Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vietnam

  • Vietnam : le parti communiste verrouille

    La nouvelle Constitution du Vietnam a été adoptée à l’Assemblée nationale par 486 voix sur 488. Le président de l’Assemblée a souligné que la volonté du Parti qui venait de s’exprimer dans le texte de la loi fondamentale était en totale harmonie avec les souhaits et les aspirations du peuple…

    Non seulement aucune des propositions émanant de la société civile, des évêques, des autorités bouddhistes, n’a été prise en compte, ni même évoquée, mais la nouvelle Constitution renforce encore le pouvoir absolu du parti communiste.

  • Le gouvernement vietnamien s’en prend à l’évêque de Vinh

    Les autorités vietnamiennes, avec l'appui des médias aux ordres, ont lancé une nouvelle attaque violente contre le diocèse de Vinh et Mgr Paul Nguyen Thai Hop, « coupable » de demander la libération de deux paroissiens emprisonnés depuis des mois sans motif. Dans un reportage de 10 minutes diffusé dimanche par la télévision d'Etat, l’évêque a été accusé de « mentir, d’enfreindre la loi pour inciter à la révolte ». Les catholiques sont accusés d'avoir transformé artificiellement une question de droit en un cas de soi-disant « persécution religieuse ». Et la campagne de diffamation a été suivie de menaces contre la communauté catholique de My Yen et Nghe An, avec la promesse de « nouvelles arrestations » si la protestation continuait.

    En outre, le vice-président du Conseil des télécommunications a écrit à l’évêque pour exiger, sous peine de poursuites, qu’il ferme le site internet du diocèse, qui fonctionne sans autorisation du gouvernement (autorisation qui n’a jamais été accordée à une quelconque institution de l’Eglise).

  • Record de vocations au Vietnam

    Les séminaires croulent sous les demandes et sont trop petits pour accueillir tous les candidats au sacerdoce, qui sont soigneusement sélectionnés.

    A ce propos, on lit dans l’article très documenté d’Eglises d’Asie cette curieuse notation : « ils restent souvent lourdement marqués par des ambitions mondaines ». Oui, il s’agit des candidats au sacerdoce. Au Vietnam. Etre prêtre est donc prestigieux dans ce pays où les chrétiens sont une minorité et où l’appareil d’Etat est communiste ?

  • La mesquinerie anticatholique des autorités vietnamiennes

    Le critique littéraire Nguyên Hoang Duc, ancien fonctionnaire du Bureau des Affaires religieuses de la Sécurité publique du Vietnam, important témoin dans le procès de béatification du cardinal François-Xavier Nguyên Van Thuân, a été empêché par les autorités de se rendre à Rome pour la cérémonie de clôture de l’enquête diocésaine de béatification du cardinal. Arrivé à l’aéroport de Hanoï dans la soirée du 2 juillet pour prendre l'avion, on lui a signifié qu’il lui était interdit de sortir du territoire. Sans motif.

  • Le Vietnam catholique en fête

    Le cardinal Agostino Vallini, vicaire du pape pour le diocèse de Rome, préside aujourd’hui la cérémonie de clôture de la phase diocésaine du procès de béatification du cardinal François Xavier Nguyen Van Thuan (1928-2002). Au Vietnam, « tous les catholiques rayonnent de joie », et des fêtes et des célébrations sont organisées dans tous les diocèses.

    Qu’est-ce que ce sera quand il sera béatifié !

  • Vietnam : la persécution des Montagnards continue

    Un tribunal vietnamien a condamné un groupe de Montagnards (membres des ethnies des hauts plateaux) à des peines de 3 à 11 ans de prison pour « menaces à l’unité de l’Etat ». Certains sont accusés de connivences avec des groupes d’exilés pour constituer un Etat montagnard indépendant, d’autres sont accusés d’avoir incité les Montagnards à protester contre la déportation de villageois pour cause d’installation d’un barrage hydroélectrique. En réalité, les 8 condamnés sont coupables de faire partie d’une organisation catholique « non reconnue », et de prendre au nom de leur foi la défense des minorités ethniques opprimées par le gouvernement communiste.

