Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dérive sans fin

Le père Maurizio Chiodi, nommé par François à l’Académie pontificale dite pour la vie, justifie la contraception artificielle, au nom d’Amoris laetitia. Au moment même du cinquantenaire d’Humanae vitae.

C’est à lire sous la plume de Jeanne Smits.

Commentaires

  • chiodimaurizio@gmail.com
    Mdr !!!! Ce pitre doit être rappelé à l'ordre.

  • Copie courrier :

    Monsieur Chiodi,

    Pour ce qui concerne les procédés chimiques permettant l'ASSASSINAT des enfants dans le sein de leurs mères, dès la conception, sur le fond vos théories fumeuses n'impliquent plus le dialogue, encore moins l'acceptation mutuelle mais bien l'instrumentalisation de l'autre. Vous vous positionné, en réalité comme un opposant dangereux, un prosélyte des pensées abjectes de l'ultra-libéralisme humain, sur fond d'influence maçonnique.
    Osant faire la promotion, et du moins n'osant plus considérer publiquement que "la contraception n’est pas seulement, comme l’avortement, une attaque dirigée contre la vie humaine, mais une attaque pire que l’avortement, car elle prive l’enfant non seulement de la vie temporelle sur cette terre mais de l’existence pour toute l’éternité ", (a priori cela ne relève plus de votre intime conviction), au nom d'une loi morale inapte. Utilisant l'argumentation des mauvaises philosophies qui encouragent à sortir de la logique du permis et du défendu, racine de la loi naturelle, du Décalogue, partant de la civilisation elle-même, vos interventions et notions intrinsèquement empreinte de malignité, qu'aucune intention ne peut racheter, n'ont rien à voir avec les circonstances atténuantes relevant de la responsabilité personnelle, et ne sauront rien changer, sur le fond à la nature de l'acte.

    Votre rôle de direction spirituelle est détournée du besoin de ceux des Catholiques qui ne vivent plus ou pas selon la réalité de Vie en adéquation avec les commandements (qui sont conseils), au contraire vos positions les encouragerons, pire les confirmerons dans leurs graves erreurs. Votre responsabilités étant amplifiées par votre statut. Encourager ou justifier ainsi malicieusement à sortir de la logique naturelle du permis et du défendu, à la manière des penseurs des fausses lumières, est une inversion obsessionnelle, éloignant de plus en plus et de pire en pire, ceux qui ne peuvent plus vivre en adéquation avec les conseils de l'Eglise, et donc de et en Dieu. Ces pensées psychiatriques déviantes peuvent s'analyser du point de vue d'une malignité, relevant d'une construction archaïque empreinte d'une malhonnêteté intellectuelle d'ou surgit, d'une manière explicite, l'idéologie ultra-relativiste générale, destructrice et particulièrement anti-christique.

    Votre reniement Sacerdotal ainsi exprimé, par ces épousailles d'avec les contraires, vous positionne comme un anti Alter-Christus, vous éloignant de ce que conféra sur vous le sacrement du premier Ordre.
    Attendu que vous n'êtes pas notre ennemi, vous comprendrez aisément que nous ne prierons pas pour vous. Mais peut-être expérimenterez vous un jour les effets de la Toute-Puissance de la Miséricorde de Dieu, du moins si cela veut encore signifier pour vous. Souhaitons qu'alors vous ne refusiez pas ces grâces. A prêt-tout il reste toujours la bouée de la faculté de " théologie " protestante de Genève ou vous seriez certainement adulé ........

    Dieu ayant bâti son Eglise sur Pierre, qui renia pourtant 3 fois, rien n'est toutefois perdu, mais beaucoup de mal sera fait d'ici là . . . Qu'en à nous nous préférons en jamais avoir à croiser votre regard.

    Jehan.

  • Copie courrier :

    Monsieur Chiodi,

    Pour ce qui concerne les procédés chimiques permettant l'ASSASSINAT des enfants dans le sein de leurs mères, dès la conception, sur le fond vos théories fumeuses n'impliquent plus le dialogue, encore moins l'acceptation mutuelle mais bien l'instrumentalisation de l'autre. Vous vous positionné, en réalité comme un opposant dangereux, un prosélyte des pensées abjectes de l'ultra-libéralisme humain, sur fond d'influence maçonnique.
    Osant faire la promotion, et du moins n'osant plus considérer publiquement que "la contraception n’est pas seulement, comme l’avortement, une attaque dirigée contre la vie humaine, mais une attaque pire que l’avortement, car elle prive l’enfant non seulement de la vie temporelle sur cette terre mais de l’existence pour toute l’éternité ", (a priori cela ne relève plus de votre intime conviction), au nom d'une loi morale inapte. Utilisant l'argumentation des mauvaises philosophies qui encouragent à sortir de la logique du permis et du défendu, racine de la loi naturelle, du Décalogue, partant de la civilisation elle-même, vos interventions et notions intrinsèquement empreinte de malignité, qu'aucune intention ne peut racheter, n'ont rien à voir avec les circonstances atténuantes relevant de la responsabilité personnelle, et ne sauront rien changer, sur le fond à la nature de l'acte.

