Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les amis de François

Le P. Thomas Rosica, que François a fait porte-parole anglophone du Saint-Siège, a dû démissionner du « Collegium » du Collège Saint Michel de l’université de Toronto et de sa faculté de théologie. Il a également démissionné du conseil d’administration du St John Fisher College de New York et de celui de l’université Saint Thomas de Houston.

La raison est qu’il a été convaincu de plagiat répété et habituel de travaux académiques depuis 1991…

On a déjà croisé le très gay friendly P. Rosica sur ce blog à propos de son mensonge concernant Kim Davis et le pape, et à propos de son admiration sans borne pour Gregory Baum, l’auteur de la première ébauche de Nostra Aetate, inverti notoire, prêtre marié à une ancienne religieuse divorcée qui acceptait ses relations avec des hommes…

Commentaires

  • Notre mère l’Eglise est souillée, salie, défigurée. Comment et qui a pu laisser faire cela. Qui savait et n’a rien dit. Comment un homme comme Garrick ou Pell a-t-il pu devenir cardinal. Une enquête a bien été faite avant sa nomination. N’a t-on pas canonisé un peu vite JPII et même Ratzinger que j’admire, savait-il et a-t-il laissé passer. L’institution Eglise a failli à tous les niveaux. Question angoissante: ces horreurs sont-elles commises seulement à notre époque ou ont-elles toujours existé en étant cachées? L’institution Eglise peut-elle se remettre d’un tel choc. La suspicion et le doute sont installés sur tous nos clercs d’aujourd’hui comme d’hier.

  • ces horreurs ont toujours existé; on pense toujours aux papes de la Renaissance, mais leur haut clergé ne valait pas mieux, et si on remonte dans l'histoire de l'Eglise, on tombe sur l'époque de la pornocratie qui était encore pire; les papes étaient soit les amants soit les bâtards de trois putains de haut vol, et il est arrivé qu'il y eut plusieurs papes ou prétendus tels en prison en même temps qui attendaient d'être assassinés par leur successeur du moment; de mémoire, je citerai en France l'évêque Jean d'Orléans, dit Flora, qui était l'amant de son archevêque; en Bretagne, au moins à Rennes et à Quimper, il y eut des dynasties épiscopales; à Quimper, un comte qui était en même temps évêque laissa le comté à l'un de ses fils et l'évêché à l'autre, tout aussi marié que son frère, ce qui eut pour résultat que la comtesse et l'évêchesse se disputaient la préséance

  • Une hyper-vénération des prêtres au XIX° a souvent fait oublier aux fidèles qu'ils sont marqués du péché originel comme les autres. Beaucoup n'ont jamais voulu croire (il y a un demi-siècle) qu'un cardinal français pouvait s'égarer chez des prostituées...
    D'autres croient que le problème sera réglé quand François aura pris les "bonnes mesures". Puissent-elles restreindre le nombre ou la gravité des péchés, mais ce monde où nous vivons ne sera jamais celui des bisounours (d'ailleurs ceux-ci, comme leur nom l'indique...)

  • Il y a eu pire avant, c'est la rengaine de Théofrède. Si l'on en croit saint Pierre Damien, le XIe siècle (celui de la fameuse Flora) semble avoir été propice aux débauches ecclésiastiques contre-nature. Comme cette Flora est l'un des rares exemples qu'on mentionne parmi les prélats, il faut rester prudent sur la gravité de l'infestation. Le XIe siècle fut une période aux mœurs assez rudes.
    Quoi qu'il en soit, un exemple ou même dix, plus un traité de saint Pierre Damien, ne caractérisent pas davantage une époque que l'hirondelle ne fait le printemps.
    Je suppose qu'il n'existait pas au XIe siècle un lobby homosexualiste capable d'obtenir du pape, à l'issue d'un sommet sur les abus gravissimes commis par des clercs à l'encontre de jeunes gens, que ne soit même pas rappelé le caractère intrinsèquement pervers du vice contre-nature. A vrai dire, les papes de ce temps n'avaient pas l'orgueil et la bêtise de mettre en doute le fait que l'homme était une créature soumise à la loi naturelle. Ce qui est tragique avec la conclusion de ce sommet, telle qu'elle s'annonce, c'est qu'elle pose de nouveaux points godwin. Dans dix ans, le successeur potentiel de pope Frankie ne pourra pas risquer une critique de l'homosexualité sans se faire incendier par toute la presse. On a déjà vu ça sur d'autres sujets, qui sont restés ouverts pendant quelques décennies, mais qui sont désormais fermés à toute critique et même à toute recherche. Or le mensonge institutionnalisé, c'est comme la machine à vapeur ou la cocotte minute. A force de faire monter la pression en fermant les soupapes, ça explose.