    (Asianews)

  • Au Vietnam

    Au procès en appel de 8 jeunes chrétiens vietnamiens condamnés pour « activités visant à renverser le pouvoir populaire », les peines de quatre d’entre eux ont été confirmées, celles de quatre autres plus ou moins réduites, surtout celle du plus célèbre d’entre eux, le blogueur catholique Paulus Lê Van Son, qui voit sa peine réduite de 13 à 4 ans de prison.

    Les avocats protestent contre ces sentences et dénoncent le fait que la cour ait confirmé que « toute demande de pluralisme soit toujours une violation de la loi » et que « toute protestation pacifique soit toujours un crime ».

    Le Vietnam reste systématiquement sourd aux appels de la communauté internationale comme à ceux de l’Eglise. Au contraire, la répression s’intensifie. En février, 38 autres blogueurs ont été arrêtés.

    Le 19 mai, une messe aux intentions des blogueurs emprisonnés a été célébrée à la paroisse de Thai Ha (connue pour ses démêlés fonciers avec les autorités), à laquelle assistait un millier de fidèles.

    (Eglises d’Asie, Asianews)

     

     

  • Ils osent…

    Hoang Van Ngai, responsable de l’Eglise évangélique du Vietnam du Sud (reconnue par l’Etat), est mort en détention le 17 mars dernier. Il se serait suicidé en « mettant volontairement ses doigts dans une prise de courant ». Sa famille conteste ouvertement la version officielle et réclame une enquête.

    Hoang Van Ngai et plusieurs membres de sa famille (des Hmongs honnis du régime) avaient été arrêtés le 14 mars. Son frère était dans la cellule voisine. Le 17 à trois heures du matin, il a entendu les bruits d’un passage à tabac dans la cellule de son frère, puis il l’a vu tiré de sa cellule : « Il était complètement inerte, comme mort, et portait des marques violettes sur le cou. »

    Sa famille souligne que plus de 300 témoins ont vu le corps de Ngai « portant différentes ecchymoses et contusions, des coupures profondes et dont le crâne avait été fracassé ». C’est pourquoi elle a présenté une lettre au chef de la police locale, demandant une enquête approfondie. Avec l’appui de l’ONG Christian Silidarity Worldwide : « La victime peut être morte suite aux tortures subies alors qu’elle se trouvait en garde-à-vue. Nous demandons une enquête sérieuse et des mesures permettant de garantir le droit à la liberté religieuse, afin de prévenir de nouvelles violations à l’encontre des croyants. »

    (Fides)

  • Vietnam : les autorités inventent un prêtre…

    Les autorités communistes vietnamiennes avaient imprudemment lancé une consultation populaire sur leur projet de réforme de la Constitution. Ils n’imaginaient pas que cela se transformerait en un vaste mouvement de contestation du régime. Notamment par la « requête des 72 », rapidement signée par des milliers de personnes, ou la lettre ouverte de la Conférence épiscopale…

    Les autorités tentent par tous les moyens de redresser la barre. Le 26 mars a été diffusée à la télévision une émission ainsi annoncée : « Le rôle dirigeant du Parti communiste à l’égard du pays et de la société ne peut être nié ; telles sont les opinions des responsables religieux de Bac Ninh. »

    Parmi ces responsables, il y avait deux dignitaires bouddhistes (ou supposés tels), puis un prêtre catholique : « le prêtre Nguyên Quôc Hiêu, président du Comité d’union du catholicisme pour la province de Bac Ninh ». Lequel en effet ne nia pas la légitimité du rôle dirigeant du parti communiste, ni les bienfaits de la collectivisation des terres… et proposa un amendement à la Constitution : au lieu de dire : « Personne ne peut violer la liberté de croyance et de religion ou les utiliser pour enfreindre la loi », il faudrait dire : « Il est strictement interdit de violer… ».

    On voit que ce prêtre s’inscrivait très exactement dans le cadre de la propagande du régime.

