Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

En même temps

Macron et Ndiaye sont allés à Marseille pour parler de l’école.

Macron a dit que « par son parcours, par sa vie », Pap Ndiaye « dit ce à quoi je crois de l’école de la République » et « incarne ce que nous voulons faire ».

Or Pap Ndiaye, notamment par son parcours en Amérique, est ouvertement raciste et adepte de la cancel culture, au point d’avoir participé (en France) à des réunions interdites aux blancs.

Interrogé sur « l’épidémie » de tenues vestimentaires islamiques à l’école, Macron a répondu : « Je veux que la loi de la République s'applique. Et la loi est très claire : pour tous les élèves dans nos écoles, il n'y a pas de signes religieux, quels qu'ils soient. »

Ce qui est diamétralement opposé aux conceptions de Pap Ndiaye.

De toute façon, Macron a prôné une « révolution culturelle » dans l’enseignement. Il s’agit « d’inverser la pyramide » et de s’appuyer sur les enseignants pour des idées de projets : « On va donner une feuille blanche aux enseignants en leur disant : Vous allez la bâtir de manière un peu différente, vous allez bâtir des projets nouveaux pour répondre aux problèmes qui sont les vôtres. »

Ce serait plus simple de supprimer carrément « l’école de la République », non ?

Pauvres enfants…

Commentaires

  • Le projet d'"école du futur" de Macron est vraiment du pipeau.
    Aucune des mesures très vagues qu'il propose ne peut relever le niveau des élèves. Les écoles devront présenter des "projets" (paperasse en vue) alors que le seul projet de l'école devrait être la maîtrise orale et écrite du français en fin de primaire et l'apprentissage de l'arithmétique et de quelques notions de civisme exemptes de propagande. C'est déjà un défi immense, alors que le niveau des élèves entrant en 6ème est déplorable ! Encore une fois, les enfants serviront de cobayes pour des lubies sorties de cerveaux prétentieux, sans aucun contrôle du Parlement ni du peuple français. C'est la tyrannie d'un seul homme, comme avec le vaccin. Il y aura autant de ravages, pour un coût financier astronomique.

  • Je suggère à tous de préparer un papier au format A4 à l'encre noire bien lisible et bien épaisse : "Grâce au système de triche élaboré en 2016, vous venez de donner pour la seconde fois la victoire à un Président qui n'était même pas présent au second tour. Et par le même procédé, vous allez lui donner la majorité absolue à l'Assemblée pour continuer de persécuter les Français."
    Et puis vous irez coller ça à la colle à bois bien résistante la nuit précédant le premier tour sur toutes les affiches sauf celle du candidat macroniste.

  • "Grâce au système de fraude élaboré en 2016, "vous" venez de donner pour la seconde fois la victoire à un candidat qui n'était même pas présent au second tour. Et par le même procédé, "vous" allez lui donner la majorité absolue à l'Assemblée pour continuer de persécuter les Français."
    On pourrait finir par un truc du genre : "Cramons Macron", "Pulvérisez l'Elysée", "Jean-Michel, t'es pas belle", "Tes injections, fous-les toi dans le troufion", etc, etc.

Écrire un commentaire

Optionnel