Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Etats-Unis

  • Une victoire de la vie au Texas

    Le projet de loi restreignant fortement l’avortement a été adopté hier soir au Sénat du Texas par 19 voix contre 11.

    Il s’agit du projet de loi qui avait été bloqué par l’obstruction des démocrates le 25 juin dernier. Le gouverneur Rick Perry avait alors convoqué une séance extraordinaire du parlement. Le projet avait de nouveau été adopté par les députés mercredi.

    « Aujourd'hui, le parlement du Texas a franchi la dernière étape de notre effort historique pour protéger la vie », a déclaré Rick Perry.

    En raison de l’arrêt fédéral Roe contre Wade, la loi votée permet toujours l’avortement jusqu’à 20 semaines de grossesse. Mais elle édicte tant de conditions qu’elle rend l’avortement relativement difficile. Notamment, les avortoirs doivent devenir de vrais centres de chirurgie ambulatoire, et les médecins avorteurs doivent avoir un « privilège d’admission » dans un hôpital situé à moins de 50 km de l’avortoir.

    Les partisans de la culture de mort affirment que ces conditions vont conduire à la fermeture de 37 des 42 avortoirs de l’Etat. Ils affirment aussi que la loi sera annulée en justice, car elle bat trop en brèche l’arrêt Roe contre Wade. Mais des mesures similaires ont déjà été prises dans d’autres États.

    L’importance de la loi votée hier tient au fait que le Texas est le deuxième Etat le plus peuplé des Etats-Unis.

     

  • A propos de deux décisions de la Cour suprême

    La Cour suprême des Etats-Unis a invalidé la disposition de la loi fédérale de défense du mariage qui ne permet pas aux paires de même sexe légalement « mariées » de bénéficier des mêmes avantages que les couples mariés.

    La décision est évidemment saluée comme une victoire du lobby, mais en fait elle est simplement logique, et elle était inévitable en droit : dans la mesure où certains Etats reconnaissent le « mariage » homosexuel, il est en effet contraire à l’égalité que, dans ces Etats, les « mariés » homosexuels n’aient pas les mêmes droits que les mariés « hétérosexuels ». Car c’est de cela qu’il s’agissait : le recours émanait d’une femme qui avait dû payer des droits colossaux pour « hériter » d’une femme avec laquelle elle était légalement « mariée ».

    La Cour suprême devait aussi se prononcer sur la loi californienne interdisant le « mariage » homosexuel. Elle a décidé que les militants contre le « mariage » homosexuel qui avaient fait appel contre un jugement avalisant la loi n’avaient pas le droit de le faire. Ce qui rend donc de nouveau légal le « mariage » homosexuel en Californie.

    Dans l’un comme dans l’autre cas, la Cour suprême ne se prononce pas sur le « mariage » homosexuel, ou sur le mariage en général. Mais ses décisions vont comme par hasard dans le sens voulu par l’idéologie dominante, et le président…

  • Le grotesque pathétique des partisans de la culture de mort au Texas

    Le Sénat du Texas devait voter mardi une proposition de loi de sénateurs républicains interdisant l’avortement après 20 semaines de grossesse et obligeant les avortoirs à être de vrais centres chirurgicaux aux normes.

    C’était le dernier jour de la session. Alors une femme sénateur s’est lancée dans un discours fleuve de 11 heures destiné uniquement à empêcher le Sénat de pouvoir voter avant la fin de la session : le jour même à minuit.

    Peu avant minuit, le vice-gouverneur a fait remarquer que le discours n’avait plus rien à voir avec la proposition de loi et a décidé qu’on devait passer au vote. Mais celui-ci s’est terminé après minuit…

    Les partisans de la culture de mort (ceux qui trouvent normal de découper les bébés dans le ventre de leurs mères) crient victoire, après avoir été alertés par un tweet d’Obama en personne…

    S’ils s’imaginent que le gouverneur Rick Perry va abandonner la partie, c’est qu’ils ne le connaissent pas. Non seulement la proposition de loi pourra revenir, mais le gouverneur peut imposer une session extraordinaire…

  • L’avortement aux Etats-Unis

    Les députés américains ont adopté mardi, par 228 voix contre 196, une proposition de loi interdisant l’avortement… après la 20e semaine de grossesse… sauf en cas de viol ou d’inceste.