    Mais quand les catholiques ont voulu en savoir davantage sur lui, ils se sont rendu compte qu’il s’agissait… d’un laïc, membre des organisations officielles de sa province (Front patriotique et Comité populaire), et que son « Comité d’union des catholiques de Bac Ninh » est un groupe fantoche inféodé au régime, dans lequel il n’y a aucun prêtre…

  • Les évêques du Vietnam donnent de la voix

    « Les évêques catholiques du Vietnam transmettent leurs remarques et contributions au sujet du projet d’amendement de la Constitution de 1992 (amendement 2013) ». C’est le titre même du document, effectivement remis le 1er mars au comité de rédaction du projet d’amendement, et qui ne passe pas inaperçu, car les évêques y demandent la suppression de l’article 4, celui qui stipule que le parti communiste est « la force dirigeante de l’Etat et de la société ». Or quiconque, jusqu’à ces dernières semaines, osait tenir un tel propos était passible d’une peine de prison. Mais le tabou vient de sauter, grâce à la « Requête pour une refonte de la Constitution », conçue à l’origine par 72 intellectuels, et bientôt signée par de nombreuses personnalités, dont l’évêque président de la commission Justice et Paix de l’épiscopat. Ils furent bientôt 800, puis des milliers de signataires. Le 7 février, la requête a été rejetée, parce que la consultation populaire ne porte que sur les amendements proposés par l’Assemblée… Mais aucun signataire n’a été traîné en justice.

    Le texte des évêques sera rejeté pour la même raison. Mais il restera historique.

    Ce texte est d’ailleurs intéressant en lui-même, car les évêques montrent très bien pourquoi les constitutions des pays communistes peuvent avoir l’air de constitutions parfaitement démocratiques garantissant toutes les libertés alors qu’il s’agit concrètement de dictatures. C’est que les libertés ne peuvent se comprendre que par rapport à l’article qui stipule le rôle dirigeant du parti unique marxiste-léniniste dans l’Etat et la société…

  • Vietnam : la requête rejetée

    Le pouvoir communiste vietnamien avait décidé d’amuser la galerie (et de se faire bien voir de la communauté internationale) en annonçant des amendements à sa Constitution. L’Assemblée nationale était donc chargée d’élaborer les amendements, et le peuple était convié à donner son avis (on ne rit pas). Un groupe de citoyens a pris le pouvoir au mot, et a produit une « Requête pour une refonte de la Constitution ». Laquelle recevait aussitôt la signature de 800 personnalités diverses (dont trois évêques). Le texte de la Requête a été remis le 3 février au bureau de l’Assemblée nationale, muni désormais de 2.500 signatures (il y en a aujourd’hui plus de 4.000).

    Le 7 février, la commission de l’Assemblée chargée des amendements a répondu aux auteurs de la requête que celle-ci était irrecevable parce que la consultation populaire portait uniquement sur les amendements proposés par l’Assemblée…

    Toute ressemblance avec un pays théoriquement non communiste ne serait néanmoins peut-être pas fortuite.

  • Vietnam : les 800 contre la Constitution

    C’est un événement au Vietnam, même si le pouvoir fait ce qu’il peut pour l’effacer : quelque 800 personnalités du monde de la culture, de la politique (d’anciens responsables, forcément), de la religion, ont signé une lettre ouverte intitulée « Requête pour une refonte de la Constitution », censurée sur les sites internet du pays mais disponible ailleurs sur la toile.

    Le pouvoir communiste avait proposé des amendements à la Constitution, et demandait au peuple de donner son avis. Un exercice de pure propagande : il s’agit d’amendements cosmétiques, qui ne changent rien au régime communiste, la proposition ayant pour seul but de faire croire qu’on consulte le peuple.

    Mais diverses personnalités ont pris le pouvoir au mot et proposent, non pas des réformes qui n’en sont pas, mais de véritables modifications de la Constitution, des modifications qui suppriment en fait le régime communiste… Et ils le font en donnant leurs noms. Parmi les signataires on note Mgr Nguyen Thai Hop, évêque de Vinh, président de la commission épiscopale « justice et paix », le P. Marie-Joseph Le Quoc Thang, membre de la même commission, le P. Huynh Cong Minh Jean-Baptiste, vicaire épiscopal de l’archidiocèse de Ho Chi Minh Ville.

