Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Amoris Laetitia vue par un psychiatre

Voici une traduction des principaux passages d’un article de Rick Fitzgibbons, psychiatre, directeur de l’Institut de thérapie conjugale de Philadelphie, sur le problème crucial que pose Amoris Laetitia et le fait que ce texte devienne la charte du nouvel Institut pontifical.

Amoris Laetitia a été largement critiqué comme étant un danger pour la foi catholique. Le pape François, dont la responsabilité principale est la défense et la transmission des vérités de la foi, a ignoré les demandes de clarification par des cardinaux de ses passages les plus confus et controversés.

Le pape François est également accusé d'avoir nié l'existence d'absolus moraux, dans Amoris Laetitia, paragraphe 303.

D'un point de vue psychologique, Amoris Laetitia constitue également une grave menace pour la santé et la stabilité du mariage, de la vie familiale catholique et des enfants. La raison en est que le chapitre 8 soutient et préconise l'égoïsme et la pensée narcissique qui sont les principaux ennemis de la santé psychologique et donc de mariages stables et forts.

Nous avons travaillé avec de nombreuses familles catholiques dont le mariage était sain et heureux mais qui a été miné et détruit sous l'influence d'un conjoint gagné par l'épidémie de narcissisme.

L'égoïsme est aussi le fondement de l'éthique de situation qui semble être maintenant renforcée par certains passages d'Amoris Laetitia.

La pensée narcissique a également gravement nui au sacerdoce au cours des 50 dernières années et a joué un rôle majeur dans la crise de l'Église. Aucun homme adulte n'attaquerait sexuellement un adolescent, victime principale de la crise, s'il ne croyait égoïstement qu'il a le droit d'utiliser les autres comme des objets sexuels.

Saint Jean-Paul II a écrit sur les graves dangers de l'égoïsme pour le mariage dans Amour et Responsabilité: « Car l'amour ne peut survivre que comme une unité dans laquelle se manifeste le "nous" mature ; il ne survivra pas comme un arrangement entre deux personnes égoïstes » (p.71).

 

L’action contre l’Institut Jean-Paul II

 

Les inquiétudes ont été profondément aggravées par l'action du Saint-Père dissolvant les principes fondateurs de l'Institut Jean Paul II d'études sur le mariage et la famille et modifiant sa mission première. Désormais, l'Institut mettra principalement en avant les enseignements très controversés que l'on trouve dans Amoris Laetitia, plutôt que de mettre en œuvre l'enseignement brillamment clair et sans ambiguïté de saint Jean-Paul II sur le mariage, la famille, la personne humaine et la sexualité.

En tant que psychiatre spécialisé dans le traitement des conflits conjugaux et familiaux, au cours des 40 dernières années, j'ai pu constater les avantages énormes de la mise en œuvre des écrits et de l'enseignement novateur et nécessaire de S. Jean-Paul II. J'ai également enseigné leur rôle dans la compréhension du mariage catholique et dans le renforcement des mariages et des familles lors de nombreuses apparitions publiques et en tant que professeur adjoint à l'Institut JPII à Washington.

Cet article souligne l'importance psychologique vitale de Familiaris Consortio, la grande charte pour les familles catholiques, par contraste avec la menace sérieuse que le huitième chapitre d'Amoris Laetitia fait peser sur la santé psychologique des mariages catholiques, des familles et de la culture. Il recommande que les principes fondateurs de l'Institut Jean Paul II d'études sur le mariage et la famille soient conservés et non remplacés par l'enseignement d'Amoris Letitia, en partie à cause de la confusion sur le mariage et l'eucharistie créée dans le monde par le huitième chapitre de AL. Une autre raison sérieuse de cette recommandation est que AL omet toute préoccupation pastorale pour les millions d'enfants affectés chaque année par le divorce et les unions irrégulières, comme la cohabitation.

 

L’attentat de 1981 et celui de 2017

 

Après le Synode sur la famille en 1980, le pape Jean-Paul II a écrit Familiaris Consortio, qui présente clairement et de manière convaincante ce qui est nécessaire pour les couples et les familles catholiques dans la lutte intense pour protéger la santé spirituelle et psychologique du foyer catholique et de la culture.

Le pape Jean-Paul II a ensuite institué le Centre Jean Paul II d'études sur le mariage et la famille à Rome en 1981. La dure réalité est que le jour où il devait établir cet institut on lui tira dessus et qu’il échappa miraculeusement à la mort. Cet événement ne doit pas nous surprendre maintenant, étant donné la controverse intense et la confusion qui se sont développées récemment dans l'Église et la culture concernant la vérité sur le mariage, la famille, la sexualité et l'Eucharistie.

La dramatique action du pape qui a radicalement changé cet institut internationalement respecté pour se focaliser principalement sur son document déroutant et psychologiquement dangereux, a frappé de nombreux catholiques comme un autre attentat contre l'héritage de saint Jean-Paul II sur le mariage et la vie familiale.

