Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Autriche

  • Islamisation autrichienne

    Un nouvel institut privé de formation d'enseignants musulmans, avec une capacité de 160 places, ouvrira le 21 janvier à Vienne afin de tenir compte de l'augmentation constante d'élèves dans les écoles islamiques, annonce… l'agence de presse catholique Kathpress.

    En Autriche, il existe un enseignement privé de la religion musulmane depuis 1982, suivi aujourd'hui par environ 55.000 élèves et sanctionné par un baccalauréat. Cet enseignement est assuré par environ 410 enseignants dans près de 2.000 écoles.

    Par ailleurs, à l'université, existe également un enseignement de pédagogie religieuse islamique, qui permet à des étudiants musulmans d'accéder à des fonctions d'enseignant dans l'enseignement supérieur.

    (AFP)

  • Cheval de Troie

    Du 23 au 27 novembre se tient à Vienne le « premier forum arabo-européen des jeunes dirigeants », dont la presse française ne dit pas un mot. Il réunit 40 professionnels des affaires, de la politique, de l’université, des ONG et des médias, sur le thème : « Le leadership responsable – des formes novatrices de coopération interculturelle ».

    Selon la Fondation BMW, il s’agit d’une initiative conjointe de la Fondation et du ministère autrichien des Affaires étrangères, en coopération avec la Ligue arabe.

    La Fondation BMW « oublie » de signaler que c’est aussi en « coopération » avec l’Arabie saoudite, via le « Centre Roi Abdullaziz pour le dialogue national » (on se demande ce que vient faire le dialogue national saoudien à Vienne…), et le Fonds de l’OPEP pour le développement international, dont l’Arabie saoudite est de très loin le plus gros contributeur. Le quotidien Arab News annonce d'ailleurs le Forum sur ses pages "Arabie saoudite"...

    On n’est plus en 1683…

  • Les Autrichiens rappellent à l’ordre l’ambassadeur de Turquie

    L’ambassadeur de Turquie à Vienne, Kadri Ecvet Tezcan, s’est livré à une violente charge contre la société autrichienne qui n’accueille pas les Turcs comme elle le devrait.

    Plusieurs ministres, et le chancelier Werner Faymann en personne, ont déclaré que les propos de l’ambassadeur étaient inacceptables.

    Kadri Ecvet Tezcan a été convoqué au ministère des Affaires étrangères, où il a eu l’humiliation de se faire remonter les bretelles par un sous-fifre.

    (Bivouac-ID)

  • Le FPÖ fait 27 % à Vienne

    Aux élections du Land de Vienne, en Autriche, les sociaux-démocrates ont chuté de 49 à 41%, les démocrates chrétiens de 19 à 13, les Verts de 14 à 12.

    Et le FPÖ de Heinz-Christian Strache a grimpé de 15 à… 27 %.

    (Il reste à dépouiller les 160.000 votes par correspondance.)

    C’est un événement considérable. Toutefois Jörg Haider avait fait 28% en 1996.

  • Le jeu anti-minarets…

    Le FPÖ de Styrie a mis en ligne un jeu (dont une première version avait déjà été lancée en Suisse au moment du référendum) où l'internaute doit supprimer des minarets qui poussent comme des champignons dans la ville de Graz, sur fond de musique traditionnelle.

    Il arrive un moment où l’on n’arrive plus à supprimer tous les minarets. Sur ceux qui restent apparaît un imam qui lance l’appel à la prière, puis plusieurs imams. On peut aussi les faire taire. Mais pendant ce temps-là d’autres minarets ont poussé…

    En fin de partie s'affiche le message: "Game over. La Styrie est remplie de minarets et de mosquées! Pour que cela n'arrive pas: votez Gerhard Kurzmann et FPÖ le 26 septembre!".

    Naturellement, le jeu suscite un tollé. Les Verts et l'organisation représentant les musulmans (IIGIÖ) ont saisi la justice, et le parquet de Graz a ouvert une enquête pour suspicion d'incitation à la haine et de dénigrement d'une religion…

    La campagne du FPÖ ne passe pas inaperçue, ce qui était le but recherché. Ce qui révulse Blaise Gauquelin sur Rue89 :

    « Bien sûr, la justice interdira bientôt ce jeu, créé par l'agence du publicitaire suisse Alexander Segert, déjà à l'origine du visuel de campagne de l'UDC en faveur de l'interdiction des minarets, lors de la votation populaire du 29 novembre 2009. Mais l'extrême droite germanophone, qui confond désormais, avec un grand cynisme, campagne et croisade, a une nouvelle fois piégé les éditorialistes, ainsi que les responsables politiques et religieux : elle les oblige à réagir, les bras levés, en roulant des yeux, à sa nouvelle provocation. »

     

    Addendum 3 septembre. Le jeu a été interdit.

  • Le FPÖ récidive

    Le FPO a obtenu 15,3% des voix aux élections régionales en Haute-Autriche, contre 8% en 2003. C'est la deuxième fois en une semaine que le parti autrichien double son score (après ses 25% au Voralberg).

    Dans les deux cas, on constate que le FPÖ prend ses voix au parti social-démocrate, qui s'effondre, tandis que les conservateurs de l'ÖVP maintiennent leurs positions.

  • A Vienne, une fête de l’avortement

    Jeudi prochain, le 3 septembre, à l'hôtel de ville de Vienne (Autriche), sera célébré le 30e anniversaire de l'avortoir Pro:woman, dont l'adresse est : Marché de la viande (sic). Il y aura un cocktail et un orchestre de jazz.