    Votre rôle de direction spirituelle est détournée du besoin de ceux des Catholiques qui ne vivent plus ou pas selon la réalité de Vie en adéquation avec les commandements (qui sont conseils), au contraire vos positions les encouragerons, pire les confirmerons dans leurs graves erreurs. Votre responsabilités étant amplifiées par votre statut. Encourager ou justifier ainsi malicieusement à sortir de la logique naturelle du permis et du défendu, à la manière des penseurs des fausses lumières, est une inversion obsessionnelle, éloignant de plus en plus et de pire en pire, ceux qui ne peuvent plus vivre en adéquation avec les conseils de l'Eglise, et donc de et en Dieu. Ces pensées psychiatriques déviantes peuvent s'analyser du point de vue d'une malignité, relevant d'une construction archaïque empreinte d'une malhonnêteté intellectuelle d'ou surgit, d'une manière explicite, l'idéologie ultra-relativiste générale, destructrice et particulièrement anti-christique.

    Votre reniement Sacerdotal ainsi exprimé, par ces épousailles d'avec les contraires, vous positionne comme un anti Alter-Christus, vous éloignant de ce que conféra sur vous le sacrement du premier Ordre.
    Attendu que vous n'êtes pas notre ennemi, vous comprendrez aisément que nous ne prierons pas pour vous. Mais peut-être expérimenterez vous un jour les effets de la Toute-Puissance de la Miséricorde de Dieu, du moins si cela veut encore signifier pour vous. Souhaitons qu'alors vous ne refusiez pas ces grâces. A prêt-tout il reste toujours la bouée de la faculté de " théologie " protestante de Genève ou vous seriez certainement adulé ........

    Dieu ayant bâti son Eglise sur Pierre, qui renia pourtant 3 fois, rien n'est toutefois perdu, mais beaucoup de mal sera fait d'ici là . . . Qu'en à nous nous préférons en jamais avoir à croiser votre regard.

    Jehan.

  • Copie courrier :

    Monsieur Chiodi,

    Pour ce qui concerne les procédés chimiques permettant l'ASSASSINAT des enfants dans le sein de leurs mères, dès la conception, sur le fond vos théories fumeuses n'impliquent plus le dialogue, encore moins l'acceptation mutuelle mais bien l'instrumentalisation de l'autre. Vous vous positionné, en réalité comme un opposant dangereux, un prosélyte des pensées abjectes de l'ultra-libéralisme humain, sur fond d'influence maçonnique.
    Osant faire la promotion, et du moins n'osant plus considérer publiquement que "la contraception n’est pas seulement, comme l’avortement, une attaque dirigée contre la vie humaine, mais une attaque pire que l’avortement, car elle prive l’enfant non seulement de la vie temporelle sur cette terre mais de l’existence pour toute l’éternité ", (a priori cela ne relève plus de votre intime conviction), au nom d'une loi morale inapte. Utilisant l'argumentation des mauvaises philosophies qui encouragent à sortir de la logique du permis et du défendu, racine de la loi naturelle, du Décalogue, partant de la civilisation elle-même, vos interventions et notions intrinsèquement empreinte de malignité, qu'aucune intention ne peut racheter, n'ont rien à voir avec les circonstances atténuantes relevant de la responsabilité personnelle, et ne sauront rien changer, sur le fond à la nature de l'acte.

    Votre rôle de direction spirituelle est détournée du besoin de ceux des Catholiques qui ne vivent plus ou pas selon la réalité de Vie en adéquation avec les commandements (qui sont conseils), au contraire vos positions les encouragerons, pire les confirmerons dans leurs graves erreurs. Votre responsabilités étant amplifiées par votre statut. Encourager ou justifier ainsi malicieusement à sortir de la logique naturelle du permis et du défendu, à la manière des penseurs des fausses lumières, est une inversion obsessionnelle, éloignant de plus en plus et de pire en pire, ceux qui ne peuvent plus vivre en adéquation avec les conseils de l'Eglise, et donc de et en Dieu. Ces pensées psychiatriques déviantes peuvent s'analyser du point de vue d'une malignité, relevant d'une construction archaïque empreinte d'une malhonnêteté intellectuelle d'ou surgit, d'une manière explicite, l'idéologie ultra-relativiste générale, destructrice et particulièrement anti-christique.