    Selon Radio Canada, qui titrait « Charge républicaine contre l’avortement », c’est « l’un des projets de loi les plus sévères contre l’interruption volontaire de grossesse ». Sic.

    Quoique votée par la majorité des députés, cette proposition de loi n’a aucune chance d’aboutir. Car elle sera rejetée par le Sénat à majorité démocrate, et de toute façon la Maison Blanche a fait savoir que le président opposerait son veto.

    Car on doit pouvoir tranquillement massacrer les enfants dans le ventre de leurs mères, même après la 20e semaine, par empoisonnement et démembrement.

    Et rien ne doit pouvoir limiter l’industrie lucrative de l’avortement, vigoureusement soutenue par le président Obama qui, invité au dernier congrès du Planning familial, avait terminé son allocution (là comme ailleurs, mais là cela prenait un sens particulier) par : « Dieu vous bénisse »…

  • Dieu bénisse les avorteurs…

    Barack Obama a participé au gala du Planning familial américain. Dans son allocution, il a fait l’éloge de cette organisation qui pratique 300.000 avortements par an, et il a conclu : « Dieu vous bénisse ! »

  • Au Dakota du Nord

    Le gouverneur du Dakota du Nord, Jack Dalrymple, a signé et promulgué trois lois pro-vie d’un coup. Trois lois qui entreront en application le 1er août prochain, sauf si elles sont combattues devant la justice de l’Etat et la Cour suprême, ce qui est plus que probable.

    Il a signé la loi que j’évoquais le 23 mars, qui exige pour tout avortement la présence d’un spécialiste en gynécologie-obstétrique titulaire d’un « privilège d’admission » en milieu hospitalier. Si cette loi passe l’épreuve de sa remise en cause judiciaire, elle pourra à elle seule mettre fin concrètement aux avortements, puisqu’il n’y a qu’un seul avortoir dans cet Etat, et qu’il n’a aucun spécialiste hospitalier. (En théorie on peut en trouver un, mais ce ne sera pas facile, car déjà les avorteurs viennent d’un autre Etat, aucun médecin du Dakota du Nord ne voulant faire cette sinistre besogne…)

    Il a signé une loi qui interdit les avortements réalisés uniquement pour des raisons génétiques ou dans le but de choisir le sexe de l'enfant.

    Et il a signé une loi qui interdit tout avortement dès le premier battement de cœur du fœtus. Cette disposition est également en cours d’adoption dans l’Arkansas et dans le Mississipi. Mais elle sera sans doute annulée par la Cour suprême, car elle revient à interdire l’avortement à six semaines, et la Cour suprême veille au respect de l’arrêt Roe contre Wade…

    Quoi qu’il en soit, bravo aux députés et aux sénateurs et au gouverneur du Dakota du Nord pour leur détermination permanente dans le combat pour la vie.

  • Big Brother

    Déclaration de Mitt Romney, hier :

    « Le monde a besoin d'un leadership américain. Le Proche-Orient a besoin d'un leadership américain, et j'ai l'intention d'être un président qui incarne ce leadership que l'Amérique respecte et qui nous vaut d'être admirés partout dans le monde. Quand on regarde le monde aujourd'hui, on dirait que nous sommes à la merci des événements au lieu de les susciter. Or, une des qualités essentielles de l'Amérique est de susciter les événements. »

  • Le choix entre les islamistes et le cardinal

    La Convention nationale du parti démocrate s’ouvrira par une « jumah » (la prière collective musulmane du vendredi), où officieront quelques islamistes notoires.

    jumah_s640x427.jpg


    A la Convention nationale du parti républicain, c’est le cardinal Timothy Dolan, archevêque de New York et président de la conférence épiscopale, qui prononcera la prière de bénédiction. Il avait dit qu’il accepterait l’invitation des deux partis.

