Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

En Chine...

Msgr Shao Zhumin.jpg

Mgr Shao Zhumin, l’évêque clandestin de Wenzhou, a été libéré le 3 janvier dernier. Le 27, une grande fête a été organisée en son honneur, avec un chant composé pour l’occasion, célébrant « notre cher évêque qui nous conduit au Christ ».

On en sait désormais un peu plus sur sa détention, et sa libération. Pendant des mois on a voulu l’obliger à intégrer la soi-disant Association patriotique, l’Eglise officielle. Il devait signer un document comprenant les quatre conditions qui lui auraient permis d’être reconnu par le parti :

— son soutien au principe d’une Eglise indépendante ;

— son soutien à la nomination et à l’ordination d’évêques par la seule Association patriotique ;

— la concélébration avec un évêque officiel non reconnu par le Vatican ;

— la soumission aux nouvelles règles imposées aux religions à partir de février.

Mgr Shao Zhumin a refusé. Finalement il a été quand même libéré, semble-t-il sous la pression internationale, particulièrement de l’ambassadeur d’Allemagne. AsiaNews ajoute in fine : « Même le Saint-Siège avait exprimé son inquiétude sur son sort. » Sic.

Il est intéressant, et terrible, de comparer le témoignage de Mgr Shao Zhumin avec ce que dit le cardinal Parolin sur les négociations avec le pouvoir communiste chinois et sur les « sacrifices » qui sont demandés par le Vatican aux chrétiens (à savoir, mais Parolin n’a même pas le courage de le dire explicitement, d’accepter que les évêques fidèles soient remplacés par des évêques du pouvoir communiste)… Car les « sacrifices » qui sont demandés ne peuvent être que la conséquence de la reconnaissance par le Vatican des quatre conditions rejetées par l’évêque fidèle. L’abandon de l’Eglise en Chine apparaît ici de façon claire et monstrueuse.

Le pouvoir communiste n’a pas pu faire plier Mgr Shao Zhumin. C’est François qui aura sa peau…

N.B. Le cardinal Zen s'est rendu au Vatican pour évoquer l'affaire des "sacrifices" avec le pape et les responsables de la politique du Saint-Siège vis-à-vis de la Chine. Il a ensuite publié un long texte par lequel il tente de dédouaner François qui ne serait en rien responsable des agissements de ceux qui au Vatican veulent vendre l'Eglise de Chine... Le pape a réagi avec sa brutalité habituelle par un bref et cinglant communiqué du directeur du Bureau de presse du Saint-Siège démentant "une prétendue divergence de pensée et d’action entre le Saint-Père et ses collaborateurs de la Curie romaine, vis-à-vis des questions chinoises", et ajoutant qu'il est "surprenant et regrettable que des personnes d’Église affirment le contraire, et que soient ainsi alimentées tant de confusions et de polémiques"...

Commentaires

  • " Judas c'est par un baiser que tu livres le Fils de l'Homme "
    Notre Dame des sept douleurs qui étiez près du Seigneur Jésus lors de son abandon par les siens ayez pitié de François et de tous ceux qui le suivent dans ce coup de couteau dans le dos donné aux chers frères chrétiens de Chine
    Père Daniel Marie Missionnaire en Chine

  • Cher Père
    Si vous êtes en Chine communiste, nous prions pour vous. Faites connaître les agissements du Vatican autour de vous, avec la diplomatie asiatique, bien entendu.

  • Il est piquant et risible que Bergoglio utilise des mots comme "confusions" et "polémiques" pour disqualifier les propos des critiques de la politique du Vatican !...alors que le courageux Cardinal avait eu la délicatesse de sauver la face ( chose très importante pour un Chinois ) du prétendu "Saint-Père". Autant demander à un ours de faire preuve de délicatesse et de finesse.

    Ce sont là des mots qui, eux, caractérisent parfaitement le démolisseur de l'Eglise toujours à l'oeuvre à Rome.

    Parolin, lui, n'est qu'un pauvre larbin qui ne mérite aucune attention...

  • Merci beaucoup de nous permettre de saluer la constance de ce confesseur de la foi.
    La conduite de François à l'égard des Eglises de Chine et de leurs valeureux pasteurs restera comme l'une des plus ignobles flétrissures de ce lamentable pontificat. François l'avait inauguré en citant, si je ne m'abuse, la magnifique phrase de saint Ignace sur l'Eglise de Rome qui préside à la charité de toutes les Eglises : au lieu de quoi il fait triompher, dans des Eglises terriblement éprouvées par la persécution, ceux qui dans l'Eglise de Dieu ne sont que des profanes, des schismatiques, des intrus.
    Puisse Dieu avoir pitié de lui et de tous ceux qu'il livre aux mercenaires, aux larrons, aux loups ravisseurs.

  • "Puisse Dieu avoir pitié de lui et de tous ceux qu'il livre aux mercenaires, aux larrons, aux loups ravisseurs."
    Dieu nous ordonne de pardonner, mais pour moi une vaste question métaphysique est de savoir où ça s'arrête. Quand quelqu'un vous offense personnellement, vous pouvez lui pardonner personnellement. Quand quelqu'un offense publiquement le bien et la vérité, au risque de damner les millions d'imbéciles qui lui font confiance, à quel titre pouvez-vous prier Dieu de le prendre en pitié ? Désolé, j'ai peut-être tort, mais mes prières ne sont pas pour ce type.

  • Meme Le Monde commence a charger le Pape sur ce sujet... A côté d un article critique sur l'autre sujet du moment, la pédophilie au Chili...

  • Et oui c'est toujours comme ça : l'esprit du monde se choisit une marionnette qui quand elle a fini de servir est pitoyablement lâchée car le personnage est complètement discrédité partout et commence à ne plus être utile....
    Pire , par ses pitreries grossièrement cacophoniques il attire décidément un peu trop l'attention sur le pot-aux-roses qui est en train de se jouer.
    Car l'évangéliste Saint Jean le disait ; le mal a horreur de la lumière c'est-à-dire de la visibilité

  • L'Eglise officielle schismatique est à la Chine ce que les Conférences épiscopales sont aux pays dits "libres". Comme du temps de l'arianisme, ce sont les schismatiques "de facto" qui occupent les postes de direction. Même si a titre individuel, il y a encore de véritables évêques catholiques le véritable pouvoir est confisqué par les structures staliniennes et les hiérarchies parallèles.

  • A écouter (pas facile) et regarder sur Youtube: "FrancisCast Ep.2: China (2/6/2018)

Écrire un commentaire

Optionnel