe et la Haute- Allemagne furent aussi les théâtres de son zèle. Après deux ans d'absence, il revint, en 1274, tenir à Borgo le chapitre général de son ordre. Il voulut s'y démettre de sa place; mais on ne lui accorda point ce qu'il demandait; il fut, au contraire, confirmé dans le généralat pour toute la vie. La même année, il alla au second concile général de Lyon, où le pape saint Grégoire X présidait en personne, pour y solliciter la confirmation de son ordre, qu'il obtint.

    Il annonçait la parole de Dieu dans tous les lieux par lesquels il passait. Il avait reçu du ciel un talent extraordinaire pour la conversion des pécheurs, de ceux surtout qui étaient divisés par des haines. L'Italie était alors déchirée par des discordes intestines, et principalement par les factions politiques des Guelfes et des Gibelins. On avait souvent essayé, quelquefois avec succès, de remédier à ces maux; mais on n'avait réussi qu'à l'égard de quelques personnes. Le feu de la discorde s'était rallumé dans la plupart des esprits avec plus de violence que jamais. Philippe calma l'animosité des factions prêtes à s'entre-déchirer, à Pistoie et dans plusieurs autres lieux. Il rétablit aussi la paix à Forli, mais ce ne fut pas sans courir de grands dangers. Les séditieux l'insultèrent et le battirent dans les différents quartiers de la ville. Leur fureur cependant se laissa désarmer à la fin, par la douceur et la patience invincibles du saint (Acta Sanct., et Godescard, 23 août).

    Rohrbacher, Histoire universelle de l’Eglise catholique, tome 8, ch. 75.

  • Fête du Cœur immaculé de Marie

    Omnípotens sempitérne Deus, qui in Corde beátæ Maríæ Vírginis dignum Spíritus Sancti habitáculum præparásti : concéde propítius ; ut ejúsdem immaculáti Cordis festivitátem devóta mente recoléntes, secúndum cor tuum vívere valeámus. Per Dóminum ... in unitáte ejúsdem…

    Dieu éternel et tout puissant, qui avez préparé dans le Coeur de la bienheureuse Vierge Marie une demeure digne du Saint-Esprit, faites, dans votre bonté, qu’en célébrant de toute notre âme cette fête en l’honneur de son cœur immaculé, nous arrivions à vivre selon votre cœur.

    Cette fête a été instituée par Pie XII en 1944, au jour octave de l’Assomption, laquelle octave il a supprimée en 1955.

    Mon bréviaire monastique publié en 1955 (juste avant la suppression des octaves et des vigiles) n’a pas la fête du Cœur Immaculé de Marie. Et je suis bien aise de conclure l’octave de l’Immaculée Conception avec dans l’office des matines un nouvel extrait des sermons de saint Bernard sur l'Assomption… qui peut bien servir aussi pour le Cœur Immaculé :

    Il n'est rien qui me plaise plus, mais en même temps, il n'est point de sujet non plus qui m'inspire plus de crainte à traiter que la gloire de la Vierge Marie. Car, sans parler de l'ineffable privilège de ses mérites et de sa prérogative unique, tout le monde a pour elle, comme il est juste, les sentiments de dévotion et d'amour les plus grands, l'honore et l'exalte à l'envi ; chacun est heureux de parler d'elle, mais quoi qu'on dise sur ce sujet ineffable, par le fait même qu'on a pu le dire, plaît moins, est moins agréable aux auditeurs, et reçoit un moins favorable accueil. Et pourquoi ce que l'esprit de l'homme peut comprendre à cette gloire incompréhensible ne semblerait-il pas trop peu de chose ? Si j'entreprends de louer en elle la virginité, à l'instant se présentent à moi une multitude de vierges. Si je parle de son humilité, il s'en trouve également au moins quelques-uns qui, à l'école de son Fils, ont appris à être doux et humbles de cœur. Si c'est la grandeur de sa miséricorde que j'entreprends d'exalter, il s'offre à la pensée aussitôt quelques hommes, et même des femmes remplis de sentiments miséricordieux. Il n'y a qu'une seule chose où elle est sans modèle et sans imitateurs, c'est l'union des joies de la maternité avec la gloire de la virginité. Marie, est-il dit, a choisi la meilleure part. Nul doute, en effet, que ce ne soit la meilleure, car si la fécondité du mariage est bonne, la chasteté des vierges est meilleure, mais ce qui surpasse l'une et l'autre, c'est la fécondité unie à la virginité, ou la virginité unie à la fécondité. Or, cette union est le privilège de Marie, nulle autre femme ne le partage avec elle, il ne lui sera point ôté pour être attribué à une autre. Il lui est propre, il est en même temps ineffable, si nul ne peut l'obtenir, nul ne peut non plus en parler comme il faut. Mais que sera-ce de ce privilège, si on songe au Fils qu'elle a eu? Quelle langue, fût-ce la langue même des anges, pourra célébrer dignement les louanges de la Vierge Mère, et mère non d'un homme quelconque, mais de Dieu même? C'est une double nouveauté, une double prérogative; c'est un double miracle, mais non moins digne que parfaitement convenable, car de même qu'il ne convenait point qu'une Vierge eût un autre Fils, de même un Dieu ne pouvait naître d'une autre mère.