    Dolan.jpg

    Au moins, le choix est facile à faire.

    (Non, ce n’est pas une blague.)

    Addendum 28 août

    Finalement le cardinal Dolan ira également donner sa bénédiction à la Convention démocrate. (Mais il n'y aura pas de Jumah à la Convention républicaine.)

  • Et hop

    Le 27 juillet, Mgr Salvatore Cordileone a été nommé archevêque de San Francisco. Le 29, il a célébré pontificalement une messe selon la « forme extraordinaire » à Napa.

    Vatican Insider note que la nomination de Mgr Cordileone est vue comme une « provocation » dans la ville « la plus anticonformiste », qui est seulement un exemple de la pire décadence occidentale. Au point qu’il a fait scandale, dans la conférence de presse qu’il a tenue à la cathédrale de San Francisco après sa nomination, en disant que le mariage ne peut résulter que d’un lien entre un homme et une femme et qu’il ne peut pas comprendre en quoi cela peut être considéré comme une discrimination…

  • Petits pas en Louisiane

    Le gouverneur de Louisiane, Piyush “Bobby” Jindal, a promulgué deux lois qui limitent un peu la barbarie de la culture de mort dans son Etat. L’une interdit l’avortement après 20 semaines, l’autre interdit l’euthanasie pour les malades qui ne sont pas en phase terminale et pour les handicapés graves.

    Le gouverneur avait déjà promulgué une loi qualifiant de crime l’avortement pratiqué par un médecin qui n’a pas la licence pour exercer la médecine en Louisiane (sic), et une loi rendant obligatoire une échographie (avec battements de cœur du fœtus) avant tout avortement.

    On notera d’une part que ce gouverneur républicain est le fils d’immigrants hindous, converti au catholicisme.

    On notera d’autre part que les deux dernières lois (les deux premières chronologiquement) sont des initiatives de sénateurs démocrates, les deux autres de parlementaires républicains.

    (Americatho)

  • La Caroline du Nord contre le « mariage » homosexuel

    dt.common.streams.StreamServer.jpg

    La Caroline du Nord est devenue le 30e Etat américain à inscrire dans sa Constitution que le mariage est une union entre un homme et une femme. Les citoyens de l’Etat ont voté l’amendement à une large majorité (58% selon les résultats provisoires).

    Cet amendement renforce la loi qui interdit déjà le mariage entre personnes de même sexe, comme dans 9 autres Etats.

    Des membres du cabinet de Barack Obama avaient carrément fait campagne en faveur du mariage des paires, et Bill Clinton avait enregistré un message téléphonique demandant aux gens de ne pas voter l’amendement. Mais les défenseurs du mariage s’étaient fortement mobilisés, et les journaux avaient publié sur une pleine page le témoignage de Billy Graham, 93 ans, soulignant que dans la Bible Dieu définit le mariage comme l’union d’un homme et d’une femme.

  • A propos de Rick Santorum

    Comme à chaque élection américaine, des Français prennent vigoureusement parti pour tel ou tel candidat. Dans les primaires du parti républicain, Rick Santorum semble avoir les faveurs des catholiques traditionalistes. Sur son blog Américatho, Daniel Hamiche prend fait et cause, ouvertement, et massivement, pour cet ex-sénateur catholique paré de toutes les vertus.

