Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une réaction

Morlino.jpg

Celle de Mgr Robert C. Morlino, évêque de Madison, Wisconsin. (On a déjà croisé Mgr Morlino ici et .)

En premier lieu, je voudrais affirmer ma solidarité avec le cardinal DiNardo et sa déclaration au nom de l'USCCB, en particulier à deux égards : 1) Dans sa déclaration, le cardinal DiNardo indique que la récente lettre de l'archevêque Carlo Maria Viganò, ancien Nonce apostolique aux États-Unis, « appelle une attention particulière » à l’examen par l’USCCB des graves défaillances morales des évêques. « Les questions soulevées, dit le Card. DiNardo, méritent des réponses concluantes et basées sur des preuves. Sans ces réponses, des hommes innocents peuvent être entachés de fausses accusations et les coupables peuvent répéter les péchés du passé. » 2) Et le Card. DiNardo continue : « nous renouvelons notre affection fraternelle pour le Saint-Père en ces jours difficiles. »

Avec ces convictions et sentiments, je me sens totalement solidaire.

Cependant, je dois avouer ma déception que, dans ses remarques au cours du vol de retour de Dublin à Rome, le Saint-Père ait choisi la voie « sans commentaires » concernant les conclusions qui pourraient être tirées des allégations de Mgr Viganò. Le pape François a ajouté expressément que de telles conclusions doivent être laissées à la « maturité professionnelle » des journalistes. Aux États-Unis et ailleurs, en fait, rien n’est plus discutable que la maturité professionnelle des journalistes. Le parti pris des médias grand public ne peut pas être plus clair et est reconnu presque universellement. Je n'attribuerai jamais la maturité professionnelle au journalisme du National Catholic Reporter, par exemple. (Et, comme on pouvait le prévoir, ils mènent la charge dans une campagne de diffamation contre l'archevêque Viganò.)

Ayant renouvelé mon expression de respect et d'affection filiale pour le Saint-Père, je dois ajouter que durant son mandat de nonce apostolique j'ai connu Mgr Viganò à la fois professionnellement et personnellement, et je demeure profondément convaincu de son honnêteté, de sa loyauté et de son amour pour l'Eglise, et de son irréprochable intégrité. En fait, l’archevêque Viganò a présenté un certain nombre d’allégations réelles et concrètes dans son récent document, en donnant les noms, les dates, les lieux et l’emplacement des pièces justificatives - soit au Secrétariat d’État, soit à la nonciature apostolique. Ainsi, les critères pour des allégations crédibles sont plus que remplis, et une enquête, selon les procédures canoniques appropriées, est certainement appropriée.

Je peux ajouter que ma foi en l’Eglise n’est pas ébranlée par la situation actuelle. Des situations similaires, et pires encore, se sont produites dans le passé - mais peut-être pas aux États-Unis. Il est temps pour nous de renouveler notre conviction dans ce dernier article du Credo de Nicée : Credo ... et unum, sanctam catholicam et apostolicam Ecclesiam, ce qui, traduit littéralement, veut dire : Je crois l'Église comme une, sainte, catholique et apostolique. L'Église est le corps du Christ et, selon la question posée dans la lecture de l'Évangile d’hier : « Seigneur à qui irons-nous, toi seul as les paroles de la vie éternelle ? »

Que notre Sainte Mère, la Mère de l'Église et Mère des évêques et des prêtres intercède pour nous, avec saint Michel Archange, tandis que nous continuons notre combat contre l'ancien ennemi.

Écrire un commentaire

Optionnel