    Mais pour peu qu'on y fasse attention, on trouvera qu'il y a plus encore, et on verra que les vertus que Marie semblait d'abord partager avec les autres femmes lui conviennent à elle plus particulièrement qu'aux autres. En effet, quelle autre vierge pour sa pureté osera se comparer à celle qui a été digne de devenir le sanctuaire du Saint-Esprit, et la demeure du Fils de Dieu ? Si on estime les choses à leur rareté; la première femme qui résolut de mener la vie des anges sur la terre n'est-elle point au dessus de toutes les autres ? « Comment cela se fera-t-il, dit-elle ? car je ne connais point d'homme (Luc. I, 34). » Quel inébranlable dessein de garder la virginité, que celui que n'a point ébranlé la voix d'un ange lui promettant un Fils! » «Comment cela se fera-t-il, dit-elle? » Ce ne peut être de la manière que les choses se passent ordinairement pour les autres femmes, car, pour moi, je ne connais point d'homme, je ne désire point de fils et n'espère point d'enfant.

    Mais aussi, quelle grande et précieuse humilité, avec une pareille pureté, avec une telle innocence, avec une conscience si bien exempte de tout péché, disons plus encore, avec une telle plénitude de grâce ! O femme bienheureuse, d'où vous vient cette humilité, et une telle humilité? Elle était bien faite pour attirer les, regards du Seigneur, sa beauté était bien propre à exciter les désirs du Roi des rois, et la suave odeur qu'elle exhalait était bien capable d'arracher le fils de Dieu du sein éternel de son père. (...)

    Tels sont les vœux dont nous vous accompagnons autant que nous le pouvons, à votre retour vers votre fils, et dont nous grossissons de loin votre cortège, ô Vierge bénie. Que désormais votre bonté ait à cœur de faire connaître au monde la grâce que vous avez trouvée devant Dieu, en obtenant, par vos prières, le pardon pour les pécheurs, la guérison pour les malades, la force pour les cœurs faibles, la consolation pour les affligés, du secours pour ceux qui sont en péril, et la délivrance pour les saints. Que, dans ce jour de fête et de joie, ô Marie, reine de clémence, vos petits serviteurs qui invoqueront votre très-doux nom, obtiennent les dons de la grâce de Jésus-Christ votre fils, Notre-Seigneur qui est le Dieu béni par dessus tout, dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

  • La Mort-aux-Juifs

    Le 11 août dernier, le Centre Simon Wiesenthal demandait au ministère français de l’Intérieur la suppression du nom du lieu dit « La Mort-aux-Juifs », sur la commune de Courtemaux (Loiret).

    En 1992 déjà le MRAP avait demandé la suppression de ce nom. Le conseil municipal avait refusé, mais les panneaux avaient été enlevés. C’est seulement sur le cadastre qu’on peut voir, depuis lors, ce nom qui fait faussement polémique.