    Je constate toutefois que n’a pas été donné d’explication à cette objection qui a été faite à Daniel Hamiche sur son blog Americatho :

    « Un blog en langue anglaise nous donne un indice, et indique qu’il y a six ans, malgré que Rick Santorum soit contre l’avortement, il a soutenu un sénateur juif, franc-maçon 33e degré, pro-avortement, Arlen Specter, contre Pat Toomey, candidat anti-avortement (!) : ce soutien est « inexplicable ». Specter est connu pour son hostilité à toute tentative de revenir sur la décision judiciaire Roe vs. Wade ayant abouti à la légalisation de l’avortement. »

    Cette information se trouve aussi sur la fiche Wikipedia concernant Arlen Specter. On y lit aussi que l'année suivante (en 2005), Arlen Specter devenait président de la commission judiciaire du Sénat, celle qui nomme les juges à la Cour suprême (ce qui lui permettait d'empêcher la nomination d'un juge pro-vie), et devenait aussi le "porte-parole de la résistance du Congrès à la menace du président Bush de recourir à son droit de veto contre la loi visant à développer le financement fédéral de la recherche sur les cellules souches embryonnaires".

    Tel est donc l'homme que Rick Santorum a fait élire en 2004 (il avait remporté la primaire de justesse).

    D'autre part je pense que Rick Santorum est un danger pour la planète, quand je l'entends dire qu'"il n'y a pas de Palestiniens" en Cisjordanie, mais seulement des Israéliens, parce que c'est "un territoire israélien", alors que même l'Etat d'Israël reconnaît l'existence de Palestiniens et ne considère pas la Cisjordanie comme un territoire purement et simplement israélien. Ou quand il promet que s’il est élu il bombardera les sites nucléaires iraniens…

  • "Mariage" homosexuel : Obama s’engage à fond

    Dans un communiqué, le ministre américain de la Justice Eric Holder indique que le président Obama considère que la loi fédérale de 1996 sur le mariage (« union d’un homme et d’une femme ») est inconstitutionnelle (parce que « discriminatoire »). « En conséquence, le président a ordonné au ministère de la Justice ne plus défendre cette loi » lorsque les homosexuels veulent faire reconnaître leur mariage devant les tribunaux.

  • L’Obamacare abrogé par la chambre des représentants

    Les députés américains ont adopté par 245 voix contre 189 le “projet de loi d'abrogation de la loi sur la couverture maladie destructrice d'emplois”. Les républicains ont ainsi rempli leur promesse.

    Mais il est très peu probable que le texte soit voté par le Sénat, et, s’il l’était, Obama y opposerait son veto.

  • Un premier juge contre l’ObamaCare

    Un juge fédéral de Virginie, Henry Hudson, a déclaré inconstitutionnelle la réforme du système d'assurance-maladie d’Obama. C’est le premier magistrat à se prononcer contre la législation, qui a été confirmée par deux autres juges en Virginie et dans le Michigan.

    Le ministre de la Justice de Virginie Ken Cuccinelli a entamé une action en justice contre le texte exigeant que les citoyens souscrivent une assurance santé sous peine d'être financièrement sanctionnés à compter de 2014. Il considère (logiquement) que le gouvernement fédéral n'a pas constitutionnellement autorité pour imposer une telle exigence.

    D'autres procédures judiciaires sont en cours, notamment une en Floride.

    Et cela se terminera, Dieu sait quand, devant la Cour suprême.

  • Le choc significatif de deux nouvelles

    Mercredi, Hillary Clinton, présentant le rapport annuel du département d’Etat sur les libertés religieuses dans le monde, a épinglé… l’Europe :

    "Plusieurs pays européens ont appliqué des restrictions sévères à l'expression religieuse."

    Son adjoint chargé des droits de l'homme, Michael Posner, a ensuite cité l'interdiction de construire des minarets en Suisse et l'interdiction de la burqa.

    Aujourd’hui, on apprend que le Congrès ne fait aucune objection à la vente d’armes à l’Arabie saoudite. Le gouvernement Obama avait notifié cette vente le 20 octobre au Congrès, qui avait un mois pour éventuellement réagir. Il s’agit d’un contrat de 60 milliards de dollars, la plus grande vente d’armes jamais réalisée par les Etats-Unis.