    Les signataires demandent la suppression de l’actuel article 4 qui stipule que « le parti communiste vietnamien est la force dirigeante de l'État et de la société ». Ils demandent la suppression de l’article qui définit la propriété collective de la terre. Ils demandent la suppression de la mission de l’armée de protection du parti communiste : l’armée doit protéger le territoire national, pas un parti politique…

    Naturellement, ces points-là sont par principe exclus du débat. Mais on peut se demander pour combien de temps, lorsque 800 personnalités défient publiquement le pouvoir. Et il s’agit seulement des 800 premiers signataires. La pétition a vocation à rassembler de très nombreuses signatures. La fédération des étudiants catholiques vient de demander à ses membres de signer la lettre.

    (Eglises d'Asie, Asianews)

  • Notre-Dame de La Vang

    VietnamLe 15 août ont été posées les 27 premières pierres de la future nouvelle basilique Notre-Dame de La Vang, au Vietnam, en présence du président de la Conférence épiscopale du Vietnam, Mgr Pierre Nguyên Van Nhon, qdu représentant du Saint-Siège au Vietnam, Mgr Leopoldo Girelli, de l’archevêque du lieu, Mgr Etienne Nguyên Nhu Thê, de seize évêques, de centaines de prêtres et de plus de 200 000 pèlerins. Les 27 pierres symbolisent les 26 diocèses vietnamiens, la 27e représentant la participation de l’ensemble de la diaspora catholique vietnamienne dans le monde.

    Le terrain du sanctuaire de La Vang et ses bâtiments en ruine, où continuaient à se rendre les fidèles chaque 15 août, ont été restitués à l’Eglise en 2008.

    On a voulu que la forme architecturale du nouveau sanctuaire « soit en harmonie avec la culture vietnamienne ». Ce n’est pas une raison pour qu’il ne ressemble en rien à une église…

  • Les catholiques vietnamiens manifestent

    Plus de 10.000 catholiques ont manifesté dimanche dans le diocèse de Vinh pour protester contre les attaques antichrétiennes, qui ont culminé dans celles de Con Coung.

    Dans dix autres diocèses il y a eu diverses manifestations, avec des catholiques portant des banderoles réclamant le respect de la liberté religieuse, affirmant leur détermination à protéger l’Eglise, ou dénonçant les autorités de Con Coung « qui ont détruit une statue de la Vierge Marie ».

    image_large.jpg

    La veille des manifestations, samedi, des blindés armés avaient pris position devant l’évêché de Vinh pour intimider les fidèles, tandis que des bandes de voyous payés par les autorités faisaient le tour des églises, avec des patrouilles de la police, en proférant des menaces.

  • Catholiques agressés au Vietnam

    Plusieurs dimanches du mois de juin dernier, des groupes mobilisés par les autorités locales sont venus empêcher la célébration de la messe dominicale dans la chapelle catholique de Con Cuông (district de la province du Nghê An, dans le diocèse de Vinh).

    Samedi soir, ils ont violemment attaqué les fidèles. Une femme a été hospitalisée avec une fracture du crâne.

    Les agresseurs sont payés 25 dollars par les autorités locales, en dédommagement de leur « travail ».

  • Vietnam

    Quatre étudiants vietnamiens, incarcérés depuis août 2011 pour trois d’entre eux, et décembre pour le quatrième, ont été condamnés à des peines de prison allant de 18 à 42 mois, suivies d’une période de résidence surveillée, au titre du fameux article 88 qui punit la « propagande contre l’Etat ». Ces étudiants étaient accusés d’avoir distribué des tracts critiquant le gouvernement. En fait ils étaient dans le collimateur du pouvoir comme militants catholiques sur tous les fronts : site internet Vietnam Redemptorist News (dont quatre autres collaborateurs ont été arrêtés l’an dernier), mouvements pro-vie, aide aux femmes enceintes et aux orphelins, don du sang, etc.

