Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Interdire l’avortement selon le sexe

    Les députés du Dakota du Sud ont adopté par 60 voix contre 10 un texte visant à interdire les avortements en raison du sexe de l’enfant. L’Illinois, la Pennsylvanie, l’Oklahoma, l’Arizona, le Dakota du Nord, le Kansas et la Caroline du Nord ont déjà adopté une telle loi.

    Je sais bien que l’intention est de trouver n’importe quoi qui permette de diminuer le nombre des avortements, et c’est très bien.

    N’empêche, c’est une loi qui dit seulement qu’il est injuste de tuer plus de filles que de garçons…

    Au fait, on n’entend pas les tenants de l’idéologie du genre. Ils devraient être favorables à ces lois, puisqu’il faut préserver la possibilité que la fille devienne un homme, mais en même temps ils sont pour la culture de mort sans limites…

    Lien permanent Catégories : Culture de mort 0 commentaire

  • La phrase la plus grotesque du jour

    Elle est de Nicolas Doze, sur BFMTV.

    — L’Ukraine demande 35 milliards de dollars. Faut-il payer pour l’Ukraine ?

    — Oui, il faut payer pour l’Ukraine. Parce que c’est le prix de la transition démocratique.

    Lien permanent 5 commentaires

  • Arracher la cathédrale de Cordoue à l’Eglise…

    La gauche laïciste andalouse a lancé une pétition intitulée « Sauvons la mosquée de Cordoue – Pour une Mosquée-Cathédrale pour tous ». Cette pétition a déjà été signée par plus de 90.000 personnes au moment où j'écris. Soulignant que la « mosquée-cathédrale » a été inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco il y a trente ans comme « symbole universel d’entente entre les cultures », elle demande (au gouvernement de la gauche laïciste de la région Andalouse) qu’il soit interdit d’appeler le bâtiment seulement « cathédrale » comme le fait l’évêché de Cordoue alors qu’elle est appelée « mosquée » par l’Unesco, qu’elle soit reconnue comme propriété publique, qu’elle soit administrée par un organisme public, et qu’y soit interdite « toute action qui nuirait à l’image et à la signification du monument, et aux intérêts de Cordoue, de l’Andalousie et de l’Espagne ».

    Ce que ne dit pas l’archi-menteuse pétition, c’est que les laïcistes (qui travaillent ici comme ailleurs pour l’islam) se mobilisent parce qu’ils ont découvert tout à coup que la cathédrale de Cordoue deviendra définitivement propriété de l’Eglise catholique dans deux ans, si personne ne s’y oppose. En effet, en 2006, l’évêque de Cordoue a fait enregistrer la cathédrale sous son nom dans le registre de la propriété, en utilisant deux articles de la loi sur les hypothèques datant de Vichy. Euh, non… de Franco. Enfin, des heures les plus sombres rappelant la collusion entre l’Eglise et le fascisme… Cette « immatriculation » peut être révoquée au cours des dix premières années si une contestation est émise. Il ne reste donc que deux ans pour arracher la « plus grande mosquée d’Occident », « symbole universel d’entente entre les cultures », des griffes de l’intolérable Eglise islamophobe et intolérante de la Reconquista.

    C’est un professeur de droit de l’université de Cordoue (et activiste « culturel »), Manuel Antonio Rodriguez, qui s’agite de réunions en conférences et pétitions pour que le gouvernement d’Andalousie se saisisse de la question. Lequel gouvernement a demandé un rapport vendredi dernier pour se prononcer.

    Lien permanent 12 commentaires

  • Sept coptes assassinés en Libye

    Des policiers libyens ont trouvé hier les corps de sept Egyptiens, tués par balles, à 30 km à l’ouest de Benghazi. Les sept hommes, coptes, avaient été enlevés dans la nuit de dimanche à lundi.

    Le porte-parole des « services de sécurité » de Benghazi Ibrahim Sharaa ne peut pas confirmer que « les meurtres s’étaient produits pour des raisons religieuses ».

    Mais ce n’est pas la première fois que des Egyptiens sont assassinés en Libye (ou doit-on dire en Cyrénaïque) - ou arrêtés par la police - pour la seule raison qu’ils sont chrétiens.

    Lien permanent 1 commentaire

  • Mardi de la sexagésime

    La lecture des matines est le récit de la fin du Déluge. Voici le commentaire que fait Isaac Le Maistre de Sacy de l’épisode du corbeau et de la colombe. On peut voir au début un relent de jansénisme, mais cela se termine par l’affirmation qu’on ne doit pas désespérer de la miséricorde. Quoi qu’il en soit c’est un très beau texte, appuyé surtout sur le livre de saint Ambroise De Noe et arca.

     *

    Noé laissa aller le corbeau, qui étant sorti ne revint plus. Il envoya aussi la colombe après le corbeau. Mais n’ayant pu trouver où asseoir son pied, parce que la terre était toute couverte d’eaux, elle revint à lui ; et Noé la prit et la remit dans l’arche.

    Le corbeau a pu subsister hors de l’arche, dit s. Augustin, quoique les eaux ne fussent pas encore séchées, parce qu’il trouva apparemment des corps morts sur lesquels il se reposa, et que volant de temps en temps sur le toit de l’arche sans entrer dedans, il retournait toujours à ces corps morts dont il se nourrissait, ces chairs pleines de pourriture et de puanteur étant une viande délicieuse pour ces animaux impurs, amis de la corruption et du carnage.

    C’est une excellente image, selon s. Cyprien et s. Hilaire, du pécheur enchanté de l’amour du monde, dont la passion est l’idole à laquelle il se sacrifie, et dont l’âme étant devenue toute charnelle, n’aime que la corruption et la puanteur, et fait ses délices de ce qui la tue. Ces âmes noircies de crimes, et qui se sont vendues au démon pour acheter au prix de leur salut éternel la falsification si courte et si malheureuse de leurs plaisirs criminels, paraissent de temps en temps sur le haut de l’arche qui était la figure de l'Eglise, parce qu'il est même de leur intérêt de ne pas blesser une certaine bienséance humaine, et de garder les dehors et les apparences de la religion, lors même qu'elles en ont étouffé dans leur cœur tout l'esprit et le sentiment.

    Ces âmes sont proprement la vérité, dont le Lazare mort, enterré et pourri dans son sépulcre depuis quatre jours, était la figure. II n'appartient qu'à celui qui a entre ses mains les clefs de la mort et de l’enfer, de ressusciter ces âmes mortes. Et on ne doit pas désespérer de cette miséricorde, dit saint Augustin, en considérant que le Sauveur n'a pas dit d'une voix faible, mais d'une voix forte et toute-puissante : Lazare sortez dehors.

    La colombe au contraire, selon les Saints, peut figurer les âmes justes et innocentes, qui étant engagées dans des occupations extérieures, et dans le commerce des hommes, ne rencontrent aucun lieu où elles puissent asseoir leur pied, c'est-à-dire, où leur cœur puisse trouver un vrai repos. Et comme elles fuient la contagion du siècle, et qu'elles laissent aux morts le soin d'ensevelir leurs morts, elles sont dans une sainte impatience de retourner dans l'arche, et de se remettre entre les mains du véritable Noé, c'est-à-dire, du vrai Consolateur, qui est Jésus-Christ.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Liturgie 0 commentaire