    Votre reniement Sacerdotal ainsi exprimé, par ces épousailles d'avec les contraires, vous positionne comme un anti Alter-Christus, vous éloignant de ce que conféra sur vous le sacrement du premier Ordre.
    Attendu que vous n'êtes pas notre ennemi, vous comprendrez aisément que nous ne prierons pas pour vous. Mais peut-être expérimenterez vous un jour les effets de la Toute-Puissance de la Miséricorde de Dieu, du moins si cela veut encore signifier pour vous. Souhaitons qu'alors vous ne refusiez pas ces grâces. A prêt-tout il reste toujours la bouée de la faculté de " théologie " protestante de Genève ou vous seriez certainement adulé ........

    Dieu ayant bâti son Eglise sur Pierre, qui renia pourtant 3 fois, rien n'est toutefois perdu, mais beaucoup de mal sera fait d'ici là . . . Qu'en à nous nous préférons en jamais avoir à croiser votre regard.

    Jehan.

  • "Amoris laetitia", ou la joie de pêcher.

    Il ne s'agit pas de la joie de l'amour au sens de charité.

  • @Paola: pêcher ou...pécher?

  • Copie courrier :

    Monsieur Chiodi,
    Pour ce qui concerne les procédés chimiques permettant l'ASSASSINAT des enfants dans le sein de leurs mères, dès la conception, sur le fond vos théories fumeuses n'impliquent plus le dialogue, encore moins l'acceptation mutuelle mais bien l'instrumentalisation de l'autre. Vous vous positionné, en réalité comme un opposant dangereux, un prosélyte des pensées abjectes de l'ultra-libéralisme humain, sur fond d'influence maçonnique.
    Osant faire la promotion, et du moins n'osant plus considérer publiquement que "la contraception n’est pas seulement, comme l’avortement, une attaque dirigée contre la vie humaine, mais une attaque pire que l’avortement, car elle prive l’enfant non seulement de la vie temporelle sur cette terre mais de l’existence pour toute l’éternité ", (a priori cela ne relève plus de votre intime conviction), au nom d'une loi morale inapte. Utilisant l'argumentation des mauvaises philosophies qui encouragent à sortir de la logique du permis et du défendu, racine de la loi naturelle, du Décalogue, partant de la civilisation elle-même, vos interventions et notions intrinsèquement empreinte de malignité, qu'aucune intention ne peut racheter, n'ont rien à voir avec les circonstances atténuantes relevant de la responsabilité personnelle, et ne sauront rien changer, sur le fond à la nature de l'acte.

    Votre rôle de direction spirituelle est détournée du besoin de ceux des Catholiques qui ne vivent plus ou pas selon la réalité de Vie en adéquation avec les commandements (qui sont conseils), au contraire vos positions les encouragerons, pire les confirmerons dans leurs graves erreurs. Votre responsabilités étant amplifiées par votre statut. Encourager ou justifier ainsi malicieusement à sortir de la logique naturelle du permis et du défendu, à la manière des penseurs des fausses lumières, est une inversion obsessionnelle, éloignant de plus en plus et de pire en pire, ceux qui ne peuvent plus vivre en adéquation avec les conseils de l'Eglise, et donc de et en Dieu. Ces pensées psychiatriques déviantes peuvent s'analyser du point de vue d'une malignité, relevant d'une construction archaïque empreinte d'une malhonnêteté intellectuelle d'ou surgit, d'une manière explicite, l'idéologie ultra-relativiste générale, destructrice et particulièrement anti-christique.

    Votre reniement Sacerdotal ainsi exprimé, par ces épousailles d'avec les contraires, vous positionne comme un anti Alter-Christus, vous éloignant de ce que conféra sur vous le sacrement du premier Ordre.
    Attendu que vous n'êtes pas notre ennemi, vous comprendrez aisément que nous ne prierons pas pour vous. Mais peut-être expérimenterez vous un jour les effets de la Toute-Puissance de la Miséricorde de Dieu, du moins si cela veut encore signifier pour vous. Souhaitons qu'alors vous ne refusiez pas ces grâces. A prêt-tout il reste toujours la bouée de la faculté de " théologie " protestante de Genève ou vous seriez certainement adulé ........