  • Une Chambre pro-vie

    Américatho livre cette réflexion du député Chris Smith sur la Chambre des représentants après les élections :

    « Le peuple Américain s’est exprimé, vient-il de déclarer, et il a remplacé 38 membres pro-avortement par des membres pro-vie, il a remplacé 14 membres peu fiables par 14 représentants pro-vie fiables. Sur les 93 nouveaux élus, 77 sont engagés dans la défense de l’enfant à naître. Ce mois de janvier va marquer le commencement de la Chambre sans doute la plus pro-vie qui ait jamais existé. C’est un nouveau message adressé au président Obama : le peuple américain ne se laissera pas duper par les trucs comptables et les Décrets présidentiels bidons d’Obama. Ils attendent de leurs élus qu’ils soient fermes pour la vie et intraitables. »

  • La dérive des PNN

    Certains sont obsédés par les « points non négociables » (qu’ils appellent maintenant « PNN ») au point d’en faire le seul critère politique, l’alpha et l’oméga du combat politique. Ce qui les conduit fatalement à dérailler.

    Un exemple, sur le blog Americatho de Daniel Hamiche (pour qui j’ai la plus grande estime). Il souligne que le catholique républicain John Boemer va devenir président de la Chambre des représentants, et qu’il a affirmé, avant et après l’élection, qu’il n’aura de cesse de faire abroger l’ObamaCare. Cela semble difficile, dit Daniel Hamiche, qui poursuit : « Il me semble qu’il serait plus habile de tenter de faire voter une loi “constitutionnalisant” l’amendement Hyde, de telle sorte qu’au plan moral on soit bien assuré que l’ObamaCare – ou ce qu’il en restera d’ici à deux ans – ne puisse absolument pas financer l’avortement sur l’argent des impôts. »

    Ainsi le financement de l’avortement, qui n’est objectivement qu’un détail* dans l’ObamaCare, devient l’essentiel. Au point que si l’on peut le retirer, on accepte cette loi.

    Alors que c’est l’ensemble de la loi qui est une monstruosité, tant selon les traditions américaines que selon la doctrine sociale de l’Eglise.

    * J’utilise ce mot à dessein. Comprenne qui pourra.

  • L’Oklahoma interdit de juger selon la charia

    Parmi les divers votes qui accompagnaient les élections américaines, celui-ci mérite d’être connu. Les électeurs de l’Oklahoma devaient se prononcer sur la « proposition 755 », qui visait à inscrire dans la Constitution de l’Etat l’interdiction faite aux juges de s’inspirer du droit international ou de la charia quand ils prennent une décision.

    L’auteur principal de la proposition était le député Rex Duncan, qui ne veut pas voir son Etat suivre les traces du Royaume-Uni, rongé par le « cancer » de la charia, et alors que les juges américains « libéraux » commencent à prendre la charia en considération lorsqu’ils jugent des musulmans.

    La proposition était cosignée par le député Lewis Moore et le sénateur Anthony Sykes.

    Elle a été adoptée par 70 % des votants (il y en avait près d’un million).

  • Les élections aux Etats-Unis

    Une remarquable analyse sur Le Salon Beige.

    Il manque seulement une analyse (impossible à réaliser à chaud) de l’impact du Tea Party. Certains républicains craignaient en effet que l’émergence de candidats républicains inconnus propulsés par le Tea Party provoque l’élection de personnalités démocrates et mette en péril le mouvement de reconquête républicaine du Congrès. Il n’en a rien été, alors que l’égérie du Tea Party, Christine O'Donnell, a été sévèrement battue dans le Delaware. Ou bien il y avait très peu de ces inconnus du Tea Party en lice, ou bien il en a été élu davantage que les deux dont on parle (Marco Rubio et Rand Paul).

    Réponse partielle dans l'analyse mise à jour du Salon Beige:

    La facture du "Tea Party" est assez lourde, l'émergence de candidats passionnés mais inexpérimentés a fait perdre aux Républicains des sièges de sénateur qu'ils auraient pu gagner avec des candidats plus établis (Delaware, Nevada, peut-être Colorado).