Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La Suède en dhimmitude

Un cabinet suédois de traducteurs, Semantix, a été condamné à payer 40.000 couronnes, soit un peu moins de 4.000 €, à une jeune femme qui se plaignait de « discrimination ».

Lors de son entretien d’embauche, Farah Alhajeh avait refusé de serrer la main du dirigeant qui la recevait. Lequel lui fit savoir que l’entretien était terminé avant de commencer, car on ne pouvait pas accepter une personne qui rejette la politesse élémentaire de serrer la main de ses collègues.

Farah Alhajeh a porté plainte auprès du tribunal du travail, lequel lui a donné raison, au motif que le refus de serrer la main de quelqu'un du sexe opposé est une manifestation religieuse protégée par l’article 9 de la Convention européenne des droits de l’homme…  Ainsi fait-on dire à la Convention européenne des droits de l'homme que la loi islamique prime nos us et coutumes. Et le tribunal justifie ouvertement la charia : « La politique de l'entreprise est particulièrement préjudiciable aux (...) musulmans, pour qui la poignée de main entre les femmes et les hommes qui ne sont pas étroitement liés est interdite. »

L’entreprise aurait pu souligner qu’il y a là aussi une discrimination, si la poignée de mains n’est interdite qu’avec des personnes de l’autre sexe. Mais Farah Alhajeh (ou ceux qui sont derrière elle) avait prévu le coup. Comme elle le répète avec complaisance dans les médias, elle respecte aussi scrupuleusement la loi suédoise que la loi islamique : la loi suédoise interdisant la discrimination entre homme et femme, elle ne serre pas la main des femmes davantage que celle des hommes…

Elle souligne aussi que l’important n’est pas qu’elle reçoive 4.000 € mais qu’elle ait « fait respecter ses droits ».

En attendant la suite des droits islamiques à faire respecter par la laïque Suède…

Alors même qu’en mars dernier un rapport de l'Agence de la protection civile (MSB) tirait la sonnette d’alarme à propos de la constitution et du développement inquiétant d'une « société parallèle » dans le pays, promue par des groupes musulmans, « de nature à menacer la cohésion de la communauté nationale ».

farah-alhajeh-7r9o_cover.jpg

Je vous ai bien eus... Passons à la suite...

Commentaires

  • Le plus ridicule est l'acharnement de ces gens à imposer leurs idées partout dans le monde ...

    On notera en outre que tous ces organismes consacrés à défendre les libertés, ne sont que les idiots utiles du grand remplacement

  • ne vous avancez-vous pas énormément en disant que la poignée de mains a TOUJOURS été la vraie signature d'un contrat ?

  • il ne s'agit pas de leurs idées, il s'agit de leurs moeurs
    il est amusant de voir que ces moeurs interdisent à un musulman de serrer la main à une femme, mais que la loi musulmane leur permet de la violer

  • si cela pouvait faire disparaitre cette habitude idiote du serrement de mains !

  • Oui, je préfère la bise

  • Entre hommes, une poignée de mains.
    Même chose pour une dame qu'on ne connaît pas bien.
    La bise étant réservée aux dames dont on est proche.
    C'est ce que mes parents m'ont appris.

  • La poignée de mains a toujours été la vraie signature d'un contrat. Or une embauche est précisément un contrat.

  • Des élections ,
    ont lieu en septembre dans ce pays en voie de désintégration
    et le réveil sera rude au lendemain du vote ...

  • En Suisse c'est l'inverse. Ils refusent de serrer la main au sexe opposé, refus de la naturalisation : https://www.20min.ch/ro/news/vaud/story/Ils-refusent-de-serrer-la-main--pas-de-naturalisation-29839615

  • Ni bise ni serrage de mains ! Moi, je préfère m'incliner à la japonaise...

  • En France, la politesse ordonne à un homme de ne pas tendre la main à une femme. On attend qu'elle vous la tende. Lorsqu'on a en face de soi une femme déguisée en sac de pommes de terre, le bon sens serait selon moi de la mettre dans un canot pneumatique bon marché, direction le grand large...

Écrire un commentaire

Optionnel