    Dieu ayant bâti son Eglise sur Pierre, qui renia pourtant 3 fois, rien n'est toutefois perdu, mais beaucoup de mal sera fait d'ici là . . . Qu'en à nous nous préférons en jamais avoir à croiser votre regard.

    Jehan.

  • Copie courrier :

    Monsieur Chiodi,
    Pour ce qui concerne les procédés chimiques permettant l'ASSASSINAT des enfants dans le sein de leurs mères, dès la conception, sur le fond vos théories fumeuses n'impliquent plus le dialogue, encore moins l'acceptation mutuelle mais bien l'instrumentalisation de l'autre. Vous vous positionné, en réalité comme un opposant dangereux, un prosélyte des pensées abjectes de l'ultra-libéralisme humain, sur fond d'influence maçonnique.
    Osant faire la promotion, et du moins n'osant plus considérer publiquement que "la contraception n’est pas seulement, comme l’avortement, une attaque dirigée contre la vie humaine, mais une attaque pire que l’avortement, car elle prive l’enfant non seulement de la vie temporelle sur cette terre mais de l’existence pour toute l’éternité ", (a priori cela ne relève plus de votre intime conviction), au nom d'une loi morale inapte. Utilisant l'argumentation des mauvaises philosophies qui encouragent à sortir de la logique du permis et du défendu, racine de la loi naturelle, du Décalogue, partant de la civilisation elle-même, vos interventions et notions intrinsèquement empreinte de malignité, qu'aucune intention ne peut racheter, n'ont rien à voir avec les circonstances atténuantes relevant de la responsabilité personnelle, et ne sauront rien changer, sur le fond à la nature de l'acte.

    Votre rôle de direction spirituelle est détournée du besoin de ceux des Catholiques qui ne vivent plus ou pas selon la réalité de Vie en adéquation avec les commandements (qui sont conseils), au contraire vos positions les encouragerons, pire les confirmerons dans leurs graves erreurs. Votre responsabilités étant amplifiées par votre statut. Encourager ou justifier ainsi malicieusement à sortir de la logique naturelle du permis et du défendu, à la manière des penseurs des fausses lumières, est une inversion obsessionnelle, éloignant de plus en plus et de pire en pire, ceux qui ne peuvent plus vivre en adéquation avec les conseils de l'Eglise, et donc de et en Dieu. Ces pensées psychiatriques déviantes peuvent s'analyser du point de vue d'une malignité, relevant d'une construction archaïque empreinte d'une malhonnêteté intellectuelle d'ou surgit, d'une manière explicite, l'idéologie ultra-relativiste générale, destructrice et particulièrement anti-christique.

    Votre reniement Sacerdotal ainsi exprimé, par ces épousailles d'avec les contraires, vous positionne comme un anti Alter-Christus, vous éloignant de ce que conféra sur vous le sacrement du premier Ordre.
    Attendu que vous n'êtes pas notre ennemi, vous comprendrez aisément que nous ne prierons pas pour vous. Mais peut-être expérimenterez vous un jour les effets de la Toute-Puissance de la Miséricorde de Dieu, du moins si cela veut encore signifier pour vous. Souhaitons qu'alors vous ne refusiez pas ces grâces. A prêt-tout il reste toujours la bouée de la faculté de " théologie " protestante de Genève ou vous seriez certainement adulé ........

    Dieu ayant bâti son Eglise sur Pierre, qui renia pourtant 3 fois, rien n'est toutefois perdu, mais beaucoup de mal sera fait d'ici là . . . Qu'en à nous nous préférons en jamais avoir à croiser votre regard.

    Jehan.

  • Oui, malgré son patronyme, ce prêtre n'est pas dans les clous.
    L'Académie prend le nom d'"Académie pontificale pour la vie, mais pas toujours".
    Qu'est-ce la Vérité? (Pilate)
    Qu'est-ce la Vie? (Chiodi)
    Qu'est ce la Voie? (Bergoglio)

  • Et qu'est-ce que l'amour, qu'est-ce que la joie ?
    Amoris laetitia tient un langage qui n'est pas celui des Evangiles.

    Ils utilisent des mots en leur donnant le sens que le monde leur donne, or l'Eglise du Christ n'est pas du monde, ceux qui lui appartiennent ne viennent pas de ce monde.
    Ce n'est pas l'Esprit Saint qui les inspire, mais l'esprit du monde.

Écrire un commentaire

Optionnel