    Faussement, comme l’explique Pierre-Henri Billy, toponymiste, chercheur au CNRS, auteur du "Dictionnaire des noms de lieux de la France", dans un article sans concession, bien que publié par Le Monde. On voit un peu partout, dans le Centre de la France et en Normandie, des lieux dits appelés « La Mort ». Il s’agit d’une mauvaise orthographe du mot « maure », qui désignait une mare. Quant à « Juifs », il vient de jui, qui vient du latin suinus : porcin. La Mort-aux-Juifs, cela veut donc dire la mare au purin de porcs.

    Et à ce lieu-dit on trouve… un élevage de porcs.

    Quant au Centre Wiesenthal, on suppose qu’il n’a plus de nazis à traquer pour s’en prendre aux vieux noms français. Le pire est que le gouvernement, via le sous-préfet, appuie la demande des chasseurs d’antisémites, et que le conseil municipal a promis de se saisir de la question dès la rentrée.

    NB. De même le nom de Villejuif n’a rien à voir avec les juifs. Mais pas davantage avec les cochons. Il s’agit soit de Villa Juvius (par Villa-Judea) soit de Villa Gesedis (par VIllegie).

  • Palestine

    Propos du P. Malawal Musallam, longtemps curé de la paroisse catholique de Gaza, aujourd’hui directeur d’une école dans la bande de Gaza :

    « Par ses actions actuelles, Israël ne se défend pas, mais défend son occupation de la Palestine. Israël n’est pas disposé à mettre fin à l’occupation de la Palestine. Son seul but est le développement, le progrès et a sécurité de ses habitants. Les dirigeants israéliens se rendent compte que répandre la peur parmi leur propre peuple est la seule façon de le convaincre qu’ils ne doivent pas se retirer de Palestine. Ils ont convaincu le peuple qu’ils doivent rester là pour assurer sa sécurité. »

    A propos des discussions du Caire entre Israéliens et Palestiniens, le P. Musallam déclare :

     « Au Caire, les Palestiniens n’ont pas de visées stratégiques : ils ne discutent pas du retrait israélien, du retour de Jérusalem ou du problème des colonies. Ils demandent seulement l’accès à la mer, l’ouverture au commerce, du travail, pouvoir nourrir leurs enfants. Ils veulent vivre, mais Israël empêche cela. C’est une question de droits de l’homme. »

  • Sainte Jeanne de Chantal

    "Acte d’abandon"

    O bonté souveraine de la souveraine providence de mon Dieu, je me délaisse pour jamais entre vos bras ; soit que vous me soyez douce ou rigoureuse, menez-moi désormais par où il vous plaira. Je ne regarderai point les chemins par où vous me ferez passer, mais vous, ô mon Dieu, qui me conduisez ; mon cœur ne trouve point de repos hors des bras et du sein de cette céleste Providence, ma vraie mère, ma force et mon rempart ; c'est pourquoi je me résous moyennant votre aide divine, ô mon Sauveur, de suivre vos désirs et ordonnances sans jamais regarder où éplucher les causes pourquoi vous faites ceci plutôt que cela, mais à yeux clos je vous suivrai selon vos volontés divines sans rechercher mon propre goût ; c'est à quoi je me détermine de laisser tout faire à Dieu, ne me mêlant que de me tenir en repos entre ses bras, sans désirer chose quelconque, que selon qu'il m'incitera à désirer, à vouloir et à souhaiter.

    Je vous offre ce désir, ô mon Dieu, vous suppliant de le bénir, entreprenant le tout appuyé sur votre bonté, libéralité et miséricorde, en la totale confiance en vous et défiance de moi et de mon infinie misère et infirmité.

    Amen

  • A propos de James Foley

    Les jihadistes ont publié une vidéo montrant la décapitation du journaliste américain James Foley.

    Le Salon Beige rappelle que lorsqu’il avait disparu, la presse avait attribué son enlèvement au régime syrien. « Un journaliste américain aux mains de Bachar al-Assad », titrait Libération, sans avoir le commencement du moindre indice en ce sens, et pour cause. Mais à l’époque tous les grands médias, comme le gouvernement, soutenaient sans réserve les héros de la rébellion contre Assad. Donc ils ne pouvaient pas avoir enlevé un journaliste. Puisque ce n’était pas les gentils, c’était forcément le méchant.

    Le Salon Beige évoque également la foi catholique de James Foley.