Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sainte Hedwige de Silésie

1338192884.jpg

La Pologne a cette heureuse fortune, qu'à chaque époque décisive de son histoire, un saint apparaît pour lui tracer la voie qui la conduira à l'accomplissement de sa glorieuse destinée. Sur le champ de bataille de Legnica plane la douce image de sainte Hedwige. Mère du duc Henri le Pieux, elle s'était retirée depuis son veuvage au monastère cistercien de Trzebnica, qu'elle avait fondé. Trois années avant l'arrivée des barbares, elle eut révélation du sort qui attendait son fils. Elle offrit silencieusement son sacrifice, et, bien loin d'arrêter le courage du jeune duc, elle fut la première à l'animer à la résistance.

La nuit qui suivit la bataille, elle éveilla une de ses compagnes et lui dit : « Demundis, sachez que j'ai perdu mon fils. Mon fils chéri s'est éloigné de moi comme un oiseau qui fuit à tire d'aile; je ne verrai plus mon fils en cette vie. » Demundis essaya de la consoler. Aucun courrier n'était arrivé de l'armée, et ces inquiétudes étaient vaines. « Ce n'est que trop vrai, lui répondit la duchesse, mais n'en parlez à personne. »

« Trois jours après, la fatale nouvelle était confirmée. C'est la volonté de Dieu, dit Hedwige; ce que Dieu veut et ce qui lui plaît doit aussi nous plaire. » Et tressaillant dans le Seigneur : « Je vous rends grâces, ô mon Dieu, dit-elle en levant les yeux et les mains au ciel, de ce que vous m'aviez donné un tel fils. Il m'a aimée toujours durant sa vie, il m'eut toujours en « grand respect, jamais il ne m'a affligée. J'aurais beaucoup désiré l'avoir avec moi sur la terre; mais je le félicite, de toute mon âme, de ce que par l'effusion de son sang il vous est uni au ciel, à vous son créateur. Je vous recommande son âme, ô Seigneur mon Dieu. » Il ne fallait pas moins qu'un tel exemple pour soutenir la Pologne en face des nouveaux devoirs qu'elle venait d'accepter.

A Legnica, elle avait relevé le glaive de la chrétienté, tombé des mains défaillantes de la Ruthénie, et elle se tenait désormais comme une sentinelle vigilante, prête à défendre l'Europe contre les barbares. Quatre-vingt-treize fois les Tartares s'élancèrent sur la chrétienté, toujours avides de sang et de pillage ; quatre-vingt-treize fois la Pologne les repoussa de vive force, ou eut la douleur de les voir saccager ses campagnes, incendier ses villes, emmener en captivité la fleur de ses enfants. Par ces sacrifices, elle amortissait au profit de l'Europe le coup de l'invasion. Tant qu'il fallut du sang, des larmes et des victimes, la Pologne en donna sans compter, pendant que les nations européennes jouissaient de la sécurité, achetée par cette continuelle immolation.

(Extrait de l’introduction de S. Josaphat et l'Eglise grecque unie en Pologne, par dom Guépin, cité dans L’Année liturgique. Dom Alphonse Guépin, moine de Solesmes, avait été chargé par dom Guéranger de rédiger une vie de saint Josaphat, à l’occasion de sa canonisation en 1867. En 1880 il fut envoyé en Espagne pour trouver un lieu de repli suite aux décrets contre les congrégations ; il restaura l’abbaye de Silos – supprimée en 1836 comme tous les ordres religieux – dont il devint abbé sous le nom d’Ildefonso. Il devint aussi membre de l’Académie royale d’histoire.)

Commentaires

  • Pardonnez mon inculture, mais dans la très-catholique Espagne, sous les rois, tous les ordres religieux furent supprimés? Alors, vive la république, à bas la monarchie!

  • Etre catholique n'a jamais empêché d'avoir des idées fausses et de faire des erreurs. Les Jésuites ont bien été expulsés par des monarchies catholiques et l'ordre supprimé par un pape catholique lui aussi.

  • Il est même surprenant, compte tenu de ancienneté de l'ordre, que le premier pape jésuite soit l'actuel évêque de Rome. Discrétion ou antagonisme?