Le site officiel des évêques catholiques allemands a célébré la dissolution par le pape de l'Institut Jean Paul II d'études sur le mariage et la famille, « un bastion de résistance contre le programme de la miséricorde de François », et son remplacement par un nouveau « think tank pour Amoris Laetitia ».

En fait, les écrits de saint Jean-Paul II offrent une approche de la grande miséricorde du Seigneur parce qu'ils présentent aux conjoints, aux enfants et à la culture la vérité sur la sexualité humaine, le mariage, la jeunesse et la vie familiale.

 

Le cardinal Caffarra

 

Le regretté cardinal Carlo Caffarra, président fondateur de l'Institut Pontifical Jean Paul II d'Etudes sur le Mariage et la Famille et l'un des quatre cardinaux qui ont soumis les dubia pour demander une clarification d'Amoris Laetitia, réfléchissait, lors de la session de l'Institut pontifical Jean-Paul II pour les études sur le mariage et la famille, à Washington en 2016, sur la vision du pape Jean-Paul II dans la fondation de l'Institut :

L'idée qu’une doctrine solide n'ait pas d'importance fondamentale pour le ministère pastoral était totalement étrangère au pape. Au contraire, il ne pensait pas que la pastorale soit possible à moins de «dire la vérité» de la doctrine (Eph 4; 15).

Par conséquent, la recherche sur la fondation du mariage et de la famille, un retour au Commencement, était la tâche de l'Institut. Les deux principales caractéristiques de l'Institut découlent de ceci : un engagement fort dans le domaine de l'anthropologie et de la pensée christocentrique.

Le pape était profondément convaincu que la crise du mariage et de la famille était fondamentalement une crise anthropologique: la personne humaine avait perdu conscience d’elle-même, de la vérité de son être, de sorte qu'elle ne comprenait plus la vérité du mariage.

Le fait que sa catéchèse sur l'amour humain (Jean-Paul II) ne soit pas considérée comme la base de la pratique pastorale du mariage a été l’une des principales raisons des graves difficultés aux Synodes de 2014 et 2015.

La santé psychologique des mariages et des enfants catholiques dépend d'une compréhension claire de la nature du mariage et de la sexualité décrite par Jean-Paul II et le Catéchisme de l'Église catholique. Les couples ont besoin plus que jamais de la connaissance qu’on y trouve que la croissance des vertus et de la grâce les aide à découvrir et à résoudre les conflits, protège leur amour et sauve leurs enfants des fléaux de l'égoïsme et du divorce.

À l'heure actuelle, le huitième chapitre d'Amoris Laetitia est un document magistériel qui sème la confusion, psychologiquement néfaste et dangereux pour les mariages et les familles catholiques selon mon opinion professionnelle. Il ne devrait pas être la base de l'enseignement des Instituts Jean Paul II pour les études sur le mariage et la famille. En fait, Amoris Laetitia sape les contributions brillantes et très nécessaires de saint Jean-Paul II sur le mariage et la famille dans Familiaris Consortio et La théologie du corps.

Commentaires

  • "Ils" veulent faire disparaître la norme ultime, le dernier rappel de la Loi. Pour ce faire, ils s'appuient un peu sur saint Paul, la Foi supérieure à la Loi... Mais ils sont sans foi ni loi.

  • A Stavrolus 22h55 - vendredi 13 octobre 2017
    « ...saint Paul, la Foi supérieure à la Loi... »

    Certes, c'est l'originalité du christianisme : Le Christ a remplacé l'Amour de la Loi par la Loi de l'Amour.
    Mc 2,27 « Le sabbat a été fait pour l'homme, et non l'homme pour le sabbat ; 28 en sorte que le Fils de l'homme est maître même du sabbat. »
    Mt 12,8 « car le fils de l'homme est maître du sabbat ». et Lc 4,5
    Les mitsvots et la charia ne valent rien sans l'amour
    mais
    jamais, en aucune circonstance le Christ n'a supprimé la loi.
    Mt 5,17 « N'allez pas croire que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. 18 Car je vous le dis, en vérité : avant que ne passent le ciel et la terre, pas un i, pas un point sur l'i, ne passera de la Loi, que tout ne soit réalisé. 19 Celui donc qui violera l'un de ces moindres préceptes, et enseignera aux autres à faire de même, sera tenu pour le moindre dans le Royaume des Cieux ; au contraire, celui qui les exécutera et les enseignera, celui-là sera tenu pour grand dans le Royaume des Cieux.

    Non seulement le Christ ne supprime pas la loi, mais l'amour la rend plus exigeante :
    « vous avez entendu .. et bien moi je vous dit.. » Mt 5,
    Non seulement le meurtre est condamnable (oui condamnable) mais il faut fuir toute violence, ne fut-ce que verbale: «5,22 ..Quiconque se fâche contre son frère en répondra au tribunal; ... »
    Non seulement l'adultère est condamnable mais toute lubricité ou pornographie: «5,28 Quiconque regarde une femme pour la désirer a déjà commis, dans son cœur, l'adultère avec elle. » et bien sûr « 5,32 Tout homme qui répudie sa femme, hormis le cas de »prostitution», l'expose à l'adultère ; et quiconque épouse une répudiée, commet un adultère. »
    5,34 pas de serment, 5,42 pas de vengeance ni même de réparation,
    5,44 « Aimez vos ennemis, et priez pour vos persécuteurs, »

    Rien n'est supprimé de la loi, mais elle doit être vécue « en amour ».
    Le Christ distingue toujours le pécheur du péché. Il accueille le premier totalement et sans réserve, il rejette totalement le second.