    Pendant l’audience, des centaines de catholiques, dont plusieurs prêtres, s’étaient massés devant le tribunal, priant le chapelet et protestant contre l’arbitraire judiciaire et l’atteinte à la liberté d’expression.

    Les familles des condamnés ont annoncé leur intention de faire appel.

  • L’avortement au Vietnam

    En marge du congrès franco-vietnamien de gynécologie et d’obstétrique, un médecin de la maternité Tu Du de Ho Chi Minh Ville déclare à l’agence AsiaNews qu’au Vietnam « le nombre d’avortements est extrêmement préoccupant ». le nombre d’avortements déclarés est de 700.000 par an. Il y en a 100.000 par an dans la seule capitale (qui compte 8,3 millions d'habitants): le même nombre que de naissances. Mais en fait, ajoute-t-il, le nombre de « foetus grands ou petits » tués par leurs mères varie entre 1,2 et 1,6 million par an.

    Le Vietnam est passé du communisme stalinien au capitalisme débridé, sans abandonner l’athéisme communiste. « Le consumérisme érode les traditions ethniques et culturelles du peuple vietnamien », commente un prêtre du diocèse : les jeunes générations sont « égoïstes et insensibles ».

  • Le Vietnam refuse des visas au Saint-Siège

    Une délégation du Saint-Siège, conduite par le cardinal Turkson, président du conseil pontifical Justice et Paix, devait se rendre au Vietnam du 23 mars au 7 avril, dans le cadre de l’enquête de canonisation du cardinal Nguyen Van Thuan. Mais le gouvernement a refusé d’accorder des visas aux membres de la délégation. Pourtant le programme de la visite était connu depuis longtemps et n’avait fait l’objet d’aucune réaction du régime. On remarque que le nouveau directeur des Affaires religieuses est un général ancien directeur des RG.

    Il faut dire que le régime ne doit guère apprécier la perspective d’une béatification du cardinal Van Thuan : il l’envoya en camp pendant 13 ans sans jugement, puis lui permit d’aller à Rome et lui interdit de revenir. Mgr Nguyen Van Thuan devint alors… président du conseil pontifical Justice et Paix (et il le resta jusqu’à sa mort en 2002).

    (AsiaNews, Eglises d'Asie)

     

  • Le Vietnam : communiste

    Le Parti communiste vietnamien exclut d'abandonner le système du parti unique : « Le Vietnam ne demande pas, et est déterminé à ne pas avoir de pluralisme ou de système multipartite », a déclaré ce matin Dinh The Huynh, membre du comité central, lors d'une conférence de presse consacrée au congrès du parti, qui va commencer dans deux jours. Motif invoqué : « Quand les Français ont envahi le pays, seul le Parti communiste du Vietnam, avec le peuple, les ont combattus. Et aujourd'hui, il dirige toujours notre peuple pour continuer à remporter des victoires pour la construction et la défense nationales. »

    La radio d'Etat a diffusé un sujet de plusieurs minutes contre le multipartisme.

  • Vietnam catholique

    Dimanche dernier, l'évêque de Kontum, Mgr Michael Hoang Duc Oanh, a annoncé à l'occasion de la Journée missionnaire mondiale que l'année dernière 30.000 Vietnamiens de la région des Hauts-plateaux sont devenus catholiques.

    Il a ajouté à l'agence AsiaNews que 20.000 autres « montagnards » se préparent à entrer dans l'Eglise. « C'est une œuvre du Saint Esprit », a-t-il dit, « avec la sincère participation et contribution de tant de personnes ».

    Ces « montagnards » sont des héros de la foi. Déjà persécutés comme minorité ethnique par le pouvoir communiste, ils sont en outre persécutés comme catholiques...

    Cette année le Vietnam catholique célèbre le 350e anniversaire de l'arrivée des premiers missionnaires, et les prêtres rédemptoristes la 40e année de leur mission sur les Hauts-plateaux.

    Le Vietnam compte environ 6 millions de catholiques, qui représentent 8% de la population totale.