Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bien dit

Si les évêques ivoiriens ont déjà vigoureusement levé la voix pour dire non au projet de loi sur la “santé sexuelle et reproductive”, qui a pour but fondamental la dépénalisation de l’avortement et la procréation médicalement assistée, que le gouvernement ivoirien veut faire adopter, il convient de souligner combien de fois il est malheureux de voir nos chefs d’Etats africain, au nom d’une certaine mondialisation, s’ériger de plus en plus en véritables protagonistes de la culture de mort que veulent nous imposer obligatoirement les multinationales et les lobbies.

C’est vraiment triste pour l’Afrique. Nos famines, nos sécheresses, nos épidémies (Ebola, cholera), nos rebellions, nos guerres fratricides, nos terroristes, n’ont-ils pas assez endeuillé notre continent pour que nos dirigeants politiques qui devraient travailler au bien-être de tous amplifient cette culture de mort par l’adoption de lois favorisant l’un des crimes les plus horribles de l’histoire humaine, que je nomme ici, l’avortement ? Il faut le dire avec force, l’avortement est un crime. Légaliser l’avortement, c’est légaliser un crime.

Pour la Côte-d’Ivoire, ce projet de loi est une véritable régression morale et juridique. De manière morale, tout enfant dans l’espace culturel africain est un don précieux de Dieu. Il est porteur d’une espérance forte en des lendemains meilleurs. C’est pourquoi malgré la pauvreté des familles on ne refuse jamais d’accueillir un enfant même s’il en est le quinzième ou le vingtième.

Père Donald Zagore, théologien ivoirien de la Société des Missions africaines, à l’agence Fides.

Commentaires

  • Il suffit d'attendre un peu pour que les Ivoiriens aient la même baisse de qualité et de quantité de sperme que les Français.
    https://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/la-sante-reproductive-des-francais-en-mauvais-etat_2022489.html

    Cela tombe bien puisque les labos ont déjà mis en place des fermes au mille femmes. Et ils réclament le remboursement par la sécu de la naissance d'un enfant par ce moyen. A plus de 10 000 euros l'enfant, c'est un jackpot assuré pour ces firmes apatrides.

  • " Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes " (Bossuet) : plutôt que de vous lamenter de la servilité des chefs d’États africains , par exemple George Weah ( http://www.wikistrike.com/2017/12/le-franc-macon-georges-weah-en-haut-de-la-pyramide-du-liberia.html ), attaquez-vous à la racine, le Grand Orient , je l'ai combattu pendant 40 ans . Sinon , je dispense le "schtroumpf grognon " de me contredire, s'il n'a pas des preuves du contraire .

Écrire un commentaire

Optionnel