    Suite à la protestation très diplomatique de l'archevêque de Vienne le cardinal Schönborn, et nettement plus ferme de Mgr Küng, l'évêque de Saint-Pölten, responsable des questions de mariage, de famille et de protection de la vie au sein de la conférence épiscopale, la sauterie n'aura pas lieu dans la prestigieuse salle des échevins, mais au sous-sol.

    Euh... non. Elle aura lieu au sous-sol parce que la climatisation de la salle des échevins est en panne... fait savoir la mairie.

    Et le maire (socialiste) Michael Häupl, a cru bon de préciser que ce n'est pas lui qui a organisé cette fête, mais Sonja Wehsely, conseiller municipal chargé de la Santé...

    Et les lobbies de la culture de mort, hurlant contre l'Eglise, s'indignent de cette honteuse reculade de la mairie...

    (Voir Lifesite News, Vienna on line, et la lettre de Wielfried Würmeling à Sonja Wehsely.)

  • Un maire BZÖ à Klagenfurt

    Au second tour des élections municipales en Carinthie, le candidat du BZÖ, Christian Scheider, l'a emporté avec 64% des voix face à la candidate du Parti social-démocrate (SPÖ) qui obtient 36%.

    C'est la première fois depuis 36 ans que Klagenfurt n'est pas dirigée par un maire conservateur de l'ÖVP, et c'est la première fois qu'un maire du parti de Jörg Haider (mort en octobre dernier) est élu dans la capitale d'une des provinces autrichiennes.

    (via altermedia)

  • Des scandales ?

    Titre d’une dépêche de l’AFP :

    « Autriche: après plusieurs scandales, les évêques réunis d'urgence »

    « Le cardinal Christoph Schönborn, archevêque de Vienne, a convoqué pour lundi une réunion extraordinaire de la conférence des évêques autrichiens pour surmonter la crise que traverse l'Eglise du pays, a indiqué vendredi l'agence Kathpress. »

    Les seuls scandales sont les déclarations des deux principaux prélats du pays, l’archevêque de Salzbourg, et le cardinal Schönborn lui-même, critiquant la levée des excommunications (avec la fronde dans le diocèse de Linz contre une nomination décidée par le pape). On suppose qu’ils vont faire leur mea culpa devant leurs pairs…

  • Autriche : le retour de la grande coalition

    Le Parti social-démocrate (SPÖ) et le Parti populaire (ÖVP, droite) ont annoncé hier qu'ils allaient reformer leur « grande coalition », dont l'échec en juillet, après 18 mois de gouvernement chaotique, avait entraîné les élections anticipées, où les deux partis ont perdu des billes face aux formations de la droite nationale.

    Comme le dit sobrement l’AP, « l'accord signé dimanche vise essentiellement à interdire un retour de l'extrême droite au gouvernement autrichien ».

  • Les jeunes Autrichiens plébiscitent la droite nationale

    Le FPÖ de Heinz-Christian Strache et le BZÖ de Jörg Haider ont totalisé 43% des suffrages chez les 16 à 29 ans et même 47% chez les primo-votants (la majorité électorale ayant été fixée pour la première fois à 16 ans pour un scrutin national), selon une enquête de l’institut GfK.

    Les premières analyses au lendemain du scrutin attribuaient un tiers des voix des jeunes à ces deux formations.
    Selon les résultats définitifs du scrutin, le FPÖ a recueilli 17,5% des voix et le BZÖ 10,7%, derrière les sociaux-démocrates (SPÖ) à 29,3% et les conservateurs (ÖVP) à 26%. Les Verts ont été relégués en 4e place avec 10,4% des voix.

    Jörg Haider est mort dans un accident de voiture samedi dernier. Son parti, scission du FPÖ, n’avait d’existence que par la personnalité de son chef. Il est vraisemblable que sa mort conduise à la réunification de la droite nationale autrichienne.

  • Plus de 100.000 Autrichiens demandent un référendum

    Les organisateurs de l’initiative populaire « Sauvons l’Autriche » indiquent avoir recueilli 103.313 signatures pour réclamer un référendum sur le traité de Lisbonne.

    La pétition devait être remise cet après-midi à la présidente du Parlement. Une nouvelle manifestation devait être organisée dans la soirée devant le siège du gouvernement.

    Au-delà de 100.000 signatures, le Parlement est tenu d’examiner la demande (mais pas de l’accepter...).

    Le Parlement autrichien doit ratifier le traité mercredi.

  • La semaine de... 60 heures. En Autriche

    Alors que les candidats à la présidentielle française bavardent autour des 35 heures, le ministre autrichien du Travail annonce que les partenaires sociaux ont conclu un accord sur la flexibilité du travail, qui va permettre de porter la durée hebdomadaire de 40 à 60 heures, 24 semaines par an, avec une pause sans heures supplémentaires pendant 15 jours toutes les huit semaines.

    D’autre part, les travailleurs à temps partiel obtiendront 25% de salaire supplémentaire pour les heures travaillées au-delà de la durée inscrite dans le contrat.

    La loi devrait être votée en septembre prochain.

    La fédération des syndicats ÖGB s’est félicitée de cet accord, y voyant une occasion de revigorer les comités d’entreprise (l’augmentation de la durée du travail étant prise en concertation avec les salariés).

    L’Autriche a l’un des taux de chômage les plus bas d’Europe (4,4%), et un taux de croissance de 3%.