  • La question de savoir pourquoi il n'y a pas eu de Pape jésuite par le passé est intrigante. Est-ce en raison du vœu particulier qu'ils font "d'obéir au Pape en tout ce qui regarde l'utilité des âmes et la propagation de la foi" (Fleury, L'Institution chrétienne) ? Ou bien est-ce plutôt parce qu'ils ont toujours divisé ? Chéruel observe, dans son Dictionnaire des institutions de la France, que dans le grand nombre d'ouvrages consacrés aux Jésuites on ne trouve "aucune impartialité" et que ce sont "presque tous des plaidoyers pour ou contre les Jésuites".
    Il suffit de taper "Jésuite" sur internet pour s'apercevoir que cette étrange malédiction dure encore. Le grand complot jésuite est, à l'instar du juif, une sorte de tarte à la crème, quoique beaucoup moins crédible. Il doit sûrement beaucoup aux railleries jansénistes et peut-être aussi au fait que saint Ignace (un petit petit nom charmant) avait des origines juives...

  • La compagnie n'hésita pas, dès l'origine, à accorder de grandes responsabilités aux juifs convertis, ce qui n'a rien de répréhensible en soi, à condition qu'ils le fussent sincèrement.

  • J'ai toujours lu que les jésuites s'engagent à refuser toute "dignité ecclésiastique". Il ne peut donc y avoir d'évêque jésuite. Trouvez l'erreur.

  • Exact, St Ignace a écrit au frère de Charles-Quint, le roi Ferdinand 1er après son refus d'accepter des charges épiscopales pour ses collaborateurs
    "Dans une lettre adressée au roi Ferdinand en décembre 1546 il se justifie : « si nous acceptions cette dignité nous renverserions la Compagnie. Au point que si je voulais imaginer ou inventer un moyen d’abolir ou de détruire notre Compagnie, l’acceptation d’un évêché serait un des plus efficaces, disons le plus efficace de tous. » Les raisons qu’il donne concernent la vocation particulière de la Compagnie. La charge d’un diocèse serait un vrai handicap pour la mobilité des jésuites qui sont appelés à aller partout dans le monde ; elle serait au détriment de leur engagement missionnaire ; elle signifierait la dispersion des rares forces de la Compagnie. Enfin, « nous fournirions un riche arsenal aux murmures, aux médisances, (…). Car le monde est si corrompu que, lorsqu’on voit entrer l’un de nous dans un palais, que ce soit celui du pape, des princes, des cardinaux ou des nobles, on croit que l’ambition nous y mène. »

    Étonnant retournement en 1554, lorsque le roi du Portugal lui demande des jésuites pour organiser la hiérarchie de l’Église romaine en Éthiopie ! Il s’en explique dans une lettre à Juan Nuñez Barreto, le jésuite pressenti comme patriarche et qui hésitait à accepter sa nomination. Être évêque en Éthiopie est une source de souffrances, de fatigues et de dangers, alors qu’en Europe, c’est une dignité qui, ordinairement, flatte l’ambition et stimule la convoitise. Sans compter que, dans le cas particulier, il s’agit de renforcer l’unité de l’Église en ramenant l’Église d’Éthiopie dans le giron romain. S’il exclut l’épiscopat comme occasion de flatter la vanité et la cupidité (à l’époque beaucoup d’évêchés étaient dotés de confortables bénéfices), Ignace veut bien l’envisager lorsqu’il devient un service plein de renoncements et une dangereuse mission. Aussi, après le cas de l’Éthiopie, il assortira d’une déclaration la Constitution écartant les dignités ecclésiastiques pour les jésuites : la Compagnie « garde sa liberté pour laisser cette charge ou pour l’accepter dans les cas où elle jugera que cela est très important pour le service divin » (Const. N° 818)."
    Extrait de:
    https://www.choisir.ch/religion/jesuites/item/1676-des-jesuites-eveques-et-cardinaux

  • Juan Álvarez Mendizábal
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Juan_%C3%81lvarez_Mendiz%C3%A1bal
    En 1835, quand José María Queipo de Llano devient premier ministre, il est nommé ministre du Trésor. Le 14 septembre, il succède à Queipo de Llano, tout en conservant le portefeuille du Trésor, alors que la situation économique est très délicate en raison des dépenses dues à la Première guerre carliste. La régente Marie-Christine pensait qu'un premier ministre libéral saurait venir à bout de la rébellion. Le programme de Mendizábal incluait la fin immédiate de la Guerre carliste et l'élimination de la dette publique, ainsi que des mesures anticléricales : suppression de tous les couvents de moins de 12 religieux en juillet 1835, Desamortización Eclesiástica en février 1836 (confiscation d'une partie des biens du clergé), décret d'exclaustración en juillet 1836 (suppression de tous les ordres religieux).

    (Jusqu'au concordat de 1851.)

Écrire un commentaire

Optionnel