  • g.marie sait-il ce qu'est une prostituée
    à mon avis, plus qu'une autre, elle a besoin d'un confesseur, même si ce n'est pas l'avis du Canard Enchaîné

  • @Théofrède
    Je ne suis pas comme vous lecteur du Canard enchaîné ; j'ignore ce qu'il a dit de tel ou tel cardinal ; je prends mes informations ailleurs.

  • @g.marie
    pauvre type !
    toute la France sauf vous savait que c'était le Canard Enchaîné qui avait dénoncé la chose

  • @Théofrède
    (Notez d'abord que je ne vous réponds pas l'écume aux lèvres et l'insulte à la bouche)
    Si Le Canard votre lecture hebdomadaire a prétendu que les cardinaux se déplacent désormais dans Paris pour confesser à domicile les prostituées, et si tous les braves gens l'ont cru, suis-je obligé de faire comme eux ?

  • g.marie
    de plus en plus débile !
    prétendre que je lis le Canard Enchaîné est au moins insultant
    le Canard, dont vous êtes a priori un fidèle disciple, n'a jamais dit
    que des cardinaux confessaient des prostituées, c'est moi qui ai soulevé cette possibilité pour expliquer la présence du cardinal chez cette femme; le Canard présentait d'autres explications, sans doute celles qui vous plaisent dans votre haine de l'Eglise catholique et de ses institutions, et aussi pour le genre humain puisque vous estimez qu'une prostituée est éloignée des sacrements pour la vie

  • Personne n'a jamais soulevé, à l'époque, l'hypothèse débile selon laquelle un cardinal de l'Eglise catholique et académicien allait confesser à demeure des prostituées en liquette transparente. Il y a eu des prêtres pour aller faire de l'apostolat dans ces milieux. On le sait parce qu'ils n'avaient pas la stupidité de le cacher : ce genre d'activisme charitable exige une certaine publicité, justement pour éviter le scandale qui n'a pas épargné le pauvre Jean Daniélou.
    Vous, c'est pas le faux jeton, c'est la bourgeoisie louis-philipparde.

  • @Théofrède
    Les prostituées parisiennes connaissent leur ville et savent où trouver un confesseur à toute heure du jour (S Louis d'Antin par exemple, Le Nid, etc.) ; elles ne font pas monter des cardinaux pour ça. Dans quel monde féerique vivez-vous ?

  • nous avons donc la chance sur ce blog d'avoir des gens omniscients qui peuvent dire : "personne n'a jamais soulevé", ce qui en plus est faux, et qui étaient d'ailleurs présents sur les lieux, puisqu'ils peuvent préciser la tenue des personnes
    depuis que ce même "commentateur" s'obstine à me traiter de proxénète, je fais assez peu de cas de ses "tuyaux" et pense que cet être satanique a pour seul but de semer la zizanie dans ce blog, reste à savoir au service de qui; la Justice pourra sans doute le déterminer, tout au moins si les magistrats saisis ne sont pas de la même loge

  • @g.marie
    je constate que vous connaissez mieux que moi les prostituées parisiennes
    en revanche, vous ne savez sans doute pas que l'Eglise se soucie du salut éternel des prostituées comme de celui des autres humains
    j'ai connu à Lyon un prêtre qui était spécialisé dans l'évangélisation des prostituées, et ce n'était sure ment pas le seul
    il est vrai que ça se passait à Lyon, ville oh combien suspecte, et que de surcroit ce prêtre était un jésuite, cette race que vous abhorrez

  • Le cléricalisme, c'est ça : le vernis d'autorité et de respectabilité que le sang des martyrs donne à cette cinquième colonne qui est aux fourneaux pour ébouillanter les grenouilles. Le chef cuistot s'appelle Frankie.