  • C'est plutôt François qui devrait être vu par un psychiatre :-))

  • Il l'a déjà fait. A 42 ans il a suivi une cure de psychanalyse. Je crois que c'était sans succès puisque les séquelles sont très palpables.

  • Il ne faut pas confondre psychiatre et psychanalyste. Le psychiatre est un médecin qui a son diplôme de médecine et un diplôme de spécialisation en psychiatrie. Un psychanalyste est dans le meilleur des cas un charlatan, au pire un sataniste. Car pour être psychanalyste il faut avoir été psychanalysé: c'est une transmission, une tradition, comme le sacerdoce. Mais comme ce n'est en rien catholique, c'est une transmission diabolique.

    Et c'est pourquoi il est extrêmement grave que le pape ait été psychanalysé.

  • Chaque jour nous apporte un peu plus la preuve que le pape Bergoglio est hérétique, voire sataniste.
    Comment peut-on dire à deux reprises que "se vautrer dans le péché est une occasion de rencontrer Jésus" ??
    C'est absurde. J'y vois uniquement une occasion de rencontrer Satan.

  • Où avez-vous trouvé cette citation?

  • Luther, comme son compagnon de désespoir Judas l’Iscariote, ne croit pas à cette miséricorde. C’est pourquoi il érige un système moral et doctrinal pour faire taire sa conscience. Ainsi conseille-t-il à un des ses élèves, scrupuleux comme lui, Jérôme Weller :

    « Toutes les fois que le démon te tourmentera par ces pensées de tristesse, recherche aussitôt la société de tes semblables, ou mets-toi à boire ou à jouer, dis des gaudrioles, cherche à te divertir. Il faut même quelque fois faire un péché par haine et par mépris pour le diable, afin de ne pas lui laisser l’occasion de nous créer des scrupules pour rien… »

    « Oh ! si je pouvais trouver enfin quelques bons péchés pour berner le diable, pour lui faire comprendre que je ne reconnais aucun péché et que ma conscience ne m’en reproche aucun ! Il nous faut absolument éloigner tout le décalogue de nos yeux et de notre esprit, nous que le diable attaque et tourmente ainsi… »

    C’est par le suicide que Luther mettra fin à une vie de débauche et de désespoir.

    http://www.medias-presse.info/le-pape-francois-defend-la-doctrine-heretique-de-luther-sur-la-justification-sur-ce-point-si-important-il-ne-setait-pas-trompe/57109/

  • Pour info, cette citation du pape est dans la correction filiale de Amoris Laetitiae.

  • @ Gerda 12h18 - dimanche 15 octobre 2017
    Les « séquelles » d'un travail psychanalytique mal conduit ou inachevé sont souvent l'égocentrisme, le narcissisme, le relativisme. Peut-être son psychanalyste a-t-il désespéré du cas.

  • Ce n'est pas que les dires ou les écrits de François soient faux ou incorrects, ils sont inappropriés. On peut attendre d'un psy ou d'un pasteur de base qu'il ne commence pas par faire des reproches à la personne en face de lui, qu'il l’accueille comme il est, mais pas qu'il approuve l'erreur ou le délire subjectif.
    Ce n'est pas le rôle d'un pape, chef de l'Église, défenseur de la Vérité, toute la Vérité. Qu'il laisse cela au confesseur au cas par cas. Il ne peut pas, il n'a pas le droit de passer sous silence la Vérité et ses exigences intrinsèques sous prétexte de ne pas décourager. C'est rendre un mauvais service à la personne et à la communauté.

  • Le populisme de François, son besoin d'être aimé du peuple et son évidente satisfaction sont simplement écœurants. Il détruit allègrement l'église catholique simplement pour être ans l'esprit du temps. Pouah !

  • Son besoin d'être aimé est tellement fort qu'il n'hésite pas, comme tout enfant caractériel, à piquer une colère froide et à massacrer tout qui s'y oppose. Une vraie tyrannie, tout opposée à l'amour vrai.

  • @ Yves Daoudal :

    "Et c'est pourquoi il est extrêmement grave que le pape ait été psychanalysé."

    donc satanisé ?

    Sans parler de tous les rituels étranges auxquels il s'est prêté... sans discernement.

    Il apparaît aussi sous forte influence gnostique-maçonnique (comme en témoignent le choix de ses "amis", ses "initiatives pastorales", nombre de ses discours et prises de position médiatiques).

    ça sent vraiment le soufre au Vatican.

Écrire un commentaire

Optionnel