  • Aux moments où Maccarrick et Pell ont été créés cardinaux, Jean-Paul II, très malade, était Pape et Ratzinger cardinal et Préfet de la CDF. Ce dernier n'a rien à voir avec ces nominations.

  • Le jugement sur Pell n'est pas encore rendu (ou, s'il l'est, ses ennemis, c'est-à-dire les grands médias français, le cachent ; étonnant...)

  • Lu sur le Forum catholique:

    Le National catholic Register a également appris de sources proches du tribunal que " tout le monde dans le procès a vu à quel point les preuves présentées étaient faibles". Selon la même source, le procès n'était rien de plus qu' « un acte de malveillance scandaleux perpétré par un jury plein de préjugés ». Il a été condamné il y a longtemps par la presse devant le tribunal de l'opinion publique, et il n'a pas bénéficié d'un procès équitable.

    Mais si la faiblesse de la preuve a joué en faveur du Cardinal, son refus de siéger sur le banc pour être interrogé a probablement fait mauvaise impression. Pell, pour sa part, n'a cessé de déclarer son innocence, affirmant que la maltraitance des enfants est un crime particulièrement odieux et que les accusations portées contre lui sont de pure invention. Il s'est également plaint d'avoir été victime d'un procès parallèle impitoyable dans les médias de son pays…

    Beaucoup d'amis du Cardinal croient que ce procès a commencé par un verdict de culpabilité à tarif réduit, et espèrent que l'issue de l'appel sera l'inverse et que le prélat australien sera innocenté. Le biographe du pape George Weigel, ami personnel de Pell, a fait une critique implacable du processus auprès du Register, dans lequel il a assuré qu'un verdict de culpabilité avait été rendu « malgré des preuves accablantes de la défense que ce qui était allégué ne pouvait avoir eu lieu, étant donné la disposition des bâtiments, les circonstances de temps, etc. » Weigel croit que la décision du jury soulève donc « de sérieuses questions sur la question de savoir si un ecclésiastique catholique accusé d'abus sexuel peut bénéficier d'un procès équitable aujourd'hui, quelque part ». Et, bien sûr, en Australie, « un pays qui a souffert d'une vague d'anticléricalisme médiatique ».

  • Puisqu’il est question des circonstances de la,mort du cardinal Daniélou, voir ici :
    https://books.google.fr/books?id=7z4yDwAAQBAJ&pg=PT82&lpg=PT82&dq=pontaut+version+circule&source=bl&ots=jHy2m9omsZ&sig=ACfU3U3dncOQC-zwSO04U4vu30vCaabj_Q&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwjd0-ONtt7gAhVC2OAKHZwHBuAQ6AEwAHoECAYQAQ#v=onepage&q=pontaut%20version%20circule&f=false

    D’après ce journaliste, Daniélou aurait déjà été surpris antérieurement avec une prostituée.

    Voir également les circonstances du décès de Mgr Tort, évêque de Montauban, également due du Ponceau, quelques mois après le décès de Daniélou.

    https://books.google.fr/books?id=7z4yDwAAQBAJ&pg=PT88&lpg=PT88&dq=tort+eveque+montauban+ponceau&source=bl&ots=jHy2m9pftX&sig=ACfU3U0rTXL2myDJknI2cLQvNBurGg_VbA&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwinvvWgt97gAhXcAGMBHaAiAB8Q6AEwEHoECAkQAQ#v=onepage&q=tort%20eveque%20montauban%20ponceau&f=false

Écrire un commentaire

Optionnel